Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo







télécharger 454.05 Kb.
titreTraduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo
page2/8
date de publication21.10.2016
taille454.05 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Ghjacumu Biancarelli

(Purtivechju, 1936 - id., 1999)
Instituteur, directeur d’école avant de devenir animateur puis conseiller pégagogique en langue et culture corses, militant et poète, écrivant aussi bien en français qu’en langue corse, il a construit l’œuvre poétique en langue corse la plus importante et la plus novatrice de la deuxième moitié du XXe siècle, dont plusieurs titres, inédits à ce jour, sont encore à paraître chez Albiana. Il a publié Initiaux/Iniziali (éd. bilingue La marge, 1982) et A tempara lli ghjorna, accolta di puesii 1979-1987 (La Marge, 1989), qui rassemble cinq recueils : Cantata lli Tsinni russi (1980), Centu è vada (1981), Scanduli è putacciuli (1985), Cù a notti vinta (1985), A tempara lli ghjorna (1987). Quelques-uns de ses poèmes ont été recueillis dans l’anthologie D’oghje sì d’odiu nò, Albiana, coll. “E cunchiglie”, Ajaccio, 1996. Enfin viennent de paraître deux recueils posthumes en un seul volume : Pustiati – Scritti paiani, suivi de Ancia notturni (Albiana, coll. “E cunchiglie”, Ajaccio, 2004).

À usu di Arti puetica
Ciò ch’iddu assicura issu linguaghju in manera suprana, hè propiu a cirtezza di inchjoda pà lu simpiternu ind’è i paroli a stonda di vita più scappaticcia, l’imprissioni più fina, ed ancu “U soniu genitali / Di l’abba”…

V’eccu a prudezza di ‘ssu linguaghju, chì si voli achjappà u mondu è micca solu rispichjà lu. È fendu scrizzà a saetta, iddu l’aggranca com’è stantari di granitu. È ni sorghji una puisia allusiva, zeppa è linda, di virsuri difinitivi spessu è chì salva un iculibriu priculosu mezu da u slanciu iniziali à a so forma (da què veni a primura di figuri com’è l’aceddu, chì u so volu passaghjeru ùn si pò induvinà ed hè “segnu / Di tutta certitudina / Par subra à i nosci / Capa”).

Quì si tratta di un cuntrastu cuntinivu cù a divizia, u scorra di a parolla, a pompa, cuntrastu beddu dulurosu, s’è si teni in contu l’estru ed a facondia di Ghjacumu Biancarelli […]

Viulenza ricca, chì, in u so sforzu da staccià i centu divizii di l’albeghju è dà a più maiori intensità, turra cristadda, inghjinnendu li à i volti à u limitu di a bughjura, issi chjoppuli straduri, spampiddulenti quant’è miccà (puisia granitica una volta dinò!). Issu versu è issa forma li caghjona u ricusu di u spiicà : quista a puisia custatighja è basta. Anzì imponi u mondu è i forzi di a natura.
Gilbert Stromboni
(Trad. F.-M. Durazzo, da u prifaziu di u prima libru di Ghj. Biancarelli, d’Initiaux / Iniziali, pp. 5-6, La Marge, Ajaccio, 1982.)

En guise d’“art poétique”
Ce qu’affirme ce langage d’une manière souveraine, c’est la certitude d’enfermer pour toujours dans des mots l’instant de vie le plus fugitif, l’impression la plus subtile, et jusqu’au au “songe génital / De l’abeille”…

Tel est le tour de force accompli par ce langage, qui se veut prise sur le monde, et non simple reflet. Et qui, faisant jaillir l’éclair, le fige en blocs d’une densité granitique. Ainsi surgit une poésie elliptique, dure et nette, aux formulations souvent décisives et qui maintient un équilibre périlleux entre l’élan fondateur et la forme qui l’intègre (d’où l’importance de figures comme celle de l’oiseau, dont le vol éphémère, imprévisible, “signe / De toute certitude / au-dessus de nos / Têtes”).

Il s’agit ici d’un combat incessant contre l’abondance, le flux verbal, l’emphase ; combat certes douloureux quand on connaît l’enthousiasme et la faconde de Ghjacumu Biancarelli […]

Violence féconde, car dans son effort pour décanter les richesses innombrables du jour naissant et pour leur donner le maximum d’intensité, elle cristallise, produisant, à la limite parfois de l’hermétisme, des bribes d’une extrême dureté, scintillantes comme du mica (poésie granitique décidément !). Ce qui justifie ce ton, cette forme également, c’est que cette poésie n’explique pas : elle constate. Mieux elle impose le monde, les éléments.
Gilbert Stromboni
(Extrait de la présentation du premier livre de Ghj. Biancarelli, Initiaux / Iniziali, pp. 5-6, La Marge, Ajaccio, 1982.)

Centu è vada (1981)
Sarà idda intimidita

Pà u visu lli fiora

A luna andanti.
* * *
Vistutu di cutrina

Cupartu di ventu

Un ziteddu abbandunatu.
* * *
A nivi d’issa matina

I porra sò vistighja

In ortu.
* * *
À ghjornu pienu

U so tupizzu hè russu

Quiddu di a luciuledda.
* * *
U mari s’affusca

A boci di l’anitri

Hè par pena bianca.
* * *
In sigretu a notti

I varma in i castagni

Sutt’à a luna.
* * *
Nivi è nivi

Ssa nuttata cumpiendu l’annu

Luna chjara.
* * *
U nidu lli cicogni

Si vidi trà i casci

Lla chjarasgia.
* * *
Frombu d’ali di sturnelli

Da u nispulaghju cascani i frutta

Timpesta lla matina.

Cent et plus (1981)
Elle est peut-être intimidée

Par le visage des fleurs

La lune descendante.
* * *
Revêtu de gelée

Couvert de vent

Un enfant abandonné.
* * *
La neige de ce matin

Les poireaux quelques traces

Dans le jardin.
* * *
En plein jour

Elle a la tête rouge

La luciole.
* * *
La mer s’assombrit

Le cri des canards

Est un peu blanc.
* * *
Secrètement la nuit

Les vers dans les châtaignes

Sous la lune.
* * *
De la neige, encore de la neige

Cette nuit de fin d’année

Lune claire.
* * *
Le nid des cigognes

Se voit entre les feuilles

Du cerisier.
* * *
Bruissement d’ailes d’étourneaux

Du néflier tombent les fruits

Tempête du matin.

A greda stridi

D’una boci da sdrisgia

L’aiacionu.
* * *
I freti piuviti staghjunaghji

Ancu u misgiu vurraria

Un manteddu di padda.
* * *
Da ugni latu

Accurri fiora

In acqua llu lavu.
* * *
Agrottu di piscadori

Trà i gambari

Un griddu.
* * *
Caccia lli luciuleddi

Marinaru briacu

Tamantu disturbu.
* * *
In u vaccili

Boci fusca lli zinzali

Ultimi calori d’istati.
* * *
D’essa verdu

Li basta ghjà

U pivaronu.
* * *
À luna piena

A maretta ghjunghji

Sin’à a me porta.
* * *
Ùn fà menticu mai

Llu sapori sulitariu

Lli banghjaghji bianchi.

La grue crie

D’une voix à déchirer

Le genévrier.
* * *
Par les pluies froides de saison

Même le chat voudrait

Un manteau de paille.
* * *
De tout côté

Besoin de fleurs

Dans l’eau de la mare.
* * *
Abri de pêcheurs

Parmi les crevettes

Un criquet.
* * *
Chasse aux lucioles

Marin ivre

Quelle confusion.
* * *
Dans l’étable

La rumeur sombre des moustiques

Dernières chaleurs de l’été.
* * *
Etre vert

Suffit

Au poivron.
* * *
A la pleine lune

Le clapotis de la mer arrive

Jusqu’à ma porte.
* * *
N’oublie jamais

Le goût solitaire

Des rosées blanches.

Lucia Santucci

(Corscia, 1938)
Cette « Corse de Paris » originaire du Niolu, haute vallée de la Corse de l’intérieur, est rentrée au pays dans les années 1980. Elle retourne alors à l’expression ancestrale qu’elle a renouvelée avec sa sensibilité d’éducatrice et une vigilance engagée dans les combats pour l’émancipation de la femme. Professeur des écoles, puis Inspectrice de l’Education Nationale, elle a toujours associé l’éducation avec l’illustration de la langue corse. Elle publie d’abord en revue (Rigiru n°10, 1977), puis une plaquette intitulée Sogni di dissegni, a été publiée en 1980 à Bastia, avant que la plupart de ses poèmes ne soient repris dans l’anthologie D’oghje sì d’odiu nò (Albiana, coll. “E cunchiglie”, Ajaccio, 1996). Elle partage aujourd’hui son temps entre le port de Luri (dans le Cap Corse) et son village de Corscia. « Trà piaghju è muntagna », entre plaine et montagne, son itinéraire parcourt le territoire dessiné par les itinéraires pastoraux de ses ancêtres. Sa poésie les suit, cultivant la fidélité et l’écart.

Arte puetica
L’estru pueticu mi vene da un matrimoniu : matrimoniu frà à tarra è l’essare umanu.

Scontru frà cosmos è andros. Matrimoniu frà u mondu è a vita.

Prima di tuttu à l’aspinsata accade un scumbugliu, vi casca in capu cumu una saetta (cusì nasce l’amore parechje volte) dopu principia un para piglia è tene.

Elli escenu da l’emozione : sia gioie, suffrenze, sciagure, affanni, rivolte o piacè in pettu à fatti, atti, prove, parolle o silenzii di a vita.

Sò accumpagnati da l’angoscia a surella.

Issa angoscia hè cum’è una nanna, spessu si lascia omu azzicà da ella ghjornu è notte.

Tandu una lotta muta si face : ci vole à scappà o ci vole à stà ci.

A mente camina è caminendu principia issa cerca di a racolta. Tandu cum’è per l’essere primitivu, u primu spaziu hè quellu di i cinque sensi.

È si ripiglia i chjassi, e stradelle, e scalinate, e chjappate di a mimoria, di a Tarra materia prima : è principia a scrittura.

A scrittura, carta d’identità ? O forse megliu chè a carta, una tela. Da u filà à u tesse nasce u ritrattu : sò figliola di tutte quelle chì mi anu datu a forza di marchjà, vene à dì quelle vuceratrice, impruvisatore, cantarine, mammane di a puesia di oghje. Fussi ella puru ch'e sia mamma di quelle chì caminaranu dopu à mè. A strada, tandu, ùn hè piu malavia. Basta pianu pianu à girà e pagine di u libru di u mondu.

Art poétique
L'inspiration poétique me vient d'un mariage, celui de la terre et de l'être humain. Rencontre entre le cosmos et l'andros. Mariage entre le monde et la vie.

Avant tout, inopinément, survient le chaos, cela vous tombe sur la tête comme un éclair (c'est souvent ainsi que naît l'amour) puis commence le tumulte.

Ils naissent de l'émotion, joies, souffrances, malheurs, désarrois, révoltes ou plaisirs devant les faits, actes, épreuves ou silence de la vie.

Ils sont accompagnés de l'angoisse, leur soeur.

Cette angoisse est comme une berceuse, souvent on se laisse bercer par elle, jour et nuit.

Alors une lutte muette s'opère : il faut fuir ou rester.

L'esprit chemine et cheminant commande cette recherche du recueil. Alors, comme pour l'être primitif, le premier espace est celui des cinq sens.

Et l'on reprend chemins, sentes, escaliers, dalles, côtes de la mémoire, de la Terre matière première, et commence l'écriture.

L'écriture, carte d'identité. Ou peut-être plutôt qu'une carte, une toile. Du filage au tissage naît le portrait : je suis fille de toutes celles qui m'ont donné la force de marcher, c'est-à-dire de ces voceratrices, ces improvisatrices, ces chanteuses, ces accoucheuses de la poésie d'aujourd'hui. Puisssé-je être la mère de celles qui marcheront après moi. La route, alors, ne mène plus à la perte. Il suffit de tourner tout doucement les pages du livre du monde.

Sò tessuta
Sò tessuta

di rossu

rossu stracciatu

di a cinta russiccia

intinta di u sudore settembrinu

di tutte e sichere.
Sò tessuta

di verde

verde di u mandile verdognu

strettu à collu per e strade di u straziu

di tutte e figliere.
Sò tessuta

di turchinu

turchinu di u scuzzale sculuritu

cusgitu è ricusgitu da a manu stroppia

grembiu di u stantu stancu

di tutte e cugliere.
Sò tessuta di negru

negru di e rubacce negre

indulurite da i doli doppii

di tutte l’angunie.
Sò tessuta

di giallu

giallu di a camisgiola ingiallita

frustata da l’innamurata ardita

da e stonde d’amore à l’orlu

di tutte e saziere.
Sò tessuta

di biancu

biancu di e linzole sbiancate

albariate è balcate da e mammane manesche

cuglitore mute di i sogni

di tutte e suminere.

Je suis tissée

Je suis tissée
de rouge
de rouge lacéré
de la ceinture rougeâtre
teintée de la sueur septembrale
de toutes les moissons.

Je suis tissée
de vert
vert du foulard verdâtre
serré autour du cou sur les routes de l'effort
de toutes les gésines.

Je suis tissée
de bleu
bleu du tablier décoloré
cousu et recousu par la main blessée
giron de peine fatigué
de toutes les cueillettes

Je suis tissée de noir
noir des chiffons noirs
affligés par les deuils redoublés

de toutes les agonies.

Je suis tissée
de jaune
jaune de la chemise jaunie
usée par l'amoureuse hardie
par les instants d'amour à l'orée
de toutes les satiétés.

Je suis tissée
de blanc
blanc des draps défraîchis
teintés d'aube et foulés par d'adroites sages-femmes
muettes cueilleuses de rêves
de tous les ensemencements.

Marchjà
Marchjà… a sola primura…
Bughju cecu … Marchjà…

Ind’è a notte

pagna di a volta fresca, l’incudine rimore

metallicu s’avvicina… Marchjà…

A granitula s’intorchja aghjumellata, è pianu pianu

inchjuculisce l’aria, inzeppisce a voce di farru :

pichja

u martellu è rimbomba è si lagna.
Marchjà…a sola primura…

Si sbocca : aghja fatta à ochji.

Ochji cechi, ochji ochjuti, ochji chjosi, ochji

tralucenti

ochji spenti, ochji sparti, ochji surgente burlati da e maraviglie di l’umanu.
Marchjà.. a sola primura…

Aghja fatta à bocche.

Bocca risa, bocca mughju, bocca abbaghju,

bocca muta,

bocca aperta, pozzu prufondu induve s’annega a parolla.
Corre a strada di l’aghje : aghja fatta à mani.

Mani sparte, mani aperte, mani foglie,

mani voglie, mani nate da u tuccà di a mamma-terra.
Marchjà…a… sola primura…
Si sparghje a strada di l’aghje : manu à manu

sboccianu millaie di profumi.

L’aghja di u sente : ultima piaghja.

profumi di u ventu vivu di u vulè, verde verghe

da imbriacà u soffiu di e fole ballarine.
Marchjà…
Rinasce u pichju di a volta…

Gira è volta a granitula...

Esce…Esce…
Hè compiu u sognu stranu di u viaghju in ciarbellu umanu.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDossier de presse
«L’empreinte carbone» traduit la marque laissée par les activités humaines dans l’atmosphère; l’arbre épongeant cette marque

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconManuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
«œuvre partagée» d’utilité publique comme une prédication conçue à l’origine pour être utilisée par les étudiants nigérians et non...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLa langue corse : un pari pour demain

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconMémoire présenté par Maxime legrand pour l’acquisition de

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconUne nouvelle de seize pages
«Porto-Vecchio» : Chef-lieu de canton, sur la côte orientale de la Corse. L’action se passe à trois heures de marche de la ville,...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconEcole de Girancourt
«l’enfance de Mammame» de danse contemporaine présenté par Scènes Vosges à la Rotonde de Thaon les Vosges. Projet faisant suite à...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDissertation sur l’inspiration poétique
«vates», un porte voix inspiré d’Apollon (Poebus). Le poète recueille, traduit, transmet

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLohann Bonfils est un jeune photographe amateur montpelliérain âgé...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconAu Mondial de l’Automobile de Paris, en 2006, Rolls-Royce Motor Cars...
«La rr4 a un air plus informel que les modèles Phantom et met davantage l’accent sur la conduite. Sur le plan du design, ceci se...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDe l'Utilité de la Flagellation dans la médecine et les plaisirs...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com