Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient







télécharger 202.54 Kb.
titreMarta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient
page1/12
date de publication21.02.2017
taille202.54 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > économie > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

L’affiche du spectacle


Sophie Magerat

Janvier 2013
1 F – 2 H
On appelle Bertold le dramaturge de l’espoir. Il écrit une pièce sans happy end. Marta, son excentrique femme, met cela sur le compte de la maladie. Diego, le neveu, cadre dynamique ultra friqué, met cela sur le compte d’un état d’âme. Diego hait Marta. Bertold aime Marta. Diego aime Bertold qui, face à la vigueur de son neveu, remet en cause la sobriété de sa propre vie. Nous, on espère qu’il ne se foutra pas en l’air, Bertold. Si Bertold ne croit plus en l’art, on peut se rhabiller.


Extrait :
Bertold : je me sens minable

Marta jette le contenu de sa tasse par terre



Bertold : qu’est ce que tu veux dire ?
Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon

Marta s’en va, Bertold la retient



Bertold : nous avons eu une belle vie
Marta : non, Bertold, elle ne fut pas belle notre vie

Silence



Marta : elle fut splendide
Bertold : accepte que parfois je sois étreint par l’absurde
Marta : tu as osé écrire des choses contre les vanités les escroqueries la bienséance
Bertold : pour un tout petit public
Marta : tes pièces ont été montées sur des scènes publiques en Norvège, en Argentine, au Luxembourg. Au Luxembourg !
Bertold : viens là
Marta : tu as égaré la mémoire à cause de ta dernière pièce, qui n’était pas l’œuvre du dramaturge de l’espoir. Ainsi t’appellent-ils. Tu t’es soumis à ce nom, tu as fait des radios, tu as reçu des prix. Dramaturge de l’espoir ! Autant se pendre au bout d’un collier de saucisses 
Bertold : quel rapport avec la saucisse ?
Marta, souriant : ça m’a échappé
Bertold : viens là
Marta, consentante : on va se réveiller, Bertold…

L’affiche du spectacle



Diego : on est dans une histoire, pas dans la réalité. Ton cœur d’homme va se réveiller, la menace sera annulée

Bertold : tu es mûr pour ton âge, Diego
Diego : un mur peut tomber
Bertold : tu as été désiré 
Diego : je n’aime pas les murs, mon oncle. Ils empêchent de passer
Voix off : il vient ce café, nom de dieu !
Bertold : elle a soif
Diego : elle te veut à ses pieds
Bertold s’en va avec une cafetière fumante, revient.
Bertold : ce type est un salaud je ne vois pas pourquoi il aurait une révélation en toute fin, que le spectateur reparte le cœur en joie. La joie est en chacun de nous dès l’instant de notre conception
Voix off : dégueulasse, ton café !
Bertold : nous avons à lutter pour la joie. Ce n’est pas le cul dans le velours des fauteuils d’une salle de divertissement qu’on rend grâce à la vie
Diego : les gens ne vont pas comprendre. Tu es le dramaturge de l’Espoir, je te rappelle
Bertold : mon opinion est faite
Diego : ton public ne suivra pas
Bertold : je n’aime pas les murs, moi non plus. Sur les murs, les affiches tiennent. Avec une bonne colle, elles y restent des années. Je préfère les courants d’air. Les portes ouvertes. Les trous, dussent-ils être provoqués par des mines. Mais tu es jeune. Tu préfères le rire à l’effroi
Diego : ne préfères-tu pas le rire ?
Voix off : je me suis brûlée, nom de dieu !
Diego : change de femme

Voix off sanglote



Bertold : je l’aime
Diego : tu agis par devoir. Plus personne ne veut du devoir. Le monde change
Bertold : que deviendrait-elle sans moi ?
Diego : elle a fait un arrêt cardiaque, elle n’a plus sa tête, et même : elle pisse sur elle
Bertold : elle apprécie mon café, quand je le fais avec amour. Tu m’as distrait

Silence



Diego : ma mère a changé d’amant
Bertold : ma sœur aime les hommes
Diego : j’aime les hommes, je ne couche pas avec eux
Bertold : comment va ton père ?
Diego : tu veux ta réponse en euros ?
Bertold : des mois que je ne l’ai pas vu
Diego : mon père ne s’y connaît pas en matière de cœur. C’est un chouette mec
Voix off : Bertold…
Bertold, à Diego : je reviens

  1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconLe choc de la Seconde Guerre mondiale
«Quand les armes pleurent,/Ca n'est pas bon, ça n'est pas bon/ Tout à coup, patatrac cadavéré/Le peuple cadavéré, les militaires...

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconPetit aide-mémoire incomplet et elliptique sur le devenir de l’Art...
«Lorsqu’un peuple ne pense plus qu’à conserver et restaurer, c’est qu’il n’a plus la force de créer»

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconJules Mazarin mourut le 9 mars I661, en prononçant le nom de Jésus....
«Monsieur, je vous ai fait assembler avec mes ministres et secrétaires d’État pour vous dire que, jusqu’à présent, j’ai bien voulu...

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconQue reste-t-il du cinéma ?
«embaume le temps». Un temps concret, pas la pure expérience de la durée dans contenu vécu de l’Empire de Warhol (1963), pas le temps...

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconLes dates
«Je ne veux pas peindre la société contemporaine, mais une seule famille, en montrant le jeu de la race modifiée par le milieu»

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconLe theatre de ionesco
«J’ai intitulé mes comédies comiques et mes drames «farces tragiques», car le comique est la tragédie de l’homme dérisoire.»

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconIl est impossible au quotidien de ne pas conclure de contrat. Ce...
«si vieille conclusion qui est bien certaine, IL n'y a pas de fin dans l'évolution du droit des obligations»

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconRésumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps...
«ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» est l’objectif d’André et Nicole

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconNotes sur le théâtre
«le rôle du poète est de dire non pas ce qui a eu lieu réellement, mais ce qui pourrrait avoi lieu dans l’ordre du vraisemble et...

Marta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce que tu veux dire ? Marta : je pisse dans mes fringues, tu perds la mémoire : pas bon Marta s’en va, Bertold la retient iconJean-Pierre gestas – Martine simorre-gestas – Patrice carrere
«non collationné». Pour les autres, c’est-à-dire la majorité, les planches hors texte font l’objet d’une vérification mais le texte...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com