Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ?







télécharger 339.04 Kb.
titrePourquoi etudier la linguistique generale en llce ?
page4/5
date de publication19.10.2016
taille339.04 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > documents > Documentos
1   2   3   4   5

Monème (ou signe plus complexe) = virtualités sémantiques

► A chaque différence de sens d’un mot dans un message donné correspond nécessairement à une différence de forme quelque part dans le message ► (le canard enchaîné)
PHONOLOGIE ET PHONETIQUE

- Caractère vocal

- Fonction de la Communication

Phonétique = description physiologique en terme d’articulatoire des sons des langues

Articuler correctement = donner satisfaction à chaque son

- Translitération = remplacement d’une lettre, d’un mot par lettre plus ou moins proche dans une autre langue (noms et prénoms)

Transcription = symbolisation d’un son par signe phonétique

L’air inspiré/expiré = élément clé dans la réception/expression des sons. Le mouvement des lèvres ne permet pas la production des sons ► mouvement de l’air plus organes
Le centre de la parole

LE CENTRE DE LA PAROLE

L’audition

Les organes phonateurs:

Le larynx et la glotte

Le pharynx

Les fosses nasales

Le voile du palais

La cavité buccale

Plancher

Voute palatine  = palais dur/palatal

= voile du palais (palais mou) / vélaire

La langue

Radicale Coronale Bords latéraux

Dorsale Apicale
Les lèvres

Le cerveau
L. Bordy, Eléments de phonétique, Editions JB Ballière, 1968

LARYNX

Cordes vocales relient les deux muscles du larynx

Lorsque l’air passe = il y a un certain nombre de vibrations

► Séparation des cordes vocales : la glotte

► Entrée de la cavité buccale (schéma)

Choix de l’entrée par la bouche ou par le nez


Le volume de la cavité buccale est fixe et non modifiable

Voile du palais = phénomène vélaire

LA LANGUE

possède 17 muscles

Partie radicale = naissance de la langue (paroi pharyngale)

Partie dorsale = fait face au voile du palais

Partie coronale = incisives supérieures

Partie apicale = s’appuie sur les incisives/pointe de la langue

► variété très importante des sons articulés


LEVRES

Souplesse extrême

Elles peuvent changer de forme et de volume, et elles peuvent aussi modifier le phonateur (► cavité buccale)

Sourire = volume réduit la cavité buccale

≠ lorsqu’elles vont vers l’avant = volume supplémentaire ([i] ou [ou])
CERVEAU

Il permet tous les mouvements des organes ► la parole

► Possibilité de production de sons/bruits illimitée, aucun système linguistique n’utilise toutes les possibilités des phénomènes acoustiques. Il n’y a jamais les mêmes sons entre les langues.

► Ces phénomènes doivent être différenciés absolument (production + perception) ([m] [p]…). Chaque écart produit une articulation différente.

► Son : jeu de tous les organes (nombre, forme et volume des organes en question)

CCL: parler n’est pas simplement l’accumulation/la juxtaposition de sons :

- acoustique

- timbre

- articulatoire

Phonétique: description physique, acoustique et physiologique (articulatoire des sons des langues) et la perception de ces phénomènes produits  ► Les langues sons concernées par sons articulés et non acoustiques
1) SONS DES LANGUES

Acoustique: description physique air en vibration (mouvement clochette)

 ► Les différences des sons sont en lien avec l’état physique de l’objet

Articulatoire: description physiologique et description anatomique de la production des sons du langage

Timbre: qualité spécifique d’un son (≠ entre A et O) ► son complexe
2) Description phonétique et technologie nouvelle

Son produit d’une manière constante? non

/i/ est différent selon s’il est énoncé par un homme, une femme, un enfant

Personne ne prononce de la même manière deux sons identiques

IDIOLECTE: chaque individu a sa marque de fabrique, une façon de parler totalement différente

Nous avons des différences phonétiques révélées grâce à ces technologies
TYPES DE DIFFERENCES ARTICULATOIRES

1ère: différence articulatoire non perçue par l’oreille humaine: idiolecte

► ces différences sont propres au son et au fonctionnement

2è: différence articulatoire perçue par l’oreille et altération articulatoire

Nous ne produisons pas des sons purs (succession de sons)

Mise à l’épreuve des différents sons

Traits caractéristiques des sons articulés toujours remis en cause ► les sons = parce que altérés à chaque production
NATURE DES DIFFERENCES PERÇUES PAR L’OREILLE

A) Des différences propres aux sons et à leur fonctionnement au sein d’une chaîne phonique:

Notion d’Altération: changements plus ou moins importants des caractéristiques initiales d’un son

Entourage phonétique /k/ de qui ≠ /k/ de cou
PROPRIETES ACOUSTIQUE ► oreille = sensible (les sons acoustiques)

PROPRIETES ARTICULATOIRE ► oreille accompagne (les sons articulés)
Le locuteur énonce la chaîne phonique = succession d’une manière non isolée (enchaînement)

Modification des caractéristiques articulatoires initiales et conditionnement des sons par les précédents et les suivants

Phénomène de liaison les écoles = /les écoles/

= /les  écoles/

les livres = /les  livres/

= Chaîne phonétique ► liaison = enchaînement entre plusieurs monèmes

Les écoles = liaison avec le /s/ qui le fait apparaitre modifie l’articulation des deux monèmes qui précèdent /l/ /e/
B) Différences touchant le vivant, le locuteur (► les accents : Marseille, Lyon, Paris…) = Groupe phonétique

Il faut qu’il y ait un écart important pour être reçu par l’oreille
3) Comment s’organisent ces sons?

En systématisant…

- LINEARITE - SUCCESSION

- DUREE - SILENCE
4) Identifier les phonèmes

Comparaison entre: sur /syR/

sec /sɛk/ phonème [s]

site /sit/
Comparaison entre: dur /dyR/ phonème [d]

dans /dã/


LES CRITERES ARTICULATOIRES

1) Points d’articulation (organe ► adjectif qui correspond à l’organe)

Lèvres ► labiale

Dents ► dentale

Alvéoles des dents ► alvéolaire

Palais ► palatale

Voile du palais ► vélaire

Luette ► uvulaire

Pointe de la langue ► apicale

Dos de la langue ► dorsale

Pharynx ► pharyngale

Cordes vocales (larynx) ► sonore (vibration des cordes vocales)

► sourde (aucune vibration des cordes vocales)
2) Les modes d’articulation

Aperture = les organes se déplacent pour produire un son, ils quittent leur lieu initial. Espace délimité entre l’organe articulateur et lieu d’articulation vers lequel s’est tendu cet organe pendant toute la durée de production du son, réalisation phonique
A) Le degré d’aperture

Consonnes labiales: en fonction de l’ouverture plus ou moins importante des lèvres

= degrés d’aperture

Les phénomènes acoustiques se distinguent par le degré de ce mouvement

Pour des raisons d’ordre technique, l’air est gêné à ce moment-là

/p/ Pierre /b/ Bernard ► consonnes obstructives, occlusives

/f/ Florent /v/ Véronique ► consonnes restrictives, constrictives

► Différents degrés d’aperture
B) L’oralité et la nasalité

(Voile du palais et palais dur) lorsque l’air passe par la cavité buccale

► Phonème: Phonème oral

= Lorsqu’il passe par le nez ► phénomène nasal

= Lorsqu’il passe par les deux ► nasalisation
C) La force articulatoire, la surdité, la sonorité

Phonème fort = sourd ► air expulsé au niveau de la bouche (p, f, b)

Phonème moyen

Phonème faible ou doux = sonore ► air expulsé au niveau des dents (s, t, d)

D) La quantité = temps ou durée du mouvement articulatoire ► caractéristique supplémentaire distinctive
3) Les trois phases d’une articulation: CATASTASE / TENUE / METASTASE

Comme on a une succession de phénomènes physiologiques pour produire des phonèmes, on peut les décomposer (distinction des étapes théoriques)

Catastase = première phase préparatoire au cours de laquelle les organes qui entrent en jeu se déplacent pour occuper la position nécessaire à la production d’un phonème donné

Tenue = une fois que les organes ont quitté leur point initial et qu’ils occupent la position voulue et s’y maintiennent. Phase la plus difficile, demande une énergie colossale, contrôle absolu de la respiration, expiration ► prend le plus de temps

Métastase = une fois le phonème produit, les organes quittent la position non naturelle et reprennent leur point de départ, ils sont au repos
CLASSIFICATION DES PHONEMES

Jacobson:

Phonèmes vocaliques = voyelles (► vocalises), c’est mesurable, régulier

Phonèmes non vocaliques = consonnes (musicales)
Voyelles orales et nasales

= résonnance produit/libre passage de l’air dans l’appareil phonateur
Mouvement articulatoire double ► deux mouvements simultanés

- soulèvement d’une partie de la langue vers la voûte palatine

- mouvement des lèvres
Consonnes = deux types : Constrictives (bruit provoqué par le rétrécissement du passage de l’air) (/f/, /v/)

- Occlusives : (fermeture ouverture soudaine : explosion (/t/, /d/, /p/)
Pour décrire les phonèmes, on tient compte de:

- organes qui les articulent

- disposition de ces organes


  1. Orales

Paramètres de forme et de volume d’organes phonateurs

1) Position de la langue

2) Position des lèvres

3) Degré d’ouverture
Les voyelles sont répercutées dans la cavité buccale

Lorsque la langue est à l’avant ► elle réduit le volume de la cavité buccale

Lorsque les dents se collent aux dents, les commissures se rapprochent ► ouverture minimale (/i/ degré d’aperture minima)

Lorsque la langue se trouve au fond du palais ► espace important, les lèvres sont plus en avant (/ou/ degré d’aperture maxima)

Bouche plus grande ► /a/
Cavité buccale (boîte de résonnance)

Minima: phonème/voyelle [i] /ici/

Maxima: phonème/voyelle [u] /ou/ /cou/

(bouche) grande ouverte [a] /pas/
Critères de description supplémentaires

FERMEE OUVERTE ANTERIEURE POSTERIEURE

ARRONDIE (non rétractée) NON ARRONDIE (rétractée)
Le [i] de /ici/ ► voyelle fermée antérieure et rétractée

Le [u] de /cou/ ► voyelle fermée postérieure et arrondie

Le [a] de /pas/ ► voyelle ouverte
► Multiplication des critères pour mieux cerner une langue, pour mieux décrire les différentes manières d’accomplissement d’un phonème
Le rôle de ces paramètres dans la description phonétique des voyelles

A) Position de la langue et mouvement lingual

Voyelle palatale/voyelle antérieure

Voyelle vélaire/voyelle postérieure
B) Position des lèvres et mouvement labial

Voyelle labiale/ voyelle arrondie ou non rétractée (Martinet)

Voyelle non-labiale /non-arrondie ou rétractée
C) Ouverture de la bouche et degré d’aperture

× Ouverture de la bouche : voyelle ouverte ou voyelle fermée

× Degré d’aperture: le [a] d’avant : /patte/ [pat] [a]

le [ɑ] d’arrière /pâte/ [pɑt] [ɑ]

 Voyelles intermédiaires

[y] de /pur/

[œ] de /peur/

 Voyelles moyennes, neutres et centralisées

 Timbre vocalique

aigu /i/ grave /ou/

diffus /i/ /ou/ compact /a/

► Timbres intermédiaires (entre les deux)

/i/ /é/ /è/ /ẽ/ /ä/ /a/ /ö/ /o/ /õ/ /ou/ /u/
× Quantité ou durée

Voyelle longue: /â/ /î/ /û/

Voyelle brève: /a/ /i/ /u/


  1. Nasales

 Seulement deux articulations:

× PALATALE ► labiale ou non labiale

× VELAIRE► toutes labiales

/ɛ̃/ = vin /ɛ̃/

/œ̃/ = un /œ̃/

 Très ouvert/très fermé:

/ᾶ/ = vent /ᾶ/

► FR : 16 voyelles, 12 orales, 4 nasales

/ɔ̃/ = fond /fɔ̃/

PHONEME (voyelle)

VOYELLES ORALES

1) Voyelles vélaires (antérieures) non labiales

Classées en fonction du degré d’aperture

[i] de [li] = /lit/ ► voyelle très fermée

[e] de [fe] = /fée/ ► voyelle fermée

[ɛ] de [sɛt] = /sept/ ► voyelle ouverte

[a] de [sak] = /sac/ ►voyelle très ouverte
2) Voyelles palatales (antérieures) non labiales

[y] pys /puce/ ► très fermée

[Ø] Ø /peu/ ou /peut/ ► fermée

[œ] pœr /peur/ ► ouverte
3) La suivante est mi-ouverte parce que son point d’articulation linguale et son degré d’aperture = intermédiaire:

[a] gЯanje /grenier/ ► voyelle mi-ouverte

NASALES

1) Les voyelles palatales non labiales

[ɛ̃] de [vɛ̃] = /vain/ ► voyelle ouverte

Mais aussi vin/vain/vingt
2) Les voyelles palatales labiales

[œ̃] de [bRœ̃] = /brun/ ► voyelle ouverte

VOYELLES ORALES
PALATALES (antérieures)

FERMEE TRES FERMEE OUVERTE TRES OUVERTE
[e] [i] [ɛ] [a]

dé cri mère date
[θ] [y] [œ]

fou mur leur

[ə] grədin
VELAIRES (postérieures)

FERMEE TRES FERMEE OUVERTE TRES OUVERTE
[o] [u] [ᴐ] [ɑ]

rose sou note pâle

VOYELLES NASALES
PALATALES (antérieures) VELAIRES (postérieures

FERMEE OUVERTE FERMEE OUVERTE
[ɛ̃] brin [ɔ̃] bon

[œ̃] brun [ã] plan

CLASSIFICATION DES CONSONNES

I point d’articulation

II mode d’articulation

III genre/type d’articulation
I consonne occlusive: ouverture

Consonne constrictive: rétrécissement et frottement de l’air sur les parois

► constrictive fricative = /f/ /v/ /z/

► constrictive spirante = [θ] /thin/

[Õ] /then/
1   2   3   4   5

similaire:

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconEssai de linguistique générale
«système solaire» clos sur lui-même, mais «traversé par ces différentes lignes relevant de l’histoire des idées et qui définissent...

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconLittérature presse linguistique p. 57 Sciences p. 61 Informations...
«La Conjuration contre les carpes» : enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Librairie...

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconImaginaire(s) linguistique(s) et contexte(s) culturel(s) plurilingue(s)

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconIntroduction générale

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconCompte-rendu de l'assemblée générale

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconThématique générale : L’enfant et la culture en Europe

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconCours d'introduction, présentation générale de l'oeuvre et du mythe de Carmen

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconPourquoi choisir l’italien ?

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconPourquoi tardons-nous tant a devenir ecologistes ?

Pourquoi etudier la linguistique generale en llce ? iconOtto, le gardien de l’art contemporain «Moon» de Not Vital
«Je ne sais pas si vous pouvez étudier l'art ( ) vous pouvez apprendre la technique, peut-être mais l'art ?»







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com