Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre







télécharger 1.02 Mb.
titreUn article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
page14/18
date de publication14.12.2016
taille1.02 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   18

Correspondances[modifier]

Notes et références[modifier]

Sources utilisées[modifier]

Œuvres de Sigmund Freud[modifier]

  1. Le procédé cathartique de Breuer constitue une phase préliminaire de la psychanalyse. Freud ajoute qu'il repousse définitivement l'hypnose par la méthode de la libre association, p. 70.

  2. p. 24 : « J'ai souvent proclamé avec reconnaissance les grands mérites que s'est acquis l'école psychiatrique de Zurich, et plus particulièrement Bleuler et Jung, par leur contribution à la diffusion de la psychanalyse ».

  3. Freud explique qu'il a travaillé à développer la psychanalyse seul pendant dix ans, solitude qui ne cessa véritablement qu'en 1904, p. 69.

  4. « Je ne crois plus à ma neurotica (théorie des névroses) », lettre du 21 septembre 1897, dans Sigmund Freud, Lettres à Wilhelm Fliess, 1887-1904, Presses Universitaires de France, 2006 (ISBN 2-13-054995-0) [lire en ligne [archive]], p. 334 .

  5. Sigmund Freud, « Résistance et Refoulement », dans Introduction à la psychanalyse, Payot, coll. « Petite bibliothèque », 2004 (1re éd. 1904) (ISBN 2228894052) .

  6. « Nous en sommes encore à nous demander pourquoi, dans l'analyse, c'est le transfert qui oppose au traitement la plus forte des résistances », in Sigmund Freud, « La technique du transfert », dans Technique psychanalytique, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige Grands textes », 2007 (1re éd. 1912) (ISBN 2130563147) .

  7. p. 101-102.

  8. La sexualité infantile constitue l'innovation majeure de la psychanalyse. Freud explique qu'avec ce concept, il combattait pour « une idée neuve et originale », p. 76.

  9. « J'avais jugé nécessaire d'adopter la forme d'une association officielle, afin de prévenir les abus qui pourraient se commettre au nom de la psychanalyse, une fois qu'elle serait devenue populaire », p. 119.

  • Autres œuvres de Freud citées

  1. Parlant de son autobiographie, Freud confirme ce lien entre sa vie et la psychanalyse : « Ma Présentation de moi-même montre comment la psychanalyse devient le contenu de ma vie, et se conforme ensuite à ce principe justifié que rien de ce qui m'arrive personnellement ne mérite d'intéresser au regard de mes relations avec la science », in Sigmund Freud présenté par lui-même, Gallimard, 1991, p. 121-122.

  2. « Über Coca », in « Centralblatt für die Gesamte Therapie », tome II, 1884, p. 289-314.

  3. Lettre à Wilhelm Fliess du 12 juin 1895, « J'ai besoin de beaucoup de cocaïne. »

  4. « Über den Ursprung des Nervus acusticus », in « Monatsschrift für Ohrenheilkunde », Neue Folge, XX, 1886, p. 245-282.

  5. « Über Hypnose und Suggestion », in « Internationale Klinische Rundschau », VI, 1892, p. 814-818.

  6. « L'hérédité et l'étiologie des névroses », in La Revue neurologique III, repris in Névrose, psychose et perversion, PUF, 1973.

  7. Lettre à Wilhelm Fliess du 15 octobre 1897 intitulée « L'abandon de la Neurotica », dans Lettres à Wilhelm Fliess : 1887-1904, Presses Universitaires de France, coll. Bibliothèque de psychanalyse, 2007 (ISBN 978-2-13-056279-5) et dans : Sigmund Freud, La naissance de la psychanalyse, 7e édition, Presses Universitaires de France, Paris, 1996, (ISBN 978-2130439721), p. 197.

  8. Lettre à Jung du 16 avril 1909, in Correspondance S. Freud-C. G. Jung, Taurus, 1978.

  9. « Fragment d'une analyse d'hystérie : Dora », dans Cinq psychanalyses, Presses Universitaires de France, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », 2001 (ISBN 978-2-13-045620-9) .

  10. Lettre à Ernest Jones du 2 mars 1937 : « La situation politique semble devenir toujours plus sombre. Il n'y a probablement pas moyen d'endiguer l'invasion nazie et son cortège de malheurs pour la psychanalyse comme pour tout le reste... Hélas, le seul protecteur que nous ayons eu jusqu'à présent, Mussolini, semble laisser les mains libres à l'Allemagne. », cité in Michel Onfray, 2010, p. 545.

  11. Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1970, p. 414 .

  12. « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa : Le président Schreber», 1911.

  13. Sigmund Freud, Correspondance de Freud 1873-1939, Paris, Gallimard, 1979, p. 461-462 .

  14. Sigmund Freud, Correspondance de Freud 1873-1939, Paris, Gallimard, 1967, p. 461 .

  15. Sigmund Freud, Correspondance, Paris, Gallimard, 1979, p. 461-462 .

  16. Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie sexuelle, Gallimard, 1987, p. 44 .

  17. Texte repris dans Introduction à la psychanalyse, Payot, coll. « Petite Bibliothèque », 1975, IIe partie, chapitre 18, p. 266-267.

  18. Sigmund Freud, L’Avenir d’une illusion, Presses Universitaires de France, 1973, p. 23 .

  19. Anthologie de textes de Sigmund Freud, préface de Charles Melman et de Jean-Louis Chassaing, Un peu de cocaïne pour me délier la langue, Max Milo Éditions, 2005, coll. « Essais et documents » (ISBN 2-914388-76-4).

Ouvrages de référence[modifier]

  • Lydia Flem, L'Homme Freud : une biographie intellectuelle, Seuil, coll. « La librairie du XXe siècle », 1991, 278 p. (ISBN 2-02-013308-3)

  1. Lors de la visite de l'écrivain italien Giovanni Papini en 1934, Freud confie nourrir une vocation d'homme de lettres, p. 131.

  2. « En réaction au décès de son père (...) Freud se livre à un intense travail de fouille dans son passé, il s'efforce de ramener à la lumière de sa mémoire les fragments refoulés de son enfance », p. 46.

  3. « La crainte d'un accident de chemin de fer le poursuivit toute sa vie », p. 27.

  4. Au même moment paraît un texte de l'historien de la littérature, Walter Muschg, Freud écrivain, qui salue « une plume de maître », p. 140.

  5. p. 141.

  6. p. 96.

  7. p. 15.

  8. Les représentations de Freud du système psychique utilisent des analogies récurrentes, comme celles renvoyant à l'archéologie ou à la maison, p. 36-37 et 48.

  9. Freud fait par ailleurs parvenir à Herzl un exemplaire de L'Interprétation des rêves, p. 98-101.

  1. p. 44.

  2. Pour une présentation rapide des biographies des cinq sœurs de Freud, voir p. 47.

  3. p. 55.

  4. Le poème de Goethe aurait au contraire contribué à son choix pour la médecine, p. 58.

  5. p. 64.

  6. a et b p. 74.

  7. Freud ne traduit cependant que l'essai de Mill sur l'émancipation des femmes, p. 80.

  8. p. 58.

  9. Origines et condition de leur rencontre, p. 150.

  10. « aucun autre homme n'a jamais eu autant d'influence sur moi » avoue Freud, cité p. 80.

  11. De 1887 à 1904, les deux hommes échangent plus de 300 lettres ; celles de Fliess à Freud ont été perdues, p. 38.

  12. Freud et Martha ont six enfants : Mathilde (1887-1978), Jean-Martin (1889-1967), Oliver (1891-1969), Ernst (1892-1970), Sophie (1893-1920) et Anna (1895-1982), p. 68-70.

  13. p. 83

  14. « L'étude des troubles du langage allait lui permettre de se dégager radicalement des conceptions du maître de la Salpêtrière », p. 85.

  15. Freud a été influencé, notamment dans ses Trois essais sur la théorie sexuelle de 1905, par la conception bisexuelle de Fliess, p. 39.

  16. Freud attribue la paternité de la méthode cathartique à JosefBreuer, p. 92.

  17. Freud ne conserve de l'hypnose que la position du patient, allongé et soustrait à la vue de l'analyste, p. 90 et 97.

  18. p. 94.

  19. p. 76.

  20. Elle consiste, notent René Major et C. Talagrand, en une analyse de ses propres rêves et de ses souvenirs d'enfance, p. 46. Cette auto-analyse est à l'origine des « objectivités proprement analytiques » de la psychanalyse, que Freud découvre en établissant des rapports et des analogies entre ses souvenirs et fantasmes et la littérature mondiale, p. 51.

  21. Freud a très tôt une peur profonde : celle de mourir avant sa mère, p. 45

  22. p. 110.

  23. Sur les origines de sa phobie des voyages, voir la p. 116.

  24. Il ne peut se rendre à Rome qu'après la mort de son père, p. 107.

  25. p. 117.

  26. p. 121.

  27. p. 180.

  28. « Le bolchévisme croyait pouvoir l'utiliser pour détruire l'autorité du père », p. 147.

  29. p. 102-104.

  30. « Le chercheur rigoureux et minutieux devait se doubler d'un homme politique avisé et maître de lui-même », p. 120.

  31. p. 226.

  32. Il établit avec cet ouvrage une « anthropologie psychanalytique », en réaction à l'étude des symboliques mondiales de C. G. Jung, p. 234.

  33. p. 186.

  34. La plupart des psychanalystes sont en effet envoyés au front, p. 229.

  35. Plusieurs manuscrits attestant son travail à décrire une métapsychologie furent cependant perdus, p. 237.

  36. La conception des pulsions partielles est constituée sur des couples d'opposés, p. 145. Selon Ernest Jones : « la plupart de ceux qui ont étudié Freud ont été impressionnés par ce que l'on pourrait appeler son dualisme insistant. S'il avait été philosophe, il n'aurait certainement pas été moniste, pas plus qu'il n'aurait partagé l'univers pluraliste de William James », p. 146.

  37. Anna Freud est la seule des enfants de Freud à avoir été psychanalyste aux côtés de son père ; elle a contribué à développer la psychanalyse en Angleterre en fondant une école rivale à celle de Melanie Klein, p. 72-74.

  38. p. 57.

  39. p. 34.

  40. p. 193 et 279-280.

  41. p. 197-200.

  42. p. 199.

  43. p. 200-203.

  44. p. 204-206.

  45. p. 207-210.

  46. p. 377-379.

Article « Sigmund Freud » et autres entrées connexes

  1. Deux bourses d'un montant total de 180 Gulden lui furent accordées par le Ministère de l’Éducation en 1875 et 1876 pour lui permettre d'étudier les anguilles mâles de rivière. Ses dissections confirment l'existence de testicules chez l'anguille mâle. Ses travaux sont publiés en 1877 devant l'Académie des sciences de Vienne, p. 655.

  2. Alain de Mijolla explique que son travail porte plus précisément sur les fibres nerveuses postérieures du petromyzon, p. 655.

  3. p. 656.

  4. Après ce revers, Freud abandonne ses recherches sur la cocaïne mais continue à en user, notamment pour accroître sa capacité de travail et vaincre sa timidité, p. 656.

  5. Ce séjour à Paris aurait commencé le 13 octobre 1885 et se serait terminé le 23 février 1886, p. 656.

  6. C’est un véritable « dialogue de sourds » entre les deux hommes, dans le sens où Fliess se méprend sur les intentions de Freud alors que ce dernier surestime la compréhension de ses thèses par son correspondant, p. 656.

  7. « Après avoir un temps utilisé la suggestion hypnotique, Freud conclut à son peu d'efficacité », p. 656.

  8. Le succès éditorial de cet ouvrage est cependant faible : Freud ne vend en effet que 420 exemplaires en 6 ans, p. 657.

  9. a et b p. 657.

  10. p. 659.

  11. p. 660.

  12. p. 1363

  13. Roger Perron, in entrée « Complexe d'Œdipe » précise que ces phases sont appelées plus volontiers « organisations » par les successeurs de Freud, p. 335.

  14. Entrée « Civilisation (Kulture) », p. 309.

  15. Entrée « Civilisation (Kulture) », p. 310.

  16. Entrée « Civilisation (Kulture) », p. 310-311.

  17. Il s'agit en premier lieu d'un concept permettant de décrire le traumatisme portant sur l'intégrité de l'ego chez un patient, dans l'entrée « Blessure narcissique », p. 215.

  18. p. 661.

Chapitre VII : « Sigmund Freud et la psychanalyse »

  1. p. 443.

  2. p. 444.

  3. p. 438.

  4. p. 445.

  5. p. 445.

  6. p. 437.

  7. p. 448.

  8. p. 449.

  9. p. 450.

  10. p. 451.

  11. p. 452.

  12. p. 453.

  13. p. 453.

  14. p. 454.

  15. p. 454.

  16. p. 455.

  17. p. 455.

  18. p. 456.

  19. « La relation de Freud avec Charcot est une sorte de « rencontre » existentielle plutôt qu'une relation classique entre disciple et maître », p. 456-457.

  20. La Société des médecins de Vienne (ou « Kaiserliche Gesellschaft der Aertzte zu Wien ») est l'une des plus célèbres sociétés médicales d'Europe, p. 458

  21. Pour un exposé complet et détaillé, se référer aux p. 459-462.

  22. « Freud semblait prendre les neurologues de la Société pour des ignorants », p. 463.

  23. p. 464.

  24. Selon Ellenberger, sa rencontre avec Wilhelm Fliess est l'un des quatre événements fondateurs de la psychanalyse, p. 467. Sa première lettre à Fliess date du 24 novembre 1887. Elle concerne le diagnostic d'un malade.

  25. p. 466.

  26. p. 468.

  27. p. 467.

  28. p. 468.

  29. p. 468.

  30. p. 473.

  31. « La publication de L'Interprétation des rêves marque la fin de sa névrose », p. 469.

  32. p. 470.

  33. p. 473.

  34. p. 479.

  35. p. 480.

  36. p. 480.

  37. p. 481.

  1. p. 36.

  2. p. 43.

  3. p. 49.

  4. p. 54.

  5. L'autonomie de la psychanalyse se retrouve surtout dans la question de la surmédicalisation et dans la perception de ce qu'est le symptôme, p. 61-62.

  6. Assoun énonce trois thèses épistémologiques majeures constitutives de la psychanalyse, p. 64.

  7. p. 67.

  8. « Dire que la psychanalyse est bien une science, c'est donc signifier a contrario qu'elle récuse un mode de penser métaphysique », p. 36.

  9. Il s'agit d'une véritable « généalogie des innovations postfreudiennes », p. 643.

  10. p. 86.

  11. p. 88-89.

  12. « Le terme « subconscience » est donc au mieux flou (...) au pire falsifiant : car la psychanalyse récuse radicalement l'idée d'une deuxième conscience qui doublerait l'autre », p. 90.

  13. p. 377-380.

  14. La conception de la libido freudienne est « évolutionniste » ; elle permet en effet à Freud de commencer par décrire les perversions, p. 270.

  15. p. 277-278.

  16. Se reporter aux p. 130-131 pour l'origine du passage, chez Freud, de la théorie de la séduction à celle de la libido.

  17. p. 285.

  18. « (...) l'expression symbolique constitue en quelque sorte la logique propre du rêve qui permet d'en saisir l'analogie avec d'autres formations inconscientes », p. 148-149.

  19. p. 148.

  20. p. 149.

  21. Récapitulation des définitions de la notion de « pulsion », p. 389.

  22. p. 391.

  23. L'introduction de la pulsion de mort, surtout, s'apparente à un « ultime séisme » dans l'édifice psychanalytique de Freud, p. 437-444.

  24. p. 396.

  25. p. 407.

  26. p. 410.

  27. p. 217.

  28. p. 239.

  29. p. 464.

  30. p. 463.

  31. « Au fond, cette double règle introduit à la fois un strict déterminisme et une liberté radicale de la parole et de l'écoute », p. 469-470.

  32. p. 479.

  33. p. 248-249.

  34. p. 708.

  35. « C'est ainsi que dès le début des années 1920, Freud consacre une bonne partie de ses textes à réagir à ce mouvement d'évolution interne », p. 706.
1   ...   10   11   12   13   14   15   16   17   18

similaire:

Un article de Wikipédia, l\Sur son avenir lire l’article de Wikipedia
«post Jugendstil». Pourtant, l'esprit du Jugendstil (…) y culmine une fois encore dans la perfection. L'apothéose et l'adieu aux...

Un article de Wikipédia, l\Ce cours nous conduira de l'Egypte ancienne à l'époque contemporaine
«sommes» abondamment documentées et richement illustrées : Histoire Naturelle, Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Un article de Wikipédia, l\Bibliographie du Maghreb antique et médiéval
«Addyma, nom antique de l’oued Sebaou», Encyclopédie Berbère, II, 1985, p. 119

Un article de Wikipédia, l\Leçon 1 18 novembre 1953
«schémas optiques» [Wikipédia], expérience de bouasse du «bouquet renversé», ici repris et modifiés

Un article de Wikipédia, l\Synthèse de la journée Innovation et culture
«Wikipedia et les musées / lieux culturels» (Thierry Coudray, Administrateur et trésorier de Wikimedia France)

Un article de Wikipédia, l\Ø Le mot "réalisme" apparaît pour la première fois en 1826 dans un article du "

Un article de Wikipédia, l\Otto, le gardien de l’art contemporain «L’Ombre blanche» de Huang Yong Ping
«Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou, IL a représenté la France à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise...

Un article de Wikipédia, l\Otto, le gardien de l’art contemporain «L’Ombre blanche» de Huang Yong Ping
«Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou, IL a représenté la France à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise...

Un article de Wikipédia, l\La Bibliothèque électronique du Québec
«Quel article ? IL ne l’avait pas lu ?» Le reporter s’offrait à lui en donner connaissance

Un article de Wikipédia, l\Absents ayant voté par procuration en application de l'article L...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com