Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre







télécharger 1.02 Mb.
titreUn article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
page8/18
date de publication14.12.2016
taille1.02 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > histoire > Documentos
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   18

Les continuateurs de Freud[modifier]

Articles connexes : Écoles de psychanalyse, Psychanalyse en France et Psychanalyse en Grande-Bretagne.

Après la mort de Freud (mais également de son vivant), plusieurs écoles psychanalytiques entretiennent entre elles des rapports souvent polémiques, dépendant des postulats retenus et des spécificités nationales[G 9]. Deux types de courants peuvent être distingués : ceux dits « orthodoxes », proches du freudisme, et ceux s'en écartant sur des points fondateurs : les courants « hétérodoxes ». Plusieurs points théoriques vont constituer des zones de division. Ainsi, pendant la Seconde Guerre mondiale se développe la question de l'analyse groupale, avec des analystes comme Wilfred Bion, qui développe sa propre conception. Par ailleurs, c'est en Angleterre que se déroulent, à partir de 1942, les oppositions entre Melanie Klein, Anna Freud et le Middle Group, sur plusieurs sujets[43]. L’association psychanalytique internationale regroupe les psychanalystes freudiens orthodoxes.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/timeline/e1919d32a184e50bef195c649906a7dc.png[44]

En France, par exemple, la Société psychanalytique de Paris relaye la psychanalyse, essentiellement freudienne, kleinienne et winnicottienne en fonction des orientations des membres qui la composent. Le courant lacanien s'en écarte toutefois, jusqu'à la rupture dans les années 1950, notamment à propos de l'axiome lacanien selon lequel « l'inconscient est structuré comme un langage » et surtout sur les modalités de formation des psychanalystes qui, pour Lacan et ses adeptes, diffèrent radicalement de celles de l'I.P.A. et des associations affiliées[45]. Si Lacan a été en opposition avec l'IPA, il ne faut pas le voir comme étant en opposition avec Freud : en témoignent son « retour à Freud » et ce propos de Jean-Michel Rabaté : « De même qu'Althusser se demandait comment lire Marx de façon « symptomatique », en séparant ce qui est authentiquement « marxiste » de ce qui est purement « hégélien » dans ses écrits, Lacan se demande où et comment repérer les textes où Freud se montre authentiquement « freudien »[46]. »

Avec l'immigration de nombreux psychanalystes d'Europe avant, pendant et après la guerre, la psychanalyse prend beaucoup d'importance aux États-Unis, avec l’American Psychoanalytic Association ou la Self-psychology. Il existe aussi l'ego-psychology et les courants totalement autonomes, issus des schismes successifs : ceux d'Alfred Adler, d'Otto Rank, Wilhelm Reich et de Carl Gustav Jung. Enfin, de nombreux psychanalystes contemporains, comme Sándor Ferenczi ou Donald Winnicott, développent et propagent leur vision des conceptions freudiennes, tels ceux dits de la « nébuleuse marginale » selon Paul Bercherie[47], ou ceux, à la pensée plus individuelle comme : Juliette Favez-Boutonnier, Daniel Lagache, Françoise Dolto, André Green ou Didier Anzieu[48].

Influence de la psychanalyse[modifier]

Article détaillé : Influence de la psychanalyse.

La psychanalyse a eu une profonde influence sur la plupart des sciences humaines : sur l'ethnologie (avec Géza Róheim et l'ethnopsychanalyse), sur l'anthropologie et les sciences juridiques (avec le juriste Pierre Legendre), sur le marxisme (par le freudo-marxisme et avec Herbert Marcuse) et sur les sciences politiques. La philosophie du XXe siècle a su se nourrir des apports de la psychanalyse d'après Paul-Laurent Assoun[49] et ce à travers des personnalités comme Jean-Paul Sartre, Gilles Deleuze, Jacques Derrida, Félix Guattari, René Girard, Jean-François Lyotard ou Michel de Certeau. Le sociologue Norbert Elias, tout en se distanciant du mouvement des psychanalystes, reconnaît l'avancée de Freud, qui propose, selon lui, « le modèle le plus clair et le plus avancé de la personne humaine »[50]. Le philosophe Paul Ricœur le situe aux côtés de Karl Marx et de Friedrich Nietzsche comme étant l'un des trois grands « maîtres du soupçon »[51], de ceux qui ont induit le doute dans la conception philosophique classique du sujet.

L'étude psychanalytique de la question de la psychosomatique a également une importance en médecine avec, par exemple, les apports de Franz Alexander et ceux de Michael Balint en Angleterre : les « Groupes Balint » sont menés par des psychanalystes, pour les médecins, et en rapport avec les pratiques de ces derniers, à partir d'études de cas[52]. En France, Pierre Marty, Michel Fain et Michel de M'Uzan pour les affections somatiques, Françoise Dolto pour la pédiatrie et Didier Anzieu pour les groupes sont des exemples d'applications de la psychanalyse en dehors du champ de la cure type. En art, le surréalisme d'André Breton se réclame de la psychanalyse[53]. L'influence est également importante dans le champ de l'interprétation artistique ou littéraire. La notion de sublimation, et, plus généralement, la théorie freudienne en art a été reprise par Deleuze et Guattari, René Girard, Jean-François Lyotard, ainsi qu'en esthétique, en histoire de l'art[54] et dans les Cultural Studies.

Principaux concepts freudiens[modifier]

L'inconscient[modifier]

Article détaillé : Inconscient.

Freud introduit dans les sciences humaines une conception nouvelle de l'inconscient. Depuis longtemps, il avait été remarqué que certains phénomènes échappent à la conscience. Les philosophes Leibniz et Arthur Schopenhauer considèrent qu'il existe un arrière-plan à la conscience. Le poète allemand Novalis est le premier à se servir du mot « inconscient », dans la continuité des thèses post-romantiques de Karl Robert Eduard von Hartmann avec son ouvrage « Philosophie des Unbewussten » (Philosophie de l'inconscient) en 1869 mais surtout de Carl Gustav CarusPsyche », 1851), ce dernier se représentant un « inconscient absolu » et un « inconscient relatif »[55]. La théorie de Freud est directement liée à leurs travaux. Freud doit aussi à la psychologie expérimentale, et notamment à l'approche de l'hystérie. Les phénomènes d'ivresse ou de transe donnent en effet des exemples d'abolition de la conscience. Or, l'inconscient qu'introduit Freud n'est pas simplement ce qui ne relève pas de la conscience, comme chez von Hartmann[56]. Par « inconscient », il entend à la fois un certain nombre de données, d'informations, d'injonctions tenues hors de la conscience, mais il y englobe aussi l'ensemble des processus qui empêchent certaines données de parvenir à la conscience, et permettent aux autres d'y accéder, comme le refoulement, le principe de réalité, le principe de plaisir, la pulsion de mort. Ainsi, Freud considère l'inconscient comme l'origine de la plupart des phénomènes conscients eux-mêmes, et ce d'une manière nettement différenciée de ses prédécesseurs, car celui-ci évolue de manière dynamique[57].

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fe/th%c3%a9orie_de_freud.svg/180px-th%c3%a9orie_de_freud.svg.png

http://bits.wikimedia.org/static-1.21wmf9/skins/common/images/magnify-clip.png

Schéma de l'appareil psychique, métaphorisé par un iceberg, et selon les deux topiques freudiennes.

L'inconscient est la « thèse inaugurale de la psychanalyse » grâce aux travaux de Freud[G 10]. Dans Quelques remarques sur le concept d'inconscient en psychanalyse (1912), le Viennois se propose de décrire la spécificité du concept. Il y donne une présentation hiérarchique de la notion, qui désigne d'abord le caractère ou l'aptitude d'une représentation ou d'un élément psychique quelconque présent à la conscience de manière intermittente et qui semble n'en pas dépendre. Sur ce point, Freud se réfère à la théorie du psychiatre français Hippolyte Bernheim quant à l'expérience suggestive et à l'hypnose[G 11]. Par ailleurs, la notion regroupe la constatation d'une dynamique propre à cette représentation inconsciente, et dont l'exemple le plus révélateur est le phénomène d'hystérie. L'inconscient freudien acquiert dès lors son qualificatif de « psychique ». Un troisième niveau vient ensuite compléter la notion telle qu'elle est acceptée en psychanalyse : le niveau systémique par lequel l'inconscient manifeste les propriétés d'un système (que Freud désigne par l'abrégé Ubw, « Ics » en français). Les premiers psychanalystes ont pu parler à ce sujet de « subconscient », terme vite écarté par Freud, car étant imprécis pour expliquer un système existant sui generis, et, donc indépendant de la conscience[G 12].
1   ...   4   5   6   7   8   9   10   11   ...   18

similaire:

Un article de Wikipédia, l\Sur son avenir lire l’article de Wikipedia
«post Jugendstil». Pourtant, l'esprit du Jugendstil (…) y culmine une fois encore dans la perfection. L'apothéose et l'adieu aux...

Un article de Wikipédia, l\Ce cours nous conduira de l'Egypte ancienne à l'époque contemporaine
«sommes» abondamment documentées et richement illustrées : Histoire Naturelle, Encyclopédie de Diderot et d'Alembert

Un article de Wikipédia, l\Bibliographie du Maghreb antique et médiéval
«Addyma, nom antique de l’oued Sebaou», Encyclopédie Berbère, II, 1985, p. 119

Un article de Wikipédia, l\Leçon 1 18 novembre 1953
«schémas optiques» [Wikipédia], expérience de bouasse du «bouquet renversé», ici repris et modifiés

Un article de Wikipédia, l\Synthèse de la journée Innovation et culture
«Wikipedia et les musées / lieux culturels» (Thierry Coudray, Administrateur et trésorier de Wikimedia France)

Un article de Wikipédia, l\Ø Le mot "réalisme" apparaît pour la première fois en 1826 dans un article du "

Un article de Wikipédia, l\Otto, le gardien de l’art contemporain «L’Ombre blanche» de Huang Yong Ping
«Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou, IL a représenté la France à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise...

Un article de Wikipédia, l\Otto, le gardien de l’art contemporain «L’Ombre blanche» de Huang Yong Ping
«Les magiciens de la terre» au Centre Pompidou, IL a représenté la France à la 48e Exposition internationale d'art visuel de Venise...

Un article de Wikipédia, l\La Bibliothèque électronique du Québec
«Quel article ? IL ne l’avait pas lu ?» Le reporter s’offrait à lui en donner connaissance

Un article de Wikipédia, l\Absents ayant voté par procuration en application de l'article L...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com