Bibliographie & sitographie 73







télécharger 306.2 Kb.
titreBibliographie & sitographie 73
page9/21
date de publication22.02.2017
taille306.2 Kb.
typeBibliographie
a.21-bal.com > loi > Bibliographie
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   21

MICHEL DESMURGET ET LA TELEVISION


Michel Desmurget est un chercheur français spécialisé en neurosciences cognitives (domaine de recherche dans lequel sont étudiés les mécanismes neurobiologiques qui sous-tendent la cognition, comme la perception, la motricité, le langage, la mémoire, le raisonnement ou les émotions).

Il a beaucoup travaillé sur la relation entre le domaine numérique et la cognition, et plus particulièrement sur les effets nocifs que pouvait avoir le premier sur la seconde.

Pour parler de sa recherche, il a rédigé un ouvrage publié en 2011 et intitulé TV Lobotomie – la vérité scientifique sur les effets de la télévision sur la santé et le développement cognitif, en particulier chez l’enfant, qu’il retranscrira aussi lors d’une conférence.

Pour l’auteur, la télévision est un fléau. Elle influence de manière négative le développement intellectuel, et surtout chez l’enfant. Mais elle serait aussi néfaste pour les résultats scolaires, le langage, l’attention, l’imagination, la créativité, la violence, le sommeil, le tabagisme, l’alcoolisme, la sexualité, l’image du corps, le comportement alimentaire, l’obésité et l’espérance de vie. Bien sûr, tout cela est nié et contesté par l’industrie audiovisuelle.

La télévision est globalement décrite comme une gigantesque machine à abrutir, un incroyable instrument de décérébration dont nos enfants sont les premières victimes.

Desmurget, dans son livre, donne plusieurs exemples assez démonstratifs :

  • Sophie, 2 ans, regarde la télé 1 heure par jour. Cela double ses chances de présenter des troubles attentionnels en grandissant.

  • Lubin, 3 ans, regarde la télé 2 heures par jour. Cela triple ses chances d’être en surpoids.

  • Kévin, 4 ans, regarde des programmes jeunesse violents comme DragonBall Z. Cela quadruple ses chances de présenter des troubles du comportement quand il sera à l’école primaire.

  • Entre 40 et 60 ans, Yves a regardé la télé 1 heure par jour. Cela augmente d’un tiers ses chances de développer la maladie d’Alzheimer.

De nombreuses études ont démontré que la durée du sommeil était inversement proportionnelle à celle passée devant la télé. C’est pourquoi on démontre un manque chronique de sommeil depuis de nombreuses années.

Dans l’introduction de son ouvrage, Desmurget souligne que la télévision est un fait social de référence. Tout le monde ou presque la regarde, il est donc difficile d’en réchapper.

De plus, certains de ses effets n’apparaissent qu’à long terme, il est donc difficile de les relier à la cause télévisuelle dans un premier temps. Les dégâts sont les mêmes quelle que soit la région concernée.

On peut mettre en relation étroite la consommation télévisuelle au très jeune âge et l’apparition de troubles du langage, de même que la diminution des interactions parents – enfants (qui est liée aux troubles du langage).

L’auteur montre aussi que l’on utilise la télé pour éviter l’ennui, or cet ennui est source de créativité car il pousse à trouver une occupation.

Mais l’influence de la télévision est loin de disparaître car elle est désormais appuyée par l’apparition des nouvelles technologies depuis de nombreuses années.

Dans son livre, l’auteur montre que la télévision est présente partout et tout le temps, car elle est aujourd’hui disponible sur de nombreux appareils et dans de nombreuses enseignes.

Il démontre l’influence qu’ont les chaînes télévisées en ciblant leurs programmes au public et aux tranches d’âges. De plus, les programmes qu’ils proposent sont simples et souvent les fins sont prédictibles. On n’a donc pas forcément besoin de réfléchir pour regarder la télévision.

Certes l’apparition des nouvelles technologies apporte aux enfants une certaine forme d’aptitudes apparentes comme le multitasking (capacité à faire plusieurs choses à la fois), mais du coup toutes ces choses qu’ils font en même temps ne sont pas faites correctement, et dont donc bâclées.

L’auteur nous fait aussi part d’expériences qui ont été menées afin de démontrer qu’il existe un « déficit vidéo », c’est-à-dire que ce qui a été appris devant une télé sera toujours notablement inférieur à ce qui a été appris par interaction effective avec l’environnement.

De même pour les films sous-titrés : ils ne sont apparemment pas si efficaces que cela pour l’apprentissage des langues étrangères, ils ne valent pas une interaction réelle dans la langue que l’on cherche à apprendre.

Dans une autre partie, l’auteur fait le lien entre télévision et problèmes de santé.

Il met en surbrillance le fait que la télévision influence la consommation des gens, et surtout celle des enfants. Ces derniers poussent leurs parents à acheter les produits qu’ils voient lors des publicités. Mais la publicité inscrit juste une marque, alors qu’un produit équivalent sans marque ne sera vendu qu’à moindre nombre.

En résumé, pour l’auteur, la télévision n’est là que pour pourrir la vie des gens, et cela dès leur plus jeune âge.

Les jeux vidéo ont un rapport étroit avec la télévision, ils se pratiquent sur un écran.

Certes les programmes ne sont pas les mêmes, mais oui, si ils sont pratiqués à un trop jeune âge ou que les limites d’âges de certains jeux vidéo ne sont pas respectées, eux aussi peuvent être néfastes pour l’enfant.

Mais il n’y a pas forcément que des côtés négatifs dans ces nouvelles technologies. Certes ce sont des écrans et des images virtuelles, mais aujourd’hui beaucoup de programmes éducatifs et instructifs débouchent de programmes virtuels et de jeux vidéo.

Certaines études démontrent que le fait de jouer à un ou plusieurs jeux de stratégie permettait au cerveau de se développer, mais aussi permettait à l’enfant de développer des capacités cognitives et motrices réelles, telles que les réflexes, la concentration et l’agilité.
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   21

similaire:

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie : page 35 Sitographie : page 36 Xavier Malbreil Title...

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie thématique restreinte (1995-2006) Vous pouvez consulter...

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie p 4

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie Introduction

Bibliographie & sitographie 73 icon5/ bibliographie 6/ annexes

Bibliographie & sitographie 73 iconBibliographie sélective







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com