Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises)







télécharger 398.79 Kb.
titreLittérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises)
page2/7
date de publication22.02.2017
taille398.79 Kb.
typeLittérature
a.21-bal.com > documents > Littérature
1   2   3   4   5   6   7

Conclusion

La mort de Cicéron nous montre le pouvoir politique immense que possède l’orateur brillant.
« Cedant arma togae » : Que les armes cèdent à la toge !

MAIS QUI EST CET ORATEUR ?


CORRIGÉ

Marcus Tullius Cicero, "Cicéron" (106-43)
Le surnom de Cicéron
Le mot cicer désigne en latin " le pois chiche ", et sans doute le premier qui fut ainsi appelé avait-il au bout du nez une petite fente qui ressemblait au sillon d'un pois chiche et qui lui valut ce surnom. Au reste, Cicéron lui-même, quand il brigua sa première charge et aborda les affaires publiques, répondit fièrement à ses amis qui lui conseillaient de quitter ce nom et d'en prendre un autre, qu'il saurait lutter de façon à "rendre le nom de Cicéron plus illustre que celui des Scaurus1 et des Catulus2".
Plutarque, Vie de Lucullus, 38

 

 

  1. La formation de l’orateur


Né en 106 à Arpinum, dans le Latium, il se fait remarquer dès son enfance par son intelligence et son désir de s'instruire.
Lorsqu'il fut en âge d'apprendre, il montra les plus brillantes dispositions et acquit parmi les enfants tant de renom et de gloire que leurs pères venaient souvent à l'école pour voir de leurs yeux Cicéron et pour vérifier les éloges que l'on faisait de sa promptitude à s'instruire et de son intelligence, mais les plus grossiers se fâchaient contre leurs fils en voyant que, dans les rues, ils plaçaient Cicéron au centre de leur groupe pour lui faire honneur.
Plutarque, Vie de Cicéron, 2.
Ingenium ejus ita eluxit, ut eum aequales e schola redeuntes medium, tanquam regem, circumstantes deducerent domum. […]Eorum parentes pueri fama commoti, in ludum litterarium ventitabant, ut eum viserent.
Son intelligence brillait tellement que ses camarades, quand ils rentraient de l’école, faisaient cercle autour de lui, comme s’il était un roi, et le ramenaient chez lui. Leurs parents, ébranlés par la réputation de cet enfant, venaient à l’école pour le voir.

L’abbé Lhomond

Il débute au barreau à vingt-cinq ans en prononçant des discours courageux contre des favoris de Sylla3. Il étudie encore à Athènes et à Rhodes ; il revient à Rome en 77.

Tullius Cicero adulescens eloquentiam et libertatem suam adversus Syllanos ostendit. […] Cicero Athenas petivit, ubi Antiochum philosophum studiose audivit. […] Cum Ciceronem dicentem audivisset, flevisse dicitur, quod praevideret per hunc Graecos a Romanis ingenii et eloquentiae laude superatum iri.
Jeune homme, (17 à 30 ans), Tullius Cicéron fit preuve de son talent oratoire et de sa liberté contre des proches de Sylla. Cicéron se rendit à Athènes, où il écouta Antiochus, le philosophe, avec passion. On raconte qu’il pleurait en écoutant parler Cicéron, parce qu’il prévoyait qu’à cause de lui, les Grecs seraient surpassés par les Romains par la gloire de son talent et de son éloquence.


L’abbé Lhomond

- « dicitur » = « il est dit que »: traduire par « on raconte que »
- cum Ciceronem dicentem audivisset : en entendant parler Cicéron
- « dicitur » se construit avec l'infinitif : ici l'infinitif parfait (= passé) « flevisse » (du verbe « fleo, -es, -ere, pleurer »)
- « quod praevideret » = « parce qu'il prévoyait que »
- « Graecos superatum iri » = « les Grecs seraient surpassés »
- laus, laudis, f. : la gloire

2-  L’ascension judiciaire et politique de l’orateur
Il commence son cursus honorum comme questeur en Sicile en 75.
Romam reversus, quaestor in Sicilia fuit. Nullius vero quaestura aut gratior, aut clarior fuit.
De retour à Rome, il devint questeur de Sicile. En vérité, aucune questure ne fut plus agréable et brillante que la sienne.

L’abbé Lhomond

De retour à Rome, il plaide en faveur des Siciliens contre leur ancien préteur Verrès qui avait commis des abus de toute sorte et le fait condamner en 70.
Les Siciliens reconnaissants lui amenèrent ou lui apportèrent de leur île, lors de son édilité, une grande quantité de présents. Il n'en tira aucun profit personnel et n'usa de leur libéralité que pour faire baisser le prix des vivres.

Plutarque, Vie de Cicéron, 8.

Avocat désormais célèbre, Cicéron poursuit avec ambition sa carrière politique.
Comme il s'adonnait à la politique avec plus d'ardeur, il pensa qu'il serait honteux, alors que les artisans qui se servent d'outils inanimés n'ignorent ni le nom ni la place ni l'usage de chacun d'eux, que l'homme d'Etat appelé par l'exercice de ses fonctions publiques à manier les hommes se montrât négligent et paresseux pour connaître les citoyens. En conséquence, il s'accoutuma non seulement à se rappeler leurs noms, mais encore à savoir quelle demeure habitait chacun des notables, quelles propriétés, quels amis et quels voisins ils avaient, et, lorsqu'il voyageait en Italie sur n'importe quelle route, il pouvait aisément nommer et montrer les terres et les fermes de ses amis.
Plutarque, Vie de Cicéron, 7.
Appuyé par Pompée, il devient édile en 69, préteur en 66, et enfin consul en 63.


3- Le triomphe de l’orateur

En 63, Cicéron déjoue, grâce à ses talents d’orateur, la conjuration de Catilina.
Cicero consul factus Sergii Catilinae conjurationem singulari virtute, constantia curaque compressit. […] Catilina metu consulis Roma ad exercitum, quem paraverat, profugit. […] Senatus populusque Romanus Ciceronem « patriae patrem » appellavit: ea res tamen Ciceroni postea invidiam creavit.
Cicéron, alors consul, arrêta la conjuration de Sergius Catilina avec un mérite, une fermeté et un soin extraordinaires. Catilina, par crainte du consul, fuit Rome pour rejoindre l’armée qu’il avait préparée. Le sénat et le peuple romain déclarèrent Cicéron « Père de la patrie » ; ce titre cependant généra de la haine à l’égard de Cicéron.

L’abbé Lhomond

  • comprimo, is, ere, pressi, pressum : arrêter
    - metus, metus, m. : la crainte
    - es res tamen : ce titre cependant
    - invidia, ae, f. : l’hostilité, la haine





Cicéron fait exécuter Catilina et ses complices. Il doit répondre au procès qui lui est fait d'avoir fait tuer des citoyens romains.

« Juro, inquit, rem publicam atque urbem Romam mea unius opera salvam esse.»
Je jure, dit-il, que la République et la ville de Rome ont été sauvées grâce à mes actions.

4- L’exil et la mort de Cicéron
Le tribun Clodius fait condamner Cicéron à l’exil en 58.
Cicero, cum posset armis salutem suam defendere, maluit urbe cedere, quam sua causa caedem fieri. […] Dein Clodius edictum proposuit, ut Marco Tullio igni et aqua interdiceretur.
Cicéron, alors qu’il pouvait défendre son salut avec les armes, préféra quitter la ville plutôt qu’il y ait des meurtres à cause de lui. Ensuite Clodius proposa que Marcus Tullius soit interdit de feu et d’eau (« être condamné à l'exil » ; concrètement, cela signifie que personne à Rome n'a le droit de donner du feu ni de l'eau au condamné: il ne peut donc pas survivre et doit partir de Rome.)
L’abbé Lhomond

L’orateur est rappelé au bout de dix-huit mois. Proconsul en Cilicie (51), il revient à Rome, au moment où la guerre civile éclate entre Pompée et César. Il se décide après bien des hésitations pour Pompée mais, après la défaite de celui-ci, implore apeuré le pardon de César.

A la mort de César en 44, il prend le parti d'Octave et lutte vigoureusement contre Antoine. Mais Cicéron est ensuite victime de leur réconciliation.
Le jeune homme [Octavien] devenu puissant et nommé consul, laissa de côté Cicéron, se lia d'amitié avec Antoine et Lépide [...] Pendant trois jours ils restèrent réunis secrètement entre eux seuls près de la ville de Bononia […]. On dit que César [Octavien], après avoir bataillé en faveur de Cicéron les deux premiers jours, céda le troisième jour et l'abandonna [...] tant la colère et la rage leur avaient fait oublier la raison et les sentiments humains, ou plutôt tant ils firent voir qu'il n'y a pas de bête plus sauvage que l'homme quand il joint le pouvoir à la passion.
Plutarque, Vie de Cicéron, 46-49.

Antonius, inita cum Octavio societate, Ciceronem jamdiu sibi inimicum proscripsit.
Antonius, l’alliance ayant commencé avec Octave, proscrivit Cicéron qui était son ennemi depuis bien longtemps déjà. (Les proscriptions sont une pratique qui s'est répandue à Rome lors des guerres civiles (Ier s. av. JC), alors qu'il arrivait souvent qu'un homme prenne le pouvoir par un coup d'état: l'homme qui avait pris le pouvoir faisait afficher dans Rome les noms de ses ennemis; si votre nom figurait sur ces proscriptions, n'importe qui avait le droit de vous tuer sans être inquiété.)

L’abbé Lhomond

  • « inita…societate » = « l'alliance ... ayant commencé »

  • jamdiu : depuis longtemps


Ensuite, Cicéron est assassiné sur ordre d’Antoine, comme vous le savez.

MAIS QUI EST CET ORATEUR ?

Marcus Tullius Cicero, "Cicéron" (106-43)

 

1- La formation de l’orateur

Né en 106 à Arpinum, dans le Latium, il se fait remarquer dès son enfance par son intelligence et son désir de s'instruire.
Lorsqu'il fut en âge d'apprendre, il montra les plus brillantes dispositions et acquit parmi les enfants tant de renom et de gloire que leurs pères venaient souvent à l'école pour voir de leurs yeux Cicéron et pour vérifier les éloges que l'on faisait de sa promptitude à s'instruire et de son intelligence, mais les plus grossiers se fâchaient contre leurs fils en voyant que, dans les rues, ils plaçaient Cicéron au centre de leur groupe pour lui faire honneur.
Plutarque, Vie de Cicéron, 2.
Traduisons ensemble :
Ingenium ejus ita eluxit, ut eum aequales e schola redeuntes medium, tanquam regem, circumstantes deducerent domum. […]Eorum parentes pueri fama commoti, in ludum litterarium ventitabant, ut eum viserent.

L’abbé Lhomond


Il débute au barreau à vingt-cinq ans en prononçant des discours courageux contre des favoris de Sylla. Il étudie encore à Athènes et à Rhodes ; il revient à Rome en 77.


Traduisez :
Tullius Cicero adulescens eloquentiam et libertatem suam adversus Syllanos ostendit. […] Cicero Athenas petivit, ubi Antiochum philosophum studiose audivit. […] Cum Ciceronem dicentem audivisset, flevisse dicitur, quod praevideret per hunc Graecos a Romanis ingenii et eloquentiae laude superatum iri.


L’abbé Lhomond

- « dicitur » = « il est dit que »: traduire par « on raconte que »
- cum Ciceronem dicentem audivisset : en entendant parler Cicéron
- « dicitur » se construit avec l'infinitif : ici l'infinitif parfait (= passé) « flevisse » (du verbe « fleo, -es, -ere, pleurer »)
- « quod praevideret » = « parce qu'il prévoyait que »
- « Graecos superatum iri » = « les Grecs seraient surpassés »
- laus, laudis, f. : la gloire



  1. L’ascension judiciaire et politique de l’orateur



Il commence son cursus honorum comme questeur en Sicile en 75.
Traduisons ensemble :
Romam reversus, quaestor in Sicilia fuit. Nullius vero quaestura aut gratior, aut clarior fuit.

L’abbé Lhomond

De retour à Rome, il plaide en faveur des Siciliens contre leur ancien préteur Verrès qui avait commis des abus de toute sorte et le fait condamner en 70.
Les Siciliens reconnaissants lui amenèrent ou lui apportèrent de leur île, lors de son édilité, une grande quantité de présents. Il n'en tira aucun profit personnel et n'usa de leur libéralité que pour faire baisser le prix des vivres.

Plutarque, Vie de Cicéron, 8.

Avocat désormais célèbre, Cicéron poursuit avec ambition sa carrière politique.
Comme il s'adonnait à la politique avec plus d'ardeur, il pensa qu'il serait honteux, alors que les artisans qui se servent d'outils inanimés n'ignorent ni le nom ni la place ni l'usage de chacun d'eux, que l'homme d'Etat appelé par l'exercice de ses fonctions publiques à manier les hommes se montrât négligent et paresseux pour connaître les citoyens. En conséquence, il s'accoutuma non seulement à se rappeler leurs noms, mais encore à savoir quelle demeure habitait chacun des notables, quelles propriétés, quels amis et quels voisins ils avaient, et, lorsqu'il voyageait en Italie sur n'importe quelle route, il pouvait aisément nommer et montrer les terres et les fermes de ses amis.
Plutarque, Vie de Cicéron, 7.

Appuyé par Pompée, il devient édile en 69, préteur en 66, et enfin consul en 63.

3- Le triomphe de l’orateur
En 63, Cicéron déjoue, grâce à ses talents d’orateur, la conjuration de Catilina.
Traduisez :
Cicero consul factus Sergii Catilinae conjurationem singulari virtute, constantia curaque compressit. […] Catilina metu consulis Roma ad exercitum, quem paraverat, profugit. […] Senatus populusque Romanus Ciceronem « patriae patrem » appellavit: ea res tamen Ciceroni postea invidiam creavit.
L’abbé Lhomond

- comprimo, is, ere, pressi, pressum : arrêter
- metus, metus, m. : la crainte
- es res tamen : ce titre cependant
- invidia, ae, f. : l’hostilité, la haine

Cicéron fait exécuter Catilina et ses complices. Il doit répondre au procès qui lui est fait d'avoir fait tuer des citoyens romains.


Traduisons ensemble :
« Juro, inquit, rem publicam atque urbem Romam mea unius opera salvam esse.»


4- L’exil et la mort de Cicéron
Le tribun Clodius fait condamner Cicéron à l’exil en 58.
Traduisons ensemble :
Cicero, cum posset armis salutem suam defendere, maluit urbe cedere, quam sua causa caedem fieri. […] Dein Clodius edictum proposuit, ut Marco Tullio igni et aqua interdiceretur.
L’abbé Lhomond

L’orateur est rappelé au bout de dix-huit mois. Proconsul en Cilicie (51), il revient à Rome, au moment où la guerre civile éclate entre Pompée et César. Il se décide après bien des hésitations pour Pompée mais, après, après la défaite de celui-ci, implore apeuré le pardon de César.

 A la mort de César en 44, il prend le parti d'Octave et lutte vigoureusement contre Antoine. Mais Cicéron est ensuite victime de leur réconciliation.
Le jeune homme [Octavien] devenu puissant et nommé consul, laissa de côté Cicéron, se lia d'amitié avec Antoine et Lépide [...] Pendant trois jours ils restèrent réunis secrètement entre eux seuls près de la ville de Bononia […]. On dit que César [Octavien], après avoir bataillé en faveur de Cicéron les deux premiers jours, céda le troisième jour et l'abandonna [...] tant la colère et la rage leur avaient fait oublier la raison et les sentiments humains, ou plutôt tant ils firent voir qu'il n'y a pas de bête plus sauvage que l'homme quand il joint le pouvoir à la passion.

Plutarque, Vie de Cicéron, 46-49.
Traduisez :
Antonius, inita cum Octavio societate, Ciceronem jamdiu sibi inimicum proscripsit.
L’abbé Lhomond

- « inita…societate » = « l'alliance ... ayant commencé »
- jamdiu : depuis longtemps

Ensuite, Cicéron est assassiné sur ordre d’Antoine, comme vous le savez.

Ce cours a été construit à partir d’un cours de Nadia Pla et de la page web suivante :

http://www.noctes-gallicanae.org/Rome/Grands%20noms/ciceron.htm

Je recommande vivement l’exploration de l’excellent site Noctes Gallicanae qui propose un résumé de l’histoire romaine illustrée par des citations d’historiens anciens, grecs et romains.


Liste de vocabulaire à retenir
audio, is, ire, ivi, itum : écouter

constantia, ae, f. : fermeté, constance

dico, is, ere, dixi, dictum : dire

eloquentia, ae, f. : l’éloquence

fama, ae, f. : la réputation

ingenium, ii, n. : dispositions intellectuelles, intelligence

laus, laudis, f. : la gloire

libertas, atis, f. : la liberté

virtus, utis, f. : qualités qui font la valeur de l’homme physiquement et moralement

COMMENTAIRE SUR LA BIOGRAPHIE DE CICÉRON



  1. Rédiger un bilan sur Cicéron, le plus grand orateur de son temps.


Cicéron est considéré comme le plus grand orateur de son temps. Il fut un orateur brillant, et intègre, à une époque où il était rare de l'être. La répression du complot de Catilina fut le triomphe de sa vie et son chef-d'œuvre politique. Cependant, il fut parfois indécis, et échoua finalement à maintenir une république déjà vacillante.
Il fit preuve parfois d’une vanité puérile mais il ne faut pas mésestimer l'immense service rendu par lui à sa patrie, qui, moins de cinq ans plus tard, le paya d'ingratitude.
« On m'a rapporté que longtemps après, César [Auguste] étant entré chez un de ses petits-fils, celui-ci, qui avait en main un livre de Cicéron, fut saisi de peur et le cacha sous son vêtement ; mais César avait vu le livre, il le prit homme en disant: "C'était un homme éloquent, mon enfant, éloquent et patriote." »
Plutarque, Vie de Cicéron, 49
Sur sa vanité
« Cedant arma togae,

O fortunatam natam me consule Romam ! »

Que les armes laissent la place à la toge,

Heureuse Rome née sous mon consulat !

 

Cicéron, De suis temporibus.
- quel immense service Cicéron rendit-il à sa patrie ?

- comment meurt-il cinq ans plus tard ? Qu’en pensez-vous ?
Avec une touchante, mais parfois agaçante naïveté, il considère son action comme le plus grand acte de l'histoire romaine de tous les temps et n'hésite pas à se mettre en parallèle avec Romulus, ou, ce qui était moins habile et moins prudent de part, avec le grand Pompée.

Aussi bien s'employait-il avec persévérance à soigner sa renommée. Sur sa demande, son cher Atticus écrit en grec l'histoire du consulat de son ami, et celui-ci, la trouvant sans doute insuffisamment élogieuse, la refait dans la même langue. Il presse un autre de ses amis, Lucceius, de composer en latin un panégyrique de son consulat; il n'obtient d'ailleurs qu'une vague promesse, non suivie d'exécution. Il fait mieux encore.



  1. Définir l’orateur idéal


Cicéron est considéré comme le plus grand orateur de son époque. En reprenant la biographie de Cicéron, expliquez :
- quelle est la formation de l’orateur ;

- dans quels domaines s’exerce le pouvoir de l’orateur ;

- quelles sont les qualités nécessaires pour devenir un grand orateur.
LES CATILINAIRES DE CICÉRON
INTRODUCTION

En 63 av. J.-C., Cicéron, alors consul à Rome, prononce quatre discours contre Lucius Sergius Catilina, présumé chef d’une conjuration contre la République romaine.
Ces quatre discours correspondent aux quatre étapes de cette conjuration, depuis les préparatifs dont Cicéron a eu vent, jusqu’à sa répression.

Catilina, aventurier sans scrupules, avait gravi rapidement les premiers échelons du cursus honorum et était devenu en 67 propréteur1 en Afrique. Rayé des listes électorales consulaires en 66 pour malversation2, il monte une première conjuration visant à massacrer les consuls élus. Ayant échoué dans ce complot et deux autres fois aux élections consulaires, il prépare des incendies à Rome, de nouveaux massacres, ainsi que l’assassinat de Cicéron alors consul.

Dans la nuit du 6 au 7 novembre, Catilina a réuni ses complices chez un des conjurés pour les convaincre de lancer l’insurrection comploter contre Cicéron et plus largement contre Rome. Au point du jour, des assassins se présentent chez Cicéron, mais un informateur a prévenu le consul qui échappe à l'assassinat. Par mesure de sécurité, il convoque le sénat dans un lieu bien inhabituel, le temple de Jupiter Stator, pour le lendemain, le 8 novembre. Catilina s'y rend et quand il entre, tous s'écartent de lui. Cicéron prononce alors son discours contre Catilina afin de le démasquer et de le pousser à quitter Rome.

Le 9, Catilina parti, Cicéron lance sa deuxième catilinaire au Forum, afin d’expliquer sa stratégie : prendre Catilina et les siens en flagrant délit de conspiration. Après avoir pu rassembler des preuves irréfutables de la conjuration et fait arrêter des complices de Catilina, il en rend compte dans la troisième catilinaire. Enfin, le 5 décembre, il prononce la quatrième catilinaire devant le Sénat, cette fois au sujet des peines à appliquer aux accusés. Catilina meurt le 5 janvier 62 av. J.-C, sur le champ de bataille de Pistoia.

Le terme catilinaire, en français, est employé pour désigner un discours véhément contre quelqu'un, une satire très vive, en référence aux harangues du même nom prononcées par Cicéron contre Catilina.

L’extrait que nous allons étudier fait partie de l'exorde du discours de Cicéron, c'est à dire son commencement.

Tout discours suivait une structure (dispositio) qui comprenait cinq étapes successives :

1. exordium : introduction
2. narratio : exposition des faits
3. probatio / confirmatio : preuves, argumentation
4. refutatio : réfutation, "contre-attaque"
5. peroratio : péroraison ou conclusion

EXORDE DE LA PREMIÈRE CATILINAIRE DE CICÉRON

(paragraphe 1)

1- Resituer le contexte, imaginer la scène.

63 avant JC. Le 8 novembre. Vers 8 heures du matin. Cicéron, consul, a convoqué les sénateurs dans le temple de Jupiter Stator. Il vient d’échapper à un assassinat fomenté par Catilina. Il est décidé à dénoncer la conjuration de Catilina et à convaincre le Sénat de la nécessité de le faire quitter Rome.

Devant le sénat, il entame sa harangue. Nous allons étudier l’exorde de ce discours.

Ecoutons-le.


2- Introduire la lecture du texte en prononciation restituée.


D’après les universitaires passionnés de la Society for the oral reading of greek and latin literature (SORGLL), les recherches linguistiques et métriques permettent désormais de restituer la prononciation latine. Ces professeurs, de l’Université du Minnesota, proposent, sur leur site, d’écouter des textes latins et grecs lus en prononciation restituée. Je laisse la parole à Robert Sonkowsky pour incarner Cicéron.


3- Ecouter le texte.


http://www.rhapsodes.fll.vt.edu/cicero.htm

3- Réagir, non sur le sens, mais sur le ton.

a- la musicalité de la langue



- la longueur variable des voyelles (courte ou longue, comme dans patte et pâte; on note parfois conventionnellement ă la première et ā la seconde, cette cupule ˘ et ce macron ˉ pouvant surmonter toutes les voyelles.

Cette notation n’est pas latine, mais peut être utile pour les latinistes : elle peut aider par exemple à distinguer un nominatif ou vocatif singulier (a bref) d’un ablatif singulier (a long) pour un mot de la première déclinaison.

- l’accentuation : le latin possédait un accent tonique qui permettait de mettre en évidence une syllable particulière dans la plupart des mots.

b- les effets de style

- le retour des même sonorités
- les répétitions de mots en début de période (anaphore)
- les énumérations
- les questions rhétoriques

- le rythme (les clausules ou disposition des mots à la fin d'un membre de phrase ou d'une phrase, destinée à créer un certain rythme quantitatif, tonique ou accentuel. Elle est définie dans Institution oratoire de Quintilien comme une conclusion qui frappe l'auditeur, et est décrite comme une structure rythmique dont la nature est d’arrêter l’élan de la phrase pour laisser à l’auditeur le temps de voir.»

Conclure :

Cicéron souhaite créer une tension dramatique.

Nous venons d’apprécier le travail de style qu’a produit l’orateur. Il a atteint son premier but : placere.

c- Le ton

Nous avons aussi profité de la mise en voix du texte par Monsieur Sonkowsky et goûté à l’importance de l’actio.

Le ton du discours est donné : on en sent la force, la violence, la véhémence du réquisitoire4.

L’orateur a atteint son deuxième but : movere.

Plongeons dans le texte pour nous assurer que l’orateur atteint son troisième objectif : docere.

Distribuer le texte.
Afficher le texte au tableau (vidéoproj).



4- Etude du texte : commentaire et traduction.


Dans un premier temps, le travail de compréhension se fait sans traduction. On fera une lecture linéaire analitique pour construire le sens du texte en échaffaude des hypothèses de lecture qui aidera à la traduction.

a- Les trois premières phrases.

Sur la première phrase :

- repérer le vocatif : adresse directe à Catilina positionné comme un accusé ;
- repérer les types de phrases et définir ce que sont les questions rhétoriques (des questions qui n’attendent pas de réponse) : Cicéron montre qu’il s’apprête à prononcer un réquisitoire contre Catilina ;
- repérer les deux abalatifs en indiquant leur longueur (assonance de a longs – tension dramatique).

Il s’agit d’un exorde ex abrupto. Cicéron amorce l’intérêt de l’auditoire.

- trouver le verbe, noter qu’il est équivalent à abuteris. Repérer la personne à laquelle est conjuqué et indiquer le temps : le système d’énonciation (usage de la deuxième personne montre que Cicéron formule son violent discours contre Catilina).
Traduire

Une problématique de traduction : rendre compte de la perfection d’un écrit et de l’urgence d’une parole orale… la traduction idéale sera celle qui saura restituer l’illusion de l’oral à laquelle parvient l’écriture cicéronienne…

Mais alors, comment traduire l’illustre formule sur laquelle s’ouvre le discours latin ?

Recours à deux traductions à chaque fois, pour les comparer :

Oeuvres complètes de Cicéron, publiées sous la direction de M. Nisard, et traduction de J. Thibault.

Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Catilina?

Jusques à quand abuseras-tu de notre patience, Cati­lina ?


Sur la deuxième phrase :


- repérer l’association tuus et nos : par un jeu d’opposition entre tu et nos, Cicéron isole l’accusé et fait des autres sénateurs ses alliés et ses complices. Le but du discours est de faire réagir, de susciter une réaction instantanée : Cicéron veut entraîner l’adhésion d’un partie de l’auditoire, mais aussi en pousser une autre partie, secrètement conjurée à se démasquer.

- repérer le mot furor, chargé dans la civilisation latine d’une signification juridique et litttéraire : le furor est l’état de tout homme qui ne se conduit plus de façon humaine.
« Ira furor brevis est » Horace

Référence aux Furies (les divinités infernales chargées d'exécuter sur les coupables la sentence des juges qui doivent leur nom à la fureur qu'elles inspirent). Cicéron commence à dresser un portrait de Catilina plutôt sombre.

- commenter l’emploi de iste : rappel sur l’emploi des pronoms adjectifs-démonstratifs. Dans les plaidoiries, hic (mon client) s’oppose à iste (ton client) : comme le client de la partie adversaire est désigné avec mépris, il en résulte que iste prend souvent, même en dehors des plaidoiries, un sens péjoratif ;

- eludet : comparaison avec le gladiateur qui pare et esquive les coups qu’on lui porte.

Traduire

Combien de temps encore serons-nous le jouet de ta fureur?

Combien de temps encore serons-nous ainsi le jouet de ta fureur ?



Sur la troisième phrase :

Jusqu'où s'emportera ton audace effrénée ?
Où s'arrêteront les emportements de cette audace effrénée ?

Cicéron produit un exorde ex abrupto : de manière brusque; sans entrée en matière, préambule ou transition.

Sur la quatrième phrase :

- commenter la longueur de la phrase, l’accumulation, longue énumération de mots destinée à frapper le lecteur ;
- analyser l’énumération : en conclure qu’il s’agit d’une gradation descendante. Le discours de Cicéron suit un mouvement presque cinématographique qui montre le vaste ensemble du Palatin, puis descend dans les rues de Rome, entre ensuite au sénat et se fige enfin sur les visages graves des sénateurs, ora vultusque. On peut supposer que l’entrée de Catilina dans la Sénat a été accueillie par des signes de répulsion et de mépris des sénateurs ;
- repérer la répétition anaphorique de nihil – en rien, le nihilisme étant une doctrine philiosophique selon laquelle on ne croit en rien - (l’anaphore est un procédé qui consiste à commencer par le même mot les divers membres d’une phrase). L’anaphore montre l’indignation de l’orateur. Elle lui permet aussi de noircir le portrait de Catilina qu’il accable de charges.

Traduire

En cours de traduction :
- expliquer praesidium Palatii : le Mont Palatin, situé à peu près au centre des 7 collines sur lesquelles la ville s’était progressivement étendue, dominait le Forum, et offrait la position le plus favorable pour établir des postes de surveillance : c’est pourquoi Cicéron avait ordonné qu’il soit occupé militairement et gardé pendant la nuit, par mesure de sécurité ;


- bonorum : les bons citoyens, c’est-à-dire les honnêtes gens, amis de l’ordre, ralliés à la politique de Cicéron et qui se sont réunis devant le temple où siège le Sénat ;
- locus : le temple de Jupiter Stator était au pied du Palatin qu’occupaient les troupes, et à l’extrémité d’une des grandes voies (la voie neuve) : c’est le lieu le plus sûr, parmi d’autres. C’est pourquoi Cicéron y avait convoqué le Sénat plutôt que dans la Curia Hostila ou dans un autre temple ;


- le pronom démonstratif horum : Cicéron montre d’un geste les sénateurs.

Quoi ! ni la garde qui veille la nuit sur le mont Palatin, ni les forces répandues dans toute la ville, ni la consternation du peuple, ni ce concours de tous les bons citoyens, ni le lieu fortifié choisi pour cette assemblée, ni les regards indignés de tous les sénateurs, rien n'a pu t'ébranler!
Ni la garde qui veille la nuit sur le mont Palatin, ni les postes répandus dans la ville, ni l'effroi du peuple, ni le concours de tous les bons citoyens, ni le choix, pour la réunion du sénat, de ce lieu le plus sûr de tous, ni les regards ni le visage de ceux qui t'en­tourent, rien ne te déconcerte?
Cicéron dénonce le caractère de Catilina et s’allient les sénateurs.

Phrase 5

  • sentis et vides : verbes de sensation qui introduisent des propositions infinitives.

  • noter le a long de scientia

  • conjurationem : le mot est lancé. Cicéron accuse Catilina de complot. Rappelez la formation judiciaire des orateurs.



Traduire et travailler en particulier le sens de la deuxième proposition infinitive.

Tu ne vois pas que tes projets sont découverts? que ta conjuration est ici environnée de témoins, enchaînée de toutes parts?

Tu ne sens pas que tes projets sont dévoilés ? Tu ne vois pas que ta conjuration reste impuissante, dès que nous en avons tous le secret ?


Phrase 6

- repérer l’allitération en r qui attire l’attention sur ignorare arbitraris. Traduire la principale.
- repérer la suite d’interrogatives indirectes en entourant les mots interrogatifs (quid, ubi, quos) : Cicéron bombarde Catilina de chefs d’accusation, il annonce qu’il est mesure de dévoiler au sénat, dans les moindres détails, les secrets du complot.
- les interrogatives indirectes ont des verbes conjugués au subjonctif parfait.
- nocte vient après le mot proxima, qui désigne la nuit qui avait précédé immédiatement la séance, superiore s'applique à celle d'auparavant, c'est-à-dire celle où s'était tenue chez Léca l'assemblée dans laquelle avait été résolue la mort de Cicéron.
Traduire

Penses-tu qu'aucun de nous ignore ce que tu as fait la nuit dernière et celle qui l'a précédée; dans quelle maison tu t'es rendu; quels complices tu as réunis; quelles résolutions tu as prises?

Penses-tu qu'un seul de nous ignore ce que tu as fait la nuit dernière et la nuit précédente, où tu es allé, quels hommes tu as réunis, quelles résolutions tu as prises ?

VOCABULAIRE DE L’EXORDE DE LA PREMIÈRE CATILINAIRE

Phrase 1
quo usque : jusqu’où
tandem, adv. : enfin
abutere = abuteris : abutor, eris, i, abusus sum : abuser de (+ abl.) 2ème personne du singulier du futur de l’indicatif actif

Phrase 2
quam diu : combien de temps
etiam : encore
furor, oris, m. : fureur, folie furieuse
iste, a, ud : ce (démonstratif à nuance péjorative)
eludo, is, ere : esquiver

Phrase 3
quem ad finem : jusqu’où
sese, pronom : = se
effrenatus, a, um : effréné, déchaîné
audacia, ae, f.

Phrase 4
-ne : est-ce que … ne pas
nihil : en rien, pas du tout
nocturnus, a, um
praesidium, ii, n. : la garde
Palatium, ii, n.
urbs, urbis, f.
vigilia, ae, f. : la ronde de nuit
timor, oris, m. : la crainte, l’effroi
populus, i, m.
concursus, us, m. : le rassemblement
boni, orum, m.plu. : les bons citoyens
omnis, e : tout (génitif pluriel)
hic, haec, hoc : ce, cette
munitus, a, um (superlatif) : fortifié, renforcé, protégé
locus, i, m. : le lieu
habendi senatus : pour tenir la séance du sénat
os, oris, n. : le visage
voltus, us, m. : = uultus, us, m. : le regard

Phrase 5
consilium, ii, n. : le projet, le plan
teneri (infinitif présent passif de teneo, es, ere, ui, tentum) : tenir
constrictam (participe parfait passif de constringo, is, ere, strinxi, strictum) : enchaîner, contenir, réprimer
jam, adv. : à l'instant, désormais
scientia, ae, f. : la connaissance
conjuratio, onis, f.

Phrase 6
arbitror, aris, ari, atus sum : penser, juger
quis : quelqu’un (traduire quem nostrum : nostrum complément au génitif de quem)
quis, quae, quid : qui ? quoi ?
egeris, fueris, convocaveris et ceperis sont les verbes ago, sum, convoco et capio conjugués au subjonctif parfait dans les proposition interrogatives indirectes
proxima nocte : la nuit dernière
superiore nocte : l’avant-dernière nuit

quid consiliium ceperis : les résolutions que tu as prises
EXORDE DE LA PREMIÈRE CATILINAIRE DE CICÉRON

(paragraphe 2)

1- Associez chaque groupe de mots latins à sa traduction. Copiez la traduction du texte.


O tempora ! o mores !
Senatus haec intellegit,
consul videt ;
hic tamen vivit.
Il vit ?
immo vero
etiam in senatum venit,
fit publici consili particeps,
notat et designat oculis
ad caedem
unumquemque nostrum.
Nos autem,
fortes viri,
... videmur,
satis facere rei publicae
si ... vitamus
istius furorem ac tela.
... jampridem oportebat , Catilina,
te ad mortem duci
jussu consulis,
in te conferri pestem,
quam tu ... jam diu machinaris
in nos omnes.


il vient même au sénat,
que soit reportée sur (contre) toi la ruine
Ô temps, ô moeurs,
Et nous,
le consul les voit ;
sur l’ordre du consul,
Vivit ?
chacun d’entre nous.
Non ! bien pire !
il est partie prenante de la délibération publique,
le sénat sait (discerne) ces choses là (pl neutre)
contre nous tous.
il marque et désigne des yeux
hommes courageux,
faire assez pour l’intérêt public,
du moment que nous évitons
la folie furieuse et les traits de cet individu.
depuis longtemps il aurait fallu, Catilina,
que tu sois conduit à la mort
celui-ci, pourtant, vit.
que toi, tu manigances depuis longtemps déjà
nous croyons (semblons)
pour l’assassinat



2- Répondez aux questions suivantes.

a- Relisez la phrase « Nos autem fortes viri satis facere rei publicae videmur, si istius furorem ac tela vitemus. ». Dans cette phrase, Cicéron dit-il réellement ce qu’il pense ? Comment s’appelle cette figure de style ?

b- Quelle est l’intention de l’orateur ?
c- Quelles autres figures de style relevez-vous dans ce deuxième paragraphe ?

d- En quoi peut-on dire que le discours de Cicéron se présente comme un réquisitoire5 ?
EXORDE DE LA PREMIÈRE CATILINAIRE DE CICÉRON

CORRIGÉ

1- Associez chaque groupe de mots latins à sa traduction. Copiez la traduction du texte.


O tempora ! o mores !
Senatus haec intellegit,
consul videt ;
hic tamen vivit.
Il vit ?
immo vero
etiam in senatum venit,
fit publici consili particeps,
notat et designat oculis
ad caedem
unumquemque nostrum.
Nos autem,
fortes viri,
... videmur,
satis facere rei publicae
si ... vitamus
istius furorem ac tela.
... jampridem oportebat , Catilina,
te ad mortem duci
jussu consulis,
in te conferri pestem,
quam tu ... jam diu machinaris
in nos omnes.


Ô temps, ô moeurs,
le sénat sait (discerne) ces choses là (pl neutre)
le consul les voit ;
celui-ci, pourtant, vit.
Vivit ?
Non ! bien pire !
il vient même au sénat,
il est partie prenante de la délibération publique,
il marque et désigne des yeux
pour l’assassinat
chacun d’entre nous.
Et nous,
hommes courageux,
nous croyons (semblons)
faire assez pour l’intérêt public,
du moment que nous évitons
la folie furieuse et les traits de cet individu.
Depuis longtemps il aurait fallu, Catilina,
que tu sois conduit à la mort
sur l’ordre du consul,
que soit reportée sur (contre) toi la ruine
que toi, tu manigances depuis longtemps déjà
contre nous tous.


1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconParizeau c. Barreau du Québec
«possède les mœurs, la conduite, la compétence, les connaissances et les qualités requises pour exercer la profession d'avocat»2...

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconParcours 4 Action culturelle et jeunes publics

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) icon«C’est en plein cœur de la charmante ville d’Ath que ce restaurant...

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconParcours de Formation des travailleurs indépendants
Mieux utiliser les réseaux sociaux virtuels et réels pour améliorer sa prospection commerciale

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconLe questionnaire IL doit comporter
«zéro» élaborés pour l’épreuve ponctuelle doivent donc être des références pour construire les deux situations de contrôle en cours...

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconAvis aux fanas de l’eau, accros de la grimpe et petits yétis
«Maman, je m’ennuie !» IL arrive à tous les enfants du monde de se barber, même pendant les vacances. Mais à Vienne, vos rejetons...

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconLittérature et art
«d’éclaircissement mutuel des arts.» C’est un acte fondateur de ces recherches, ce domaine a longtemps été considéré avec méfiance,...

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconRapport de stage a l’etranger
«au jour le jour», au dessus des difficultés, des divisions et des critiques, ce qu’il y a d’éternel dans une grande pensée, dans...

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconParcours pédagogique
«critique» une personne dont la profession est d’émettre des critiques pour un journal, un magazine ou une émission

Littérature D’après le parcours de Cicéron, construire une définition de l’orateur idéal (formation, domaines d’action, qualités requises) iconDe qualités ou de valeurs qui transcendent l’égoïsme et entretient...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com