Cours de musique pour scientifiques et littéraires







télécharger 0.93 Mb.
titreCours de musique pour scientifiques et littéraires
page2/60
date de publication19.02.2017
taille0.93 Mb.
typeCours
a.21-bal.com > documents > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   60

I.Présentation générale du cycle


Penser en quoi consistent trois pratiques singulières de la musique : écouter, lire, dire la musique

Ces trois pratiques ≠ faire de la musique, lequel « faire » désigne {écrire & jouer} de la musique…

Un tel « faire de la musique » {écrire-jouer} caractérise un rapport de musicien à la musique (si musicien, c’est, par définition, celui qui fait de la musique…).

{Écouter-lire-dire} la musique caractérisera alors un rapport non-musicien à la musique (non-musicien = non pas anti-musicien, ou a-musicien mais seulement une différence par rapport au « faire de la musique » qui caractérise le musicien).

Trois rapports à la musique


On distinguera trois types de rapports à la musique :

  • Le rapport de l’œuvre à la musique

  • Le rapport du musicien à la musique : écrire-jouer

  • Le rapport du non-musicien à la musique : écouter-lire-dire

Enjeu


L’enjeu : que le rapport du non-musicien à la musique soit pensé comme immanent à la musique et même, comme on le verra cette année pour l’écoute, comme immanent à l’œuvre elle-même (car l’œuvre aussi écoute la musique : ceci sera développé lors du 5° cours).

L’enjeu cette année est donc d’établir une vision du monde de la musique et de l’œuvre musicale telle que écouter la musique soit une pratique intégrée à l’œuvre et non pas thématisée comme « réception » de l’œuvre par un extérieur, extérieur non seulement à l’œuvre mais au monde de la musique lui-même.

Remarque contre la tripartition


Il ne s’agit pas là de « réception » de la musique, d’esthésique, pas plus qu’il ne s’agît, d’un autre côté de « poïétique » (la tripartition de Molino 1 est une problématique sociologisante et psychologisante : elle n’est pas d’intériorité aux enjeux musicaux, à la pensée musicale) : écouter la musique, ce n’est pas la recevoir car c’est justement effacer la frontière a priori entre le supposé sujet psychologique individuel et les sons qu’il « reçoit ». J’écoute la musique quand « mon moi » individuel se trouve effacé pour participer à une existence sensible déployée et rayonnante, non pas l’existence d’un collectif humain, de « masses » 2, mais l’existence musicale de l’œuvre, lequel est en tout point un régime spécial et autonome d’existence.

« On » écoute donc, plutôt que « moi, j’écoute » car il s’agit d’adhérer moins à une existence autre qu’à un autre type d’existence… Rien là qui ressemble à une réception.

De l’autre côté, du côté de l’engendrement, rien non plus qui soit une poïétique si l’on veut bien tenir, contre l’empiricité psychologique ou sociologique que c’est l’œuvre qui fait son géniteur plutôt que l’inverse.
La musique fait le musicien, l’œuvre fait l’écouteur…

Petit bouquet de citations pour faire résonner le vieil axiome « c’est la musique qui fait le musicien », non l’inverse :

  • Karl Marx : « c’est d’abord la musique qui éveille le sens musical de l’homme » 3.

  • Jean Barraqué : « les œuvres nous créent créateurs » 4.

  • Nietzsche 5 : « c’est l’œuvre de l’artiste […] 6 qui invente celui qui l’a créée, qui est censé l’avoir créée ».

Cet axiome consonne avec des variantes dans d’autres domaines de pensée :

  • Michelet : « L’histoire […] fait l’historien bien plus qu’elle n’est faite par lui » 7.

  • mais également Kierkegaard pour qui c’est la foi qui fait le fidèle, non l’inverse 8

Enfin ce qui se passe dans l’œuvre, ce qui se joue à l’œuvre n’est pas un « niveau neutre » : neutre de quoi ? Des individus ? Mais les individus ne sont, en cette affaire, que des déchets ; ils sont les éléments neutres d’opérations musicales qui ont leur consistance propre et qui convoquent des opérateurs temporaires qu’elles neutralisent.

Enjeu paradoxal


L’enjeu paradoxal de notre examen du triple rapport non-musicien à la musique — {écouter-lire-dire la musique} — est d’établir une conception de l’œuvre telle que l’œuvre incorpore son écouter et son lecteur — le point concernant le dire s’avérera plus complexe : on l’abordera en troisième année de ce cycle ; quant au « dire la musique », on soutiendra simplement qu’il n’est possible qu’à mesure de ce que l’œuvre pense la musique.

Il s’agira donc d’établir que écouter-lire-dire la musique en non-musicien a pour conditions de possibilité que l’œuvre musicale elle-même écoute, inscrive (inscrive à la lettre, ou littéralise) et pense la musique.

Ce triple rapport non-musicien à la musique se distingue, je le rappelle, du triple rapport musicien. Cf.

  • Écouter la musique n’est pas la jouer

  • Lire la musique n’est pas l’écrire

  • Dire la musique n’est pas l’enseigner (figure du savoir) 9

Enjeu actuel


Ceci a une actualité subjective singulière :

  • face aux théories désautonomisante, fonctionnarisante et désœuvrante de la musique : le nihilisme est aussi musicien (voir la perte de confiance musicienne dans le monde de la musique)…

  • face à une situation musicale marquée par une triple crise :

— de l’écoute musicale

— de l’écriture musicale

— de l’intellectualité musicale.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   60

similaire:

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconRésumé Boèce est resté dans l’histoire pour avoir brillamment contribué...

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconCours de Francais et Anglais
«a summer in Britanny», ed. Du Layeur (Anglais vers Francais); Rapports pour le Ministère des Affaires Etrangères, Paris (Francais...

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconManuel : Empreintes littéraires, Bordas
«Le loup et l’agneau», «le chêne le roseau», «la cigale et la fourmi», «le corbeau et le renard», «le pouvoir des fables»… (Etude...

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconI. Ontologie de la musique
«chant», pour désigner et répertorier certaines catégories de chants, mais le mot «musique» n’existe pas, pas plus que ceux de mélodie...

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconI la musique russe fin xixe et xxe siècle
«ennemi du peuple». On lui retira ses cours au Conservatoire, on obligea ses confrères à le dénigrer et ses partitions furent interdites....

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconLa Musique pour piano de Debussy

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconRecherches scientifiques

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconLe cours abordera les points suivants
«combustion avancée» fait suite à ce cours «combustion»; son objectif est d’approfondir certains sujets pour apporter des connaissances...

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconMusique et Sciences de la Musique

Cours de musique pour scientifiques et littéraires iconMimaki et la Fête du Graphisme : quand les arts graphiques et la...
«Célébrer la Terre», sous des aspects très divers : sociaux, humains, géographiques, climatiques, écologiques, sociologiques, scientifiques,...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com