Calendrier des prochaines manifestations p. 12







télécharger 77.32 Kb.
titreCalendrier des prochaines manifestations p. 12
date de publication15.12.2016
taille77.32 Kb.
typeCalendrier
a.21-bal.com > histoire > Calendrier


SÈVRES ANNÉES 30
La séduction des matières



21 novembre 2007 – 2 mars 2008
SÈVRES ANNÉES 30
La séduction des matières


21 novembre 2007 – 2 mars 2008


Dossier de presse


      • Communiqué de presse p. 3




      • La Manufacture aujourd'hui p. 5




      • Années folles & Art déco : le renouveau

dans la collection Sèvres, une histoire céramique,
Éditions Courtes et Longues p.6


      • 1920-1938, une période foisonnante à Sèvres p. 7




  • Une scenographie de Vincent DUPONT-Rougier p. 9




  • Au Musée des Années 30, Boulogne-Billancourt p. 10




      • Sélection de photographies des œuvres

De Sevres Annees 30, la séduction des matières p. 11


        • Calendrier des prochaines manifestations p. 12




      • Informations pratiques p. 13




Communiqué de presse
SÈVRES ANNÉES 30

La séduction des matières

21 novembre 2007 au 2 mars 2008

Vernissage le mardi 20 novembre 2007

La Manufacture a initié en 2006, un rendez-vous annuel avec son patrimoine, parfois méconnu. L’an dernier, l’exposition Années 50 à Sèvres : l’effet céramique proposait une relecture de la période de production de la Manufacture de 1948 à 1963, et sa mise en perspective avec la production céramique en France. Cette année, Sèvres Années 30, La séduction des matières entend faire découvrir le tournant pris par l’institution à cette période (1920 – 1938), tant dans sa propre histoire que dans le contexte plus large des arts décoratifs de cette époque, dans une scénographie confiée à Vincent Dupont-Rougier. Cet événement permet également, comme l’an passé, l’édition de nouvelles formes et de nouveaux décors, pour certains inédits depuis leur conception dans l’entre-deux-guerres.
Georges Lechevallier-Chevignard, administrateur de la Manufacture de 1920 à 1938, a su engager un ambitieux programme pour redonner à Sèvres l’image brillante d’une entreprise qui s’ouvre à la modernité. L’Exposition des Arts décoratifs et industriels modernes qui se déroula à Paris en 1925, l’Exposition coloniale en 1931, puis celle des Arts et techniques de l’industrie en 1937, furent autant d’occasions de l’illustrer que des moteurs décisifs pour la création.
Cette ouverture sur une approche nouvelle du décor fut liée en grande partie à l’exploitation d’autres matériaux que la porcelaine - comme le grès ou même la faïence - jusqu’alors jugés secondaires à la Manufacture. Ce sont les mises au point sur cet ensemble de matériaux céramiques, plus faciles à travailler et moins coûteux, qui permirent à Sèvres de s'inscrire dans ce courant Art déco.

Le goût pour l’ornementation florale aux couleurs inhabituelles, introduit par les avant-gardes, ainsi que le graphisme géométrique de certains décors directement inspirés du Cubisme, ont été adoptés par des artistes qui donnaient à réaliser leurs projets, aussi bien sur tissu ou sur papier peint, que sur céramique. Une génération de jeunes créateurs, issus de la Manufacture ou bien invités, aux talents multiples, ont ainsi marqué le style de ces années et contribué au succès de Sèvres, qu’il s’agisse d’Anne-Marie Fontaine, de Jacques-Emile Ruhlmann, Agnès Jouin, Jane Lévy, Henri Patou, Henri Rapin ou Simon Lissim, pour n’en citer que quelques uns.
La Manufacture nationale de Sèvres fut un véritable laboratoire de recherches techniques et formelles, recherches que l’exposition entend révéler.
Avec Les Arts décoratifs - notamment dans le champ des papiers peints - et grâce aux prêts consentis par le Mobilier national, le Musée national de céramique, le Musée des arts et métiers, le Musée des arts décoratifs de Rouen, le Musée d’art et d’industrie de Roubaix-La Piscine, le Musée d’art et d’industrie de Troyes, le Musée des Années 30 de Boulogne-Billancourt, un ensemble remarquable de pièces de Sèvres des années 30 sera ainsi présenté au public, avec les soieries de la Manufacture Prelle.
Depuis la fin du XIXe siècle, les céramistes attirés sans doute par l’aura de la Manufacture étaient de plus en plus nombreux à s’installer à sa périphérie, à Sèvres même ou à Boulogne, de l’autre côté de la Seine. Ne voulant pas se laisser distancer par l’importance croissante de ces ateliers établis à proximité, la Manufacture engagea une étroite collaboration avec des artistes des deux cités. Ainsi, Maurice Gensoli, qui vivait et travaillait à Boulogne, dirigea les travaux d’art à la Manufacture où il rétablit un atelier de faïence et de grès ; Jean Mayodon fit office de conseiller artistique durant les préparatifs de l’Exposition internationale des Arts et des Techniques dans la vie moderne, qui s’est tenue à Paris en 1937, tout en réalisant des pièces, à Sèvres, dans son propre atelier.

Pour mieux mettre en lumière cette double perspective, le Musée des Années 30, à l’occasion de son exposition consacrée au décorateur Jules Leleu, offrira aux mêmes dates qu’à Sèvres, une sélection de céramiques réalisées entre 1920 et 1940, à Boulogne et à Sèvres, indépendamment de la Manufacture ; occasion inédite de découvrir combien ces villes ont constitué un foyer de créations exceptionnelles dans l’entre-deux-guerres.
Dans la collection initiée l’an dernier Sèvres, une histoire céramique, aux Editions courtes et longues, un second titre consacré à cette période de la production de Sèvres - les années 20 & 30 -, sortira en septembre. Beau livre, à l’iconographie soignée — les prises de vue sont exclusivement réalisées pour lui —, cet ouvrage met en scène les œuvres produites sur cette période, dans une appréhension plus large des arts décoratifs à partir de la création céramique.

Il rassemble les contributions des chargées de mission au département des collections de la Manufacture, Isabelle Laurin et Florence Slitine. Elles sont assorties d’entretiens avec Emmanuel Bréon, conservateur en chef du Musée des Années 30, Félix Marcilhac, expert et collectionneur spécialiste de cette période, des approches de Christine Germain-Donnat, directrice du Musée des arts décoratifs de Rouen, sur l’œuvre céramique de Jacques-Emile Ruhlmann, de Véronique de la Hougue, conservatrice aux Arts décoratifs, sur les papiers peints et de Bruno Gaudichon sur la collection de Sèvres du Musée de Roubaix-La Piscine qu’il dirige.

Contact presse :

Barbara de Montaigu, Tél. : + 33 (0)1 46 29 22 06, Fax : + 33 (0)1 46 29 22 08

Mél. : barbara.de-montaigu@culture.gouv.fr

www.manufacturedesevres.fr
Années folles & Art déco : le renouveau

Collection Sèvres, une histoire céramique, 144 pages, 100 illustrations en quadri

24,3 x 28 cm, prix public : 35 €

Editions courtes et longues, Tél. : +33 (0)1 48 87 16 35, www.cleditions.com
La manufacture aujourd'hui

Depuis 2003, la Manufacture nationale de Sèvres s'est engagée dans une ambitieuse politique de développement.
Belle endormie, elle entend aujourd’hui regagner la place qu'elle mérite, aussi bien pour la mise en valeur de son patrimoine que pour la production d’œuvres contemporaines.
L'élaboration d'une politique éditoriale enthousiaste lui a permis de se partager entre éditions de pièces anciennes et conceptions de nouvelles (plus de la moitié de la production actuelle est consacrée à l'art contemporain).

La Manufacture n'a jamais cessé tout au long de son histoire de s'associer aux meilleurs artistes de son temps. Si sa mission est bien de produire des objets d'art en céramique, elle est aussi garante d'un patrimoine en permanent enrichissement. L'inventivité, la curiosité et les défis des artistes sont probablement, depuis plus de 250 ans, les moyens les plus sûrs de remplir cette double mission. François Boucher fut l'un des premiers artistes invités ; aujourd'hui, il s'agit de Jeff Koons, de Monique Frydman, d’Arman, de Johan Creten, de Fabrice Hyber, de Marie-Ange Guilleminot, d'Izhar Patkin, de Bertrand Lavier, de James Brown, de Pucci de Rossi, d’Eric Boulatov, de Françoise Quardon, de Myriam Méchita ou encore d'Ettore Sottsass, de Christian Biecher, de Rena Dumas, de Pierre Charpin, parmi bien d'autres... qui viennent exprimer à Sèvres, chacun à leur manière, le double enjeu de la tradition et de la modernité.
Elle affirme aussi sa volonté d'ouverture au grand public. C’est pourquoi de nombreuses visites des ateliers, des séances de tournages sont organisées. Une ouverture que la création d'un atelier pédagogique réservé aux scolaires est venue conforter l'année dernière, grâce à un partenariat avec l’Inspection d’Académie des Hauts-de-Seine.
La mission fondamentale pour une Manufacture fondée en 1740 de préservation de ses savoir-faire est quant à elle garantie par la relance de son centre interne de formation de céramistes qui accueille, en octobre et pour 3 ans, une vingtaine de jeunes gens attirés par les métiers spécifiques de la céramique qui y sont enseignés.
La diffusion de sa production passe enfin par le rayonnement affirmé de l'institution en France comme à l'étranger grâce à une politique volontaire en matière de publications mais aussi d'expositions ; la première d'entre elles, d’abord présentée à Saragosse en Espagne, à la Wallace Collection à Londres, à Hohenberg en Allemagne, continue son périple en Italie. Des expositions ont été conçues pour le Musée de Riga en Lettonie, d’autres pour une itinérance en Asie, en fin d’année.


1920-1938 : une période foisonnante a Sèvres

À la fin du XIXe siècle, la France reste un modèle de créativité pour les arts décoratifs particulièrement dans l’artisanat de luxe. Au lendemain de la grande guerre, elle participe au mouvement qui prend naissance en Europe et conduit au style Art déco consacré à Paris en 1925, par l’Exposition des arts décoratifs et industriels modernes.

Au début des années 1920, le bouillonnement artistique est là. Les industries d’art françaises se mobilisent en vue de préparer cette fameuse exposition de 1925. Georges Lechevallier-Chevignard, nommé administrateur de la Manufacture en 1920 – il le restera jusqu’en 1938 -, lui donne une nouvelle impulsion et réussit à attirer à Sèvres des artistes, proches du monde industriel, tels que l’architecte décorateur Henri Rapin.
Cette exposition de 1925 va permettre une ouverture sans précèdent de la Manufacture sur le monde extérieur. Les modes de production se diversifient et l’on voit apparaître des pièces à simple fonds de couleur, destinées à une plus large édition.

En 1920, un atelier de faïence est créé. Concepteurs de projets et techniciens y collaborent, sous la direction notamment de Maurice Gensoli. La production de Sèvres est relancée à travers une catégorie d’objets en faïence, dont les formes et les décors simplifiés, édités en grandes séries, attirent les amateurs de céramiques. Des artistes tels que Madeleine Hallade, Agnès Jouin, André Naudy, ou encore André Plantard prennent part à l’entreprise... Un style de décor géométrisant et naturaliste, haut en couleurs, appliqué sur diverses formes de vases ainsi que sur des plats, des assiettes et des coupelles, caractérisent cette production. La sculpture introduit quant à elle une esthétique nouvelle à Sèvres, faite de petites séries recouvertes d’émail polychrome ou craquelé.
Lorsqu’arrivent les Années folles, Sèvres est en pleine quête de renouveau. L'évolution des arts décoratifs (mobilier, aménagement, intérieur et mode) va contribuer à la naissance d’un style inédit. L’iconographie, en écho au style Art nouveau, s’inspire d’abord de la flore et de la faune. Puis, ce sera, avec l’apparition de l’Art déco, une construction géométrisée de la nature qui prévaudra. Les recherches sur la matière et la couleur permettent d’établir un éventail de teintes inédites et attirent des artistes réputés.

Mais Sèvres ne peut se contenter des matériaux employés, elle veut se montrer capable de l’exploit. C’est ce qu’elle fait en composant pour son pavillon de l’Exposition de 1925, grâce au concours d’Henri Rapin, un jardin de lumière, délimité par les grands vases en grès de 7 mètres de haut, créés par Henri Patou. Des points lumineux en porcelaine sont disposés sur les pelouses, à l’intérieur des bassins revêtus de l’émail bleu, imitant l’eau du bain, avec des poissons et des coquillages en porcelaine au fond. C’est l’événement incontournable de l’exposition et le succès de la Manufacture !
En 1927, Georges Lechevallier-Chevignard obtient une modification du statut de la Manufacture. L’établissement devient plus autonome dans sa gestion et ses choix artistiques, et collabore ainsi avec de grands ensembliers, tel que Jacques Emile Ruhlmann.
En 1930, la crise mondiale pèse sur l’industrie du luxe. Sèvres s’adapte et propose une collection d’objets décoratifs moins ambitieux, des boutons, des articles de bureaux, des cendriers… Les créateurs n’hésitent plus à reproduire des paysages animés, des activités de plein air : travaux des champs, jardinage et cueillette, bains de mer, jeux sportifs, scènes de fête foraine. La sculpture prend le pas sur la production de vases dont le décor se plie à la forme. Les œuvres des frères Martel, qui empruntent à l’Art cubiste, comme celles de Zoltan Kiss, rattachent la création de Sèvres aux grands courants culturels que Georges Lechevallier-Chevignard souhaitait voir s’exprimer au sein de la Manufacture.

Les modes d’expression ont évolué tout au long des années 30. Déjà, lors de l’Exposition de 1925, le double pavillon de la Manufacture qui présente de grands panneaux muraux dans plusieurs matériaux céramiques - grès, faïence, porcelaine tendre et porcelaine dure -, annonce cette évolution. L’image de Sèvres devient duale ; la création d’objets mobiliers d’usage n’est plus exclusive et l’art monumental fait désormais partie de sa production.
Tout au long de cette décennie, dans un paysage artistique complexe, prise entre son image traditionnelle et la création contemporaine, la Manufacture fait preuve d’une grande richesse d’inspiration, que facilitent les avancées techniques. Elle s’adapte à la tendance figurative et descriptive de l’époque, mais se montre aussi préoccupée par des recherches purement plastiques. Le succès que rencontre la Manufacture de Sèvres est lié à la détermination de son directeur, Georges Lechevallier-Chevignard, qui sut impulser un esprit entreprenant, ouvert sur le monde moderne.

D’après l’ouvrage Années folles & Art déco : le renouveau, texte d’Isabelle Laurin
Une scénographie du designer

Vincent Dupont Rougier

Vincent Dupont-Rougier est né en 1966 ; il vit et travaille à Colombes. Designer autodidacte, il suit d’abord une formation initiale en histoire de l’art, assortie de diverses expériences professionnelles qu’il complète ensuite de deux post-diplômes en création de mobilier, à l’Ecole d’architecture de Paris Val-de-Marne et à l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs.



Depuis 1994, il crée des meubles et des pièces uniques, notamment pour la galerie Néotu, France Telecom, Baccarat, VIA, Christophe Delcourt, Domeau & Péres, l’Atelier de création du Mobilier national ou encore pour Lille 2004. Il est désigné lauréat - avec Patrick Nadeau - du concours du Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire en 1999, et présente à cette occasion un concept de jardin transportable. Depuis, il consacre une partie de ses activités à des projets de jardins et de terrasses. Des études sont ainsi en cours pour la terrasse du siège social d’Hermès à Tokyo, pour l’Institut national d’histoire de l’art à Paris et pour le Centre culturel français de Palerme. Ne se considérant pas pour autant paysagiste, il entend apporter le regard du designer sur le jardin considéré comme un objet. Marquant son intérêt pour les structures, la mobilité, il souhaite proposer des systèmes et jouer avec des éléments qui se trouvent être des végétaux.
En 2000, il reçoit – toujours avec Patrick Nadeau - le Grand Prix de la presse internationale de la critique du meuble contemporain au Salon du meuble de Paris, et séjourne l’année suivante à la Villa Médicis à Rome. En 2005, il participe à une exposition collective pour l’Année de la France en Chine, à Shanghai et Pékin. Parmi ses projets en cours, on peut notamment citer la création du mobilier urbain du nouveau parc de l’Ile de Monsieur à Sèvres et la scénographie de l’exposition Jardin de cristal pour les cristalleries Lalique, Daum, Saint Louis, Val Saint Lambert et Baccarat, à l’Abbaye des Prémontrés, dans le cadre des expositions de Luxembourg 2007 et à l’occasion de l’arrivée du TGV Est. Parallèlement il conçoit mobilier et installations urbaines pour le centre piétonnier de Lille, du mobilier et des terrasses privées à Paris et sur l’île de Ré.

Il enseigne le design à Paris et à Rennes où il coordonne la section design de l’école régionale supérieure des beaux-arts.
C’est en 1993 que ce designer découvre la Manufacture nationale de Sèvres et y conçoit une coupe, mêlant formes épurées et éléments de bois. Fort de cette expérience et de son approche des espaces, il est chargé de la scénographie de Sèvres Années 30, la séduction des matières.
ateliers de céramique de sevres et de boulogne
Musée des Années 30, Boulogne-Billancourt


Parallèlement à la manifestation Sèvres Années 30 : la séduction des matières, qui se déploiera dans les espaces de la Manufacture nationale, une exposition se tiendra au Musée des années 30 à Boulogne-Billancourt, dans le but de présenter les œuvres des céramistes « privés » des villes de Boulogne et de Sèvres.
Attirés par la proximité de la capitale et de la Manufacture, nombreux furent en effet les céramistes qui choisirent de s’installer dans l’une ou l’autre de ces deux cités. Ils le firent dès la fin du XIXe siècle, mais le plus grand nombre s’y établit au cours des années 30.
Certains créèrent des entreprises qui atteignirent une trentaine ou une quarantaine d’ouvriers : Milet ou Gentil et Bourdet par exemple. D’autres restèrent des artistes solitaires. Des personnalités telles que Jean Mayodon, Maurice Gensoli ou Raoul Lachenal furent renommées de leur vivant, tandis que d’autres demeurent encore très confidentielles. Certaines produisirent des pièces uniques, d’autres de petites ou de moyennes séries (Fau et Guillard).
Au-delà des différences entre les uns et les autres, cette exposition sera l’occasion pour les deux villes qui ont formé une communauté d’agglomération, de mettre en commun une branche de leur patrimoine culturel.
Outre le fait qu’elle se propose de donner un panorama des créations de ces céramistes, l’exposition permettra de faire la distinction entre les pièces réalisées à la Manufacture nationale et celles marquées « Sèvres » mais fabriquées dans un atelier privé de la ville, levant ainsi une ambiguïté assez répandue.

D’une manière plus générale, elle permettra de s’interroger sur le maillage qui a pu exister entre Manufacture nationale et ateliers privés.
Espace Landowski, 28 avenue André Morizet, 92104 Boulogne-Billancourt

Tél. : +33 (0)1 55 18 46 42

www.boulogne-billancourt.com

Ouvert tous les jours, sauf le lundi et les jours fériés, de 11 h à 18 h

Conservateur en chef : Emmanuel Bréon

Commissaire de l’exposition : Florence Slitine, assistée de Carole de Mersseman

Contact presse : Véronique Colignon, Tél. : +33 (0)1 55 18 47 27

mveronique.colignon@mairie-boulogne-billancourt.fr

Légendes

N° 1

Gazelle, 1929. Forme d’Henri Bouchard. Grès, 37 cm x 32 cm

Collections de la Manufacture nationale de Sèvres
N° 2

Service à thé, 1933. Formes Litron, créées à la fin du XVIIIe siècle. Décor de Jean Beaumont, Les Fêtes de la nature (projet 175-31), porcelaine dure (PD)

Théière Hauteur 14 cm ; Pot à sucre Hauteur 12,3 cm ; Pot à lait Hauteur 10,2 cm ; Tasse Hauteur 6,4 cm

Collections Musée national de céramique, MNC 25553 (1 à 5)
N° 3

Vase Roubille n°1 ou Pot Au chat, 1925. Forme et décor d'Auguste Roubille (projet 165-24), exécuté par Léon-Charles Peluche. Grès, Hauteur 33 cm

Collections du Musée national de céramique, MNC 25542
N° 4

Pot à tabac, 1927. Forme de Louis Delachenal. Décor de Maurice Gensoli. Prise du couvercle zoomorphe en forme de singe fumant. Faïence émaillée polychrome, Hauteur 13,5 cm

Collections du Musée national de céramique, MNC 17713 
N° 5

Vase Rapin n° 12, 1925. Forme d’Henri Rapin. Décor de Jean Beaumont. Faïence, Ht. 78 cm

Collections de la Manufacture nationale de Sèvres
N° 6

Vase Aubert n°25. Forme créée par Félix Aubert entre 1920 et 1922. Décor de sous-glaçures d’après Jean Beaumont, 1930. Pièce originale, sur 7 exemplaires édités, pâte siliceuse, Hauteur 23 cm

Collections de la Manufacture nationale de Sèvres
N° 7

Vase Aubert n° 25, 1926. Forme créée par Félix Aubert entre 1920 et 1922. Décor de René Gabriel (projet 39-26), exécuté et doré par Jean-Baptiste Freyssinges. Porcelaine tendre siliceuse, hauteur 24,5 cm.

Collections du Musée national de céramique, MNC 17019
N° 8

Poisson japonais, créé par Mathurin Méheut. Faïence stannifère, hauteur 22 cm.

Collections de la Manufacture nationale de Sèvres
N° 9

Vase Rapin n° 6, 1925. Forme d’Henri Rapin. Décor de grand feu d’après Lucienne Né. Hauteur 28,5 cm. Collections du Musée national de céramique, MNC 17003
N° 10

Vase Bertin, 1923. Forme créée par Jules-Constant Peyre en 1850. Décor de Suzanne Lalique-Haviland (projet 128-22). Porcelaine nouvelle (PN), hauteur 53 cm.

Collections du Musée national de céramique, MNC 17001
N° 11

Danseuse n° 1, 1926. Forme de Jean-Baptiste Gauvenet. Décor de Marcel Prunier (projet 137-25)

Danseuse n°2, 1926. Forme de Jean-Baptiste Gauvenet. Décor de Louis-Léonard Gébleux (projet 117-24), exécuté par Marcel Prunier. Porcelaine nouvelle (PN), hauteur 29 cm.

Collections de la Manufacture nationale de Sèvres
N° 12

Assiette plate du Service Daurat, 1933. Forme de Maurice Daurat. Décor de Mathurin Méheut, frise décorée par Anne-Marie Fontaine, Ø 22,5 cm.

Collections de la Manufacture nationale de Sèvres
N° 13

Vase d’Ormesson, 1921. Forme de Gunnar Wennerberg. Décor de Louis-Léonard Gébleux (projet 37-20) exécuté par Charles Pihan. Porcelaine dure (PD), hauteur 50 cm.

Collections du Mobilier national, GML 10101
Calendrier des manifestations 2007/2008

Expositions dans les espaces de la Manufacture
- L'Epreuve du feu (18 janvier/10 mars) à la galerie de la Manufacture à Paris, présentation des 150 œuvres cuites au four à bois en novembre 2006, dans le cadre du 250e anniversaire du transfert de la Manufacture de Vincennes à Sèvres

- Designer's Days (8/12 juin), galerie de la Manufacture à Paris

- Sèvres Années 30, la séduction des matières, dans le même esprit que l'exposition sur les années 50, en partenariat avec le Musée des années 30, de Boulogne-Billancourt.

- Johan Creten, au 1er semestre 2008, en concomitance avec la fin de sa résidence à la Manufacture

- La Ménagerie de Sèvres, au printemps 2008 à la galerie de la Manufacture à Paris, sélection de sculptures animalières.

Expositions Hors les murs
- Au Musée Matisse au Cateau-Cambresis, exposition de porcelaines de Sèvres sur le thème de l'abstraction géométrique, en parallèle à l'exposition Rouault-Matisse (24 mars/17 juin)

- Au Trianon de Bagatelle, exposition de porcelaines de Sèvres, sur le thème de la rose

(14 mai/15 juin)

- A la Biennale de la céramique de Châteauroux (8 juin/15 septembre)

- A Design Parade 02, Festival international de design, Hyères (7 & 8 juillet)

- A la Villa Noailles, Paysages – Ettore Sottsass

- A Saint-Tropez, exposition sur la céramique méditerranéenne (10 juillet/10 octobre)

- Au Salon du collectionneur, stand de la Manufacture nationale de Sèvres, Grand Palais (21 /30 septembre)

- Au SAD, stand de la Manufacture nationale de Sèvres, Grand Palais (8/12 novembre)

- Rencontre-événement au Forum Grimaldi, Monaco, (18 au 30 décembre).

Expositions à l'étranger
- Von Mme de Pompadour bis Ettore Sottsass, Musée de céramique de Hohenberg en Allemagne (jusqu'au 8 avril)

- Sèvres Années 30, à Casablanca au Maroc (19 avril/15 juin)

- Sèvres, depuis 1925 à Taïwan (décembre 2007/mai 2008) puis au Palazzo Caffarelli, Rome (décembre 2008/mars 2009)

- Exposition de design au Gardiner Museum, Toronto (8 mai/1er septembre 2008).

Contact :

Barbara de Montaigu, responsable des relations extérieures

Tél. : +33 (0)1 46 29 22 26, fax : +33 (0)1 46 29 22 08

Mél : barbara.de-montaigu@culture.gouv.fr

 


SÈVRES ANNÉES 30
La séduction des matières

Informations pratiques

Exposition ouverte du 21 novembre 2007 au 2 mars 2008

(sauf le 25 decembre et le 1er janvier)


      • Galerie de la Manufacture à Sèvres

Musée national de céramique

Place de la Manufacture, 92310 Sèvres (Métro : Pont de Sèvres)

Tous les jours, de 10 h à 17 h, sauf le mardi

Contact : Ombeline d’Arche

Tél : +33 (0)1 46 29 22 10
Accès
T2 Val de Seine - arrêt “Musée de Sèvres”

Métro ligne 9 - arrêt “Pont de Sèvres”

Autobus au pont de Sèvres : 169, 179, 279, 171, 26 - 1er arrêt après le pont “Musée de Sèvres”
Manufacture nationale de Sèvres 

Directeur : David Caméo

Secrétaire général : René-Jacques Mayer

Secrétaire générale adjointe : Laurence Maynier

Conservatrice en chef, responsable du département des collections : Tamara Préaud

Commissaire de l’exposition : Isabelle Laurin

Scénographe : Vincent Dupont-Rougier
Musée des Années 30
Espace Landowski

28 avenue André Morizet, 92104 Boulogne-Billancourt

Tél. : +33 (0)1 55 18 46 42

www.boulogne-billancourt.com

Ouvert tous les jours, sauf le lundi et les jours fériés, de 11 h à 18 h

Conservateur en chef : Emmanuel Bréon

Commissaire de l’exposition : Florence Slitine, assistée de Carole de Mersseman

Années folles & Arts déco : le renouveau
Paru dans la collection Sèvres, une histoire céramique

Textes d’Isabelle Laurin et Florence Slitine, chargées de mission au département des collections de la Manufacture de Sèvres, Christine Germain-Donnat, conservatrice du Musée des arts décoratifs de Rouen, Bruno Gaudichon conservateur en chef du Musée de Roubaix-La Piscine, Véronique de la Hougue, conservatrice aux Arts décoratifs ; entretiens avec Emmanuel Bréon, conservateur en chef du Musée des Années 30, Félix Marcilhac, expert et collectionneur spécialiste de cette période.
24,3 x 28 cm, 144 pages, 100 illustrations en quadrichromie

Prix public : 35 €

Editions courtes et longues

Directeur : Jean Poderos

Tél. : +33 (0)1 48 87 16 35

info@cleditions.com. www.cleditions.com

Contacts presse
Manufacture nationale de Sèvres,

Barbara de Montaigu, Tél. : + 33 (0)1 46 29 22 05

Fax : + 33 (0)1 46 29 22 08

Mél. : barbara.de-montaigu@culture.gouv.fr

www.manufacturedesevres.fr
Musée des Années 30

Véronique Colignon, Tél. : +33 (0)1 55 18 47 27

Mél : veronique.colignon@mairie-boulogne-billancourt.fr

Ont consentis des prêts importants pour Sèvres Années 30 : la seduction des matieres
les Arts décoratifs,

les Arts et Métiers,

la Manufacture Prelle,

le Mobilier national,

le Musée des arts décoratifs de Rouen,

le Musée d’art et d’industrie de Roubaix-La Piscine,

le Musée national de céramique de Sèvres,

le Musée d’art et d’industrie de Troyes,

et le Musée des Années 30 de Boulogne-Billancourt.


C
es expositions bénéficient du soutien de la Société Générale et de Erco Lumières




similaire:

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconCalendrier des manifestations de reims
«Faire connaissance avec les métiers d’art liés à la construction d’une cathédrale»

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconProgramme prévisionnel des manifestations 2011 Thème général : Facing...

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconCalendrier des inscriptions

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconLe calendrier perpétuel réinventé
«suppriment» les quantièmes superflus pour ceux qui en comptent moins — ils passent en accéléré sur les dates inutiles au cours du...

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconLa Publicité, le Sponsoring et le Mécénat
Le parrainage est devenu l’une des principales sources de financement des manifestations ou événements, locaux, régionaux, nationaux...

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconCalendrier vendredi 1

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconCalendrier 12/2012

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconCalendrier jeudi 1

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconCalendrier jeudi 1

Calendrier des prochaines manifestations p. 12 iconLe calendrier scolaire en France







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com