Rapport de stage a l’etranger







télécharger 215.44 Kb.
titreRapport de stage a l’etranger
page2/4
date de publication17.12.2016
taille215.44 Kb.
typeRapport
a.21-bal.com > documents > Rapport
1   2   3   4

A/ Mes missions pour la Délégation Générale




En tant que stagiaire à la Délégation générale, je participais au suivi des tournées artistiques.

Le travail dépendait de l’AF pilote de la tournée. Pour la tournée des Saxophones de Paris en octobre 2004, par exemple, l’AF Shanghai était le référent. Le travail consistait simplement dans l’organisation pratique de l’événement à Pékin.
L’AF Pékin a été pilote pour deux cycles de conférences : un sur l’astrophysique et un sur les nouvelles technologies. Monsieur Rechner m’a également chargé de l’organisation de la tournée du peintre JP Potier



  1. Suivi des tournées artistiques et culturelles



Durant mon stage, j’ai participé à l’organisation de deux tournées de conférences, dans le cadre de l’Année de la France en Chine :


  • la tournée de conférences sur « l’Univers et ses origines » par l’astrophysicien Jean – Claude Pecker, Professeur Honoraire au Collège de France et membre de l’Académie des Sciences, qui s’est déroulée du 14 au 27 avril 2005.


Monsieur Pecker a donné 15 conférences en direction du public français et chinois. Outre l’Af de Pékin qui était pilote de la tournée, JC Pecker a traversé les AF des villes de Hong Kong, Canton, Chengdu, Xian, Wuhan, Nankin, Shanghai et Dalian. Il a également donné une conférence dans la nouvelle AF d’Oulan Bator.



  • La tournée de conférences sur « les Nouvelles technologies dans l’enseignement en France : Miracle ou mirage ? », par Yves Nazé, Inspecteur d’Académie et spécialiste du cartable électronique et du e-learning. Ces conférences se sont déroulées du 5 avril au 30 avril, à Canton, Xiamen, Wuhan, Chengcha, Chengdu, Xian, Shanghai, Dalian et Pékin.



Ces deux tournées étaient pilotées par l’AF de Pékin qui en était responsable. Ainsi, outre le travail d’organisation pratique des conférences sur Pékin, il a fallu s’occuper également d’élaborer un planning de la tournée en fonction des disponibilités de chaque AF. Je m’occupais de la mise à jour de ce planning et de l’envoi des documents (biographie, présentation des conférences…) à chaque AF. Je supervisais la traduction des documents nécessaires aux autorités chinoises (universités..) réalisée par Céline, assistante chinoise au sein de la Cellule.

Il fallait ensuite concevoir les flyers et les programmes de la tournée. Les flyers étaient envoyés sous forme de maquette aux Af qui pouvaient ainsi les adapter en modifiant dates et coordonnées chez leur imprimeur. Les programmes par contre, concernaient l’ensemble de la tournée. Les informations centralisées à Pékin permettaient d’imprimer des programmes qui étaient ensuite envoyés par la poste aux différentes AF. En tout, près de 4 000 programmes ont été réalisés pour les deux tournées.

Un autre travail consistait à réserver des billets de train ou d’avion. En général, chaque Alliance s’occupait du trajet vers l’ AF suivante.

La tournée de Pecker a connu un vif succès : salles combles, thème attractif, conférencier pédagogue et passionné qui s’adaptait facilement au public qui se tenait en face de lui. L’ambassadeur a même tenu à assister à une des conférences à Pékin….

Ce cycle de conférences a touché un large public : étudiants d’universités, de l’Alliance, lycéens de la Filière Francophone, communauté francophone, chercheurs chinois…M. Pecker avait prévu deux types de conférences : une pour un public spécialisé et une pour le grand public, qui étaient dispensées en français (avec traduction chinoise le plus souvent) ou en anglais.

A Pékin, Monsieur Pecker a également visité l’Observatoire où il a rencontré ses homologues chinois. Pour clore ses conférences, nous avons été invité à dîner chez le conseiller culturel avec des attachés scientifiques de l’Ambassade, des chercheurs de l’Observatoire de Pékin, ainsi qu’une Délégation de l’Observatoire de Paris qui venait de signer des accords avec leurs homologues chinois.
Le but de ces conférences était d’organiser dans le cadre de l’Année de la France en Chine, une opération de vulgarisation scientifique en direction du public des universités chinoises, afin de mettre à l’honneur la Science Française. Ainsi, l’Alliance Française participe à la coopération scientifique entre la Chine et la France. Elle sert les objectifs du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Année de la France en Chine qui sont de montrer à la fois une facette artistique de la France et sa compétitivité en matière scientifique.

En revanche, la tournée de Monsieur Nazé n’a pas remporté le succès escompté car le thème moins attractif n’a pas réussi à remplir les salles. Il y avait également deux sortes de conférences : une spécialisée pour les spécialistes de l’enseignement du français langue étrangère (lecteurs d’universités, professeurs de l’AF…) et une conférence grand public mais dont les auditeurs furent moins nombreux.
Néanmoins, cette tournée a permis de tisser des liens avec les universités dans lesquelles ont été organisées ces conférences et a permis une prise de contacts avec l’université de Changcha pour une étude du potentiel de la région en enseignement du français.

Monsieur Rechner m’a également confié le pilotage de la tournée du peintre Jean-Pierre Potier. Ce peintre, basé à Hong Kong, avait présenté son exposition « Images sur la Chine » à l’AF de Canton au mois de décembre 2004. Amoureux de la Chine, il proposait une tournée dans les Alliances de Chine. Les Alliances Françaises de Dalian, Shanghai, Xian et Wuhan étaient déjà intéressées. De plus, le peintre passe sa vie entre Paris et Hong Kong où ses œuvres sont exposées dans une galerie, ce qui représentait une solution au problème du financement du billet d’avion Paris/Chine. Monsieur Rechner m’a donc confié la mission d’organiser la tournée entre les différentes AF.
Dans son travail, JP Potier se penche sur les villes : Istanbul, New York, Hong Kong. Pour l’exposition, il a présenté des vues de Hong Kong et de Pékin. Sa technique est très particulière : à l’aide de solvants, il transfert des fragments d'éléments photographiques choisis sur un support composite, le Dro paper, mélange de papier et de fibre de verre, dont il fait un usage pratiquement exclusif en tant qu'artiste. L'acrylique, l'aquarelle, la pierre noire et l'encre sont également convoqués et, au final, une sorte de brume vient se superposer à l'ensemble, créant ainsi, un lien à tous ces éléments.

La tournée en Chine s’est étalée du 14 janvier au 30 avril 2005, période entrecoupée par les vacances du printemps.
Je me suis occupée de l’élaboration du budget prévisionnel et du calendrier.
Pour le calendrier, il fallait essayer de jongler entre les disponibilités des directeurs et celles du peintre. Sachant que les AF prennent en charge le trajet vers la prochaine AF, il fallait aussi réfléchir à un itinéraire cohérent. Nous avons fini par trouver un accord : chaque AF recevrait l’exposition pour une durée de deux semaines et seules les AF de Pékin, Dalian, Shanghai et Xian recevrait l’artiste qui pour des raisons de budget et de planning ne pouvait se rendre dans toutes les AF. L’artiste transporterait lui-même son exposition à Pékin, Xian, Dalian et Shanghai. En effet, l’exposition avait pour avantage de prendre peu de place et d’être facile à monter. Nous avons donc du réfléchir au transport de l’expo pour les étapes de Pékin-Dalian et de Wuhan. Après s’être renseignés sur les tarifs des envois par DHL et EMS et sur les assurances, nous avons finalement préféré confier les toiles à une personne de confiance qui pourrait effectuer ces trajets et envoyer une notice explicative aux directeurs pour qu’ils puissent eux mêmes monter et démonter l’exposition.
En ce qui concerne le budget, l’artiste ne demandait aucun cachet, les AF finançaient simplement des perdiem de 20 euros pour 2 à 4 jours et l’hébergement. En échange, les AF organisaient un vernissage et s’engageait à aider le peintre à rencontrer le milieu artistique chinois. Chaque AF devait aussi financer le trajet vers l’Af suivante.

En ce qui concerne l’expo sur Pékin, le contexte dans lequel elle a été organisée est important. C’était en effet, la première expo organisée dans le Centre Culturel (inauguré en octobre 2004). Malheureusement, le directeur du CC ne voulait pas associer l’image du Centre à cet évènement car cela ne correspondait pas à sa politique d’exposition. L’accrochage s’est donc limité à l’étage de l’AF.

De plus, si les concerts ne manquent pas à l’AF, l’organisation d’expo est par contre assez rare en raison du manque de locaux.
L’exposition a ainsi habillé les couloirs de l’Af pendant trois semaines. Il a fallu pour cela acheter tous les instruments d’accrochage dans le quartier du Musée des Beaux Arts.

En ce qui concerne la promotion de l’événement, nous avons envoyé en janvier, une série de cartes de vœux annonçant le vernissage. Ces cartons avaient été adaptés grâce à la maquette réalisée par AF Canton. Après un mailing réalisé en direction de la communauté francophone de Pékin, j’ai informé les professeurs et les étudiants en les invitant à un vernissage avec dégustation de galette des rois en leur demandant de s’inscrire afin que nous ayons un nombre approximatif de galettes à commander.
Ce vernissage a été un grand succès car les étudiants se sont fortement impliqués dans cet évènement très convivial qui marquait la première expo de l’Af dans le Centre Culturel.
A la suite de ce vernissage, j’ai également accompagné JP Potier à travers ses escapades dans Pékin à la recherche de clichés insolites à réutiliser dans ses tableaux. Apprenant qu’il voulait découvrir la création contemporaine de Pékin, je l’ai également accompagné à Dashanzi, village de peintres d’art contemporain. Il a pu y rencontrer Bérénice Angrémy, artiste française, propriétaire d’une galerie qui organise de nombreux festivals de la création contemporaine, et de nombreux artistes chinois qui nous ont présenté leurs créations et nous ont emmené dans plusieurs vernissages.
La tournée de JP Potier s’est très bien déroulée. Ses toiles ont eu partout beaucoup de succès notamment à Dalian où on a demandé à l’artiste de participer à une autre expo réunissant les peintres étrangers, vivants à Dalian et dont le travail portait sur la Chine. A Wuhan, son exposition a permis d’inaugurer la finale du concours de la Chanson francophone, à Xian, son vernissage a été le premier événement culturel de l’Af et le peintre s’est tellement plu qu’il a d’ailleurs décidé de passer son mois de juillet à Xian pour y peindre.



  1. réflexion sur la mise en place d’une programmation culturelle



Mon travail quotidien consistait aussi à étudier les nombreuses propositions d’artistes que nous recevions et à les transmettre aux directeurs des autres AF pour savoir lesquelles pourraient être intéressées. Si les propositions étaient acceptées par plusieurs AF et que les coûts à supporter étaient raisonnables, nous pouvions envisager une tournée. Une Af choisissait alors d’en être le pilote et s’occupait de l’organisation de la tournée.

En général, la plupart des artistes trouvait des sponsors en France et nous présentait des budgets prévisionnels et des projets viables. Par exemple, l’AFAA pouvait financer les billets d’avion France/Chine des musiciens.
Je rédigeais des réponses négatives type et préparais des dossiers à présenter lors des deux grandes réunions annuelles des directeurs. Chaque AF faisait de même. Si bien qu’à l’issu des réunions, on pouvait esquisser un calendrier prévisionnel des événements culturels pour l’année suivante.


J’étais présentes aux deux colloques : le premier s’est tenu à Pékin en octobre et le deuxième à Shanghai en mai.
Cf. compte rendu en annexes


B/ Mes Missions au sein de l’AF Pékin




Durant mon travail quotidien à l’AF, j’étais en relation directe avec les deux directeurs, la responsable pédagogique, les professeurs, les étudiants et l’université partenaire.
Je m’occupais de l’organisation concrète des événements culturels sur Pékin. La majorité de la programmation culturelle était musicale et était gérée par Alain Rechner mais l’AF essayait de varier les activités en organisant aussi du théâtre, des expo photos (Culture Clash, les J.O) qui étaient confiées au directeur adjoint que j’assistais ponctuellement.



  1. organisation d’un concert-type :



En dehors de la réservation des hôtels pour les artistes, je m’occupais aussi de la conception des supports de communication avec Céline qui traduisait les documents nécessaires à l’édition des programmes.

Nous réalisions les flyers et les programmes au Bureau de conception graphique dépendant du Conservatoire Central de Pékin, lieu dans lequel nous organisions la plupart de nos concerts. Le public étant français et chinois, la rédaction du programme se faisait dans les deux langues. Wang Xu nous assistait pour la conception sur Photoshop alors que je supervisais l’ensemble. Les programmes étaient distribués gratuitement lors des spectacles, ce qui en faisait un excellent support publicitaire dans la mesure où était intégrée une présentation de l’Alliance et de son réseau en Chine ainsi que les contacts pour la prise de renseignements.
Après l’impression, les flyers devaient être distribués dans des endroits stratégiques : salle de cours, universités chinoises, lieux fréquentés par les expatriés, rue des bars à Sanlitun ou à Hohai, Novotel, Lycée français…

Nous diffusions également une courte présentation de nos activités dans des journaux comme celui de l’Ambassade « le Piaf » qui était reçu par toute la communauté francophone de Pékin (cf annexe Piaf).
Puis, je réalisais des mailing à la liste de diffusion d’au moins 800 personnes qui comprenaient des membres de la communauté internationale de Pékin, des représentants des entreprises étrangères implantées à Pékin et des administrations chinoises, ainsi que des universitaires et lecteurs de français. Il fallait régulièrement l’actualiser. Pour des raisons techniques, cette liste devait être fractionnée en groupe de 20 pour l’envoi des mails de présentation du spectacle rendus attractifs et vivants grâce aux compétences informatiques de JP Dumont.
La plus grosse partie du travail consistait ensuite à gérer les réservations des individuels, l’envoi des cartons d’invitations aux invités d’honneurs et la promotion de l’événement auprès des étudiants de l’AF. En effet, les événements gratuits car en priorité destinés aux étudiants nécessitaient un gros effort de communication.


La réalisation de flyers, d’affiches et de kakémonos et leur diffusion sur les différents sites de l’AF permettaient d’attirer l’ attention des étudiants. Je réalisais ensuite une lettre d’information à tous les professeurs en leur demandant de faire le relais auprès de leurs étudiants et d’inscrire sur des listes de réservation les principaux intéressés.

Afin de donner un caractère pédagogique à ces événements, je préparais aussi des dossiers thématiques (musique Techno, histoire de Carmen, Paris sous Haussmann) pour que les professeurs puissent les utiliser en classe et sensibiliser leurs élèves.

Je m’occupais ensuite de la centralisation des listes de chaque classe et je m’assurais de la distribution des billets le jour J. Le problème majeur était la surréservation due à la gratuité des événement conduisant les étudiants à s’inscrire sans pour autant venir au concert.

Le jour J, je m’occupais avec Céline, assistante chinoise, des artistes (accueil à l’aéroport, visites de Pékin…) puis nous nous occupions de la billetterie et de la distribution de billets aux personnes ayant réservées. Il fallait enfin, s’occuper de l’achat des bouquets de fleurs à remettre aux artistes, à négocier en chinois !!!
J’ai ainsi participé cette année à l’organisation de plusieurs concerts :
Percussions Claviers de Lyon, Saxophones de Paris, le concert « Carte Blanche au conservatoire », le Chœur National des Jeunes et les Chœurs d’opéra.


  1. La coordination avec le Centre Culturel Français



  • un statut d’ « opérateur culturel »


Dans les statuts du Centre Culturel, il est dit que :


  • « Il n’est pas dans les missions du CCF d’être producteur d’événements et par voie de conséquence le CCF ne dispose pas de budget à cet effet. Il revient au Centre Culturel de solliciter des partenariats internes SCAC-CCCL et externes, et d’assumer éventuellement des délégations de maîtrise d’œuvre de ces projets. Dans le cadre des réunions de programmation, il suggère les collaborations intersectorielles souhaitables. »


Et que :

« Le Centre Culturel sera à l’extérieur de ses murs un opérateur au service de la politique culturelle dessinée par cette Ambassade ».
Le mot opérateur signifie qu’il n’aura pas besoin d’une autorisation du Ministère de la Culture en Chine, une simple information suffira.

Or, sachant que l’AF peine à obtenir des autorisations pour l’organisation de ses événements culturels, à cause du poids de la bureaucratie chinoise, une collaboration était à développer avec le Centre. Le Centre Culturel opérateur sans budget (son budget lui vient du CCCL) pourra donc aider l’AF possédant un budget mais peinant à obtenir les autorisations.

Ainsi, le CCF et l’AF , deux structures voisines et ayant des ambitions communes ont été amenés à collaborer pour deux événements majeurs qui ont permis « une animation intra muros contribuant à renforcer l’attractivité du lieu et son image »(objectifs cités dans les statuts) :

La nuit de la publicité francophone organisée le 12 mars dans le cadre de la Semaine de la Francophonie et la Fête de la musique le 21 juin



  • La nuit de la publicité a été organisée dans le cadre de la Semaine de la Francophonie et coordonnée par le SCAC (Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France)


Elle avait eu beaucoup de succès l’année précédente avec plus de 1000 spectateurs. Cette année, pour animer le Centre Culturel qui venait d’ouvrir, l’AF a décidé d’organiser des projections de films publicitaires un peu partout dans le Centre (auditorium, escalier..)
J’ai assisté Jean Pierre Dumont dans l’organisation de cet événement : nous avons assisté aux réunions de coordination avec le SCAC, puis travaillé en collaboration avec son service Universitaire et linguistique pour la mise à disposition des bus pour les étudiants. En effet, cet événement était en priorité organisé pour les étudiants des universités et de l’Alliance Française suivant les cours à l’université partenaire, afin de leur faire découvrir le Centre et les différents services qu’il peut offrir (cours de français, bibliothèque..). Il a donc fallu organiser un système de navettes pour les accompagner au Centre (cf annexes).
Je me suis aussi occupée des réservations qui étaient nombreuses…près de 500.
L’objectif de la soirée a été atteint : faire vivre ce Centre, lui donner une image jeune et dynamique et le faire connaître à la communauté francophone, aux expatriés et surtout aux étudiants. La construction du Centre dans le quartier des expatriés, éloigné de celui des universités, a privilégié la proximité avec les services administratifs français (Ambassade de France en Chine, Mission Economique…) au détriment des étudiants. Cet événement devait rééquilibrer un peu cette tendance.
Pour plus d’informations sur l’organisation pratique de la soirée, consultez l’annexe



  • « Faites de la musique »


Je me suis également occupée de l’animation du Centre avec Marion, une autre stagiaire, en organisant la Fête de la musique le 21 juin. Le CCF prêtait gracieusement ses locaux à l’AF pour ses animations.

Cette fête de la musique était spécialement organisée en direction du public des étudiants de l’AF afin de leur faire découvrir le concept de fête de la musique, placée cette année sous le signe des pratiques amateurs. Ainsi, nous avons privilégié les ateliers chansons et la scène libre. Les étudiants ont donc pu s’exprimer et participer pleinement à l’événement.



  • Le concert de Bazar de nuit


Des partenariats plus étroits ont également été mis en place entre le CCF qui peut organiser des événements à l’extérieur grâce à son statut d’opérateur et l’AF qui permet au CCF de commencer à se faire connaître en produisant des événements grâce à l’enveloppe de l’AF.


Ces projets se sont montés en collaboration avec les services culturels chinois.
Au mois de juin, le CCF et l’AF ont décidé de mettre en place une quinzaine musicale à Pékin. Outre le festival des Transmusicales, les concerts des Chœurs d’opéra et la fête de la musique le 21 juin, un événement musical gratuit, en plein air a été imaginé. Il s’agissait pour les chinois de recréer l’esprit français de la fête de la musique.

Si le CCF s’est chargé de la négociation et de la préparation du concert avec les autorités chinoises, l’AF s’est occupée de l’organisation de la venue du groupe.
La négociation avec les autorités chinoises fut longue et laborieuse et s’est soldé par un compromis. Alors que la partie française proposait une soirée semblable à celle de la fête de la musique, c’est-à-dire plusieurs groupes de musiques variées, un libre accès, la gratuité, une fête nocturne, les chinois ont finalement tranchés pour une formule sensiblement différente, à savoir un groupe français, deux groupes de musiciens traditionnels chinois, deux chanteuses modernes, le tout devant un public assis, entré sur invitations, un dimanche après-midi. Sur 400 invitations, seules 20 étaient laissées aux français.
L’AF s’est occupée de son coté de mettre à disposition des chinois, le groupe Bazar de Nuit, groupe de 6 musiciens qui était déjà en tournée dans les AF de Chine (l’AF de Chengdu était le pilote) et d’organiser l’étape Pékin.
Voyant que les chinois maîtrisaient l’entière organisation du concert en plein air et que le CCF en perdait le contrôle, nous avons préféré organisé un concert supplémentaire dans un bar, le Yugongyishan, au cas où ?
Malgré toutes les restrictions imposées par les chinois, nous avons été agréablement surpris par le déroulement du concert : les entrées ne furent finalement pas contrôlées et le public était composé de gens du quartier et l’atmosphère y était plutôt bon enfant.

Cet événement illustre bien la difficulté des négociations avec les autorités chinoises dans l’organisation d’événements culturels. Même si le CCF dispose d’un statut d’opérateur, ce qui l’habilite à organiser des événements ex muros, il faudra du temps et de la patience avant que son statut soit reconnu par les autorités chinoises.


C/ L’Alliance Française au cœur de l’Année de la France en Chine : le projet Chœurs Croisés

Présentation des Années Croisées
L’Année de la France en Chine constitue le second volet des Années Croisées France-Chine organisées à l’initiative des Présidents de la République des deux pays dans le cadre du développement d’un partenariat global avec la France et la Chine. Plusieurs centaines de manifestations sont ainsi organisées à travers tout le territoire chinois d’octobre 2004 à septembre 2005 pour présenter au public chinois les différentes facettes de la créativité française : chef d’œuvre du patrimoine, dynamisme de la scène artistique contemporaine ou grandes réalisations scientifiques et techniques françaises.

Parmi les événements nous pouvons citer :


  • le spectacle d’ouverture de l’Année de la France en Chine : Jean Michel Jarre à la Cité interdite

  • Les démonstrations de la Patrouille de France

  • l’exposition sur les Trésors impressionnistes au Musée des Beaux arts de Pékin

  • l’inauguration d’un Centre Culturel Français 

  • Ou l’événement organisé par Gad Weil sur la Grande Muraille


L’Année de la France en Chine est organisée :


  • en Chine par le Comité d’organisation chinois de l’Année de la France en Chine et le Ministère de la Culture

  • en France, par le Commissariat Général Français de l’Année de la France en Chine, le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère de la Culture et de la Communication et l’Association Française d’Action Artistique (AFAA).


Elle reçoit aussi le soutien déterminant du Comité d’honneur de l’Année de la France en Chine, regroupant une cinquantaine d’entreprise françaises et chinoises qui ont choisi de s’associer à cet événement.

Les Alliances Françaises y ont activement participé : elles ont en effet accueilli de nombreuses manifestations culturelles placées sous le signe de l’Année de la France en Chine mais le projet Chœurs Croisés est un projet phare sur lequel j’ai travaillé tout au long de mon stage.


  1. Etapes du Projet



Ce projet a pour objectifs principaux :


  • faire connaître l'art choral et vocal français en Chine (et l'art choral chinois en France).

  • favoriser les échanges entre chœurs de jeunes (notamment les 18-26 ans)

  • former de futurs chefs de chœurs chinois capables de promouvoir notre répertoire.

  • de propager la langue française dans le milieu des Conservatoires de Chine et parmi le public jeune.


Ce projet, qui s’inscrit dans le cadre des années culturelles croisées France-Chine, en dépasse largement les limites. Il a pour objectif de créer des liens, à travers la musique, entre jeunes professionnels français et chinois.
En outre, il va au-delà des principales villes de Chine, et est amené à rayonner dans des villes de moindre importance, mais dynamiques pour répondre au souhait d’Alain Lombard, Commissaire aux Années Croisées de voir l’Année de la France en Chine rayonner dans les grandes villes de province, autre que Pékin, Shanghai et Canton.

En effet, durant la réunion à laquelle j’ai assisté en octobre 2004 avec Alain Rechner, Alain Lombard et Sonia Zillhart qui travaillent tous les deux au Comité des Années Croisées, Alain Lombard a émis le souhait de voir les Alliances jouer le rôle de relais auprès des autorités chinoises des villes de province dépourvues de Consulat.

Ce projet est un projet pluriannuel sur 2004-2006
- au printemps 2004, dans le cadre de l'Année de la Chine en France, un chœur de Pékin (le Chœur AI YUE ou « Amour de la musique ») formé de jeunes artistes futurs professionnels, a effectué une tournée d'un mois en France (7000 spectateurs, 12 concerts).

- au printemps 2005, un chœur français a effectué une tournée en Chine (5 concerts) et un chœur franco-chinois a donné 4 concerts de chœurs d'opéra à Pékin et Xian.

- au printemps 2006, le chœur de Pékin participera au Concours International d'art choral "Florilège de Tours" et le chœur d'enfants "La Cigale de Lyon" effectuera une tournée en Chine.
Le projet s'achèvera en juin 2006.

1   2   3   4

similaire:

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconDécouvrir l’envers du décor d’un tournage et son processus de fabrication...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconPour les jeunes qui veulent bouger, pour les parents souhaitant trouver...
«spécial coupe du monde», Roller, Techniques artistiques, Tennis, Vélo-Evolution, Vélo-Mômes, Stage x-trem, Stage "Aventure" pour...

Rapport de stage a l’etranger iconStage carnet de voyage aquarelle du 14 au 21 avril 2012
«excursions – peinture» sont prévues dans la semaine, une dans l'Atlas, l'autre à Essaouira ( prix des excursions non inclus dans...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com