The peninsula paris – faits marquants







télécharger 84.13 Kb.
titreThe peninsula paris – faits marquants
date de publication19.10.2016
taille84.13 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos




24 juin 2014

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS
Les 10 points clés

  • Le compositeur George Gershwin écrivit « Un Américain à Paris » en 1928. En mai 1922, cinq des principaux artistes du XXe siècle étaient réunis pour dîner: James Joyce, Marcel Proust, Pablo Picasso, Serge de Diaghilev et le compositeur Igor Stravinsky.

  • En 1973, les Accords de paix de Paris mettant un terme à la Guerre du Vietnam furent négociés dans l’ancien hôtel du 19, avenue Kléber.




  • La rénovation de l’établissement a duré 4 ans, impliquant la pose de 40 000 feuilles d’or, la restauration de 1000 pièces de bois, la pose de 100 000 ardoises dont une partie taillée à la main en « écaille de poisson », et la présence de 20 tailleurs de pierre dédiés à la rénovation de la façade.




  • La rénovation des deux fresques du Salon Kléber aura pris 10 mois, restaurées par Cinzia Pasquali, qui a travaillé au Louvre et au Château de Versailles.

  • Les bronzes et ferronneries d’art de l’escalier ont été créés par Schwartz & Meurer, l’entreprise qui a construit la Tour Eiffel. Les garde-corps sur les terrasses du toit ont été réalisés par la fonderie GHM, en charge des entrées de métro de style Art Nouveau.




  • La flotte de véhicules de l’hôtel The Peninsula Paris compte une Rolls-Royce Phantom II datant de 1934, d’une Rolls-Royce Phantom, de deux MINI Clubman ainsi qu’une flotte de 10 limousines BMW Série 7, et d’un parking privé de 57 places.




  • Le lustre Lasvit à l’entrée du Lobby se compose de 800 feuilles de cristal soufflées à la main.




  • Les chambres sont équipées de tablettes numériques interactives, disponibles en 11 langues, offrant une personnalisation intégrale des espaces. 2,5 kilomètres de câbles sont dissimulés derrière les murs de chaque chambre, soit 500 km pour tout l’hôtel.




  • Wifi, appels internationaux longue distance, vidéos à la demande et machines à café Nespresso sont gratuitement mis à la disposition des clients de l’établissement.




  • Les œuvres d’art du restaurant LiLi comptent la première image imprimée sur fibre optique, mais aussi une œuvre composée de 32 831 cristaux insérés au marteau dans une base en plexiglass, et des panneaux créés à partir de dictionnaires « français-chinois ».

Plus de faits intéressants…
THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 2

Un peu d’histoire…



  • Un début majestueux – L’établissement est installé dans le bâtiment qui abritait autrefois un grand hôtel, ouvert en 1908. Figurant parmi les hauts lieux de la capitale, cet établissement a accueilli pendant 40 ans les personnalités riches et célèbres, les nobles et les grands industriels, ainsi que les chefs de file du monde des arts, de la musique et de la littérature durant la Belle Epoque et les Années Folles, lorsque Paris se trouvait au zénith de sa créativité et de son romantisme.




  • Petit Versailles - Avant la construction du bâtiment inauguré en 1908, le comte Basilewski, un millionnaire russe, avait bâti sur ce site son « petit Versailles ».

Exilée d’Espagne, la reine Isabelle II avait occupé le château entre 1868 et 1906.


  • En avance sur son temps – Edifice typiquement parisien de la fin du XIXe siècle, l’hôtel d’autrefois a constitué l’un des bâtiments les plus innovants de son époque. Il était l’un des premiers à utiliser le béton armé, avec des poutres Hennebique (du nom de leur inventeur François Hennebique) permettant la création de vastes espaces publics sans aucun des supports ou colonnes qui étaient jusqu’ici nécessaires. Au cours de la restauration, la grandeur et l’envergure des espaces publics de l’hôtel ont été conservés et préservés. A la différence des autres hôtels de cette époque, qui subdivisaient les espaces en modifiant l’empreinte du bâtiment, The Peninsula Paris a été décrit comme l’un des hôtels les plus authentiques d’un point de vue architectural, comparable aux grands sites culturels de la capitale, et conservant l’esprit des lieux.




  • Luxe d’époque - L’hôtel historique de 1908 a été le premier établissement à proposer des salles de bain privées dans ses chambres et suites, avec 350 salles de bain pour 400 chambres. Aujourd’hui, l’hôtel compte seulement 200 chambres, toutes dotées naturellement de leur propre salle de bains!


THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 3


  • La Société des Nations – La Société des Nations, l’ancêtre des Nations Unies, a été fondée à Paris dans cet hôtel en 1919, alors qu’il était le siège de la délégation du Royaume-Uni à la Conférence de paix de Paris, qui devait conduire à la signature du Traité de Versailles.




  • La Première Guerre Mondiale - Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, plusieurs grands bâtiments parisiens (dont celui de l’hôtel The Peninsula Paris) furent réquisitionnés pour abriter des hôpitaux temporaires destinés aux soldats de retour du front. La réquisition ne dura pas plus de cinq mois, mais l’occupation en tant que refugié pour blessés fit son œuvre et l’hôtel subit de lourds dommages. De fait, ce n’est qu’en 1916 qu’il ré-ouvrit ses portes aux clients.




  • Un Américain à Paris – Le compositeur George Gershwin a séjourné à l’hôtel pendant quatre semaines au printemps 1928 dans le cadre d’une grande tournée en Europe, qui devait le mener à Londres, Paris, Vienne et Budapest. La partition orchestrale d’Un Américain à Paris porte la mention « Commencé au début 1928 ». Lors de son séjour à l’hôtel, il a réalisé une grande partie de la composition de cette œuvre, dont la première devait avoir lieu à Carnegie Hall, à New York, le 13 décembre 1928.




  • Le plus extraordinaire des dîners – Le 18 mai 1922, cinq des principaux artistes du XXe siècle étaient réunis pour un dîner à l’hôtel à l’invitation de Sydney et Viola Schiff, à l’occasion de la création du ballet de Diaghilev « Le Renard ». Cette rencontre a permis de réunir dans la même pièce pour la seule fois de l’histoire les écrivains James Joyce et Marcel Proust, le peintre Pablo Picasso, le chorégraphe Serge de Diaghilev et le compositeur Igor Stravinsky. Ces différents représentants de la modernité au XXe siècle se trouvaient alors au somment de leur art. Le menu proposait des plats inspirés des romans de Proust. Il s’agit de l’une de ses dernières (si ce n’est la dernière) apparitions en public, avant sa mort intervenue en novembre de cette même année.




  • Confessions d’un publicitaire – Le magnat de la publicité David Ogilvy (1911–1999) arriva à Paris en 1931, après avoir été expulsé de l’université d’Oxford. Il accepta alors un


THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS – 4
emploi de sous-chef apprenti dans les cuisines de l’hôtel historique. Au cours de cette année, le Chef Pitard devait lui laisser une impression durable et contribuer à donner naissance à ses principes de management. Lors d’un entretien en 1972, il évoquait la ferveur exceptionnelle qui régnait dans les cuisines du Chef Pitard : « J’ai vu mon ancien patron dans les cuisines de l’hôtel renvoyer l’un de ses cuisiniers parce que le pauvre diable ne parvenait pas à faire gonfler ses brioches bien droit. J’ai été choqué par son caractère impitoyable, mais il donnait à tous les membres de sa brigade le sentiment qu’ils travaillaient dans la meilleure cuisine du monde. Leur enthousiasme aurait fait la fierté des Marines américains ».


  • L’UNESCO - En 1936, l’hôtel fut vendu au gouvernement français et devint le siège de l’UNESCO entre 1946 et 1958. L’hôtel n’ayant pas été conçu pour accueillir des bureaux, des aménagements farfelus furent réalisés, les secrétaires partageant les grands salles et stockant leurs dossiers dans des penderies, les administratifs de rang moyen se voyant décerner les salles de bain désaffectées, où les baignoires constituaient le seul espace disponible pour conserver les documents.



  • Des liens internationaux – A la suite de l’occupation de Paris pendant la Seconde Guerre mondiale, l’hôtel a abrité le siège de l’UNESCO en 1946, et, en 1958, il est devenu le Centre international de conférences du Ministère français des Affaires étrangères. Il a ainsi accueilli de grands événements jusqu’en 2009. La première réunion de la Conférence générale de l’UNESCO se tint ici en 1946.




  • Le temps de la paix - Exploité par le Ministère français des Affaires étrangères, ce centre a constitué le cadre de plusieurs accords historiques, y compris les Accords de paix de Paris de 1991 (mettant fin à la guerre Vietnam-Cambodge et la guerre civile des Khmers Rouges) ainsi que ceux de 1973 mettant un terme à la Guerre du Vietnam (1961-1973).




  • Accords de paix et négociations - Négociés par Henry Kissinger, les « Accords sur la fin de la guerre et le rétablissement de la paix au Vietnam » ont eu lieu le 27 janvier 1973, par les gouvernements de la République démocratique du Vietnam (Nord Vietnam),

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 5
la République du Vietnam (Sud Vietnam), les Etats-Unis et le Gouvernement révolutionnaire provisoire représentant les révolutionnaires sud-vietnamiens. Les accords ont été signés dans l’ancien hôtel. Plus près de nous, il a été le théâtre des négociations sur le Kosovo, la Côte d’Ivoire et une longue liste de conflits internationaux.
Au carrefour de deux avenues


  • L’avenue Kléber est l’une des douze avenues partant de l’Arc de Triomphe. Elle porte le nom de Jean-Baptiste Kléber, général français qui s’est illustré pendant les guerres de la Révolution française.




  • Elle apparaît dans le film hollywoodien « La Mémoire dans la peau » ainsi que dans la série populaire britannique « Dr. Who »




  • Perpendiculaire à l’avenue Kléber, l’avenue des Portugais marque l’entrée principale de l’hôtel. Avec ses 55 mètres de long et ses 26 mètres de large, elle est la seconde avenue la plus courte de la capitale. Autrefois appelée Avenue de Sofia, son nom fut modifié le 14 juillet 1918 en hommage aux 30 000 soldats portugais qui avaient combattu aux côtés des troupes alliées pendant la Première Guerre mondiale. Une plaque sur le mur de The Peninsula Paris rappelle cet évènement.




  • L’entrée principale de l’établissement est située sur cette avenue, qui offre un espace suffisant pour les voitures des clients et un accès au garage souterrain de l’établissement.



La Renaissance d’un palace parisien


  • La construction du bâtiment original prit deux ans (1906-1908). Quatre années furent néanmoins nécessaires pour réaménager l’établissement actuel (2010-2014).

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 6


  • Le projet de restauration a été mené en coopération étroite avec les trois principaux organismes en charge du patrimoine en France : les Architectes des bâtiments de France, les Monuments historiques et la Commission du Vieux Paris.




  • Au total, 3 000 ouvriers, de 40 nationalités différentes, ont travaillé sur ce bâtiment, sur près de 900 chantiers chaque jour.




  • Il s’agit d’un exploit d’ingénierie, étant donné que l’ensemble de la structure a dû être reconstruit sur un cadre en métal et les fondations étayées. L’acier utilisé pèse l’équivalent de cinq TGV et 30 000 tonnes de béton ont été coulées, ce qui représente trois fois le poids de la Tour Eiffel.




  • Trois nouveaux niveaux en sous-sol ont été creusés afin de créer le spa et la piscine, ainsi que le garage souterrain. Cela a nécessité l’extraction de 35 370 m3 de terre, soit l’équivalent de 12 piscines olympiques.




  • Trois types de pierre (pierre de Saint-Leu-la-Forêt, Chauvigny et Comblanchien) utilisés sur la façade proviennent de la même carrière que lors de la construction du bâtiment de 1906 à 1908. La restauration de la façade a nécessité l’intervention de 20 tailleurs de pierre chevronnés de Degaine, spécialisé dans la réhabilitation des monuments historiques, afin de redonner vie aux fleurs, nœuds et rubans finement sculptés de ses 10 000 m² de surface. Chaque cascade de fleurs a requis trois semaines de travail à un tailleur de pierre, la réalisation du moindre petit nœud nécessitant 12 heures.




  • Tout ce qui brille – 40 000 pièces de feuille d’or, mesurant chacune 8 cm² et couvrant une superficie de près de 200 m², ont été utilisées dans la restauration de l’hôtel The Peninsula Paris. Après avoir préparé le bois en 22 étapes, chaque feuille d’or a été appliquée à la main à l’aide de petits pinceaux par l’équipe de l’atelier Gohard, autre maison familiale fondée en 1962. Disposant de 15 doreurs à temps plein, Gohard est l’entreprise la plus importante pour ce type de travaux et le plus grand consommateur d’or en France. Parmi ses

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 7

interventions précédentes à Paris figurent la restauration du dôme des Invalides (550 000 feuilles d’or) et du Château de Versailles. Aux Etats-Unis, l’entreprise a travaillé notamment à la Corcoran Gallery of Art de Washington, au Getty Museum de Los Angeles, au City Hall de New York et à la flamme de la Statue de la Liberté.


  • Le Salon Adam, délicatement décoré dans le style étrusque bleu et or, a été recréé et peint à la main par les artistes de Gohard à partir de quatre photos du salon original, au terme de longs travaux de recherche qui, conjugués à leur savoir-faire, ont permis de garantir une réalisation conforme à l’original.




  • En travaillant avec des experts en peinture et avec les organismes en charge du patrimoine, le décor or et crème original du Lobby a été découvert sous six couches de peinture verte, et restauré en respectant la palette de couleurs d’origine. Du Louvre au Lobby – les deux tableaux suspendus au plafond du Salon Kléber, qui représentent respectivement la musique et les sciences ainsi que la géographie, ont été restaurées par Cinzia Pasquali, qui a travaillé sur la restauration de peintures de Léonard de Vinci au Louvre, ainsi qu’au Château de Versailles. Les œuvres étaient recouvertes d’une peinture blanche ; leur retrait et nettoyage ont nécessité trois mois. Deux semaines ont ensuite été consacrées au décadrage des tableaux et six mois à leur restauration avec la remise en place in situ.




  • 1 000 pièces de bois ont été déposées du bâtiment original (dont 370 et 130 panneaux respectifs du Lobby et du Bar), afin d’être restaurées et réinstallées par l’atelier Fancelli, expert de la restauration du bois. Cette petite entreprise familiale, composée de 12 employés seulement, exerce ses talents depuis trois générations. Chaque pièce en bois a été numérotée et retirée individuellement, avant d’être poncée, réparée, restaurée et reposée.




  • Pièces et fragments –Les bordures en mosaïque des deux cours intérieures ont été créées à partir des sols originaux en mosaïque du Lobby. Le sol original a été déposé et envoyé en Italie pour restauration et réparation, puis redessiné et réinstallé sur site.


THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 8


  • Les bronzes et ferronneries d’art de l’escalier monumental depuis le Lobby ont été créés par Schwartz & Meurer, l’entreprise qui a construit la Tour Eiffel.




  • Les garde-corps sur les terrasses du toit ont été réalisés par la fonderie GHM, une ancienne fonderie en charge des entrées de métro Art Nouveau, caractéristiques de Paris.




  • La cour intérieure comprenait à l’origine trois tours. L’une d’elle a été déplacée et une quatrième créée dans un souci de symétrie.




  • Le toit a été entièrement restauré à la main, en utilisant des techniques et des matériaux français traditionnels ; des poutres en chêne, des tuiles en ardoise d’Angers-Trélazé et des solins en zinc ont permis de conserver l’authenticité du bâtiment.




  • L’hôtel a été doté d’un nouveau toit, avec des tuiles en ardoise de la même carrière d’Angers-Trélazé que celles du bâtiment original de 1908. Exploitée par l’entreprise centenaire des Ardoisières d’Angers-Trélazé, la mine est aujourd’hui fermée et les veines d’ardoise sont désormais épuisées. Quelques veines principales ont été conservées exclusivement pour des bâtiments historiques officiels. L’hôtel The Peninsula Paris est l’un des derniers bâtiments à profiter d’ardoises de cette carrière.




  • 100 000 tuiles en ardoise recouvrent le toit, dont certaines taillées à la main en forme d’écaille de poisson destinées à recouvrir les tours de l’hôtel. Outre les compétences requises pour créer ces tuiles, les couvreurs doivent faire preuve d’une habilité extrême pour parvenir à recouvrir les courbes et les formes du toit avec ce type de tuiles.




  • Les poutres courbes en chêne du toit situées aux angles du bâtiment étaient encore intactes après plus d’un siècle. Elles ont été conservées afin de préserver l’esprit du lieu.


THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 9


  • Les briques émaillées blanches et turquoise d’origine de la cour de L’Oiseau Blanc ont été nettoyées et, le cas échéant, remplacées par des briques provenant d’une entreprise spécialisées basée en Anjou. A l’origine, les puits de lumière étaient extrêmement courants

à Paris. Mais la plupart ont été démolis. Il s’agit donc ici d’un très bel exemple encore visible aujourd’hui.


  • Les solins en zinc et les cadres entourant chaque détail des fenêtres et du toit ont tous été martelés, pressés et terminés à la main, afin de conserver la dimension artistique originale du bâtiment.




  • Les magnifiques colonnes de marbre en trompe l’œil en stuc qui décore les couloirs du rez-de-chaussée avaient été repeintes. Une fois la peinture retirée, sept jours ont été nécessaires pour cirer et faire briller chaque colonne à la main.




  • Le salon de réception est dotée d’un triple vitrage et bénéficie d’une isolation acoustique de type « boîte dans la boîte ». Cela permet de garantir une isolation phonique complète de la pièce. Un autre exploit d’ingénieur.

Le trajet fait partie de l'attrait de toute aventure!


  • L’hôtel The Peninsula Paris poursuit son partenariat record de longue date avec Rolls-Royce, depuis la première commande de l’établissement à Hong Kong concernant sept Silver Shadow en 1970. La Rolls-Royce Phantom de l’établissement parisien sur mesure a été réaménagée conformément aux exigences de Peninsula et peinte dans le vert exclusif Peninsula. Cette dernière peut être louée par les clients.




  • Une magnifique Rolls-Royce Phantom II de 1934 occupe une place de choix au sein de la flotte de Paris. Sœur des Rolls-Royce de 1934 des établissements Peninsula de Hong Kong, Tokyo et Shanghai, elle a bénéficié d’une rénovation de grande ampleur à Ashton Keynes, en Angleterre, avec plusieurs aménagements sur mesure, y compris le téléphone et un système audio, le Wifi, la climatisation et un meuble bar.



THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 10


  • Deux MINI Clubman sont également disponibles pour permettre aux clients de circuler dans Paris. Elles ont également été réaménagées conformément aux exigences Peninsula, avec notamment le Wifi et un minibar.




  • Un parc de 10 limousines BMW Série 7 permet d’assurer les transferts vers et depuis les aéroports. Les véhicules peuvent être loués à l’heure.




  • L’établissement parisien dispose de son propre parking souterrain, comptant 57 places (une rareté dans la capitale). Le lavage et la révision des installations permettent de restituer au client une voiture impeccable.


Une entrée majestueuse


  • Conçu en écho aux feuilles des platanes qui bordent l’avenue Kléber, le lustre sur mesure installé à l’entrée du Lobby se compose de 800 feuilles de cristal soufflées à la main, conçues et créées par le célèbre atelier de cristallerie tchèque Lasvit. Toutes soufflées à la main par le même artisan qui a travaillé chez Lasvit depuis plus de 20 ans, chaque feuille pèse près de 1 kg et l’installation a nécessité l’intervention d’une équipe de cinq personnes pendant deux semaines. Trois années auront été nécessaires depuis la conception initiale jusqu’à l’installation – le projet le plus long et le plus difficile jamais réalisé par Lasvit.




  • Véritable caractéristique des hôtels Peninsula, les deux lions situés à l’entrée de l’établissement pèsent chacun 4,6 tonnes pour 1,7 mètre de haut. Postés traditionnellement en Chine aux portes des palais, des temples et des demeures des nobles pour attirer bonheur et fortune, ils sont toujours représentés par paire, le mâle, une patte posée sur une balle (symbole de la suprématie sur le monde) et la femelle, une patte posée sur un lionceau (symbole de l’esprit nourricier).

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 11
Les chambres les plus personnalisées au monde


  • Les 200 chambres de l’hôtel The Peninsula Paris (166 chambres et 34 suites) figurent parmi les plus spacieuses de la capitale.




  • Les chambres sont un petit bijou de design, de technologie et de décoration. Dans un lieu de Hong Kong tenu secret, une chambre initiale est conçue, avec des meubles et des équipements en contre-plaqué afin de déterminer les espaces et la fluidité de la chambre. Puis une chambre témoin entièrement fonctionnelle voit le jour. Il s’agit d’une réplique parfaitement exacte, qui comprend un agrandissement d’une vue de la ville depuis la fenêtre. La chambre est testée à maintes reprises et ajustée afin d’être jugée prête à accueillir les hôtes de The Peninsula. Peninsula est le seul groupe hôtelier au monde à créer des chambres avec un tel souci du détail.




  • Les chambres sont équipées de tablettes ultramodernes (fabriquées en interne par Peninsula) qui définissent de nouveaux standards en matière de personnalisation des espaces. Ces tablettes numériques interactives de chevet et bureau entièrement sur mesure sont disponibles en onze langues : allemand, anglais, arabe, chinois traditionnel et simplifié, coréen, espagnol, français, italien, portugais et russe.




  • 2,5 kilomètres de câbles sont dissimulés derrière les murs de chaque chambre (environ dix fois plus qu’une chambre d’hôtel moyenne d’un autre établissement), soit 500 km pour tout l’hôtel.




  • Wifi, appels internationaux longue distance, vidéos à la demande et machines à café Nespresso sont gratuitement mis à la disposition des clients de The Peninsula.




  • L’artiste Helen Murray, qui a créé les têtes de lit en cuir sculptées à la main, s’est inspiré du dôme du Grand Palais.


THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 12
Vins et repas


  • Dix lieux de restauration représentent le meilleur de la cuisine française et de The Peninsula : le Lobby, le restaurant chinois LiLi, la Terrasse Kléber, le Bar Kléber, le Cigar Lounge et le restaurant bar terrasse panoramique L’Oiseau Blanc, qui offre des vues à 360° sur Paris.



  • La Terrasse Kléber est une des plus grandes terrasses de Paris, donnant accès au Bar, au Lobby et au LiLi. Elle propose une cuisine internationale et cantonaise, des boissons et des en-cas légers.




  • Les quatre colonnes principales en bois dorées à la feuille d’or du Lobby représentent respectivement le théâtre, les quatre saisons, la chasse et la musique.




  • Le restaurant cantonais LiLi est situé dans l’espace autrefois occupé par la salle de restaurant de l’hôtel historique. La signalétique d’accès au restaurant LiLi constitue une première mondiale : un grand rideau de 3 x 3,3m en fibre optique sur lequel figure un portrait imprimé sur une toile de nylon de type filet dans laquelle a été insérée de la fibre optique pour un rendu lumineux et fluide encore jamais vu. La première fois qu’une image a été imprimée sur une fibre tissée, elle avait été réalisée par Design Percept, entreprise créée en 2004 par Clémentine Chambon, designer industriel, et Françoise Mamert, designer mode, en collaboration avec l’architecte d’intérieur de The Peninsula, Henry Leung et Jérôme Declercq des Passementeries Declercq.




  • Le dôme au centre du restaurant est inspiré par une image sonore d’un hall à Shanghai conçu pour amplifier le son.




  • Les quatre glands bleus de style oriental créés sur mesure pour le restaurant LiLi mesurent chacun 1,6 mètre. Leur fabrication a nécessité 600 heures de travail, 15 kilogrammes de soie et 40 kilogrammes de fibre mouchetée. Ils ont été conçus par Declercq Passementiers, une entreprise familiale fondée en 1852, ayant fabriqué en 1870 les passementeries


THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS – 13
destinées à l’Opéra Garnier ainsi qu’à l’Hôtel de Ville de Paris. Les glands du LiLi sont les plus grands jamais réalisés par l’entreprise.


  • Une installation géante en cristal, de la forme d’une coiffe d’opéra chinois traditionnel, accueille les clients à l’intérieur du restaurant LiLi. L’artiste coréen Ran Hwang a inséré au marteau 32 831 cristaux dans une base en plexiglass afin de mettre au point ce brillant hommage à l’opéra chinois. Ailleurs, un triptyque constitué de panneaux réalisés à partir

de pages de dictionnaires chinois-français, auxquelles a été appliquée la technique traditionnelle du papier découpé chinois, souligne une nouvelle fois les liens entre les cultures chinoise et française. L’artiste Jam Wu a écumé les bouquinistes de Taïwan pendant un an avant de dépouiller de leurs feuilles sept vieux dictionnaires, afin de créer cette œuvre complexe, semblable à de la dentelle. Ses trois panneaux dépeignent l’architecture, les paysages et les végétaux classiques de la Chine, ainsi que des personnages de l’opéra chinois.


  • LiLi présente quatre magnifiques colonnes en marbre vert de Campan. Ce marbre est extrêmement rare. La carrière, aujourd’hui fermée, est située dans les Pyrénées.




  • Le restaurant L’Oiseau Blanc sur le thème de l’aviation met à l’honneur l’aventure des deux héros de l’aviation d’avant-guerre, Charles Nungesser et François Coli, qui ont tenté de traverser l’Atlantique en 1927 au départ du Bourget.




  • Une réplique du biplan Levasseur PL8 « L’Oiseau Blanc » au 1/75e présentant une envergure de 11 mètres, est suspendue dans la cour du restaurant L’Oiseau Blanc. La réplique a été construite à Newquay, en Angleterre.




  • Un moteur Levasseur de 1927, restauré, prend place au milieu du restaurant. Ce moteur a été restauré et reconstruit au Bourget en utilisant des pièces provenant de trois moteurs d’origine. C’est le résultat d’un travail passionné mené par un groupe de volontaires enthousiastes, composé d’ingénieurs aéronautiques à la retraite, qui ont travaillé un jour par semaine sur le projet.

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 14


  • L’Oiseau Blanc tire son nom des apparitions de Charles Nungesser lors d’une tournée d’exhibitions aériennes aux États-Unis mettant à l’honneur ses prouesses de combattant au cours de la Première Guerre mondiale. Un chef indien lui ayant refusé de survoler sa réserve, Nungesser lui proposa de monter dans son avion. Stupéfait par ce vol, il changea d’avis et Nungesser baptisa son avion en reprenant le nom de l’Indien, « White Bird », l’oiseau blanc.




  • Poursuivant sa relation de longue date avec Peninsula, Bernardaud a conçu la porcelaine de L’Oiseau Blanc, avec un motif sur mesure reprenant l’avion, signé par Catherine Bergen, Directrice des collections de Bernardaud, qui a également créé la porcelaine du restaurant français Gaddi’s de The Peninsula Hong Kong en 1994.




  • Les frères Marchands, affineurs depuis 1860, figurent parmi les plus anciens maîtres fromagers français, les frères Philippe, Patrice et Éric se trouvant aujourd’hui à la tête de la sixième génération. Ils ont spécialement créé un fromage pour l’hôtel The Peninsula Paris. Inspiré par la rose Peninsula, ce fromage exclusif marie la touche de fraîcheur du fromage de chèvre et l’arôme subtil de la rose Peninsula.


Les équipes de The Peninsula…


  • Au cours du processus de recrutement en 2013 et 2014, le département des ressources humaines de l’hôtel a reçu 100 CV par jour.




  • Le Directeur Général, Nicolas Béliard, a rencontré personnellement chacun des 600 collaborateurs lors d’un entretien et les a accueillis au sein de la famille Peninsula.


Un peu de tout


  • Une collection unique d’œuvres d’art contemporain spécialement sélectionnée est présenté dans l’ensemble de l’établissement. Parmi les principales installations figurent « The World Belongs to Me » de l’artiste de réputation internationale Ben Jakober et « Moon River » par

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 15
Xavier Corberó – largement reconnu comme le plus grand sculpteur espagnol vivant, ainsi que d’autres œuvres dans l’ensemble de l’hôtel par des artistes et sculptures de renommée internationale.


  • Le bâtiment historique était l’un des très rares hôtels de Paris à disposer de son propre jardin sur le toit. Caractéristique rare dans la capitale, l’établissement a recréé cinq jardins sur le toit, avec un accès exclusif et des escaliers privés à partir de la suite Katara et des suites sur cour. Deux autres petits jardins sont installés dans les cours du rez-de-chaussée, tandis que le toit et La Terrasse Kléber bénéficient également d’espaces verts saisonniers. Les parterres de fleurs sont arrosés par un large système d’irrigation souterrain.



###

THE PENINSULA PARIS – FAITS MARQUANTS - 16
A propos de Katara Hospitality

Katara Hospitality est un propriétaire et gestionnaire de portefeuille hôtelier installé au Qatar. Avec plus de 40 années d’expérience dans le secteur de l'hôtellerie, Katara Hospitality poursuit activement ses projets d’expansion stratégique en investissant dans des établissements exceptionnels au Qatar tout en enrichissant sa collection d’établissements phares sur les marchés internationaux majeurs. Katara Hospitality s’est fixé pour objectif d’acquérir et/ou de gérer 30 hôtels à l’horizon 2016 et 30 de plus dans les dix années suivantes. L’entreprise, qui a pour ambition de devenir l’une des leaders de l’hôtellerie dans le monde, soutient la vision économique à long terme du Qatar.
Katara Hospitality possède actuellement des établissements sur trois continents - au Qatar, à Singapour, aux Maldives, en Suisse, en France, en Italie, en Egypte, au Maroc, en Gambie et aux Comores. S’il est associé à quelques-uns des meilleurs exploitants hôteliers, Katara Hospitality exploite également ses propres enseignes : The Bürgenstock Selection et Merweb Hotels.
www.katarahospitality.com
A propos de The Hongkong and Shanghai Hotels, Limited (HSH)

Créée en 1866 et cotée à la Bourse de Hong Kong (00045), The Hongkong and Shanghai Hotels, Limited est la société holding d’un groupe spécialisé dans la propriété, le développement et la gestion d’hôtels et de biens commerciaux et résidentiels de prestige dans des régions clé en Asie, aux Etats-Unis et en Europe, ainsi que dans la prestation de services touristiques et de loisirs, de gestion de clubs et autres services. Le portefeuille de The Peninsula Hotels comprend The Peninsula Hong Kong, The Peninsula Shanghai, The Peninsula Beijing, The Peninsula Tokyo, The Peninsula New York, The Peninsula Chicago, The Peninsula Beverly Hills, The Peninsula Bangkok, The Peninsula Manila et The Peninsula Paris (ouverture prévue en 2014). Parmi les projets en cours, on citera The Peninsula London et The Peninsula Yangon. Le portefeuille de biens du groupe comprend The Repulse Bay Complex, The Peak Tower, The Peak Tramways et St. John’s Building à Hong Kong ; The Landmark à Ho-Chi-Minh-Ville, au Vietnam ; le Thai Country Club à Bangkok, en Thaïlande, et le 21 avenue Kléber à Paris, en France.

Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec :

Mlle Anne-Sophie Bonnisseau

Directeur de la Communication
The Peninsula Paris, 19 avenue Kléber, 75116 Paris, France

Téléphone : +33 1 58 12 66 05

Fax : +33 1 58 12 99 99

E-mail : annesophiebonnisseau@peninsula.com

Site Internet : : www.peninsula.com

Photothèque numérique : www.peninsula.com/pdl

Vidéothèque : www.thenewsmarket.com/thepeninsulahotels
Rendez-vous dans la News Room The Peninsula Hotels sur www.peninsula.com/newsroom – communiqués de presse, images, vidéos, YouTube, Facebook, Twitter et bien plus.



similaire:

The peninsula paris – faits marquants iconThe peninsula paris – restauration, renovation et innovation

The peninsula paris – faits marquants iconProgramme «les clefs de paris» 2016, L’hôtel The Peninsula Paris lance «Les Clefs de Paris»
«Les Clefs de Paris», un nouveau programme qui invite à découvrir la vie culturelle parisienne autour d’une sélection inédite d’expositions...

The peninsula paris – faits marquants iconLes origines des Celtes demeurent obscures. Deux faits cependant...

The peninsula paris – faits marquants iconLittérature et Histoire des arts
«artiste flâneur, amoureux du Paris nocturne». Réapparition de Claude Lantier déjà croisé par le lecteur aux Halles, dans Le Ventre...

The peninsula paris – faits marquants iconMille ans d’histoire d’Auxerre avec l’église Saint-Gervais
«capitaine anglois, au sujet des engagements faits par la ville d’auxerre, pour se racheter du pillage en l’année 1370»

The peninsula paris – faits marquants iconPolitique et vérité
«Écartons tous les faits» (le géré, l’idéologique) permet ainsi de poser la question de la politique : celle d’une distinction dont...

The peninsula paris – faits marquants icon1995 Université Paris X nanterre, Paris, France selected solo exhibitions

The peninsula paris – faits marquants iconIl m'a donc paru qu'il n'y avait aucune inconve­nance de langage...

The peninsula paris – faits marquants iconHistoire de Paris et naissance des monuments. Le Paris gallo-romain: Lucotitia (Lutèce)

The peninsula paris – faits marquants icon1953 Née en Turquie. Nationalité franco-turque. Vit à Paris
«Un instant de paix au Café de la Paix» (Paris) Son œuvre a figuré sur l’affiche







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com