Cours de 2 heures Table des matières







titreCours de 2 heures Table des matières
page3/12
date de publication21.02.2017
taille0.5 Mb.
typeCours
a.21-bal.com > histoire > Cours
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

b. Entretien



« L’entretien est l’action continue qui prodigue des soins protecteurs à la matière et au contexte d’un lieu ou d’un bien patrimonial, qu’il faut distinguer de la réparation qui comprend la restauration et la reconstruction. » (cf. Charte de Burra)


  • Ensemble des actions non destructives, cycliques et de routine nécessaires au ralentissement de la détérioration d’un lieu patrimonial.

  • Il comprend habituellement :


- l’inspection périodique de routine,

- le nettoyage non destructif,

- les réparations mineures et de remise en état,

- le remplacement des matériaux endommagés (sans modification de l’aspect).
Ex. Aspiration Galeries St Hubert


c. Préservation



« La préservation consiste à maintenir la matière d’un lieu ou d’un bien dans l’état actuel et à freiner sa dégradation. » (Cf. Charte de Burra)

Action ou processus visant à protéger ou à stabiliser des matériaux existants, la forme et l’intégrité d’un lieu patrimonial.
Ex.

Hydrofugation

d. Réparation




d.1. Restauration



« La restauration consiste à ramener la matière existante d’un lieu ou d’un bien patrimonial, à un état antérieur connu en enlevant des ajouts ou en assemblant de nouveau des éléments existants déposés, sans introduire de nouveau matériel. » (Cf Charte de Burra)

Retrouver l’état d’un lieu patrimonial comme il était à une période particulière de son histoire.
Nécessité de suffisamment de témoins matériels.
OPERA GARNIER
Voir pages précédentes

Théâtre de la Monnaie

d.2. Reconstruction



Restitution

Reconstitution
« La reconstruction consiste à ramener un lieu ou un bien patrimonial à un état antérieur connu en introduisant de nouveaux matériaux, ce qui la distingue de la restauration. » (cf. Charte de Burra)

Recréer à l’identique de « l’origine » des parties gravement détériorées ou manquantes, lorsqu’il en subsiste des prototypes, ou sur base d’une documentation historique.
Quand le bien matériel est incomplet suite à un dommage ou une modification.
Nécessité de suffisamment de témoins matériels.
Ex.

Marconi

Colonnes Passage du Nord et devantures

e. Adaptation



« L’adaptation consiste à modifier un lieu ou un bien pour qu’il réponde à sa vocation actuelle ou à un usage proposé. » (Charte de Burra)


e.1. Réhabilitation



Action ou processus visant à permettre un usage continu ou contemporain compatible avec le lieu patrimonial, ou avec l’une de ses composantes, en faisant des réparations, des modifications ou des ajouts, tout en protégeant la valeur patrimoniale du lieu.
Ex.

Brigitines

Musée de Cologne

e.2. Rénovation



Action ou processus visant à permettre un usage continu ou contemporain sans tenir compte d’une éventuelle valeur patrimoniale du lieu.
Ex.

Logements…

Calendrier Ruisbroek


22 Juin 04

Juin 04

Juil 04

Juil 04

5 Oct 04

20 Janv 05

23 Févr 05

31 Mars 05

1 Avr 05

Févr 06

OBTENTION DU PERMIS

CAHIER SPECIAL DES CHARGES : DEFINITION DES TRAVAUX COMMUNS

ESTIMATION PREVISIONNELLE COÛT DES TRAVAUX COMMUNS

DEBUT COMMERCIALISATION EXCLUSIVE IMMOBILIER NEUF.be 

ELABORATION DOCUMENTS CONTRACTUELS : ACTE DE BASE, COMPROMIS

DESIGNATION COORDINATEUR SECURITE

DESIGNATION ENTREPRISE DE CONSTRUCTION

DEBUT TRAVAUX

DESIGNATION SYNDIC IMMEUBLE

DATE PREVISIONNELLE FIN DES TRAVAUX COMMUNS

1. Monument



Le mot monument provient du latin monumentum, qui signifie montrer.

Le monument historique est constitué

a posteriori

dans une société qui attribue une valeur particulière au

temps
Etait d’abord un ouvrage d’architecture ou de sculpture destiné à perpétuer le souvenir, à interpeller la mémoire : un objet construit par une communauté pour se remémorer des personnes, des événements, des rites.

Obélisque

Obélisque est un monument monolithe élevé, utilisé notamment dans l'architecture sacrée de l'Égypte antique.

Du grec οβελίσκος « brochette à rôtir »


Carrière d’Assouan

La plupart des obélisques égyptiens provenaient des célèbres carrières de granit de Syène, près d'Assouan.
C'est sur place qu'ils furent fabriqués, dès 1500 environ av. J.C., et ensuite acheminés par voie fluviale, sur le Nil, à leur lieu de destination.
Exemple :

Héliopolis, où étaient érigés les obélisques les plus monumentaux, se trouve à quelque 1000 kilomètres de Syène ! La fabrication, le transport et l'érection de ces monuments colossaux à un âge pré-industriel peuvent nous impressionner.
Obélisque inachevé dans une carrière de granit près d'Assouan. Sont poids est estimé à près de 1 200 tonnes. Par sa longueur totale de 42 m, il serait devenu le plus grand de tous les obélisques.


Obélisque de Karnak

Obélisque de Thoutmôsis Ier

21,81 m de hauteur
Obélisque étaient le symbole de


Obélisque de Louxor

ILL

L’obélisque se compose de 3 parties :

- un piédestal, qui assure l'équilibre de l'ensemble,

Autre exemple : Socle de l'obélisque de Théodose Ier (390 ap JC)

- un fût quadrangulaire s'amincissant vers le sommet,

- une cassure de la pente au sommet pour obtenir la forme d'une pyramide, c'est le pyramidion.

Rome

Vogue de la mythologie gréco-romaine


Les artistes de la Renaissance relisent les mythes de l'Antiquité païenne qui leur donnent de nouveaux sujets de production. Les découvertes archéologiques (groupe du Laocoon), comme les fouilles des thermes de Caracalla par les Farnèse, inspirent les sculpteurs et les architectes des XVe et XVIe siècles. La villa de l'empereur Hadrien ou encore le Panthéon de Rome offrent des modèles de construction radicalement différents du style gothique. Les formes de l'Antiquité reviennent à la mode : colonnes, pilastres, frontons, coupoles, statues décorent les édifices de cette époque. L'Ancien Testament et le christianisme catholique inspirent toujours les œuvres d'art.
L'Egyptomanie repose à Rome sur la diffusion des cultes égyptiens. Ces cultes se sont d'abord imposés dans la sphère privée à partir de la fin du IIème siècle. A Rome, dès 43 av. J.-C. un culte public est rendu à la déesse Isis. Le premier sanctuaire isiaque de Rome date du Ier siècle apr. J.-C.

Les empereurs ont transplanté à Rome des monuments pharaoniques : obélisques, statues de lion, sphinx. L'Egypte exerce une grande influence sur l'élite intellectuelle romaine et certains dignitaires romains se sont fait construire de petites pyramides pour leur sépulture.

Trois empereurs romains sont particulièrement égyptophiles :

- Hadrien effectue deux voyages en Egypte (117 et 129/130). Son favori égyptien Antinous se noie dans le Nil lors du second voyage. Pour perpétuer son souvenir, Hadrien fait construire la ville d'Antinopolis. A son retour à Rome, Hadrien fait construire à Tivoli la villa Hadriana où il fait installer des œuvres authentiques provenant d'Egypte ; à côté des originaux, il fait réaliser des œuvres contemporaines égyptianisantes : crocodiles, éléphants.

- Vespasien s'est rendu à Alexandrie

- quant à Titus, il a visité le Sérapéum et présidé aux funérailles de l'Apis.

- Les transferts ont été massifs, dans tous les sens du terme, puisqu'en Egypte on n'en compte plus qu'une demi-douzaine, tandis la seule Rome en compte 13.
- Après la chute de l'Empire romain, les obélisques ont été jetés à terre de sorte qu'au début du XVème siècle, il n'y avait plus qu'un seul obélisque debout.
- Les Papes de la Renaissance ont décidé de ré-ériger les obélisques.
Le premier à l'avoir fait est Sixte Quint (1585-1590). Il était un admirateur des lettres grecques : il a fait rééditer la Bible des Septante . Les quatre obélisques qui ont été érigés sous son pontificat devaient constituer le symbole du christianisme triomphant : l'obélisque qui était surmonté d'une croix.

- Place Navone, le Bernin à intégré dans la fontaine aux lions un obélisque. Cet obélisque devait en outre comprendre à sa base un éléphant, mais celui-ci n' pas été réalisé.

- Par contre, l'obélisque à l'éléphant a été réalisé par le Bernin Piazza Minerva.


Place Saint-Pierre
- 22,50 m de hauteur (ou 25,36 mètres)

- Granit rouge monolithique

- Aucune inscription hiéroglyphique : il n'est pas possible d'en déterminer ni la provenance ni la date de construction.

- Supposition : Ier siècle av J.C. : taillé pour le préfet romain en Egypte Caius Cornelius Gallus
- transféré par Auguste au forum Julien d'Alexandrie
- en 37 ap JC : transporté d'Héliopolis à Rome en sur l'ordre de Caligula afin d'être placé au centre du cirque (la spina) que l'empereur fit construire au pied de la colline du Vatican, dans les jardins du Vatican, édifice connu aujourd'hui sous le nom de Cirque de Néron.
Le martyre de Saint-Pierre dans ce cirque et l’enterrement de l’apôtre dans la nécropole nord expliquent la construction, au 4e siècle, de la basilique constantinienne située au-dessus de la tombe. L’obélisque, resté en place, se trouve donc près du chevet, côté sud.
L’emplacement du cirque de Caligula est bien connu : sa spina, et donc l’obélisque, ne se trouvaient qu’à quelques mètres du flanc de la basilique Saint-Pierre. Toute la partie nord des gradins se trouve engagée sous la basilique.

L’obélisque, lui, eut un sort des plus heureux, puisqu’il est le seul, à Rome, à n’être jamais tombé. Il resta fièrement dressé à sa place d’origine, à quelques mètres au sud du chevet de la basilique constantinienne, puis de l’actuelle. On a retrouvé, lors de fouilles, les vestiges de son soubassement, près de l'actuelle sacristie.
- en 1585 : après la construction d’une nouvelle basilique, il est transféré par l’architecte Domenico Fontana, sur l’ordre du pape Sixte V, au centre de la place Saint-Pierre où il se trouve toujours aujourd’hui, entouré de l’immense colonnade elliptique du Bernin.
Obélisque du Latran

1er obélisque apporté en Europe.

Provient du grand temple du roi Thoutmôsis III à Karnak.

Auguste avait songé à transporter cet obélisque, puis avait dû y renoncer et en choisir un de taille plus modeste, au vu des difficultés techniques que cela posait à l'époque.

C'est Constantin (272-337) qui, en 337, le fit transporter de Thèbes à Alexandrie, pour l'ériger à Constantinople.
Mais il n'eut pas le temps de mener à bien son projet, et son fils Constance II (337-361), son successeur, préféra l'acheminer vers Rome en 357, le destinant à la spina du Circus Maximus : le géant vint donc prendre place au côté de l'obélisque d'Auguste, actuellement obélisque de la piazza del Popolo.
Il fut retrouvé en 1587, à une profondeur de 7 m, brisé en trois morceaux, lors de fouilles menées au Grand Cirque par le pape Sixte Quint, qui le fit restaurer et enfin réériger sur la place Saint-Jean-de-Latran l'année suivante (3 août 1588) par l'ingénieur Domenico Fontana.
L'inauguration eut lieu le 10 août 1588
Poids, dimensions]

La partie basse manque, sur une hauteur de 0,30 m environ, qui n'a pu être conservée lors de la restauration de 1588. La pointe a également disparu.

Hauteur actuelle : 32,18 m (hauteur d'origine probable : environ 32,50

Hauteur actuelle avec le piédestal : 45,70 m

Gravures :


- La gravure représente la préparation de l’obélisque pour le transport vers la placeSaint-Pierre.
Natale Bonifacio, le graveur, et Giovanni Guerra, le concepteur, combinent leurs talents artistiques de manière à montrer la grandeur du pape Sixte V qui, par son entreprise architecturale et urbanistique, change le visage de Rome. Ils réalisent ainsi plusieurs gravures retraçant la préparation, le transport et l’érection de l’obélisque.
- 900 hommes et de 150 chevaux (représentés, pour la plupart, sur l’œuvre).
- Dans l’encadré en bas à gauche, on remarque la présence d’une légende expliquant le travail des ouvriers ainsi qu’un portrait de Domenico Fontana (l’architecte).
Cette gravure, composée de deux planches distinctes, est incomplète. Une version complète (trois planches) est conservée à l’Académie des Sciences et des Arts de Cavtat, en Croatie.

Progressivement, la notion de monument historique s’est étendue à tout édifice considéré remarquable par son intérêt archéologique, historique ou esthétique.

Les monuments ont une valeur didactique (témoins involontaires et donc fiables de l'histoire), esthétique et nationaliste.
Volonté de conservation de ces témoins de l'histoire.

Obélisque de la place de la Concorde

- Provient du temple de Louxor. Les hiéroglyphes qui le recouvrent célèbrent la gloire du pharaon Ramsès II.

Le Temple de Louxor ou Opet du sud[1], au cœur de l’ancienne Thèbes, fut construit pour l’essentiel sous les XVIIIe et XIXe dynasties. Il était consacré au dieu dynastique Amon sous ses deux aspects d’Amon- céleste et de divinité ithyphallique. Les parties les plus anciennes actuellement visibles remontent à Amenhotep III et à Ramsès II.

- Constitué de granit rose de Syène (Assouan), l'obélisque mesure 23 mètres de hauteur et pèse 230 tonnes.

- 13e s av. JC : vieux de 3 300 ans

- 1830 : Méhémet Ali, vice-roi d'Égypte (à l'instigation du baron Taylor puis de Jean-François Champollion) offre à la France les deux obélisques érigés devant le temple de Louxor. Seul celui de droite fut abattu et transporté vers la France.

- Offert par l'Égypte en reconnaissance du rôle du Français Champollion qui a été le premier à traduire les hiéroglyphes.

ILL

- Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune (né le 23 décembre 1790 à Figeac, dans le Lot et mort le 4 mars 1832 à Paris) est un égyptologue français. Déchiffreur des hiéroglyphes, il est considéré comme le père de l'égyptologie.

- En 1828, à la tête d'une équipe de savants et de dessinateurs, Champollion quittait Toulon pour l'Égypte. Il s'agissait d'y relever le plan des plus beaux monuments, de prendre copie de tout, de multiplier autant que possible les acquisitions. Il a traduit, dans ses Lettres écrites d'Égypte et de Nubie (1833), son émotion devant tant de merveilles, d'ailleurs à l'abandon et souvent laissées au plus offrant. Nombre des antiquités exposées au Louvre proviennent de ce voyage.

Enterré au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

- La révolution de 1830 faillit tout remettre en cause, mais Méhémet Ali confirma son don en novembre 1830. Champollion fut chargé par le roi de choisir le premier des deux obélisques qui devait rejoindre la France

- Louis-Philippe Ier décida de l'ériger au centre de la place de la Concorde à Paris (Hittorff). Le choix d'un monument totalement étranger à l'histoire nationale était destiné à empêcher les querelles de mémoire et les tentatives d'appropriation de ce haut lieu de la Révolution française par telle ou telle faction

Louis-Philippe Ier, dont c'était la première grande sortie publique depuis l'attentat d'Alibaud du 25 juin 1836, n'avait pas voulu prendre le risque du ridicule en cas d'échec de l'opération. Il s'était donc installé discrètement, avec la famille royale, aux fenêtres de l'hôtel de la Marine. Au moment précis où l'obélisque se dressa sur son socle, le roi et sa famille parurent au balcon dans une mise en scène parfaitement réglée et recueillirent l'ovation de la foule considérable qui se pressait pour assister à l'opération.)

- avril 1831 : un navire spécialement affrété à cette fin, le Luxor, quitte Toulon et remonta le Nil en août. Le bateau embarqua le monolithe en décembre et redescendit le Nil en août 1832

- De mai 1833 : arrivée à Toulon

- Août 1834 : il arriva à Paris après avoir remonté la Seine. Il fut alors déposé couché sur le quai au début du Cours-la-Reine

- 25 octobre 1836 : érigé en grande pompe par l'ingénieur Apollinaire Lebas à l'aide de machines élévatrices et de gigantesques cabestans. Il est érigé sur un socle de 9 m.

ILL

« Erection de l'obélisque de Louqsor sur la place de la Concorde, le 25 octobre 1836 »

Par François Dubois

1836

Musée Carnavalet

ILL
- Le sommet de cet obélisque est surmonté d'un pyramidion de plus de 3 m. aussi pointu qu'étincelant, fait de bronze et de feuilles d'or, ajouté en mai 1998. Il est censé remplacer un précédent ornement sommital, emporté lors d'invasions en Égypte au VIe siècle.
- La base originale, au décor composé de babouins, est exposée au musée du Louvre.


ILL

- L'obélisque se situe sur la ligne de l'axe historique de Paris qui va de l'Arc de Triomphe du Carrousel à l'Arche de la Défense en passant par le jardin des Tuileries et l'avenue des Champs-Élysées.

- L'obélisque est aussi un cadran solaire, grâce à des lignes tracées au sol.


Obélisque de Londres

- 20.87 m pour 187 tonnes

- Granite rouge

- Deux obélisques de Thoutmôsis III (1504-1450 av. JC) provenant d'Héliopolis.

- L'opération de leur déplacement et transfert fut répétée par les conquérants romains. Ce sont eux qui réussirent à " déménager " de Héliopolis à Alexandrie - second transfert - deux obélisques connus aujourd'hui comme Cleopatra's Needles.
- A Alexandrie, "les aiguilles de Cléopâtre" marquait à l'époque romaine l'entrée du Cæsarium.

- 2 obelisks from Heliopolis to Alexandria for decorating the front of the Caesarium Temple at Alexandria. But the one of two obelisks , which remained after the Temple went into ruin, fell in an earthquake in 1303 A.D., and nearly being lost at sea in 19th Century. This "fallen" obelisk is the one which was transported to London, and its companion was also transported to New York 3 years later in 1880. Therefore, there is nothing in Alexandria at present.
- 1878 : Londres. Le déplacement d'un objet culturel de cette taille ne va pas sans grands risques, celui à destination de Londres faillit se perdre en haute mer dans le Golfe de Biscaye.
- Placé sur le quai Victoria :








Problème de attribution de propriété :

It has a long history for bringing this obelisk to London, which took nearly 80 years. The British first began to consider appropriating this obelisk when General Cavan [1763-1836, 7th Earl of Cavan, Richard Ford William Lambart] had an idea to get this in commemoration of the victories of the Battle of Aboukir Bay of August 1, 1798, and the Battle of Aboukir of March 21, 1801.

Aboukir (Abu Qiir) is about 15 km northeast of Alexandria. The Battle of Aboukir Bay (Battle of the Nile) was that the British Fleet led by Admiral Nelson [1758-1805, Lord Horatio Nelson] destroyed French Fleet when Napoléon Bonaparte was absent for Cairo. The Battle of Aboukir was that the British troops won against Franch troops again, but British General Ralph Abercromby [1734-1801] died from wounds.

Egyptian viceroy, Mohammed Ali approved in 1819 that Egypy would make a gift obelisk to to Britain. In 1831 the approval was renewed, but the British Government declined to fund the expense of transportation it to London, although it welcomed the gesture. On the other hand, France obtained an another obelisk (where was in Luxor), and sucessfully transported it to Paris in 1832. Finally in the 1870s, the soldier-turned-writer General James Alexander took up the cause, and then he did serious efforts for this collection with the support by a millionaire Sir James Erasmus Wilson who offered the private fund voluntarily. After a time-consuming negotiation with the land owner of the obelisk, it was planned that the obelisk is transported over the ocean with a special iron container (cylindrical case) named Cleopatra made by the engineer, John Dixson. At last, Cleopatra which contains the obelisk departed the Port of Alexandria, towed by the mother ship Olga, on September 21st, 1877. Here are some pictures on the journey.

The Olga and the Cleopatra which headed to London via Atlantic Ocean passing through the Straits of Gibraltar, came across the storm in the Bay of Biscay (Golfe de Gascogne in Frence), and a gale separated the two ships and six seamen were lost. The Glasgow steam ship Fitzmaurice discovered the drifted Cleopatra, and towed it into the port of El Ferrol, a small town in Northwestern Spain. The ship owner claimed the possession, and required a buy-back of the obelisk which was almost lost at ocean.

On January 15th, 1878, the Cleopatra finally departed the Spanish port, with pulled up by the steam ship Anglia this time, and ended the long travel when arrived at Gravesend, a mouth of the Thames, on January 21st, 1878. It has elapsed 4 months from Egypt and England, and another almost 80 years. Then it went up the Thames and moored near the Houses of Parliament. Eight months later, on September 12th, 1878, the obelisk was raised on the pedestal at the river front of the Thames. The obelisk is supported by the iron ornament because it cannot stand by itself due to the missing the foot of monolith. The pedestal enclosed various memorial objects like copies of contemporary newspapers and a full set of British Empire coins. The obelisk is flanked by bronze . But the pedestal and the Sphinx were a little damaged by the German bombs in 1917, during World War I, and the gouges still can be seen.

Inscriptions: On each side of each pyramidion (top triangle of the obelisk), Tuthmosis III is drawn as a "sphinx" making offerings to the Gods of Heliopolis. On each side of the obelisk are inscribed with hieroglyph of three columins. The central column is carved by Tuthmosis III, and subsidiary columns both sodes are added by Ramses II. It is said the central column relates the reason for the construction of the pair of obelisks.

Nickname: There is no direct relation to Cleopatra (famous Queen Cleopatra VII), although two obelisks in London and New York are dubbed "Cleopatra's Needle". In fact, it's some twenty years after Cleopatra's death that these two obelisks were transported and erected in Alexsandria. The Egyptologist Labib Habachi says "Probably, her name was merely attached to them in a romantic fashon." (Source: "The Obelisk of Egypt" by Labib Habachi, 1977 Charles Scribner's Sons)

In fact, just as there are in Alexandria, Mersa Matruh, and Aswan places called "the bath of Cleopatra", although there is no evidence that the queen ever bathed there, and the Canal connecting between Alexsandria and the River of Nile is called as Cleopatra's Canal. In the case of these obelisks, as the earliest record, the expression of "Cleopatra's Needle" is seen on the etching by a painter Tevie in 16th Century. A Egyptian Guide said, it was becasue the obelisk was trasported to London by Cleopatra. But this would be an inverted story.

How To Go: The nearest stations are Embankment Station (Underground; Circle Line, District Line, Bakerloo Line), and Charing Cross Station (British Rail). It's easy to find the obelisk. Cross the road, then you can closely look it. You will feel a deep emotion when you consider that it was carried out from far away Egypt.

Present State: I think this valuable obelisk should be erected at more remarkable place, for example at Trafalgar Square or Piccadilly Circus. Current location is not a lonesome place as it's busy with many automobiles and sightseeing boats. However, it's not a good place than Place de la Concorde (the Concord Plaza) in Paris.

ILL

- 1880 : arrivée parallèle à New York (premier obélisque égyptien arriva au Nouveau Monde). Il fut érigé en 1881 au Central Park à New York, lors d'un événement qui tenait à la fois de la cérémonie solennelle, du spectacle populaire et de la démonstration de force de la marine étatsunienne, responsable de toute l'opération de transfert, et qui n'avait rien à envier à celui de 1836 à Paris.

- février 2005 : « The Gates » par Christo et Jeanne-Claude


ILL

1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   12

similaire:

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières

Cours de 2 heures Table des matières iconI. table des matières

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matieres

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières
«L'impact du web 0 dans la Production, la Promotion, et la Consommation de Musique Live.»

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières
«témoignage exceptionnel de la continuité de l'installation urbaine sur plus de deux millénaires»

Cours de 2 heures Table des matières iconTable des matières
«le rôle du maître est de guider l'apprentissage, de fournir à l'élève des occasions d'expérimenter directement et de vérifier des...

Cours de 2 heures Table des matières icon2014 : ann2e des performances commerciales
«nombre heures de vols par employé» à 63 heures de vol par employé en 2013 alors qu’il se situait à seulement 36 heures en 2011....







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com