Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994)







télécharger 383.57 Kb.
titreArt//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994)
page1/8
date de publication20.02.2017
taille383.57 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
  1   2   3   4   5   6   7   8
ART//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers - 1994)
A la Comédie des Champs-Élysées (Paris) - 1994
PERSONNAGES DISTRIBUTION
Marc Pierre Vaneck

Serge Fabrice Luchini

Yvan Pierre Arditi
*
Le salon d'un appartement.

Un seul décor. Le plus dépouillé, le plus neutre possible.

Les scènes se déroulent successivement chez Serge, Yvan et Marc.

Rien ne change, sauf l'œuvre de peinture exposée.
Marc, seul.
MARC. Mon ami Serge a acheté un tableau.

C'est une toile d'environ un mètre soixante sur un mètre vingt, peinte en blanc. Le fond est blanc et si on cligne des yeux, on peut apercevoir de fins liserés blancs transversaux.

Mon ami Serge est un ami depuis longtemps.

C'est un garçon qui a bien réussi, il est médecin dermatologue et il aime l’art.

Lundi, je suis allé voir le tableau que Serge avait acquis samedi mais qu'il convoitait depuis plusieurs mois.

Un tableau blanc, avec des liserés blancs.
*
Chez Serge.
Posée à même le sol, une toile blanche, avec de fins liserés blancs transversaux.

Serge regarde, réjoui, son tableau.

Marc regarde le tableau.

Serge regarde Marc qui regarde le tableau.
Un long temps où tous les sentiments se traduisent sans mot.
MARC. Cher ?
SERGE. Deux cent mille.
MARC. Deux cent mille ?…
SERGE. Handtington me le reprend à vingt-deux.
MARC. Qui est ce ?
SERGE. Handtington ?!
MARC. Connais pas.
SERGE. Handtington ! La galerie Handtington
MARC. La galerie Handtington te le reprend à vingt-deux ?…
SERGE. Non, pas la galerie. Lui. Handtington lui-même. Pour lui.
MARC. Et pourquoi ce n'est pas Handtington qui l'a acheté ?
SERGE. Parce que tous ces gens ont intérêt à vendre à des particu­liers. Il faut que le marché circule.
MARC. Ouais…
SERGE. Alors ?
MARC. …
SERGE. Tu n'es pas bien là. Regarde le d'ici.

Tu aperçois les lignes ?
MARC. Comment s'appelle le…
SERGE. Peintre. Antrios.
MARC. Connu ?
SERGE. Très. Très !
Un temps.
MARC. Serge, tu n'as pas acheté ce tableau deux cent mille francs ?
SERGE. Mais mon vieux, c'est le prix. C'est un ANTRIOS !
MARC. Tu n'as pas acheté ce tableau deux cent mille francs !
SERGE. J'étais sûr que tu passerais à côté.
MARC. Tu as acheté cette merde deux cent mille francs ?!
*
Serge, comme seul.
SERGE. Mon ami Marc, qui est un garçon intelligent, garçon que j'estime depuis longtemps, belle situation, ingénieur dans l'aéro­nautique, fait partie de ces intellectuels, nouveaux, qui, non contents d'être ennemis de la modernité, en tirent une vanité incompré­hensible.

Il y a depuis peu, chez l'adepte du bon vieux temps, une arro­gance vraiment stupéfiante.
*
Les mêmes.

Même endroit.

Même tableau.
SERGE (après un temps). … Comment peux tu dire "cette merde" ?
MARC. Serge, un peu d'humour ! Ris !… Ris, vieux, c'est prodigieux que tu aies acheté ce tableau !
Marc rit. Serge reste de marbre.
SERGE. Que tu trouves cet achat prodigieux tant mieux, que ça te fasse rire, bon, mais je voudrais savoir ce que tu entends par "cette merde" ?
MARC. Tu te fous de moi !
SERGE. Pas du tout. "Cette merde" par rapport à quoi ? Quand on dit telle chose est une merde, c'est qu'on a un critère de valeur pour estimer cette chose.
MARC. A qui tu parles ? A qui tu parles en ce moment ? Hou hou !…
SERGE. Tu ne t'intéresses pas à la peinture contemporaine, tu ne t'y es jamais intéressé. Tu n'as aucune connaissance dans ce domaine, donc comment peux tu affirmer que tel objet, obéissant à des lois que tu ignores, est une merde ?
MARC. …C'est une merde. Excuse moi.
*
Serge, seul.
SERGE. Il n'aime pas le tableau.

Bon…

Aucune tendresse dans son attitude.

Aucun effort.

Aucune tendresse dans sa façon de condamner.

Un rire prétentieux, perfide.

Un rire qui sait tout mieux que tout le monde.

J'ai haï ce rire.
*
Marc, seul.
MARC. Que Serge ait acheté ce tableau me dépasse, m'inquiète et provoque en moi une angoisse indéfinie.

En sortant de chez lui, j'ai dû sucer trois granules de Gelsémium 9 CH que Paula m'a conseillé   entre parenthèses, elle m'a dit Gelsé­mium ou Ignatia ? tu préfères Gelsémium ou Ignatia ? est ce que je sais moi ?!   car je ne peux absolument pas comprendre com­ment Serge, qui est un ami, a pu acheter cette toile.

Deux cent mille francs !

Un garçon aisé mais qui ne roule pas sur l'or.

Aisé sans plus, aisé bon. Qui achète un tableau blanc vingt briques.

Je dois m'en référer à Yvan qui est notre ami commun, en parler avec Yvan. Quoique Yvan est un garçon tolérant, ce qui en matière de relation humaine est le pire défaut.

Yvan est tolérant parce qu'il s'en fout.

Si Yvan tolère que Serge ait pu acheter une merde blanche vingt briques, c'est qu'il se fout de Serge.

C'est clair.
*
Chez Yvan.
Au mur, une croûte.




Yvan est de dos à quatre pattes.

Il semble chercher quelque chose sous un meuble.

Dans l'action, il se retourne pour se présenter.




YVAN. Je m'appelle Yvan.

Je suis un peu tendu car après avoir passé ma vie dans le textile, je viens de trouver un emploi de représentant dans une papeterie en gros.

Je suis un garçon sympathique. Ma vie professionnelle a toujours été un échec et je vais me marier dans quinze jours avec une gen­tille fille brillante et de bonne famille.




Entre Marc.

Yvan est à nouveau de dos en train de chercher.
MARC. Qu'est ce que tu fais ?




YVAN. Je cherche le capuchon de mon feutre.
Un temps.
MARC. Bon ça suffit.




YVAN. je l'avais il y a cinq minutes.
MARC. Ce n'est pas grave.




YVAN. Si.
Marc se baisse pour chercher avec lui.

Ils cherchent tous deux pendant un instant.

Marc se redresse.
MARC. Arrête. Tu en achèteras un autre.




YVAN. Ce sont des feutres exceptionnels, tu peux dessiner sur toutes les matières avec… Ça m'énerve. Si tu savais comme les objets m'énervent. Je serrais ce capuchon, il y a cinq minutes.
MARC. Vous allez vous installer ici ?




YVAN. Tu trouves bien pour un jeune couple ?
MARC. Un jeune couple ! Ah ! Ah !




YVAN. Evite ce rire devant Catherine.
MARC. La papeterie ?




YVAN. Bien. J'apprends.
MARC. Tu as maigri.




YVAN. Un peu. Ça m'emmerde de ne pas avoir trouvé ce capu­chon, il va sécher maintenant. Assieds toi.
MARC. Si tu continues à chercher ce capuchon, je m'en vais.




YVAN. OK, j'arrête. Tu veux boire quelque chose ?
MARC. Un Perrier, si tu as.

Tu as vu Serge ces derniers jours ?




YVAN. Pas vu. Et toi ?
MARC. Vu hier.




YVAN. En forme ?
MARC. Très.

Il vient de s'acheter un tableau.




YVAN. Ah bon ?
MARC. Mmm.




YVAN. Beau ?
MARC. Blanc.




YVAN. Blanc ?
MARC. Blanc.

Représente toi une toile d'environ un mètre soixante sur un mètre Vingt… fond blanc… entièrement blanc… en diagonale, de fines rayures transversales blanches… tu vois… et peut être une ligne horizontale blanche en complément, vers le bas…




YVAN. Comment tu les vois ?




MARC. Pardon ?




YVAN. Les lignes blanches. Puisque le fond est blanc, comment tu vois les lignes ?




MARC. Parce que je les vois. Parce que mettons que les lignes soient légèrement grises, ou l'inverse, enfin il y a des nuances dans le blanc ! Le blanc est plus ou moins blanc !




YVAN. Ne t'énerve pas. Pourquoi tu t'énerves ?




MARC. Tu cherches tout de suite la petite bête. Tu ne me laisses pas finir !




YVAN. Bon. Alors ?
MARC. Bon. Donc, tu vois le tableau.




YVAN. Je vois.
MARC. Maintenant tu vas deviner combien Serge l'a payé.




YVAN. Qui est le peintre ?
MARC. Antrios. Tu connais ?




YVAN. Non. Il est coté ?
MARC. J'étais sûr que tu poserais cette question !




YVAN. Logique…
MARC. Non, ce n'est pas logique…




YVAN. C'est logique, tu me demandes de deviner le prix, tu sais bien que le prix est en fonction de la cote du peintre…
MARC. Je ne te demande pas d'évaluer ce tableau en fonction de tel ou tel critère, je ne te demande pas une évaluation professionnelle, je te demande ce que toi Yvan, tu donnerais pour un tableau blanc agrémenté de quelques rayures transversales blanc cassé.




YVAN. Zéro centime.
MARC. Bien. Et Serge ? Articule un chiffre au hasard.




YVAN. Dix mille.




MARC. Ah ! ah !




YVAN. Cinquante mille.




MARC. Ah ! ah !




YVAN. Cent mille…
MARC. Vas y…




YVAN. Quinze ?… Vingt ?!…
MARC. Vingt. Vingt briques.




YVAN. Non ?!
MARC. Si.




YVAN. Vingt briques ??!
MARC. Vingt briques.




YVAN. Il est dingue !…
MARC. N'est ce pas ?
  1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconLe programme 2014 sera disponible tres prochainement !
«Quinze études de nu» (Actes-Sud). Elle a exposé à Paris, à Arles, à Albi, où elle a obtenu en 2012 le Trophée d’argent du Festival...

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconGalerie kashya hildebrand zurich
«Les Sept Dormants», importante publication chez actes sud (Paris), hommage aux sept dormants Calligraphie mise en page en langue...

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconCours conception graphique et spot publicitaire (Chambre de Commerce, Madrid)
«publics-musée» peut-elle faciliter l’accés à l’art ? Le cas des musées d’art, in Actes des Journées Normandes de Recherche sur la...

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconL’art engagé contre le racisme et les discriminations
«Le reflet» est une nouvelle contemporaine de Didier Daeninckx, publiée dans le recueil Main courante en 1994

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconPersonnels de la province Sud au service de l’Education : 1 407
«contrat de développement» lie la province avec l’Etat, afin de participer aux constructions nouvelles, aux remises aux normes, et...

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconFonds raymond maillet (1927-1994)

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconDrame en quatre actes d'Anton tchékhov

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconDu groupe scolaire trezel-petits Cailloux (Plaine Sud) de la Ville de Saint-Denis

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconFabrica est le centre de recherche sur la communication de Benetton,...

Art//Yasmina Reza//(Actes Sud-Papiers 1994) iconTrevor Gould è nato a Johannesburg, Sud Africa, nel 1951, vive e...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com