Atelier «L’œil qui roule»







télécharger 21.91 Kb.
titreAtelier «L’œil qui roule»
date de publication17.10.2016
taille21.91 Kb.
typeAtelier
a.21-bal.com > documents > Atelier

Le Sténopé

Une photographie sans objectif




Atelier « L’œil qui roule » Rennes 2007 (association Le saut de la puce)

Le sténopé, une photographie sans objectif est un projet visant à organiser au printemps 2011 (mars-juin), à l’échelle de la ville de Rennes et de sa métropole, un ensemble d’initiatives consacrées à la pratique du sténopé1 dans la création photographique contemporaine.

L’organisation de cet événement est le fruit d’une collaboration entre Nathalie Boulouch (Université Rennes 2 Haute-Bretagne), Yvette Le Gall (Le Triangle- Rennes) et Claude Tible (Galerie le Carré d’art-Chartres de Bretagne).

Le projet prend appui sur l’invitation faite à des associations et des artistes impliqués dans la pratique du sténopé qui proposeront des productions spécifiques pour la manifestation.

Les initiateurs du projet affichent la volonté de rechercher des collaborations permettant d’asseoir la manifestation dans un enracinement local et, par les invitations faites aux artistes, dans une dimension européenne.

Préambule

Apparu vers 1856 dans les travaux du scientifique écossais David Brewster qui lui donne le nom de  pin-hole  (trou d’épingle), le sténopé photographique s’est développé dans les pratiques photographiques dès la fin du XIXe siècle. Il n’a depuis cessé de susciter l’intérêt des photographes et des artistes et constitue aujourd’hui l’un des ressorts les plus novateurs des pratiques contemporaines.

Aux antipodes de l’hyper sophistication induite par la technologie numérique, le sténopé fait figure de dispositif de prise de vue primitif voire archaïque. En effet, le procédé consiste à réaliser des photographies sans objectif et généralement avec des systèmes d’obturation des plus rudimentaires. La camera obscura peut varier du minuscule au monumental. Ainsi, certains sténopés sont-ils réalisés dans des boîtes d’allumettes comme dans des caravanes.

Le sténopé représente pour de nombreux artistes contemporains un champ d’expérimentation leur permettant de donner libre cours à leur inventivité. Ils tirent le plus souvent parti des faiblesses du procédé (absence de viseur, durée importante du temps de pose, aléa du résultat) pour affirmer une esthétique particulière de l’image.

Par ailleurs, la simplicité du dispositif et sa dimension ludique en font le support privilégié d’une découverte et d’un apprentissage du processus photographique par un large public.




Sténopé :Israël Ariño ( Atelieretaguardia Barcelone)

Le projet
Le sténopé est un événement qui permettra de rendre compte de la richesse et de la vivacité de la pratique du sténopé dans la création photographique contemporaine.

L’ensemble des manifestations et des initiatives proposées auront vocation, dans leur diversité de forme et de contenu et dans un calendrier étalé sur plusieurs mois, ponctués par des temps forts, de toucher un public large et diversifié. L’implication des acteurs de la cité sera également recherchée.
Le projet s’articulera autour de quatre types d’initiatives :


Des ateliers



L’œil qui roule 

Organisé par l’association “Le saut de la puce”, cet atelier poursuivra celui mis en place en 2007 sous l’égide de l’association Camera obscura sur le quartier du Blosne. Les habitants du quartier seront invités à faire leur portrait par l’intermédiaire d’une caravane aménagée en sténopé géant.

Cette initiative sera pilotée par Le Triangle. L’atelier se déroulera de mai à septembre 2010 et donnera lieu à une exposition présentée dans le cadre de la manifestation en 2011.
Atelier scolaire à Chartres de Bretagne

Un atelier de fabrication de sténopé et de prise de vue sera également mis en place à Chartres de Bretagne pour des élèves de l’école primaire ou du collège, dans le cadre d’un partenariat Education Nationale – le Carré d’art.

Des interventions dans l’espace public
Camera obscura géante

Initiative grand public, une camera obscura de grande dimension pourra être installée dans l’espace public. Le parc du Thabor constitue très certainement un lieu idéal pour une opération pouvant avoir à la fois un caractère ludique et pédagogique ; le kiosque à musique pouvant être transformé en sténopé géant.

La ville de Rennes est sollicitée à cet effet.

La mise en œuvre de ce projet sera confiée à l’association « Atelieretaguardia » (Barcelone)
Aux passants curieux

L’association “Le saut de la puce” proposera la fabrication de boîtes sténopé petit format (non pas pour faire des prises de vue mais uniquement pour observer le phénomène de projection) disséminées dans la ville à des endroits stratégiques que les passants pourront manipuler seuls.

Des expositions 
Nous rechercherons la diversité des approches. Plusieurs thématiques peuvent être envisagées telles que :

-l’inscription du temps dans l’image fixe,

-l’aléa en photographie,

- la poétique de l’image,

-l’affirmation de la place de l’artiste dans le processus de création (présence/absence).

Ces axes seront précisés dans un document ultérieur et résulteront des choix des commissaires d’exposition.

A ce jour les lieux pressentis sont :

-la galerie Art & Essai de l’Université Rennes 2 Haute-Bretagne, Rennes

-Le Triangle, Rennes

-le Carré d’art-Pôle Sud, Chartres de Bretagne

-la galerie de l’artothèque de Vitré
L’orangerie du Parc du Thabor et la galerie du centre Culturel Colombier seront également sollicitées.
Une journée d’étude 
Il s’agira de restituer, dans sa dimension historique et théorique, la réflexion sur les pratiques créatrices en photographie à laquelle le sténopé a donné lieu.
Le contenu scientifique et l’organisation de cette journée seront pris en charge par l’université Rennes 2.

L’organisation : les acteurs et partenaires du projet
L’organisation de la manifestation reposera sur la collaboration privilégiée entre l’Université Rennes 2, Le Triangle et la galerie Le Carré d’art.

Au-delà, des partenariats sont recherchés avec l’artothèque de Vitré, le Centre Culturel Colombier.

Des partenariats financiers seront recherchés auprès de la Ville de Rennes, de Rennes Métropole, du Conseil général d’Ille et Vilaine, du Conseil régional Bretagne et de la DRAC Bretagne.

Des partenariats avec l’Education Nationale et l’APRASE sont à l’étude dans la perspective des ateliers.

Des partenariats privés sont également à l’étude (CCI).
Artistes et associations pressentis 
Un panorama assez large est envisagé. Des premiers contacts ont été établis avec : 


Contacts


  • Nathalie Boulouch, Maîtresse de conférences, Département d’histoire de l’art et archéologie, Université Rennes 2 : natboul@gmail.com (06 09 87 21 19).




  • Yvette Le Gall, Responsable des arts plastiques, Le Triangle, Rennes yvete.legall@letriangle.org



  • Claude Tible , conseiller artistique de la galerie Le Carré d’Art, Centre Culturel Pôle Sud, Chartres de Bretagne : claude.tible@wanadoo.fr ( 06 72 93 54 37)




1. Le sténopé est un appareil photographique sans objectif. Il s’agit le plus souvent d’une boîte, faisant office de camera obscura (chambre noire) percée sur l’une de ses faces d’un simple trou d’aiguille. La surface sensible à la lumière placée à l’intérieur de la camera obscura permet d’enregistrer l’image. Le sténopé désigne à la fois le trou d’aiguille dans la paroi par lequel filtrent les rayons de lumière, le dispositif de prise de vue et l’image résultante.



Document projet 16/10/2016

similaire:

Atelier «L’œil qui roule» iconAtelier de culture artistique
«Blätter für literarische Unterhaltung» de 1826 : «en réalité, IL vaudrait mieux appeler ses esquisses des hiéroglyphes artistiques...

Atelier «L’œil qui roule» iconZawieja hercher cécile
«Peintre en décor du patrimoine» à l’Ecole d’Avignon (ornementation, fausses matières : faux bois, faux marbres, ciel, drapé, verdures,...

Atelier «L’œil qui roule» iconIntro d’après G. Duby «Intro : Le flamboiement du gothique 1400-1530» dans «La Sculpture»
«jouées» aussi sur les parvis par les confréries religieuses pour enseigner le peuple. La perspective, le trompe l’œil, la couleur...

Atelier «L’œil qui roule» iconAtelier bricolage pour familles au Schwarzwälder Freilichtmuseum...
«les meilleurs et les plus robustes rosiers», atelier roses avec John Scarman (plantation, coupe, soins) (entrée 5 Euros) (

Atelier «L’œil qui roule» iconL'Atelier de Marie-Claire
«déclassée intellectuelle», c’était bien la petite couturière qui, tantôt, fait des journées bourgeoises, pour gagner trois francs,...

Atelier «L’œil qui roule» iconArs Humana Performance
«silence intérieur» qui imprègne celui qui crée, celui qui reçoit une œuvre, celui qui médite, celui qui prie

Atelier «L’œil qui roule» iconAtelier ouvert, 36 Lime Street, première co-opérative ateliers pour...
«Peace treaty signature Irlande de Nord /Angleterre» 1989, soutienne avec ambassade de Irlande. Livre de larmes en verre. Les Droits...

Atelier «L’œil qui roule» iconAtelier: Huicenmillun

Atelier «L’œil qui roule» iconAtelier contemporain

Atelier «L’œil qui roule» iconUn atelier Un paysage







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com