La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer







titreLa Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer
page5/29
date de publication22.02.2017
taille0.9 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

(1)
Le développement et le triomphe du mythe de l’héliocentrisme


 




 

«Aristarque (AR ih ATAHR kuhs) de Samos fut un astronome grec ayant vécu dans les années 200 avant J. -C.. Il fut le premier à affirmer que la terre révolutionne autour du soleil. Comment justifia-t-il cette affirmation, cela demeure inconnu. Ses écrits à ce sujet ne nous sont pas parvenus, mais ses idées furent citées par Archimède, mathématicien grec. Dans le traité d’Aristarque ayant survécu, Des magnitudes et des distances du soleil et de la lune, il ne dit rien de ses théories sur le mouvement de la terre.»

 




 

A. Mark Smith
LE DÉVELOPPEMENT DU CONCEPT DE LA TERRE EN MOUVEMENT AVANT COPERNIC

Aristarque de Samos (310-230 av. J.-C.), mathématicien, est célèbre pour avoir été le premier homme à émettre l’hypothèse disant que la Terre tourne quotidiennement sur un axe et orbite annuellement autour du soleil. Son idée d’un soleil central attira un peu l’attention, mais n’accrocha pas vraiment. Puis, Hipparque (190¬ 20 av. J.-C.), habituellement considéré comme le plus grand astronome grec, rejeta le concept héliocentrique d’Aristarque et employa, dans son ouvrage, le système d’une Terre centrale et «.la précision de ses [Hipparque] observations ... fit de son œuvre la base sur laquelle Ptolémée échafauda tout son système géocentrique [une Terre immobile].»[1]



 

Donc, l’Égyptien Ptolémée (90-168 apr. J.-C.), géographe et astronome, dépendit grandement de l’œuvre d’Hipparque en calculant son propre système du mouvement des corps célestes centrés sur la Terre. Alors, comme le démontre le compte-rendu historique: «.le système ptolémaïque domina la pensée astronomique jusque dans les années 1500.»[2] Donc, même si l’idée d’une Terre en mouvement roula sa bosse pendant un temps limité, dans la Grèce d’il y a quelque 2 200 ans, prévalut bientôt le point de vue d’une Terre immobile qui ne fut point mis au défi pendant près de 1 800 ans.

 


Puis, arriva Copernic.
NICOLAUS COPERNICUS


«Je ne demande pas la grâce accordée à Paul, ni ne demande le pardon de Pierre, mais je prie incessamment pour le pardon que tu as, sur le bois de la croix, accordée au meurtrier.» (Prière de Copernic affichée sous son portrait en Pologne.)

 

Nicolaus Copernicus est le nom latinisé de Mikolaj Kopernik, que nous connaissons sous le vocable de Nicolas Copernic, astronome polonais né en 1473 et décédé en 1543. Cette dernière date fut l’année où le nouveau livre qu’il publia, disant que la Terre est en mouvement, lui fut livré. En fait, il est mort le jour-même où son livre fut terminé et déposé entre ses mains. Le titre du bouquin était: De la révolution des sphères célestes. Bien qu’il fut évident à une poignée d’érudits de l’époque que Copernic avait «emprunté» la base du concept d’Aristarque, l’avait exploité et y avait apposé son nom, et que le manuscrit de son livre rendait crédit à Aristarque pour le concept, cette reconnaissance de dette fut enlevée de la publication finale. C’est donc le seul nom de Copernic qui devint virtuellement synonyme de l’hypothèse que la Terre révolutionne quotidiennement sur un axe et qu’elle orbite autour du soleil. En effet, le système héliocentrique est communément assimilé au «système copernicien» et Aristarque est remis aux oubliettes.



Copernic et son système héliocentrique
Malgré le fait que Copernic ne prouva strictement rien, il déclencha néanmoins ce qu’on appelle la «Révolution copernicienne». Remarquez-en la description: «Le détrônement de la Terre du centre de l’univers causa un choc profond. La Terre ne pouvait plus être considérée comme l’épitomé de la création. L’heureux défi lancé à tout le système de l’ancienne autorité exigeait un changement complet de la conception philosophique humaine de l’univers. C’est ce qu’on appelle à juste titre “La révolution copernicienne”.»[3] Le professeur Hanson, lui, ne s’embarrasse pas du verbiage: «La Révolution copernicienne sur laquelle repose à peu près tout ce qu’il y a de moderne, est une révolution contre l’autorité de la Bible. Le débat était, et il l’est encore, au sujet de la Bible. Au bout du compte: soit que l’homme de science a raison, soit que la Bible a raison.»[4] La contre-révolution à la Révolution copernicienne est sur le bord d’arriver. Il le faut ! Dieu, qui ne peut mentir, a écrit: «Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point» (Matthieu 24:35).

 



 

Dieu a dit que le soleil fait le tour de la Terre, déclarant ainsi sa souveraineté absolue comme étant le centre immuable de toutes existences. Mais l’homme a dit que la Terre fait le tour du soleil, plaçant ainsi l'esprit de l'homme comme étant le soleil intellectuel autour de qui tout gravite, faisant ainsi de l'homme Dieu même. Et c’est Copernic qui a donné le coup d’envoi de la révolte moderne contre ce que dit la Bible. Il est le gars qui obtient tout le crédit, d’accord. Mais Kepler, Galilée, Newton, Einstein et une horde d’autres mathématiciens déformateurs et réprouvés ayant suivi Copernic ont planté triomphalement son drapeau révolutionnaire dans toutes les écoles et les bibliothèques du monde, voir même jusque dans toutes les églises, traditionnelles comme évangéliques. L’establishment scientifique a élevé sa théorie au-dessus des Écritures et semble totalement victorieux face aux enseignements de la Bible (et contre tout ce que confirme la véritable science !) sur le sujet.

 

Toutefois, cette même Bible dit que le temps de la dénonciation et de la destruction de toutes les séductions de Satan est ordonné et viendra bientôt. «Celui qui vit dans le péché est du Diable; car le Diable pèche dès le commencement; or le Fils de Dieu est apparu pour détruire les œuvres du Diable» (1 Jean 3:8). Babylone la Grande sera entièrement détruite. Peu importe si elle se croit invincible, ça va arriver. «Autant qu'elle s'est glorifiée, et qu'elle a été dans les délices, donnez-lui autant de tourment et d'affliction; car elle dit en son cœur: je siège en Reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point de deuil. C'est pourquoi ses plaies, qui sont la mort, le deuil, et la famine, viendront en un même jour, et elle sera entièrement brûlée au feu; car le Seigneur Dieu qui la jugera, est puissant» (Apocalypse 18:7-8).

 

Les énormes supercherie de l’héliocentrisme et de l’évolutionnisme sont comme deux grosses digues qui tentent de retenir un lac caché rempli des séductions de toutes sortes qui proviennent de Satan, le raisonnement dépravé de l'homme dégénéré qui s'élève comme Dieu, se voulant maître de son destin par son indépendance et son libre-choix illusoire. Lorsque ces digues seront fracassées, ces séductions vont se mettre à déferler au dehors et seront révélées pour que le monde entier les voit, malheureusement elles vont être aussi les causes de sa destruction.

 

TYCHO BRAHE


«Prince des astronomes»


 

Le modèle d’une Terre immobile de Brahe est utilisé aujourd’hui dans toutes les sciences appliquées, y compris l’astronomie pratique, le voyage spatial et la prédiction des éclipses.

 



Le pur géocentrisme biblique de Tycho Brahe

La Terre est le centre de l'univers. La lune tourne autour de la Terre. Les autres astres tournent autour du soleil qui lui tourne autour de la Terre avec toute l'armée des cieux.

 

Brahe (1546-1601) est né trois ans après la mort de Copernic. Il rejeta le système copernicien qui avait commencé à se frayer un chemin à son époque. Au lieu d’un système copernicien centré sur le soleil, Brahe, astronome danois reconnu, expliqua le mouvement des corps célestes d’une manière géocentrique, davantage comme on l’avait démontré au cours de l’histoire. Cela revient à dire qu’il plaça la Terre au centre des cieux et fit orbiter tous les autres corps célestes autour d’elle.

 

Même si le monde entier a, en fin de compte, abandonné le modèle d’une Terre centrale que préconisait Brahe, il est essentiel aujourd’hui que chacun réalise que le modèle de Tycho Brahe n’a jamais été réfuté. En fait, bien que peu de gens le sachent, le modèle d’une Terre immuable de Brahe est utilisé de nos jours dans toutes les sciences appliquées, y compris l’astronomie pratique, le voyage spatial et la prédiction des éclipses ! Bien sur que cela n'est jamais mentionné afin de garder le monde dans l'ignorance pour donner quelques crédibilités apparentes à l'héliocentrisme mensonger et subversif. C’est un fait plutôt étonnant, n’est-ce pas ? Un fait difficile à avaler aujourd’hui, alors que le monde entier est plongé par-dessus la tête dans les suppositions et l’endoctrinement de l’héliocentrisme. Néanmoins, le docteur en astronomie, Gerardus Bouw a examiné l’affaire très sérieusement et dit ceci: «.Encore une fois, pour registre: il a été prouvé d’au moins six différentes manières, en ce siècle-ci seulement, que la physique et les équations employées par la NASA pour lancer ses satellites sont identiques aux équations dérivant de l’univers géocentrique. Par conséquent, si le programme spatial est la preuve de quelque chose, il prouve le géocentrisme et réfute l’héliocentrisme !»[5]

 

En bout de ligne, le monde entier a été endoctriné avec grand succès à croire que le modèle copernicien héliocentrique est la vérité, mais le modèle géocentrique de Brahe (une Terre immuable) fournit encore la base des calculs qui exigent la précision et l’exactitude que seule la Vérité peut donner.

 

JOHANNES KEPLER 

Figure clé au début de la bataille visant à remplacer la Terre immuable de la Bible par le système copernicien.

 

Kepler (1571-1630) fut l’assistant et assassin de Tycho Brahe durant les dernières années de la vie de ce dernier. Lors de sa mort, Kepler fut mis en possession et en contrôle de ce qui était sans aucun doute l’amas de compte-rendus astronomiques le mieux défini, le plus précis et le plus complet disponible dans le monde occidental au 16e siècle. Et, nous devons le souligner, ces compte-rendus de Brahe furent construits sur des preuves d’observation (pas sur des théories mathématiques) qui lui déclarèrent, et à la plupart des autres scientistes, que la Terre ne bougeait pas. (Rappelez-vous: cette évidence et cette conclusion forment le fondement sur lequel repose la technologie de l’ère spatiale !) Or, pour qu’une bonne compréhension de la signification du transfert des compte-rendus de Brahe soit bien établie dans l’esprit du lecteur, il est essentiel de clarifier que Brahe résistait activement et avec succès à la montée du copernicisme. L’astronome Hoyle a dit: «Tycho semble avoir été poussé à faire ses observations par son grand désir de réfuter Copernic.»[6] Joignez cela au fait que Kepler était un supporteur zélé du copernicisme avant de devenir l’assistant de Brahe et vous pourrez comprendre très rapidement l’impact que la mort de Brahe et l’acquisition de Kepler de ses compte-rendus eurent dans l’offensive copernicienne qui tendait à prendre forme. Vous obtiendrez aussi le pourquoi de la démise du prince des astronomes par la main de Kepler.

 

En fait, l’hypothèse copernicienne trouva très tôt le soutien des cercles intellectuels dans toute l’Europe, dès le début des années 1500. (Copernic se fit ouvertement défenseur du modèle héliocentrique dès 1514.) Toutefois, Brahe, doyen des astronomes, se souleva contre cette vague qui érigeait une ultime menace contre la Bible, c’est-à-dire, qu’on prouverait qu’elle était dans l’erreur (car elle enseignait clairement une Terre immuable et immobile). Plus encore, elle enseignait que la Terre était au centre de l’univers et, donc, que l’humanité était une création spéciale de Dieu, auprès de laquelle Jésus accomplit Son œuvre puissante envers ses élus, et dans laquelle la Nouvelle Terre où Dieu et ses saints vivraient ensemble éternellement serait suscitée lorsque la vieille Terre serait détruite dans un grand feu et ferait place à cette Nouvelle Terre sur laquelle le Père, apportant avec Lui la Jérusalem céleste, viendrait habiter avec ses élus d'entre les hommes devenus immortels (2 Pierre 3:10; Apocalypse 20:11).

 

L’hypothèse copernicienne devait détruire tout cela et le remplacer par une Terre qui ne serait qu’un grain de poussière insignifiant dans un simple système solaire en bordure d’une galaxie moyenne parmi d’innombrables autres galaxies. Son hypothèse devait mettre la table à une mise à jour du repositionnement de la Vérité elle-même. Est-ce que la Vérité à ce sujet, ainsi que sur tout autre sujet, était incorporée dans les Écritures par Dieu Lui-même par la plume des hommes ? Ou est-ce que la Bible n’était simplement qu’un «saint» livre parmi tant d’autres qui (comme le reste) était plein de rêves futiles, de légendes et de mythes n’attendant que la science avec un grand «S» pour les faire exploser ?

 

Comme nous l’avons vu plus tôt dans les remarques du professeur Hanson, ce conflit entre la science de la Bible et la science des hommes est encore aujourd’hui l’issue véritable dans la bataille entre le copernicisme et le brahéisme, l’héliocentrisme et le géocentrisme. C’est cette bataille qui prenait forme lorsque Kepler hérita des compte-rendus de Brahe. Ce fut un moment de l’histoire où le combat titanesque, omniprésent et continu (mais non sans fin !) entre les forces du Bien et du Mal, entre la Vérité et les Mensonges, dévoilait l’arme secrète de Satan visant a séduire le monde entier pour qu’il croit sa «vérité» au lieu de la Vérité de la Bible. Il s’agissait d’un point de jonction critique, une borne dans le Plan de Dieu où il fut permis à Satan d’effectuer un grand pas de l’avant dans sa stratégie pour discréditer la Bible et, en fin de compte, tromper la Terre entière. Et ainsi, ce n’est que grâce à cet arrière-scène spirituel que l’on peut comprendre le début du combat Kepler vs Brahe (ou l’héliocentrisme vs le géocentrisme). Il s’agit d’un événement pivot dans l’accomplissement de la grande vantardise de Satan, esprit charnel de la nature humaine déchue, qui dans son orgueil se targua d’élever son trône au-dessus du trône de Dieu et déclara qu’il serait «comme le Très Haut» comme le fit le roi de Babylone dans Ésaïe 14:12-15, passages qui se rapportent à la construction de la tour de Babel (Genèse 11:4-6): «Comment es-tu tombé de ton arrogance, roi orgueilleux, fils de la défiance? Comment as-tu été abattu à terre, toi qui abattait les nations? Tu disais en ton cœur: Je monterai aux cieux, j'élèverai mon trône par-dessus les étoiles de L’ESPRIT DES VIVANTS; je siégerai sur la montagne de l'assemblée, aux régions lointaines de l'Aquilon. Je monterai sur les hauteurs des nues, je serai semblable au Très-Haut. Mais tu es descendu dans le Sépulcre, dans les profondeurs du tombeau!».

 

En vérité, il était temps d’effectuer un effort pour faire avancer une séduction si forte et si subtile que, non seulement le monde entier serait-il trompé par elle en temps et lieu, mais qu’elle donnerait aussi un direct à l’estomac de la crédibilité biblique et, de cette façon, paverait la voie à la séduction universelle du mensonge de l’évolution (maintenant presque accompli) qui constitue l’uppercut satanique à la mâchoire de la crédibilité biblique suivant le premier coup. Les deux ensembles, le direct et l’uppercut — l’héliocentrisme et l’évolutionnisme — devaient assommer le christianisme de la Bible. Qui dit que la Bible n’est pas étendue pour le compte ? À Satan, Dieu a dit (après lui avoir permis d’accomplir son forfait, qu’il a d’ailleurs presque achevé): «Et cependant on t'a fait descendre au sépulcre, au fond de la fosse» (Ésaïe 14:15), et il est évident ici qu'il ne s'agit pas d'un ange mythique qui se nommait Lucifer, car les anges ne connaissent pas la sépulture, mais d'un roi orgueilleux qui se prenait pour Dieu.

 

Faisons maintenant ressortir quelques facettes du rôle joué par Kepler dans la montée du copernicisme s’avérant pertinentes au but fixé par ce livre qui est purement et simplement d’exposer par tous les moyens possibles la nature et l’amplitude de la supercherie de l’héliocentrisme. À cette fin, voyez ce qui suit:

 
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   29

similaire:

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconConsultez, téléphoner pour vous renseigner, mais surtout ne tardez...
«Ecole d'Agriculture» rue St-Victor, 5); verlaine (Hall omnisports Rue de la Station, 37); villers-le-bouillet (Hall omnisports –...

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconConsultez, téléphoner pour vous renseigner, mais surtout ne tardez...
«Ecole d'Agriculture» rue St-Victor, 5); verlaine (Hall omnisports Rue de la Station, 37); villers-le-bouillet (Hall omnisports –...

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconConsultez, téléphoner pour vous renseigner, mais surtout ne tardez...
«Ecole d'Agriculture» rue St-Victor, 5); verlaine (Hall omnisports Rue de la Station, 37); villers-le-bouillet (Hall omnisports –...

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconMarta jette le contenu de sa tasse par terre Bertold : qu’est ce...

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer icon«Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons...
«Nous n’héritons pas de la Terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants»

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconLivre premier – Quelques pages d'histoire
«octroient», mais en réalité c’est la force des choses qui les donne. Vérité profonde et utile à savoir, dont les Stuarts ne se doutèrent...

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconOtto, le gardien de l’art contemporain «The moving garden» de Lee Mingwei

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconTroller fenn 42, rue Richer 75009 Paris Tel et fax: 01. 47. 70. 19....

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«Quand vous écrivez de la fiction, la partie de vous qui écrit est totalement séparée de celle qui vit votre propre vie.» Mais le...

La Terre ne bouge pas Adaptation du livre de Marshall Hall The Earth is not Moving par Roch Richer iconUne existence difficile
«ennui» est à prendre ici au sens fort. Quant à la dédicace à Théophile Gautier, le défenseur de l'Art l'Art, elle ne doit pas nous...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com