Veille media







télécharger 374.38 Kb.
titreVeille media
page2/17
date de publication22.02.2017
taille374.38 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

INFOS COLLECTIF VAN


  • Turquie : l’assassin de Dink, jugé en tant qu’enfant




  • Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - « Au procès de Dink ce lundi, les juges ont décidé que le tueur présumé, Ogün Samast, devrait être jugé devant le Tribunal pour Enfants d'Istanbul. Il est par conséquent utile de rappeler aux juges et aux procureurs de Turquie que la Cour européenne des droits de l'homme, ou CEDH, a émis le 14 septembre 2010, un jugement au sujet du procès Dink, que le Ministère turc des Affaires étrangères a décidé de ne pas contester. La CEDH a déclaré la République de Turquie coupable ne pas avoir protégé le droit à la vie d'un citoyen et ne pas avoir conduit d’enquête minutieuse dans le procès Dink. Cependant, après le jugement de la Cour européenne, une voie a été tracée pour "récompenser" le tueur présumé, et laisser de côté l’examen efficace des accusations portées contre lui ! […] Si Samast est jugé par un Tribunal pour Enfants, il pourrait être condamné à 7 ans et demi de prison selon les normes européennes. Puisqu’il est en prison depuis plus de 3 ans et demi, Samast pourrait être libéré. » Le journaliste Cengiz Çandar, lui-même poursuivi en justice pour avoir critiqué les manquements de la Justice turque dans l’affaire de l’assassinat du journaliste arménien, Hrant Dink, a exprimé son écœurement concernant le transfert du procès du meurtrier Ogun Samast vers un Tribunal pour enfants, dans un article paru en turc dans le quotidien Radikal. Cet article a été traduit en anglais par l’équipe du Hurriyet Daily News le mercredi 27 octobre 2010 et le Collectif VAN vous en propose la traduction en français.


    D’un tueur on fait un enfant

    Hurriyet Daily News

    Mercredi 27 octobre 2010
    Cengiz Çandar

    J'ai assisté à plusieurs audiences du procès pour le meurtre du journaliste arméno-turc Hrant Dink. Pas seulement une fois, mais deux ou même trois fois… J'ai récemment exprimé mon opinion dans un article intitulé « Aucune justice n’émanera de cette salle de tribunal. » Et maintenant, je suis poursuivi devant un tribunal à cause de cet article.

    Au procès de Dink ce lundi, les juges ont décidé que le tueur présumé, Ogün Samast, devrait être jugé devant le Tribunal pour Enfants d'Istanbul.

    Il est par conséquent utile de rappeler aux juges et aux procureurs de Turquie que la Cour européenne des droits de l'homme, ou CEDH, a émis le 14 septembre 2010, un jugement au sujet du procès Dink, que le Ministère turc des Affaires étrangères a décidé de ne pas contester. La CEDH a déclaré la République de Turquie coupable ne pas avoir protégé le droit à la vie d'un citoyen et ne pas avoir conduit d’enquête minutieuse dans le procès Dink.

    Cependant, après le jugement de la Cour européenne, une voie a été tracée pour "récompenser" le tueur présumé, et laisser de côté l’examen efficace des accusations portées contre lui !

    Une décision honteuse

    J'ai regardé l’émission "45 Minutes" sur TRT-News avec Hülya Hokenek à 13h00, après l'annonce du verdict dans le procès Dink, annonce qui a profondément attristé les gens qui ont une conscience en Turquie. Tuba Çandar, l'auteure d'un livre de 700 pages, intitulé Hrant, la première biographie publiée sur Dink, était l'invitée de 45 Minutes. Elle a rappelé le discours de Rakel, la femme de Dink, lors de la cérémonie d'obsèques :
    « Peu importe son âge, qu’il ait 17 ans ou 27 ans ; peu importe qui est le tueur, je sais qu’il fut un jour un enfant. Mes frères et mes sœurs, rien ne pourra être fait sans une remise en question de l'obscurité d’abord ; l'obscurité qui a fait d’un bébé un tueur. » [Nota CVAN : « l’obscurité » désigne l’Etat profond en Turquie].

    Çandar a ajouté : « Bien que trois ans et demi se soient passés, nous avons vu que les ténèbres n’ont pas été remises en question et demeurent incontestables. Non seulement nous n’avons pas vu la remise en question de cette obscurité qui a fait d'un bébé un tueur, mais nous sommes témoins aujourd'hui, qu'en réalité un tueur est né d'un bébé. Je pense que la décision est une honte tant pour la loi que pour la justice. Et je sais que les gens qui ont une conscience en Turquie le pensent aussi. »

    Différence entre loi et justice

    Oui, c'est ce que pense Tuba Çandar. La loi et la justice ne sont pas identiques. La justice ne peut pas exister sans la loi, mais cela ne signifie pas que "la justice est égale à la loi". Le concept de justice est directement lié à la conscience. Indiscutablement, la décision mentionnée n'a rien à faire avec la justice, bien que la relation entre la décision et la loi puisse être discutée.

    L'avocat de Samast a demandé le transfert de son client au Tribunal pour Enfants dans le cadre de la loi connue sous le nom de "La loi des enfants qui jettent des pierres". Et la décision du tribunal en faveur du client peut sembler normale sur le papier.

    Paver la voie à la libération de Samast

    Après la décision de la cour ce lundi, j'ai parlé à quelques avocats présents dans la salle du tribunal. J'ai appris que l'avocat de Samast demandera légitimement la libération de son client. C'est possible. Ce que l'on m’a dit, c’est que si Samast est jugé par un Tribunal pour Enfants, il pourrait être condamné à 7 ans et demi de prison selon les normes européennes.

    Puisqu’il est en prison depuis plus de 3 ans et demi, Samast pourrait être libéré. Il semblerait que des journalistes diluent l’affaire Dink en essayant de justifier son meurtre par la colère d'enfants jouant dans les cafés de banlieue ; circonvenant ainsi la question et s’impliquant dans des querelles avec moi sur le sujet.

    Si Samast est libéré, ils seront contents. Puisque nous devons être respectueux de la loi, il y a rien de plus à dire. D’autant que, qui ne lira pas une interview de Samast faite par un journaliste à la recherche du sensationnel ? Et cela ne sera-t-il pas présenté comme une histoire à succès du journalisme ?

    La connection Ergenekon

    En attendant, Erhan Özen qui purge sa peine dans la prison ouverte d'Iskilip, Çorum, a avoué qu’il travaillait entre 1997 et 2005 comme agent pour le JITEM, un groupe clandestin supposé être l'unité de renseignements de la gendarmerie, bien que son existence n'ait jamais été officiellement reconnue par l'armée. Özel a affirmé que les criminels dans l'affaire de la tuerie de la librairie Zirve ont été aussi impliqués dans l’affaire de Dink. « J'ai pris des photographies près du bâtiment d'Agos. Je prenais des photos de tout et de tout le monde dans le secteur y compris les gens qui entraient et sortaient de l’immeuble. Siran (le nom de code d'un homme travaillant pour le Général à la retraite Veli Küçük) a dit parlant de Hrant : « Le verdict est déjà tombé pour cet homme. Il va mourir. » [Nota CVAN : dans la version anglaise, l’auteur Cengiz Çandar utilise l’expression „Le crayon est déjà cassé pour cet homme“ (« The pen is already broken for this man »). Il décrit ainsi en anglais une coutume de la justice turque : en Turquie, lorsqu’un tribunal prononce la peine capitale pour un condamné, le juge casse son crayon. Appliquée à Hrant Dink, cette expression signifie que les tout-puissants, les décideurs de l’ombre, en quelque sort les membres d'un tribunal illégal l'ont condamné à mort : la décision est prise et il va être exécuté.]

    « Nous avons emmené Hrant vers une voiture garée devant l’immeuble d'Agos, mais n'avons pas parlé en chemin. Nous nous sommes ensuite dirigés vers le Cimetière des Étrangers. Hrant est resté dans la voiture un moment puis il est reparti avec Yusuf (un autre nom codé). Plus tard, j'ai appris de Siran et Yusuf, que la personne dans la voiture était Sevgi Erenol (une suspecte d'Ergenekon en état d'arrestation). Ils m'ont dit que Hrant avait été averti. ! » [Nota CVAN : Sevgi Erenol est la nièce du dernier patriarche orthodoxe turc. Le Patriarcat Orthodoxe Turc, église fantoche regroupant des Turcs christianisés, a été créé de toutes pièces en 1924 par Mustafa Kemal Ataturk, et pratique en fait un nationalisme turc extrême. Lire : Turquie : l’extrême-droite sur la sellette]. http://www.collectifvan.org/article.php?r=0&id=15312

    Ce qui signifie ?

    Cela signifie que si l'enquête sur l’affaire Dink ne va pas plus loin, si les liens avec le gang criminel Ergenekon ne sont pas examinés et si la décision de la CEDH n'est pas suivie, « D’un tueur on aura créé un enfant », dans le cas Dink.

    La “Justice” ne prévaudra pas. Et un pouvoir judiciaire échouant à faire justice sera source de problèmes tant pour le gouvernement que pour la Turquie.

    Cengiz Çandar est chroniqueur pour le quotidien Radikal, dans lequel cet article a été publié. Il a été traduit en anglais par l’équipe de Daily News.


    ©Traduction de l’anglais C. Gardon pour le Collectif VAN – 29.10.2010 – 07:35 - www.collectifvan.org

    Lire le texte original dans la Rubrique en anglais

  • http://www.hurriyetdailynews.com/n.php?n=a-killer-to-be-born-from-a-baby-2010-10-27

    http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=49247

    Turquie : procès de 151 personnalités kurdes à Diyarbakir




    Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le 18 octobre 2010 s’est ouvert à Diyarbakir, un procès qui va juger 151 personnalités kurdes, parmi les 1.500 prévenus qui croupissent, certain(e)s depuis 18 mois, dans les geôles turques. C’est, depuis les purges staliniennes, le plus grand procès politique en Europe : il fait suite au succès kurde obtenu lors des élections locales et régionales de mars 2009. Un « procès qui n’est pas sans rappeler ceux menés par la junte militaire turque au début des années 80 » selon cinq associations françaises présentes sur place au Kurdistan turc, et dont le Collectif VAN diffuse le communiqué.


    Solidarité et Liberté

    Communiqué


    Diyarbakir, le 19 octobre 2010

    151 personnalités kurdes, des hommes et des femmes, dont une grande partie est emprisonnée depuis 17 mois, comparaissent depuis lundi devant la 6ème chambre de Diyarbakir. Représentants de plusieurs organisations de France venus en tant qu’observateurs (1), nous sommes d’abord inquiets de voir des maires et des conseillers municipaux – dont certains ont été élus avec plus de 60% des voix – être traduits en justice comme de vulgaires malfaiteurs. D’autres aident la population pour l’éducation des enfants, la formation professionnelle des adolescents ou la nourriture des familles.

    Dès l’ouverture du procès, les avocats ont demandé – comme cela se fait dans les pays de l’Union européenne – que la défense des accusés puisse se faire dans leur langue maternelle, le kurde.

    Ils ont également dénoncé la violation du droit et des lois turques par des organes de police pratiquant les gardes à vue, les perquisitions et surtout, les écoutes téléphoniques en l’absence de tout mandat rogatoire ou de toute demande de juges.

    Dans ces conditions, ce procès est entaché d’irrégularités, d’autant que les avocats – comme ils l’ont dit – n’ont eu accès que tardivement aux dossiers et de façon partielle.

    Nous sommes d’autant plus préoccupés que ce procès ne concerne pas que la population kurde mais tous les habitants de la Turquie, d’autant que de nombreuses arrestations ont eu lieu depuis et que d’autres procès sont en cours.

    Vivre ensemble dans le respect des différences nous paraît être la base de toute conception démocratique au sein d’une société. La liberté, la paix et la démocratie, c’est ce que réclament les 151 prévenus.

    Une revendication que nous soutenons.
    Leur demande de pouvoir assurer la défense en langue kurde vient d’être refusée par le président du tribunal, qui suit ainsi l’avis du ministère public, c’est à dire le pouvoir central. De même, les prévenus incarcérés resteront en prison.

    A Diyarbakir, devant le tribunal, nous dénonçons ces décisions qui ne sont pas celle d’une justice indépendante et augure mal des suites de ce procès qui n’est pas sans rappeler ceux menés par la junte militaire turque au début des années 80.

    Ici, à Diyarbakir, nous apportons notre soutien à ces maires, ces élus, ces militants politiques et associatifs injustement poursuivis. En France et plus largement en Europe, nous poursuivrons notre combat pour leur liberté, pour la reconnaissance des droits du peuple kurde et pour la démocratie en Turquie.

    (1) Le Mouvement de la Paix, Amitiés Corse-Kurdistan, Solidarité et Liberté, Association ARGIN, Parti communiste français (PCF).

    Solidarité et Liberté

    11 Bd de la Jamaïque

    13015 Marseille

    TÉLÉCHARGER :
     Communiqué

    http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=49246

    Haut-Karabagh/Communiqué des présidents Aliev, Medvedev et Sarkissian




    Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN publie ici le Communiqué des présidents Aliev, Medvedev et Sarkissian, en ligne sur le site du ministère des Affaires étrangères le 27 octobre 2010.

    Ministère des affaires étrangères et européennes
    (27 octobre 2010)

    La France salue l’adoption, à l’initiative du président Medvedev, du communiqué commun du 27 octobre à Astrakhan des présidents I. Aliev, S. Sarkissian et D. Medvedev dont nous saluons l’engagement personnel en faveur du règlement de ce conflit. Par ce communiqué, les parties au conflit reconnaissent la nécessité d’un règlement pacifique négocié et d’un renforcement du cessez-le-feu par des mesures de confiance. Comme premier pas, les parties s’engagent à procéder rapidement à un échange de leurs prisonniers et des corps des tués qu’elles détiennent.

    Les mesures décidées par les parties à Astrakhan peuvent contribuer à réduire les tensions et les violations du cessez-le-feu qui se sont multipliées ces derniers mois.

    C’est pourquoi la France attend qu’elles soient mises en œuvre sans délai. C’est par le dialogue et l’ouverture que ce conflit pourra être résolu pour assurer un avenir de paix, de stabilité et de prospérité à l’Arménie et l’Azerbaïdjan, ainsi que pour l’ensemble de la région.

    Notre pays, qui copréside avec les Etats-Unis et la Russie le groupe de Minsk de l’OSCE, ne ménage pas ses efforts de médiation pour aider l’Arménie et l’Azerbaïdjan à parvenir à un règlement pacifique, équitable et durable du conflit qui les oppose au sujet de la province du Haut-Karabagh.
    http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/actions-france_830/crises-conflits_1050/haut-karabagh_13520/evenements_20388/haut-karabagh-communique-presidents-aliev-medvedev-sarkissian-27.10.10_87014.html

    http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=49209

    Presse arménienne : Revue du 29 octobre 2010

    Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous présente cette Revue de Presse du 29 octobre 2010 parue sur le site de l'Ambassade de France en Arménie.



    Ambassade de France en Arménie

    Revue de la presse arménienne du 29 octobre

    Affaires régionales

    Conflit du HK


    La presse du jour rapporte les commentaires de personnalités politiques et experts concernant le sommet d’Astrakhan qu’ils qualifient d’«utile », tout en manifestant un optimisme « modéré », compte tenu du fait que l’Azerbaïdjan a plusieurs fois fait preuve de nonrespect de ses engagements. Sont notamment rapportés les commentaires du porte-parole du Parti Républicain, Edouard Charmazanov, qui considère que le premier acquis de cette réunion a été, certes, la référence à la déclaration de Maindorf dans laquelle les parties affirmaient leur attachement au règlement pacifique du conflit basé sur les normes du droit international. En d’autres termes, selon lui, l’Azerbaïdjan, qui ne cesse pas d’utiliser un langage militariste, a reçu un coup à Astrakhan, puisque les médiateurs, dont la Russie et son Président, ont une nouvelle fois fait comprendre que le conflit n’a pas de solution militaire. Le deuxième acquis, selon lui, est l’accord humanitaire sur l’échange des prisonniers de guerre et des dépouilles des victimes. M. Charmazanov a toutefois indiqué que l’on ne devait pas « surestimer » le rôle de la rencontre trilatérale d’Astrakhan, dont « l’utilité sera mesurée à l’aune de la capacité de l’Azerbaïdjan de tenir les engagements pris ». M. Charmazanov manifeste également des réserves quant à l’optimisme du Président Medvedev espérant que les parties parviennent à un accord d’ici le sommet d’Astana sur les principes de base du règlement du conflit.

    L’Azerbaïdjan doit encore prouver, selon lui, sa disponibilité à travailler sur ces principes : ce n’est qu’alors que l’on pourra parler de progrès dans le processus de négociations. Et d’ajouter : « on ne peut espérer aucun progrès tant que l’on ne prend pas en compte la position du Karabagh ». Les quotidiens rapportent en outre les avis d’autres représentants de la coalition gouvernementale affichant également un optimisme modéré quant aux résultats de cette réunion et du scepticisme vis-à-vis de la sincérité de l’Azerbaïdjan quant à la mise en oeuvre de ses engagements. Armen Roustamian du parti Dachnak relève notamment que les attentes vis-à-vis de ce sommet ne sont pas justifiées, puisque les thèmes capitaux tels le statut du HK ou les mesures de sécurité n’auraient pas fait l’objet de discussion.

    Par ailleurs, Levon Zourabian, représentant du Congrès national arménien, a souligné à RFE/RL que la régularité des négociations arméno-azéries sous l’égide de la Russie tend à montrer que ce format de pourparlers trilatéral prenait le pas sur le processus de médiation sous l’égide du groupe de Minsk de l’OSCE. La dernière déclaration de M. Medvedev « montre que la Russie déploie de sérieux efforts en vue de régler le conflit. Une telle déclaration est une nouvelle preuve de la place qu’occupe le conflit du Karabagh dans l’agenda de la communauté internationale, et je pense qu’on peut attendre de réelles avancées dans le processus à Astana.

    Pour l’éditorial d’Iravounk, à Astrakhan, la Russie a une nouvelle fois réaffirmé son « monopole » vis-à-vis du règlement de ce conflit et il a été une nouvelle fois confirmé que, dans ce processus, les Etats-Unis et la France n’ont pas « grand chose » à faire.

    « Edouard Charmazanov : tant que l’Azerbaïdjan ne retrouve pas la raison, le conflit du HK ne sera pas résolu »- Hayots Achkhar

    « Les négociations valent mieux que la guerre » -Azg

    « Ce n’est que dans le discours que l’Azerbaïdjan témoigne de son attachement au principe de non recours à la force »- Hayastani Hanrapetoutioun

    « L’évaluation générale de la rencontre des Présidents de Russie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan est positive, mais… »- Aravot

    D’après le Comité international de la Croix rouge, actuellement 6 prisonniers de guerre arméniens et une famille de 5 personnes sont retenus en otage en Azerbaïdjan. Deux prisonniers de guerre et un civil azerbaïdjanais sont retenus en otage en Arménie. L’Arménie détient les dépouilles de deux soldats azéris, dont celle de Moubariz Ibrahimov, décédé lors du sabotage de Tchaylou, qui est devenu « héros national de l’Azerbaïdjan » posthume, de même que l’Azerbaïdjan détient le corps du berger arménien décédé dans des conditions suspectes dans une prison azérie. / Hayots Achkhar

    L’ensemble de la presse relève que la parti « Héritage », à l’origine de la proposition de loi sur la reconnaissance par l’Arménie de l’indépendance du HK, a ajourné le vote de cette proposition jusqu’au 9 décembre, une fois le sommet de l’OSCE à Astana terminé.

    Avant qu’« Héritage » ne décide d’ajourner le vote, les trois partis de la coalition ont publié une déclaration, observant que « la reconnaissance de l’indépendance du HK n’a pas d’alternative », mais que la reconnaissance unilatérale du HK par l’Arménie au moment où des négociations sont en cours sous l’égide du groupe de Minsk n’est pas opportune et ne répondra pas à la position constructive que le Président Sarkissian a adoptée dans le processus de négociation. Le geste du parti « Héritage » de reporter le vote a été salué par la coalition.

    Selon Haykakan Jamanak, à l’occasion d’une session du 12 au 16 novembre, l’AP/OTAN votera un projet de résolution relatif au conflit du HK rédigé par un parlementaire canadien qui, d’après ce quotidien, n’est point favorable à la partie arménienne. Dans ce projet, l’OTAN reconnaît notamment l’occupation des sept districts avoisinant le HK. Le quotidien rappelle qu’en juillet, le Président de l’AN, Hovik Abrahamian, avait demandé au Président de l’AP/OTAN, dans une lettre, de s’abstenir de toute initiative relative au conflit du HK au sein de cette instance.

    Turquie

    Le chef du département des pays limitrophes du MAE arménien, Karen Mirzoyan, a commenté l’intention des autorités du parti « Turquie puissante » de se rendre en Arménie pour discuter de la normalisation des relations arméno-turques avec le Ministre Nalbandian. D’après M. Mirzoyan, les forces politiques turques qui se prononcent en faveur de la normalisation des relations arméno-turques doivent s’adresser au premier chef à leurs autorités qui, en créant des obstacles artificiels, n’ont pas ratifié et mis en oeuvre les protocoles signés. Le porte-parole du MAE, quant à lui, a précisé que le Ministre Nalbandian ne recevra pas les hommes politiques turcs. [Rappelons que le leader dudit parti turc et quelques-uns de ses membres ont organisé une action près de la frontière arménoturque, le 10 octobre dernier, jour anniversaire de la signature des protocoles arméno-turcs, en signe de protestation contre la fermeture de la frontière. Ils ont même affirmé avoir franchi la frontière et pris des photos sur le sol arménien, ce qui a été aussitôt démenti par les gardes-frontières russes chargés du maintien de la frontière arméno-turque.]/ Hayots Achkhar, Hayastani Hanrapetoutioun

    Géorgie

    Selon Haykakan Jamanak et Aravot, le gazoduc Nord-Sud traversant le territoire géorgien qui approvisionne l’Arménie en gaz russe sera prochainement rénové. Au terme d’un appel d’offres, les travaux de rénovation (120 jours) seront assumés par la société azerbaïdjanaise « Oil and Gaz Construction Trust ». Le quotidien craint que la livraison du gaz russe à l’Arménie ne soit suspendue durant cette période.

    Affaires intérieures

    Hayots Achkhar, Azg, Hayastani Hanrapetoutioun et Iravounk rendent compte à la « une » de l’ouverture de l’exposition industrielle « EXPO- Russia-Armenia2010 », la plus grande exposition arméno-russe qui se tient en Arménie, en présence du Président Sarkissian et du Président du parti « Arménie prospère » Gaguik Tsaroukian, co-initiateur de l’exposition (cf. la revue du 28.10).

    Affaires extérieures

    Hayastani Hanrapetoutioun rend compte de la visite du maire de Montréal, Gérald Tremblay, à Erevan et de la signature avec le maire d’Erevan d’un accord de coopération qui concernera notamment l’écologie. Reçu par le Ministre Nalbandian, il a échangé avec lui des idées sur la coopération décentralisée dans le cadre de l’Organisation internationale de la Francophonie. Ils ont aussi exprimé leur satisfaction quant à la décision prise en marge du 30ème sommet de l’Organisation des maires francophones de tenir le 31ème sommet à Erevan, l’an prochain.

    France/ Karabagh

    Azg fait état de la visite de deux députés français du Parlement européen, Michèle Rivasi (groupe des Verts/Alliance libre européenne) et Damien Abad (groupe du Parti Populaire Européen-Démocrates-Chrétiens) au Karabagh où ils ont eu nombre d’entretiens avec des « parlementaires » karabaghtsis, de même qu’avec des représentants de l’Union des réfugiés du HK. Mme Rivasi a noté qu’en Europe, l’on est bien informé des problèmes des réfugiés azerbaïdjanais, puisque ceux-ci ont saisi des instances respectives, tandis que l’on n’est pas suffisamment informé des problèmes des réfugiés arméniens.

    Damien Abad a ajouté pour sa part que l’UE pouvait apporter un soutien éducatif, économique etc. au HK. Les deux députés ont été également reçus par le « Président » Sahakian. France/ « Ben Laden menace la France « despote » »- Azg

    Rédaction : Merie Hakobian

    http://www.ambafrance-am.org/france_armenie/

    http://collectifvan.org/article.php?r=0&id=49231
  • 1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

    similaire:

    Veille media iconVeille media

    Veille media iconVeille media

    Veille media iconVeille media

    Veille media iconVeille media

    Veille media iconVeille media

    Veille media iconDéfinition "intelligence économique"/"veille"

    Veille media iconMuseum communication and social media : the connected museum

    Veille media iconMuseum communication and social media : the connected museum

    Veille media iconAnvers & Bruxelles 18 & 19 janvier 2011 cv1 Print et Multi-Média Anvers et Bruxelles







    Tous droits réservés. Copyright © 2016
    contacts
    a.21-bal.com