Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias







télécharger 101.66 Kb.
titreSociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias
page3/6
date de publication21.10.2016
taille101.66 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > comptabilité > Documentos
1   2   3   4   5   6

Les cultural studies


Courant sociologique qui étudie la culture de masse et les rapports de pouvoir dans les représentations média culturelles.

1ere caractéristique : il récuse le pessimisme d’Adorno, i.e. la théorie de l’aliénation

Ils interrogent les mécanismes de résistance des sous cultures à l’ordre industriel.

l’autonomie du pauvre ou l’autonomie des classes populaires

Richard hoggar, dans un ouvrage intitule « la culture du pauvre », étudie le style de vie des classes populaires en Angleterre, c’est une « sociologie sur fond d’autobiographie » puisqu’il est lui-même issue de cette classe populaire. C’est une culture (populaire) qui est bricolée dans une relation à la fois distante et une relation inévitable avec la culture légitime.

Cette culture « bricolée » est structurée par un ensemble d’opposition entre « eux » et « nous », c’est-a-dire d’un cote le monde des ateliers, du travail manuel (« nous ») et de l’autre le monde des bureaux des cols blancs et des cadres. C’est-a-dire que les représentations que se font les ouvriers de la société s’organisent vraiment autours de la division du travail.

Du coup, cite representation va fonctionner comme un filtre de tout se qui vient de l’exterieur. Le conformisme de la classe populaire, des ouvriers, aux gouts culturels de leur classe, le conformisme ideologique, va etre appliqué comme un filtre, pour deux raisons:

Par la volonté de chacun de ne pas froisser sa communauté

Un dedain exprimé à l’encontre des idées défendues par les intellectuels

Pour ces deux raisons hoggard conclu et met en évidence la capacité de résistance des classes populaires. (cf. Michel de carteau « l’art de la guerre quotidienne » avec la mise en évidence de la stratégie = attaque et la tactique = absence de pouvoir et ruse) d’une certaine manière la ou l’industrie culturelle élabore des schémas de signification dominant, les faibles vont mettre en place des tactiques de lecture qui vont s’éloigner d’une consommation obligatoire.

Toute cette approche a été utilisé pour l’analyse de la consommation de fiction, et tous les auteurs de cultural studies pensent qu’une telle approche permet de relativiser les effets supposes pernicieux de la consommation de fiction. Fiction : objets culturels issus de la subculture.

Janice Roadway, avec son étude sur les romans rose, montre que c’est le contexte domestique de la lecture qui confère au genre sa signification. Elle montre que les femmes ont conscience que ces romans sont caractérises comme peu valorisant/valorise, que c’est une pratique de lecture décriée par les hommes, et que face a cette stigmatisation elles vont déployer des tactiques de légitimations spécifiques :

Elles considèrent que ces romans ont une vertu thérapeutique (elle oppose la lecture de roman rose comme une drogue inoffensive par rapport à la cigarette ou l’alcool pour les hommes).

Elles le vivent comme une déclaration d’indépendance ; comme un espace de liberté qui les soustraie à la vie quotidienne et les fais sortir de leur rôle d’épouse ou de mère.

Elles y voient aussi des vertus didactiques, en ce sens que ce qui se passe à l’intérieur du roman peut être conçue comme une « grammaire » des relations de couple, comme une sorte de guide des relations amoureuses.

Une vertu protestataire, puisqu’elles y voient la chronique d’une victoire féminine sur le monde matériel (i.e l’ordre matériel des hommes, de la consommation,….), comme le moyen d’émancipation d’une logique de consommation de biens de l’industrie.

codage/décodage

Stuart hall, dans un ouvrage publié en 1980, appelle »codage décodage »

Il analyse le processus télévisuel comme la mise en œuvre de deux processus d’instinct :

1) Le codage : il n’y a pas de discours intelligible, sans l’intervention d’un code.

Les signes sont porteurs de pouvoir/intérêts sociaux

Les niveaux connotatifs du langage sont étroitement liés à la culture, au savoir, à l’histoire… oppose la connotation à la dénotation.

Les codes connotatifs ne sont pas égaux entre eux : c à d un étudiant n’a pas le même impact en discours qu’un politique.

2) Le décodage : il n’y a pas de discours intelligible, sans l’intervention d’un code.

La position de dominant hégémonique : c’est la position d’un spectateur qui intègre directement et sans restriction

Le sens connote d’information télévisée.

La posture négociée : les individus reconnaissent la légitimité des définitions hégémoniques mais ont recours à des éléments adaptatifs et oppositionnels pour remettre en question les formulations particulières prises par l’énoncé. Dans le cas de katrina, a la télévision on a pointe du doigt le danger de la population noire qui mourrait de faim au lieu de leurs venir en aide.

La posture oppositionnelle : lecture d’un téléspectateur qui comprend parfaitement le discours mais qui décode le message de manière globalement contraire, il relocalise le message dans un autre cadre de référence que celui propose. Dans le cas de katrina, la lecture oppositionnelle serait une tactique des medias de montrer des noirs qui volent pour renforcer la ségrégation raciale.

Le public n’est pas passif mais fait partie prenante du processus d’information.

Ces trois positions montrent que le processus hégémonique est forcement installé et inachevé. C’est-a-dire que dans tous les discours il y a des éléments de clôture de sens mais tout lecteur va personnaliser la lecture.

Les signes sont porteurs de pouvoir/intérêts sociaux. Les niveaux connotatifs du langage sont étroitement lies à la culture, au savoir, à l’histoire, … oppose la connotation de la dénotation.
1   2   3   4   5   6

similaire:

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconChapitre Préliminaire : introduction épistémologique à la Sociologie Politique
«la plus ancienne et la plus neuve des disciplines Scientifique et Morale». Nous allons démarrer notre ensemble de cours sur cette...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconL’art contemporain passionne, déconcerte, contrarie. Captivant l’attention...
«Pendu derrière son grand tableau…» : "Les Demoiselles d’Avignon" ont 100 ans

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconChapitre I : definition et classification des entreprises chapitre...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconAtouts des arts de la rue en territoire urbain
«indisciplinaire» contribue depuis plus de trente ans à renouveler les langages esthétiques en se positionnant dans l’espace public...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias icon1 Qui parle d’Education aux médias et à l’information ? Qu’en disent-ils ?
«Programme de formation pour les enseignants» L’emi regroupe des connaissances essentielles sur

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconChapitre 1 le groupe des six – les prémisses du jazz

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconProgramme du semestre 2 annee 2011

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconUn projet interdisciplinaire Collège «Les Pierres Plantes» Montalieu-Vercieu
«Développer les projets culturels et interculturels, notamment auprès des publics éloignés», «Développer la culture du partenariat»,...

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconAssociation des Juristes Spécialisés en Contrats Publics

Sociologie des publics Semestre 5 Chapitre 1 : le public et les mass-médias iconProgramme du printemps regional
«Face-à-face, le banquet chez les Grecs et les Etrusques», autour de l’exposition temporaire, par Mathilde essamet, chargée du service...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com