L'Union. Débat sur la répartition des richesses







télécharger 80.24 Kb.
titreL'Union. Débat sur la répartition des richesses
page8/8
date de publication17.12.2016
taille80.24 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > finances > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Une conférence le 7 avril


Dans la lignée de la mise en service de cette ligne téléphonique « Allô Jardin eu Naturel » à destination de tous les habitants de Saint-Orens, la mairie, dans le cadre des Journées du Développement Durable, organise une conférence, le 7 avril à 20 h 30 à l'Espace-Jeunes, une conférence intitulée « Risques de l'utilisation des produits phytosanitaires pour l'homme et l'environnement et les alternatives pour un jardin naturel. »

Publié le 27/03/2010 08:44 | LaDepeche.fr

Lacapelle-Marival. Un éclairage public économe en énergie

Pour la commune de Lacapelle,il était nécessaire de rénover son parc d'éclairage public.Elle a choisi de travailler avec SDEL Quercy et l'entreprise Descargues, autour d'un contrat de gestion globale du patrimoine de la ville,qui associe sécurité des installations, service aux usagers et économies d'énergie.Un contrat de dix ans pour la rénovation et la maintenance des 237 points lumineux.

Lors de la mise en concurrence au travers d'un appel d'offres,la commune a été particulièrement attentive aux propositions des candidats en matière de sécurité, d'économies d'énergie, de développement durable ainsi que la connaissance de l'environnement local par les entreprises postulantes.

Elle a retenu la proposition de Sdel Quercy,qui s'engage à ses côtés à plusieurs niveaux.

Sécurité

Renouvellement de toutes les sources lumineuses dans les trois premières années du contrat, visites nocturnes, rénovation de 70 % des luminaires sur la durée du contrat, continuité de service 6 jours sur 7, garantie de taux de panne égal à 7% en fin de marché.

Économies d'énergie


Audit des installations et préconisation de matériels éligibles aux certificats d'économie d'énergie (CEE), optimisation des temps d'allumage par la pose d'horloges astronomiques, installation de systèmes de variation bi-puissance.

Économie locale


Travail en sous-traitance avec l'entreprise Descargues.

Publié le 31/03/2010 15:36 - Modifié le 31/03/2010 à 15:41 | LaDepeche.fr

Le Plan. Du " bio " contre les frelons asiatique


Le frelon asiatique est en train de coloniser la France et plus particulièrement la région du sud ouest.

Deux jeunes gens dont un pompier du Plan Loïc Leguen, se proposent (sur devis) de vous en débarrasser avec des produits « bio ». Mais ils peuvent aussi intervenir sur le frelon européen et les guêpes qui nuisent à notre sieste l'été. Créée en auto entreprise leur activité les amène à se déplacer dans le Volvestre Ariégeois, le Comminges, le sud du Gers et même dans l'agglomération toulousaine.

On peut les joindre au numéro suivant 05.61.87.37.06

Publié le 27/03/2010 09:03 | LaDepeche.fr

Du 03/04/2010 au 12/04/2010

Toulouse. Pour une Foire éco-citoyenne




Le printemps revient et avec lui, la Foire internationale de Toulouse reprend ses quartiers dans une semaine, au Parc des Sports. Samedi 3 avril, les portes du Parc des expos vont s'ouvrir sous une flottille de drapeaux qui invite à déambuler dans de nouveaux univers tournés sur «la Vie maison, l'Envie de temps libre, la Cité et le Monde, les Plaisirs gourmands». Cette année sur 90.000 m2 de halls et d'esplanades, la Foire internationale se décline sur ces thèmes porteurs, au gré d'une signalétique colorée pour aider les visiteurs à se repérer.

Plus de 700 exposants venus de toute la France et pays voisins vont animer cette 58e édition, avec les dernières tendances en matière d'habitat (construction, rénovation, aménagement, ameublement, déco, mobilier de jardin, piscines, végétaux et ambiance paysagée…), le loisir (forme et bien être, beauté, ateliers créatifs…), les cultures d'ici et d'ailleurs (objets d'artisanat, évasion…) et des envies gourmandes (vins, gourmandises, produits du terroir, espace restauration…)

Parmi les grands thèmes abordés, la Foire internationale s'inscrit dans une approche éco citoyenne, au cœur de la semaine du Développement durable (du 1er au 7 avril). Réunis sur le pôle Eco maison (Hall 3) une soixantaine d'exposants spécialisés présentent une vitrine de produits, de solutions et conseils pour réaliser des projets qui respectent l'environnement : isolation, peinture, chauffage, électricité…

Ce grand rendez-vous populaire attire tous les ans près de 120 000 visiteurs aussi, pour sa dimension festive. L'ambiance sera dans les allées, avec des formations musicales et banda qui vont y déambuler en fanfare. Face au succès rencontré en 2009 (18 000 participants), le festival de la danse revient avec une vingtaine de clubs et assos qui vont rythmer ces journées, dans tous les styles (country, rock, salsa, tango, jazz, classique…) Grosse nouveauté aussi, les danses entreront en scène et deux après-midi thés dansants sont organisés pour les amateurs de danses rétro et de salon.

À la Foire on pourra aussi s'y restaurer sur le pouce (spécialités régionales et produits du terroir) ou s'attabler dans des restos gastronomiques, voire exotiques, qui y ont toujours leurs chapiteaux (Esplanade gourmande). Notez que le dimanche 4 et le samedi 10 avril, les Soirées Festi'Gourmandes mêleront la musique aux agapes, pour une entrée à 1 € à partir de 18 heures (accès uniquement au festival de danse et à l'esplanade gourmande), jusqu'à 22 heures.


Bons plans


Journée gratuité pour les femmes, le mercredi 7 avril.

Journée gratuité pour les seniors, le jeudi 8 avril.

Pass famille : tarif de 18 € pour 2 adultes et 4 enfants de moins de 18 ans.

La Foire écolo en bateau : des navettes fluviales sont prévues sur Garonne (départ toutes les heures quai de la Daurade-arrivée Esplanade 8).

Nocturnes : mardi 6 et vendredi 9 avril, jusqu'à 22 heures.

Publié le 29/03/2010 08:48 | Dossier : Hugo Clément

Un trésor vert aux portes de la Ville rose


Elle est là, juste sous le nez des Toulousains. Depuis les portes de la Ville rose, la zone de confluence entre l'Ariège et la Garonne s'étend jusqu'à Venerque, sur une quinzaine de kilomètres. Malgré un manque de notoriété, cet espace humide pourrait bientôt voir sa richesse environnementale reconnue. Le classement de ce site de 800 hectares en réserve naturelle régionale (RNR) est en effet en cours d'étude. Un projet ardemment défendu par l'association ConfluenceS Garonne-Ariège, qui regroupe depuis 2007 des collectivités locales et des associations écologistes soucieuses de préserver les lieux.

Une zone à protéger


Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle, la diversité des habitats naturels étant exceptionnelle. Boisements de peupliers, mares et étangs d'eau stagnante, pelouses sèches, berges vaseuses, ou encore forêts de chênes, de frênes, et d'ormes permettent à une faune et une flore particulièrement riche de se développer. « Avoir un tel lieu aux portes d'une grosse agglomération, c'est une vraie chance ! », s'enthousiasme Christophe Laverty, maire de Lacroix-Falgarde et président de ConfluenceS. Une chance pour les promeneurs et autres amoureux de la nature, mais surtout un organe vital. Car ce « joyau vert » joue un rôle de filtre naturel pour l'eau potable de la métropole toulousaine. En plus de retenir les sédiments et les éléments toxiques, la zone de confluence absorbe les nitrates et les phosphates. Et pendant les périodes de crue, le site fait aussi office d'éponge géante. En stockant les eaux de pluie, avant de les restituer progressivement dans la Garonne, il empêche le fleuve de sortir de son lit. Autant dire qu'une protection de ce trésor naturel s'impose, et qu'un classement en RNR fournirait les moyens juridiques nécessaires. « Ces zones sont déjà inconstructibles, mais elles servent parfois de dépotoirs. Il n'est pas rare non plus de voir passer des véhicules tout-terrain à travers champs. Il faut donc canaliser la présence humaine pour qu'elle ne nuise pas à l'écosystème », explique Christophe Laverty. Un cabinet d'étude rencontre actuellement tous ceux qui seraient concernés par la RNR, pour présenter les implications d'un éventuel classement et dissiper les inquiétudes.


Les membres de ConfluenceS


ConfluenceS Garonne-Ariège regroupe de nombreuses collectivités territoriales et associations. Parmi les membres, on trouve notamment le Sicoval, communauté d'agglomération du sud-est toulousain, le Grand-Toulouse, Nature Midi-Pyrénées, la chambre d'agriculture de la Haute-Garonne, ou encore les fédérations départementales de chasse et de pêche. Le conseil régional de Midi-Pyrénées et l'agence régionale pour l'environnement sont eux partenaires du projet depuis 2007 sans faire partie de l'association.


Une faune et une flore très diversifiées


Composée d'habitats naturels incroyablement diversifiés, la zone de confluence entre la Garonne et l'Ariège est un espace propice à la profusion d'espèces animales. Parmi elles, figurent notamment de nombreux Hérons, qui peuplent les espaces humides. « Ces oiseaux sont menacés à l'échelle européenne mais sont très bien conservés chez nous », souligne Raphaël Glemet, chargé de la gestion des espèces naturelles à l'association Nature Midi-Pyrénées. Star des lieux, un des deux couples d'Aigles Bottés restant autour de la Garonne a également élu domicile dans la confluence. « Nous avons aussi beaucoup de poissons. Les brochets, qui sont de moins en moins nombreux dans la Garonne, arrivent encore à se reproduire dans les bras morts du site », ajoute Raphaël Glemet. Du côté des mammifères, la Genette, petit animal aux allures de chat, parcourt la zone une fois la nuit tombée. Et si la faune est donc particulièrement riche, la flore n'est pas en reste. L'Utriculaire, plante aquatique carnivore relativement rare, se nourrit du plancton qu'elle capture. Les Ornithogales, petites fleurs blanches, et les nombreuses espèces d'Orchidées, trouvent elles dans les zones humides un milieu particulièrement favorable à leur développement. « Si la confluence avait été protégée plus tôt, les bords de Garonne seraient aujourd'hui aussi riches que la Camargue en termes d'environnement. Mais avant, on ne voyait que les mauvais côtés des zones humides : moustiques et sols instables », conclut Christophe Laverty, le président de l'association ConfluenceS.


zoom

Une RNR, quèsaco ?


Depuis 2002, la compétence de création des réserves naturelles régionales (RNR) revient aux conseils régionaux. Ceux-ci doivent auparavant consulter le conseil scientifique du patrimoine naturel et les collectivités territoriales - mairies, départements, ou communautés de communes - dont le territoire est affecté par le projet de classement. Une fois créée, une RNR met la loi au service de l'environnement, en protégeant des lieux ou des espèces vulnérables. Dans certaines zones, la présence humaine est ainsi limitée, voire interdite. La gestion des sites est souvent confiée à une association regroupant les collectivités, qui définit les objectifs et les moyens à mettre en œuvre sur le terrain. Actuellement, la réserve du lac de la Thésauque, à cheval entre Nailloux et Montgeard, est la seule RNR de Haute-Garonne.


Interview

Christophe Laverty


Maire de Lacroix-Falgarde, il est aussi président de l'association ConfluenceS Garonne-Ariège.

Le classement de la confluence en RNR, c'est pour quand ?

Créer une réserve naturelle, ça prend beaucoup de temps. En général, il faut compter entre 5 et 10 ans de procédure à partir du moment où l'on prend les choses en main. Sachant que nous travaillons sur ce projet depuis 2007, il faudra encore attendre un peu.

Un classement en RNR obligera-t-il les habitants et les agriculteurs à changer leurs habitudes ?

Oui, les promeneurs devront respecter des chemins balisés pour ne pas perturber les lieux fragiles. Quant aux agriculteurs, ils devront notamment réduire l'usage des pesticides. Mais ils sont partie prenante du projet, et nous pouvons envisager des solutions pour les aider à s'adapter. Nous sommes par exemple entrain de réfléchir à réduire les impôts fonciers pour qu'ils puissent respecter le cahier des charges de la RNR, qui doit, lui aussi, être discuté.

 

1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

L\Conférence-débat de Daniel Lacotte, journaliste et écrivain, sur...

L\Bulletin de l'union syndicale des maîtres imprimeurs de France demi-basane blonde

L\Rapport interquartile 20,8 6,1 Rapport D9/Médiane 6,4 4,3 Répartition...
«Ecrivains, photographes, compositeurs… Les artistes auteurs affiliés à l’agessa en 2008», Culture Chiffres n°3, 2011

L\L'union du chant et du verbe : Rêves et réalités

L\Cycle cinéma débat

L\I. La Répartition des droits dont la gestion est individualisée
«exclusifs» (par opposition aux droits «collectifs» cf infra) et ne concernent donc que les associés ayant confié à l’adagp la gestion...

L\Rapport d'enquete sociologique la sociabilite dans un lieu public le "cafe-debat"

L\L´évolution des sciences a travers le temps et les civilisations
«la connaissance claire et certaine de quelque chose, fondée soit sur des principes évidents et des démonstrations, soit sur des...

L\Imbe new – Vendredi 17 avril 2015
«Ils ont été introduits dans l'Union européenne via les Pays-Bas» et proviendraient «d'Amérique centrale», a-t-il précisé

L\Dont certaines (surtout ''Les fleurs du mal'' et ''Petits poèmes...
«Ma vie a été damnée dès le commencement, et elle l’est toujours» [lettre à sa mère du 4 décembre 1854] de cette union mal assortie....







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com