DÉfinitions minimales







télécharger 0.57 Mb.
titreDÉfinitions minimales
page6/17
date de publication20.02.2017
taille0.57 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

LA FORMATION DES COMPÉTENCES DE RÉCEPTION DU MESSAGE ORAL ET D’EXPRESSION ORALE




La formation d’une audition et celle d’une phonation correctes sont des volets indissociables du processus d’apprentissage d’une langue étrangère. Rappelons-nous comment se fait l’acquisition de la langue maternelle! Nous savons très bien que les enfants acquièrent presque simultanément les habitudes auditives et articulatoires en imitant les locuteurs au milieu desquels ils se trouvent. Comme les enfants sont inconscients de l’existence d’un comportement d’écoute et des mécanismes nécessaires pour communiquer par la parole, les parents ont intérêt à les faire toujours entourer afin qu’ils aient des modèles linguistiques à leur portée. Nous nous rappelons la légende de Frédéric de Prusse et des enfants élevés en l’absence de tout contact verbal et son issue tragique.

L’apprentissage d’une langue étrangère est un processus au cours duquel l’apprenant passe d’un comportement phonologique inné à un comportement phonologique éduqué.

L’enseignant peut se poser une question tout à fait légitime: Quelle place accorder à l’enseignement de la prononciation en classe de FLE en ces temps où la mode est à l’acquisition des formes linguistiques en situation de communication? Cela d’autant plus qu’on ne peut comprendre et produire des sens en FLE sans comprendre et produire des sons corrects.(Je veux, Je vais, Je vois; Je fais, J’ai fait; Il doit, Ils doivent; minuit, minute; poisson, poison; bureau, bourreau; an, âne; sans, sens; dans, danse; pur, pour; attendre, atteindre)

La tâche de l’enseignant est de rendre les apprenants conscients des différences phonétiques qui existent entre la langue maternelle et la langue cible. Cela se réalise à force d’exercices et d’applications variés qui les aident à se former de nouveaux réflexes articulatoires. L’enseignement/apprentissage de la phonation est un exercice de très longue durée et suppose une étude méthodique, systématique, progressive. Le souci permanent de l’enseignant est d’améliorer la prononciation de ses apprenants, en corrigeant une faute quelconque, une distorsion phonétique sans pour autant interrompre l’exposé de l’élève et sollicitant dans les classes plus avancées aux apprenants eux-mêmes de jouer le rôle de correcteurs.

Eu égard à la primauté de l’aspect oral dans l’enseignement de la langue et à l’importance de l’audition afin d’assurer une phonation correcte, il s’impose des soins particuliers en vue de l’éducation de la perception auditive. La bonne perception auditive assure la discrimination des sons, ce qui n’élimine pas mais diminue le risque de fautes interférentielles. L’âge scolaire joue son rôle bien sûr car plus on apprend tard plus les fautes interférentielles sont nombreuses.

Par ailleurs, on pourrait s’attendre à ce que le passage du système phonétique de la langue maternelle au nouveau système phonétique se fasse facilement mais les différences qui existent entre les bandes de fréquences utilisées par les deux langues auxquelles s’ajoutent les oppositions phonémiques caractéristiques de la langue étrangère étudiée rendent cette opération difficile. Comme les sons [y], [∂], [ø] n’existent pas en roumain, les confusions entre vu / vous; de / des / deux sont fréquentes.

À ces aspects s’ajoutent ceux ayant trait à l’ordre prosodique et articulatoire, aux éléments paraverbaux tels la mélodie de la phrase, le rythme et l’intonation qui sont à même de modifier la physionomie du mot. De toute façon, l’enseignant se doit d’éviter la séparation de l’étude des sons de l’étude du vocabulaire et de la grammaire en raison du rapport étroit qui existe entre la maîtrise du système phonétique du français et celle des autres compartiments de la langue.

PHONÉTIQUE EN CLASSE DE DÉBUTANTS

Dès les premières heures de classe, l’enseignant doit se proposer de créer chez l’apprenant l’habitude d’écouter et d’identifier les nouveaux sons dans le but de former ensuite des habitudes de phonation. Voilà les étapes à parcourir dans le processus d’acquisition des sons nouveaux, telles qu’elles ont été établies par les méthodologues. Une pièce en quatre actes:

  • présentation linguistique, acoustique, physiologique

  • identification (compréhension auditive)

  • production (émission vocale et correction)

  • fixation (répétition, utilisation).

Les spécialistes recommandent que le son soit toujours présenté en opposition avec un autre. Apprendre à écouter en français, c’est tout d’abord apprendre à distinguer les oppositions phonémiques, les paires minimales du type: le / les; de / des, du / de; su / sous, utiles comme une gymnastique articulatoire depuis les classes de débutants jusqu’aux avancés. Mais ne jamais mettre en opposition des phonèmes isolés. Pour la simple raison que pendant l’énonciation il arrive qu’un son modifie l’autre, sinon le timbre du moins la durée. Suivons le déroulement du film d’une heure de cours! Les élèves écoutent la prononciation d’un énoncé dans lequel on introduit le nouveau son; l’enseignant répète la phrase (le modèle), puis le mot qui contient le son nouveau. Après la perception auditive et l’identification du son, c’est le tour de l’apprenant de répéter la pharse, puis le mot. L’opération se fait d’abord collectivement, ensuite individuellement. Quelques explications simples seraient utiles pour la compréhension du mécanisme de phonation afin de permettre la production par les élèves des sons inconnus. Un seul son nouveau sera présenté à la fois, puis fixé par des exercices jusqu’à son assimilation complète. Il convient de faciliter la tâche de l’apprenant en créant un contexte facile, optimal et en le rendant naturel par le recours à un support visuel (gravure, dessin, tableau de feutre, etc.). La fixation (répétition, substitution) se fait elle aussi par des exercices d’abord collectifs ensuite individuels. Pourquoi faut-il les alterner? Pour la raison que les premiers encouragent les timides et entraînent tous les élèves à l’expression orale, mais par ailleurs, ils rendent imperceptibles les erreurs individuelles, favorisent l’installation d’un rythme artificiel puisque la vitesse collective peut ne pas être celle du rythme respiratoire de certains apprenants.

La tâche de l’enseignant de FLE est de mettre en œuvre une pédagogie corrective en élaborant des séries d’exercices de phonétique contrastive, des jeux phonétiques, des comptines, des proverbes.

Voilà quelques virelangues (formulettes difficiles à prononcer) recueillies par Bruno De La Salle et destinées à exercer aussi bien l’oreille que la langue:

Combien sont ces six saucissons-ci?

Ces six saucissons-ci sont six sous

Si ces six saucissons-ci sont six sous, ces six saucissons-ci ne sont pas chers du tout!

*

Natacha n’attacha pas son chat Pacha qui s’échappa. Cela fâcha Sacha qui chassa Natacha.

Natacha fut chassée par son Sacha fâché n’ayant pas attaché Pacha son chat qui a pu s’échapper.

*

Si mon Tonton tond ton Tonton, ton Tonton sera tondu.

Si ton Tonton tond mon Tonton, mon Tonton sera tondu.

Mais si Tintin teint ton Tonton, ton Tonton sera teint.

Et si Tinton teint mon Tonton, mon Tonton sera teint.

Alors dans ce cas-là, nos Tontons seront tondus et teints.

*

La cavale du valet avala l’eau du lac. L’eau du lac lava la cavale du valet. Le valet se lava dans l’eau salie du lac après que sa cavale se fut lavé.
LANGUE MATERNELLE / LANGUE SECONDE

Les didacticiens distinguent trois catégories de sons:

  • identiques (connus) aux deux langues (LB ou 1 et LC ou 2)

  • différents

  • voisins (ressemblants).

Dans la pratique scolaire, l’enseignant procédera d’une manière cartésienne: il commencera par les sons identiques aux deux langues (les consonnes et certaines voyelles pour les apprenants roumains). On continue par les sons différents et on finit par les sons voisins, sujets à des interférences. Les sons les plus difficiles à prononcer pour l’apprenant roumain sont [y] et [ø] qu’il est tenté de prononcer [iu] et [io] dans mur, sur, feu, peux surtout si l’apprentissage du français succède à celui de l’anglais.

L’étude comparative du système phonétique des deux langues aidera l’apprenant à en saisir les ressemblances et les différences, l’originalité de la nouvelle prononciation par rapport aux connaissances antérieures. Les spécialistes ont constaté que la prononciation des chiffres et des nombres de 1 à 30, les opérations d’addition et de soustraction avec ceux-ci permettent l’exercice de phonation de presque toutes les voyelles et consonnes. À ces exercices on peut ajouter la récitation de petites poésies, d’énoncés expressifs du type: Chic alors! Ah, chouette alors!; de comptines (Si c’est moi / C’est pas toi / Ce sera toi / La prochaine fois) exercée avec régularité dès les premières classes de français.

Quelques conclusions s’imposent là-dessus:

  • comme l’acquisition du français est un processus, l’intérêt de l’enseignant pour la bonne phonation doit être constant;

  • étant donné que la bonne prononciation est le résultat du fonctionnement correct de l’appareil phonatoire et non de l’aptitude intellectuelle, il s’agit d’une rééducation musculaire des maxilaires exigeant un entraînement régulier.

D’où la nécessité d’entraîner les élèves à prendre la parole le plus souvent en classe, soit en leur faisant répéter les modèles fournis par l’enseignant ou enregistrés (CD, cassette audio), soit en les faisant lire à haute voix afin de créer chez les apprenants le plaisir de l’articulation en langue française. Cela leur donnera envie d’écouter des chansons, de suivre des dessins animés, d’exercer la langue seconde en dehors de l’école.

L’emploi des documents sonores authentiques est un moyen très efficace dans l’activité de formation des compétences de réception du message oral. Le succès est garanti si l’on a recours à la chanson, un outil didactique agréable et complexe. Aussi l’approche globale d’une chanson connaît-elle plusieurs démarches possibles: 1.écouter la chanson sans texte, 2.faire connaisance avec le texte avant l’écoute de la chanson.

On peut faire écouter la pièce musicale choisie par l’enseignant ou à la suggestion des apprenants afin de les familiariser avec le rythme et éveiller leur intérêt pour le message du texte. Mais il vaut mieux, dans un deuxième temps, donner aux apprenants l’occasion de s’habituer à une écoute active et intelligente. À cet effet, on distribue aux groupes, formés de deux ou trois élèves, des grilles d’écoute contenant des questions portant sur la situation: Où?, Qui?, Quand?, Quoi? Après une première écoute, les apprenants répondent aux questions en les illustrant par des mots tirés de la chanson. Le rapporteur de chaque groupe fait connaître les résultats du travail de son groupe lesquels sont confirmés ou non par les autres. Ils peuvent écrire au tableau d’autres mots qu’ils ont retenus. Une autre grille portera sur l’impression dominante (qui correspond en quelque sorte à la tonalité du texte littéraire: la tendresse, la mélancolie, le désespoir, la joie, l’ironie, la violence, la vitalité, la critique, etc.) et les sentiments exprimés. Une autre grille incitera à s’interroger sur les thèmes traités: l’amour, l’enfance, l’immigration, l’aventure, la vieillesse, la guerre, la solitude, le plaisir de chanter, l’hypocrisie
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   17

similaire:

DÉfinitions minimales iconI. Les définitions du marketing 32

DÉfinitions minimales iconProblématique : des définitions extraites de différentes sources

DÉfinitions minimales iconBibliographie & sitographie 73
«les jeux-vidéo sont-ils un sport ?». Bien sûr IL est très compliqué de donner une réponse directe là-dessus sans aller chercher...

DÉfinitions minimales iconCours 4 : la compréhension des œuvres Introduction : concepts généraux et définitions
«prothèses», qui sont des extériorisations de certaines capacités d’expression ou de fabrication. Notre moyen d’expression est aussi...

DÉfinitions minimales iconQuelques définitions technique
«ars», désignait «l'habileté acquise par l'étude ou la pratique». Le mot peut donc s'appliquer à toutes les activités humaines qui...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com