Cours culture







télécharger 304.02 Kb.
titreCours culture
page1/3
date de publication20.10.2016
taille304.02 Kb.
typeCours
a.21-bal.com > documents > Cours
  1   2   3


f r a y a g e





accident

agora

altérité

analogon

appareil

argent

art

artefact

articulation attitude

boite

cadre

cadrage

casse

casting

cellule

chose

clivage

code

communauté

communication

connivence

contexte

conversion

corps

corpus

couleur

coupure

cours

culture

décor

demande

dérivation

dérive

désert

diffusion

disparition

dissémination

distribution

double

échange

économie

écriture

enregistrement

errance

évènement

fantasmagorie

fiction

flâner

flâneur

flèche

flou

flux

focalisation

frayage

frayer

graphème

habitus

hétérotopie

heure

identifier

identité

identités

image

imaginaire

impact

index

inscription

interaction

intrus

intrusion

jeu

labyrinthe

lettre

limite

lien

liquide

logo

machine

maillage

manque

marque

marchandise

matrice

métaphore

métonymie

métropole

mimétisme

mixage

mouvement

n

nadja

narcisse

narcissisme

noir

nord-ouest

objectivité

optique

ouest

panneau

passage

passer

perte

pharmakon

photogénie

photographe

photographie photographies

piste

plan

pli

plus-value

pont

point

produit

promenade

promesse

prestige

preuve

proposition

publicité

punctum

pulsion

ready-made

réel

rencontre

représentation

reproduction

réseau

rêve

rouge

rue

scène

séquencage

séquence

série

signe

signifiant

simulacre

singularité

slogan

spéculation

studio

substitution

surdétermination

surface

symptôme

tache

telos

toucher

tee-shirt

trace

trahison

trajectoire

transaction

translation

transport

travelling

trou

ubiquité

ville

voyage

valeur

what





accident

ne pas oublier l’étymologie de ce mot : indice, signe»; lat. accidens, accidentis, de accidere «survenir».


agora

ce mot ne désigne plus, sans aucune ironie, qu’une partie ou l’ensemble de ces centres commerciaux, dont est vidée toute possibilité, non seulement de parole mais de pensée qui excéderait les limites du processus de marchandisation totalitaire qui est l’activité première de ce qui est plus une extension déterritorialisée de la zone de chalandise qu’une réalité géographique.
cette extension est coordonnée à l’entreprise de privatisation de l’espace publique.
il ne reste que des spectres de parole dans ces « agoras », une communication strictement formelle et utilitaire, déterminée et instrumentalisée.


altérité

celle-ci utilise le processus d’échange commercial mais son telos n’est pas le commerce, mais, à travers le commerce, la diffusion de micro-subversions, qui substituent aux mécanismes identificatoires et figuraux de la publicité, des possibilités d’abstraction et de constitution d’altérité.
le commerce est la « couverture » de cette diffusion qui est une déviation, au contraire de nike qui légitime son commerce par un pseudo apport ontologique.

une fiction autre,
création de nouvelles fictions.


analogon

l’appareil photographique considéré comme un analogon de l’œil doué d’une mémoire autonome et matérielle : la photographie.
l’appareil photographique comme le point de vue.


appareil

une boite avec un trou muni d’un obturateur, un diaphragme,

dans cette boite, une bande enregistreuse défile,

l’ouverture de l’obturateur permet de créer une coupure dans un flux et d’ajuster la durée de cette coupure : la coupure est l’ouverture.


argent


art

l’art comme partie de la publicité,

l’art (la publicité)devient la plus-value idéologique de la marchandise, c’est à dire que c’est cette plus-value qui en détermine, non pas le mode de production, mais le mode de distribution et d’exposition,

le ready-made aboutit à cela : l’œuvre d’art est l’adjonction à un produit quelconque d’une plus-value avant tout imaginaire, adjonction dont la valeur est attestée par le musée ou la galerie, cette plus-value immatérielle se dissémine d’abord comme forme, puis comme attitude et insémine les habitus communs,

la différence entre l’art et toute autre forme de marchandise se situe dans la proportion de cette plus value.
aura, prestige.
faire de l’art le lieu d’une conversion


artefact

d’abord, l’ « identité » de la reproduction photographique est altérée par un évènement accidentel qui produit un effet contraire aux critères d’objectivité de la reproduction photographique et détruit même la possibilité d’identité de la reproduction,

cet évènement se discrimine comme artefact,

ensuite, par la prise en charge cet évènement, de cet accident qui est alors assumé comme un composant de l’iconographie de l’image photographique,

cet accident est la trace refoulée du procès photographique et indique les limites du procès photographique et montre que l’iconographie photographique ne se limite pas à entériner une prétendue identité ou objectivité de la représentation photographique.
le photographe flâneur à la recherche de son reflet est l’artefact, il est l’intrusion et l’invention.


articulation

la forme bipolaire de la publicité pose l’hypothèse d’un état antérieur à la différenciation entre le dessin et l’écriture, d’un en deçà du signe, de la division et de l’institution de la structure de renvoi entre signifiant et signifié.

cette structure de renvoi forme une instance de mémorisation archaïque,

la publicité s’appuie sur cette articulation…


attitude




boite

on parle de boite noire quant à des dispositifs chargés à la fois d’enregistrement et de surveillance passive et automatique, par exemple, dans les transports,

l’appareil photographique, dès son invention, préfigure ces dispositifs.


cadrage

sélection et découpe dans la continuité de ce qui est vu, opération de contiguité.


cadre

le cadre du panneau publicitaire sépare deux mondes : le monde de la raison causale et instrumentale, monde construit, architecturé et cet autre monde, qui, en dehors d’être gouverné par les contraintes du marché, est celui où se libère la fantaisie la plus commune : échappée, liquidation temporaire des contingences de la réalité au profit d’une représentation de soi imaginaire.
ce cadre est une délimitation matérielle, une lointaine réminiscence du cadre ornementé du tableau, du paergon,
ce cadre n’est plus que la parure dérisoire d’un dispositif technique, dont la fonction décorative et optique a été réduite a minima pour devenir le signe qui marque l’extension spatiale du contexte publicitaire.
ce signe recouvre un dispositif technique qui échafaude, maintient le lieu de la fantasmagorie publicitaire en lui permettant d’obturer une portion de la réalité et, ainsi, de l’inséminer de ses fictions.





casse

la casse préméditée de l’urinoir de duchamp par pinoncelli est pathétique parce qu’elle montre son incompréhension de ce qu’est réellement l’enjeu du déplacement opéré par duchamp :

pinoncelli casse la marchandise urinoir (qui ne vaut que son prix d’achat...) mais ne met pas en cause l’effet du ready-made : la transformation de l’urinoir en ready-made symbolise la disjonction entre la valeur d’usage et la valeur d’échange.

cette disjonction correspond à l’apposition de la signature sur l’urinoir, celui-ci devenant une surface d’inscription.

l’erreur de pinoncelli _ et qui est avalisée par le M.N.A.M. est de répondre à une opération symbolique par un acting-out.

l’acte dérisoire de pinoncelli est une dénégation qui renforce l’autorité de ce qu’elle nie.


casting

les représentations de la publicité reposent sur une typologie qui correspond à des catégories fictionnelles et mettent en scène les habitus ...


cellule

chaque rubrique de ce texte est une cellule, chaque cellule est indexée, chaque cellule est reliée à l’index et à d’autres cellules par un lien hyper-texte.

chaque cellule possède un agencement singulier, ne serait-se que par le texte qu’elle contient et qui définit de par son sens et sa syntaxe une structure particulière, même si une règle globale et commune est respectée quant à la ponctuation.


chose

ce qui est pris en photographie, là, dans ce point d’arrêt…

cette chose qui me surprends ...

me rencontre.
ce que l’on veut prendre en photographie, qui est la cause, la matière d’un projet de photographie,

ce qui est le sujet exclusif de la photographie.


clivage

ce que présente la publicité se caractérise par une bipartition entre écrit et image : cette différenciation renvoie au clivage entre la désignation et la monstration, césure anthropologique déterminée par l’écriture et qui se manifeste dans ce qu’impose la lettre à la perception visuelle.

image


code
l’écriture est un code


communauté

« the unholly community »


communication

elle n’est strictement ni la publicité, ni les médias ni la propagande mais en se situant à l’intersection de ces domaines, la communication étends son influence bien au-delà et se répand partout,
cette puissance phagocytaire dans sa version courante et conservatrice se contente d’obéir à des mécanismes de répétition et de conservation, avalisant le conformisme social et justifiant la peur des individus ; elle est mauvaise conscience et ressentiment incarnés.
elle peut aussi représenter un aspect progressiste quand elle entérine l’émergence de nouveaux modes de vie,
elle essaye d’instituer une complicité de part en part le champ social à travers la diffusion de modèles , de standards d’identification,
son but est d’établir la connivence minimale avec celui à qui elle s’adresse, le spectateur de la fantasmagorie publicitaire,

son flux tend vers l’ubiquité

connivence

fermer les yeux

l’efficace de la publicité vient de qu’elle cligne de l’œil pour séduire ceux qui connaissent et adhérent tacitement aux valeurs qu’elle promeut implicitement : elle ne promeut pas tant un produit qu’une connivence qui réfère à une idéologie, une fiction, à un habitus, le produit n’étant que l’indice, le signe de cette connivence.


contexte

le contexte publicitaire étends son c

hamp de connivence à l’infini, cette extension est ordonnée à la capacité à lire.

conversion

convertir son regard en photographie.

corps

être le corps, le sujet qui supporte l’appareil photographique,

un corps qui tremble, qui oscille, un corps qui pause et tient.

revendiquer ce point de vue.


corpus

un ensemble de photos qui montre un habitus urbain.


couleur

ce texte est en noir et rouge : noir pour le texte, rouge pour les liens, l’hypertexte,
le graphisme codifie chacune de ses couleurs qui sont délimitées et planes comme sur ce pictogramme.
surface-de-couleur

séquence-de-couleur

coupure

l’appareil photographique enregistre de façon discontinue un intervalle temporel donné et le fige…

la photographie fait signe d’une coupure.


cours


culture

la photographie montre le contexte de la culture de l’image : c’est un contexte à la fois technologique et anthropologique qui est défini par les effets de la reproductibilité technique des images sur nos habitus :

comment ces habitus déterminent la perception de nous-mêmes et construisent notre narcissisme,

les conséquences de la reproductibilité technique dans l’imaginaire définissent le champ de la culture de l’image.


décor

la disposition des quais du métro invite le spectateur à une confrontation avec sa propre représentation magnifiée dans les affiches publicitaires,

et ceci dans une proportion qui excède ses propres dimensions. ...
l’iconographie publicitaire inclus dans son casting celui qui pourrait être un des acteurs de ses mises en scène et qui attend le métro, ici, sur ce quai ....


demande

la publicité a une accointance avec le narcissisme, elle exprime la demande d’être et de se voir représenté.
cette demande est absolue demande d’amour.


dérivation

mon parcours se détourne de son cours initial, prends une nouvelle direction, mes pensées s’associent, inédites...
à chaque instant, ce phénomène se produit et mon parcours s’infléchit suivant le cours de ma rêverie, l’eau n’est jamais la même …


dérive

ma dérive ou plutôt le flux animé de mes pensées m’a amené je ne sais comment jusqu’ ici, là où il s’est passé quelque chose.(où j’ai pu faire cette photographie) (ou ne pas la faire)(etc.).
interaction de ce qui m’anime avec ces flux urbains : transports, images


diffusion


disparition

ce flou intensifie la présence de ces lumières au crépuscule en dissolvant l’arrière plan, l’échafaudage qui les supporte et montre la disparition progressif de l’architecture au profit de sa parure lumineuse.


dissémination

dissémination de ces cadres, prolifération de cette intrusion au format standardisé.

implantation déterritorialisée de ces lieux artificiels supportant la représentation d’une fiction dans tout le contexte publicitaire.
localisation aléatoire des panneaux, formation dans le contexte publicitaire d’une dialectique entre le panneau et son environnement, relation qui échappe à la programmation initiale de la communication publicitaire et produit une autre signification.
formation de chaînes signifiantes.  

dialectique ente le contexte publicitaire et le contexte urbain.


distribution


double

l’œil autonome de l’appareil photo, de la caméra redouble par son enregistrement ce qui est vu par l’œil,

c’est ce frayage, ce redoublement qui donne consistance à l’imaginaire, ce frayage donne une limite matérielle et conceptuelle à la vision par le cadrage.

échange

ce qui s’échange n’est pas tant la marchandise que ce qui lui est adjoint comme plus value idéologique, comme prestige.


écriture

l’écriture est un enregistrement qui se lit.


économie






enregistrement
non seulement l’enregistrement est un mémoire autonome et fossile, mais aussi et à chaque enregistrement une indexation est produite.


errance

une errance urbaine.


évènement

l’évènement est accident,
ce qui singularise une trajectoire déterminée et en détermine l’inflexion,

l’évènement est la rencontre.

fantasmagorie

le fantôme de l’agora

le fantasme de l’allégorie
fantasmagorie et monstruosité de la culture de l’image


fiction

la publicité est la plus value imaginaire, la part fictionnelle et romanesque de la marchandise, elle fonctionne comme un masque idéologique et attribue à la marchandise un ersatz d’aura : cet ersatz d’aura est en fait la projection sur le produit du prestige qu’il est sensé conférer à qui l’utilise. Il n’y a pas de relation immédiate entre la représentation publicitaire et la réalité ou les qualités du produit, mais entre le produit et le prestige qu’il donne à celui qui l’utilise.
la fiction n’est pas le mensonge mais ce qui s’en différencie comme spécificité de la représentation.


flâner

le flux de mes pensée, leur émergence et leur disparition,

l’attention ou la curiosité plus ou moins forte que je porte aux flux des signes qui jouxtent mon parcours,

la modulation entre ou la fin d’un de ces deux flux modifie mon allure soit vers l’arrêt, soit vers le ralentissement que peut provoquer ma méditation ou vers une accélération provoquée par un environnement médocre.

 

la poursuite de mon vagabondage forme un itinéraire,

la surprise qui fait de moi un flâneur et me fait changer de chemin:

un évènement : cette chose qu’il rencontre…
ce qui forme séquence dans sa répétition altérée, modulée,
jouissance de ce parcours.


flâneur

avec un appareil photographique ou sans, toujours pouvoir s’échapper ici et maintenant.


flèche

nous imaginons une flèche en vol, à chaque instant, la flèche se trouve à une position précise, si l'instant est trop court, alors la flèche n'a pas le temps de se déplacer et reste au repos pendant cet instant.; maintenant, pendant les instants suivants, elle va rester immobile pour la même raison ; la flèche est toujours immobile et ne peut pas se déplacer : le mouvement est impossible.


flou

le décalage de la mise au point permet de faire apparaître dans la profondeur de champ, un point et de le rendre net, il devient surface sur l’arrière plan flou et devient alors ce qui me regarde...

bougé

flux

interaction de ce qui me meut avec ces flux : transports, images.

système de coupures de flux, scansion.

le cinéma a l’apparence d’un flux continu et analogue à la vision humaine même si il n’est constitué que d’une suite d’images fixes entrecoupées par un intervalle noir qui constitue à la fois la limite temporelle, la scansion, entre les images et la possibilité d’existence du mouvement, on peut donc « redécouper » un film en série d’images plus ou moins intervallées.


focalisation

le cadre de l’affiche publicitaire est un analogon du cadrage photographique,
matérialisation et localisation spécifique de cette coupure signifiante :

formation d’un jeu signifiant singulier.


frayage

l’écriture comme la lecture de ce texte est un frayage.

ce texte est le contexte de ces photographies,

ces photographies forment un frayage, une fois en les faisant, une autre fois en les regardant et, encore, en les refaisant.


frayer
- 1. Vx. Frotter*.

- 2. (V. 1360). Mod. et cour. Tracer* (un chemin) par le passage (étym., par le frottement des pieds au sol).

-II. V. intr.

- 1. (1307). Déposer ses oeufs*, en parlant de la femelle du poisson (qui frotte souvent son ventre contre le sable pour faciliter l'émission).

- 2. (Fin XVIIe). Fig. Frayer avec qqn, frayer ensemble : avoir des relations familières et suivies.


graphème

dans l’iconographie photographique ce que je spécifie comme graphème est cette tache, cette surface de forme circulaire qui se distingue dans le flou de l’arrière-plan par sa netteté,

l’émergence du graphème s’accompagne de l’apparition du flou dans l’image photographique.
c’est un lieu commun de l’image cinématographique de faire apparaître dans ses arrières plans, cette forme connote du milieu urbain.
cette forme est un effet, un artefact optique.
graphème : de manière moins circonstancielle, c’est l’invariant, l’élément discret et non sécable de l’écriture_ de toute écriture_ dans sa matérialité offerte à la vue pour être reconnue comme trace et comme signe,
on peut comprendre le graphème en résonance avec le phonème mais dans un registre autre, comme ce qui est saillant à la vue et non ce qui transperce le silence.

habitus

(Répandu v. 1980). Sociol. Manière d'être d'un individu, constituant un ensemble de signes socialement codés, et telle qu'elle se manifeste, en particulier, dans son apparence corporelle (maintien, gestuelle, mimique; voix; vêtements, soins cosmétiques, etc.).
un habitus urbain.

un habitus qui représente les usages d’une communauté, réelle ou fictive.

l’habitus, c’est ce qui se transmet ou s’imite.

heterotopie

La notion d'isotopie appelant celle d'hétérotopie, il s'ensuit un classement formel (structural) des espaces mentaux et sociaux en isotopes et hétérotopes, avec des rapports et implications, d'appartenance, d'inclusion et aussi d'exclusion, d'extériorité. Un tel classement peut prendre pour référence la chose écrite (qui précisément s'érige elle-même en contexte mental et social, et supplante les autres référentiels).

Henri LEFEBVRE, la Vie quotidienne dans le monde moderne, p. 299-300.

heure

souvent et de manière récurrente, je sors au crépuscule, à cette heure où les réverbères ne sont encore allumés et le jour a déjà commencé à décliner, je photographie ce qui se détache dans la semi obscurité, quand l’architecture disparaît petit à petit…

identifier

le flou de l’image rend équivoque l’identification de ce qu’elle représente,

ce flou provoque une coupure signifiante.

identité

la photographie permet de reproduire n’importe quoi et de dupliquer cette image à l’identique jusqu’à (l’infini )ici = n+1.
la photographie permet de se représenter soi-même.

identités

l’image publicitaire présente des identités ready-made, identités que l’on peut revêtir et qui correspondent à des habitus.

image

dans la première définition du mot image, l’apparition de celle-ci est conditionnée à un principe optique : une image est la reproduction inversée qu’une surface polie donne d’un objet qui s’y réfléchit.
cette définition insiste sur l’absence de matérialité propre à l’image : l’image est un reflet et son apparition dépend d’un dispositif optique à travers lequel un objet matériel se trouve reproduit.

imaginaire

l’imaginaire a une structure obsessionnelle, il vise d’abord à assurer et à accroitre son emprise temporelle.
impact

éprouver la jouissance que peuvent procurer les signes dispersés de la culture de l’image.
index
inscription

l’inscription donne à la surface une qualité,

l’inscription crée la valeur.
interaction

la publicité, sous sa forme visuelle, dépend de l’interaction entre texte et image.

comment intervient ce qui est de l’ordre du mot, de la dénomination sur ce qui appartient au strictement visuel (non-médiat)et vice versa ?
intrus

le photographe est un intrus.

intrusion

la représentation du photographe est une intrusion.

jeu

ceci est un jeu.

labyrinthe

cette métropole est une étendue spatiale complexe, à n dimensions, 

une matrice, un giron.
son mobile est un principe d’expansion qui tends vers l’infini,

son motif répété est le labyrinthe fractal,

agglutination, massification de ce motif, de ce pli .
ce motif tel qu’il se donne à la vue maintenant: une façade, une chaussée, un trottoir…

ses variations: forme , échelle, enveloppement,

lettre

qu’est ce que la lettre impose à la perception?
elle impose au regard l’apprentissage d’un frayage spécifique qui permet l’accès à une signification codée, seconde et médiate,
ce frayage s’enclenche quand on reconnaît la spécificité formelle et signifiante de la lettre et conditionne l’activité psychomotrice et pulsionnelle de l’œil en la dirigeant et en lui imposant un but étranger à ce la perception visuelle.
ce frayage oblige à un déchiffrement; les effets initiaux de déchiffrement, lenteur, scansion et effet de sens, sont neutralisés par ce qui dans la perception de la lettre et du mot, est relayé de manière phonétique et ne renvoie plus au voir mais à l’entendre.
ce frayage s’inscrit si profondément dans le cadre de nos habitudes culturelles qu’il en est devenu inconscient et que son apprentissage en a été oublié.


limite


lien


liquide

le flou liquide l’image


machine


maillage


manque

photographier a été pour moi l’occasion de donner plénitude à ma vue en découvrant quelque chose qui me ravit à moi-même dans ce cadre qu’est le viseur,


marchandise

la marchandise introduit un ordre symbolique mais parce que elle est devenue le support sur lequel s’inscrivent divers slogans : la marchandise est devenu un objet de propagande et elle transmets des slogans et des mots d’ordre.


marque

créer une marque,
cette marque diffuse des objets qui subvertissent l’identité de la conscience de soi en y introduisant un moment de non-pensée (de pensée non-discursive). A développer il faut comprendre que dans mon contexte conscience de soi = égo

Flux = identité

utiliser le lieu déterritorialisé de l’art pour accomplir et diffuser cette conversion, nous sommes, ne pas l’oublier, dans une proximité du religieux dans son sens social fort,
cette marque devient la trace, le signe de cette conversion.

« rock my religion »

etc…


la marque est un signe


matrice

m a t r i X

m a t r i c e


métropole

XIVe; bas lat. metropolis, grec metropolis, de mêtêr «mère», et polis «ville»

concentration et extension, densité de la métropole,
une agglomération,

une mosaïque.
une métropole qui montre par sa matière, son histoire,

par les accidents de sa trame, son évolution.

stratification et juxtaposition des traces des époques qui ont constitué cette métropole.


métaphore

[metafóR] n. f.
le texte comme métaphore de la ville,

le texte comme négation de la métaphore, comme coupure et scansion.

trope : 1554; lat. tropus, grec tropos «tour, manière».
la métaphore partout

palimpseste, réseau

rhizome

la métaphore, ce n’est le pas corps dispersé par les mots, le corps hétérotopié.
ALLÉGORIE [al(l)egóRi] n. f.

- 1. (En littér.). Narration mettant en oeuvre des éléments concrets, de manière cohérente (selon une isotopie*), chaque élément correspondant métaphoriquement à un contenu de nature différente, en général abstrait.


métonymie

[metónimi] n. f.
Didact. Figure de mots, procédé rhétorique par lequel on exprime un concept au moyen d'un terme désignant un autre concept qui lui est uni par une relation nécessaire (la cause pour l'effet, le contenant pour le contenu, le lieu ou le producteur pour la production, le signe pour la chose signifiée...). - Hypallage, métalepse; synecdoque. Boire un verre (le contenu d'un verre), ameuter la ville (les habitants de la ville), sont des métonymies.

Spécialt (depuis les formalistes russes et surtout Jakobson, v. 1935). Procédé sémantique utilisant la contiguïté (opposé à métaphore, laquelle est fondée sur l'analogie). Rôle de la métonymie dans la métaphore même.

DÉR. Métonymique.
1 Le mot de Métonymie signifie transposition, ou changement de nom, un nom pour un autre. En ce sens cette figure comprend tous les autres tropes (...) les maîtres de l'art restraignent (sic) la métonymie aux usages suivants. LA CAUSE POUR L'EFFET; par exemple vivre de son travail, c'est-à-dire , vivre de ce qu'on gagnait en travaillant (...). L'EFFET POUR LA CAUSE

(...) LE CONTENANT POUR LE CONTENU : comme quand on dit, il aime la bouteille, c'est-à-dire, il aime le vin (...) LE NOM DU LIEU où une chose se fait, se prend ou LA CHOSE MêME (...) LE SIGNE POUR LA CHOSE SIGNIFIÉE (...) Ainsi le Sceptre se prend pour l'autorité royale (...) LE NOM ABSTRAIT POUR LE CONCRET (...) Les parties du corps qui sont regardées comme le siège des passions se prennent pour les sentiments mêmes (...).

C. DU MARSAIS, Des tropes,... II, La métonymie.
2 La Synecdoque est donc une espèce de métonymie, par laquelle on donne une signification particulière à un mot (qui dans le sens propre a une signification plus générale ou plus particulière). En un mot, dans la métonymie, je prends un nom pour un autre, au lieu que dans la synecdoque, je prends le plus pour le moins, ou le moins pour le plus
  1   2   3

similaire:

Cours culture iconCours8 sur la Culture
«culture» en tant que produit de l'humanité et des civilisations successives; culture qui, nous le verrons tout au long de l'histoire,...

Cours culture iconSujet : Croiser culture numérique, compétences mobilitaires et analyse...
«culture», au sens que donnent les anthropologues à ce terme. Cette culture possède des dimensions sociales et politiques, sans lesquelles...

Cours culture iconCulture visuelle asiatique S3 Culture populaire et nationalisme dans le Japon contemporain

Cours culture iconCours du 24/01/2012
«grand papa». Elle avait beaucoup changé sous l’influence de Max Weber. Elle intègre les autres domaines de l’histoire, la psychologie,...

Cours culture iconCulture
«culture cultivée», renvoie à des pratiques de références légitimées par la classe dominante qui les utilise à des fins de reproduction...

Cours culture iconÀ nos lecteurs
«valorisation des langues étrangères», l’Éducation nationale orchestre la promotion de la langue et la culture arabes par des enseignants...

Cours culture iconCours de croquis en cours du soir aux Beaux-Arts de Tournai

Cours culture iconJournées d'études au Collège des Écossais
«la culture et l’éducation». Le collège des Ecossais est aujourd'hui l'héritage vivant de l'oeuvre de toute sa vie. Qui plus est,...

Cours culture iconCours Florent à Paris. Professeurs
«Corps en mouvement» (danse contemporaine + mise en relation avec le théâtre) aux Cours Florent

Cours culture iconScénario Ivan Arsenjev, Petr Forman, Veronika Švábová
«culture pour tous au pays des fées», avec le soutien de la commune de Retiers et de la communauté de communes du pays de la Roche...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com