Bibliographie du theatre dans les pays arabes







télécharger 86.93 Kb.
titreBibliographie du theatre dans les pays arabes
page1/3
date de publication21.10.2016
taille86.93 Kb.
typeBibliographie
a.21-bal.com > documents > Bibliographie
  1   2   3
BIBLIOGRAPHIE DU THEATRE DANS LES PAYS ARABES


Il n'est pas facile de constituer une bibliographie plus ou moins complète d'autant plus qu'il n'existe pas dans les pays arabes de centres de documentation théâtrale et artistique sérieux. L'absence de ce type de structures pose sérieusement problème.

Le chercheur, l'étudiant ou le simple curieux éprouvent de très grandes difficultés pour glaner ici et là quelques documents intéressants. Généralement, ce sont des particuliers qui détiennent une grande partie de la documentation consacrée à l'art théâtral. La disparition des acteurs et des témoins de l'expérience artistique provoque souvent l'éparpillement de tous les documents dont ils disposaient. Le désintérêt affiché par les pouvoirs publics à la représentation culturelle est inquiétant. Si l'on excepte, peut-être, l'Egypte et la Tunisie, les autres pays arabes connaissent des situations désastreuses. Nos efforts pour sensibiliser certains gouvernements arabes sont restés vains. Le ministère de la culture algérien est aux abonnés absent alors que l'ALECSO(sorte d'UNESCO arabe), tout ce qui est culturel lui est étranger.

Nous tentons dans ce panorama bibliographique de faire une présentation critique de certains ouvrages et études que nous avons consultés dans le cadre de notre ouvrage. Nous avons surtout choisi les travaux considérés comme des repères et des références sérieux. Trois axes fondamentaux articulent notre bibliographie: ouvrages généraux sur la représentation culturelle, textes consacrés au "théâtre arabe" et études effectuées sur des expériences nationales.
La difficulté majeure qui semble caractériser les travaux consacrés au "théâtre arabe", c'est la méconnaisance presque systématique des structures artistiques maghrébines considérées souvent par les chercheurs moyen-orientaux, trop peu informés des réalités nord-africaines, comme des annexes du Machreq alors que les choses fonctionnent autrement. L'absence de contacts entre les deux ensembles provoques de sérieux malentendus et engendrent la présence de nombreuses erreurs, l'exagération, les généralisations abusives et le manque de rigueur. Les travaux les plus sérieux ont été réalisés par des non arabes.

La lecture de nombreux ouvrages et études consacrés à la représentation théâtrale permet de mettre en évidence les nombreuses failles (manque de rigueur, approximations, manque d'informations) marquant le champ référentiel. C'est pourquoi, d'ailleurs, de nombreux chercheurs et étudiants se découragent vite et arr^tent leurs travaux au milieu du chemin.


I-Ouvrages généraux
-Al Asfahani, Kitab el Aghani
-Mohamed Aziza, Image et Islam, Albin Michel, Paris, Préface de Jean Duvignaud.

C'est une tentative de montrer que la civilisation arabe n'était pas uniquement une civilisation du verbe, mais également celle de l'image. C'est aussi une interrogation du rapport producteur-consommateur. L'auteur essaie d'apporter quelques éléments de réponse à des questions-clé: le théâtre a t-il existé dans les pays d'Islam? A quels besoins répond l'image arabe contemporaine? L'image audio-visuelle bouleversera t-elle les structures de l'imaginaire arabe? Cet ouvrage essentiel qui pose sérieusement la relation qu'entretient l'Arabe avec l'image apporte une somme d'informations considérables sur le processus, les conditions de production de l'image dans les sociétés arabes. Mohamed Aziza démontre dans cette étude que les idées préconçues et les nombreux jugements de valeur justifiant l'absence de l'image dans les sociétés islamiques ne reposaient sur aucun argument sérieux. Constituée de deux parties(l'image plastique et l'image audio-visuelle), cette recherche met en lumière l'importance de l'image dans l'expression de la "modernité" et la mise en branle d'un "signe réintégré" et d'une mémoire pleinement assumée.
-Mohamed Aziza, Patrimoine culturel et création contemporaine en Afrique et dans le monde arabe, N.E.A, Dakar, 1977.

L'Afrique et le monde arabe connurent tardivement les formes de représentation européenne. C'est au contact de la colonisation que furent découvertes ces nouvelles formes qui marquent aujourd'hui toutes les sociétés arabes et africaines. C'est une sorte d"'hypothèque originelle" pour reprendre une expression de Aziza qui marque cette réalité caractérisée par une sorte d'absence d'une culture osmotique engendrant souvent la marginalisation des formes culturelles populaires. Cet ouvrage met en évidence cette relation entre le patrimoine culturel et les formes artistiques"modernes".
-Mohamed Arkoun, La pensée arabe, PUF, Paris,Que sais-je?, 1975.

Cette exploration du monde culturel et spirituel arabe donne à voir une autre manière d'interpeller la culture arabe et l'évolution de la pensée arabe depuis l'Islam notamment.
-Ahmed Badawi, Influences islamiques sur la littérature française, Studia Islamica, XLV, 1977.

L'auteur tente, dans ce texte, de montrer les différentes marques de la littérature arabe et islamique qui parcourent la littérature française produite entre le quinzième et le dix-septième siècle. Il cite un certain nombre de textes qui inspirèrent des auteurs français. La farce de Maître Pathelin(1463), un chef d'œuvre de l'ancien théâtre français, serait une adaptation de l'œuvre d'El Jahiz, Le livre des animaux. Le plot(l'intrigue), soutient-il, existait déjà dans la littérature arabe avant d'être employé par des écrivains français. Il ne manque pas de faire des rapprochements, parfois étranges, entre El Ghazali et Pascal sur la question du pari(de Pascal).
-Ahmed Badawi, Rifa' Tahtawi, Le Caire, 1950.

Rifa' Tahtawi est le premier responsable d'une mission envoyée par Mohamed Ali en France. Trop ouvert à la culture française, il rédigea un texte dans lequel il décrivait son séjour, Takhlis el ibriz fi talkhis bariz. Badawi présente l'itinéraire de cet homme de culture égyptien qui contribua grandement à la renaissance égyptienne et à l'adoption des formes de représentation européennes. Traducteur de nombreuses œuvres françaises et premier directeur de l'école des langues, ouverte en 1935, il fut l'un des hommes-clé de la Nahdha.
-Mohamed Belhafaoui, la poésie maghrébine d'expression populaire, Maspéro, 1982.

C'est une présentation de textes poétiques maghrébins en langue "dialectale". De nombreux poèmes d'écrivains populaires(Ben Khlouf, Hadj Tahar, Mohamed Ben Sahla, Cheikh Ben Hamadi, Ibn m'saieb,Ibn Triki…) marquent cette anthologie.
-Abdelhamid Benachenhou, Contes et récits du Maroc, Rabat, Imprimerie Oumnia, 1960.

Travail intéressant de récupération et de conservation de contes et de récits populaires.
-Jacques Berque, Les arabes d'hier à demain, Delpire, Paris, 1960.

Le Maghreb entre deux guerres, Le Seuil, Paris, 1970.

Langages arabes au présent, Gallimard, Paris, 1980.

Une interrogation de l'Histoire du monde arabe et des discours culturels qui travaillent les sociétés arabes. Ces travaux de Jacques Berque tentent de mettre en évidence le discours culturel et d'analyser les réalités profondes qui travaillent un monde marqué par une Histoire traversée de conflits, de luttes et de sérieuses contradictions.
-A. Boudhiba, Culture et Société, publications de l'université de Tunis, 1978.

Les relations qu'entretiennent les individus avec les représentations culturelles sont souvent complexes. C'est l'interrogation de ces rapports parfois conflictuels qui constitue l'élément fondamental de cet ouvrage extrêmement riche .
-Ahmed Boukous, Langage et culture populaire, Casablanca, Dar el Kitab, 1977.

Ce travail sociolinguistique interroge les espaces culturels populaires et investit les lieux de la quotidienneté tout en interrogeant les multiples relations entre le signe linguistique et les codes culturels.
-Cheldhod, Les structures du sacré chez les Arabes, Maisonneuve et Larose, Paris, 1964.

Le sacré marque le système socio-culturel des siociétés arabes. L'auteur analyse le fonctionnement du sacré et montre, en n'omettant pas de recourir à des lectures diachroniques, les mécanismes et les relations qui déterminent le sacré. La dimension religieuse est ainsi réinvestie et étudiée à la lumière de cette capacité à produire des signes et des mythes propices à une sacralisation de certains espaces.
-Nacer Chelli, La parole arabe, une théorie de la relativité des cultures, Sindbad, Paris, 1980.

Cet ouvrage tente d'analyser la personne arabe en remontant de la structure de la langue à la représentation de la personnalité (étude de l'environnement à partir de situations concrètes). Cette tentative de comprendre la personne arabe tout en la comparant à la personne occidentale s'accompagne inévitablement d'une plongée dans la réalité culturelle.
-Alain Calmes et Claude Michel Cluny, Dictionnaire des nouveaux cinémas arabes, Sindbad, 1978.

Ce dictionnaire, singulier et original, propose une introduction à la connaissance des cinémas arabes(origines, évolution, structures) et fait la présentation de l'itinéraire de cent vingt réalisateurs.
-CRESM(centre de recherches et d'études sur les sociétés méditerranéennes), Culture et société au Maghreb, CNRS, Paris, 1975.

Ce travail, un recueil de textes de chercheurs français(J.C. Vatin, J.Leca, B.Etienne,Y.Turin, J. Déjeux, A.Adam, J.Fontaine, C.Bonn…) et maghrébins( T.L.Djedidi, A.Kacem, A.Séfrioui, N.Bencheikh), interroge les pratiques culturelles au Maghreb et favorise le questionnement des politiques culturelles et des différentes productions artistiques et littéraires.
-J.M.Carré, Voyageurs et écrivains français en Egypte, Le Caire, 1932.

Une bonne description des voyageurs et des écrivains français qui séjournèrent en Egypte. L'auteur insiste surtout sur la période du dix-neuvième siècle qui connut surtout après l'expédition de Napoléon un élan de curiosité extraordinaire.
-Emile Dermengheim, Le culte des saints dans l'Islam maghrébin, Gallimard, Paris, 1954.

Un regard profond sur le fonctionnement du maraboutisme et des formes "sacrées" dans les sociétés maghrébines. L'auteur fournit de très nombreuses informations sur les fêtes et les manifestations rituelles, définit les concepts et les personnages historiques et folkloriques et montre l'importance sociale du culte des saints dans les pays du Maghreb. Il indique aussi les résistances rencontrées dans les milieux réformistes. C'est peut-être le meilleur travail sur les manifestations rituelles et cultuelles au Maghreb. Les fêtes, les cérémonies sont décrites, avec force détails, et permettent une bonne connaissance de ces expériences culturelles.
-Jean Déjeux, Littérature maghrébine de langue française, Naaman, Canada, 3ème édition, 1980.

Jean Déjeux est incontestablement l'homme qui,le mieux, rassembla et fit connaître la littérature maghrébine. Son apport à la connaissance de cette littérature est considérable. Ce livre expose ses origines, son évolution et décrit l'itinéraire e certains écrivains qui marquèrent l'expérience littéraire du Maghreb.
-Abdelkader Djeghloul, Eléments d'Histoire culturelle algérienne, ENAL, Alger, 1984.

C'est un ensemble d'articles déjà publiés dans l'hebdomadaire algérien, Algérie-Actualité. Il y présente des lieux culturels et brosse des portraits très sérieux du parcours de nombreux hommes de culture algériens(Atfiyach, Ould Cheikh, Bayyoud, Allalou, Ksentini, M'hand ou M'hand, Ben Brahim…).
-Europe, Littérature algérienne, N° 567-568, Aout 1976.

Ce numéro spécial de la revue française Europe consacre sa livraison à la littératuure algérienne. C'est une présentation des différents espaces littéraires et artistiques algériens.
-Europe, Littérature marocaine, N°602-603, Juin-Juillet 1979.

Une série de contributions de chercheurs sur les différents lieux marquant la scène littéraire. A relever la présence d'un très bon article sur l'activité théâtrale au Maroc(Hassan Mniai).
-Ibn el Arabi, El foutouhat el Mekkia(Conquêtes mecquoises).

Ce texte apporte certaines informations sur quelques manifestations rituelles et donne à voir certaines structures du sacré.
-Ibn Khaldoun, La Mouqqadima.

Le voyage d'Occident et d'Orient, trad. De Abdesselem Cheddadi, Sindbad, Paris, 1980.

Ibn Khaldoun est peut-être l'un des rares penseurs arabes à nous fournir un nombre considérable d'informations sur les structures artistiques et esthétiques. Ces deux ouvrages, fondamentaux pour la connaissance des mouvements sociaux, exposent les attitudes et les comportements des arabes, avec une extraordinaire profondeur et une indiscutable puissance. De grands essais sur le pouvoir, le savoir et la culture de l'ordinaire.
-Abdelkébir Khatibi, Le roman maghrébin, Maspéro, Paris, 1968.

C'est une présentation, parfois rapide, des conditions et du processus de production du roman maghrébin(de 1945 à 1962). Khatibi porte un regard sociologique sur la littérature maghrébine(structures et problèmes linguistiques, situation socio-historique, thèmes, présentation de quelques écrivains). Un outil pédagogique et didactique de première main.
-Abdelkébir Khatibi (sous la direction de), Du bilinguisme, Ouvrage collectif, Denoël, Paris, 1985.

Des linguistes et des sociolinguistes décrivent la situation sociolinguistique dans les pays du Maghreb. Ces travaux posent le problème du bilinguisme, de la diglossie et des langues populaires, tentent de mettre en évidence la phonologie, la morphologie des langues en présence et de les situer socialement et historiquement tout en interrogeant la pratique et les espaces symboliques.
-Raif Khouri, La pensée arabe contemporaine. Impact de la révolution française sur son orientation politique et sociale, Damas, 1993.

Tout le monde est d'accord sur la grande influence de la culture française sur l'évolution de la pensée arabe. La campagne de Napoléon fut paradoxalement un espace de fascination-répulsion. C'est à partir de là que les élites arabes commencèrent à s'intéresser à la culture et à la Révolution françaises. D'ailleurs, Tahtawi traduisit la déclaration des droits de l'homme. Khouri tente de déceler les traces de la Révolution françaises dans le comportement, les attitudes et les œuvres des intellectuels et des hommes de culture arabes.
-Abdelfatah Kilito, Les séances (les maqamat). Récits et codes culturels chez Hamadhani et el Hariri, Sindbad, Paris, 1980.

Une lecture des maqamat de Hamadhani(Xème siècle) et d'El Hariri. L'auteur esquisse une analyse des codes culturels, historiques, sociaux, géographiques et poétiques et des procédés narratifs de ces récits qui marquèrent profondément la littérature arabe. Le discours développé dans ces récits donne à voir les conditions socio-historiques de leur énonciation. Kilito interroge les structures narratives, syntaxiques et morphologiques et expose les différents modes discursifs.
-Mostéfa Lacheraf, L'Algérie, Nation et Société, SNED, réédition, Alger, 1978.

Des études sur l'Histoire et la culture algérienne constituent les principaux éléments composant cet ouvrage considéré comme une référence obligée pour comprendre le mouvement social et culturel de l'Algérie.
-Abdellah Laroui, L'idéologie arabe contemporaine, Maspéro, Paris, 1967.

Laroui tente d'analyser les structures politiques, sociales et culturelles du monde arabe. Il étudie les discours qui investissent les sociétés arabes et interroge les modes d'expression se maifestant dans des pays vivant étrangement dans un perpétuel "futur antérieur". Cet ouvrage fondamental à la connaissance de l'univers culturel arabe part des réalités historiques pour mieux saisir et cerner les différents réseaux discursifs qui travaillent des sociétés marquées par une affligeante inertie.
-Abdellah Laroui, La crise des intellectuels arabes, Maspéro, 1974.

Peut-on parler d'une intelligentsia arabe? Quel est le statut de l'intellectuel et quelle est sa place dans la société? Toutes ces questions traversent souvent les débats sur la question des intellectuels. Après les indépendances et la défaite de juin 1967, les "intellectuels" se trouvent dans une situation inconfortable entre des pouvoirs totalitaires et dictatoriaux et des sociétés trop exigeantes ne comprenant pas les silences de ces "clercs" d'un type nouveau. Une présentation des différentes tendances qui parcourent l'univers intellectuel.
-Abdellah Mazouni, Culture et enseignement en Algérie et au Maghreb, Maspéro, Paris, 1969.

C'est une profonde analyse des relations entre la culture et la politique et une interrogation des réalités linguistiques et des structures scolaires.
-Albert Memmi, Portrait du colonisateur et du colonisé, Payot, Paris, 1973.

C'est l'histoire de deux regards, de deux univers qui s'affrontent. Memmi tente de décrire les réactions des colonisateurs et des colonisés dans une situation coloniale.
-Scelles-Millie et Khelifa Boukhari, Les quatrains de Mejdoub le sarcastique, Maisonneuve et Larose, Paris, 1966.
Les deux auteurs firent un intéressant travail en collectant de nombreux textes du poètes populaire qui inspira des dramaturges maghrébins comme Ould Abderrahmane Kaki et Tayeb Saddiqi.
-Charles Pellat, Langue et littérature arabes, Paris, 1952.

Un interesant travail sur les différents courants littéraires classiques arabes et une présentation de divers réseaux stylistiques et linguistiques.
-G.Shayyal, L'Histoire de la traduction et du mouvement culturel à l'époque de Mohamed Ali, Le Caire, 1951.

L'Egypte au temps de Mohamed Ali Pacha connut un grand mouvement de traduction qui permit aux égyptiens de découvrir les nombreuses œuvres scientifiques, techniques et littéraires traduites durant cette période. C'est grâce à l'envoi de groupes d'études en Europe et à la création de l'institut des langues que la traduction vécut un essor considérable qui favorisa l'occidentalisation de l'Egypte. L'auteur tente de nous présenter les œuvres traduites et les traducteurs et esquisse un regard diachronique.
-Jacques Taghir, Le mouvement de la traduction littéraire en Egypte au dix-neuvième siècle, Dar el Ma'rifa, Le Caire, 1945.

L'auteur s'intéresse aux différentes traductions des œuvres littétraires européennes et essentiellement françaises. Il tente d'analyser les mécanismes du fonctionnement de cette traduction tout en insistant sur l'égyptianisation des univers sociaux.
-Yves Thoraval, Regards du cinéma égyptien, L'Harmattan, Paris, 1977.

Une lecture diachronique du cinéma égyptien, ses tendances, ses thèmes. L'auteur apporte également de nombreuses informations sur l'itinéraire et l'œuvre des grands cinéastes égyptiens comme Salah Abou Seif, Youssef Chahine, Tayeb Salah, Chadi Abdessalam…
-Nada Tomiche, Histoire de la littérature romanesque de l'Egypte moderne, Préface de Jacques Berque, Maisonneuve et Larose, Paris, 1981.

Un regard prospectif sur la littérature égyptienne de la renaissance(Nahdha à 1978): évolution, thèmes, présentation de Najib Mahfouz, de Tewfik el Hakim et des jeunes écrivains, problèmes esthétiques, réseaux esthétiques…Un ouvrage indispensable pour connaître la littérature égyptienne et les différents courants qui investissent la scène littéraire. A travers cette recherche, se dégagent les réalités sociologiques, politiques et esthétiques qui caractérisent l'Egypte contemporaine.
  1   2   3

similaire:

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconAuteur : Nedjma Abdelfettah Lalmi
«Tamurt n waaraben» («le pays des Arabes»), c’est-à-dire le versant arabophone du Guergour ou les plaines du Setifois

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconCirque Trottola – Petit Théâtre Baraque Matamore
«l’inventeur du théâtre», un théâtre où IL n’y a rien d’autre que les tours (les «tricks») des valets de scène comme dans les fameuses...

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconL'Institut du Monde Arabe est un lieu de culture fruit d'un partenariat...

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconScénario Ivan Arsenjev, Petr Forman, Veronika Švábová
«culture pour tous au pays des fées», avec le soutien de la commune de Retiers et de la communauté de communes du pays de la Roche...

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconLa compagnie body and soul/corps et âme avec la compagnie altana,...
«Only Connect» au Théâtre de Suresnes Jean Vilar, reprise au Vingtième Théâtre, pour laquelle IL reçoit le prix Beaumarchais du Figaro...

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconImbe new – Vendredi 17 avril 2015
«Ils ont été introduits dans l'Union européenne via les Pays-Bas» et proviendraient «d'Amérique centrale», a-t-il précisé

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconLa littérature béninoise de langue française des origines à nos jours
«l’école étrangère» dans le pays, d’abord par les missionnaires, puis par le colonisateur français

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconLe théâtre et ses destinataires
«voir» les personnages agir dans leur milieu, pour les «entendre» parler, IL doit solliciter son imagination plus que ne le fait...

Bibliographie du theatre dans les pays arabes iconExposé Histoire de l’art
«atelier» du monde. Le pays s’engage ainsi dans une période de prospérité. Les conditions de vie de la société évoluent, avec la...

Bibliographie du theatre dans les pays arabes icon7e Biennale des cinémas arabes à Marseille







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com