Le questionnaire IL doit comporter







télécharger 201.27 Kb.
titreLe questionnaire IL doit comporter
page1/3
date de publication21.10.2016
taille201.27 Kb.
typeQuestionnaire
a.21-bal.com > documents > Questionnaire
  1   2   3



Baccalauréat professionnel


Modalités d’évaluation du français et de l’histoire, géographie, éducation civique en formation professionnelle continue

Evaluation par contrôle en cours de formation

I - Évaluation du FRANÇAIS (B.O n°20 du 20 Mai 2010)
Deux situations d’évaluation, toutes les deux notées sur 20.

Ces deux situations d’évaluation correspondent aux deux parties de l’épreuve ponctuelle : la première situation d’évaluation du contrôle en cours de formation correspond à la première partie de l’épreuve ponctuelle ; la seconde situation d’évaluation du contrôle en cours de formation correspond à la seconde partie de l’épreuve ponctuelle. Les sujets « zéro » élaborés pour l’épreuve ponctuelle doivent donc être des références pour construire les deux situations de contrôle en cours de formation. Ces sujets ainsi que leur analyse sont reproduits en annexe 1 de ce courrier.
A - Première situation d’évaluation : évaluation des compétences de lecture


  • Durée : 1 heure




  1. Le support

Un corpus de textes et documents (2 à 3 documents) référé à l’un des trois objets d’étude de la dernière année de formation.
1.1 Recommandations pour construire le corpus

  • La référence à l’objet d’étude dans lequel s’inscrit le sujet est toujours explicitement indiquée.

  • Le corpus peut comporter deux ou trois textes (littéraires ou non littéraires), un texte et une image, deux textes et une image voire un texte et deux images.

  • Les longueurs des textes peuvent être très différentes : de quelques lignes (citation) à une quarantaine de lignes.

  • Le corpus peut réunir des textes et images de sources différentes ou constituer un ensemble d’extraits appartenant à une seule œuvre.

  • Les supports constituant un corpus ont un lien entre eux outre l'objet d'étude auquel ils sont référés. Ces liens peuvent être thématiques et/ou formels.

  • Ces supports peuvent se compléter ou s’opposer.

  • Conformément à l’esprit des programmes et à la logique des questions qui accompagnent chacun des objets d’étude, les corpus sont construits de manière à permettre aux candidats de se confronter aux questionnements, « aux idées, aux valeurs, aux sentiments qui ont marqué la pensée humaine » à travers la lecture de textes et œuvres iconographiques littéraires et non littéraires. Ils font ainsi dialoguer des œuvres référées aux champs littéraires inscrits dans les objets d’étude avec d’autres œuvres plus anciennes ou très contemporaines.




  1. Le questionnaire

Il doit comporter :

  • Une question portant sur le corpus : « Présentation du corpus »

Le candidat rédige quelques lignes (de 3 à 6 environ) pour présenter les relations que les documents proposés dans le corpus entretiennent entre eux. Cette question est notée sur 6 points.

  • Une ou deux question(s) portant sur un ou des documents du corpus : « Analyse et interprétation »

Le candidat analyse un ou deux effets d'écriture (inscrits dans le libellé de la ou des deux questions) et en propose une interprétation. Cette ou ces questions sont notées sur 14 points.
2.2 Recommandations pour construire le questionnaire

  • Question portant sur la présentation du corpus

  • L’exercice de présentation de corpus n’existe pas. De ce ce fait, Il n’y a pas de règles de présentation : le candidat doit s’adapter à la consigne. Ce type de question est un premier élément vers la synthèse de documents demandée deux ans plus tard au BTS. Il s’agit de montrer pourquoi ces textes ont été réunis en utilisant les questions de guidance.

  • On attend du candidat qu’il sache dégager l’unité, les dissonances ou les échos présents dans les supports en lien avec l’objet d’étude auquel ils sont référés ainsi qu’avec les trois interrogations qui orientent la réflexion.

Il ne s’agit donc pas que le candidat décrive le corpus en énumérant la nature des documents, le genre auquel ils appartiennent, le nom des auteurs mais qu’il en fasse saillir la problématique (au sens étymologique du verbe « présenter » : mettre en présence, en avant) et qu’il l’explicite.

  • Cette question est toujours guidée pour aider le candidat dans sa lecture et orienter sa réflexion et éviter qu’il ne s’attache à un inventaire. Elle vise à faire émerger :

    • l’unité du corpus («Présenter le corpus en montrant sur quoi se fonde son unité..»),

    • les échos entre les différents supports (« Présenter le corpus en mettant en relation les textes 1 et 2.» ou « Présenter le corpus en identifiant les points communs et les différences dans la réflexion des auteurs. »)

    • sa cohérence, sa continuité (« Présenter le projet d’écriture de l’auteur dans ce roman.»),

    • la réflexion suscitée par le corpus («Présenter le corpus en dégageant leur unité de réflexion. » ou «Présenter le corpus en distinguant quel type de réaction chacun des auteurs prône. »)




  • Question(s) d’analyse et d’interprétation

  • On proposera deux questions au candidat : une seule question sur 14 points serait trop pénalisante ou difficile.

  • Ces questions peuvent porter sur l’ensemble des textes et documents ou sur un seul de ces textes et documents.

  • Ces questions doivent amener le candidat à mobiliser des connaissances ; connaissances dont les programmes font état et qui sont de nature différente.

  • Il n’y a pas de questions demandant un relevé.

  • Cette évaluation s’inscrit dans une logique de formation qui fait suite au BEP : les réponses attendues doivent donc être rédigées et les plus développées possibles pour montrer une compréhension et une explication globales.

  • Ces questions portent sur le « comment » mais demandent aussi une réflexion sur ce que dit l’auteur.

  • Les éléments à mobiliser, pour traiter ces questions, peuvent renvoyer au programme de terminale ou des autres années.

  • La guidance n’est pas obligatoire, elle est présente si la question est difficile pour l’élève.



B - Seconde situation d’évaluation : évaluation des compétences d’écriture


  • Durée : 1heure 30




  1. Modalités de l’évaluation

Un corpus de textes et documents (2 à 3) référé à un autre des trois objets d’étude de la dernière de formation. Ce corpus est étudié en classe dans les jours quoi précèdent la situation d’évaluation.

Lors de l’évaluation, un sujet est proposé aux candidats ; ce sujet indique une question explicitement posée ne lien avec le corpus et l’objet d’étude.

Le candidat répond à cette question en une quarantaine de lignes et de façon argumentée

  1. Recommandations

  • Le corpus, support, de la consigne d’écriture doit avoir été étudié en amont.

  • Le libellé du sujet commencera par une formule qui interpelle le candidat de type « Selon vous » ou « Pensez-vous ». En effet, il s’agit de faire appel à la réflexion personnelle du candidat sur une question contemporaine dans un cadre donné en référence à l’objet d’étude et aux questions qui l’accompagnent (Voir le programme, Bulletin officiel n° 2, 19 février 2009).

  • Cette réflexion s’appuie sur les textes du corpus, y puise des références mais prend aussi du recul. Autrement dit, appui sur le corpus mais aussi référence à l’objet d’étude c’est-à-dire aux lectures de l’année (groupement de textes, œuvre intégrale, etc.), aux questions qui accompagnent l’objet d’étude et aux connaissances personnelles.

  • Il s’agit de mesurer en fin de formation la capacité du candidat à délibérer. Cette compétence argumentative est préparée progressivement sur l’ensemble du cycle : de l’expression d’une émotion (2nde) à celle d’une pensée organisée dans un débat d’idées ( Terminale), de la prise en compte du point de vue de l’autre et de sa reformulation ( 1ère) à la rédaction d’une argumentation de type délibératif (Terminale) ;

  • Délibérer c’est argumenter, donc être capable de convaincre en choisissant des arguments et stratégies qui soutiennent son point de vue (1ère /Tem), tirés de l’encyclopédie personnelle du candidat.

  • Délibérer suppose de savoir mobiliser certains outils de la langue en fonction du sujet posé : le lexique abstrait (du comportement, du jugement et des valeurs dans les sujets), la grammaire (procédés de reformulation, de citation, procédés de la concession, ) ainsi les moyens que la langue met à la disposition pour exprimer une prise de position personnelle et s’impliquer dans son texte ( modalisation).

  • Le candidat doit répondre à la question posée dans un « développement argumenté » c’est-à-dire que la réponse doit obligatoirement être construite et rédigée (inutile de le préciser sur le sujet). On attend donc du candidat la production d’un texte organisé et respectant les règles de la langue écrite.

  • L’évaluation se fera en fonction de trois grands critères :

  • Invention : richesse et consistance du propos DONC l’intérêt du lecteur est sollicité

  • Argumentation : la pensée est organisée, elle progresse, il y a un point de vue DONC le lecteur suit le déroulement et la construction de la pensée.

  • Expression : structure des phrases et orthographe grammaticale globalement correctes, lexique précis et approprié DONC le lecteur comprend le texte produit sans effort particulier.


II – EVALUATION DE L’HISTOIRE-GEOGRAPHIE-EDUCATION CIVIQUE
Deux situations d’évaluation qui peuvent être proposées en même temps ou qui peuvent faire l’objet de deux passations à des moments différents dans l’année. Ainsi, soit on propose aux candidats une épreuve de deux heures ou deux épreuves de 1 heure chacune.

Ces deux situations d’évaluation correspondent à la première et troisième partie de l’épreuve ponctuelle. Les sujets « zéro » élaborés pour l’épreuve ponctuelle peuvent être des références pour construire les deux situations de contrôle en cours de formation. Ces sujets sont reproduits en annexe 2 de ce courrier.

Par contre, à la différence de l’épreuve ponctuelle, il n’y a pas le choix entre deux sujets. On propose aux candidats un seul sujet pour chacune des situations d’évaluation.
A - Première situation d’évaluation 

  • Durée : 1 heure

  • Nombre de points affectés : 12 points




  1. Modalités de l’évaluation

Elle porte sur les sujets d’étude du programme de terminale soit d’histoire soit de géographie. Elle est composée de plusieurs questions et peut comporter un support documentaire. Une des questions doit avoir une connotation civique en rapport avec le programme d'éducation civique.

Ces questions doivent conduire le candidat à faire état des connaissances acquises sur le sujet d’étude.

Voir en annexe la première partie des sujets « zéro »


  1. Recommandations

  • Les questions posées dans les sujets « zéro » peuvent être des guides pour élaborer cette première situation d’évaluation (Annexe 3 p.22 à 27).

Toutefois, à la différence de l’épreuve ponctuelle, le questionnaire comportera non pas une question mais, au moins deux puisque l’une doit permettre de vérifier les acquis en éducation civique.


  • On pourra demander aux candidats :

  • de justifier une affirmation,

  • d’expliquer le rôle d’un acteur, d’un événement …,

  • de décrire une situation historique, géographique,

  • de dresser un tableau d’une situation,

  • de définir une notion …


B – Seconde situation d’évaluation

  • Durée : 1 heure

  • Nombre de points affectés : 8 points




  1. Modalités de l’évaluation

Elle porte sur la discipline qui n'a pas été l'objet de la première épreuve. Elle consiste en une analyse de document(s). Elle porte sur les situations d'un des sujets d'étude inscrites au programme de terminale. L’analyse de documents sera guidée par des questions.

Ces questions doivent permettre de vérifier la capacité du candidat à :

  • comprendre un document,

  • en saisir son enjeu, son intérêt mais aussi ses limites (distance critique),

  • maitriser des connaissances.

Voir en annexe la troisième partie des sujets « zéro »

III – Mise en œuvre du CCF
Les programmes d’enseignement et les modalités d’évaluation étant nouvelles et différentes des pratiques antérieures, chacune des situations d’évaluation construite par le formateur sera envoyée en amont de sa passation à l’inspecteur pour validation. Cette procédure permettra d’aider chacun à définir des situations d’évaluation conformes aux Instructions officielles et à l’esprit dans lequel elles ont été définies. Par ailleurs, cela favorisera la constitution d’une banque de ressources dans laquelle chaque formateur pourra alimenter ses propres pratiques et sa réflexion pédagogique.
Pour faciliter votre travail, vous trouverez en annexe 3, quatre fiches correspondant à chacune des situations d’évaluation. Ce sont ces documents qui devront être envoyés à l’inspecteur afin qu’il puisse prendre connaissance des situations d’évaluation que vous proposez et qu’il les valide.

ANNEXE 1 – Baccalauréat professionnel – Français - Exemples de sujets « zéro »



  • SUJET N° 1 - Objet d’étude : La parole en spectacle


Texte 1

Georges Diderot est le responsable de la construction d’un pont gigantesque sur le site d’Edgefront Tower. Après quelques semaines de travaux, les ouvriers cessent le travail pour réclamer une augmentation.
L’arrivée de Diderot sur le site d'Edgefront Tower provoque un silence impressionné, mixte de réticence et de curiosité. On connaît par coeur sa silhouette, on s'écarte pour le laisser passer. Qui est porte-parole ? A ces mots le silence se leste davantage puis Seamus O'Shaughnessy sort du rang, les lèvres si crispées qu'elles ne sont plus qu'une encoche sur sa face inquiétante : moi. Les deux hommes se jaugent. Seamus reformule la revendication - toujours ce même phrasé heurté, les lèvres qui se retroussent découvrant les gencives : une augmentation des salaires d'une heure par jour de travail. Diderot observe les gars, déclare on n’y arrivera pas : une heure par jour c'est six par semaine, vingt-quatre par mois etc., multiplié par le nombre de salaires, pas la peine de vous faire un dessin, c'est injouable. Ah ouais, comment ça injouable ? Seamus se tend, son corps n'exprime qu'un poing serré au fond d'une poche et Diderot, sec, vous n'obtiendrez jamais cela, alors Seamus de pivoter vers les autres, ok alors on va mettre la grève au vote : si on n'est pas augmentés, on arrête de bosser. Les gars autour s'échauffent, évoluent doucement en collectif - c'est assez beau à voir -, et maintenant certains s'adressent directement à Diderot sans plus de protocole, quelques-uns le tutoient - Diderot n'a pas de superpouvoirs mais deux bras et deux jambes, un casque sur la tête et lui aussi les mains dans la merde à cet instant -, ils répètent on veut le paiement du temps de transport sur site, sans quoi on arrête, leurs voix se recouvrent et se confortent, un type renchérit, ouais, et on occupe le site. Se raniment dans les regards la courte gamme de la colère, la certitude d'une force, ouais, on reste, le pont c'est nous. Sanche est monté sur une caisse, on est entré dans un rapport de force, il frémit, excité, observe Diderot évaluer la situation, soupeser l'ampleur de la crise, sait qu'il doit formuler quelque chose au plus vite, trouver la solution. Diderot déclare avec une lenteur presque solennelle : sur le principe, je suis d'accord. Quelques types hurlent, applaudissent, on soulève une femme par la taille, on se pousse les uns les autres, Seamus leur lance un regard courroucé, qu'est-ce qui leur prend à ceux-là ? On n'est pas là pour célébrer la générosité du Père Noël mais pour faire pression sur un patron. Diderot refroidit l'assemblée en annonçant illico d'un geste de la main, attendez, maintenant va falloir chiffrer ça. Risée de silence et reflux de l'allégresse chez ceux qui lui font face, pas question d'avoir trois miettes en plus, pas question de se faire enfumer s'enhardit la femme précédemment soulevée en triomphe.

Maylis De Kerangal, Naissance d’un pont (2010)




Texte n° 3

  1   2   3

similaire:

Le questionnaire IL doit comporter iconLe questionnaire qg 1500
«Les enquêtes dialectologiques de la Société d'Éthnolinguistique Bretonne : Éléments de présentation du Questionnaire Grammatical...

Le questionnaire IL doit comporter iconLa rationalisation du travail et donc du taylorisme
«il y a un nombre excessif de gardiens en casquettes». Ce qui permet de lutter contre les stratégies d’évitement de l'ouvrier dans...

Le questionnaire IL doit comporter iconNeen ou la communication entre des anges
«naming company» à qui l’on doit entre autres le nom de Xerox de lui trouver un nom pour un nouveau mouvement artistique. Une des...

Le questionnaire IL doit comporter iconQuestionnaire établissement

Le questionnaire IL doit comporter iconQuestionnaire Vide

Le questionnaire IL doit comporter iconQuestionnaire rédigé par

Le questionnaire IL doit comporter iconLe programme libre : Dans le cadre de leur réflexion, IL est permis...
«Quartier Athènes» et outre les 300 parcelles et 400 logements, cette zone d’urbanisation doit impérativement s’articuler autour...

Le questionnaire IL doit comporter iconQuestionnaire rédigé par
«Red» Auerbach, quelle équipe de la nba a remportée 8 championnats d’affilé entre 1958 et 1966?

Le questionnaire IL doit comporter iconQuestionnaire à l’attention des acteurs culturels
«projet culturel de territoire» qui valorise les ressources existantes et impulse de nouvelles dynamiques de création et de coopération....

Le questionnaire IL doit comporter iconRÉsumé Acte I
«pompeux sacrifice» que doit exécuter Calchas, le trouble du roi ne fait que croître







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com