Table des matières







titreTable des matières
page14/21
date de publication22.02.2017
taille0.6 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > économie > Documentos
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   21

ap.Axe de perception

  1. Objectifs et méthodologie :


L’objectif de cette partie est double. Il s’agit d’une part d’analyser la nature et les perceptions qu’ont les jeunes ménages bruxellois (parents d’enfant(s) en bas âge) de l’impact environnemental engendré par les déplacements qu’ils réalisent pour satisfaire les principaux besoins spécifiques8 (PBS) de leur(s) jeune(s) enfant(s). D’autre part, cette partie visait à produire des données empiriques afin de quantifier la nature et l’ampleur des déplacements qu’ils réalisent - afin de satisfaire les PBS de leur enfant – ce qui est l’objet de la partie 2 de ce sous-chapitre (cfr la partie « Analyse quantitative ; focus Voiture ») vu le manque de données précises à ce propos.

Nous dresserons les grandes tendances qui ressortent de l’enquête par questionnaire et tenterons de voir dans quelle mesure ces comportements peuvent être expliqués par le niveau socio-économique des répondants et/ ou par leur niveau d’éducation.

Les deux volets de cette enquête : un questionnaire et deux entretiens


Pour réaliser cette analyse, nous avons choisi d’effectuer une enquête par questionnaires complétée par deux entretiens exploratoires.

Il va de soit que c’est via l’enquête par questionnaire que nous avons récolté la plupart des données propres à notre question de recherche. Ce questionnaire comprend de 35 questions fermées9 (principalement des questions à choix multiples + 4 tableaux-matrices de quantification) que nous avons adressés aux jeunes parents qui fréquentent la « Crèche Castor » située rue François Bossaerts, à Schaerbeek.

Pour élaborer ce questionnaire, nous nous sommes inspirés de la tonalité et des formulations de deux enquêtes récentes :

  • Diagnostic 2014 des déplacements des travailleurs entre leur domicile et leur lieu de travail (du SPF Mobilité)10

  • Enquête de mobilité 2014 de l’IBGE11

La version finale du questionnaire est composée des trois parties suivantes:

A. Perceptions et estimation des jeunes ménages concernant l’impact environnemental de leurs déplacements consacrés au bien-être de leur enfant ; 12 questions

B. Récolte de données empiriques afin de quantifier les habitudes de déplacements des jeunes parents (objet de la partie 2); 13 questions

 NB : focus sur deux besoins spécifiques des jeunes enfants : les trajets à la crèche et pour les courses12.

C. Caractéristiques sociologiques et socio-professionnelles des répondants ; 10 questions

La version finale et définitive du questionnaire utilisé se trouve en annexe 14.

Il va de soi que ce questionnaire a été élaboré en concertation avec les autres membres du sous-groupe de manière à répondre à leurs besoins d’informations complémentaires qu’il était impossible de trouver dans la littérature existante.

Une version préliminaire du questionnaire a été adressée (sous format papier et électronique) à 3 des quatre encadrants du cours dont les remarques et conseils ont permis d’amélioré considérablement la version finale.

Par ailleurs, soulignons que nous avons également été soucieux de nous coordonner avec le membre du sous-groupe « Mobilité » (Thomas Petitjean) du Chapitre « Maison » afin de vérifier si une synergie n’était pas envisageable13. Mais il s’est vite avéré que nos approches et questions de recherche ne se recoupaient pas assez pour envisager une synergie.

Aussi, tel que recommandé par les encadrants, une version avancée (non-définitive) du questionnaire a été testé auprès de deux parents qui fréquentent la crèche Castor. Ce test a permis de simplifier la formulation de certaines questions ambigües et de supprimer des questions trop compliquée.

Concrètement, pour la récolte des données en tant que telle, trois méthodes ont été retenues :

  1. Remplissage du questionnaire sur place avec l’assistance de l’enquêteur (lors de 4 séances de 2h, dans les locaux de la crèche Castor) ;

  2. Remplissage du questionnaire ‘à la maison’ sans l’assistance de l’enquêteur.

  3. Remplissage du questionnaire en ligne14 par les parents qui préféraient ne pas s’encombrer de la version papier du questionnaire.

Nous verrons dans la partie 2 (Résultats) laquelle de ces 3 méthodes s’est avérée la plus efficace.

Pour l’agrégation et le traitement des réponses au questionnaire, nous avons utilisé la version « académique » du site internet Qualtrics (http://www.qualtrics.com ).

Entretien avec la Directrice de l’ASBL « Crèche de Schaerbeek »


D’emblée, précisons ici pourquoi la Commune de Schaerbeek et la « Crèche Castor » a été retenue. Outre l’aisance à trouver l’ensemble des coordonnées mises à jour des responsables des différentes crèches de Schaerbeek15, il se fait que, dès nos premiers contacts avec Mme Mina Oualdhadj, Directrice de l’ASBL « Crèche de Schaerbeek », celle-ci s’est montrée très ouverte à notre recherche et particulièrement pro-active pour nous faciliter nos démarches. Cette directrice nous a alors aiguillé vers une crèche dont – selon elle – la direction locale serait elle aussi réceptive à notre étude: la « Crèche Castor », située au n° 58-60 de la rue François Bossaerts, à 1030 Schaerbeek.

Après lui indiquer les objectifs et l’approche retenue de notre enquête, Mme Oualdhadj a proposé de me faire part d’une lettre de recommandation pour inciter les parents à prendre part à cette enquête. Celle-ci a selon nous contribué favorablement au taux de participation de cette enquête.

Mes deux entretiens avec Mme Oualdhadj m’ont amené à en apprendre davantage sur la politique communale de Schaerbeek en matière d’accueil de la petite enfance. Nos échanges informels ultérieurs (téléphone et emails) m’ont aussi permis de mieux appréhender le contexte multiculturel de Schaerbeek.

Entretiens avec la directrice de la Crèche « Castor »


L’accueil et l’intérêt de Mme Carrez, Directrice de la « Crèche Castor », a certainement été un facteur déterminant dans la réalisation de cette enquête. En un entretien de 45 minutes env. (lundi 24/11/2014), nous avons parcouru ensemble le questionnaire ; nous avons établi ensemble un calendrier pour structurer le processus de collecte de données. A ma demande initiale qui était de pouvoir envoyer systématiquement le lien de l’enquête à chaque parent via leur adresse email (méthode jugée peu efficace par Mme Carrez), la Directrice m’a par contre indiqué qu’il était plus judicieux selon elle de déposer un exemplaire papier du questionnaire (accompagné d’une lettre d’introduction et de la lettre de recommandation de Mme Oualdhadj16) dans les casiers individuels des enfants afin de permettre aux parents – souvent pressés en fin de journée – de participer malgré tout au questionnaire une fois rentré chez eux. Elle s’est aussi chargée d’introduire personnellement les motifs de notre requête auprès des parents pour stimuler leur participation.

Lors de notre entretien, Mme Carrez m’a indiqué quelques éléments importants qui caractérisent cette crèche. Voici un résumé des éléments saillants qui ont sans doute une influence sur le profil et les habitudes de déplacement des parents qui ont choisi cette crèche:

  • La crèche Castor est un tout nouvel établissement, inauguré en février 2014.

  • Ce bâtiment respecte tous les standards de la construction passive et certifie que toutes les peintures, solvants, détergents et produits de vaisselle utilisés sont certifiés « bio ».

  • L’alimentation qu’elle propose est principalement de production « bio ».

  • Elle est relativement bien desservie en transport en commun (arrêts des bus 64 ; bus 29 ; tram 25 à moins de 400m)

  • Elle ne dispose délibérément pas de parking pour les parents.



aq.Résultats saillants de l’enquête

Résultats généraux : taux de participation et efficacité des 3 méthodes de récoltes


Précisons d’emblée que le taux de participation des jeunes parents à cette enquête été de 62,2 % ; 28 questionnaires complétés sur 45 questionnaires envoyés ou distribués.

Si ce taux de participation de 62,2% n’a rien de décevant pour une enquête de cette nature dans un tel contexte, il convient toutefois de préciser que la taille de la population (45 ménages) et l’échantillon analysés (28 ménages) risquent de ne pas permettre d’en tirer des enseignements statistiquement fiables, représentatifs de l’ensemble de la population bruxelloise ni schaerbeekoise. La taille de l’échantillon analysé est en effet beaucoup trop limitée pour prétendre à une quelconque représentativité. Nous nous attacherons néanmoins à essayer de dégager ci-dessous certaines grandes tendances avec toute la prudence qui s’impose, en précisant bien que ces observations ne peuvent être extrapolées à l’ensemble de la population bruxelloise.

Voici le nombre de questionnaire qu’a permis de récolter les 3 méthodes de remplissage du questionnaire :

  1. Remplissage sur place avec l’assistance de l’enquêteur ; 9 questionnaires récoltés

  2. Remplissage ‘à la maison’ sans l’assistance de l’enquêteur ; 13 questionnaires récoltés

  3. Remplissage du questionnaire en ligne17 ; 6 questionnaires récoltés

La méthode la plus efficace pour récolter ces questionnaires (et les faire remplir) a été le remplissage à la maison, sans l’assistance de l’enquêteur. Notons qu’à ce propos, le remplissage avec l’assistance de l’enquêteur a sans doute permis de récolter les perceptions des parents les moins familiers avec ce genre d’étude et les moins enclins à y participer. Cela a sans doute ainsi permis de limiter un certain biais culturel (ou lié au niveau d’éducation) des réponses récoltées qui auraient pu avoir tendance à surreprésenter les réponses des ménages les plus éduqués. En effet, il est parfois observé que ce sont les individus les plus éduqués qui acceptent le plus facilement de participer à ce genre de questionnaire car ils en perçoivent davantage la pertinence ou le sens18.

La synthèse brute des réponses de ces 28 questionnaires générée par le logiciel de Qualtrics est en annexe 16.

Résultats bruts et grandes tendances


Voici les principaux enseignements tirés des 11 questions focalisées sur la perception des jeunes ménages concernant l’impact environnemental des déplacements qu’ils effectuent afin de satisfaire les « principaux besoins spécifiques » (PBS) de leur jeune enfant.

Q1 : Quel moyen de transport utilisez-vous afin de satisfaire les PBS de votre enfant? Et à quelle fréquence? 

Il apparaît clairement que la voiture est de loin le mode de transport le plus utilisé par rapport aux transports en commun, au vélo et à la marche à pied. Près de 40 % des répondants (11/28) affirment utiliser la voiture entre 60 et 100 % du temps. Cette observation est à mettre en parallèle avec les réponses à la Q33 selon lesquelles 82% des répondants ont une ou deux voitures dans leur ménage.

Sans grande surprise, le vélo et la marche à pied sont les moyens de transport les moins utilisés :18 répondants sur 28 (64%) affirment ne les utiliser qu’entre 0% et 20% du temps. C’est la tendance la plus forte à dégager pour cette question.

Q2 : Quelles sont les raisons principales de vos déplacements ou ceux de votre enfant afin de couvrir ses principaux besoins spécifiques (PBS)?

La raison principale invoquée correspond clairement aux trajets à la crèche. 82% des répondants (23/28) déclarent que ces trajets correspondent au moins à [40% à 60%] des trajets qu’ils font afin de couvrir les PBS de leur enfant. Les trajets au supermarché viennent en 2ème position. 82% des répondants (23/28) estiment que ces trajets (au supermarché) correspondent à [20% à 40%] du total des trajets qu’ils font en vue de couvrir les PBS de leur enfant. Une énorme majorité des répondants (67%) estiment que les trajets consacrés aux activités récréatives et les visites chez le médecin19 ne représentent que [0% à 20%] des trajets réalisés pour couvrir l’ensemble des PBS de leur enfant.

Q3 : Comment a évolué votre utilisation des moyens de transport depuis que vous avez votre enfant?

Il y a un nette consensus au sein des répondants (22/28) pour dire que leur utilisation de la voiture a soit légèrement soit fortement augmenté. Par ailleurs, ils s’accordent à dire que les distances parcourues en marchant et leur utilisation des transport en commun n’a pas évolué de manière significative depuis qu’ils ont cet enfant en bas âge, même si la tendance est beaucoup moins forte ici (variances assez élevées :1,25 et 1,44). C’est par contre leur utilisation du vélo qui souffre le plus de l’arrivée de l’enfant. 57 % des répondants (16/28) estiment que leur utilisation du vélo a soit légèrement soit fortement baissé depuis qu’ils ont un enfant.

Q4 : Quelle est la proportion approximative de l’ensemble des déplacements (en km) que vous réalisez afin de couvrir les PBS de votre enfant? 

38% des répondants (9/28) affirment que 20% à 30% de la totalité des déplacements qu’ils effectuent servent à couvrir les PBS de leur jeune enfant. C’est l’intervalle de réponse le plus significatif. Les deux intervalles connexes ([10%-20%] et [30-40%]) ne recueillent l’avis que 17% et 25% des répondants.

0% à 10% des déplacements que je réalise servent à satisfaire ses PBS











2/28

8%

10% à 20% des déplacements …











4/28

17%

20% à 30% des déplacements …











9/28

38%

30% à 40% des déplacements …











6/28

25%

40% à 50% des déplacements …











2/28

8%

plus de 50% des déplacements …











1/28

4%

Q5 : Selon vous, dans quelle mesure l’impact environnemental d’un jeune enfant - lié aux déplacements que doivent réaliser ses parents pour satisfaire ses PBS – est-il comparable à celui d’un adulte ?

Ce qui frappe ici est l’occurrence de la réponse « Je ne sais pas » : 21% (6/28). Autrement dit, un répondant sur cinq n’a soit pas compris la question soit n’avait aucune idée de la réponse.

Si l’on retranche les réponses « Je ne sais pas », on perçoit néanmoins une tendance (36% des répondants) à soutenir l’assertion selon laquelle l’impact environnemental d’un jeune enfant est relativement similaire à celui d’un adulte.

Largement inférieur à celui d'un adulte











1/28

4%

Légèrement inférieur à celui d'un adulte











5/28

18%

Similaire à celui d'un adulte











10/28

36%

Légèrement supérieur à celui d'un adulte











5/28

18%

Largement supérieur à celui d'un adulte











1/28

4%

Je ne sais pas











6/28

21%

Q6 : Combien de Km parcourez-vous chaque semaine pour satisfaire les PBS de votre jeune enfant?

A nouveau, pas de tendance flagrante à pointer ici mais la distante « 20 à 30 km » est clairement la distance qui recueille le plus l’adhésion des répondants. Près d’un tiers des répondants (32%) estiment parcourir 20 à 30 km chaque semaine pour satisfaire les PBS de leur enfant. Les autres réponses sont relativement équilibrées autour de cet intervalle-là : 18 % de réponse en faveur de la distance « 15 à 20km » ; et 21% de réponses en faveur de l’intervalle « 30 à 40 km ».

0 à 5 km











1

4%

5 à 10 km











3

11%

10 à 15 km











4

14%

15 à 20 km











5

18%

20 à 30 km











9

32%

30 à 40 km











6

21%

Q7 : Avez-vous l’impression de perdre du temps dans le trafic (matin et/ou soir) afin de satisfaire les PBS de votre enfant? + Q8 : Si oui, combien de temps estimez-vous perdre chaque jour ?

1 à 15 min











4

17%

15 à 30 min











7

30%

30 à 45 min











8

35%

Plus de 45 min











4

17%

Plus de deux tiers des répondants ont le sentiment de perdre du temps dans le trafic pour satisfaire les PBS de leur enfant. Ces 65% de ces répondants-là estiment en outre perdre entre 15 à 45 minutes dans le trafic afin de veiller aux facteurs de bien-être élémentaire de leur enfant.

Via les questions 9, 10 et 11, nous avons cherché à savoir comment les répondants perçoivent l’impact environnemental des déplacements qu’ils réalisent pour satisfaire les PBS de leur jeune enfant.

Voici la fréquence des différents choix de réponses recueillies.

  1. Concernant la congestion du trafic de Bruxelles, ce genre de déplacement …

n'y contribue pas du tout











9

32%

y contribue un peu











9

32%

y contribue beaucoup











10

36%


  1. Concernant les réchauffements climatiques, ce genre de déplacement …

n'y contribue pas du tout











6

21%

y contribue un peu











9

32%

y contribue beaucoup











13

46%

  1. Concernant la mauvaise qualité de l’air (dû entre autre au rejet de particules fines des pots d’échappement), ce genre de déplacement …


n'y contribue pas du tout











6

21%

y contribue un peu











9

32%

y contribue beaucoup











13

46%

Plusieurs éléments sont frappants concernant ces 3 questions. Tout d’abord, la répartition quasiment parfaite des réponses à la question 2. Autant de répondants (env. un tiers pour chaque réponse) estiment que leurs déplacements pour satisfaire les PBS de leur enfant ne contribuent pas du tout, un peu et beaucoup. On remarque par contre que les avis sont beaucoup plus prononcés à propos des deux autres questions. Près de la moitié des répondants (46%) ont l’impression que les déplacements qu’ils effectuent contribuent beaucoup à la congestion du trafic de Bruxelles et à la mauvaise qualité de l’air de la capitale.

On peut imaginer que les répondants ont un avis d’autant plus trancher concernant des phénomènes visibles, perceptibles ou dont ils sont parfois les victimes directes (congestion et qualité de l’air). Pour expliquer l’occurrence très équitable des différentes réponses relative à la question sur le réchauffement climatique, il est probable que les répondants ont une moins bonne connaissance des facteurs qui contribuent au réchauffement climatique vu que c’est un phénomène relativement compliqué et moins bien connu auprès du grand public.

Q12 : Si vous utilisez principalement ou parfois la voiture, quelle quantité de carburant consommez-vous approximativement pour réaliser les déplacements destinés à couvrir les PBS de votre enfant?

je n'utilise pas la voiture pour satisfaire ses PBS











3

11%

moins de 5 L/ mois











3

11%

entre 5 et 10 L/ mois











3

11%

entre 10 et 20 L/ mois











9

32%

entre 20 et 50 L/ mois











8

29%

plus de 50 L/ mois











2

7%

Une tendance claire peut être constatée ici. 61% des répondants (32%+29%) estiment qu’ils consomment entre 10 et 50 L de carburant pour couvrir les PBS de leur enfant. Un tiers d’entre eux (32%) affirment qu’ils consomment plus particulièrement entre 10 et 20 L/ mois, ce qui représente de loin la quantité de carburant la plus élevée. En effet, l’autre intervalle de quantité (20L-50L) le plus cité (29% des répondants) couvre un intervalle de quantité beaucoup plus large (30L). Or, il est statistiquement acceptable d’affirmer que si 3 autres intervalles de la même quantité (20-30L/ 30-40L/ 40-50L) avaient été proposés, ceux-ci auraient forcément recueilli des taux de réponses d’autant plus faibles.
Le niveau de vie et le niveau d’éducation influencent-ils les habitudes de déplacements des répondants ? Si oui, comment ?

Enseignement secondaire générale











1

4%

Ens. secondaire technique ou professionnel











5

18%

Ens. supérieur non-universitaire











5

18%

Ens. supérieur universitaire de type court - un baccalauréat/ des candidatures











2

7%

Ens. supérieur universitaire de type long - une maitrise/ une licence











7

25%

Ens. supérieur universitaire de type long - un Master complémentaire ou un Doctorat











8

29%

Avant de tenter de répondre à la question posée, pour la compréhension des développements ci-dessous, il convient de préciser la répartition des revenus des répondants et celle de leur niveau d’éducation.

Le tableau ci-contre indique hélas un taux de réponse particulièrement surprenant concernant la proportion de répondants qui a réalisé un Master complémentaire ou une thèse de doctorat. Vu que les chiffres réels indiquent des moyennes presque 10 fois inférieures à ceux-ci, il convient d’indiquer que ce résultat est sans nul doute hautement non-représentatif de la réalité ou qu’il s’agit d’une erreur (liée à une mauvaise compréhension de la question ou à une erreur d’encodage de la réponse). Vu cette limite importante, nous estimons qu’il est trop délicat d’analyser l’influence du niveau d’éducation sur les habitudes de déplacements des répondants sur base de ces chiffres.

Pour information, un premier tableau croisé présentant les taux de réponses au regard du niveau d’éducation est joint en annexe 17. Aucune tendance significative ne peut néanmoins y être constatée.

moins de 1.000€











4

14%

1.000€ à 1.500€











9

32%

1.500€ à 2.000€











5

18%

2.000€ à 2.500€











5

18%

2.500€ à 3.000 €











4

14%

plus de 3.000 €











1

4%

Concernant le niveau de vie, nous avons choisi d’analyser son impact éventuel en nous basant sur le revenu mensuel brut des répondants. Le tableau ci-contre renseigne la répartition des revenus des répondants.

On observe que l’intervalle « 1.000 à 1.500 € » est la fourchette de revenu la plus fréquente auprès de répondants (32%). Ce chiffre ainsi que l’ensemble de cette répartition peut paraître surprenante mais cette observation est sans doute à mettre en parallèle avec les réponses à la Q24 selon laquelle 75% des répondants au questionnaire sont des femmes. Vu les inégalités de rémunérations régulièrement dénoncées, ceci explique peut-être pourquoi la répartition de salaire des répondants semble aussi basse.

Vu les limites du premier indicateur (niveau d’éducation), c’est sur base du revenu mensuel brut que nous allons essayer de voir dans quelle mesure le niveau de vie influence les habitudes en matière de mobilité des répondants afin de satisfaire les PBS de leur enfant.

A cet effet, nous avons réalisé un deuxième tableau croisé qui présente les réponses aux 11 premières questions en regard du revenu mensuel brut (cfr annexe 18).

Sur base de ce tableau, nous pouvons effetuer les (non-)observations suivantes :

  • Le niveau de revenu ne semble pas vraiment influencer le choix du moyen de transport utilisé par les répondants pour satissfaire les PBS de leur enfant (Q1). On observe néanmoins que, au delà d’un salaire supérieur à 1.000 €, la pratique de la marche à pied (pour satisfaire les PBS de son enfant) a tendance à diminuer au fur et à mesure que le salaire augmente.

  • Par contre, l’évolution du niveau de revenu n’influence en rien les raisons principales pour lesquelles les répondants estiment devoir se déplacer (Q2).

  • L’évolution du niveau de revenu ne semble pas avoir d’incidence sur l’évolution des différents moyens de transport utilisés par les répondants (Q3), ni sur la distance approximative parcourue par les répondants (schaerbeekois) en vue de satisfaire les PBS de leur enfant (Q4).

  • La perception des répondants concernant l’impact environnemental d’un jeune enfant (par rapport à celui d’un adulte) n’est apparemment pas non plus liée à l’évolution du revenu des répondants (Q5).

  • Plus curieusement, même la quantité moyenne de Km parcourue par les répondants n’est visiblement pas non plus influencée par leur revenu si on se base sur les chiffres de cette enquête (Q6).

  • Le revenu n’influence pas non plus l’impression (ou non) de perdre du temps dans le trafic (Q7 et Q8)

  • Le revenu ne semble pas avoir d’incidence sur la perception qu’ont les répondants à propos des trois types d’impacts environnementaux soumis à leur avis aux Q9, Q10 et Q11.

  • Enfin, le niveau de salaire des répondants ne semble pas non plus jouer en faveur d’une consommation faible ou élevée de carburant en vue de satisfaire les PBS de leur enfant.

ar.Conclusions


En conclusion, on constate que, selon les données de cette enquête, ni le niveau de revenu ni le niveau d’éducation ne semble pouvoir expliquer ni influencer les comportements des répondants en matière de mobilité.

Par ailleurs, toujours selon les résultats de cette enquête, la perception des répondants concernant l’impact environnemental des déplacements qu’ils effectuent en vue de satisfaire les principaux besoins spécifiques de leur(s) jeune(s) enfant(s) ne semblent être influencés ni par le revenu, ni par le niveau d’éducation.

Si ces variables sont parfois correlés dans la réalité (cfr la partie 1 et 2 de ce sous-chapitre), force est de constater que l’ampleur et la nature de cette enquête-ci ne permet pas d’en dire autant malheureusement. La précaution énoncée au début prend donc tous son sens au vu de ces conclusions. Il semble que la taille de la population intiale et de l’échantillon retenu soient manifestement beaucoup trop limités pour en tirer des observations statistiquement fiables.

Cela étant dit, même selon des enquêtes qualitatives et quantitatives poussées20, il apparait que les comportements en matière de mobilité et la perception que les bruxellois en ont répondent à des logiques très complexes et variables. Ces comportements et ces peceptions semblent être déterminés par tout un spectre de facteurs et de valeurs, qui s’amalgament et dépassent souvent le simple niveau de salaire et le dernier diplôme obtenu.
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   ...   21

similaire:

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matieres

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconTable des matières

Table des matières iconI. table des matières

Table des matières iconTable des matières
«L'impact du web 0 dans la Production, la Promotion, et la Consommation de Musique Live.»

Table des matières iconTable des matières
«témoignage exceptionnel de la continuité de l'installation urbaine sur plus de deux millénaires»

Table des matières iconCours de 2 heures Table des matières
«La conservation est l’ensemble des processus qui permettent de traiter un lieu ou un bien patrimonial afin de lui maintenir sa valeur...

Table des matières iconTable des matières
«le rôle du maître est de guider l'apprentissage, de fournir à l'élève des occasions d'expérimenter directement et de vérifier des...

Table des matières iconTable des matières
«l’apparence» à la «conception», a marqué le début de l’art «moderne» et celui de l’art «conceptuel». Tout art (après Duchamp) est...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com