Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille







télécharger 214.85 Kb.
titreSéquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille
page4/7
date de publication19.10.2016
taille214.85 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5   6   7

Document complémentaire : la fin du roman, Chapitre XIV

Au moment où le caissier se retirait, navré de l'indifférence du patron, Bourdoncle arriva, en criant gaiement :

- Hein ! nous le tenons, cette fois !... Il est décroché, le million !

Mais il remarqua la préoccupation fébrile de Mouret, il comprit et se calma. Une joie avait allumé son regard. Après un court silence, il reprit :

- Vous vous êtes décidé, n'est-ce pas ? Mon Dieu ! je vous approuve.

Brusquement, Mouret s'était planté devant lui, et de sa voix terrible des jours de crise :

- Dites donc, mon brave, vous êtes trop gai... N'est-ce pas ? vous me croyez fini, et les dents vous poussent. Méfiez-vous, on ne me mange pas, moi !

Décontenancé par la rude attaque de ce diable d'homme qui devinait tout, Bourdoncle balbutia :

- Quoi donc ? vous plaisantez ? moi qui ai tant d'admiration pour vous !

- Ne mentez pas ! reprit Mouret plus violemment. Écoutez, nous étions stupides, avec cette superstition que le mariage devait nous couler. Est-ce qu'il n'est pas la santé nécessaire, la force et l'ordre mêmes de la vie !... Eh bien ! oui, mon cher, je l'épouse, et je vous flanque tous à la porte, si vous bougez. Parfaitement ! vous passerez comme un autre à la caisse, Bourdoncle !

D'un geste, il le congédiait. Bourdoncle se sentit condamné, balayé dans cette victoire de la femme. Il s'en alla. Denise entrait justement, et il s'inclina dans un salut profond, la tête perdue.

- Enfin ! c'est vous ! dit Mouret, doucement.

Denise était pâle d'émotion. Elle venait d'éprouver un dernier chagrin, Deloche lui avait appris son renvoi ; et, comme elle essayait de le retenir, en offrant de parler en sa faveur, il s'était obstiné dans sa malchance, il voulait disparaître : à quoi bon rester ? pourquoi aurait-il gêné les gens heureux ?

Denise lui avait dit un adieu fraternel, gagnée par les larmes.

Elle-même n'aspirait-elle pas à l'oubli ? Tout allait finir, elle ne demandait plus à ses forces épuisées que le courage de la séparation. Dans quelques minutes, si elle était assez vaillante pour s'écraser le cœur, elle pourrait s'en aller seule, pleurer au loin.

- Monsieur, vous avez désiré me voir, dit-elle de son air calme. Du reste, je serais venue vous remercier de toutes vos bontés.

En entrant, elle avait aperçu le million sur le bureau, et l'étalage de cet argent la blessait. Au-dessus d'elle, comme s'il eût regardé la scène, le portrait de Mme Hédouin, dans son cadre d'or, gardait l'éternel sourire de ses lèvres peintes.

- Vous êtes toujours résolue à nous quitter ? demanda Mouret, dont la voix tremblait.

- Oui, monsieur, il le faut.

Alors, il lui prit les mains, il dit dans une explosion de tendresse, après la longue froideur qu'il s'était imposée :

- Et si je vous épousais, Denise, partiriez-vous ?

Mais elle avait retiré ses mains, elle se débattait comme sous le coup d'une grande douleur.

- Oh ! monsieur Mouret, je vous en prie, taisez-vous ! Oh ! ne me faites pas plus de peine encore !... Je ne peux pas ! je ne peux pas !... Dieu est témoin que je m'en allais pour éviter un malheur pareil !

Elle continuait de se défendre par des paroles entrecoupées. N'avait-elle pas trop souffert déjà des commérages de la maison ? Voulait-il donc qu'elle passât aux yeux des autres et à ses propres yeux pour une gueuse ? Non, non, elle aurait de la force, elle l'empêcherait bien de faire une telle sottise. Lui, torturé, l'écoutait, répétait avec passion :

- Je veux... je veux...

- Non, c'est impossible... Et mes frères ? j'ai juré de ne point me marier, je ne puis vous apporter deux enfants, n'est-ce pas ?

- Ils seront aussi mes frères... Dites oui, Denise.

- Non, non, oh ! laissez-moi, vous me torturez ! Peu à peu, il défaillait, ce dernier obstacle le rendait fou.

Eh quoi ! même à ce prix, elle se refusait encore ! Au loin, il entendait la clameur de ses trois mille employés, remuant à pleins bras sa royale fortune. Et ce million imbécile qui était là ! il en souffrait comme d'une ironie, il l'aurait poussé à la rue.

- Partez donc ! cria-t-il dans un flot de larmes. Allez retrouver celui que vous aimez... C'est la raison, n'est-ce pas ? Vous m'aviez prévenu, je devrais le savoir et ne pas vous tourmenter davantage.

Elle était restée saisie, devant la violence de ce désespoir.

Son cœur éclatait. Alors, avec une impétuosité d'enfant, elle se jeta à son cou, sanglota elle aussi, en bégayant :

  • Oh ! monsieur Mouret, c'est vous que j'aime !

Une dernière rumeur monta du Bonheur des Dames, l'acclamation lointaine d'une foule. Le portrait de Mme Hédouin souriait toujours, de ses lèvres peintes, Mouret était tombé assis sur le bureau, dans le million, qu'il ne voyait plus. Il ne lâchait pas Denise, il la serrait éperdument sur sa poitrine, en lui disant qu'elle pouvait partir maintenant, qu'elle passerait un mois à Valognes, ce qui fermerait la bouche du monde, et qu'il irait ensuite l'y chercher lui-même, pour l'en ramener à son bras, toute-puissante.

Séance 6. Lecture analytique de la première apparition d’Octave Mouret, chapitre II

Support : le texte, déjà lu au cours précédent

Durée : 2 h : 30h de préparation et 30 minutes d’exposé et 1h de reprise et correction.

Objectif : réinvestir la connaissance du texte pour une analyse plus approfondie. Préparer l’épreuve orale.
Activité : préparation à l’épreuve orale

Demander aux élèves de se mettre dans la perspective d’un exposé oral et leur proposer une problématique qu’ils doivent prendre en compte pour construire leur analyse du texte déjà travaillé au cours précédent.

Problématique : comment Zola procède-t-il pour présenter le personnage d’Octave Mouret ?
Les élèves travaillent individuellement pendant 30 minutes. Proposer ensuite à un élève de passer à l’oral devant la classe, qui prend en note son analyse.
Par la suite le professeur effectue une reprise de la prestation, soulignant les points positifs et s’il y a lieu, les progrès à faire.
Enfin, une correction sera proposée, de façon rapide, sauf si certains points méritent une attention plus particulière :
Introduction

Au Bonheur des dames raconte, à travers le parcours d’une jeune fille pauvre, Denise Baudu, l’émergence des grands magasins et la disparition des boutiques traditionnelles.

Alors qu’elle vient d’arriver à Paris, Denise recherche un travail et décide d’aller se présenter Au Bonheur des dames. Alors qu’elle attend l’ouverture du magasin, nous découvrons enfin celui qui est l’origine de la réussite de ce grand magasin, Octave Mouret dont la réussite a été racontée dans un roman précédent, Pot-bouille.

Problématique : comment Zola procède-t-il pour présenter le personnage d’Octave Mouret ?


  1. Portrait physique et moral de Mouret




  1. Les différents points de vue sur le personnage

  • La focalisation interne d’abord : on découvre Mouret, sans savoir que c’est lui, par le regard de Denise qui attend devant la porte du magasin : « lorsque la vue d'un jeune homme, qui arrivait rapidement par la rue Port-Mahon, l'arrêta une minute encore ». Cela permet de mettre en évidence le respect que les gens lui montre et son aspect séduisant, puisque son observation la retient alors qu’elle veut partir.

  • La focalisation zéro dans le deuxième paragraphe et jusqu’à la fin permet de prendre plus de recul par rapport au personnage et de compléter les informations sur celui-ci. « C'était mieux qu'un chef de rayon, c'était Octave Mouret en personne. »  Le présentatif permet de mettre en valeur le personnage, dont l’arrivée tardive dans le roman a été préparée lors du chapitre précédent par la conversation pendant le repas chez les Baudu. On peut noter l’humour du narrateur par rapport à la naïveté de Denise qui le prend pour un « chef de rayon », poste déjà important pour elle.




  1. Portrait physique

  • Portrait flatteur : jeunesse « jeune homme », beauté : « grand, peau blanche, barbe soignée » = homme élégant et qui prend soin de sa personne

  • Détail particulier : « yeux couleur de vieil or, d’une douceur de velours » : yeux, comme miroir de l’âme, donc un détail particulièrement humain. Mais surtout, la métaphore du vieil or et du velours signalent que Mouret et son magasin s’accordent.

  • Par la suite, on apprend qu’il a « l’œil vif » et « la peau fraiche » « comme s’il avait passé dix heures au lit » alors qu’il n’a pas dormi de la nuit et qu’il arrive d’une fête. Son aspect est donc celui d’un homme plein de ressources et infatigable, à l’image de son magasin

= Physique flatteur et énergique


  1. Portrait moral

  • Mouret est un homme heureux : « sourire d’homme heureux ». Il s’adresse d’ailleurs à Bourdoncle en l’incitant à sortir : « amusez-vous, ça vous fouettera les idées » = personnage positif, lumineux, non un commerçant cupide et malhonnête. Zola a voulu incarner une réussite honnête et franche.

  • Un jouisseur : on le voit arriver directement d’une soirée, où il a rencontré deux femmes « ramassées dans les coulisses d’un petit théâtre », ce qui a même menacé de lui causer des problèmes dans sa jeunesse : « des histoires de femmes inquiétantes ». Il semble n’être attaché à personne, si ce n’est sa femme décédée, et encore, on ne le sent pas vraiment désespéré par cette mort.




  1. Un homme d’affaire talentueux




  1. Le sens du commerce

  • « coup de génie », « audace », « grâce victorieuse » : homme de la réussite, qui parvient à réaliser tout ce qu’il entreprend.

  • Il innove : « avait conseillé à ses commis de mettre leur argent dans la maison » : l’intéressement de ses vendeurs à son magasin contribue à les motiver et à augmenter ses ventes.

  • gestion rigoureuse : « roi absolu », « conseil des ministres » : ces métaphores politiques signalent bien qu’il jouit d’une une autorité incontestée et qu’il aborde son travail avec sérieux..




  1. Mouret et les femmes

  • C’est la source de sa réussite : Mme Hédouin, qui reste avec lui par la présence symbolique de son portrait : « souvenir attendri ». Mouret est un homme qui réussit grâce aux femmes à l’origine (cf. Pot Bouille qui raconte son arrivée à Paris, ses différentes conquêtes féminines et son mariage avec Mme Hédouin qui a besoin d’un homme pour développer son magasin).

  • L’attraction de Denise permet de marquer l’empire qu’il exerce sur elle dans le roman : « toute retournée par ce regard », « émotion singulière » « malaise » : Mouret lui fait de l’effet.




  1. Bourdoncle : le faire-valoir de Mouret

  • L’onomastie est déjà très révélatrice : Mouret = amour / Bourdoncle = bourdon, oncle… L’un a en effet un aspect revêche et déteste les femmes, tandis que le beau Mouret suscite l’amour et le désir dès qu’il apparaît. Deux personnages en complète opposition, le second permettant de révéler la séduction, la légèreté de Mouret.

  • Zola insiste sur le fait que le commerce n’est pas qu’une question d’intelligence : Bourdoncle est décrit comme « très intelligent », « très actif », mais pourtant, lui-même reconnaît la valeur de Mouret dans le commerce qui lu fait supplanter tous les autres.

  • Zola propose une explication à la victoire de Mouret, c’est son amour des femmes, tandis que Bourdoncle les déteste et les méprise.

  • En même temps, la valeur de Mouret est de savoir s’entourer des meilleurs : Bourdoncle est un homme sage et travailleur.



Conclusion : ce passage où Denise croise pour la première fois le patron du grand magasin est déterminant pour la suite du roman. Cela permet en effet de comprendre la réussite de Mouret, homme d’affaire talentueux et honnête, bien différent du personnage de Saccard présenté dans L’Argent.


Séance 7 : Lecture analytique de la grande vente des nouveautés d’été

Support : le texte du chapitre IX. De « Oh conclut Vallagnosc… » jusqu’à « Grands bazars » (texte ci-dessous)

Durée : 2h

Objectifs : comprendre l’intérêt narratif du passage : Zola explique la réussite des grands magasins, leurs techniques commerciales, tout en faisant preuve d’un grand lyrisme. Préparer l’épreuve orale.
Activité 1 : lire le passage en classe et demander aux élèves quelles impressions ils en retirent. Noter leurs remarques, puis leur demander de formuler une problématique. Proposition de problématique : dans quelle mesure Zola montre-t-il dans ce passage la puissance de cette nouvelle forme de magasin ?

Il faudra ensuite leur proposer d’ébaucher un plan d’analyse à partir de deux idées principales, qu’ils doivent trouver : l’acmé de la vente et un lieu infernal. Quand ces deux idées sont perçues, leur demander de travailler à l’écrit au choix sur l’une ou l’autre idée.
Une fois le temps de travail personnel terminé, proposer à des élèves de lire leur partie, puis corriger.
Introduction :

Zola s’est intéressé aux mutations de son époque, et dans Au bonheur des dames, il a entrepris de faire « le poème de l’activité moderne », et de se concentrer sur les nouveaux grands magasins qui viennent détrôner les anciennes boutiques.

Dans le chapitre IX, Zola nous présente la grande vente qui suit les travaux magistraux réalisés grâce au baron Hartmann et qui permettent à Mouret de posséder le pâté de maison et de réaménager l’espace intérieur. C’est entre 4h et 5h que la vente bat son plein, et que les inventions de Mouret finissent par séduire complètement les clientes.

Dans quelle mesure Zola montre-t-il dans ce passage la puissance de cette nouvelle forme de magasin ? Nous verrons tout d’abord que notre passage se situe à l’acmé de la vente, puis que Zola montre le magasin comme un lieu infernal.
I. L’acmé de la vente
A. Une réussite commerciale

  • Fréquentation accrue : l’utilisation des pluriel : « les femmes », « elles », « toutes », mais aussi de terme généralisant et insistant sur le monde : « la cohue », « la foule ».

  • Moments ultimes de la vente : c’est la fin de l’après-midi, et l’on suit dans cet extrait l’heure de « quatre heures » à « cinq heures ». Zola explique que c’est le moment où les vendeurs peuvent faire pression sur les clientes : « arrachaient des victoires à la fièvre dernière des clientes ».

  • Réussite de la réclame, qui permet de rentabiliser l’investissement financier qu’il représente : « les 60000 francs d’annonces payés aux journaux ». Zola rappelle aussi les différents dispositifs mis en place par Mouret pour attirer les clientes, et qui diminuent leur résistance face aux dépenses : « elles restaient secouées encore de toutes les inventions de Mouret, la baisse des prix, les rendus, les galanteries sans cesse renaissantes ».




  1. La métamorphose des êtres

  • Les clientes toutes-puissantes : Zola les décrit par le biais d’une métaphore filée qui les associe à un peuple conquérant qui aurait envahi le magasin : « les femmes régnaient », « souveraines ». Il utilise ainsi des termes qui évoquent les combats : « horde envahissante », « pays conquis », « campaient », « pris d’assaut », « tyrannie ». En cela, on retrouve bien l’idée affirmée à plusieurs reprises par Mouret, que les femmes sont chez elles au bonheur des dames.

  • Les vendeurs déshumanisés : ceux qui sont les véritables victimes de cette tyrannie des clientes, ce sont les commis qui doivent subir tous leurs désirs, et se voient ainsi réifiés : « assourdis, brisés, n’étaient plus que leurs choses ».

  • Des femmes dépossédées d’elles-mêmes : elles dépensent beaucoup d’argent, mais le plus étonnant est leur métamorphose : « les minces tenaient de la place », « sans politesse », etc. Dans l’ivresse de la dépense, les femmes finissent par être dépossédées d’elles-mêmes, et perdre leurs usages et leur éducation.

= un lieu presque inquiétant, où les bas instincts ont leur place.

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconSéquence élaborée par Mme Cécile Flory pour ses élèves de seconde...
«comédie-ballet» : demander aux élèves s'ils connaissent ce genre, et, dans le cas d'une réponse négative, s'ils peuvent imaginer...

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconCette séquence sur l’objet d’étude «Poésie» a été réalisée par Evelyne...
...

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconCette séquence a été réalisée par M. Carlos guerreiro, Certifié de...
«type» ou la visée symbolique du passage entrent en tension avec la représentation de la stricte réalité

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconVente du 9 octobre : 1ère partie, matinée : cartes postales diverses
«amour et bicyclette», le bataillon cycliste, 1 carte photo, Marseille Vélodrome le 3 Avril 1905, 3 illustrées par Plunkett, 1 pub...

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconDijon hotel des ventes victor hugo

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconActualité de Victor Hugo : Réflexions sur le succès du bicentenaire de 2002

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconFormation
«Téléologie et déontologie, de Kant à Lévinas» sous la direction de Mme le Professeur M. Revault d’Allonnes

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconCours de droit economique professeur moussa samb agrege des facultes...
«législation communautaire sur la concurrence» composée de Règlements et de Directives

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconL’atelier gromaire à Paris. Nommé Professeur aux Beaux-arts de Marseille. IL a acquis une

Séquence élaborée par Mme Cécile flory, professeur agrégé, pour ses élèves de 1ère es du lycée Victor Hugo à Marseille iconLe spectacle du quotidien
«le spectacle du quotidien». Les élèves de 1ES2 et de tes2 du lycée du Bugey de Belley ont réalisé un compte rendu d’une œuvre étudiée...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com