Sujet de dissertation







télécharger 11.55 Kb.
titreSujet de dissertation
date de publication17.12.2016
taille11.55 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > comptabilité > Documentos

Sujet de dissertation



Jean-Claude Renard, rendant compte de son expérience de poète, analyse dans les lignes qui suivent la relation qu’il entretient avec son propre langage :
« Il a ses racines en moi comme j’ai mes racines en lui. Il est un miroir à double réflexion où je reconnais ce que je suis et ce que je ne suis pas. Par suite, c’est un miroir qui me trahit- aux deux sens de ce verbe. Car il donne de moi une image à la fois plus vraie et plus fausse que celle que je puis, consciemment ou inconsciemment, en donner moi-même. Plus vraie : parce qu’il m’explore et me dénude. Plus fausse : parce qu’il me dissimule et me change en sa fable. Mais c’est néanmoins un miroir où se dévoile ce que je fonde et ce qu’il fonde. Bref, ce que je crée me crée à son tour tout en se créant soi-même. De sorte que si le poème me parle et parle de moi sous un mode que ne saurait remplacer aucun autre langage, ne serait-ce point parce qu’il me récupère, tout entier ? »
Jean-Claude Renard, Une autre parole, 1981.
En vous appuyant sur des exemples précis, vous direz ce que vous pensez de cette réflexion contemporaine sur la poésie.

Correction sous-forme de plan détaillé :
-analyse grammaticale de la citation :
La citation est très articulée par des liens logiques :  «  Par suite, car, plus vraie : parce que, plus fausse : parce que, mais c’est néanmoins, bref, de sorte que . »

Les deux sujets principaux sont représentés par les pronoms personnels « je »(le poète) et « il »(le langage de ce poète).Le texte repose sur une série de paradoxes et de retournements. Jean-Claude Renard nous fait assister à une inter-réaction entre « je » et « il ».

Les deux premières phrases posent deux images essentielles : « racine » et « miroir ».

La conséquence finale est exprimée par le biais d’une phrase interrogative.
I-Analyse du point de vue de Jean-Claude Renard
L’expérience poétique pour Jean-Claude Renard s’inscrit à la fois contre les conceptions classiques du langage poétique et contre des conceptions contemporaines marquées par le structuralisme.

-contre la tradition classique

Dans la tradition classique le poète est toujours lucide de son œuvre, il est détenteur d’un langage transparent (Art poétique ,Boileau).
-contre les conceptions contemporaines marquées par le structuralisme

Le poète est dessaisi du langage, il devient un lieu traversé par le langage.
-point de vue de Jean-Claude Renard

Pour lui, le langage est le lieu d’une liturgie (Claudel, Saint-John Perse ). Le langage serait un moyen de faire advenir l’être (Heidegger ).

L’image du miroir « à double réflexion où je reconnais ce que je suis et ce que je ne suis pas » n’a aucun rapport avec le mythe de Narcisse tel que Valéry l’a repris dans l’étude sur ce mythe.

Il s’agit d’un miroir qui trahit le poète - trahir au sens de faire sortir de, tirer ( pour Yves Bonnefoy, la poésie consiste «  à nommer ce qui se perd »).Cette expérience poétique est positive puisqu’elle fait sortir le poète de soi.

Elle s’inscrit dans la dissociation syntaxique : «  Plus vraie(…)Plus fausse ».

II- Image plus vraie, image plus fausse
-le langage « m’explore et me dénude »

A l’image de l’expérience psychanalytique, le poète, par le langage, peut arriver à son moi profond.

La pratique de la poésie favoriserait l’advenue du sujet.(La parole en archipel, René Char, « Pour renouer » : mise au jour de l’Etre à travers un programme éthique et esthétique qui consiste à « jeter bas l’existence laidement accumulée et retrouver le regard qu’il aimait assez en son début pour étaler son fondement »).
-le langage « me dissimule et me change en sa fable »

Comme Jean-Claude Renard Saint-John Perse s’insurge contre les pièges du langage poétique : « Fange écarlate du langage, assez de ton infatuation ! ».
-« Mais c’est néanmoins un miroir où se dévoile ce que je fonde et ce qu’il fonde »

Dans l’acte de la création le sujet se donne tel qu’il est avec ses manques et avec ses qualités. Mais au moment où il crée il se trouve transformé par ce qu’il crée. La création poétique fait intervenir un sujet non sacralisé. (La parole en archipel, rené Char, « Le rempart de brindilles » :  « le dessein de la poésie étant de nous rendre souverain en nous impersonnalisant , nous touchons, grâce au poème, à la plénitude de ce qui n’était qu’esquisse ou déformé par les vantardises de l’individu ».

Le langage poétique opère un miracle. En effet, une transmutation s’effectue puisqu’une chose en devient une autre. La parole ouvre sur une décantation.
III-Le langage poétique irremplaçable
Le langage poétique n’est ni une mimèsis ni un outil de communication :

-Crise de vers, Mallarmé, « Variations sur un sujet »

-Discours de Stockholm, Saint-John Perse :  « La poésie est le lieu où se transmet le mouvement même de l’être »

-Il y a, Apollinaire

-Cinq grandes Odes, II, Claudel

-« Aube », Rimbaud.

similaire:

Sujet de dissertation icon•la composition du sujet (voir fiche [2])
...

Sujet de dissertation iconSelon vous la beauté du texte poétique est-elle liée au sujet qu’il évoque ?
«la sorcellerie évocatoire» du texte poétique se joue peut-être ailleurs que dans le rapport du texte à son sujet

Sujet de dissertation iconDissertation sur l’inspiration poétique
«vates», un porte voix inspiré d’Apollon (Poebus). Le poète recueille, traduit, transmet

Sujet de dissertation iconI. Lexique
«sujet» implique un nécessaire décentrement : la grammaire distingue le génitif objectif et le génitif subjectif (la crainte des...

Sujet de dissertation iconMme Pouzet / Lettres modernes cpge2
«Journal intime» (ou «personnel») est rarement connu des candidats au concours, donc en parler dans une dissertation peut faire montre...

Sujet de dissertation iconLe sujet de cette intervention m’est venu d’une relecture de

Sujet de dissertation iconDissertation sur le théâtre
A quoi sert l’improvisation ? A bâtir et tisser sur-le-champ un texte avec des situations, des mots, des gestes. Mais surtout à ôter...

Sujet de dissertation iconHayat, ou comment (dé)peindre
«en un certain ordre assemblées» ( Maurice Denis ), de jolis paysages ou tout autre sujet an-historique

Sujet de dissertation iconLe surréalisme : un mouvement et son chef, André Breton
«drame surréaliste» pour montrer qu’un sujet sérieux peut être traité sur le mode de l’humour

Sujet de dissertation iconAu fil de sa biographie s’inscrivent ses œuvres
«spontanément», mais IL faut remarquer que ce sujet avait été celui de ‘’Zoo story’’ d’Edward Albee, en 1958







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com