La peinture chinoise au musée guimet







titreLa peinture chinoise au musée guimet
page10/17
date de publication20.10.2016
taille0.9 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos
1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   17

Pl. Ia. Houei tsong. — L'empereur Ming-houang instruisant son fils.

Traduction sur la peinture. — À la partie supérieure droite de cette peinture se trouvent deux cachets, l'un composé de deux dragons stylisés, l'autre d'un phénix et d'un dragon.

À gauche, six cachets : 1. Siuan ho 1. — 2. De la bibliothèque impériale. — 3. En jade pour mes fiançailles. — 4. Apprécié d'après sa juste valeur. — 5. Précieusement conservé. — 6. Arrière-petit-fils de Tai tsong.

Signatures : 1. Conservé précieusement en l'année jen-tch'en de la période Tche-tcheng (1352) par Chao Heng-tcheng, surnommé l'historien populaire de Ts'ing k'i. — 2. Vu par Tcheng Yuan-yeou.

● Texte. Première notice. — À la dynastie des T'ang, on a fait une peinture représentant l'empereur Ming-houang instruisant son fils. J'aime cette peinture parce qu'elle est exécutée d'une façon très expressive. Wan Hiong traversant la cour est également très bien représenté. Après avoir traité les affaires de l'État, aux heures de loisir, je fais une copie de cette peinture. Est-elle bien faite ? Libre aux gens de la critiquer s'ils jugent bon de le faire. p.61

Cachets : 1. De la bibliothèque impériale. — 2. Cachet de peinture impériale. — 3. Deux dragons. — 4. Cachet en jade pour mes fiançailles. — 5. Précieusement conservé. — 6. Apprécié d'après sa juste valeur. — 7. Arrière-petit-fils de Tai tsong.

● Deuxième notice. — Peu d'empereurs connaissaient autrefois la peinture. L'empereur Siuan ho était extrêmement intelligent ; après avoir traité les affaires de l'État, il dessinait avec art, des fleurs, des montagnes, des cours d'eau. La moitié de ses œuvres était conservée dans le palais impérial et l'autre moitié se trouvait entre les mains de ses sujets.

Cette copie est l'une de ses œuvres, le sujet étant : L'empereur Ming-houang instruisant son fils. Cela veut dire qu'un souverain qui instruit le prince héritier, son fils, fortifie l'empire. Le lecteur appréciera cette noble pensée.

Signé : Li Tong-yang de Tch'ang-cha.

Cachet : ?

● Troisième notice. — L'empereur Siuan ho a copié la peinture représentant l'empereur Ming-houang de la dynastie des T'ang instruisant son fils. Quoique les couleurs ne soient pas très bien réparties, la scène est représentée avec art et les personnages ont bien l'aspect des gens de cette époque. La physionomie de l'empereur Ming, assis sur un lit de repos, est grave ; son regard pénétrant et expressif. L'enfant est beau et sérieux, il a l'air respectueux. Un officier se tient debout et son attitude fait comprendre le respect dû à l'empereur et au prince héritier. La partie inférieure de son visage est grasse ; ses traits dénotent la bravoure. Un serviteur et deux hommes d'armes sont également bien représentés.

Cette copie est très expressive, elle a peut être autant de valeur que les œuvres de Kou 1 et de Lou 2.

L'écriture de la notice impériale est de l'école « Seou kin t'i » (or maigre), elle est élégante et d'un type spécial, elle est aussi belle que celle de Li Tch'ong-kouang. C'est vraiment admirable. Signé : Ts'ien Leang-yeou de P'ong-tch'eng. Cachets : 1. Cachet en jade pour mes fiançailles. — 2. Ts'ien Yi-che. — 3. (Même que le premier). — 4. Kiao Yu-tch'eng. — 5. Hong Mong-cheng. — 6. Apprécié d'après sa juste valeur.

● Quatrième notice. — Les peintures de l'empereur Siuan ho deviennent très rares ; autrefois j'ai vu le tableau qui a pour sujet : Le rapide d'un fleuve à Hong k'iao et celui qui représente « trois chevaux », deux œuvres de ce souverain. J'ai beaucoup admiré son talent extraordinaire. Cette peinture est encore mieux que les précédentes. Le coup de pinceau de Siuan ho a beaucoup de caractère. La physionomie des personnages qui figurent dans ce tableau est grave, leur attitude bien composée. Si les peintres Wou 3 et Li 4 avait été contemporains de Siuan ho, ils auraient été très étonnés de trouver dans l'empereur un artiste aussi habile. Signé : Yu Tsi. Cachets : 1. Yu Tsi. — 2. Apprécié d'après sa juste valeur.

24. — Ma Lin. Les esprits se réunissant au-dessus de la mer (voir pl. I). (Peinture donnée à M. Guimet par S. M. l'impératrice Tseu Hi). Dimensions : 0,65 m x 1,45 m, peinture sur soie. Sur Ma Lin, voir partie historique, p. 36.

Traduction. — Œuvre originale intitulée « Génies se p.62 réunissant au-dessus de la mer » de Ma Lin 5 de l'époque des Song. Chef-d'œuvre sans égal.

Écrit par Yu Tsi 6, surnommé Po-cheng, le 12e jour du 3e mois de l'année yi-tch'eou (1325), sous le règne de l'empereur T'ai-ting de la dynastie des Yuan.

Tableau original intitulé « Génies se réunissant au-dessus de la mer » de Ma Lin de la dynastie des Song. Le 16e jour de la 2e période du printemps de la 2e année du règne de l'empereur Tcheng-t'ong (1437).

Écrit par Tou Kin, autrement appelé Tch'eng kiu 7.

Œuvre originale intitulée « Génies se réunissant sur la mer » de Ma Lin.

Écrit par l'empereur.

Première notice. — D'après une notice, ce tableau a été exécuté pour être présenté à un empereur à l'occasion d'une fête. C'est un vrai chef-d'œuvre ; on voit dans la peinture que le soleil qui vient de se lever est entre la mer et le ciel. La mer est immense et les vagues y forment des rides. Sur la terrasse toute de pierres précieuses, des génies font de la musique. Ils sont très bien représentés, il n'y a dans tout cela rien de vulgaire. Le talent de l'auteur est très grand.



Pl. Ib. Ma Lin (XIe-XIIe siècles). Les esprits se réunissant au-dessus de la mer.

Les montagnes et les rochers sont de l'école de Wang Wei, les arbres et les plantes de celle de Li Tch'eng, les personnages de l'école de Wou Yuan-yu, le coloris de l'école de Tchao Po-kiu.

L'auteur a réuni les qualités de ces grands peintres parmi lesquels il s'est fait une place. On dit qu'il était moins habile que son père Ma Yuan.

Cette critique est aussi peu fondée que celle qu'on adressait à Hia Chen fils de Hia Kouei 1.

Cette peinture a été conservée dans le palais. Aussi était-elle en très bon état.

Je vois qu'il y a de la soie à l'extrémité du tableau, j'y trace alors cette pièce de vers sur la montagne des génies.

Écrit dans le Yen-ko situé dans la montagne T'ao Chan par Yu Tsi, autrement appelé Po-cheng, académicien du Tsi hien yuan.

Respectueusement vu par Tcheng Yuan-yeou qui a pour surnom Siu Tch'ang, le 17e jour du 4e mois, en l'été de la 24e année de la période Tche-tcheng (1364).

Respectueusement vu par Tchang Yo de Houai-nan le 26e jour du 7e mois en l'automne de la 25e année yi-sseu de la période Tche-tcheng (1307).

« La réunion des génies sur la mer », œuvre de Ma Lin qui avait le titre de tai tchao de la cour, peinture de l'époque des Song, est un véritable chef-d'œuvre. Les points forts sont très nombreux dans cette peinture. Les montagnes sont dessinées de telle façon qu'on y discerne leurs chaînes comme si on se trouvait en face de la nature ; la mer est immense ; les arbres poussent comme des dragons sortant de l'eau, les collines s'étagent naturellement. Le soleil se levant à l'horizon éclaire les îlots où se trouvent des grues. Quant aux personnages, ils ont un aspect radieux et indolent. Le secret de l'art consiste à peindre des scènes ordinaires en y apportant des conceptions élevées. C'est ce que faisait Ma Lin. Ne doit-on pas le considérer avec beaucoup d'égards.

Écrit le 7e jour du 10e mois de la 16e année de la période Hong-wou (1383) par l'académicien Kie Tsin.

Vu le 15e jour du 7e mois en l'automne de la 4e année de la période Tch'eng houa (1468) par Yi K'ien, vice-président du ministère des Rites et rédacteur des « Annales nationales ».

Cachets : 1. Cachet de Tou Kin. — 2. Cachet de Mo yun t'ang. — 3. Cachet en jade de la cour impériale pour les dessins et les peintures. — 4. Idem. — 5. Peintures précieuses de la cour impériale. p.63 — 6. Deux dragons. — 7, 8, 9, 10, 11 (Illisibles). — 12. Ko Hi-tchong. — 13. Cachet de Si Yong-t'ang. — 14. Yu Tsi. — 15. Deux dragons. — 16, 17, 18, 19 (Illisibles). — 20. Ming-chan. — 21. Cachet de Tchao Tseu-kou 2. — 22. Tseu-kou. — 23. Apprécié et conservé par Kong-po. — 24. Cachet de la bibliothèque du palais impérial. — 25, 26 (illisibles). — 27. Cachet de Tchao Mong-fou 3. — 28. Cachet de Tchao Tseu-ang 4. — 29. Ye-tchang. — 30. Cachet de Wen-ming. — 31. Tchang yo, surnommé Chou-heou. — 32. (Illisible). — 33. Apprécié par... Houei. — 34. T'ing-mei. — 35. Précieusement conservé dans le jardin... de la famille... à Ts'ien-kiang. — 36. Kie Tsin. — 37. Yi K'ien. — 38. Cachet de Eul hio. — 39. Apprécié et conservé par Kong-po. — 40. Conservé précieusement par la famille de Li à Po-men. — 41. Apprécié dans le pavillon Yun houa sien.

Dynastie des Yuan (1260-1368)

25. — Tchao Mong-fou (1254-1322). Paysage (voir pl. IIa). (Peinture donnée à M. Guimet par S. M. l'impératrice Tseu Hi.) Dimensions : 0,30 m x 2,70 m, peinture sur soie. Sur Tchao Mong-fou, voir partie historique, p. 30.

Sur la peinture signature de Tseu-ang 1. Cachets : 1. Tchao Tseu-ang. — 2. Ho hi tchong. — 3. Yeou ni wang sen. — 4. Si Ts'in tchang Ying. — 5. Ho yuan lang. — 6. Tchang-tch'ang.

● Première notice (en vers).— A Wou-hing il n'y a qu'un seul Wang-Souen 2. Les paysages y sont toujours beaux, les montagnes couvertes d'une verdure merveilleuse, les cours d'eau très limpides. Le reflet du plumet blanc de certains oiseaux volant sous le ciel brillant est semblable à celui d'une glace sous les rayons du soleil. Les peintures en couleurs de Wang-Souen dépassent la perfection ; les couleurs y sont très bien réparties. La caractéristique de ces peintures est leur style archaïque semblable à celui de Wang Wei et leur p.64 élégance qui rappelle Mi Nan-kong. Elles étaient très précieuses, le prix de l'une d'elles pouvait s'élever jusqu'à mille pièces de soie ; cent ans plus tard elles devinrent plus rares ; il est difficile de s'en procurer d'originales. Où avez-vous acquis ce tableau, il représente un paysage de 10.000 li. Les dieux de la mer ferment la nuit leur palais de cristal et les démons des montagnes enroulent leur drapeau de fleurs.



Pl. IIa. Peinture de Tchao Mong-fou (1254-1322).



Aujourd'hui il neige, quand je déroule cette peinture le temps s'éclaircit. Je comprends désormais que l'objet parfait incarne l'esprit.

Je possédais autrefois une œuvre précieuse d'un grand peintre ; un homme puissant s'en est emparé, j'en suis encore affligé. Je sais distinguer les choses élégantes des choses sublimes ; cela n'aurait pas suffi à me préserver des ennuis si je m'étais montré jaloux de ma peinture.

Par l'exemple de mon malheur, je vous mets en garde. Ne montrez pas facilement les œuvres d'art qui sont en votre possession.

Le 15e jour du 3e mois de la 10e année de la période de Yong lo sous la dynastie des Ming (1412).

Signé : Chen Tou de Yun-kien. Cachets : 1. Vu par Yao kong-cheou, surnommé Lan t'ai yi che. — 2. Chen Tou. — 3. Cachet de Yao Kong-cheou.

● Deuxième notice (en vers). — Il y a des nuages et des cours d'eau dans les plaines immenses.

Sous la dynastie des Song eut lieu le transfert de la capitale, du Nord dans le Sud 1 ; une barque se dirigeant dans cette direction en était quelque sorte l'indice.

Les gens des provinces maritimes n'avaient pas la valeur militaire des braves de Yen. Les Chinois ont cependant repris dans la suite la partie envahie.

Quand nous levons la tête, nous voyons que le soleil est à 3.000 li de nous et quand nous calculons sur nos doigts, nous savons qu'il y a de cette époque à nos jours deux cents ans. Durant ce laps de temps rien n'a semblé changé.

Le mérite des historiens est de faire connaître les événements antérieurs, notre Wen-min [nom posthume du peintre] a tenu à partager ce mérite avec ses savants prédécesseurs. Il a fait connaître du monde un fait historique en faisant cette peinture.

Écrit dans le pavillon de Souen Wen-kouei, le 4e jour du 4e mois de la 16e année de la période Tch'eng-houa (1480).

Signé : Wou K'ouan de Yen-ling. Cachets : 1. Wou K'ouan. — 2. Yuan-po.

● Troisième notice (en vers). — Des montagnes célèbres se dressent dans la préfecture de Hou ; elles se perdent dans les nuages, tandis que leurs pics présentent un agréable aspect.

Des maisons sont construites sur des hauteurs. Au printemps on fait des excursions dans les montagnes et on les gravit jusqu'au sommet. De petites lianes s'entrelacent de haut en bas ; des oiseaux gazouillent en volant.

Si se trouvant à mi-hauteur on regarde au-dessus de soi les chaînes de montagnes et au-dessous trois prairies couvertes de verdure, on voit de jeunes branches pousser aux vieux pins et les bambous touffus prospérer auprès des torrents desséchés.

On perd la route de retour avant d'être à l'extrémité du chemin. On a raison de se retirer dans la campagne, plus tard je mènerai également une existence champêtre.

Au printemps de l'année keng-tch'en de la période Tcheng-tö (1520).

Signé : Wen Tcheng-ming 1 de Tch'ang-tcheou 2. Cachets : 1. Yu hing chan fang ming. — 2. Wen Pi Tcheng-ming. À droite de la peinture il y a un autre cachet : cachet pour des livres et des peintures du Ts'ing chen ko. p.65
26. — Tchao Mong-fou. Paysage à l'imitation de Wang Wei 3. (1e feuille de l'album de Tong K'i-tch'ang). Dimensions : 0,28 m x 0,31 m, peinture sur soie.

On ne voit dans cette peinture qu'un amoncellement de montagnes arides qu'escaladent quelques timides frondaisons. Les arbres du premier plan sont admirablement traités ; on sent dans cette œuvre un grand effort d'impression qui la différencie très nettement de l'École du Nord, dont la correction est empreinte d'un rigorisme assez étroit et dont la technique est surtout traditionnaliste.

Traduction. — Sur la peinture. Copie du tableau de Wang Wei yeou-tch'eng sur le paysage du printemps, du beau temps après la neige, faite par Tchao Tseu-ang 1 le 22e jour du 1er mois de la 2e année tche-ta (1309).

Cachet Tchao Tseu-ang.

Notice. — Certaines peintures de M. Tchao Song-siue 2 sont très expressives ; il surpasse en habileté les artistes célèbres des Song du Nord et du Sud. Je compare cette peinture au tableau représentant M. Wang à la pêche. Je ne puis discerner aucune différence dans leurs traits et leur composition ; s'il y en avait une, ce serait celle du temps. La réputation qu'avait Tchao Song-siue de peindre habilement est donc justifiée.

Signature appréciée par K'i-tch'ang.

Cachet : estimé par Hiuan-tsai 3.

27. — Tchao Mong-fou. Vue grandiose de la campagne. Makimono. Dimensions : 0,28 m x 4 m, peinture sur papier.

Assis sur les bords d'un ruisselet où ils puisent de l'eau, des personnages réunis par groupes semblent discourir, d'autres, un rouleau de papier à la main, vont écrire. Les contours des personnages et du paysage sont très faiblement tracés, une légère ombre bleue rompt çà et là l'aspect monotone du dessin.

Traduction. — Œuvre originale de Tchao Song-siue (Tchao Mong-fou), jalousement conservée par Ye Ying-t'ai. Mes enfants conserveront cette peinture.

« La vue grandiose de la campagne ». 

Cachets : 1, 2. (Illisibles). — Tchao Tseu-ang. — 4. Song-siue. — 5. Tchao Tseu-ang.

28. — Tchao Mong-fou (attribué à). Chevaux (voir pl. VII). Dimensions : 0,47 m x 0,56 m, peinture sur étoffe.

Tchao Mong-fou fut avec Han-Kan, l'un des plus grands peintres de chevaux, ces trois peintures peuvent donner une idée suffisante de sa maîtrise dans cette spécialité.


1   ...   6   7   8   9   10   11   12   13   ...   17

similaire:

La peinture chinoise au musée guimet iconEssai de faq pour fr. Lettres. Langue. Chinoise groupe de discussion ci-après dénommé «fllc»

La peinture chinoise au musée guimet iconAtelier Céramique «l’émaux pour le dire»
«Autour de la nature morte» -musée de la crèche et Musée d'Art et d'Histoire – tous les jours sauf le mardi de 14h30 à 18h30

La peinture chinoise au musée guimet iconTour du monde du MuMo, musée mobile d’art contemporain
...

La peinture chinoise au musée guimet iconLe Pop-art fut le premier mouvement à prendre la photographie comme...
«consommateurs», en retournant les armes de la société de consommation contre elle(1). IL pense conscientiser plus efficacement le...

La peinture chinoise au musée guimet iconRésumé Dans cette publication, nous résumerons tout d’abord rapidement...

La peinture chinoise au musée guimet icon1 minute au musée Thèmes Arts, arts plastiques, Histoire d’art
«1 minute au musée – L’art moderne et contemporain», que cette fiche aborde plus particulièrement

La peinture chinoise au musée guimet iconStage peinture vacances d ´été

La peinture chinoise au musée guimet iconLa peinture française au XVII ème siècle d’Alain Mérot

La peinture chinoise au musée guimet iconMadame Marie-Claude Bouchard, artiste peintre, présidente d'honneur...

La peinture chinoise au musée guimet iconHistoire des arts : le romantisme
«romantique», terme appartenant d’abord à la peinture pour qualifier un paysage qui touche la rêverie et l’imagination







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com