Le Centre des monuments nationaux présente







télécharger 167.89 Kb.
titreLe Centre des monuments nationaux présente
page1/3
date de publication17.10.2016
taille167.89 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > histoire > Documentos
  1   2   3
j:\drec\#commun\presse\cp et dp 2014\sacres royaux - palais du tau\logo versailles.jpg

Communiqué de presse, le 6 mai 2014
j:\drec\#commun\base logos\logo centenaire\charte validée\charte validée\cmn 100ans!\a1\cmn_100ans!_a1_filet-noir-fond-blanc\jpeg\cmn-2lignes(2)-noir_100ans-filet-noir.jpg


Le Centre des monuments nationaux présente,

en partenariat avec le château de Versailles,

l’exposition « Sacres Royaux, de Louis XIII à Charles X »

au Palais du Tau à Reims
du 28 mai au 2 novembre 2014

affiche.jpg
Sacres Royaux, de Louis XIII à Charles X
L’exposition « Sacres Royaux, de Louis XIII à Charles X », présentée au palais du Tau du 28 mai au 2 novembre 2014, marque la première étape d’un partenariat établie entre le Centre des monuments nationaux et le château de Versailles, instaurant un dialogue entre des collections trop souvent méconnues et des hauts lieux du patrimoine national. Des expositions temporaires conjointes permettront aux deux institutions d’unir leurs ressources afin de permettre au plus grand nombre de découvrir ou de redécouvrir quelques pages de l’histoire. Ce premier rendez-vous présente dans un cadre des plus appropriés, qui a accueilli à 33 reprises les souverains français la nuit précédant leur sacre, un exceptionnel ensemble d’objets d’art réunis autour du thème du sacre des rois de la dynastie des Bourbons et dont certains n’ont encore jamais été présentés au public.
Les visiteurs pourront y découvrir les cérémonies des sacres de 1610 à 1825, fondement essentiel de la monarchie absolue, qui consacraient le pouvoir, la puissance et la légitimité du roi. Le baptême de Clovis à Reims à Noël 498-499 est le mythe fondateur de l’histoire nationale des sacres royaux. De cérémonie initiatique majeure, il devient à la fin de l’ancien régime un fastueux spectacle et un manifeste politique. Ce fut le cas notamment du couronnement de Charles X, le 29 mai 1825, seul sacre postérieur à la Révolution. Savant mélange de continuités et de ruptures, l’histoire des sacres met également en exergue le talent des artistes et des artisans mobilisés pour ces événements. Le rituel, bien établi, commence par le voyage du roi jusqu’à Reims et se termine à son retour à Paris, en passant par la préparation du monarque, le rituel du sacre, l’onction et le festin qui suit la cérémonie.
Le propos de l’exposition est directement inspiré par l’histoire du monument : le palais du Tau était la résidence des rois durant ce moment si particulier du début de leur règne. C’est de là que partait le cortège royal et que le fameux festin se déroulait dans la salle du Banquet, dite du Tau. Des œuvres précieuses liées à l’histoire du sacre, telles que le calice dit de Saint Rémi (XIIème siècle) ou encore le manteau et de nombreuses pièces d’orfévrerie ayant servi lors du sacre de Charles X, y sont encore aujourd’hui conservées et présentées dans le parcours permanent de visite. Mises en lumière dans l’exposition, elles seront rejointes par des œuvres de la collection du château de Versailles dont certaines ont été restaurées pour l’occasion. De nombreux tableaux, dessins, estampes ou tapisseries représentant les principaux épisodes du sacre des rois de la maison de Bourbon (depuis Louis XIII jusqu’à Charles X) ainsi que des portraits des souverains en costume de sacre sont à découvrir au fil de l’exposition. Des pièces du Mobilier national, de la Bibliothèque nationale de France et du musée de l’hôtel Le Vergeur de Reims sont également présentées. Au final, plus de 70 œuvres, dont certaines totalement inédites, splendeurs des fastes des Bourbons, permettront de mieux comprendre cette cérémonie majeure qui a rythmé l’histoire politique de la France jusqu’au début du XIXe siècle.
Le commissariat de l’exposition est assuré par Frédéric Lacaille, conservateur en chef au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, et par Benoît-Henry Papounaud, administrateur du Palais du Tau. La scénographie est signée [MAW] Maffre Architectural Workshop. Avec le soutien de la maison de Champagne Ruinart.
Le prochain rendez-vous de ce partenariat aura lieu du 2 juillet au 26 octobre au domaine de George Sand à Nohant. Une dizaine de portraits d’amis chers de l’auteur trouveront place dans le salon de la maison et feront revivre aux visiteurs l’atmosphère créative de ces lieux au XIXe siècle.

Sommaire



Editorial de Catherine Pégard et de Philippe Bélaval

p.4

Note d’intention des commissaires de l’exposition

p.5

Parcours d’exposition

p.6

Visuels à disposition de la presse

p.8

Vues générales de l’exposition

p.12

Autour de l’exposition

p.13

Le Palais du Tau

p.16

Informations pratiques

p.17

Des portraits du château de Versailles au domaine de George Sand

p.19

Ruinart, mécène de l’exposition

p.20

Le château de Versailles

p.21

Le CMN en bref

p.22



affiche.jpg

Editorial – Catherine Pégard et Philippe Bélaval
Pour la première manifestation organisée en région dans le cadre de leur nouveau partenariat, le Centre des monuments nationaux et l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles ont choisi de présenter au Palais du Tau à Reims un exceptionnel ensemble d’objets d’art réunis autour du thème du sacre des rois de la dynastie des Bourbons, de Louis XIII à Charles X.
Faut-il le rappeler, c’est dans les vastes espaces de ce Palais, attenant à la cathédrale, que se déroulaient aussi bien les préparatifs de l’imposante cérémonie religieuse du sacre, que les célébrations pour les dignitaires et les invités présents à Reims à cette occasion. Autant dire que le choix du thème de l’exposition nous a été naturellement inspiré par le choix du lieu.
C’est pour l’Etablissement public du château de Versailles l’opportunité de montrer, dans un cadre parfaitement approprié, des collections trop souvent méconnues. Ces œuvres, ces objets retrouvent à Reims un ensemble de biens conservés sous l’autorité du Centre des monuments nationaux, dont les plus prestigieux ont fait l’objet d’une restauration et d’une nouvelle présentation pour cette occasion exceptionnelle.
Le sacre de Charles X, le 29 mai 1825, y est particulièrement mis en valeur : seul couronnement postérieur à la Révolution, c’est en effet celui dont on conserve le plus grand nombre de souvenirs. Cette cérémonie, comme on l’a dit souvent, a constitué un véritable manifeste politique ; ce fut aussi un évènement international qui attira les élites de tous les pays d’Europe. Las, l’heure n’était sans doute déjà plus à la résurrection de ces fastes de l’Ancienne France : cinq ans après le sacre, le trône tombait.
En situant ce sacre dans la lignée de ceux de l’Ancien Régime, dont de prestigieuses représentations nous sont restées, notamment celle du sacre de Louis XV le 25 octobre 1722, l’exposition met en évidence ce savant mélange de continuités et de ruptures qui fait l’Histoire. Elle met en valeur aussi le talent des artistes et des artisans qui étaient mobilisés pour des événements dont, à l’exception peut-être du couronnement des souverains de Grande-Bretagne, rien ne nous donne plus l’idée aujourd’hui.
Nous remercions celles et ceux qui en ont permis la réalisation et souhaitons qu’un très large public originaire de Reims, de la Champagne et de plus loin encore, vienne à cette occasion à la rencontre de Versailles et à la découverte ou la redécouverte du Palais du Tau.
Il y a cent ans, le 19 septembre 1914, comme la Cathédrale, le Palais du Tau était mutilé lors du bombardement de la ville de Reims par les armées allemandes. Rappeler le glorieux passé de cet édifice insigne, reconstruit de manière respectueuse après la Première guerre mondiale, est une manière de commémorer ces heures tragiques et de remettre à sa juste place dans l’Histoire un élément majeur de notre patrimoine monumental.
Catherine Pégard

Présidente de l’Établissement public du château, du musée et

du domaine national de Versailles

Philippe Bélaval

Président du Centre des monuments nationaux
Note d’intention des commissaires de l’exposition
Depuis des temps très anciens, la ville de Reims et sa cathédrale ont retenti de loin en loin des fastes des sacres des souverains des différentes maisons qui ont régné sur la France : Carolingiens, Capétiens, Valois et Bourbons. Si Henri IV dut renoncer à Reims en raison de la situation politique du royaume, et se contenter de Chartres, son fils Louis XIII reprit le chemin de la Champagne, tout comme ses successeurs, dont les derniers voulurent donner un éclat particulier à l'événement. On peut citer notamment la volonté de Louis XVI de se faire sacrer à Reims en 1775, alors même que la situation financière du royaume était difficile, ou encore son frère cadet Charles X, qui cinquante ans plus tard émit le même souhait alors que le pays avait connu des bouleversements politiques majeurs depuis la Révolution française.

Des sacres d'Ancien Régime, presque rien ne nous est parvenu, sinon quelques objets et quelques représentations, ces dernières principalement conservées dans les collections du château de Versailles et réunies exceptionnellement pour la première fois, pendant quelques mois à Reims, au palais du Tau. Celui-ci conserve quelques objets précieux, échappés aux destructions de la Révolution, ainsi qu'un important ensemble d'objets, de vêtements et d'accessoires réalisés pour Charles X, qui permettent d'évoquer assez complètement ce dernier sacre royal, en mai 1825.
Frédéric Lacaille

conservateur en chef au musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Benoît-Henry Papounaud

administrateur du palais du Tau, Centre des monuments nationaux.

j:\drec\#commun\presse\cp et dp 2014\sacres royaux - palais du tau\visuels\visuels versailles\sacres et événements\sacre de louis xv à reims (image 2) © château de versailles, dist. rmn, ©c. fouin.jpg

Sacre de Louis XV dans la cathédrale de Reims, le 25 octobre 1722

Attribué à Pierre Denis Martin (1663‐1742)

Parcours d’exposition
La cathédrale de Reims – puis avec elle, le palais du Tau – a été le lieu des sacres des rois de France. Le sacre est en quelque sorte la consécration d’un pouvoir par un rite - l’onction - qui confère à celui qui le reçoit un supplément de légitimité et donc de puissance dont les attributs – insignes – sont remis ensuite lors du couronnement.
Les origines du sacre
Le sacre des rois de France trouve son origine dans la conversion au Christianisme et le baptême de Clovis, célébré à Reims vers 498-499. Hincmar, archevêque de la ville au IXe siècle, rapporte qu’une colombe descendit du ciel, tenant dans son bec une ampoule d’huile sainte, que l’évêque Remi apposa sur le nouveau converti. Ainsi associé à Reims, le sacre y fut célébré 33 fois entre 893 et 1825.

Le cérémonial est bien connu pour la dernière dynastie royale française, celles des Bourbons, montée sur le trône avec Henri IV en 1589, interrompue par la Révolution et l’Empire entre 1792 et 1814/1815, et achevée par la chute de Charles X en 1830. Après la chute de la monarchie à la fin du XVIIIe siècle, Louis XVIII et Charles X feront du sacre un élément particulièrement indispensable à leur légitimité.

j:\drec\#commun\presse\cp et dp 2014\sacres royaux - palais du tau\visuels\visuels versailles\sacres et événements\baptême de clovis ©rmn-grand palais (château de versailles),g.blot.jpg


« Le sacre des rois de France à Reims, qui trouve son origine dans le baptême de Clovis, célébré dans la ville par son évêque, Remi, à la fin du Ve siècle, est représenté par deux œuvres très différentes, une tapisserie du XVIIe siècle des collections du palais du Tau, et un tableau commandé par Louis-Philippe pour les Galeries historiques du château de Versailles, dont le programme commençait précisément par cet événement fondateur de la monarchie »


Baptême de Clovis à Reims le 25 décembre 496, 1837

François‐Louis Dejuinne (1786‐1844)



Les événements précédant le sacre
La cérémonie du sacre ne s’improvise pas et de longs préparatifs sont nécessaires. Cette tâche est confiée à l’administration des Menus-plaisirs, département de la Maison du Roi, devenue au XIXe siècle le service des Fêtes et cérémonies. L’organisation du voyage et du séjour à Reims du roi, de sa famille, et de la cour, exige la fabrication d’un carrosse spécifique et l’organisation du logement, chez l’habitant, de plusieurs centaines d’invités.

Calice dit de Saint-Remi
« Chaque sacre donne lieu à de longs préparatifs. Au rassemblement des insignes royaux conservés par les moines de l'abbaye royale de Saint-Denis, aux portes de Paris, s'ajoute la fabrication de nouveaux accessoires, emblèmes, vêtements, etc., ainsi que la préparation de décors appropriés aux lieux dans lesquels se dérouleront les différentes phases du cérémonial. d:\mes documents\downloads\cmn_pcw12_0003.jpg j:\drec\#commun\presse\cp et dp 2014\sacres royaux - palais du tau\visuels\visuels regards\cmn_plc97_1441.jpg


Caisse du carrosse de Charles X
Le manteau de sacre de Charles X est présenté dans la chapelle épiscopale du palais du Tau, la vaisselle du sacre dans les deux salles du trésor, et les autres ornements dans la salle Charles X. Une autre salle est consacrée plus spécifiquement au carrosse du sacre et présente les panneaux de caisse du carrosse de Charles X, remplacés sous le Second Empire »

Le jour du sacre
Le cérémonial, fixé par des textes, est complété à partir du sacre de Louis XV par la publication d’un album, regroupant les images gravées des différentes phases de la cérémonie et des tenues des principaux participants. L’exposition présente un exemplaire de cet album du sacre de Louis XV, conservé au Palais du Tau, ainsi qu’un montage numérisé des estampes, qui permet de « feuilleter » les différentes planches.

j:\drec\#commun\presse\cp et dp 2014\sacres royaux - palais du tau\visuels\visuels regards\cmn_dbw13_0502.jpg



Salle du festin – Palais du Tau
« La grande "salle du Festin", est consacrée essentiellement à la longue journée du sacre, avec l'évocation des principaux moments du cérémonial depuis le lever du roi au palais du Tau, son arrivée dans la cathédrale, la prestation de serments, le rite des onctions, le couronnement et l'intronisation, puis la messe, jusqu'au retour au palais pour le festin traditionnel »
  1   2   3

similaire:

Le Centre des monuments nationaux présente iconManuel Corrigé Qu’est-ce que le patrimoine ?
«Le respect public entoure particulièrement les objets nationaux qui, n’étant à personne, sont la propriété de tous. Tous les monuments...

Le Centre des monuments nationaux présente iconLettre ouverte : Pourquoi je ne serai pas présente au 3ème Festival...
50 ans de peinture congolaise au Centre Culturel Français de Brazzaville dans le cadre du cinquantième anniversaire de l’Indépendance...

Le Centre des monuments nationaux présente iconDidactique de l’enseignement des musiques traditionnelles
«nationaux», d'un autre, IL signale, en dépit des ruptures quant à l'objet d'étude, l'existence d'une certaine continuité qui tient...

Le Centre des monuments nationaux présente iconHistoire de Paris et naissance des monuments. Le Paris gallo-romain: Lucotitia (Lutèce)

Le Centre des monuments nationaux présente iconEsthétique des Bétons, qu’est-ce que c’est ?
«banches» qui sont des outils empruntés aux constructions en terre, a, dès l’origine, suscité l’ingéniosité créative de l’homme :...

Le Centre des monuments nationaux présente iconLa Publicité, le Sponsoring et le Mécénat
Le parrainage est devenu l’une des principales sources de financement des manifestations ou événements, locaux, régionaux, nationaux...

Le Centre des monuments nationaux présente iconEx-Directeur et fondateur du Centre d’Etudes des Techniques, des...

Le Centre des monuments nationaux présente iconDossier niveau avancé
...

Le Centre des monuments nationaux présente iconProgramme : Centre d’Art de la Bastille cab
«art contemporain» les conduisant du centre ville à St Martin d’Hères, du cours Berriat à Fontaine, ou encore à Echirolles et Pont...

Le Centre des monuments nationaux présente iconDu terrain militaire au somptueux boulevard : ses splendides palais...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com