La recherche de l’absolu (1834) 55







télécharger 498.46 Kb.
titreLa recherche de l’absolu (1834) 55
page6/32
date de publication20.10.2016
taille498.46 Kb.
typeRecherche
a.21-bal.com > histoire > Recherche
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   32

Le réalisme



Le réalisme se manifeste exclusivement dans le roman.
Balzac est considéré comme le précurseur du réalisme pour avoir tenté d’opposer aux romantiques une nouvelle technique romanesque. La recherche du détail vrai, associée à l’observation minutieuse pour décrire la société toute entière dans un esprit de complète objectivité. Pour cela, l’écrivain doit être non seulement peintre et poète, mais aussi savant et philosophe.
Savant, car il doit expliquer l’influence du milieu social dans la définition des espèces humaines.
Philosophe, car il s’agit de rendre compte dans la fiction, des leçons de l’Histoire.
Les Réalistes s’efforcent d’observer et rendre compte des détails vrais ou vraisemblables.
Avant d’écrire un roman, l’artiste réaliste doit accumuler de nombreux documents.
Le narrateur réaliste tend à l’objectivité et se limite à raconter les faits.
Les principaux écrivains réalistes français sont: Balzac, Stendhal, les frères Goncourt, Flaubert, Maupassant.
Le chef d’œuvre du réalisme français est "Madame Bovary" de Gustave Flaubert.

Le réalisme: s’élabore contre la subjectivité du romantisme, privilégie la représentation exacte, non-idéalisée (ou romantique) de la nature et des êtres humains

Balzac théoricien



1. Balzac théoricien du roman total

L’œuvre et le projet : dans ses préfaces, ses lettres, ses articles etc. il élabore une « poétique du roman ».

Le roman comme « comédie humaine » : 3 parties dans son œuvre :

- études de mœurs, les effets (sentiments, vie…)

- études philosophiques, les causes (pourquoi ? sur quoi ?…)

- études analytiques, les principes

Il a une ambition d’exhaustivité et de réinventer la littérature. Il y a des tensions entre idéal et réel, entre la typification et le respect de l’individualité, entre l’observation et la volonté spirituelle normative…
2. « Faire concurrence à l’État Civil »

L’unité de composition : unité de la nature, composition de l’œuvre et vice-versa. Le monde social est plus compliqué que le monde naturel. Les différences de condition entraînent des différences de comportement (sciences naturelles littéraires) : il y a des « Espèces sociales ».

Il veut une écriture dramatique avec un espace de référence systématique (l’unité de la Société) et une diversité non aléatoire des personnages : son traitement est plus proche du théâtre et de la démarche scientifique. Le mode du récit est plus synthétique, dynamique, concentré.

Comment rendre intéressant le drame à 4000 personnages que représente une société alors que les conteurs se limitent à 1 ou 2 ?

Éloge de Walter Scott : c’est son inspirateur et modèle comme créateur de personnages romanesques ; il permet de redécouvrir le roman grec, la chanson de geste, Rabelais… Au début, Balzac a un projet historique qui évolue jusqu’au présent de la société française : l’histoire des mœurs. Il fait une représentation condensée, raisonnée, vivante ; action et invention, fidèle au réel mais non mimétique.

Le roman entre en politique : Balzac veut dépasser ce rôle de « secrétaire de la société » qui note tout, de simple

conteur, il se veut philosophe et penseur du politique. Primat du politique né après la Révolution.

Une entreprise « philosophique » : « la pensée tue la vie », vouloir détruit, créer tue…
3. Le détail et l’ensemble

L’idéal catholique et le réalisme du détail : en 1842, accusé d’immoralisme, on doit encore se défendre. Pour lui, il y a des figures parées des vertus chrétiennes dans son oeuvre. Le catholicisme devient l’égide du roman. Le réalisme du détail minutieux disposé et organisé crée la magie du texte et le drame.

Forces centrifuges et forces centripètes : le réalisme du détail est vérité d’observation et vérité philosophique :

expliquer les ravages de la pensée et dénoncer les vices de l’homme civilisé. Ce réalisme constitue le projet même. Idée du concentrique et de la convergence : unité de composition.

Dissipation centrifuge des forces vitales opposée à la concentration centripète de l’œuvre (dans chaque série, chapitre, motif, détail…) qui sauve le romancier de la mort.

Composition minutieuse de l’ensemble + composition visionnaire des détails.
4. La théorie du « type »

Apologie du type : c’est un personnage qui rassemble les caractéristiques de tous les personnages qui lui ressemblent plus ou moins, sans pour autant être l’un de ces personnages, sinon il n’y aurait pas d’invention. Il crée plusieurs types d’un genre de personnages. Il en va de même pour les « types » de situations, d’événements.

Cette idéalisation morale et esthétique peut conduire à l’exagération. Il doit créer un personnage différent du monde réel mais plus vrai : il rend l’impossible vrai (car le vrai n’est pas toujours vraisemblable). Il n’y a pas de confusion entre le réel vécu et le réel romanesque.

Fonction romanesque du « type » : la composition du type relève de l’idéalisation. Ce n’est plus par quelques détails mais par une somme saturante de caractères constitutifs. Le monde est rendu lisible par le personnage typique car il vise à dévoiler la vérité du fonctionnement de la société. Par sa force de séduction, il assure l’assentiment du lecteur, il est représentatif donc vraisemblable.

Sa force est de deviner les mythes de son temps. Tandis que Stendhal s’adresse aux époques suivantes et demande un jugement encore plus distancié.
5. Le modèle ou le terme ?

Balzac a conscience de la démesure de sa tâche/lucidité théorique.

Balzac lecteur de Stendhal : Balzac a assis le personnage typique dans le roman moderne. Il admire chez Stendhal les personnages de La Chartreuse de Parme : cette création d’un milieu fictif, avec un personnage central d’importance historique moyenne, de les placer dans des lieux et une époque caractéristiques : il peut alors décrire et expliquer des crises et des conflits historiques. Les « grands » personnages historiques sont tenus à l’arrière-plan et rendent plus vraisemblables et plus intenses ceux du premier rang.

Un nouveau conformisme ? chez Balzac, les personnages les plus forts ont un statut de mythe et les types sont des symboles pathétiques. Le danger du réalisme est de se figer en « positivisme littéraire ». Après Balzac, s’en tenir à ces théories, au type, c’est se détourner de toute recherche nouvelle : un nouveau conformisme.
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   32

similaire:

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconGroupe d'Etude et de Recherche dans les domaines de la Vibration et de l'Acoustique
«Nous investissons 20% de notre chiffre d’affaires en R&D ce qui illustre la volonté du groupe d’apporter à nos clients une réponse...

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconLa recherche chorégraphique

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconDossier de recherche

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconRecherche messe

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconDe recherche Vague c

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconAccueil présent sur toutes les pages, renvoi vers la page d’accueil...
«On y était». Nous avons défini un moteur de recherche pour retrouver un événement dont nous avons mis les photos en ligne. IL est...

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconProfil du centre de recherche

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconProfil du centre de recherche

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconRecherche un poste de webmaster

La recherche de l’absolu (1834) 55 iconRecherche par mot : Ctrl+F







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com