Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’»







télécharger 0.61 Mb.
titreRésumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’»
page8/13
date de publication20.10.2016
taille0.61 Mb.
typeRésumé
a.21-bal.com > loi > Résumé
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13
C’est sur le hasch qu’elle a les meilleurs flashes» (page 194).

- «FLOWER POWER» («pouvoir des fleurs») : page 156.

- «french kiss» («baiser profond», «baiser avec la langue», «baiser florentin») : page 179.

- «freak» («personne extravagante», «drogué») : page 84 - «The Unsinkable Freaks» (page 140) - page 159 - «C’est un freak, speedy, les yeux pleins de courts-circuits» (page 195).

- «front-right» («en avant, à droite») : «le rond ‘’front-right’’ du poêle électrique» (page 27).

- «Game Park» («Réserve faunique») : «Matopos Game Park» (page 244).

- «G.I.» («government issue», «soldat de l’armée états-unienne») : page 271.

- «goaler» («gardien de but») : page 161.

- «grilled-cheese» (Ducharme indiqua en note : «Sandwich au fromage, grillé avec le fromage dedans» (note page 128).

- «hairdressers» («coiffeurs) : page 208.

- «hamburger steak» («sandwich chaud constitué d’un bifteck haché servi dans un pain rond») : page 265.

- «happy few» («les quelques privilégiés») : page 76.

- «hasch» («haschisch») : page 194.

- «Hatred gets you high !» (page 63) : «La haine vous excite !»

- «Health» qui est suivi immédiatement de sa traduction : «Santé», le titre de la publication ‘’Health-Santé’’ étant significatif du bilinguisme qui s’impose au Québec (page 109).

- «heavy» («lourd», «trop appuyé», «ennuyeux») : «nos singeries. C’est trop heavy» (page 125) - «Soyez pas si heavy» (page 148) - «on est rendus trop heavy pour qu’il nous porte» (page 176) - «La politique, on trouvait ça cheap and heavy» (page 203) ;

- «heavy feelings» («émotions, sensations, sentiments intenses et négatifs», «mauvaises vibrations») : Ducharme donne en note cette traduction : «sentiments grazéviskeux» (page 42).

- «Hell’s Angels» («Anges de l’enfer») : nom d’une organisation de motards (page 175).

- ‘’Hey Jude’’, chanson des Beatles, dont est citée et traduite, fragment par fragment (les vers ne sont pas respectés) la troisième strophe, traduction d’abord à peu près correcte mais qui déraille à la fin, Ducharme ayant alors voulu faire rimer ses propres vers : «‘’And any time you feel the pain Les jours où ça te fait trop mal - Hey Jude refrain Hé Jude laisse faire - Don't carry the world Prends pas l’univers - Upon your shoulders Sur tes épaules - For well you know Tu le sais bien - That it's a fool c’est un crétin. - Who plays it cool À marcher droit - By making his world Il rend son chemin - A little colder De plus en plus étroit…» (pages 82-83).

- «high» («excité», «exalté») : «Hier elle flippait à cause qu'elle était high» (page 24).

- «hit» («succès») : pages 175, 266 ;

- «hit parade» («palmarès des meilleures ventes dans le domaine des disques de variétés») : «trois chansons du hit-parade» (page 55) - «le hit parade de CJMS» (page 104).

- «hot dog» («sandwich chaud fait d’une saucisse de Francfort servie dans un petit pain») : pages 30, 35, 192, 271.

- «hyde-a-bed» (en fait, «hide-a-bed», qui est traduit dans le texte même : «divan [qui] cache un lit» [page 33]) : pages 27, 33, 46.

- «ice-box» («glacière») : page 164.

- «ice-cream» («crème glacée») : page 231 ; cet emploi du mot anglais est d’autant plus étonnant qu’au Québec on dit : «crème glacée».

- «I don’t see your point !» est traduit littéralement : «Je ne vois pas votre point !» (page 252).

- «I have a feeling that Ougi knows that I know, you know» (une traduction ironiquement littérale fut donnée en note par Ducharme : «J’ai un sentiment qu’il sait que je sais, tu sais?») : page 251.

- «illustrated» («illustrés») : page 143.

- «It made our brains reel» (une traduction fantaisiste et ironique suit immédiatement : «ça fit nos cerveaux tourner comme des toupies» (page 105) alors que «cela m’a tourné la tête» conviendrait mieux.

- «It’s totally irrelevant !» (page 252) est traduit de façon fantaisiste par «Ce n’est totalement pas révélateur !» alors que «ça n’a vraiment rien à voir» conviendrait mieux.

- «I want to get off !» (dans une note, Ducharme traduisit de façon fantaisiste : «Arrêtez la terre, je veux descendre.» alors que «Je veux descendre» suffirait) : page 166.

- «jumbo» («gros», «géant») : «jumbo-bateau garanti tout confort» (page 13) - «jumbo jets» (page 198).

- «kitchen» («cuisine») : page 77.

- «Last time !» («La dernière fois !») : page 180.

- «lazy-boy» (littéralement «garçon paresseux», «fauteuil inclinable») : page 227.

- «leatherette» («similicuir») : page 24.

- «let me go» («laisse-moi aller») : page 267.

- «Linen finish writing pad» (la traduction suit : «tablette à écrire fini toile») : page 217.

- «living-room» («salon») : page 77 ; Ducharme donne aussi ailleurs la traduction qui eut cours pendant une période au Québec : «vivoir».

- «LSD» («lysergic acid diéthylamide», drogue) : «Elle digère mal son LSD» (page 194).

- «lunch» («repas léger pris au milieu de la journée») : page 61.

- «make-up» («maquillage») : page 250.

- «man !» («homme !») : interpellation qui scande les propos de Catherine (pages 22, 45, 59, 113, 186), mais est reprise aussi par les Ferron (page 77).

- «might as well… can’t dance» («aussi bien le faire puisque je ne peux danser») : page 69.

- «mind» («esprit») : «donner plus que quinze pour cent de mon mind» (page 148 où, en note, Ducharme indiqua : «Attention et esprit», ce qui n’a vraiment pas grand-chose à voir !).

- «mood» («humeur», «disposition») : pages 42, 50.

- «milk-shake» («lait frappé et aromatisé) : page 192.

- «nervous breakdown» («crise nerveuse») : page 224.

- «Nine weeks, three days […] fourteen hours and seven minutes» (page 77) : «Neuf semaines, trois jours […] quatorze heures et sept minutes».

- «No can do» («ne peux rien faire» en mauvais anglais) : page 224.

- «No money !» («Pas d’argent !») : page 177.

- «no-parking» («zone de stationnement interdit») : page 135.

- «old-favorite» («préféré depuis longtemps») : page 154.

- «one-man show» («spectacle de variété centré sur une vedette») : page 63.

- «on-manual» («allumé - fonctionnement manuel») : page 40.

- «paperbacks» («livres brochés») ;

- «paperbacks for adults» (page 143) : «revues pornographiques».

- «passed-out» (en note, l’auteur indiqua : «Évanouie») : «je suis à moitié passed-out !» (page 147).

- «Pay !» («Payez !») : page 177.

- «peace and love» («paix et amour», devise employée comme signe de reconnaissance par les hippies dans les années 1960) : pages 156, 263.

- «peanuts» (arachides) ;

- «pick-up» («tourne-disques») : page 31.

- «Please !» («S’il vous plaît !») : page 177.

- «pocket-books» («livres de poche») : page 30.

- «poster» («affiche») : page 244.

- «product» («produit») : les «nouvelles, ce product» (page 72) - «l’horoscope, ce product» (page 73) - «l’humanité ! Quel product !» (page 207).

- «punk» («voyou») : «Elle me traite de con, de freak et de punk» (page 156).

- «quiz» («jeu-concours de questions») : page 96.

- «ready and eager» (dans une note, Ducharme donna cette traduction approximative : «Prêt et pressé.») : page 166.

- «’’Release Me’’» (dans une note, Ducharme donna cette traduction fantaisiste : «Fous-moi la paix», alors que «Lâche-moi» conviendrait mieux) : page 266.

- «right-on» («dans le vent») : la «boutique Right-On» (page 263).

- «rush» («urgence») : page 67.

- «scoop» («nouvelle exclusive») : page 188.

- «scotch-tape» («papier collant») : page 17.

- «sharp» : - («intelligent», «malin») : page 22 ;

- («original», «joli», «au goût du jour») : «me laisser pousser la barbe, ça serait plus ‘’sharp’’ (plus viril que ‘’cute’’)» (page 256).

- «sketch-book» («carnet à croquis») : page 177.

- «slack» («pantalon») : «slacks à pattes d’éléphant» (page 16).

- «smoked-meat» («Sandwich à la viande fumée cawchère» indiqua Ducharme dans une note) : page 127 ;

- «smoked-meat-bars» («restaurants où l’on sert du smoked-meat») : page 124.

- «snack» («repas léger») : pages 21, 72 ;

- «snack-bar» («restaurant où l’on sert des repas légers») : «ce snack-bar étroit comme un corridor» (page 123) - «quelque petit snack-bar de Sainte-Geneviève» (page 253).

- «Something like that» («Quelque chose comme ça») : page 152.

- «Sorry !» («Désolé !») : page 177.

- «special deliveries» («livraisons spéciales») : page 97.

- «speedy» («vif», «rapide») : «C’est un freak, speedy, les yeux pleins de courts-circuits» (page 195).

- «square-lipped» («aux lèvres carrées») : page 244.

- «Stand by !» («Attendez !») : page 185.

- «steak» («bifteck») : page 35.

- «stone» («sous l’influence de la drogue») : pages 194, 250.

- «stove» («poêle») : page 164.

- «stuffy stuff» («machin truc») : «all that stuffy stuff» (page 72) - «Enough of that stuffy stuff !» (page 147).

- «Surf’n Turf» (jeu de mots qu’on pourrait traduire par «mer et golf», qui est le nom d’une chaîne de restaurants où l’on sert du poisson et de la viande) : «le surf’n turf : des lingots de filet dans une enceinte de langoustines morts-nées au gratin» (page 265).

- «theme-song» («chanson principale d’un film») : page 40.

- «the shit s’gonna hit the fan» (Ducharme, soudain réservé, prétend que l’expression est «trop vulgaire pour souffrir la traduction», qui est : «la merde va frapper les pales du ventilateur» ; comme elle va ainsi se répandre partout, l’expression s’emploie pour indiquer qu’une situation déjà difficile sera encore plus compliquée) : page 213.

toaster» («toasteur») : page 27.

- «too much» («trop») : «trop too much» (pléonasme plaisant) : pages 185, 228, 229, 255.

- «topless» («aux seins nus») : «deux danseuses topless» (page 54).

- «trust» («fiducie») : page 227.

- «unsinkable» («insubmersible») : «The Unsinkable Freaks» (page 140).

- «U. S. patent» (aux États-Unis, enregistrement des objets en vente dans le commerce) : page 156.

- «vacuum» (pour l’anglais «vacuum cleaner», «aspirateur») : «un vrai vide, un qui aspire, un vacuum» (page 181).

- «Wake up !» («Réveillez-vous !») : page 51.

- «Watch your step» («Attention à la marche») : page 230.

- «What do you want?» («Qu’est-ce que vous voulez?») : page 243.

- «What is the matter?» (Duchame donna en note une idiote traduction littérale : «Qu’est-ce que la matière?» (page 252) ; il faudrait plutôt : «Qu’est-ce qu’il y a?»

- «White» («blanc») : page 244.

- «wet kleenex» («personne émotive») : page 71.

- «Wow !» (interjection qui marque l’étonnement, l’enthousiasme, l’admiration) : pages 166, 173.

- «YIELD» («Cédez le passage») : page 61.

- «You know… Maybe you don’t know… Maybe you’re just another continuous flow of unconsciousness…» («Vous savez… Peut-être ne savez-vous pas… Peut-être n’êtes-vous qu’un autre continuel flot d’inconscience…» ) : page 206 ; c’est une moquerie à l’égard du fameux «stream of consciousness» de Joyce, Virginia Woolf et William Faulkner.

- «young business executive» («jeune femme d’affaires») : page 128.

- «You pay you stay ! You no pay you go !» (dans une note, Ducharme donna une traduction littérale : «Tu pais tu restes. Tu paies pas tu t’en vas.») : page 180.
On remarque aussi des recours :

- au latin : «minus habens» («ayant moins», ce qui désigne un individu incapable ou peu intelligent) : page 164 - «sursum corda» («élevez vos cœurs», expression latine qui désigne le dialogue d’ouverture de la préface de la prière eucharistique ou anaphore dans certaines liturgies d’églises chrétiennes) : page 168 - «hosanna» («cri de triomphe») : page 172.

- à l’allemand : «winkelzüge» («esquive», mais Ducharme propose «zigonnage» !) : page 66 - «grosser Lärm» («grand tapage» ; c’est le titre d’un texte de Kafka) : pages 70, 84.

- à l’espagnol : «huevon» (augmentatif de «huevo», «œuf», donc «testicule», le mot désigne un macho) : page 38 - «entradas domesticas» («entrée de service») : page 106 - «momentito» («un petit moment» : page 241.
De nombreux emprunts sont faits aussi au français familier, sinon à l’argot :

- «affaire» : - «faire son affaire à quelqu’un ou quelque chose» («détruire», «tuer») : «le téléphone (on va pourtant finir par lui faire son affaire)» : page 114 ;

- «l’affaire est dans le sac» («elle ne peut échouer») : page 212.

- «à la barbe de quelqu’un» («devant lui», «à sa vue», «sans se cacher de lui») : «à la barbe de Roger Degrandpré» (page 23).

- «anar» (diminutif d’«anarchiste», «qui veut éliminer de la société tout pouvoir disposant d’un pouvoir de contrainte sur l’individu») : page 203.

- «à qui mieux mieux» («à l’envi», «en cherchant à l’emporter sur d’autres») : page 104.

- «bâcler» («faire un travail à la hâte et sans soin») : page 43.

- «baiser» («avoir avec une femme une relation sexuelle») : page 132.

- «bander» («avoir une érection») : «quand je vais jusqu’à ‘’bander’’ et ‘’fourrer’’» (page 75) ; mais Ducharme attribue aussi ce phénomène à des femmes : «les fraîches […] ça bande rien qu’avec les grosses légumes» (page 122).

- «barda» («équipement du soldat») : Catherine porte un «sac de barda de G.I.» (page 271).

- «barder» («devenir dangereux», «prendre une tournure violente») : «ça bardait» (page 202).

- «bêcheur» («prétentieux», «snob») : «la petite blonde bêcheuse» (pages 34, 48, 52) - les actrices italiennes Lucia Bose et Cosetta Greco «ne sont pas bêcheuses» (page 76).

- «bête à manger du foin» («idiot, stupide» par analogie avec un animal) : page 252.

- «bistrot» («café», «restaurant modeste») : page 207.

- «bois» : - «montrer de quel bois on se chauffe» («montrer ce dont on est capable» [en matière de défense, etc.]) : page 173.

- «bordel» («grand désordre») : «Ici, on fait un gros meeting, c’est le bordel» (page 147).

- «ne pas bouger d’un poil» («ne pas bouger du tout») : page 161.

- «en boucher un coin» («remplir d’étonnement») : page 173.

- «
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   13

similaire:

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» icon«Rester à la frontière» à bord du
«Le tableau de chevalet commande et commandera encore longtemps l’évolution artistique contemporaine» a-t-il écrit en 1937 c’est-à-dire...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconJe voudrais présenter ici les éléments de ma conception de ce qu’esthétique...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconComme d’autres termes généraux et vagues qui désignent une époque...
«de pudeur et de modestie». Nombreux sont les critiques du Nouveau Monde qui souscriraient à la formule d’un de leurs poètes, émigré...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconQue Vlo-Ve? Série 3 No 26 avril-juin 1997 pages 61-70
«Zone» d'Alcools. IL explique aussi la connaissance que le poète a de la poésie coréenne par la lecture de la même revue des années...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconRÉsumé liste des personnes consultées par le commissariat géNÉral...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconRecherche sur le site
«Les proverbes ont par eux-mêmes un prix assez grand pour pouvoir se passer de celui que leur prêterait un habile agencement. Ils...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconMagazine littéraire : Catherine Millet
«La vie sexuelle de Catherine M» mais ce détour par Dalí, Salvador Dali, a été assez utile pour le second récit

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconAnomo / anora : tu connaîtras un peu mieux les mayas
«Lettre-Océan» (que) sous l'angle de son énoncé en négligeant totale­ment le calligramme comme forme-sens. C'est assez dire que le...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconChateaubriand
«vague des passions», plongées dans les abysses d’une âme en détrese, terreurs, rêveries solitaires, courses sur la lande en compagnie...

Résumé ‘’ La zone des feuillus tolérants’’ Rester couchés assez longtemps pour «ne plus comprendre ce que le propriétaire veut dire par ‘’payer le loyer’’» iconPrendre part au combat pour guérir les enfants atteints de myopathie
«Si je suis frappé par une maladie grave, je peux me dire à mon âge [il a 42 ans] que j’ai déjà vécu une existence entière», relève-t-il,...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com