La problematique de la protohistoire en afrique







télécharger 50.37 Kb.
titreLa problematique de la protohistoire en afrique
date de publication15.12.2016
taille50.37 Kb.
typeBibliographie
a.21-bal.com > histoire > Bibliographie







FACULTE DES SCIENCES ET TECHNOLOGIES

DE L’EDUCATION ET DE LA FORMATION

(FASTEF)
DEPARTEMENT DIDACTIQUE D’HISTOIRE / GEOGRAPHIE

MODULE

LA PREHISTOIRE ET L’ANTIQUITE AFRICAINE

La protohistoire en Afrique
THEME


Présenté par: sous la direction

Amina Cissé

Arame Cissé M. Babacar Diagne

Fatou Kiné Cissé Professeur au département

Mamadou Coly d’histoire /géographie (FASTEF)

Aliou Coly

Amath Alioune Coundoul

Marie Thérèse Corréa


Année académique 2012-2013

TABLE DES MATIERES


INTRODUCTION 2

I.LA PROBLEMATIQUE DE LA PROTOHISTOIRE EN AFRIQUE 2

II.LES SITES ET LES VESTIGES DE LA PROTOHISTOIRE 3

1.La céramique 3

2.Le cuivre 4

3.L’or et les métaux précieux 5

4.Le fer 7

III.LA CIVILISATION PROTOHISTORIQUE 8

1.La vie socio-économique 8

2.La vie politico-religieuse 9

CONCLUSION 10

BIBLIOGRAPHIE 10

RESUME 11





INTRODUCTION


La protohistoire est la Période chronologique intermédiaire située entre la fin de la préhistoire et le début de l’histoire. Elle est marquée par l’apparition des métaux qui provoque le développement et entraine des changements dans la vie quotidienne des africains ; c’est pourquoi elle est aussi appelée l’âge des métaux. Le terme protohistoire désigne d’une part les civilisations sans écritures mais se trouvant indirectement éclairées par les écrits des populations voisines, d’autre part il intègre des paramètres économiques et sociaux et s’applique aux populations s’étant adaptés à une économie de production. Mais en Afrique la protohistoire est problématique, malgré la présence des vestiges protohistoriques qui témoignent un impact sur la civilisation tant sur le plan politico-économique que sur la vie sociale et culturelle
  1. LA PROBLEMATIQUE DE LA PROTOHISTOIRE EN AFRIQUE


En Afrique le problème de la datation de la protohistoire et celui de l’absence d’une définition commune demeurent entier. Cette période est marquée par plusieurs phases dans son évolution. Le contexte historique de la protohistoire a connu une divergence particulière entre les chercheurs. La protohistoire est une époque qui varie d’une localité à une autre. Par exemple en Afrique, elle débute aux environs du premier siècle de notre ère. Elle est difficile à délimiter en raison des chevauchements chronologiques entre les données archéologiques et celle de l’histoire traditionnelle. Des auteurs ont défini et délimité différemment cette époque.

Dans le dictionnaire « QUILLET-FLAMMARION », la protohistoire est définie comme étant cette période intermédiaire entre la préhistoire et l’histoire .C’est donc  l’ensemble des civilisations méditerranéennes compris entre le néolithique et les premières manifestations de l’histoire (- 5000ans à - 3000ans).

Pour Cyr Deschamps ; la protohistoire va du 1ére millénaire avant Jésus Christ au début du 16éme siècle dans l’ouest du continent notamment au Sénégal. C’est l’avènement du travail du fer et de l’or. Cette période est comprise entre le Xème et le XVIème siècle

Par contre ; selon Chavane ; la protohistoire est l’âge des métaux avec l’utilisation du cuivre appelé encore la chalcolithique dans le bassin méditerranéen. De cette définition, on peut retenir que la protohistoire débute de la fin du néolithique et va jusqu’au début de l’histoire.

D’autres auteurs conçoivent la protohistoire de façon négative .En effet elle correspondrait à cette civilisation «sombre » et sans écriture.

Aujourd’hui la majorité des auteurs s’accordent sur le fait que  la protohistoire est la période durant laquelle la subsistance des populations humaines est assurée par la production différemment de la période précédente où les populations n’étaient que des consommateurs.

Pour mieux rendre compte de cette pluralité de définition ; nous pouvons nous référer à cette frise de la protohistoire en Afrique selon les sources précitées.

-5000 (Dictionnaire Quillet-Flammarion) -3000

1er millénaire (Cyr Deschamps) 16ème siècle

Fin néolithique (Chavane) début histoire
  1. LES SITES ET LES VESTIGES DE LA PROTOHISTOIRE


Plusieurs fouilles sur le continent africain ont permis d’identifier des sites et d’arriver à des découvertes protohistoriques. C’est dans ce sens qu’il a été noté la présence de vestiges divers dans ce vieux continent comme la céramique, le cuivre, le fer et les métaux précieux.
  1. La céramique


c:\users\coly\documents\2273901.jpg c:\users\coly\documents\2273908nn.jpg

1. Céramique protohistorique 2. Jarre protohistorique

Des enquêtes ethnoarchéologiques ont permis à ANNE MAYOR (2005) d’affirmer que des traditions céramiques ont existé dès le premier millénaire avant J.C chez les populations de la boucle du Niger. C’est dans ce sens que trois composantes ont été décelées.

  • D’abord un groupe nord-ouest et centre (delta) lié à des locuteurs de la mande ouest-nord-ouest. Chez ce groupe constitué des soninkés Bozo et Nono, la tradition céramique se caractérise par le moulage sous forme convexe puis sous forme concave entre (Vème et XIème siècles).

  • Ensuite un groupe méridional lié à d’autres locuteurs de familles nilo sahariennes (songhaï) a eu à intégrer une tradition autochtone céramique marquée par le pilonnage sous forme concave au-dessus d’une Vannerie.

  • Enfin un autre groupe méridional lié à d’autres groupes de locuteur lié de la famille GUR notamment BWA a une technique caractérisée par le creusage de la mole.

Au Sénégal, les sites d’amas coquillers ont permis de trouver en leur sein des céramiques au niveau des Îles du Saloum. De même Au niveau des lacs Tanma et RETBA et à CAYAR situés dans la grande cote du Cap Vert, on a retrouvé de la céramique et de la poterie.
  1. Le cuivre


c:\users\coly\documents\670x510_3656_photo_collier-2-colmar.jpg

Collier protohistorique en cuivre

En Afrique, le cuivre a été découvert en haute Egypte dans le secteur limité allant d’Assiout à Thèbes. Le métal provenait des mines du Sinaï. En Afrique de l’ouest le cuivre est apparu en premier lieu au Niger (région d’Agades) avant de se propager un peu partout dans la sous-région.

C’est grâce aux récits du voyageur IBN BATOUTA qui faisait état de production et de commercialisation du cuivre que la voie des recherches archéologiques a été ouverte. Cela a permis la localisation de mine de cuivre près de la ville de TAKKADDA probablement au début du 2ème millénaire. Bien que les minerais du cuivre soient rarissimes dans le Sahara, il en existe dans la partie centrale très aride : mont d’OUGUAARTA, ADRA, AHNET et TASSALIT. De même qu’ au sud en zone sahélienne plus précisément à NIORO du SAHEL au MALI et à AKJOUT en MAURITANIE il y a environ 3000ans.

La découverte en MAURITANIE d’une hachette et une pointe en cuivre extra-plate ainsi qu’une galerie de mine de cuivre creusée il y a environ 480 ans, témoignent avec leurs origines protohistoriques suffisamment vraisemblable qu’un âge du cuivre peut être envisagé dès le début des années 50. Il semble d’après les objets de cuivre découvert dans cette région qu’elle ait été encouragée par des contacts avec le Maroc. L’aspect de ces premières mines est très mal connu ; mais on peut penser qu’elles étaient relativement peu profondes .Les mines de Mauritanie sont les seules dont nous sachions de manière certaine qu’elles étaient en activité avant l’an mille.

Au Nigéria la civilisation du NOK qui commence en 500 avant Jésus christ ne connait pas de séquence entre âge du cuivre, âge du bronze et celui du fer.

Quant au Sénégal le cuivre fut retrouvé du côté du delta.

D’autres gisements cuprifères importants étaient aussi exploités à cette époque dans la région du Shaba au Zaïre où les fouilles de SANGA et de KATOTO ont livré des objets de cuivre en abondance. Il convient cependant de noter que suivant la division tripartite suggérée par Nenquin qui fouillait les sites ; la phase la plus ancienne est représentée par 27tombes dont deux seulement contenaient des lingots de cuivre.
  1. L’or et les métaux précieux


L’extraction et le travail de l’or et des autres métaux précieux sont connus de l’Afrique pendant la période protohistorique. En effet, l’Afrique du nord notamment l’Egypte connaissait déjà l’orfèvrerie et la joaillerie qui sont attestées par la découverte, dans les tombeaux et les temples des rois de bracelets, de bagues et de colliers en or et en argent. Ces objets étaient découverts dans le royaume KOUCH au sud.

En Afrique subsaharienne, l’exploitation de l’or à travers son extraction et leur pillage a existé près des sources du Niger et du Sénégal, c’est-à-dire en Guinée et au Mali actuel, précisément dans le BAMBOUK et le BOURE.

Les fouilles archéologiques effectuées au Sénégal dans les tumulus entre 1941 et 1942 dans la région de SAINT-LOUIS au delta du WALO et à SINTHIOU BARA et dans la région de Kaolack notamment NDALANE (25km) ont permis la découverte de bracelets, de colliers, d’anneaux de cheville en or dont le fameux pectoral de RAO et les treize anneaux cannels en laiton sur les tibias péronés d’un squelette. De même les fouilles entre 1971 et 1973 des trois tumulus dans les amas coquillers JOAL FADIOUTH et de DIOROM BOUMACK du XIIème et XVIIème siècle sur la rive ouest du BANDIAL ont livré 40, 41,68 inhumations avec plusieurs objets de parures en or et d’autres métaux. Ces découvertes ont permis d’attester la maitrise du travail de ces métaux pendant la période protohistorique au Sénégal.

f:\exposé préhistoire g5\nouveau dossier\800px-~1.jpg

Site des amas coquillers de Joal fadiouth

L’extraction de l’or au nord-est du ZIMBABWE serait antérieure au 13ème ou au 9èmesiècle. Cela prouve aussi l’existence du travail de ce métal pendant la période protohistorique dans cette partie de l’Afrique.
  1. Le fer



Légende

: Première apparition supposée du fer

: Première apparition supposé du cuivre

: Itinéraires supposés du fer


La carte de la diffusion du fer en Afrique.

La métallurgie fait l’objet de controverse en Afrique en ce qui concerne sa diffusion. S’il est indéniable qu’elle soit liée aux activités de l’agriculture, de l’élevage et de la poterie, il n’en reste pas moins qu’elle est la preuve d’une créativité, d’une inventivité, d’une habileté africaine. En effet, la métallurgie du fer est une technique connue en Afrique et qui s’est diffusée progressivement il y’a de cela des millénaires (depuis le 1er ou le 2ème millénaire av. J-C)

Depuis Carthage fondé vers -800 par les phéniciens qui auraient importé puis travaillé le fer, cette technique de la métallurgie du fer serait progressivement diffusée en Afrique occidentale grâce à « la route des chars » notamment dans une région comme la Mauritanie au 1er millénaire avant notre ère.

Mais l’idée, généralement admise que l’Afrique du nord notamment Méroé serait le centre de diffusion est battue en brèche. En effet, en Afrique subsaharienne les sites métallurgiques les plus anciens remontent au 2ème millénaire dans le massif de l’Aïr, au Sahara et probablement au Cameroun. Alors que la métallurgie du fer serait transmise aux Egyptiens par les Hittites au 7ème siècle av. J-C. Depuis l’Egypte, cette technique est connue à Méroé puis vers l’Afrique orientale et centrale.

Grâce aux fouilles archéologiques faites dans certaines régions africaines, il est noté la présence du métal dans notre continent. Les sites où le fer fut découvert sont nombreux en Afrique.

En Egypte des perles tubulaires (fer météorique) ainsi que des amulettes en fer météorique datable de l’ancien ou du moyen-empire de même qu’une épée en fer datant du règne de Séti 1er furent trouvées dans des tombes prédynastiques au IVème siècle avant jésus christ.

Le fer est également connu au RWANDA et au BURUNDI au VIIIème avant jésus christ, la République Démocratique du Congo connait également des traces de métallurgie du fer à partir du IIème siècle avant jésus christ.

Des objets métalliques comme des houes, les pointes de flèches, des haches ont été aussi retrouvées au KENYA, au BOTSWANA, en TANZANIE et le TRANSVAAL.

En Afrique de l’ouest des tas de scories ont été associées aux fourneaux allongés (3500 av J.C et aux fourneaux ronds 2500 av J.C.

Le Nigéria a connu aussi l’âge du fer avec la civilisation du nok.

Au Sénégal plusieurs sites comme SINTHIOU BARA, THIOUBALEL, OGO ont été fouillés et ont permis de mettre à jour des objets de parures, des armes (fragments de lances, couteaux en fer, un harpon en fer.

La créativité d’habileté et l’inventivité africaine pendant la période protohistorique sont témoignées par l’existence de fourneaux et de bas fourneaux en Afrique occidentale et de l’acier au Rwanda et en Tanzanie au 5ème siècle av. JC.
  1. LA CIVILISATION PROTOHISTORIQUE


Les bouleversements intervenus à la période protohistorique provoquent des changements dans la vie de l’homme. Ainsi, la fabrication des outils et la perfection du travail témoignent des avancés notoires dans le domaine socio-économique mais surtout dans les pratiques politico-religieuse.
  1. La vie socio-économique


L’usage des métaux a changé la vie quotidienne des africains sur le plan socio-économique. En effet, il a permis le développement de l’agriculture qui utilise désormais des outils en métaux tels que l’hilaire, l’araire, la houe, la fourche associées à l’irrigation qui permirent l’augmentation de la production agricole qui assure par conséquent la sécurité alimentaire. L’importance de la production agricole a donné naissance à une nouvelle forme d’échange des produits appelée le troc.

Les métaux ont également permis la division de la société en classes. Celle des agriculteurs, des éleveurs et des forgerons. Ces derniers occupaient le sommet de la hiérarchie sociale en raison de la maitrise du travail du fer.

L’artisanat connait également un développement remarquable par la joaillerie et l’orfèvrerie. On peut noter aussi le fait que l’art africain avait une certaine particularité puisqu’elle n’appartenait pas au domaine de l’art abstrait. La sculpture figurative est souvent magnifique, notamment les têtes et figurines en terre cuite de NOK (voir photos) et d’Ife, les bronzes du BENIN. La chasse et la pêche deviennent plus aisées grâce aux nombreux outils fabriqués ; de même le travail des matières comme le bois, l’os, l’ivoire et la pierre s’améliore.

Par ailleurs, le commerce a changé de caractère avec l’apparition des métaux. Les recherches ont montré l’existence de certains métaux tels que l’or, le cuivre, le fer dans des communautés situées au nord et à l’Est du Sahara, ainsi que le nord de l’océan indien. Le volume de commerce était d’une certaine manière important durant cette période avec l’établissement des réseaux. Il était fondé sur l’échange des métaux. Cet échange se faisait par de moyen de transport comme des bêtes de somme ou des chars ou chariots.

Enfin, cette amélioration de la vie quotidienne a eu des impacts sur la société en raison de la modification des habitats, de l’urbanisation avec l’apparition de maisons construites en briques séchés d’où l’apparition des villes comme DJENNE-DJENO qui fut la première ville de l’Afrique occidentale. C’est également le développement de l’architecture qui caractérisa cette période avec la présence de maisons construites dans les sites de KAMADZULO en ZAMBIE et à DALMVA et CHITOPE en Afrique australe.
  1. La vie politico-religieuse


La maitrise technique et l’utilisation intense des métaux ont impliqué une réorganisation de la société. On note dans la boucle du Niger des contestations de pouvoir patriarcal traditionnel par les guerriers, les marchands et les religieux. De même, l’apparition des métaux a permis l’émergence des premiers Etats en Afrique. En effet, la puissance de l’Etat se mesurait à sa capacité d’exploitation, de détention et d’usage des métaux. C’est la raison pour laquelle les premiers empires africains comme le GHANA, le MALI et le SONGHAÏ étaient ceux qui étaient riches en or et savaient utiliser les métaux comme le fer. Ainsi, le royaume du Ghana a connu une croissance en raison de sa possession de précieuses richesses minérales comme le cuivre, le fer et l’or, ainsi que son contrôle sur le commerce du sel et dans sa localisation dans une aire où se développe l’agriculture comme le mil.

De même, le NOK civilisation de l’âge du fer s’est épanouie au NIGERIA entre 500 ans et environ 300 ans avant Jésus Christ au sud-ouest du plateau du JOS. Il s’est distingué par la présence conjuguée d’une industrie lithique et une statuaire de terre cuite.

CONCLUSION


En définitive la protohistoire africaine, courte période marquant une transition de la préhistoire à l’histoire, a longtemps constitué un point de discorde pour sa datation chez les chercheurs. Ainsi, cette période est aussi bien spécifiée en Afrique par sa problématique, que par les sites et manifestations mais également par sa civilisation dans la vie quotidienne.

Néanmoins, même si la protohistoire Africaine présente des difficultés dans sa datation, de nombreuses fouilles préhistoriques et protohistoriques en Afrique ont permis de découvrir de nombreux restes fossiles (amas coquillers, tessons de poterie, objets d’art …),qui justifient la pratique d’intenses activités humaines diverses aux conséquences socio-économiques multidimensionnelles.









BIBLIOGRAPHIE


Ouvrages généraux :

  • Kizerbo J, L’histoire de l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Hatier, 1978.pp 14,16,19,28

  • Makhtar G, Histoire générale de l’Afrique, Tome II. Présence africaine-Edicef-UNESCO .pp478-489

  • Thalmans G, Deschamps C et Khayat B, La protohistoire au Sénégal: mémoire de l’IFAN, Tome III, 1980.pp26-85




  • HamidouBocoum, « Trajectoires archéologiques au Sénégal », in MomarCoumbaDiop (dir.), Le Sénégal contemporain, Khartala, 2002, p. 185-214




  • Dictionnaire Usuel Quillet Flammarion Par Le Texte et Par L'image (Flammarion Dictionary)

MANUELS

  • DEVISSE G, KI ZERBO J, MBOW.A .M.Des origines au VIème siècle après J C.Hathier,IPAM, pp :58-59-63

Autres sources :

  • Unesco, Département du Dialogue interculturel et du Pluralisme pour une Culture de paix,les routes du fer en afrique.Paris, 26 octobre - 17 novembre 1999

  • Autres exposition sur la protohistoire en afrique disponibles à la bibliothèque.


WEBOGRAPHIE

ENCARTA 2009.

www.Google.com








RESUME










similaire:

La problematique de la protohistoire en afrique iconProblématique de l’histoire Africaine: sources et procédés d’investigation...
«le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires...

La problematique de la protohistoire en afrique iconCalendrier d’execution 39 5 note finale 40 lot agencement general...
«Diaspora d’Afrique / Benin Art Royal» du Musée du Quai de Branly situé 222, rue de l’Université

La problematique de la protohistoire en afrique iconCalendrier d’execution 25 5 note finale 25 lot eclairage scenographique...
«Diaspora d’Afrique / Benin Art Royal» du Musée du Quai de Branly situé 222, rue de l’Université

La problematique de la protohistoire en afrique iconProblématique : des définitions extraites de différentes sources

La problematique de la protohistoire en afrique iconOrganisé par : La Société Chinoise d’Etude de l’Histoire Africaine,...
«Nouveau : Code idef annoté de l’ohada», d’inscrire le mot retenu dans la case recherche pour obtenir sous les yeux tous les textes...

La problematique de la protohistoire en afrique iconEthnies africaines les peuples d'Afrique

La problematique de la protohistoire en afrique iconAnarchisme, mouvements et utopies libertaires et autogestionnaire ou communalistes en Afrique

La problematique de la protohistoire en afrique iconNature morte aux coings, 1888-89
«tableau-piège». Ses œuvres s’inscrivent au cœur d’une problématique artistique du xxème siècle, celle du rapport de l’être humain...

La problematique de la protohistoire en afrique iconPremière partie : définition de la problématique et cadre théorique
«la parfumerie parfumante» proprement dite, comprend toutes les préparations à base de corps odorants, et destinés à parfumer la...

La problematique de la protohistoire en afrique iconLittérature fnac chartres Mercredi 22 mars 2006 15h / 17h Dédicace : «Voyage en Afrique»
«Exposition vente des produits africains, consacrée à la culture, la Mode et Beauté»







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com