Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site







télécharger 0.72 Mb.
titreManuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
page9/28
date de publication22.02.2017
taille0.72 Mb.
typeManuel
a.21-bal.com > loi > Manuel
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   28

Conclusion du chapitre 2



Comme nous l’avons vu, le contexte affecte remarquablement la manière dont nous interprétons chaque passage. Mais, dans la plupart des cas, le contexte va au-delà des paragraphes environnants et renvoie aux chapitres tout autour, ou même au livre dans lequel le passage apparaît. Ainsi, dans le chapitre suivant, nous entamerons une discussion au contexte plus large que plusieurs lecteurs n’ont pas encore maîtrisé.

CHAPITRE 3 : LE CONTEXTE DU LIVRE TOUT ENTIER



Bien qu’il soit important de lire chaque passage dans son contexte immédiat, il s’avère aussi important de le lire dans le contexte général du livre dans lequel il se trouve – que ce soit Jean, Juges ou Jacques, ou d’autres livres de la Bible. C’est ainsi que Dieu nous a donné la plus grande partie de la Bible, inspirant certains auteurs à écrire des livres que les premiers lecteurs ont reçus, un livre à la fois.
Un passage trouve souvent sa place dans l’argumentation générale d’un livre biblique. Il arrive parfois que certains points de notre passage abordent des thèmes développés dans le livre en question. Sachant comment le livre traite ce thème ailleurs, les points de notre passage deviennent plus clairs. Dans certains cas, l’histoire se poursuit dans plusieurs livres de notre Bible qui, à l’origine, constituaient un ensemble (par exemple, l’histoire de Moïse retracée dans le livre de l’Exode est la continuité de l’histoire de Joseph que l’on trouve dans la Genèse ; le récit de 1 Samuel et 2 Rois constitue une seule et longue histoire. C’est aussi le cas de l’évangile de Luc et du livre des Actes).
Une concordance peut vous aider à voir comment certains mots sont utilisés dans d’autres passages d’un même livre. Vous pouvez vous exercer en recherchant le mot « loi » ou « esprit » dans Galates. Si vous souhaitez développer vos compétences en la matière, lisez l’épître aux Galates au lieu d’utiliser une concordance, et dressez une liste de quelques thèmes et références aux versets dans lesquels chaque thème apparaît.
Vous trouverez ci-dessous quelques exemples qui vous aideront à mieux comprendre un passage en le lisant à la lumière du livre dans lequel il apparaît.

1- La réconciliation entre Juifs et païens dans l’épître aux Romains



Nous encourageons souvent les non-chrétiens à se convertir en croyant avec leur cœur en la résurrection de Jésus et en confessant de leur bouche que Jésus est Seigneur. Ce résumé succinct de la façon de répondre à l’Évangile est basé sur Romains 10:9-10 qui, il est vrai, décrit le salut en ces termes. Mais il serait bon d’étudier pourquoi Paul mentionne spécifiquement la bouche et le cœur ici (contrairement à certains autres passages qui insistent sur différents aspects du salut). Paul ne nierait certainement pas qu’un sourd-muet puisse être sauvé simplement parce qu’il ne peut pas confesser avec sa bouche. Il choisit le « cœur » et la « bouche » pour des raisons évidentes.
Étudions d’abord le contexte immédiat, comme nous l’avons fait pour les passages examinés précédemment. Paul affirme que nous sommes sauvés par la grâce de Dieu, et non par nos œuvres. Contrairement aux moyens de justification proposés par les opposants de Paul (Romains 10:1-5), Paul démontre, à partir de la loi de Moïse, que le message de la foi est la parole du salut (10:6-7). Comme l’a dit Moïse : « la parole est près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur » (Romains 10:8). Moïse se référait à la loi (Deutéronome 30:10-11, 14), certes, mais le principe est également applicable à l’Évangile qui est aussi la Parole de Dieu.
À l’époque de Moïse, on ne pouvait pas monter au ciel pour en faire descendre la loi ; Dieu, dans sa grâce, l’avait déjà donnée à Israël sur le mont Sinaï (Deutéronome 30:12). On ne pouvait pas non plus descendre dans la mer (Deutéronome 30:13) car Dieu avait déjà racheté son peuple et l’avait conduit à travers la mer. Le peuple ne pouvait pas se sauver ; il devait dépendre de la grâce puissante de Dieu (voir Exode 20:2).
De même, Paul dit que nous ne ressuscitons pas Christ des morts ; nous ne l’envoyons pas non plus vers le Père. À l’instar de la loi et de la rédemption d’Israël, le salut de Christ est le don de Dieu pour nous (Romains 10:6-7). Moïse avait déclaré que ce message était « dans ta bouche et dans ton cœur » (Deutéronome 30:14), c’est-à-dire déjà donné à Israël par la grâce de Dieu. Paul déclare que le message de Dieu était de même dans ta bouche quand tu confessais Christ avec ta bouche, et dans ton cœur lorsque tu croyais en lui dans ton cœur (Romains 10:9-10). La foi ne pouvait venir qu’en écoutant cette parole, l’Évangile de Christ (10:17), comme nous l’avons noté plus haut.
Le contexte immédiat explique pourquoi Paul mentionne la « bouche » et le « cœur » dans ce passage, mais il soulève aussi une nouvelle question. Pourquoi Paul devait-il argumenter à partir de l’Ancien Testament que le salut était obtenu par grâce par le moyen de la foi ? Cela était-il mis en doute ? En lisant l’intégralité de l’épître aux Romains, nous voyons le bien-fondé de chaque passage à l’intérieur du livre. Paul parle d’une controverse entre les Juifs chrétiens et les chrétiens non-juifs, aussi appelés gentils.
Paul commence son épître en déclarant que les païens sont perdus (Romains 1:18-32). Alors que les chrétiens juifs l’applaudissent, Paul déclare que les personnes religieuses sont, elles aussi, perdues (Romains 2), et il ne s’arrête pas là. En effet, il ajoute que tous les hommes sont perdus (Romains 3). Paul affirme que tous les êtres humains sont perdus dans le but de nous rappeler que nous devons tous venir à Dieu de la même façon ; personne ne peut se vanter d’avoir le dessus sur les autres.
Mais la plupart des Juifs croyaient qu’ils étaient choisis pour le salut du fait de leur association à Abraham. Paul rappelle donc aux Juifs chrétiens que ce qui compte pour le salut c’est une descendance spirituelle d’Abraham et non une descendance ethnique (Romains 4). De peur que ses lecteurs juifs ne continuent à insister sur leur descendance génétique, il leur rappelle que tous les peuples (y compris eux-mêmes) descendent d’Adam, le pécheur (Romains 5:12-21). Le peuple juif croyait que la plupart des Juifs respectaient les 613 commandements contenus dans la loi (du moins la plupart du temps), alors que la plupart des païens ne respectaient même pas les 7 commandements que Dieu avait donnés à Noé d’après certains Juifs. Paul affirme donc que bien que la loi soit bonne, elle ne sauve pas ceux qui la pratiquent, y compris Paul lui-même (Romains 7). Seul Jésus peut sauver ! De peur que les Juifs chrétiens ne continuent à insister qu’ils avaient été choisis en Abraham, Paul leur rappelle que les descendants physiques d’Abraham n’ont pas tous été choisis, même pas dans les deux premières générations (Romains 9:6-13). Dieu était souverain, et rien de l’obligeait à choisir les hommes et les femmes sur la base de leur ethnicité (Romains 9:18-24) ; il pouvait les choisir sur la base de leur foi en Christ. De peur que les chrétiens non-juifs ne méprisent les chrétiens juifs, Paul leur rappelle aussi que l’héritage dans lequel ils ont été greffés appartenait après tout à Israël (Romains 11). Dieu avait un reste juif et, un jour, il amènerait la majorité du peuple juif à la foi en Christ (Romains 11:25-26). À ce moment-là, Paul devient très pratique. Les chrétiens doivent être au service les uns des autres (Romains 12) ; nous devons nous aimer les uns les autres, c’est ce qu’enseigne la loi de Dieu (Romains 13:8-10).
La littérature ancienne montre que les gentils romains se moquaient des Juifs surtout en ce qui concernait leurs lois alimentaires et leurs jours saints. Paul affirme que nous ne devons pas nous mépriser les uns les autres à cause de différences de pratique sans importance (Romains 14). Ensuite, il donne des exemples de réconciliation ethnique : Jésus, bien qu’étant juif, a exercé son ministère auprès des païens (Romains 15:7-12), et Paul apportait une offrande aux chrétiens juifs de Jérusalem de la part des églises non-juives (15:25-31). Dans ses dernières salutations, Paul donne un dernier conseil : prenez garde à ceux qui causent des divisions (Romains 16:17).
Avoir une vue d’ensemble de l’épître aux Romains nous permet de mieux comprendre la fonction de chaque passage dans l’ensemble de l’œuvre. Nous avons également une idée de la situation que traite l’épître aux Romains. Ce que nous connaissons de l’arrière-plan apporte des éclaircissements à cette situation : Rome avait d’abord expulsé les Juifs chrétiens (Actes 18:1-3) mais, maintenant, ils étaient de retour (Romains 16:3). À Rome, les églises de maison qui étaient constituées entièrement de chrétiens non-juifs faisaient maintenant face à des conflits avec l’arrivée des Juifs chrétiens qui, eux, concevaient les choses différemment. L’épître de Paul aux Romains invite tous les chrétiens à la réconciliation ethnique, culturelle et tribale, les uns avec les autres, en nous rappelant que nous venons tous à Dieu de la même façon, c’est-à-dire à travers Jésus-Christ. Nous nous pencherons plus tard en détail sur la question de l’arrière-plan.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   28

similaire:

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconAu Mondial de l’Automobile de Paris, en 2006, Rolls-Royce Motor Cars...
«La rr4 a un air plus informel que les modèles Phantom et met davantage l’accent sur la conduite. Sur le plan du design, ceci se...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconA noter le départ prévu de 19 cm2
«charte maternelle» sera également détaillée lors d’un prochain conseil d’école et annexée au règlement mis à disposition dans les...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconAdresse : Lot V a 35 Ambohitantely-Andohalo Antananarivo 101
«Scribd» renvoie aux mêmes textes sur le site de ce nom. Les différents titres sont aussi disponibles sur le site de la Bibliothèque...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconAccueil présent sur toutes les pages, renvoi vers la page d’accueil...
«On y était». Nous avons défini un moteur de recherche pour retrouver un événement dont nous avons mis les photos en ligne. IL est...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconDispositions relatives à la liberte de création et a la creation artistique
«sa communication au public,» sont insérés les mots : «notamment la mise à disposition de manière que chacun puisse y avoir accès...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconApocalypse scientiste et fin de l’humanité
«la mort de l’auteur» proclamée par Barthes et d’autres, on tend encore souvent, dans les journaux, à associer l’auteur d’un roman...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconGaetane Lamarche-Vadel, philosophe, critique d’art. A enseigné à...
«poulailler» au sein d’une cité hlm à Caen. Son travail s’inscrit dans l’espace public où ses œuvres en phase avec les transformations...

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconTraduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconStatut de l’auteur contemporain
«auctor» de Lucas. Le public passionné n’entend pas lui laisser «gâcher» ses propres œuvres. Mais restent-elles ses

Manuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site iconDissertation sur l’inspiration poétique
«vates», un porte voix inspiré d’Apollon (Poebus). Le poète recueille, traduit, transmet







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com