En cours de création qui sortira officiellement au







télécharger 92.54 Kb.
titreEn cours de création qui sortira officiellement au
date de publication16.12.2016
taille92.54 Kb.
typeCours
a.21-bal.com > documents > Cours





L’Irrésistible

Charme

du BTP



Sur une idée originale de Ronan Le Fur

Ecrit et mis en scène par Mélanie Devoldère

Interprété par Kerfi Trouguer & Ronan Le Fur

Dossier artistique

En résumé
Sur le parvis d’un bâtiment public, un acteur raconte l’histoire d’un chantier imaginaire en interprétant tous les personnages. Au rythme effréné d’un univers sonore explosif, il vous emportera, avec un humour loufoque et décapant, dans l’irrésistible charme du BTP.

Il n’y aura rien et pourtant vous aurez vu et entendu un chantier, un nouveau bâtiment existera devant vos yeux, triomphant, magnifique, achevé, enfin dans le meilleur des cas.


La genèse
Après quelques années de bons et loyaux services, je décide d’échapper au déterminisme social qui veut que, dans ma famille, on coule du béton armé de père en fils, je démissionne de mon poste d’ingénieur des travaux et me lance dans l’aventure théâtrale en décidant de me former à l’école Jacques Lecoq.
Six ans plus tard, une prise de recul s’est opérée et m’a permis de mûrir l’ensemble des mes sentiments et observations sur le sujet.
Le désir d’en faire un spectacle s’impose, s’affirme et me conduit à mettre en place ce projet, en commençant par la création de la Compagnie Gigot Bitume. Ce nom trouve son origine sur les chantiers de BTP. Lorsqu’au siècle dernier, les ouvriers célébraient la mise hors d’eau et hors d’air d’un bâtiment en plongeant un gigot dans le bitume des étancheurs pour le cuire à l’étouffée.
Ainsi lorsqu’elle créée, la compagnie s’inspire de cet improbable procédé culinaire étrange mais avéré, dans le but de partager un moment festif et convivial et ce malgré le caractère cancérigène du bitume, mais néanmoins négligeable en comparaison avec l’amiante.
L’Irrésistible charme du BTP, c’est Un spectacle de rue en cours de création qui sortira officiellement au printemps 2016.
Un duo qui propose de faire dialoguer un comédien interprétant une galerie de personnages avec un bruiteur/improvisateur dans le but de transporter le spectateur dans une hallucination collective de chantier.
L’univers est un savoureux mélange de Tex Avery sonorisé à la Jacques Tati interprété à la manière d’un Philipe Caubère.
C’est un spectacle fixe d’une durée de 55 minutes, qui se joue devant un bâtiment public possédant un espace de jeu et une capacité d’accueil suffisante pour une jauge comprise entre 300 et 400 spectateurs.

L’équipe

Mise en scène et écriture : Mélanie Devoldère

Interprétation et écriture : Ronan Le Fur

Création et interprétation sonore : Kerfi Trouguer

Ce spectacle reçoit le soutien du CNAR Le Fourneau, de la Ville de Douarnenez, du Collectif de la meute, du centre culturel le Triskell de Pont L’Abbé, du réseau RAVIV (Réseau des Arts VIVants en île de France).



L’histoire
Dans quelques instants va débuter le chantier dont tout le monde parle en ville : l’extension de la Mairie. Fiers, les officiels ont convoqué le public pour la pose de la 1ère pierre. Ce chantier promet d’être exceptionnel, chacun s’y engage personnellement, sans bruit ni poussière, sans dérangement !
Débarquent alors José, le petit chef de chantier autoritaire, et son équipe : Bruno, le manoeuvre, doux menhir innocent, Sylvain le maçon teuffeur, Jean-Louis, l’intérimaire enthousiaste et maladroit, Gilles le grutier, l’observateur fourbe, Omar le camionneur polyvalent, Les turcs Mehmet et Mehmet, les ouvriers détachés… Ce sont les ouvriers du gros œuvre.
Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’utopie du discours sera vite terrassée par la réalité du terrain.
Nous les suivrons au plus près dans leurs opérations, que ce soit pendant l’installation rocambolesque du chantier ou durant la démolition de la dalle ou bien au moment du décoffrage de la majestueuse façade en béton brut ! Chaque étape réservera son lot de surprises et d’évènements cocasses.
Ainsi au coeur de ce vacarme organisé José arrivera t’il à mener jusqu’au bout son dernier chantier avant son départ en retraite ? Bruno se donnera t’il les moyens de développer une vie à l’extérieur du chantier ? Jean-Louis sera t’il gardé ? Sylvain saura-t-il faire la part des choses entre vie privée et vie professionnelle ? Mr Deschamphanlaere trouvera t’il un remède au burn-out qui le guette ? Gilles verra t’il le bout du tunnel ? Et Simon le stagiaire ingénieur dont la méconnaissance du milieu et une attitude parfois naïve à l’égard du milieu qu’il découvre, lui causeront certains désagréments. Le public vivra son parcours comme une réminiscence de ses premiers pas dans le monde professionnel. Dans quel état moral et physique terminera t’il ses 3 mois de stage ?
Une heure durant, un comédien va nous raconter cette odyssée au coeur du béton armé en interprétant tous les protagonistes du chantier de BTP. Il donnera à voir, avec humour et énergie, ce qui se joue entre eux, leurs échanges souvent frontaux, bruts et efficaces, le rythme effréné, les efforts physiques à répétition, les risques encourues, et de comprendre les raisons qui amènent aux aberrations propres à l’univers de la construction, auxquelles nous avons tous été témoin ou victime.

Les intentions



L’univers du chantier fait naitre chez chacun des images, des sons, des figures, des situations rocambolesques vécus ou partagés. L’idée de ce spectacle est d’aller au delà des clichés et d’inviter le public à franchir la palissade et de redécouvrir, avec humour, l’univers du BTP du point de vue des ouvriers du gros oeuvre.
Le monde de la construction : le territoire de l’action, de la prise d’initiative. Ici aucune tergiversation n’est admise. Il vaut mieux faire et avancer, quitte à se tromper plutôt que d’attendre. C’est ainsi que plongé dans le feu de l’action, les masques tombent rapidement révélant aux yeux de tous la nature profonde de chacun, avec ses failles et ses faiblesses que l’on souhaiterait garder secrètes et ses instants de grâce qui mettent en évidence nos comportement souvent contradictoires.
Osons rire et regarder ce qui se joue à travers les murs de ce microcosme qui compose le chantier et qui soulève bon nombre de questions de fond. La construction comme de nombreux domaines tel l’industrie, n’échappe pas à la règle du plus vite, plus haut et moins cher ! Même si les techniques ont peu évolués et si en apparence les ouvrages se ressemblent, l’organisation des équipes se réécrit à chaque fois. C’est ce qui rend ce milieu si riche de toutes ces histoires vécues et traversées par tous ces hommes.
Parler du BTP c’est aussi mettre en avant la stigmatisation des métiers du bâtiment, lorsque dans les années 80 ces métiers étaient assimilés à une punition : « Si tu ne travailles pas bien à l’école tu finiras maçon ». Cela a eu comme conséquence une dévalorisation des métiers d’artisans du milieu et donc un manque de désir et d’amour à leur égard, provoquant une désertification de la main d’œuvre, entrainant la précarisation de nombreux salariés qui se lancent dans ces métiers sans formation. La profession souffre encore de cette image archaïque en partie du à la pénibilité des tâches et des conditions de travail. Sauf qu’on ne met pas assez en avant les possibilités d’évolution de carrière. De la richesse des personnalités sur chantier, véritable carrefour de rencontres avec des personnes aux tempéraments forts aux parcours parfois improbables.
Le chantier c’est aussi un langage courant voire relâché, vif, efficace, essentiel, qui fait surgir des dialogues absurdes dans le quotidien des personnages incarnant un certain bon sens populaire, mais dont la maladresse ou l’étroitesse d’esprit vire parfois à la folie.
Le chantier de BTP est un acteur vivant de l’espace public.

Il met au quotidien les habitants, les riverains dans un schéma d’opposition. En effet un chantier ça perturbe, ça bouscule, ça dérange. C’est pourquoi il semble important de nous arrêter et de prendre le temps de regarder un chantier. De s’intéresser à ces enjeux, ses contraintes, son fonctionnement et sa hiérarchie pour mieux le comprendre et en accepter les nuisances temporaires inhérentes à l’acte constructif. C’est aussi l’occasion de sensibiliser le public en créant de l’altérité vis à vis de ses hommes et quelques femmes qui exercent des métiers trop souvent dénigrés. Or nous évoquons ici les parcours de ceux et celles qui bâtissent nos maisons nos écoles, nos espaces publics.
Le point de départ de l’histoire sera donc un bâtiment public existant, dont l’architecture et l’histoire constitueront une source d’inspiration qui sera intégrée au récit. Nous voulons plonger les spectateurs dans un univers visuel inexistant, mais hallucinatoire et véritablement concret, le son nous permettra de concentrer leur attention sur le jeu et de les emmener avec nous dans un monde imaginaire qui se construit devant leurs yeux.
Pendant que l’acteur donne du sens, le son accompagne les émotions, provoque des accidents, prolonge les gestes du comédien, le surprend parfois. Il agrandit les actions des personnages, tout en rythmant les séquences de jeu. L’environnement sonore ainsi créé transporte les spectateurs dans un décor virtuel de chantier en lui permettant de compléter les images et ainsi suivre l’avancement du chantier et des nouveaux espaces ainsi créés. Le son apportera du souffle et de la vigueur au jeu. Au coeur du son, les humains prendront du relief.
Un sujet contemporain ! En proposant d’accueillir des personnes âgées en plein cœur de la mairie, nous souhaitons sensibiliser le public sur les difficultés d’accueil en maison de retraite dû à une capacité d’accueil et des moyens insuffisants. Aussi cela à un coût souvent difficile à supporter pour certaines familles. Lorsque notre tour arrivera, trouverons-nous une place ? Aurons nous les moyens suffisants pour y rester ? Notre spectacle ne prétend pas répondre à cette question cependant nous souhaitons que le public s’en empare.
En proposant de supprimer un espace public extérieur pour le remplacer par un espace public fermé, nous souhaitons sensibiliser les habitants sur l’importance de l’espace public et sa signification métaphorique synonyme de sphère publique ou de débat publique et surtout comme espace matériel vecteur de rencontres et d’interactions sociales
Au-delà de cet éclairage politique, c’est aussi l’occasion de prendre de la hauteur et de constater que l’homme est un bâtisseur. Il a toujours construit et il construira toujours. Et qui que nous soyons, ce sujet nous concerne. Il interroge notre capacité à nous organiser individuellement et collectivement pour mener à bien nos projets architecturaux. Car pourquoi construisons-nous ? Pourquoi souhaitons-nous à ce point laisser une trace dans le paysage ? N’est-ce pas simplement une manière de se rassurer face à la mort, en conjurant notre peur de disparaitre, d’être si vite oublié une fois appelé par notre fatale destinée ?





Les constructeurs


Mélanie Devoldère

Ronan

Le Fur

Kerfi Trouguer

Metteur en scène/co-auteur

Interprète/co-auteur

Architecte sonore


Comédienne, marionnettiste et metteur en scène, elle se forme à l’Université Paris VIII, à l’école du Samovar et dans différents stages.

Elle joue dans des spectacles de danse et de théâtre : 2587 Gestes jetés du Drame de la Vie d’après Valère Novarina avec la Cie l’Eternue, Zeurope avec la Cie Banal Molotov, ou Ca le désordre avec la Cie 4 Litres 12.

Parallèlement, elle se perfectionne dans la manipulation d’objet : Cie Grand Manipule, Cie Théâtre sans Toit.

En collaboration avec Gaël Massé, elle met en scène L’Histoire du Soldat, de Ramuz et Stravinski, écrit et met en scène A l’abordage ! avec la Cie Délit de façade).

Dernièrement, elle joue dans Tumultes de Catherine Dubois de la Cie Inextenso 93 et participe à la prochaine création du Théâtre du Mouvement : Alba, mis en scène de Yves Marc.

A travers la Cie des Singes Hurleurs crée en 2009, elle monte Le Papalagui, d’après les paroles de Touiavii, chef de tribu samoan sur les hommes blancs. Puis Le Soldat Antoine, en coproduction avec la Cie Mémoires d’Avenir à Tanger.



Comédien formé à l'école Jacques Lecoq et aux Cours Florent. Il a joué dans plusieurs spectacles de la compagnie DCA Philippe Decouflé « Opticon » et « Entrée Interdite ».

Il a participé au documentaire avec Peter brook « Sur un fil ».

Il a joué avec la compagnie de théâtre de rue anglaise membre du Zepa Wet Picnic « The dinner table », « Time for tea », « The not so secret service ». Il a travaillé avec la Cie Norvégienne Anna Ree, La Cie anglaise Tour de Force « Les misérables », la Cie clermontoise Dédale. Il est membre fondateur de la Cie 38CIT avec laquelle en 2012 il a interprété le Maitre et marguerite au Théâtre du Soleil. Il a collaboré avec la plasticienne Nelly Ben Hayoun pour « Disaster playground » au V&A Museum de Londres. Il aussi collaboré avec la cie de danse contemporaine People Pile, la Cie Russe Derevo.

En 2015 il présentera « Big Freeze » de la cie la nationale Fantôme à la Faiencerie de Creil.

En octobre 2014 il crée la Cie gigot bitume et l’installe à Douarnenez. Plus tôt en 2014, il écrit joue et met en scène les visites guidées décalées.

Il est par ailleurs ingénieur en génie civil diplômé de l’ISABTP.


Percussionniste, improvisateur, multi-instrumentiste,  ingénieur du son, réalisateur d'album, clown et direction d'acteur.
Kerfi Trouguer est un autodidacte qui ne supporte pas de tourner en rond.

Toutes les expériences, il les prend à sa sauce.

Habite dans le cap Sizun depuis 15 ans pour y continuer son métier d'une plus belle façon.

Le Cartel del Barrio, l'Atelier Grandelire, Mike Rimbault, les ténors de Brest, le big band franco Allemand, les Pilleurs d'épaves, l'affaire foraine, 

le trio Hadouk, la cie El Kerfi Marcel devenue Cie El Kerfi, la fausse d'orchestre

Il réalise des musiques de spectacles pour les pilleurs d'épaves, Monaie de songe, la fausse cie et documentaire "la source" de Mirabelle Fréville".

Ciné concert, le Bonheur d'Alexandre Medvedkine et Finis Terraé de jean Epstein.

Solo: l'Attraction terrestre, entresort forain sur l'état des choses.

Attraction: le manège salé, qui tourne pour petits et grands




Gigot bitume
Compagnie de théâtre de rue fondé en 2014 par Ronan Le Fur. Elle est basée à Douarnenez dans le Finistère.
Lorsqu’elle invente, la compagnie s’inspire du procédé étrange mais avéré du « gigot bitume » qui consiste à cuire un gigot à l’étouffée en le plongeant dans le bitume encore brûlant.
A l’image de cette improbable célébration culinaire, le désir originel de la compagnie est avant tout de partager un moment festif et convivial et ce malgré son caractère cancérigène mais négligeable en comparaison avec l’amiante.
Entrepris en 2012, « L’irrésistible charme du BTP » est son premier ouvrage.
C’est une compagnie de théâtre à géométrie variable en fonction de chaque projet.
A la suite d’une carte blanche offerte par le centre culturel de Pont l’Abbé & le Collectif de la Meute, elle a imaginé, écrit et mis en scènes les « visites guidées décalées » dans les villes de Douarnenez et Pont l’Abbé. A la suite de ce succès d’autres villes tels que Quimper et Morlaix ont elles aussi passées commande de cette forme sur mesure et in-situ.
Le partie administrative est prise en charge par le bureau « Diptik » de Douarnenez. Le graphisme est pensé et conçu par « L’Atelier Formes Vives ».

Fiche technique
Informations


  • Compagnie gigot bitume

  • 94 rue louis pasteur 29100 Douarnenez

  • compagniegigotbitume @ gmail.com

  • Licences : 2-1083601, 3-1083602. 

  • Siret : 807 883 053 000 17

  • Présidente : Morgane Kersaudy.


Equipe présente :


  • 2 personnes, comédien : Ronan Le Fur, architecte sonore : Kerfi Trouguer.



  • Contact technique : Ronan Le Fur – 06 89 95 37 68.



  • Contact production : Tiphaine Lannuzel – 06 59 28 32 78

Arrivée de l’équipe :

  • Sauf contre indication, l’arrivée de l’équipe a lieu la veille de la représentation et les déplacements se font en voiture ou en train. En cas de voyage par train, l’organisateur s’engage à assurer en voiture pour toute l’équipe les trajets gare/lieu de la représentation et tous les trajets liés au spectacle. L’heure d’arrivée en gare lui sera communiquée dans les meilleurs délais.

Lieu de représentation :


  • Devant un bâtiment existant, dans l’idéal public. (Le choix se fera en concertation avec le programmateur).



  • Espace de jeu = 12m (de large au fond) x 9m (de large devant) X 10m de profondeur.



  • Surface plane sans obstacle.



  • Prévoir des tapis de sol ou moquette pour le public situé devant la scène (cf. plan).



  • Une corde placée par l’équipe artistique 1 heure avant la représentation désignera la limite de l’espace scénique.



Espace de jeu

Bâtiment existant

Régie

Enceinte

Façade

12 m

10 m

9 m

moquette

gradin

gradin

gradin

Plan

Installation sonore :

Pour le bon déroulement du spectacle, merci de nous fournir:


  • Une diffusion de qualité professionnelle, 3 voies avec subs, adaptée à la jauge et installée et réglée pour fournir une couverture cohérente et homogène sur l'ensemble de l'auditoire (Nexo, L’acoustics, D&b, Meyer...)

  • 2 retours (type PS15, MTD 115...) en side, montés sur pied (hauteur d'oreille).
- Une console (type Midas Venice ou 01V96) située dans l'axe de la scène, aux 2/3 de l'audience. (en aucun cas sous un balcon ou en fond de salle...).


  • 2 boites de direct, un micro Sm58 et un grand pied de micro avec perchette, suivant patche ci dessous

    Voie

    Source

    Mic / (alt)

    Pied

    Insert / Remarques

    1

    Carte son L

    DI

    -

    En régie, Comp Stéréo

    2

    Carte son R

    DI

    -

    3

    Micro HF

    Fourni

    GP

    Comp (dbx 160A)

    4

    Spare

    SM 58

    GP




  • Merci de prévoir la place et le branchement (220V) en régie pour un ordinateur et une carte son.



  • En cas de souci avec ces demandes, merci de me contacter pour ajuster au mieux la fiche technique:

  • Régisseur son: Kerfi 06 80 68 44 19 (kerfitrouguer@orange.fr)

Personnel demandé :

  • 1 régisseur pour le montage.

  • Les balances auront lieu le matin de la représentation.

Déroulement du spectacle / public :

  • Durée du spectacle : 55 minutes + pot avec le public

  • Spectacle à partir de 10 ans.

Loge :

  • Une loge pouvant accueillir en tout confort 2 personnes avec un grand miroir et un point d’eau. Prévoir des serviettes de toilette, table et fer à repasser. WC à proximité.
La loge devra être prête à l’arrivée avec un bon petit casse croûte (sucré et salé) et des boissons fraîches et chaudes, installé et renouvelé chaque jour.

  • Régime particulier : Végétarien & bio.

Cette fiche technique fait partie intégrante du contrat. Elle doit être scrupuleusement respectée, le non respect de l’une des clauses peut entraîner l’annulation du spectacle. Tous les éléments de cette fiche technique sont entièrement à la charge de l’organisateur.

Calendrier prévisionnel
Résidences :

2015 Mars Résidence de création à Supergel à Douarnenez – 2 semaines

2015 Août Résidence de création à Supergel à Douarnenez - 2 semaines

2015 Sept Résidence de création au Fourneau, avec présentation de sortie de résidence. 1 semaine

2016 Janv Résidence de création, lieu à définir - 2 semaines

2016 Mars Résidence de finalisation - Le Fourneau, Brest. 3 semaines

Représentations :

2016

23/24 Avril Sortie officielle !

8 Mai Printemps des Abers

14 Mai Festival RUE Douarnenez

15 Mai Festival RUE Pont l’Abbé

21 Mai Printemps des Abers

Mai/Juin Printemps des Abers

Juin Festival Désarticulé à Moulin

Juil Jeudis du Port à Brest

Aout Festival d’Aurillac

Aout Festival des RIAS

Dossier de presse






similaire:

En cours de création qui sortira officiellement au iconDispositions relatives à la liberte de création et a la creation artistique
«sa communication au public,» sont insérés les mots : «notamment la mise à disposition de manière que chacun puisse y avoir accès...

En cours de création qui sortira officiellement au iconProgramme d’exposition double dans le cadre de «l’Art dans la ville»
«50° Nord» qui s’étend désormais sur l’Eurorégion Nord. Membre actif et pleinement investi du réseau, la galerie participe depuis...

En cours de création qui sortira officiellement au iconNote d’intention
«conte de contes», ou chaque récit connu trouve son opéra, et est mis en scène dans une illustration en relief ( pop up/ découpe...

En cours de création qui sortira officiellement au iconQuestionnaire à l’attention des acteurs culturels
«projet culturel de territoire» qui valorise les ressources existantes et impulse de nouvelles dynamiques de création et de coopération....

En cours de création qui sortira officiellement au iconOnt reçu le sacrement de mariage
«ceux qui, avec un dévouement passionné, cherchent de nouvelles «épiphanies» de la beauté, pour en faire don au monde dans la création...

En cours de création qui sortira officiellement au iconOrgane conscient du Parti Imaginaire
«le cours normal des choses». Inversez. C'est ce cours ordinaire qui est la suspension du bien. Dans leur enchaînement, les mouvements...

En cours de création qui sortira officiellement au iconOtto, le gardien de l’art contemporain «Java’s machine» de Jompet Kuswidamanto
«religion d'État» dès la dynastie Han et officiellement bannie au début du xxe siècle. IL était convaincu de la nécessité de rétablir...

En cours de création qui sortira officiellement au iconCours de la servitude volontaire. Notes sur le fondamentalisme démocratique...
«l'abrutissement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple.» De toutes les morales qui eurent cours dans l'histoire de l'humanité,...

En cours de création qui sortira officiellement au iconAteliers d’art dramatique, chant, danse, décors, costumes…
«Les enfants des Vermiraux» dans le tribunal d’Avallon où un siècle auparavant avait eu lieu ce procès effacé de la mémoire collective...

En cours de création qui sortira officiellement au iconExposition du 15 Octobre au 28 Novembre 2015
«… Je travaille la matière, ce qui me donne des idées dans ma création Je respecte la superposition des formes, l’ombre et la lumière...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com