Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre







télécharger 1.02 Mb.
titreUn article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
page5/18
date de publication14.12.2016
taille1.02 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > histoire > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

L'institution psychanalytique (1905–1920)[modifier]

Approfondissements et publications[modifier]

En 1905 paraît un ouvrage d'importance pour la psychanalyse : « Drei Abhandlungen zur Sexualtheorie » (Trois essais sur la théorie sexuelle), qui rassemble les hypothèses de Freud sur la place de la sexualité et son devenir dans le développement de la personnalité[E 8], « Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten » (Le Mot d'esprit et ses rapports avec l'inconscient) et « Bruchstück einer Hysterie-Analyse » (Fragment d'une analyse d'hystérie[Freud 9]). Ce dernier est le compte-rendu du cas d'Ida Bauer, qui illustre le concept de transfert psychanalytique. Ce transfert, par lequel le patient crée une névrose (la « névrose de transfert ») dans la relation établie avec son thérapeute, en quelque sorte « expérimentale », est en effet à analyser dans le cadre de la cure, car il en détermine l'issue[23].

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8f/sigmund_freud_um_1905.jpg/180px-sigmund_freud_um_1905.jpg

http://bits.wikimedia.org/static-1.21wmf9/skins/common/images/magnify-clip.png

Freud en 1905

Selon certaines thèses, celles d'Ellenberger, d'Ilse Bry et Alfred H. Rifkin[24], les idées de Freud ont été bien reçues. Pour Ernest Jones et Jean-Luc Donnet, c'est le contraire qui est vrai. Donnet précise que le rejet violent de la psychanalyse par les médecins et surtout par les psychiatres est l'une des causes du fait que Freud s'est tellement réjoui du ralliement d'Eugen Bleuler à la psychanalyse et, de fait, c'est à Zurich que la psychanalyse obtient en premier un droit de cité en psychiatrie. La France s'est montrée d'emblée réfractaire à la psychanalyse[25],[26]. Ailleurs, le succès des ouvrages de Freud est important, mais inégal selon les pays ; on le lit par exemple en traductions dès les années 1900, en russe[B 28]. Les premiers travaux des disciples de Freud apparaissent également : Otto Rank, âgé de 21 ans, lui remet en effet le manuscrit d'un essai psychanalytique qui s'intitule « Der Künstler » (L'artiste)[17].

En 1906, Freud s'intéresse à une nouvelle de l'écrivain allemand Wilhelm Jensen, La Gradiva qu'il analyse au moyen de sa méthode d'investigation. L'analogie de la remontée des souvenirs avec l'archéologie est au centre de son étude[B 29] ; il en tire un ouvrage, « Der Wahn und die Träume in W. Jensens Gradiva » (Le délire et les rêves dans la Gradiva de Wilhelm Jensen) dans lequel il applique les principes psychanalytiques à la création littéraire. La même année, Freud se brouille définitivement avec son ami Wilhelm Fliess, qui rédige par la suite un pamphlet, Pour ma propre cause, dans lequel il accuse Freud de lui avoir volé ses idées[17].

La reconnaissance[modifier]

En mars 1907, l'isolement de Freud cesse définitivement[D 34]. Le groupe naissant de psychanalystes tente de créer une collection intitulée les « Schriften zur angewandten Seelenkunde » (« Écrits de psychologie appliquée ») aux éditions Deuticke[Notes 5]. Directeur de la publication, Freud y publie le premier, avec Le Délire et les rêves dans la Gradiva de Wilhelm Jensen. La même année, il écrit Actes obsédants et exercices religieux, dans lequel il aborde le sujet de la religion : il y présume qu'il existe un rapport entre une névrose obsessionnelle et les exercices religieux. En 1908, le petit groupe autour de Freud devient la Société viennoise de psychanalyse et, en août, Karl Abraham fonde la Société psychanalytique de Berlin. L'année suivante, la première revue psychanalytique édite leurs travaux ; elle prend le nom « Jahrbuch für psychoanalytische und psychopathologische Forschungen » (Annales de recherches psychanalytiques et psychopathologiques), souvent abrégée en « Jahrbuch », avec Bleuler et Freud comme directeurs et Jung comme rédacteur en chef. Freud inaugure cette revue avec la publication du cas du petit Hans.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cc/paul_schreber.jpg/140px-paul_schreber.jpg

http://bits.wikimedia.org/static-1.21wmf9/skins/common/images/magnify-clip.png

Daniel Paul Schreber

Le 26 avril, le premier Congrès international de psychanalyse à Salzbourg réunit 42 membres de six pays (Autriche, Allemagne, Hongrie, Suisse, Angleterre et États-Unis). Freud y présente ses « Bemerkungen über einen Fall von Zwangsneurose » (Remarques sur un cas de névrose obsessionnelle)[17]. En 1909 paraît les « Über Psychoanalyse: Fünf Vorlesungen » (Cinq leçons sur la psychanalyse). Freud s'interroge par la suite sur la nature de la pratique psychanalytique dans un essai, « Über „wilde“ Psychoanalyse » (À propos de la psychanalyse dite sauvage ou « analyse profane »). L'année 1910 marque un sommet dans l'histoire de la psychanalyse et dans la vie de Freud ; lors du second Congrès international à Nuremberg organisé par Jung, les 30 et 31 mars, est créée l'« Internationale Psychoanalytische Vereinigung » (Association psychanalytique internationale, « API »), dont le premier président est Carl Gustav Jung, ainsi qu'une deuxième revue, le « Zentralblatt für Psychoanalyse, Medizinische Monatsschrift für Seelenkunde »[Notes 6]. L'IPA rassemble sous son égide les groupes locaux (Ortsgruppen), ceux de Zurich (qui en est le siège), de Vienne et de Berlin ; son but est de défendre la cohésion du mouvement psychanalytique[E 9]. Une patiente de Jung avec qui ce dernier était passé à l'acte, Sabina Spielrein, le met sur la voie de la théorisation du transfert amoureux envers l'analyste, ainsi que du contre-transfert (de l'analyste envers le patient) et que Freud intègre à sa théorie[C 9].

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/27/alfred_adler1.png/140px-alfred_adler1.png

http://bits.wikimedia.org/static-1.21wmf9/skins/common/images/magnify-clip.png

Alfred Adler

Lors de ses vacances aux Pays-Bas, en 1910, Freud analyse le compositeur Gustav Mahler, lors d'un après-midi de promenade à travers la ville. Freud voyage ensuite à Paris, Rome et Naples, en compagnie de Ferenczi. La psychanalyse naissante se heurte à sa première opposition d'importance : en octobre, répondant à l'appel d'Oppenheim, lors du Congrès de neurologie de Berlin, les médecins allemands d'Hambourg mettent à l'index la pratique psychanalytique au sein des sanatoriums locaux[17].

Dissensions[modifier]

Freud publie « Eine Kindheitserinnerung des Leonardo da Vinci » (Un souvenir d'enfance de Léonard de Vinci) en 1910, dans lequel apparaissent pour la première fois les concepts de « narcissisme » et de « sublimation ». Il y examine aussi les raisons psychiques de la créativité. La même année, la psychanalyse est la cible de nouvelles critiques émanant de certains milieux médicaux. Par ailleurs, les premiers schismes en son sein se font jour. L'opposition de Freud à la théorie de Jung, qui devient, en 1914, la « psychologie analytique », l'occupe en effet ces années-là[B 30]. En 1911, Freud écrit un texte connu sous le titre « Le Président Schreber » mais par la suite intitulé « Psychoanalytische Bemerkungen über einen autobiographisch beschriebenen Fall von Paranoia (Dementia paranoides) » (Remarques psychanalytiques sur un cas de paranoïa (Dementia paranoïdes) décrit sous forme autobiographique). Freud y retrace l'analyse du juriste et homme politique Daniel Paul Schreber. Il publie aussi un court texte métapsychologique : « Formulierungen über die zwei Prinzipien des psychischen Geschehens » (Formulations sur les deux principes du cours des événements psychiques) dans lequel il décrit le principe de plaisir et le principe de réalité. L'année suivante, il complète sa théorie en ajoutant deux types de pulsions : la pulsion de vie (l'Éros) et la pulsion de mort (qu'il se retient toujours de nommer Thanatos)[B 31].

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/3f/cartafreud.jpg/180px-cartafreud.jpg

http://bits.wikimedia.org/static-1.21wmf9/skins/common/images/magnify-clip.png

Lettre de la brouille entre Freud et Carl Gustav Jung, en 1913

La direction des revues et des travaux théoriques de l'Association internationale de psychanalyse, celle des séminaires également, occupent Freud à cette période, d’autant que parmi ceux qui travaillent avec lui des rivalités se font jour ainsi que des dissensions théoriques qu'il combat lorsqu'elles remettent en question les rôles de la sexualité infantile et du complexe d'Œdipe comme le font celles de Jung, Adler et Rank. Ainsi, il refuse la mise en avant de l’agressivité par Alfred Adler, car il considère que cette introduction se fait au prix de la réduction de l’importance de la sexualité. Il refuse également l'hypothèse de l’inconscient collectif au détriment des pulsions du Moi et de l’inconscient individuel, et la non-exclusivité des pulsions sexuelles dans la libido que propose Carl Gustav Jung. En juin 1911, Alfred Adler quitte Freud le premier, pour fonder sa propre théorie. L'année suivante c'est au tour de Wilhelm Stekel, alors qu'en 1913, en septembre, Freud se brouille avec Carl Gustav Jung, pourtant annoncé comme son « dauphin »[27].

le congrès international de psychanalyse de 1911, à nuremberg

http://bits.wikimedia.org/static-1.21wmf9/skins/common/images/magnify-clip.png

Photographie de groupe lors du congrès international de psychanalyse de 1911 organisé à Nuremberg.
(Cliquez sur l'image pour identifier les membres)

En 1913, « Totem und Tabu » (Totem et Tabou) permet à Freud de présenter la portée sociale de la psychanalyse[D 35],[B 32]. Secrètement, depuis 1912, sur l'idée d'Ernest Jones, Freud a réuni autour de lui un petit comité de fidèles partisans (Karl Abraham, Hans Sachs, Otto Rank, Sandor Ferenczi, Ernest Jones, Anton von Freund et Max Eitingon) sous le nom de « Die Sache » (la « Cause ») et ce jusqu'en 1929. Chaque membre reçoit de Freud une intaille grecque de sa collection privée, qu'il porte sur un anneau d'or[B 33]. Après la Première Guerre mondiale, en 1924, le mouvement psychanalytique freudien voit le départ d'Otto Rank et en 1929 celui de Sandor Ferenczi.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   18

similaire:

Un article de Wikipédia, l\Sur son avenir lire l’article de Wikipedia
«post Jugendstil». Pourtant, l'esprit du Jugendstil (…) y culmine une fois encore dans la perfection. L'apothéose et l'adieu aux...

Un article de Wikipédia, l\Ce cours nous conduira de l'Egypte ancienne à l'époque contemporaine
«sommes» abondamment documentées et richement illustrées : Histoire Naturelle, Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Un article de Wikipédia, l\Bibliographie du Maghreb antique et médiéval
«Addyma, nom antique de l’oued Sebaou», Encyclopédie Berbère, II, 1985, p. 119

Un article de Wikipédia, l\Leçon 1 18 novembre 1953
«schémas optiques» [Wikipédia], expérience de bouasse du «bouquet renversé», ici repris et modifiés

Un article de Wikipédia, l\Synthèse de la journée Innovation et culture
«Wikipedia et les musées / lieux culturels» (Thierry Coudray, Administrateur et trésorier de Wikimedia France)

Un article de Wikipédia, l\Ø Le mot "réalisme" apparaît pour la première fois en 1826 dans un article du "

Un article de Wikipédia, l\Otto, le gardien de l’art contemporain «L’Ombre blanche» de Huang Yong Ping
«Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou, IL a représenté la France à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise...

Un article de Wikipédia, l\Otto, le gardien de l’art contemporain «L’Ombre blanche» de Huang Yong Ping
«Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou, IL a représenté la France à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise...

Un article de Wikipédia, l\La Bibliothèque électronique du Québec
«Quel article ? IL ne l’avait pas lu ?» Le reporter s’offrait à lui en donner connaissance

Un article de Wikipédia, l\Absents ayant voté par procuration en application de l'article L...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com