Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias







télécharger 101.66 Kb.
titreSociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias
page2/6
date de publication21.10.2016
taille101.66 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5   6

Seconde version du paradigme : le public « actif » des « usages et gratifications »


Il ne s’agit pas de repérer les fonctions remplies de la communication pour le système social, mais la relation fonctionnelle entre média et usagers de ces medias. On s’intéresse alors au besoin des usagers, aux usages qu’ils font des medias pour satisfaire ces besoins, et aux gratifications (satisfaction/plaisir) qu’ils en retirent.

Ce ne sont pas les media qui ont des effets sur les individus, mais les individus qui font quelque chose des medias. De quelle façon ? En s’appropriant les contenus des messages, en fonction de leurs attentes et besoins. Cela introduit donc une nuance par rapport aux effets directs des media en révélant la dimension active du public et en introduisant le concept de lecture négociée.

Lecture négociée : par rapport à l’intention auctoriale (i.e. intention de l’auteur et effets de visée) cette théorie va montrer les différentes formes de lectures prévues ou non par les producteurs. Cela peut répondre à différents besoins:

  • Besoin de diversion : évasion de la routine et détente émotionnelle

  • Relation personnelle 

  • L’identité personnelle : rechercher à l’intérieure de l’objet symbolique des références, des souvenirs personnels, le renforcement de certaines valeurs.

  • Surveillance : rechercher des informations sur un monde qui est de plus en plus complexe. Idée de contrôle, compréhension et information sur l’actualité ou phénomènes plus complexes.

Cette théorie « usage et gratifications » met vraiment le public au cœur des préoccupations, c’est la « réhabilitation » du public, qui s’exprime aussi dans les méthodes d’enquêtes et recueils des données par des entretiens (et pas sur questionnaires). La théorie se fonde donc sur les individus, elle est qualitative et pas quantitative. Il y a donc une conception du public, non pas amorphe et atomisé, mais réflexif et rationnel.

Chapitre 2 : Cultural Studies & Cultures Populaires


L’approche dites des culturalistes consiste en la vérification de l’hypothèse selon laquelle la société serait fondée sur une lutte idéologique et que cette lutte donnerait son sens, déterminerait, la réception médiatique/des biens culturels. Ex : bourgeois et milieu populaire ne consomment pas la même. La consommation des biens culturels serait déterminée par la position de l’individu sur l’échelle structurelle de la société.

Culture et acquisition de la culture

Point de vue anthropologique : la culture comme fruit de la socialisation


La reproduction des structures sociales : tant qu’il y aura des classes populaires et bourgeoises il existera de façon indépendante une classe populaire. En transmettant à chaque individu l’habitus de sa classe et les ressources et capitaux qui lui permettent d’intégrer une position, la socialisation assure une position comme auto recrutement des milieux sociaux. Cela montre un déterminisme social chez Bourdieu qui explique la reproduction des rapports sociaux.
C’est l’habitus qui explique la reproduction des rapports sociaux à l’insu des acteurs eux même.

Les cultural studies et l’inspiration bourdieusienne



La théorie du champ social : à l’intérieur d’une société donnée il y a différents champs sociaux (culturels, sportifs, journalistique, artistique, religieux,…). Le champ est une sphère de la vie sociale devenue progressivement autonome. Il s’agit donc des institutions considérées comme des configurations de relations entre agents individuels et collectifs. Dans chaque champ, des individus occupent des positions, des luttes et un capital inégalement réparti entre les agents. Dans le champ économique, il y a le patron, les ouvriers, les syndicats…

  • La première forme de capital reste le capital économique constitué des moyens de productions et les biens économiques. Chacun en fonction de son héritage est inégal devant les autres.

  • Le second capital transmis reste le capital culturel : l’éducation, les mœurs, la linguistique… Ce capital peut être à l’état incorporé, c'est-à-dire assimilé par le corps de façon à ce que la tenue du corps, l’expression publique, la façon de parler soit naturel. Ce capital peut être à l’état objectif (mesurable) tel que les livres, tableaux,… Enfin le capital culturel peut être institutionnalisé, sanctionné par des diplômes.

  • Le capital est ensuite l’ensemble des relations sociales dont dispose un individu.

  • Le dernier est le capital symbolique : il recouvre le nom, la réputation, les décorations dont nous sommes les héritiers.

Il est facile d’organiser l’espace social en fonction des dotations en capitaux.


Capital total faible

Capital Culturel Fort

Capital Economique Faible

Capital total +

Capital Culturel Faible

Capital économique Fort



La Sociologie Culturelle :

L’approche théorique de la formation des goûts  cela implique plusieurs choses. Comment se forme des goûts ? D’abord le concept d’habitus associe l’orientation des préférences artistiques au déterminisme des dispositions acquis au stade de la socialisation primaire et encadre l’ensemble des comportements. Les goûts culturels sont déterminés par le processus de socialisation infantile. L’espace des positions occupé dans la structure sociale et l’espace des préférences esthétiques sont liés l’un à l’autre par un principe d’homologie structurale c.à.d. que, l’identité social du sujet de goût tient au moins autant à l’adhésion positive aux préférences de son milieu, pour laquelle il est en quelque sorte programmé par ces dispositions, que au dégoût exprimé pour les préférences attribuées aux autres groupes sociaux. Je me conforme autant au gout de mes parents qu’au dégoût qui leurs sont propres. Ainsi les préférences culturelles sont liées au besoin de se différencier. Chaque champ est le réceptacle de deux choses : rapport de forces dominant / dominé où ils s’affrontent pour inverser ou garder le rapport ; & aussi le réceptacle de mécanismes spécifiques d’accumulation des ressources, différents suivant l’appartenance des agents.

Légitimité Culturelle et Populaire : il s’agit de dire que toutes les productions culturelles ne sont pas équivalentes en dignité et valeur. Les différents systèmes d’expressions s’organisent objectivement selon une hiérarchie qui serait indépendante des opinions inviduelles qui définit la légitimité culturelle et ces limites : il y a donc une culture légitime, savante, favorisé par les institutions et une autre de l’art populaire, de masse, dévalorisé qui

L’asymétrie des pratiques culturelles : Bourdieu prend le contre pied des usages et gratifications, selon lui les pratiques ne seraient pas régies par des besoins psychologiques mais seraient soumises à des règles sociales. ‘Ouvrage – les usages sociaux de la photographie’ La photographie est un art moyen que s’accaparent les classes populaires pour immortaliser les rites familiaux, les classes supérieures vont donc s’en éloigner. Dans ‘l’amour de l’art’, Bourdieu étudie les publics des musées et même conclusions que la télévision : la lecture des œuvres d’art est liée à l’éducation des gens, à la pression du groupe de référence qui encourage un rappel à la norme. Ils sont amenés à interpréter par leur déterminisme social.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconL’art contemporain passionne, déconcerte, contrarie. Captivant l’attention...
«Pendu derrière son grand tableau…» : "Les Demoiselles d’Avignon" ont 100 ans

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconChapitre I : definition et classification des entreprises chapitre...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconAtouts des arts de la rue en territoire urbain
«indisciplinaire» contribue depuis plus de trente ans à renouveler les langages esthétiques en se positionnant dans l’espace public...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias icon1 Qui parle d’Education aux médias et à l’information ? Qu’en disent-ils ?
«Programme de formation pour les enseignants» L’emi regroupe des connaissances essentielles sur

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconChapitre 1 le groupe des six – les prémisses du jazz

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconProgramme du semestre 2 annee 2011

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconUn projet interdisciplinaire Collège «Les Pierres Plantes» Montalieu-Vercieu
«Développer les projets culturels et interculturels, notamment auprès des publics éloignés», «Développer la culture du partenariat»,...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconAssociation des Juristes Spécialisés en Contrats Publics

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconProgramme du printemps regional
«Face-à-face, le banquet chez les Grecs et les Etrusques», autour de l’exposition temporaire, par Mathilde essamet, chargée du service...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com