Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse







télécharger 56.08 Kb.
titreBibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse
date de publication16.12.2016
taille56.08 Kb.
typeBibliographie
a.21-bal.com > Biología > Bibliographie
Introduction à la Linguistique Générale

  • Qu’est-ce que la linguistique

  • Les différents domaines que recouvre le champ de la linguistique

  • Les grands concepts de la linguistique

  • Les écoles linguistiques

Bibliographie :

Dubois. J - Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse.

Ducrot, Schaeffer – Nouveau dictionnaire encyclopédique des Sciences du Langage

Mounin – Dictionnaire de la linguistique, Paris, PUF.

Siouffi – 100 fiches pour comprendre la linguistique

Grevisse – Précis de grammaire française

Bronckart – Théories du langage

Benveniste, Bloomfield, Guillaume, Jakobson, Maingueneau, Martinez, Saussure (il n’a jamais écrit).

Historique de la linguistique :

Qu’est-ce qu’une langue ?

  1. Le point de vue externe :

On peut définir ce qu’est une langue par des données géographiques, historiques, politiques. Une langue est un langage commun à un groupe social, à une communauté linguistique. C’est justement parce qu’elle commune que l’on peut l’analyser de différents points de vues.

Dialecte (patois) et langue : formes bâtardes de la langue ? Variété linguistique locale ? Variété linguistique locale du système principal.

Le français était un dialecte, parmi d’autre, et c’est une langue qui représente une communauté mais ce n’est pas une langue officielle. Il a fallu attendre Charlemagne pour que le français sorte de l’ensemble des langues et le devienne.

D’où l’importance du statut politique que l’on confère à une langue. Cela suppose une reconnaissance officielle

  • Formes écrites normalisées

  • Formes institutionnalisées

  • Enseignement

  • Usage administratif



  1. Le point de vue interne :

Toutes les langues du monde se caractérisent par la présence de 5 composantes invariantes :

  • Une phonologie

  • Un lexique

  • Une sémantique (notre jeu)

  • Une morphologie (notre obligation)

  • Une syntaxe (notre obligation)


L’association de ces 5 composantes constitue une langue. C’est à partir de ces 5 composantes que les linguistiques les décrivent et les différencient.

Le sens c’est ce qui sauve langue puisque on joue avec la grammaire sur la sémantique.


  1. La description des langues a changé depuis le début du XXème siècle


Auparavant on décrivait la multitude de détails dont elles sont composées (grammaire taxinomiques)

Puis on s’est intéressé à leur système au 20ème siècle car on a découvert qu’elles présentaient toutes une organisation cohérente : cette position a donné naissance au « structuralisme » dans les années 1960.

Il est évident que, comme le pense Chomsky, la langue n’existe pas car elle est difficilement saisissable de l’intérieur.

On ne peut pas la décrire que de l’extérieur comme un objet. Pour la définir on doit recourir à des critères externes.
La linguistique générale (ou moderne et contemporaine) :


  1. Au sens large :

  • La linguistique englobe les sciences du langage.

Discipline complexe :

  • Champ d’études nombreux (cf. tableau)

  • La morphologie, la syntaxe, la phonétique, la phonologie, la sémantique, la stylistique.

Et regards différents sur ces champs d’études (courants) (distributionnalisme, transformationnalisme, fonctionnalisme, énonciatif, textuel, pragmatique, cognitivisme…)


  1. Au sens plus restreint :

  • Linguistique et grammaire :

  • Attitude descriptive/normative

  • Etude d’une langue en 2009/étude d’une langue du moyen-âge à nos jours

  • Etude d’une langue dans ses constantes universelles ou dans les productions individuelles

  • Etude d’une langue dans ses interactions avec le monde


La Linguistique :

  1. La linguistique, étude scientifique des langues

Une discipline récente

Elle part du langage pour en arriver à étudier les langues. Les « sciences du langage » : on suppose qu’il existe quelque chose qu’on appelle le langage et que cet objet peut être étudié de manière scientifique.


  1. Le langage

Le langage : il y a langage à chaque fois qu’il y a un système de signes destiné à transmettre une information :

  1. Les langages artificiels : inventés de toute pièce par les hommes

  • Le morse est un langage

  • Le sifflement et le tambourinage sont des langages

  • Le langage informatique

Ce sont des systèmes conventionnels de signes. Ils ont pour but de transmettre une ou des informations.


  1. Les langages naturels : les langues

La condition humaine se marque par la présence de langages appelés « naturels » (les langues)


  1. Langage humain et langage animal

  1. Le langage est un caractère que l’homme partage avec l’anomal en raison du fait qu’il est lui-même une espèce animale.

L’homme à l’instar des animaux n’a pas de langage propre, il n’a pas de langage d’espèce, il ne possède pas de langage spontané qui lui vient sur les lèvres quand il naît (cf le philosophe allemand Herder au 18ème siècle)


  1. Les caractères spécifiques du langage humain :

Au début, on considérait qu’il existait entre le langage humain et le langage animal une barrière infranchissable.

Aujourd’hui on s’aperçoit qu’il existe des langages très élaborés chez les abeilles ou les dauphins. Une certaine forme de communication homme-animal est devenue parfois possible.

Les études les plus récentes font état non d’une coupure mais d’un continuum entre langage animal et langage humain.


  1. L’étude scientifique du langage :

L’étude scientifique du langage comporte deux volets :

  • L’étude de la faculté chez l’homme de produire du langage

  • L’étude de la manière dont chez l’homme cette faculté se présente (l’étude des langues)

  1. Le langage verbal humain

«  Le langage est la maison de l’être » Heidegger

En linguistique on choisit d’appeler « langage » le langage verbal humain et on l’oppose ainsi aux langages techniques ou aux langages animaux ou autres formes de langage comme le langage gestuel. On parle ainsi de la faculté de langage.

Le langage verbal humain est une faculté chez l’homme qui comporte une part d’inné : on pense que cette faculté est inscrite dans les gènes de l’humanité.

Il n’existe pas d’individu qui, placé dans des situations normales, ne développe le langage.

Le langage dépend de la mise en activité de certaines parties du cerveau. Cette faculté s’acquiert. Elle est en interaction avec la neurologie, la psychologie, la vie en société.


  1. Les fonctions du langage verbal humain


La principale fonction est de transmettre une information/ Mais il présente d’autres fonctions.

Le linguiste Roman Jakobson a énuméré et classé les différentes formes du langage :

  • La fonction référentielle

  • La fonction émotive

  • La fonctionne poétique

  • La fonction phatique, etc…

Toutes évidemment se superposent.


  1. La démarche scientifique : pour être la plus objective et scientifique possible la linguistique va décrire les langues par :

  • L’enquête, l’accumulation des données, l’interprétation de ces données (la linguistique distributionnelle mais aussi la grammaire traditionnelle)

  • La formulation et la vérification d’hypothèses (les grammaires de Tesnière, de Chomsky, de Guillaume, de Hjelmslev…)

  • L’observation du comportement linguistique des sujets parlants (la linguistique énonciative, la pragmatique : Benveniste, Récanati, Maingueneau, Charaudeau)

  • L’énonciation de lois générales

  • La création de concepts

Exemples : Martinet (monème, morphème, lexème)

Benvéniste (énoncé, énonciation, deixis)


  1. Le système de signes : la linguistique considère la capacité de dire comme un système de signes linguistiques que l’on appelle les langues. Il existe 5 systèmes de signes pour étudier les langues :

  1. Le système phonologique (limité)

  2. Le système syntaxique

  3. Le système morphologique

  4. Le système lexical (illimité)

  5. Le système sémantique

A l’intérieur de ces systèmes, la linguistique va élaborer des règles :

  • Enoncer des lois générales, formuler des explications (ordre dans la phrase, catégories grammaticales, place des pronoms personnels)

ET

  • Créer des concepts aux définitions rigoureuses (énoncé, énonciation) pour élaborer :

  • Les règles phonologiques (évolution d’un son dans une langue)

  • Les règles syntaxiques (les accords, la construction de la phrase)

  • Les règles morphologiques (masculin/pluriel)


Une langue, à travers ces lois générales, mettent au jour un fonctionnement intellectuel qui diffère selon les peuples.
Les autres domaines dans lesquels la linguistique générale joue un grand rôle :


  1. La linguistique appliquée : la linguistique applique ces recherches à d’autres domaines :

  • La linguistique appliquée à l’apprentissage des langues

  • La linguistique appliquée à la pathologie du langage

Et

  1. La linguistique contextuelle : la linguistique interagit avec d’autres disciplines

Pour étudier les liens langages/société

  • La sociolinguistique, l’anthropologie linguistique


Des regards différents sur la langue : ces regards différents portés sur les langues sont appelés les courants linguistiques.


  1. L’origine des difficultés de l’analyse d’une langue :


Il existe une relation entre la langue « objet d’analyse » et la langue « outil d’analyse » et les deux objets sont les mêmes

Par conséquent lorsqu’on analyse une langue, on procède à une activité métalinguistique ce qui rend la tâche encore plus difficile.

La métalangue : de la langue qui analyse de la langue.
Conclusion :

La description des langues a changé depuis le début du XXème siècle :

  1. Auparavant c’était une étude des langues appelée « étude taxinomique »

  2. Puis on a découvert que les langues présentaient toutes une organisation cohérente


Les courants linguistiques :
La linguistique moderne :

  1. Saussure et le CLG : la mise en place des concepts

  2. Le structuralisme en Europe :

  • Etude centrée sur la langue, sa mécanique :

  1. Le distributionnalisme : Dubois (comment se place les mots les uns par rapport aux autres)

  2. Le transformationnalisme : Jakobson

  3. Le fonctionnalisme : Martinet (chaque élément dans la langue possède une utilité particulière)




  • Etude centrées sur le locuteur

  1. La linguistique énonciative : Benvéniste




  • Etude centrées sur le contexte

  1. La pragmatique : Charaudeau

  2. La linguistique textuelle : Weinrich



  1. orientations récentes de la linguistique :




  1. Le cognitivisme : Jerry Fodor

Décrire et expliquer les principales capacités de l’esprit humain.

Représentation de l’espace dans les langues, fonctionnement des métaphores, la polysémie lexicale.


  1. Le traitement automatique des langues


Le langage humain a fait l’objet des mythes fondateurs.


  1. La Grèce et le langage

C’est la première époque où l’on trouve des réflexions sur le langage et la langue.

La philosophie et les réflexions sur le langage sont contemporaines de la démocratie.

  1. La philologie

  2. La rhétorique

  3. La dialectique




  1. La Grèce et Rome : naissance de la grammaire

  1. L’esprit grammatical

  2. Les premières grammaires



  1. La Grèce et le langage : 3 domaines

  1. La philologie

Fondation de la bibliothèque d’Alexandrie (moins 288 avant J-C). Classement des manuscrits, Commentaires de textes anciens (style, lexique, syntaxe), Etablissement de termes dialectaux poétiques.

Le linguiste à cette époque doit :

  • Rendre visible les textes littéraires prestigieux (Homère)

  1. En copiant les textes

  2. En commentant les textes (lexique, registre de langue)

  3. En traduisant les textes (langue ancienne d’Homère)

C’est une sorte d’exégèse (interprétation, analyse) de la langue qui prépare à de futures investigations linguistiques.

  1. La rhétorique révèle : l’importance attribuée au discours et donc à la langue

b.1) Un classement des faits de langue :

La rhétorique est la technique de la mise en œuvre des moyens d’expression. C’est une science (elle est structurée) et un art (elle repose sur un savoir, une technique).

Le langage est envisagé comme un instrument qu’il faut codifier.

Exemple de classement des discours :

  • L’épidictique (présent)

  • Le délibératif

  • Le juridique

  • Ce classement se fonde en grande partie sur la morphologie, donc sur l’étude de la langue.

b.2) Une étude pragmatique de la langue

La rhétorique se développe d’autant plus que la démocratie grecque a le souci permanent de la persuasion politique.

Gorgias = un discours est un philtre.

Les techniques de la parole, les spécialistes du logos sont des orateurs, des rhéteurs ensuite ils sont appelés : sophistes.

Exemple :

L’aboutissement de cette attitude en est la Rhétorique et la Poétique d’Aristote (384-322 avant J-C) qui met en place les premières catégorisations du discours, appelées parties du discours.
Exemples : le nom (« onoma »), le verbe

Proposition/Phrase

Conjonction, participe


  1. La dialectique : une méthode de discussion, de raisonnement, de questionnements et d’interprétation.


Elle représente un ensemble de moyens mis en œuvre dans la discussion pour convaincre, réfuter, approuver … (thèse, antithèse, synthèse)
Exemple : la méthode « questions-réponses » mise en œuvre par Socrate.


Présentation des interlocuteurs et du sujet à débattre (exemple : la « morale peut-elle s’apprendre ? »)

  • Un questionneur (Socrate)

  • Des répondants


1er temps : détruire les opinions successives de l’interlocuteur

L’interlocuteur se voyant contredit par le raisonnement s’arrête (l’aporie)

2ème temps : Socrate et les interlocuteurs cherchent ensemble de bonnes réponses à la question par la logique des idées. C’est la technique de la maïeutique.


  • Ce qui signifie que la théorie du langage se trouve en partie expliquée dans la logique qui essaie de décrire rationnellement l’organisation de la pensée et la façon dont celle-ci se trouve exprimée par le langage.


C’est un mouvement de la pensée qui va de la confrontation des idées aux concepts qui les classent.

Exemples :

L’idée de ce que représentent les noms, les verbes, les déterminants, les prépositions, les conjonctions, et qui va permettre ensuite de les classer.
Dates :

Socrate (470-399 avant J-C)

Platon (428-348 avant J-C), le Banquet, la République

Aristote (384-322 avant J-C) la Poétique

similaire:

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconBibliographie de base (p. 1)
«Verlan 2000», in Les mots des jeunes, Langue Française nº 114. Larousse, pp. 17-34

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconBibliographie : Modèle similaire reproduit dans :- paolo Antonelli...
«Carlton» à cinq niveaux de rangements en bois massif plaqué de matière plastique

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconLittérature presse linguistique p. 57 Sciences p. 61 Informations...
«La Conjuration contre les carpes» : enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Librairie...

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconBibliographie générale : canguilhem, G., «Vie»
«L’homme de Vésale dans le monde de Copernic : 1543», in Etudes d’histoire et de philosophie des sciences (1966), Paris, Vrin, 1989,...

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconLittérature légale
«Voyons le monde et par le langage communiquons nos idées et nos impressions», mais : «Descendons dans le langage pour en savoir...

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconThéologie et sciences de l’autre, la mystique ignatienne
«le chemin de M. de Certeau trop personnel et ses indications trop laconiques, ou trop encore enfermées dans un langage révolu 1»....

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconRapport du Congrès de Rome
«Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse» parut dans La psychanalyse, n° 1, 1956, Sur la parole et le langage,...

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconLeçon de choses (Ponge). Iii-la seule realite est celle que le langage...
«jeu» dans un mécanisme, une irrégularité, mais «jeu» au sens aussi où l’on «joue», s’amuse avec les mots : jeu sur le signifiant...

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconManuels de seconde encyclopedies (universalis larousse) biographies d’artistes,…

Bibliographie : Dubois. J dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Larousse iconImaginaire(s) linguistique(s) et contexte(s) culturel(s) plurilingue(s)







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com