Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ?







télécharger 339.04 Kb.
titrePourquoi etudier la linguistique generale en llce ?
page3/5
date de publication19.10.2016
taille339.04 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5

MONEME appartient à une liste ouverte, infinie parce qu’une langue a toujours besoin de se renouveler (plan oral)

[ex. automobile ► auto + mobile = 2 monèmes

Leur association est tellement constante qu’il est aujourd’hui considéré comme un seul monème alors qu’historiquement il y en a deux (préfixation de auto à mobile)

porte-clés / porte manteau ► deux monèmes]

► Recomposition de certains éléments de la langue
PHONEMES appartient à la liste fermée, terminée, stable (plan écrit). Le locuteur identifie les sont d’un autre locuteur qui parle la même langue grâce à la fonction de ce même son et à son environnement au sein de cette même langue

► grâce à la double articulation


LA GRAMMAIRE GENERATIVE – Noam CHOMSKY (1928-)

(= Grammaire Chomskyenne) Noam Chomsky est un professeur de linguistique (Massachusetts) engagé politiquement dans les années 68 des Etats-Unis. Il étudie la philosophie (1945, professeur Harris) ; il soutient sa thèse en 1955 et il en publie un livre:

La Structure Syntaxique (1957)
GRAMMAIRE GENERATIVE se distingue entre autre par sa recherche d’une structure de base des éléments naturels. Chomsky s’interroge sur le bien fondé de la langue ► c’est une science cognitive
Aspect de la théorie syntaxique (1965): impact important sur les philosophes du langage

[ex. RAPPEL le menuisier travaille le bois/le dimanche] Harris
Fasciné par la capacité de l’Homme à toujours créer la langue/le langage:

► Comment expliquer qu’un locuteur reconnaisse immédiatement si une phrase appartient ou non à sa langue?

► Comment expliquer qu’un locuteur produise ou comprenne une phrase qu’il n’a jamais entendue ou prononcée auparavant?
C’est une grammaire théorique, universelle, ancrée en nous.

Elle comporte deux notions principales:

COMPETENCE: un ensemble de possibles linguistiques donnés par le seul fait d’avoir maitrisé la langue

(connaissance de la langue = code)

PERFORMANCE: usage/emploi de cette possibilité, réalisation de ces règles abstraites. Mise en œuvre de la compétence des actes/énoncés concrets (expression ou compréhension)

[ex. La table est grande: est et non pas sont relève de la compréhension, de l’emploi de la phrase dans un texte sensé]

L’APPROCHE DISCURSIVE – SEMANTISME
- Malcolm David ROSS (1942-)

- Charles J. FILLMORE (1929-)

- George LAKOFF (1941-)

► Recherche de l’unité minimale ayant une fonction

[Centralité de la syntaxe chez Chomsky]
- Malcolm COULTHARD (-)

- John Mc Hardy SINCLAIR (1933-2007)

- Henry WIDDOWSON (1935-)

Travaux sur le discours, unité de base de communication dans la langue. Il existe plusieurs énoncés qu’ils ont appelés discours.
ANALYSE DU DISCOURS: analyse des règles du discours, langue en tant que chaîne d’énoncés. On ne peut pas se baser que sur l’énoncé en tant que tel (il faut parfois l’expression du visage [ex. ah…].

John Mc Hardy SINCLAIR: discours comme étape de l’étude de la fonction de la langue et de l’organisation des unités linguistiques se situant au dessus du rang de la phrase. Le discours se trouve entre l’analyse grammaticale et l’organisation linguistique.

Il y a un écart entre une maîtrise de la langue correcte et une maîtrise correcte de la langue.
L’ACTE DE PAROLE:

John Langshaw AUSTIN philosophe anglais, il est le premier à avoir mentionné la notion d’Acte de Parole

« Parler une langue c’est adopter un comportement »

- How to do things with words (► Dire c’est faire) (1962) SPEECH ACTS = acte du langage
John SEARLE philosophe américain, il adopte la proposition d’Austin et élabore une théorie d’analyse de l’acte de parole. Pour lui il existe des frontières entre les énoncés.

1è acte assertif: engage la responsabilité du locuteur sur l’existence d’un état de chose sur la vérité de la proposition exprimée [ex. si j’affirme qu’il pleut].

2è acte directif: tentative menée par le locuteur pour mener l’auditeur à faire quelque chose.

3è acte promissif: oblige le locuteur à adopter une certaine conduite dans le futur.

4è acte expressif: exprimer un état psychologique du locuteur vis-à-vis d’un état de chose précisé dans l’acte.

5è acte déclaratif: provoque une modification d’un statut ou d’une situation de l’objet auquel il est fait référence seulement si cette déclaration a été accomplie avec succès.
Linguistique Générale

FIN SEMESTRE 1

GRAMMAIRE = NORMATIVE / LINGUISTIQUE = DESCRIPTIVE

Les progrès se font en réaction à ce qui a déjà été fait, en général

La Linguistique se décline en trois axes principaux (deux volets chacun)

1) Etudes en Synchronie (ES) et Diachronie (ED)

ES: s’intéresse à l’état d’une langue à un moment donné de sa « vie »

ED: s’intéresse à l’histoire et aux changements structurels que la langue a subis
2) Etudes Théoriques (ET) et Appliquées (EA)

ET: base de l’étude appliquée, étude de la création et des structures (Chomsky: modèle théorique), étude plus générale que l’étude appliquée

EA: approche théorique sur une langue donnée, étude plus précise de cette langue
3) Etudes Contextuelles (EC) et Indépendantes (EI)

EC: interaction entre le langage et le monde (analyse de la parole)

EI: considère le langage pour lui-même indépendamment de ses conditions extérieures (« speech patterns » de Bloom)
La première définition de la linguistique: étude scientifique du langage (qu’est-ce que ça désigne, sous entend ?)

On peut en revanche donner une deuxième définition de la linguistique, plus précise:

LANGAGE = selon Desaussure & Martinet: la langue est une fonction centrale pour la communication. Cette affirmation est une révolution au XXème (avant c’était principalement un expression de la pensée)
LA LANGUE = INSTITUTION SOCIALE

LE CARACTERE SPECIFIQUE DU LANGAGE NATUREL► HUMAIN

≠ communication ► insuffisant d’affirmer cela (ex: rire, regard)

► de communication entre les hommes et les femmes appartenant à une même communauté linguistique

Depuis plus d’un siècle: pour les études du langage une série de critères sont indispensables:
► ne relevant pas des langues humaines:

× L’INTENTION: séparation des phénomènes de ceux qui ont l’intention de communiquer ≠ n’en ont pas l’intention (indices – ex: nuages noirs = pluie)

► Emergence de la SEMIOLOGIE (par Eric Buyssens en 1934)

Classification après l’étude des messages:

(1er): les moyens de communication « asystématiques » n’ayant pas de règles stables d’un message à l’autre (panneaux publicitaires)

(2ème): le langage humain (code de la route: avec des règles ► système)

(3ème): ≠ entre les systèmes de communication établis et ceux qui se substituent à ceux-ci (braille, langage des signes, morse…)
× L’ARBITRAIRE: quelque chose de fondamental dans le système linguistique ► tout ce que nous employons, quelque chose de conventionnel
× LA LINEARITE: les langues naturelles se déroulent selon les lignes irréversibles du temps (ce n’est pas spécifique au langage humain)
× LE CARACTERE DISCRET (Saussure): du message ou du signe du langage (ne dit pas son nom). Les unités phonétiques s’opposent les unes aux autres sans nuance (► en anglais elles sont présentes ou absentes)

Le caractère discret n’est pas propre au langage (code de la route: ce sont des panneaux dont les représentations sont souvent approximatives ≠ cartes qui sont à l’échelle d’une ville: tout ce qui est dessiné n’est pas un caractère discret, mais un caractère réel)


Linguistique Générale
SEMESTRE 2
1) Introduction aux grandes questions de la linguistique comme une discipline de Sciences Humaines

2) Phénomène non Linguistique

3) Description des Langues et de leurs outils

4) PHONETIQUE

5) Organes phonétiques: Description et Fonctions

6) Centre Phonateur: production et perception des sons

7) Critères articulatoires

8) Classification des Phonèmes: voyelles nasales et orales

9) Classification des Phonèmes:

- consonnes orales OCCLUSIVES

- consonnes orales CONSTRICTIVES

- semi-voyelles ou semi-consonnes

- consonnes NASALES

10) Autres phénomènes acoustiques: AFFRIQUEES, DIPHTONGUES, GEMINEES…

11) La syntaxe de Martinet: présentation générale
LA DOUBLE ARTICULATION comme caractère spécifique du langage

Nombre limité de signes (phonèmes = 2ème articulation)
[ex] 1) Le Monème

Réclamé / r e k l a m e /

Dans "le travail sur le dossier X vous sera réclamé cette semaine”

1er phonème / é = e /

2er phonème / é = e /

2) Les mêmes éléments phonétiques se répètent dans le monème

Dossier / d o s j e /

3) Le même phonème / a / apparaît dans

Réclamé Sera Travail
[ex] FEU MESSAGE

(A) Vert Voie libre (piétons + voitures)

(B) Orange Voie libre (voitures)

(C) Rouge Voie libre (piétons + voitures)

(D) Orange clignotant Voie libre (voitures)
LA RELATION

TEMPS: selon les langues, la conception du temps varie plus ou moins

Découpages syntaxiques

le système langagier est avant tout SYMBOLIQUE

Les langues naturelles trouvent leur caractère spécifique dans d’autres fonctions que la communication immédiate
CARACTERE VOCAL DU LANGAGE

Comme on peut le remarquer, on apprend le langage d’une façon orale avant de l’apprendre à l’écrit

LA PAROLE AVANT L’ECRITURE

LE LANGAGE EST-IL UNE INSTITUTION HUMAINE?

Caractère vocal et linéarité:

L’ordre des monèmes a une valeur distinctive

Les énoncés vocaux se déroulent dans le temps comme une succession de monèmes et de phonèmes

Ex : avec les monèmes Marie Pomme Aime

On peut uniquement formuler

Marie aime les pommes ≠les pommes aime, Marie≠Marie pommes aime

L’ordre des phonèmes a également une valeur distinctive
ETUDE SCIENTIFIQUE

SCIENTIFIQUEPRESCRIPTIF (imposé)
1) La double articulation et quelques notions annexes

A) Economie langagière et double articulation

Les langues ont-elles toutes le même type d’articulation ?

Articulation propre : tu me manques ≠ I miss you

B) La double articulation est-elle constante ?

Elle est grande (affirmation) ≠ est-elle grande ? (interrogation)

A l’oral, c’est différent : on dira aussi elle est grande ? pour poser la question mais on utilisera l’intonation pour dissocier la question de l’affirmation
Intonation = montée de la voix ► tension progressive

= descente de la voix ► détente progressive
► L’opposition de l’une ou l’autre dans un message est la reconnaissance de la montée ou la descente de la voix

Pour différencier /Pierre/ et /bière/  /p/ s’oppose à /b/
UNITE ET CHOIX

C’est un beau jour : ce/est/un/beau/jour

un/ beau/ jour
CONTRASTES ET OPPOSITIONS

Rapport paradigmatique = opposition : ligne verticale

Rapport syntagmatique = contraste : ligne horizontale


DEFINITION DE LA LANGUE
« une langue est un instrument de communication selon lequel l’expérience humaine s’analyse différemment dans chaque communauté en unités douées d’un contenu sémantique et d’une expression phonique, les monèmes.

Cette expression phonique s’articule à son tour en unités distinctives et successives, les phonèmes en nombre déterminé dans chaque langue dont la nature et les rapports mutuels diffèrent aussi d’une langue à une autre. » André Martinet
BASE COMMUNE POUR TOUTES LES LANGUES

Instrument communication, doublement articulé (phonèmes et monèmes)

Un certain nombre d’indices pas nécessairement intentionnels
FAITS DE SYMBOLISME:

- Accent (intonation) d’insistance

- Signes (de Saussure)

- Ecriture ► apogée, clôture du cycle de l’humain (géométrique)

► Récepteur-émetteur connaissent le code pour communiquer

- Gestes devenus des signes ► langage

► Cette genèse se répète tout au long de l’histoire humaine

Ils précisent, accentuent ce qui est dit. Parfois, il ne fait pas que compléter la parole, il peut la remplacer.

«  le corps parle »

Cri à la naissance = cri primal, toute première forme du langage avec les rires, les plaintes du bébé

- Attitude
LA DESCRIPTION DES LANGUES:

= description des constituants de la langue

(les constituants d’une langue sont ses différentes catégories)
OUTILS DE LA DESCRIPTION

Synchronie = travail sur la langue du moment figé, sur une petite échelle de temps (10 ans maximum)

Etude diachronique = travail sur l’évolution de la langue

Diachronie = étude de la langue sur une période donnée (e.g. 5ans)

Synchronie dynamique = travail sur l’évolution des langues, mais plus restreint (l’accent par exemple) glissement / modification / évolution remarquable

Les registres d’une langue = étude d’une langue avant tout par son fonctionnement

Une description suppose une sélection. La langue est décrite en fonction de ce que l’on y trouve.

La communauté linguistique n’est pas homogène dans son évolution, il n’y a pas d’ordre expressionnel également (en plus de la phonétique): - Lexical - Syntaxique

► Registres d’une langue
LA PERTINENCE: Seuls les éléments porteurs d’information sont pertinents en linguistique

CHOIX ET FONCTION

1) L’énoncé « ferme la fenêtre »

3 unités de 1ère articulation: les monèmes = 3 choix

1er choix : /ferme/ au lieu de /ouvre/laisse ouvert/laisse fermé/…

2è choix : /la/ au lieu de /une/

3è choix : /fenêtre/ au lieu de /porte/

2) Le monème /MILLE/

3 unités de 2ème articul° (phonèmes) (m/i/l) = 3 choix

1er choix : /m/ au lieu de /v/ (ville)

2è choix : /i/ au lieu de /a/ (mal)

3è choix : /i/ au lieu de /ou/ (moule)

► Les éléments de la chaîne parlée sont uniquement ceux dont la présence n’est pas automatiquement entraînée par le contexte où ils apparaissent
ELIMINER LE SENS ?

/ k a j e / (cahier)

/ œ̃ k a j e v e r / (un cahier vert)

/ l e k a j e ʒ ò / (le cahier jaune)

/ k a j e / (cahier)

ou / k a j e / (caillé)

► Recenser unités significatives grâce à la comparaison et au contexte
LA FORME GARANTIE DU CARACTERE LINGUISTIQUE

« Maison » = maison individuelle/villa/maison du peuple/maison en lotissement/maison de la culture/…
1   2   3   4   5

similaire:

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconEssai de linguistique générale
«système solaire» clos sur lui-même, mais «traversé par ces différentes lignes relevant de l’histoire des idées et qui définissent...

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconLittérature presse linguistique p. 57 Sciences p. 61 Informations...
«La Conjuration contre les carpes» : enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Librairie...

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconImaginaire(s) linguistique(s) et contexte(s) culturel(s) plurilingue(s)

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconIntroduction générale

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconCompte-rendu de l'assemblée générale

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconThématique générale : L’enfant et la culture en Europe

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconCours d'introduction, présentation générale de l'oeuvre et du mythe de Carmen

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconPourquoi choisir l’italien ?

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconPourquoi tardons-nous tant a devenir ecologistes ?

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconOtto, le gardien de l’art contemporain «Moon» de Not Vital
«Je ne sais pas si vous pouvez étudier l'art ( ) vous pouvez apprendre la technique, peut-être mais l'art ?»







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com