5/ bibliographie 6/ annexes







titre5/ bibliographie 6/ annexes
page9/19
date de publication17.12.2016
taille0.5 Mb.
typeBibliographie
a.21-bal.com > économie > Bibliographie
1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   19

L’équipe pédagogique qui assurera l’encadrement de ces actions aura plus particulièrement pour mission :





  • d’aider l’étudiant à définir le projet et à entreprendre la démarche,

  • de privilégier la faisabilité,

  • de veiller à la cohérence actions/projet,

  • de conseiller sur les sources documentaires,

  • d’apporter une aide technique et des compléments théoriques,

  • de conseiller sur la réalisation du dossier projet,

  • d’activer en permanence les relations nécessaires avec le commanditaire, par des rencontres programmées ou non au lycée ou de préférence au sein de l’organisation,

  • d’assurer une évaluation formative destinée à faire prendre conscience des compétences acquises ou à acquérir et permettre la “ transférabilité ” à d’autres situations professionnelles


Les enseignants - formateurs n’interviennent jamais comme acteurs eux-mêmes dans le déroulement de l’action ou du projet mais uniquement comme expert et contrôleur.
L’horaire d’actions professionnelles regroupé sur une journée, planifié dans l'emploi du temps, facilitera les rencontres avec les différentes parties prenantes au projet ou à l’action. L'équipe pédagogique impliquée dans le suivi des projets professionnels, sera à la disposition de l'étudiant lors de cette journée soit au lycée soit en l'accompagnant dans certaines de ses démarches les plus importantes, notamment dans la phase initiale de définition du projet ou de l’action.
Un suivi pédagogique et des bilans périodiques seront programmés et planifiés afin d'évaluer la progression de l'étudiant dans la conduite de son projet.
Le financement des actions et des projets
Chaque action ou projet engendre nécessairement des coûts qui ne peuvent être laissés à la charge de l’étudiant ou du groupe d’étudiants responsable de l’action ou du projet.

Les modalités de financement doivent d’abord être recherchées avec le commanditaire qui sera bénéficiaire du travail réalisé. En cas d’accord, les modalités de remboursement des frais engagés doivent être négociées avant tout début d’activité.

Le refus du commanditaire de prendre en charge ne serait-ce qu’une partie des frais relatifs à l’action peut souvent être interprété comme un désintérêt réel vis à vis du travail à venir. Il est alors possible de s’interroger sur la portée formatrice d’une telle action et sur l’impact déstabilisant que cela pourrait avoir sur les étudiants.

Dans certains cas limités, il peut être envisageable d’accepter des actions ou projets non financés. Il est alors possible d’étudier avec l’équipe administrative les modalités d’une éventuelle prise en charge par l’établissement (chapitre J1).
Les sorties des étudiants et des professeurs sur le terrain à l’occasion du suivi des actions professionnelles
La réglementation en vigueur autorise les sorties des élèves et des enseignants de l’enseignement technique pour des raisons pédagogiques, sous réserves du respect de la réglementation en vigueur2.

Il est primordial de définir avec le chef d’établissement les modalités concrètes de déroulement des sorties et les formalités administratives à accomplir. Il est en effet obligatoire d’informer systématiquement le chef d’établissement de l’objet de la sortie, de sa durée, de ses modalités (type de transport utilisé) et du lieu de destination.
E. La variété des actions professionnelles et des projets
Compte tenu des différentes composantes de l’environnement professionnel visé par le référentiel des activités professionnelles, il est fortement recommandé que les actions professionnelles et les projets réalisés pendant les deux années de formation couvrent la totalité des domaines :

- organisation de manifestation ou d’événements,

- organisation de visites ou accompagnement de groupe,

- gestion de l’information touristique,

- assistance au développement de projets touristiques.
Il est également recommandé que ces actions et projets se déroulent au sein des différentes structures représentatives :

- structures institutionnelles du tourisme,

- associations,

- entreprises du secteur privé.

2.3. Les stages
Objectifs d’un stage professionnel


  • appréhender la réalité d’une structure touristique, en découvrir son organisation

  • permettre l’application concrète des connaissances théoriques acquises durant la formation

  • permettre l’acquisition de compétences opérationnelles par une mise en situation réelle


Durée et périodes de stage


  • De 12 à 14 semaines avec possibilité de fractionnement dans une ou plusieurs structures touristiques

  • Une période de 6 semaines consécutives est obligatoire dans une même structure


Organisation
- Recherche de stage
La recherche de l’entreprise d’accueil et la négociation du contenu du stage sont assurées conjointement par l’étudiant et l’équipe pédagogique de l’établissement de formation.
- Convention de stage
Chaque période de stage en milieu professionnel fait l’objet d’une convention entre l’entreprise d’accueil et l’établissement fréquenté par l’étudiant. Cette convention est établie conformément aux dispositions en vigueur (circulaires des 30 Octobre 1959, BOEN n° 24 du 14 décembre 1959 et du 26 mars 1970, BOEN n° 17 du 23 avril 1970)

Outre les mentions réglementaires, chaque convention comprend une annexe pédagogique, établie conjointement par le stagiaire, le tuteur et le professeur responsable du suivi, qui décrit :

  • les objectifs poursuivis libellés en termes de compétences à acquérir ou à approfondir,

  • les modalités prévues pour atteindre les objectifs pré cités (responsabilités et missions confiées au stagiaire),

  • les informations que l’organisme s’engage à fournir afin d’aider le stagiaire dans son travail,

  • les conditions matérielles de déroulement du stage (lieu(x), conditions d’utilisation du matériel mis à disposition, horaires),

  • les modalités de tutorat (nom du tuteur au sein de l’organisme d’accueil, modalités de suivi du stagiaire par ce tuteur),

  • les modalités d’échange entre le représentant de l’organisme d’accueil, le tuteur et l’équipe pédagogique (fréquence et dates des visites du représentant de l’équipe pédagogique au sein de l’organisme d’accueil, procédures d’échanges d’informations en cas de difficultés rencontrées par le stagiaire…)

  • les modalités de l’évaluation conjointe (équipe pédagogique, représentant de l’organisme d’accueil, tuteur, stagiaire) de la période de stage.

  • les modalités de prise en charge des frais supportés par le stagiaire à l’occasion des activités confiées pendant le stage (éventuellement)

  • la gratification versée au stagiaire (facultatif, dans les limites prévues par la loi).


- Suivi de stage
Le suivi de stage est assuré par un ou plusieurs professeurs ou formateurs dont à titre principal le professeur enseignant les disciplines professionnelles, en collaboration avec les autres membres de l’équipe pédagogique. Ce suivi se traduit impérativement, sauf éloignement géographique important, par des visites sur le lieu de stage et des rencontres avec le tuteur.
- Fin de stage
Un certificat3 attestant la présence de l’étudiant dans la structure d’accueil et mentionnant les activités réalisées est remis au stagiaire par le responsable de l’entreprise (ou son représentant) à la fin de la période de stage.
De même, un bilan de stage est établi par le responsable et le ou les enseignants responsable(s) du suivi de stage4.

2.4. L’équipe pédagogique
La nécessité d’un travail en équipe, autour d’un projet pédagogique local explicite, doit être affirmée avec force, et pour plusieurs raisons :

- le volet “ insertion ”, qui s’ajoute à la dimension formation, ne peut être traité que dans le cadre d’une démarche commune à l’ensemble des formateurs. L’emploi est en effet le but à atteindre, au même titre que le diplôme ;

- cette nouvelle formation intègre simultanément une dimension culturelle et une dimension technologique indissociables,

- certains aspects particuliers des “ savoirs ” peuvent être abordés dans l’un et l’autre (ou dans l’un ou l’autre) des enseignements, ce qui nécessite une réflexion commune et une coordination des progressions pédagogiques. Exemple : les bases du système comptable et de la mercatique figurent sur la liste des savoirs S4 relatifs à l’économie – droit ; il est donc nécessaire que les enseignants chargés du cours d’économie droit et de mercatique – gestion coordonnent leur progression afin d’éviter une répétition.
Chaque enseignement, qu’il soit “ général ” ou “ professionnel ”, se situera nécessairement dans cette perspective professionnelle. Il est donc nécessaire de prévoir l’organisation des rythmes pédagogiques (intégration des stages de formation, progressions pédagogiques, évaluations…) dans une logique d’équipe pédagogique. L’acceptation de cette pratique et de ces conséquences (ex. participation de tous les enseignants aux temps forts de la formation tels que le suivi des stages ) est un préalable à toute participation à la formation.
Les moyens spécifiques affectés notamment aux actions professionnelles touristiques doivent faciliter ce travail en commun. Une répartition judicieuse de ces heures d’APT (cf. C. 2.2. infra) et une articulation de l’emploi du temps des groupes de première et de deuxième année permettront d’offrir aux enseignants des plages horaires communes, un temps de présence dans l’établissement propice au travail en commun.

3/ LES ÉPREUVES
Épreuve écrite E3 (Savoirs S3 et S5)
Caractéristiques et qualités d’un bon sujet 
Il se traduit par une production technique écrite (argumentaire, maquette d’un document pour édition) et graphique (analytique et synthétique)

Cette production répond à une demande professionnelle précisément identifiée de connaissance critique d’un territoire liée à une volonté d’action du demandeur : de création, d’amélioration, de traitement d’un problème…
Elle doit mettre en évidence :

  • la capacité à utiliser des compétences techniques à partir de documents-information bruts (les matrices peuvent être fournies)

  • la capacité à mobiliser des connaissances (savoirs érudits) à partir de supports de cadrage non exhaustifs (ex chronologies, iconographies, informations techniques…)


Elle permet d’apprécier la pertinence du choix des moyens de traitement, leur qualité et celle des commentaires associés.
Exemples de thèmes abordables :

  • création d’itinéraires, de topo-guides

  • possibilités qualitatives de productions touristiques suggérées par les caractéristiques du territoire

  • contraintes limitatives à la production touristique

  • localisation d’un événement

  • création, extension ou suppression d’un équipement, d’une animation

  • analyse préalable à la création d’une ZPPAUP, ZNIEFF…, à la modification de documents d’urbanisme

  • écomusée

  • réhabilitation, reconquête par le tourisme d’un espace

  • documentation pour la création, modification d’un document (information, promotion…)


Exemples de donneurs d’ordre :

  • Collectivités territoriales

  • Administrations

  • OTSI

  • Directions de stations

  • Associations

  • Entrepreneurs privés (autocaristes, gestionnaires d’équipement)

  • Syndicats professionnels



4. E4 (U4) : Économie droit appliqués au tourisme
A. Rappel du référentiel 
1. Finalités et objectifs 
L’objectif visé est d’évaluer les compétences économiques et juridiques exprimées au sein du référentiel dans leurs composants méthodologiques et notionnels.
Dans le cadre des activités liées au tourisme, on veut apprécier l’aptitude du candidat à :

  • appréhender l’environnement économique, juridique et social et en percevoir l’évolution,

  • analyser une situation et poser un problème,

  • mener une réflexion et construire une argumentation.


2. Contenu 
L’unité U4 “ d’Économie et droit appliqués au tourisme ” est validée par le contrôle de l’acquisition des savoirs et des compétences figurant dans le programme d’environnement économique, de management des organisations, d’environnement et organisation juridique.
3. Critères de l’évaluation 
Les trois disciplines évaluées ont un poids sensiblement égal.
Il est tenu compte

  • de la pertinence de l’analyse,

  • de la rigueur de la démarche,

  • de l’exactitude des connaissances,

  • de la logique du raisonnement.


4. Mode d’évaluation 
L’épreuve comporte deux parties indépendantes :
- L’une vise à évaluer plus particulièrement les compétences méthodologiques relatives à l’exploitation d’informations économiques et ou juridiques liées au secteur ;
- L’autre vise à apprécier la réflexion du candidat et son aptitude à construire un développement structuré sur une ou deux questions relevant du domaine de l’environnement économique, du management des organisations, de l’environnement et organisation juridique ou associant deux d’entre eux. Cette partie peut éventuellement prendre appui sur une documentation.
B. Précisions supplémentaires 
1. La première partie de l’épreuve
Types de sujet pouvant être proposés :
En économie

Analyse de tableau statistique à l’aide de questions

Analyse de graphique à l’aide de questions

Analyse de texte à l’aide de questions
En management des organisations

Analyse de graphique à l’aide de questions

Analyse de texte à l’aide de questions

Cas pratique
En droit

Cas pratique

Analyse de décision de justice à l’aide d’une fiche de jurisprudence

Analyse de doctrine à l’aide de questions
Cette première partie s’appuie sur des connaissances méthodologiques précises et sur des connaissances notionnelles : elle peut faire l’objet d’une ou deux questions supplémentaires de contrôle des connaissances. Elle comporte au moins un travail sur document.
2. La seconde partie de l’épreuve :
L’objectif principal de la seconde partie de l’épreuve est la formulation d’une problématique et le développement d’idées sous une forme structurée. La présence de documents n’est pas obligatoire.

Ce travail peut porter sur les trois ou les deux ou une seule discipline. Le domaine d’évaluation est clairement celui du savoir et de l’aptitude à construire un plan.
E5 (U5) - Étude d'opérations touristiques
1. Cœur de cette épreuve : il s'agit de mettre en œuvre des techniques mercatiques et de gestion pour résoudre un problème ou améliorer une situation du tourisme réceptif.

La correction se fera conjointement5 par un enseignant de mercatique/gestion et un enseignant de techniques touristiques.
2. Le sujet6

  1. présentera un cas concret : la situation sera nécessairement réelle (et non imaginée), présentée dans toute sa complexité même si certains éléments ont été retravaillés ou simplifiés, pour d’évidentes raisons de volume d’informations notamment ;

  2. identifiera la fonction affectée à l'étudiant 

  3. demandera à l'étudiant de produire des travaux.


3. Les cas concrets et les fonctions permettront de couvrir un ou des champs du RAP. On peut donner quelques exemples (liste non limitative) :


  • Agent de développement auditant une structure

  • Chargé de promotion pour une collectivité territoriale

  • Assistant ou organisateur d'un événement

  • Gérant d'une structure touristique (centre équestre, unité d'hébergement touristique …)

  • Concepteur d'un produit touristique ( route thématique, circuit de quelques jours, …)


4. Les documents fournis permettront d'une part à l'étudiant de se situer, de cerner la situation professionnelle et de nourrir sa réflexion. De type professionnel, ils permettront d'autre part au candidat de structurer sa réponse et de ce concentrer sur l’analyse et les propositions (documents pré construits).

On pourra fournir par exemple, outre un descriptif, des éléments de situation, des études réalisées, des éléments comptables, des éléments de fréquentation, un tableau de bord à compléter et à analyser…
5. Les travaux à réaliser devront permettre à l'étudiant de mobiliser les compétences énoncées dans le référentiel de certification ; ces travaux devront permettre une évaluation.

Il pourra s'agir par exemple (liste non limitative) :


  • D'analyser un budget

  • De mettre en place un outil de promotion

  • De définir un financement

  • D'étudier un marché

  • D'étudier une faisabilité

  • De concevoir un programme de visite ou de circuit


Pour cela l'étudiant pourra être conduit à fournir des éléments tels que
Rapport, note de synthèse, grille d'analyse, tableau, calculs intermédiaires, budget, lettre, programme, commentaire…
ÉPREUVE E6 : CONDUITE ET PRÉSENTATION DE PROJETS ET D’ACTIONS TOURISTIQUES
L’objectif est de mesurer l’existence de compétences relevant des champs de l’action touristique, de l’analyse spatiale et du patrimoine, de la mercatique – gestion, caractéristiques d’un titulaire du BTS AGTL. C’est au travers de la relation que le candidat fait des diverses expériences professionnelles vécues en situations réelles que l’on mesurera ces compétences.
Il s’agit d’une épreuve orale dont l’évaluation repose uniquement sur la prestation du candidat pendant le temps imparti. En aucun cas les documents présentés par le candidat (dossier et annexes proposées en appui de l’exposé) ne sont évalués.
Le dossier support d’interrogation est prévu pour apporter au jury des informations sur les actions et les projets réalisés. Il ne s’agit pas de transformer la rédaction de ce dossier et notamment des fiches descriptives en un exercice scolaire spécifique.
Il n’y a pas de nombre minimum (ou maximum) d’action ou de projet à réaliser pendant la formation. Cependant, la variété des actions et des projets réalisés doit permettre de couvrir l’ensemble des champs professionnels repérés dans le référentiel des activités professionnelles. Cette capacité à appréhender la diversité des situations professionnelles de référence sera évaluée lors de l’épreuve.
L’évaluation portera d’une part sur l’exposé et d’autre part sur l’entretien avec la commission.

Les critères retenus seront précisés dans une grille nationale proposée par la circulaire nationale d’organisation de l’examen. Ils comprendront notamment : la qualité de l’exposé, de l’expression, la capacité à rendre compte d’un vécu professionnel, la pertinence et la rigueur de l’approche méthodologique des projets et des actions (définition claire des objectifs, choix de moyens pertinents, cohérence de la mise en œuvre, qualité de l’évaluation), la capacité d’adaptation à diverses situations professionnelles, le degré de connaissance du milieu touristique local, la capacité d’argumentation, le comportement professionnel.
Après l’exposé liminaire de présentation de l’ensemble des actions et projets réalisés pendant la période de formation, le candidat présentera, à la demande du jury, successivement une action professionnelle touristique et au moins un projet. Cette seconde phase n’est pas à proprement parlé un exposé mais plutôt un dialogue avec la commission.
Il s’agit de créer les conditions nécessaires à l’évaluation de compétences essentiellement méthodologiques. En aucun cas cette épreuve ne doit dériver vers un contrôle de connaissances détaché du contexte de l’action ou du projet présenté.

La commission est composée de deux enseignants appartenant à des champs disciplinaires différents et d’un professionnel. Cependant l’interrogation ne peut être organisée autour des spécialités de chacun des membres de la commission. Ainsi il ne peut être envisagé de prévoir une partie de l'entretien consacrée aux techniques touristiques proprement dites puis une partie consacrée à la mercatique – gestion.

La gestion de cet entretien (comme son évaluation) doit être globale et dictée par la démarche présentée par le candidat.


4/ L’ORGANISATION MATÉRIELLE ET SPATIALE
A. ÉQUIPEMENT NÉCESSAIRE POUR ASSURER L’ENSEIGNEMENT

(POUR 1 DIVISION DE 35 ÉLÈVES)
Objectif : permettre l’acquisition des compétences relatives notamment aux fonctions 2 et 4 (“ gestion de l’information touristique ” et “ assistance au développement de projets touristiques ”) du référentiel des activités professionnelles.
1. Équipement informatique (unité centrale et périphériques) :
- 12 postes informatiques équipés d’une suite bureautique (traitement de texte, tableur et gestionnaire de base de données).
- 6 postes informatiques multimédia dédiés à la gestion de l’information touristique (consultation et conception), équipés d’un logiciel de traitement de l’image :

- processeur d’une puissance >= 800 mhz

- lecteur DVD

- lecteur de disquette 3,5 à 1,44 Mo

- écran 17 pouces

- carte graphique haute définition

- disque dur 20 Go

- modem permettant une connexion à haut débit (câble ou Numeris)

- SD RAM 64 Mo

- 1 graveur de CD
- 3 imprimantes à jet d’encre couleur qualité “ photo ”
- 1 scanneur haute définition
2. Équipement vidéo
- un caméscope numérique
Nota : les établissements ou centres de formation devront impérativement prévoir une connexion à Internet à haut débit (type câble, Numeris, ADSL) pour les 6 postes multimédias dédiés à la gestion de l’information touristique.
3. Mise à disposition des étudiants
Ces équipements seront mis à la disposition des étudiants systématiquement pendant les heures consacrées aux actions professionnelles touristiques.

Selon des modalités à définir au niveau de l’établissement, ils pourront également être mis à disposition en libre service de façon à permettre le travail en autonomie.
BUDGET INDICATIF

(hors câblage)

(prix “ grand public ” au 23/01/01)





Q

P.U

T

Poste informatique équipé d’une suite bureautique

12

8 000

96 000

Poste informatique multimédia

6

14 000

84 000

Imprimante à jet d’encre couleur qualité “ photo ”

3

2 500

7 500

Scanneur haute définition

1

1 990

1 990

Caméscope numérique

1

12 000

12 000










201 490


B. ORGANISATION SPATIALE
L’aménagement de l’espace doit faciliter le travail en petit groupe et le recours aussi fréquent que nécessaire aux ressources disponibles, notamment informatiques.

Pour une division, l’aménagement “ type ” est le suivant :

- une salle banalisée équipée de mobilier modulaire et d’armoires de rangement pour la documentation spécifique,

- une salle informatique équipée de postes standards,

- une salle équipée de postes multimédia reliés à internet,

- une salle consacrée à la communication (téléphone et télécopieur, matériel vidéo ou numérique, accueil des professionnels…) : cette salle servira à l’accueil des professionnels, aux entraînements à la communication…
5/ BIBIOGRAPHIE
Ouvrages généraux
“ L’invention du tourisme ”, Marc Boyer, Découvertes Gallimard, 160 p.

“ Glossaire des termes touristiques ”, G. Quaranta, Bréal Editions, 112 p.

“ Action touristique ”, A. Huet, N. Rabeyrin, M.D. Sultan, Bréal Editions, avril 1998

“ Le tourisme en France, territoires et stratégies ”, N. Baron-Yellès, Armand Colin, avril 1999

“ Les métiers du tourisme ”, Philippe Charollois, Jeunes Editions, 2000

“ Les métiers du tourisme et de l’hôtellerie ”, Murielle Wolski-Quéré, L’Etudiant, Métiers et Formation, 2000
Gestion d’animations et d’événements culturels
“ Comment organiser un événement ”, Laurence Happe-Durieux et Nicolas Delecourt, Ed. du Puits fleuri, Héricy,1996, 175 p.

“ Festivals ”, cahier Espaces n°31, mars 1993, 144 p.

“ Valoriser le patrimoine de sa commune par le tourisme culturel ”, D. Bayle, M.S. Humeau,

Editions du Moniteur, Collectivités locales, 1992, 197p.

“ Organiser un spectacle ”, M.S. Humeau, Editions du Moniteur, Collectivités locales, 1992

“ Concevoir un équipement culturel ”, Claude Mollard, Editions du Moniteur, Collectivités locales, 1992

“ Diagnostic d'un équipement culturel ”, coll.Dossiers d’Experts, la Lettre du cadre territorial 1999
Gestions de manifestations professionnelles
“ Les salons touristiques, de la préparation au suivi ”, collection Thématour CCI, cahier n°3

“ Réussir un salon, une foire, une exposition. Guide pratique à l’usage de l’exposant et de l’organisateur ”, N. Delecourt, L.Happe-Durieux et V.Lespingal-Bastide, Ed. du Puits fleuri, 1997, 203 p.

“ Tourisme d’affaires ”, cahier Espaces n°45, février 1996, 128 p.
Élaboration de projets touristiques
“ Projets touristiques ”, série de trois volumes consacrés à la problématique du projet touristique, les Cahiers de l’AFIT, septembre 1997

“ Projet touristique, de la méthode d’élaboration et de présentation du dossier ”, Eric André, les Cahiers de l’AFIT, octobre 1998

“ Analyse et conduite de projets touristiques ”, Bruno Carlier, coll.Dossiers d’Experts, la Lettre du cadre territorial, 2000, 150 p.

“ Manuel du porteur de projet touristique en milieu rural ”, Trame-CNRTER, 2000, 350 p.

“ Les démarches qualité ”, collection Thématour n°2, ACFCI, juin 1999, 180 p.

"Investir dans le tourisme", FALCOZ Jean-Louis (dir.), (1999) Le Moniteur, collection Guides, 699 pages.
"Le financement du tourisme et de l’hôtellerie en période de mutation" , Jean-François TASSIN (1999), Rapport à la section des Affaires économiques du Conseil National du Tourisme, La Documentation française, 67 pages.
Le guide de l'opérateur touristique, A.F.I.T. (Agence Française de l'Ingénierie Touristique), (1996) Volume 1, 191 pages - (1999) Volume 2, 192 pages.

“ Les financements du tourisme”, cahier Espaces n°68, décembre 2000.
Accueil de visiteurs et animation de site
“ L’accueil et la visite dans les musées ”, éditions AFIT, juillet 1998

“ Comment développer l’ouverture de sites culturels aux touristes aux publics ”, Editions AFIT, 2000

“ Accueil et animation ”, cahier Espaces n°48, octobre 1996, 224 p.

“ Parcs de loisirs, culturels et pédagogiques ”, cahier Espaces n°58, octobre 1998
Élaboration de produits touristiques
“ Mise en lumière d’itinéraires touristiques urbains ”, François Hulot, les Cahiers de l’AFIT, septembre 1996

“ Méthodologie touristique, techniques d’organisation de visites ”, F.Brière-Cuzin, Bréal Editions, 1994, 160 p.

“ Le guide de l’opérateur touristique ”, X. Bonnel, C. Brenguier, AFIT, décembre 1996

“ Les routes touristiques, de la conception à l’animation ”, collection Thématour n°1, ACFCI, octobre 1997, 126 p.

“ Ouvrir un gîte rural ”, Editions d'Organisations en collaboration avec Agence pour la création d'entreprise, 2000.

“ Créer un gîte rural ou une chambre d'hôtes ”, Dossiers-projets Rebondir 2000.

“ Monter un projet culturel ”, Dossiers-projets Rebondir 2000.

“ Monter une activité touristique à la campagne ”, Dossiers-projets Rebondir 2000.
Typologie des formes de tourisme
“ Tourisme technique et industriel ”, cahier Espaces n°57, octobre 1998

“ Tourisme durable ”, cahier Espaces n°69, novembre 2000, 248 p.

“ Tourisme de santé ”, cahier Espaces n°43, octobre 1995, 128 p.

“ Tourisme urbain ”, cahier Espaces n°39, décembre 1994, 144 p.

“ Tourisme religieux ”, cahier Espaces n°30, mars 1993, 176 p.

“ Le tourisme en espace rural : acteurs, clients, produits ” Dossier de synthèse, CNRTER, 1999, 80 p.

“ Tourisme rural ”, cahier Espaces n°42, juin 1995, 208 p.

“ L’agritourisme ”, Florence Gramond, Joël Morette et Jean-Pierre Portefait, coll. Panorama de l’offre, les Cahiers de l’AFIT, AFIT, 1998
Tourisme et handicap
“ Tourisme et handicap, construire ou aménager des équipements touristiques pour les clientèles handicapées ”, les Cahiers de l’AFIT, 2000

“ Touriste handicapés ”, revue Espaces, novembre-décembre 1994

“ Handicap : des vacances en question ”, Anim’ Magazine, janvier-février 2001

“ Tourisme et handicap, l’offre touristique ”, Michel Magneux, rapport de synthèse du groupe de travail sur l’accueil des touristes handicapés, 1999, Conseil National du Tourisme, 51 p.

Gestion de l’information touristique


AFIT

Informatique et télématique touristiques / 1996

Yves Guyomard

AFIT

Informatique touristique : fiches pratiques / 1996

Yves Guyomard

AFIT

Les centrales de réservation / 1998




Cahier Espaces n°50 / 1997

Nouvelles technologies et tourisme




Coll. Dossiers d’experts

La Lettre du cadre territorial

Internet et multimédia appliqués aux collectivités

Francis Aynaud

Constance communication

AD Tourisme / Annuaire des Décideurs du Tourisme en France 2001




Cyberstrat et Benchmark Group

Le tourisme français sur l’internet. Guide pratique du tourisme réceptif (enquête 1999)




Editions ECONOMICA

L'audit marketing touristique

Michel BALFET

Editions EYROLLES

Internet & l'entreprise

Olivier ANDRIEU

Editions Gaëtan Morin

Marketing du Tourisme

Gérard TOCQUER

Michel Zins

Editions MICRO Application

Construction de site web Trucs, Astuces & Secrets




Editions MICROSOFT Press

Tout pour monter son site web




Editions MICROSOFT Press

Tout pour monter son intranet




Editions MICROSOFT Press

Comprendre le commerce électronique

David KOSIUR

Editions d'Organisation Université

Savoir se documenter

Geneviève LEFORT

Editions PUF - Que sais - je ?

Les banques de données n°1629

Jacques CHAUMIER

Ministère du tourisme,ONT / 1992

Thésaurus tourisme loisirs




ONT

Le tourisme français sur Internet




OMT WTO/ 1996

Séminaire sur le tourisme et les nouvelles technologies de l'information




OMT WTO

World tourism directory 95/96 Part I. Europe

Burkhard Herbote

OMT WTO

World tourism directory 95/96 Part II. The Americas

Burkhard Herbote

OMT WTO

World tourism directory 95/96 Part III. Africa, Middle East, Asia and Oceania

Burkhard Herbote

OMT WTO / 1997

Shining in the media spotlight. A communication handbook for tourism professionals




Presse de l'Université du Québec

La recherche touristique

Jean STAFFORD


Sites Internet
Institutionnels
- www.tourisme.gouv.fr Site du Secrétariat d’Etat au tourisme
- www.culture.fr Ministère de la Culture et de la communication
- www.afit-tourisme.fr Agence Française d’Ingénierie touristique (AFIT)
- www.franceguide.com Site de Maison de la France (MDF)
- www.ont.asso.fr Site de l’Observatoire National du Tourisme (ONT)
- www.ancv.tourisme.fr Site de l’Agence Nationale des Chèques Vacances (ANCV)
- www.tourisme.fr Site de la Fédération Nationale des OTSI (FNOTSI)
- www.europa.eu.int Site de l’Union Européenne (U.E)
- www.world-tourism.org Site de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT)
hébergement
- www.logis-de-France.fr Site des logis de France
- www.fuaj.fr Site de la Fédération des auberges de jeunesse
- www.pierre-vacances.fr Site de Pierre et Vacances
- www.gites-de-France.fr Site de la Fédération française des gîtes de France
- www.vvf-vacances.fr Site de Villages Vacances Familles (VVF)
- www.clevacances.com Site de Clé vacances (locations et chambres labellisées
- http://www.coachomnium.fr Société d'études marketing et économiques, spécialiste de l'hôtellerie et de la restauration
transport
-www.sncf.com Site de la Société Nationale des Chemins de Fer
- www.michelin-travel.com Site de la société Michelin (calcul d’itinéraire)
- www.airfrance.fr Site de la compagnie aérienne Air France
- www.avis.com Loueur de voiture Avis
- www.hertz.com Loueur de voiture Hertz
- www.europcar.com Loueur Europcar
- www.sncm.fr Site de la Société Nationale Corse Méditerranée
Réceptif
- www.resinfrance.com Le produit France sur Internet
- www.doucefrance.com Guide sélectif de la France
- www.Francekeys.com Les régions françaises
- www.seductour.fr Site de l’agence réceptive Séductour
- www.France-congres.org Association française des maires des villes de congrès
- www.palais-des-congres.com Site du palais des congrès de Lyon
- www.bedouk.com Guide des séminaires et congrès interactif
- www.reunir.com Guide des lieux de réunions
- www.alior.fr Site Alior, réseau de centres de congrès et d’expositions
Musées et monuments
- www.musexpo.com Musexpo : le guide des musées et expositions en France
- www.rmn.fr Réunion des Musées Nationaux
- www.monuments-France.fr Caisse Nationale des Monuments historiques
- www.francetreasures.com Hauts lieux du patrimoine français

- www.louvre.fr Musée du Louvre
- www.musee-orsay.fr Musée d’Orsay
- www.cnac-gp.fr Centre Georges Pompidou
- www.crihan.fr Palais de la Découverte
- www.chateauversailles.com Château de Versailles
Développement et aménagement local
- www.agora21.org Site francophone consacré au développement durable
- www.acfci.cci.fr Site de l’assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie
- www.agriculture.gouv.fr Site du ministère de l’agriculture
- www.environnement.gouv.fr Site du Ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire
- www.cnrter.asso.fr Site du Centre national de Ressources du Tourisme en Espace Rural (CNRTER)
- www.agglo.gouv.fr Site de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar)
- www.village.tm.fr/index Le site des ressources en développement local
- www.etd.asso.fr Site d’Entreprises Territoires et Développement (ETD)
- www.parcs-naturels-regionaux.tm.fr Site de la Fédération des parcs naturels régionaux
- www.ffrp.asso.fr Site de la Fédération Française de Randonnée Pédestre
- www.reseauleader.com Site sur le programme de développement rural Leader France
- www.rural-europe.aeidl.be Site documentaire sur le développement local
- http://212.180.90.200:8888/idl.nsf Site sur les initiatives de développement local (site animé par sept structures)
- www.crit.cg47.fr Site du Centre de Recherche de l’innovation pour son transfert (CRIT)

- www.citaenet.com Le répertoire des sites Internet des communes de France
- www.departement.org Site de l’Assemblée des départements de France (ADF)
http://www.reseaux-de-villes.org/ Club National des Réseaux de Villes
Actions professionnelles touristiques, Création d'entreprise & Développement d'activités
Sites proposant des méthodologies de projets ou de créations d'activités ainsi que des

outils d'aide à la gestion de projets pour des structures variées (sociétés, associations…etc)
www.apce.fr Site de l’Agence Pour la Création d'Entreprise (APCE).
www.fondation.vivendiuniversal.fr Site de la Fondation Vivendi Universal.
www.lentreprise.fr Site du mensuel “ L'ENTREPRISE ”.
www.rebondir.fr Site du mensuel “ REBONDIR ”.
- www.solo-connexions.com Site de Solo Connexions / Le salon des TPE [Très Petites

Entreprises] & des SOHO [Small Office Home Office]
- www.ukantoo.com E-solutions pour créer, gérer, développer et manager son entreprise

6/ ANNEXES
6.1. Tourisme et handicap : guide pédagogique
L’accueil des clients à besoins spécifiques n’est plus une option au sein du nouveau brevet de technicien supérieur Animation et Gestion Touristiques Locales. En effet, il est apparu nécessaire de considérer cette clientèle comme un segment spécifique de la demande et donc d’intégrer la démarche professionnelle correspondante dans l’ensemble de la formation.

Ainsi, à chaque fois que l’on évoquera la nécessaire adaptation de l’offre touristique aux attentes spécifiques (démarche mercatique), on prendra notamment pour exemple celui de la clientèle handicapée. Le document qui suit pose la problématique générale de l’offre touristique française destinée aux publics handicapés.

1   ...   5   6   7   8   9   10   11   12   ...   19

similaire:

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie thématique restreinte (1995-2006) Vous pouvez consulter...

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie p 4

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie Introduction

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie sélective

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie Introduction

5/ bibliographie 6/ annexes iconBibliographie typographie







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com