Manifestations discursives et régime d’acceptabilité







télécharger 123.97 Kb.
titreManifestations discursives et régime d’acceptabilité
page4/6
date de publication16.12.2016
taille123.97 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6

II. Etude de cas : l’argument d’autorité dans le forum de discussion « L’Homme doit-il marcher sur Mars ? »


Il s’agit à présent pour nous de confronter les perspectives savantes sur l’argument d’autorité (et, en particulier, les conditions qui doivent être remplies pour qu’il soit considéré comme acceptable) avec ce que les occurrences de cet argument dans des échanges confrontationnels nous apprennent de son régime d’acceptabilité pour des locuteurs ordinaires.

On s’appuiera pour cela sur la description de messages échangés dans un forum de discussion proposé sur le site du quotidien français Libération pendant près de 8 mois14, et consacré à l’opportunité d’un vol habité vers Mars. Ce forum se prête particulièrement bien à une réflexion sur l’argument d’autorité. En effet, il traite d’un objet de discussion complexe, échappant à l’expérience individuelle ordinaire, à propos duquel on peut s’attendre à ce que toute prise de position passe par le filtre de sources d’informations secondaires. Ce point est d’ailleurs explicité par l’un des intervenants qui se voit attaqué violemment alors qu’il vient d’évoquer la possibilité de créer une atmosphère sur la planète Mars :
(1)

(…) Personne ne se moque de personne, il s'agit uniquement de données scientifiques et des modèles atmosphériques actuels. Peut-être faut-il les remettre en cause, mais c'est aux scientifiques du domaine qu'il faut s'adresser, les forumeurs ne font que rapporter ce que ces scientifiques disent.15
Ce message illustre deux points. D’une part, il confirme que dans la dynamique interactionnelle des échanges argumentés, l’invocation d’une autorité permet de détourner objections ou réfutations vers un tiers absent ; d’autre part, il illustre que pour ce forum précis, toute assertion se fait, en quelque sorte, « sous dépendance », l’autorité de tutelle étant spontanément identifiée par l’auteur du message comme scientifique.
L’analyse du fonctionnement de l’argument d’autorité dans le forum « L’Homme doit-il marcher sur Mars ? » sera ponctuellement mis en parallèle avec un travail antérieur (Doury 1999) sur l’argument d’autorité dans le débat sur les parasciences dans les médias (et principalement, à la télévision). On soulignera les points communs et les divergences liées aux spécificités des sujets et / ou des médiums mobilisés. On considérera successivement les arguments d’autorités indirects (invoquant une autorité tierce), puis les arguments d’autorité directs (dont la crédibilité repose sur l’autorité prêtée à l’énonciateur lui-même).


    1. L’argument d’autorité indirect, ou autorité hétéro-fondatrice


2.1.1. Le débat sur les parasciences : des autorités multiples, diverses, visant à l’intimidation de l’adversaire
On peut considérer les deux exemples ci-dessous comme caractéristiques de l’argument d’autorité tel qu’il apparaît dans le débat sur les parasciences. Il s’agit de deux exemples produits par un même locuteur, Louis Saint Martin, astrologue, opposé dans un débat à un sceptique, le physicien Henri Broch.
(2)

LSM : ça fait sourire certains en face de moi, ça ne fait pas sourire Madame Fuzeau-Braesch qui est euh directeur au C.N.R.S. et docteur ès sciences, ça n’fait pas sourire mon ami le professeur Jean-Marie Pelt qui dans un de ses récents ouvrages (...) rend hommage à l’astrologie.

(« Savoir Plus » du 01/03/1993, France 2)

(3)

LSM : Vous savez, Kepler disait : rejeter l’astrologie sans la connaître, sans la pratiquer, sans l’expérimenter, c’est une folie à trois dimensions. C’était Kepler, c’était pas monsieur Broch ou monsieur Saint Martin qui s’exprimait, hein ; bon. Quant à Einstein, il disait : c’est une science en soi illuminatrice ; j’ai beaucoup appris grâce à elle, et je lui dois beaucoup.

(« Savoir plus » du 01/03/1993, France 2)
On trouve dans ces exemples des références à des sources « faisant autorité » et appartenant au même vaste domaine de référence (le domaine scientifique), avec des variations historiques (XVIe / XVIIe siècle pour Kepler, science moderne pour Einstein, science contemporaine pour Pelt et Fuzeau-Braesch) et disciplinaires (respectivement : astronomie, physique, botanique, biologie). Ces références sont associées à des énoncés spécifiques, comme dans l’exemple 3 («rejeter l’astrologie sans la connaître, sans la pratiquer, sans l’expérimenter, c’est une folie à trois dimensions » ; « c’est une science en soi illuminatrice ; j’ai beaucoup appris grâce à elle, et je lui dois beaucoup ») , ou à des positions générales (ne pas sourire de l’astrologie) dans l’exemple 2. Aucune précision n’est apportée permettant d’identifier la source, et les références apparaissent « en bouquet » (Fuzeau-Braesch et Jean-Marie Pelt dans l’exemple 2, Kepler et Einstein dans l’exemple 3).

Les caractéristiques de ces deux exemples, ainsi que leur insertion dans la dynamique des débats, suggèrent fortement que l’on a prototypiquement affaire à des occurrences de l’argumentum ad verecundiam (la nomenclature latine insistant sur l’humilité à laquelle l’argument appelle tant celui qui le profère que celui à qui il est adressé).
2.1.2. Forum Libération : extrême diversité des domaines de référence
Si l’on se tourne maintenant vers le forum de discussion « L’Homme doit-il marcher sur Mars ? », et que l’on cherche d’abord à identifier les sources mobilisées par les participants au forum, force est de constater l’extrême éparpillement des domaines de référence mobilisés :

On trouve ainsi :

  • des références à la science-fiction :

    • littérature : (référence précise : Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, Mars la rouge de Stanley Kim Robinson, Contact de Karl Sagan, Voyages de Stephen Baxter / simple mention de l’auteur : Ray Bradbury, Isaac Asimov / évocation générale : « les films de science-fiction », « la SF » …)

    • séries télévisées : V, Star Trek

    • films : Matrix, La Mutante 2, Contact, Rencontre du 3e type, Star Wars, Blade Runner, 2001 Odyssée de l’espace, Men in Black, Terminator 2, « les conneries hollywoodiennes »




  • des références littéraires :

    • littérature “légitime” : La métamorphose de Kafka, Rabelais (« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, comme l’affirmait l’illustre ancien »), Maupassant (citation), citation de Mark Twain indûment attribuée à A. Dumas, St John Perse

    • Bande Dessinée : There’s treasure everywhere, Watterson ; “dans le genre album de Tintin et Milou”

  • des références à des philosophes ou essayistes : Parasites de Michel Serres, Sphères de Peter Sloterdijk, Paul Virilio, Montaigne (citation), Lao-Tseu (citation), Jean-Paul Sartre, Blaise Pascal, Jacques Attali

  • des références ésotériques : Hermès Trismégiste (citation), Jean Sendy, Le Matin des magiciens de Pauwels/Bergier

  • des références religieuses : références à la Bible, à Jésus ou à Mahomet (notamment dans des mails humoristiques)

  • des références musicales : Léo Ferré, Julos Beaucarne

  • des références médiatiques :

    • presse généraliste (« on lisait sur Libé récemment : … » , « voir le Monde diplomatique de septembre », « dans un article du Monde (désolé), … », « cf. par exemple « CAPITAL » n°146… »), presse spécialisée (« voir par exemple un n° de « New Scientist » de janvier O4 »), « comme l’a assez bien souligné l’ensemble de la presse »

    • radio (France Info, France Inter)

    • télévision ( « j’ai vu il y a quelques mois un reportage », « j’étais tombé par hasard, je le jure ! sur une émission d’Albert Jacquart qui expliquait… »)

    • désignation générale : « ce que disent les médias », « les médias ont traduit… », « une autre version que celle offerte par les médias de masse… »

  • une référence à la “sagesse populaire”

  • des références à des textes de loi : « selon le traité international sur l’espace de 1967 », « des traités internationaux »

  • des références scientifiques16 

    • chercheurs / scientifiques nommément évoqués : « Depuis Einstein on considère… », « d’après Théorie Einstein/Rosen… », Newton, Hubert Reeves (« Hubert Rives a annoncé… »), Pierre-Gilles de Gênes (« Le Professeur Gille de Genes proposait… »), Patrick Baudry, The Case for Mars de Robert Zubrin, « une équation de Carl Sagan », Larson/Wertz, Constantin Tsiolkovski (citation non attribuée), Albert Jacquard (« les cris d’alarme du professeur Jacquard »), Terraforming : Engineering Planetary Environments de Martyn J. Fogg, Mc Kay, Michel Schiff, « Gödel et son incomplétude », Ilya Prigogyne (« Prigogine et sa fin des certitudes »), The end of science de John Horgan, A l’écoute des galaxies de Duncan Lunan, etc.

    • référence générique : “les scientifiques vous diront…”, “l’opinion générale des chercheurs… », « aucun spécialiste sérieux… », « les experts », « dans les cercles informés… » ; ou plus spécifiquement : « c’est un fait bien connu des planétologues », « les climatologues et autres météorologues nous disent… », « écoutez plutôt les chercheurs en environnement », « comme disent les astronomes », etc.

    • référence aux institutions et organismes de recherche : « les scientifiques de la NASA », ONU, Trésor Public, CIA, ESA (« L’ESA a confirmé… »), « les ingénieurs du CNES (et de la NASA) étaient formels… »)

    • références textuelles : « rapports américains », « rapport de la NASA noté « NASA Report EX13-98-036 », « traité international », « études », « les statistiques », « un récent rapport sur le programme spatial de l’ESA fait par Mr. Bonnet »

  • des références politiques : G. W. Bush, Le Pst Hu Jintao, Nixon, Cohn-Bendit, Poutine, Kennedy…

  • des références “électroniques” (liens hypertextuels) (« pour de plus amples informations, venez visiter : http://www.planete-mars.com », « Voyez le site : http://setiathome.ssl.berkeley.edu/index.html », « voir le site www.nirgal.net » « voir le site de l’ESA »)17

  • simple mention d’altérité énonciative : « à ce qu’il paraît », « il me semble avoir lu… », « y en a même qui pensent… »


Ce rapide survol des références mobilisées dans le forum « L’Homme doit-il marcher sur Mars ? » met en évidence la diversité tant des sources (diversité historique, disciplinaire, géographique…) que des modes de renvoi (de la citation présentée comme littérale à l’attribution d’opinion la plus vague, de l’identification précise de la référence à l’évocation non spécifiée). Même si nous ne nous sommes pas livrées à un comptage systématique, il est clair que la citation exacte tirée d’une source précisément identifiée est de très loin l’exception.
2.1.3. Identification des arguments d’autorité
Devant ce foisonnement de références, hétérogènes par leur contenu aussi bien que par leur forme, on se demande ce qu’il convient de considérer comme argument d’autorité – ce qui suppose, bien entendu, de définir un certain nombre de critères de décision.
il faut qu’il s’agisse d’une autorité : Ainsi que nous l’avons spécifié plus haut, on évitera ici d’adopter une conception trop accueillante de l’argument d’autorité, et refuserons donc de l’étendre, comme Perrin (2000) par exemple, à toute délégation énonciative, quelle que soit l’évaluation par l’auditoire et le locuteur, du tiers invoqué. Mais une telle restriction, dans le cadre d’un forum, n’amène pas à des choix très clairs dans la nébuleuse de références précédemment évoquée, en raison de la difficulté posée par l’identification de ce qui est a priori admis comme autorité par l’auditoire. Un forum de discussion, par définition, est ouvert à tout internaute désireux d’y participer. Il est plausible, mais pas certain, que les lecteurs de Libération soient sur-représentés parmi les internautes participant au forum du quotidien. Aucun filtre n’existe, limitant l’accès à ce forum à des personnes jugées compétentes sur le sujet. Il en résulte qu’il n’y a pas un, mais une multitude d’univers de références, qui seront jugés légitimes par des sous-ensembles des participants au forum. Partant, il est plausible que certaines sources seront considérées comme des autorités par certains, et non par d’autres. On l’a dit, un argument d’autorité n’est susceptible de fonctionner que s’il existe un consensus entre le locuteur et l’auditoire visé sur l’évaluation qu’il convient de porter sur l’autorité invoquée. Dans le contexte de ce forum, on peut supposer que les références scientifiques sont davantage susceptibles de soutenir un argument d’autorité qu’une référence à la bande dessinée, par exemple ; mais l’échelle de légitimité des références que l’on peut ainsi construire est nécessairement sujette à discussion et valide pour une fraction seulement des participants au forum.
il faut qu’il s’agisse d’un argument. Il ne s’agit pas de considérer toute mention à une référence susceptible de faire autorité dans son domaine comme un argument d’autorité. Encore faut-il que le locuteur défende une thèse dans le débat, et que la référence à l’autorité vienne, d’une façon ou d’une autre, renforcer l’acceptabilité de cette thèse. La détermination de la nature argumentative ou non de la référence est rendue d’autant plus difficile que l’invocation d’une source susceptible de faire autorité est souvent présentée comme un conseil de lecture, comme le suggèrent les exemples suivants :
(4)

Je vous conseille le livre de Robert Zubrin, «The Case for Mars», où il est expliqué pourquoi Mars (…) A lire absolument pour mieux comprendre le pb : «The Case for Mars».
(5)

Sur le SETI, je te conseille de lire le bouquin de Carl Sagan (initiateur du projet SETI) dont est tiré le film (dont le titre est Contact aussi), il est beaucoup plus fort que le film, comme la plupart du temps quand on fait un film à partir d'un bouquin.
(6)

je conseille à tous la lecture du livre «Sphères» de Peter Sloterdijk, dans laquelle l'auteur montre, entre autres, que l'humanité est une sphère au même titre que la terre est ronde, et que cette constatation est une révolution en devenir au même titre que celle qui a eu lieu à la renaissance.
La référence à un tiers extérieur à la situation d’interlocution se présente comme relevant d’une démarche de partage des sources participant d’une volonté d’élaboration informée des opinions plus que comme une stratégie argumentative d’intimidation confrontant l’humilité des interlocuteurs en présence à l’excellence inquestionnable d’une autorité. Néanmoins, même dans des cas comme les exemples précédents, les conseils de lecture contribuent à renforcer la crédibilité de la position défendue par les auteurs des messages en la faisant passer, d’une position individuelle sans légitimité particulière, à une position adossée à des travaux existants, et éventuellement prestigieux. C’est ce que suggère par exemple le message suivant, que nous considérerons comme un argument d’autorité du premier type :
(7)

sujet Rappelons les chiffres économiques d'Apollo

auteur Argyre - jeudi 15 janvier 2004 16:54

<< Alors que franchement, c'est du fric foutu en l'air. >>

En l'air ??? Dans l'espace ? ;-)

Sérieusement, l'argent qui est dépensé dans le domaine spatial est un investissement. (…)

Ainsi, les missions Apollo des années 60 et 70 ont coûté très cher et les USA se sont endettés. Mais le retour sur investissement était très fort (estimé à un facteur 3 à 4) et le gouvernement américain s'est retrouvé avec un budget bien plus important qu'avant, en partie grâce aux technologies spatiales appliquées à d'autres domaines.

Pour plus d'infos voir le livre :

«Space Mission Analysis and Design (Space Technology Library)»

by Wiley J. Larson, James Richard Wertz

Dispo sur Amazon

Conclusion :

Même d'un point de vue économique, l'investissement dans les techniques spatiales semble rentable sur le long terme.
Dans ce contexte, la possibilité d’un accès aux sources, que Plantin (1988) mentionne comme une condition pragmatique de la validité de l’argument d’autorité, est garantie par l’identification détaillée de l’ouvrage cité, et même encouragée par la mention « dispo sur Amazon » (site de vente d’ouvrages en ligne). Contrairement aux occurrences d’argument d’autorité proposées dans les exemples 1 et 2 et considérées comme prototypiques du débat médiatique sur les parasciences, la forme de référence à l’autorité (on parlerait ici plus volontiers d’appel à l’expertise) que l’on observe dans le forum « L’homme doit-il marcher sur Mars ? » ne semble plus reproduire l’opposition « autorité / raison » souvent évoquée à propos de ce type d’argument, et responsable de la suspicion qui pèse sur l’argument d’autorité.

1   2   3   4   5   6

similaire:

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconCalendrier des prochaines manifestations p. 12

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconProgramme prévisionnel des manifestations 2011 Thème général : Facing...

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconCalendrier des manifestations de reims
«Faire connaissance avec les métiers d’art liés à la construction d’une cathédrale»

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconAujourd'hui, l'apparition de travaux fondés sur les technologies...

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconDans le cadre d’une série de manifestations consacrées aux Journées...
«les potentialités touristiques de la ville de Moscou» le 10 juin à Nice (France)

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconAndré Durand présente
«siècle vaurien» (on remarque l’usage de «vaurien» comme adjectif), en usant d’un champ lexical dépréciatif («ces», qui est répété,...

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconLa Publicité, le Sponsoring et le Mécénat
Le parrainage est devenu l’une des principales sources de financement des manifestations ou événements, locaux, régionaux, nationaux...

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconLa problematique de la protohistoire en afrique
«quillet-flammarion», la protohistoire est définie comme étant cette période intermédiaire entre la préhistoire et l’histoire. C’est...

Manifestations discursives et régime d’acceptabilité iconNous sommes un collectif de 5 artistes plasticiens, résidents en...
«carte de visite» sur le sol métropolitain, nous n’avons pas trop intérêt à nous en départir, désirant participer à plusieurs de...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com