Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo







télécharger 454.05 Kb.
titreTraduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo
page3/8
date de publication21.10.2016
taille454.05 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Marcher
Un seul souci… marcher… …
Dans le noir… Marcher…

Dans la nuit

épaisse de la voûte fraîche l’enclume son

métallique approche. Marcher…

La procession s’enroule en pelote, et doucement

l’air se raréfie, la voix de fer s’alourdit: le marteau

frappe et résonne et gémit.
Un seul souci… marcher… …

On débouche : aire faite d’yeux.

Yeux aveugles, yeux œillus, yeux clos, yeux diaphanes

Yeux éteints, yeux écarquillés, yeux sources trompés

par les miracles de l’humain.
Un seul souci… marcher… …

Aire faite de bouches.

Bouche qui rit, bouche qui crie, bouche qui aboie

Bouche muette

Bouche ouverte, puits profond où se noie la parole.
La route des aires court : aire faite de mains.

Mains tendues, mains ouvertes, mains feuilles,

mains désirs, mains nées du toucher

de la terre-mère.
Un seul souci… marcher… …
La route des aires se répand : soudain

s’exhalent des milliers de parfum.

L’aire des sens : ultime plaine.

Parfums du vent vivant du vouloir, vertes passerelles

pour enivrer le souffle des légendes ballerines.
Marcher…
Le martèlement de la voûte renaît…

La procession tourne et revient …

Sortir… Sortir…
Dans le cerveau de l’homme s’achève le songe étrange du voyage.

L’aghja di l’amore
Indù l’aghja di l’amore

pulletru vivu

nun merezi.
Indù l’aghja di l’amore

mufra spinsirata

nun mi chetu.
Indù l’aghja di l’amore

achi eguali

d’una sola sfiera

vughemu.
indù l’aghja di l’amore

à passi neschi

andemu

coppiu senza coppia.

L’aire de l’amour
Dans l’aire de l’amour

poulain fougueux

tu ne fais nulle halte.
Dans l’aire de l’amour

insouciante mouflonne

je ne m’apaise pas.
Dans l’aire de l’amour

aiguilles égales

d’une seule horloge

nous voguons.
Dans l’aire de l’amour

d’un pas impair

nous allons

couple sans joug.

Di quale ne site ?
Sò di e radiche

calzi storti da e nascite nesche
Sò di u fustu

fiume fede di suchji vivi
Sò di e forche

rame bramose di e sparghjere scelte
Sò di e fronde

soffiu ricordu di u lume fiatu
Sò di u fiore

calice d’amore di u mele mimoria
Sò di u fruttu

sognu affurtunatu da a fiara di l’ore
È tutti inseme

di quale ne site ?
Simu di l’arburu di vita.

Qui êtes-vous ?
Je suis des racines

ceps sinueux des simples naissances
Je suis du fût

fleuve foi de vives sèves
Je suis des fourches

branches avides de donner leurs meilleurs fruits
Je suis des branches

souffle souvenir respiration de la lumière
Je suis de la fleur

calice d’amour mémoire du miel
Je suis du fruit

rêve enrichi de la flamme des heures
Nous tous

qui sommes-nous
Nous sommes de l’arbre de la vie.

Ghjacumu Fusina

(L’Ortale d’Alisgiani, 1940)
Après avoir passé plusieurs années à Paris, il rentre en corse et participe intensément au renouveau corse. Professeur à l’université de Corti, poète, traducteur, linguiste et essayiste, Ghjacumu Fusina publie d’abord Soleils Revus, une plaquette de poésie en langue française chez Oswald, (coll. Voix nouvelles Honfleur, 1969), avant de se consacrer à la langue corse, avec Cantilena veranile recueil de poèmes pour enfants (Scola corsa, Bastia, 1983), E Sette Chjappelle, poèmes et proses, (Albiana, Ajaccio, 1987) qui obtient le Prix du Livre corse et le Prix de l’Assemblée de Corse, Contrapuntu, (La Marge, Ajaccio, 1989) et Versu cantarecciu qui recueille deux décennies de poèmes chantées par la plupart des groupes corses (Albiana, Ajaccio, 1996). On le retrouve dans plusieurs anthologies dont D’oghje sì d’odiu nò (Albiana, coll. “E cunchiglie”, Ajaccio, 1996) et l’Anthologie de Rencontres, Biennale internationale des poètes, (Farrago, Paris, 2002).

Arte puetica
A puesia hè, à parè meo, a spressione umana più alta chì si possa pensà postu ch’ella pone da scopu d’indià a lingua ver di ciò ch’ella porghje di più creativu è ammaestratu attempu. Arte di u linguaghju è sperienza dinù, hè ben intesa eserciziu literariu, da pratica è da generu, ma e so esigenze trapassanu l’ogettu propiu di a literatura, inseme diversu è sparu assai, cum’ellu si sà. A scrittura puetica, in versi è in prosa, in qualsiasi lingua, mi pare ch’ella si possa scantà d’una certa mezanità di e forme di linguaghju in vocula. In corsu quant’è in qualchì altra lingua, a quistione ne piglia un risaltu particulare per via di a putenza di l’oralità primiera, di a storia culturale rivittulita ind’e so realità è ind’i so miti, di u statutu oghjincu dopu à pratiche arradicate antiche, di u sboccu di u scrittu in u campu pedagogicu è in l’accostu populare. Si capisce d’una manesca simile inghjenni una prublematica d’una gran cumplessità capace attempu d’alzanne l’interessu è d’imbulighjanne e strade.

Ragioni tutte chì spieganu chì a mo pruduzzione puetica corsa porti à spessu a stampa di forme à bocca (leia di certi mio testi cù a spressione canterina) è fermi stellata da a musicalità di a lingua (m’accade di cantichjà scrivendu versi, ancu liberi). Ma ùn vole micca dì ch’o fussi chjosu à e forme tutte di a mudernità (cf. a mo sperienza di a puesia oghjinca, i mo puemi in francese, e mo traduzzioni) ind’una creazione ch’o provu à cunfà in corsu senza rumpitura di u filu. Sapendu ciò ch’elli valenu certi cuntrasti pretesi chì mi facenu pensà à quelli ch’omu move à le volte trà musica tradiziunale è musica muderna, quand’ellu saria più ghjudiziosu d’ùn cunsiderà e sfarenze chè da u puntu di vista di l’attichju creativu propiu, da più à menu riesciutu è basta !
Ghjacumu Fusina

25 di nuvembre 2003

Art poetique
La poésie est selon moi l’expression humaine par excellente en ce qu’elle projette d’engager la langue dans ce qu’elle a de plus créatif et de plus maîtrisé à la fois. Art et expérience du langage, elle est donc certes exercice littéraire, comme pratique et comme genre, mais excède par son exigence même l’objet de la littérature dont on sait le domaine divers et inégalement occupé. L’écriture poétique, en vers comme en prose, et quelle que soit la langue, me semble pouvoir mieux échapper à une certaine médiocrité des formes langagières circulantes. En langue corse comme en quelques autres, la question prend un relief particulier du fait de la prégnance encore forte de l’oralité première, de l’histoire culturelle réactivée dans ses réalités et dans ses mythes, du statut actuel succédant aux pratiques anciennes, de l’irruption du scriptural dans le champ pédagogique et l’appréhension populaire. Un tel domaine d’action composant ainsi une problématique d’une grande complexité susceptible aussi bien d’en augmenter l’intérêt que d’en brouiller les pistes.

Ces raisons contextuelles expliquent que ma production poétique en corse porte souvent la marque des formes liées à l’oralité (d’où également certains liens avec l’expression chantée) et reste largement régie par la musicalité de la langue (j’ai tendance à chantonner les vers, même dans les formes très libres).Je n’en suis pas pour autant insensible à toutes les formes de la modernité (cf. mon expérience de la poésie d’aujourd’hui, mes poèmes en français, mes exercices de traduction) dans un mouvement de création que je tente d’acclimater en corse si possible sans solution de continuité. Sachant ce qu’il en est de prétendues oppositions qui me font penser à celles que l’on soulève parfois entre musique traditionnelle et musique moderne, alors qu’il serait bien plus pertinent de ne les considérer l’une et l’autre indistinctement que sous l’angle d’un projet créatif, plus ou moins réussi.
Trad. de l’auteur

25 novembre 2003

E sette chjappelle (1987)
Sognu
Un paisolu

di teghje grisge

in core à tè
i dui vechji

di u ricordu

daretu à tè
Un zitellucciu

à mani in stacca

vicinu à tè
u mare chjaru

cum’è i so ochji

in fronte à tè
Issu silenziu

chì penciuleghja

in giru à tè
è u puema

natu una sera

in pettu à tè
Un’isulone

rivittulitu

in corpu à tè
è un avvene

ammaestratu

in manu à tè
(1979)

Vagabondage (1987)
Rêve
Un village

d’ardoises grises

dans ton cœur
les quelques vieux

de la mémoire

derrière toi
Un garnement

mains dans les poches

tout près de toi
la mer limpide

comme ses yeux

devant toi
Ce silence

qui sommeille

autour de toi
et le poème

né un soir

dans ta poitrine
une grande île

revivifiée

dans ton ventre
et un avenir

maîtrisé

dans tes mains
(1979)

Zittu !
Stà bassu

pè una volta !

Ch’io ùn ti senta più

Omenu un’oretta

alò, un minutu…

Una seconda ch’ella sia…

Mi t’arricumandu :

Basta !

Stalla à sente

una volta sola

issa lingua

ch’hè guasi spinta!
(1980)

Silence !
Tais-toi

pour une fois !

je ne veux plus t’entendre

au moins une petite heure,

allez, une minute…

Que pendant une seconde…

Je t’en prie :

Ça suffit !

Ecoute-là

rien qu’une fois

cette langue

presque morte !
(1980)

In culipippuli
Ci vole à calassi

pianu pianu

à orlu di ripa

in culipippuli…

E stassi zitti

bassi bassi

Ùn trinnicà

mancu un capellu

ùn anscià…

Osinnò

hè capace à vulassine

da u pratu

cum’è una farfalla,

u silenziu

di l’erba.

Accroupis
Il faut se baisser

tout doucement

sur la rive

s’accroupir…

Et se taire

ne pas faire un seul bruit

Ne pas bouger

même un cheveu

ne pas respirer…

Sinon

il est capable de s’envoler

du pré

comme un papillon,

le silence

de l’herbe.

Ingiubata
Ingiubata

di penseri

colma à dumande

risachjole

ti stabilisci un locu accesu

di nutizie da inventà

di parulle dimizate

scapaticce da quallà

è si apre u mondu ascosu

chì a vita hà da piantà

trè minuti d’arillogiu.
(1984)

Plongée
Plongée

dans tes pensées

saturée de questions

risibles

tu te construis un pays qu’éclairent

des nouvelles à inventer

des mots

éphémères de là-bas

et s’ouvre le monde caché

car la vie va s’arrêter

trois minutes exactement.
(1984)

Pesanu
Pesanu

i centu ricordi genitori

è ti mucanu l’osse

è ti sente u core

è ùn sai cumu ti stà

cù le to dite atturcinate

à i penseri da nasconde

da l’attese frasturnate

chì nisunu pò risponde

di l’andà di e ghjurnate.
(1984)

Ils pèsent
Ils pèsent

tous ces souvenirs qui t’ont enfanté

et te blessent les os

et ton cœur te fait mal

et tu ne sais comment rester

les doigts agrippés

aux pensées à soustraire

aux attentes tourmentées

car personne ne peut répondre

des journées qui passent.
(1984)

Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi

(Lopigna, 1943)
Successivement professeur de lettres, documentaliste puis coordinateur de langue et culture corse, il a succédé à Dumenicantone Geronimi à la direction de la revue Rigiru de 1984 à 1988. Auteur de nombreux ouvrages consacrés à l’étude la langue corse et de manuels faisant référence, Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi est aussi l’auteur de traductions, de la transcription de contes (E fole di mamma, Cyrnos et méditerranée, Ajaccio, 1982), de récits (Isulitudine è altri scritti, La Marge, Ajaccio, 1982) et d’un recueil de poèmes commentés et traduits en français : Canzone di ciò chì passa (CRDP de Corse, Ajaccio, 1997), dont certains ont été recueillis dans l’anthologie D’oghje sì d’odiu nò (Albiana, Ajaccio, 1995) et d’où sont extraits les textes qui suivent.

À usu di Arti puetica
Parchè scrivite in corsu ?
Trattasi d’una dumanda fatta da u ghjurnale Kyrn à parechji autori u 30 di sittembre 88. Aviu prima rispostu cù trè o quattru pagine di spiigazione, poi aghju stracciatu tuttu è scrittu què :
Par dì

Pà incurunà di mente umana i passi suligni di U Vechju in la costa umbricciosa
Par scioglie in la sbuccata nostra e virsiate di l’ancu à dì
E alluminà e strade di dumane, s’ellu ne sbrulla virità
Pretta solfice ed allisciata quant’è manicu di frassu vechju

Ma nova è tagliuta cum’è a mente à l’alba di u pinsà

A nostra lingua
Iè ammaistrata (o quantu) a parolla francesa

Cum’è à un sumirellu li si viaghja à zò zò

E ghjè di servitù bona
Ma l’acellu birbante civra altrò

U dettu corsu

Ad ogni inziccatura di l’Esse ellu canta è dice a soia

E quand’ella li piglia inguanta u mondu à palla strinta

Una vultata una girata

Poi mansu mansu u ci porghje


Eh ! Un vurriate ch’e’ scrivi in corsu !
Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi

En guise d’art poétique
Pourquoi écrivez-vous en corse?
Il s’agit d’une question posée par le journal Kyrn à plusieurs auteurs le 30 septembre 1988, à laquelle j’avais répondu par trois ou quatre pages d’explications, avant de tout déchirer et d’écrire ceci :
Pour dire.

Pour couronner de mémoire humaine les pas solitaire du Vieux au flanc ombreux de la montagne.
Pour dénouer dans notre parler les tournures de ce qui n’a pas encore été dit,
Et éclairer les routes de demain, s’il en jaillit quelque vérité
Pleine, douce et lisse comme un manche de vieux frêne

Mais neuve et aiguë comme l’esprit à l’aube de la pensée

Notre langue.
Oui, elle est maîtrisée (oh combien !) la parole française

Comme un petit âne, on la chevauche à dada, et elle se montre docile
Mais ce coquin d’oiseau fonce où il veut

Le parler corse !

A chaque encoche de l’Etre il chante et se fait entendre

Et quand ça le prend, il saisit le monde comme une boule compacte,

Le tourne et le retourne

Puis nous le tend apprivoisé :

Tiens !
Comment voudriez vous que je n’écrive pas en corse !

Trad. de l’auteur

Ventu
Duva và

l’acqua ?

Duva li porta li nostri sogni ?
È lu ventu

duva andarà

quand’ellu avvinghje lu focu spentu

cù lu so pientu

lentu ?
Cun quellu pientu chì si ne stà

parte lu ventu da mare in là

senza sfrisgià l’eterne sciume

corre lu fiume corre lu fiume...

Vent
Où va

l’eau ?

Nos rêves où les emporte-t-elle ?
Et le vent

où va-t-il

lorsqu’il enveloppe le feu éteint,

de sa plainte

lente ?
Avec sa plainte qui reste là

le vent s’en va franchir la mer,

sans effleurer l’écume sans fin

le fleuve coule le fleuve coule…

Tempu
A vita lega à corda lena

vanu le stonde par vultà

l’ora si chjama libertà

more la gioia eccu la pena

u tempu corre à corda lena
U tempu corre à brilla sciolta

porta l’amichi è lu piacè

si ne vanu luntan’da tè

quelli d’oghje è quel’d’una volta

a vita fila à brilla sciolta
A vita fila à quella volta

è tuttu strappa à longu andà

forse si chjama eternità

l’ultima stonda chì rivolta

u tempu lega à quella volta

Temps
La vie attache d’une corde lâche

les instants vont et puis reviennent

et l’heure a nom de liberté

quand la joie meurt voici la peine

et le temps court d’une corde lâche
Et le temps court à toute bride

et le plaisir et les amis

si loin de toi sont emportés

ceux d’aujourd’hui et de jadis

et la vie file à toute bride
Et la vie file à l’aveuglette

à la longue tout se disjoint

peut-être a nom d’éternité

l’ultime instant lorsqu’il revient

le temps attache à l’aveuglette

Vis cosmica
Di quandu in quandu sò ghjudeiu
Ghjudeiu di l’Esodu è Ghjudeiu di u Ritornu
M’anu fattu sappiente in le Meriche
Sò butticaghju ghjudeiu in lu vintesimu circondu di Parigi
E me unghje sò firmate in li muri bianchi di calcina
E’ u sangue di le me manu
Sò u Ghjudeiu vivu è tistimone annantu à a tarra di l’omi
Hè isciuta a me sterpa quand’ellu nascia u mondu è in la sfiacculata di u frattempu
M’anu chjamatu à quandu Diu à quandu cane
À quandu Omu
Ma lu me pettu hè tabernaculu fidu ci tengu un sognu vechju
U sognu vechju di i mei
L’altri Ghjudei

Tante altre volte sò africanu
Sò l’Africanu u più neru di l’Afriche nere
Sò l’Africanu chì canta à voce grossa in li campi di u Mississipi
Sò quellu pastore sfilanciatu arrittu da poi sempre à l’appiccià di i mondi
Sò quellu di e sicchie è quellu di e timpeste
Sò quellu di e fureste
Sò eiu l’esiliatu anticu u foscu di centu paesi
M’hà suminatu u ventu cattivu

Africa mamma di l’omi a funa di i seculi avvigne è mi s’avvutula


È lega à turcinellu
È mi ne stò mutu cum’è u tempu in le strette d’Aubervilliers
Ingutuppatu d’un mantillone cù a me spazzura in manu
Sò l’Africanu

Sò l’Arabu di induv’è Renault chì un ghjornu si ne volta
Ed eccumi à issu scornu di sole vechju
Maraviglia è spentafurtuna
Sò l’Arabu chì si ne posa à tagliu di e cunfine vane
Ed eccu in mè atturchjate è nudicute
E pacenzie mille di l’alivu arradicatu
Strappatempu à longu andà di le me feste riccamate
In le cose cuntinivate
A morte taglia à farru dolce
Duv’è noi Arabi



Ma nisuna morte gentile
Pò scute inseme li mio capi
L’alta cundanna hè d’esse vivu
In tutti l’Omi

Forse lu Tempu...


Vis cosmica
Parfois je suis Juif

Juif de l’Exode et Juif du Retour

On m’a fait savant aux Amériques

Je suis commerçant juif à Paris dans le vingtième

Mes ongles sont restés dans les murs blanchis à la chaux

Et le sang de mes mains

Je suis le Juif vivant qui témoigne sur la terre des hommes

Ma race a vu naître le monde et dans la flambée de l’espace de entre- temps

On m’a dit tantôt Dieu tantôt chien

Parfois Homme

et Ma poitrine est un tabernacle où je garde un vieux rêve

Le vieux rêve de ceux

qui comme moi sont juifs
Je suis aussi bien souvent Africain.

Et je suis le plus noir des Africains de l’Afrique noire

Je suis l’Africain qui chante d’une grosse voix dans les champs du Mississipi

Je suis ce pasteur dégingandé debout depuis toujours où les mondes se touchent

Je suis l’homme des sècheresses et l’homme des tempêtes

Je suis l’homme des forêts.

C’est encore moi l’antique exilé l’obscur de cent pays

Un vent mauvais m’a dispersé graine
Afrique mère des hommes la corde des siècles m’entoure, s’enroule sur moi

Et me serre

Et me voici muet comme le temps dans les rues d’Aubervilliers

Emmitouflé d’un grand manteau mon balai à la main

Je suis l’Africain
Je suis l’Arabe de chez Renault qui rentre un jour chez lui

J’ai retrouvé ce coin de soleil ancien

Merveille bonheur éteint

Je suis l’Arabe assis au bord de vaines étendues

Et voici en moi torses et noueuses

Les mille patiences de l’olivier enraciné

Qui à la longue brise le temps de mes fêtes brodées

Dans la continuité des choses

La mort coupe à fer doux

Chez nous les Arabes
Mais nulle mort secourable

Ne peut faire tomber toutes mes têtes

La haute damnation est d’être vivant

en chaque Homme
Le temps peut-être…

Rinatu Coti

(Ajaccio, 1944)
Fonctionnaire d’administration centrale durant toute sa carrière, Rinatu Coti n’a pour autant jamais rompu ses liens avec l’île où il s’est désormais retiré. Une intense et ininterrompue activité littéraire fait de lui l’auteur le plus fécond de la littérature corse sur tous les fronts : roman, récit, théâtre et poésie. Pas de revue à laquelle il n’ait régulièrement apporté sa contribution. Il a aussi collaboré à la méthode Assimil Le corse sans peine, pour la partie consacrée aux variétés du sud, de Pascal Marchetti (1975). Directeur de la collection “Paroli Sciolti” aux éditions Cismonte è Pumonti de 1983 à 1994, avant de créer en 2002 les éditions Matina Latina, il est aussi rédacteur en chef de la revue U Taravu depuis 2001 et directeur de publication depuis 2003.
Bibliographie :

Les titres à la suite desquels ne figure aucun nom d’éditeur ont tous été publiés par les éditions Cismonte è Pumonti.
Essais :

Intornu à l’essezza, 1978.

Memoria corsa, avec R. Grimaldi et P. Marchetti, 1997.

Trà locu è populu ; dialogue avec Vincent Stagnara sur quarante ans d’ecriture, éd. L’Harmattan, 2001.

Corsica di una volta ; images du temps passé (avec Rigolu Grimaldi), éd. Somogy, 2002.
Récits :

U Vangonu neru (roman à épisodes) in la revue Rigiru, n° 1 à 16, 1974 à 1981.

Corsica ribella (disque et cassette), 1983.

U rivaritu Antonu (cassettes), 1983.

Una spasimata (Roman) 1985, Prix du livre corse.

I Guai di a signora (nouvelles), 1985.

Raconti, (contes et nouvelles), 1986.

Frombu (récit) avec Ghj. P. Graziani et L. Alessandri (Roman) 1985.

Un omu (Roman), 1987.

A Signora (Roman), 1987.

U Crucivia (Roman), 1989.

I Ghjorni persi (récits), 1985-1986.

In u me filu (récits et articles), éd. Matina latina, 2002.

Poésie :

Par viaghju, 1985.

U Labirintu, 1988.

Aligria, 1989.
Théâtre :

U maceddu, 1988.

I Cummari, 1990-1992.

U sonniu di Raffaedda, éd. La Marge, 1992.

U Seminariu, 1993.

Babbu Guidu, éd. La Marge, 1996.

L’Acula bianca (conte dramatique), 1997.

A mazzera di a luna (conte dramatique), 1998.

A stanza di u spichju, 1999.

Barbottu è Zupponu (conte dramatique), 2000.

L’arburi lacrimaghju (conte dramatique), 2003.

À usu di Arti puetica
mi so intargatu. da chì ? da quà ? scriva in corsu, oghji, è forsa dumani.

mancu aghju buscu riposta, ad avà.

o, anzi, ùn aghju trovu una risposta ch’è bastessi.

ma, à mè, a scrittura m’hè ghjuvata da essa.

ùn fussi ch’è da quissa, a scrittura ci voli.

sò anch’eiu par istrada. senza sapè da indù vengu, né indù vocu.

mi basta sapè ch’e sò vinutu è ch’e vocu.

viaghjà, hè u scopu… da spichjassi in a petra turbata…
6 di luddu 1981

(“L’autori à chì leghi”, Par Viaghju, 1985)

En guise d’Art Poétique
je me suis demandé. pour quoi ? pour qui ? écrire en corse, aujourd’hui, et peut-être demain.

je n’ai trouvé aucune réponse, jusqu’à présent.

ou plutôt, pas de réponse qui suffise.

si l’écriture m’a servi à quelque chose, c’est à être.

ne fût-ce que pour cela, l’écriture est nécessaire.

je suis moi même en chemin, sans savoir d’où je viens, ni où je vais.

il me suffit de savoir que je suis venu et que je vais.

voyager, c’est le but… pour se regarder dans la pierre troublée…
6 juillet 1981

(“Au lecteur”, En voyage, 1985)

Par Viaghju (1985)
ùn scrivu micca…
ùn scrivu micca

pà a lingua
ùn scrivu micca

pà a parola
ùn scrivu micca

pà a menti
ùn scrivu micca

pà a gloria
Scrivu

pà a parsona

quidda di a

stracciatura

in u locu di l’amori
17 di sittembri di 1974

En voyage (1985)
je n’écris pas…
je n’écris pas

pour la langue
je n’écris pas

pour la parole
je n’écris pas

pour l’esprit
je n’écris pas

pour la gloire
j’écris

pour la personne

celle de la

déchirure

dans le lieu de l’amour
17 septembre 1974

Ghjè a parsona
in un tempu fundala è altaneddi

ghjè a parsona

pianura baddiulata di steddi à zumbari

sprapusitata

caliseiu spartu chì metti ad aghjumpà

nascita in corpu

s’attunduleghja com’è a spinursala

spartutu è smiziatu

matrani acqui funduti ogni locu

cisbugliu occiulu

bogani in mezu terri infusi

è sfilatureghja

sfrisgiatura in u vacu, biotu, nudda

traluci a sesta

monda culora rossu biancu lindu

susta u melinu

ventu sonitu timpurali sfarracati

è tarramoti

celi in fumaccia è intimperii di cennara

boddara è polvara

puzza
in tondu è in drentu

nevi piova cotriu è nebbia d’areghju

ghjiculeghja u terrincu è in u so chjirchjatu

ghjè ancu a parsona

sesta di un corpu è sestu di ciarbeddu

spiritu vitali

varuna parola di principiu è d’ultima

è d’addirdanati

infilarati sgarmigliati è bumbuti

s’accodani

sbiaccati sfaiati spinnati è sfradanati

iniziu è laudaziu

abbissi è infali sprafondu è arcisopra

morti è vita in duellu

ghjè dinò a parsona

stondi è ghjorna mesa è anni seculi

eternu

tempu è durata tempu senza durazioni

parechji mesa

stendu in tondu trè via trè

à francà a ghjanna

à varcà u ponti

l’anescu à l’adrumbasciu insemu

in un fundeddu
arrighjenta un suchju : sangui

chì sbuccia vita

spasimeghja un alitu: fiatu

chì movi essaru

si scosta da terra: polpa è ossa

via parsona

Telle est la personne
terres basses et hautes à la fois

telle est la personne

vaste plaine tachetée de milliards d’étoiles

impensable

plat tohu-bohu qui soudain s’infléchit

naissance dans la matrice

qui s’arrondit telle une épine dorsale

divisée séparée

de partout des eaux emplissent les profondeurs

humides tourbillons

et tournent au sein de terres détrempées

et s’étirent

irrigant le néant, vide et nul

une forme resplendit

de toutes les couleurs rouge blanc immaculé

puis s’apaisent le vent

tiède le tonnerre et la tempête déchaînés

les séismes

le ciel n’est que brouillard et pluie de cendre

tourbillons et poussière

touffeur
partout dehors dedans

il neige pleut gèle et bruine au crépuscule

le terrestre s’égaye en son enclos

telle est encore la personne

figure d’un corps assise de l’esprit

esprit vital

nul mot de commencement ni fin

pas d’ultimes

suites ordonnées et gonflées

ne resserrent les rangs

nus éteints pelés et dégarnis

principe et glorification

abysses et enfers cimes et profondeurs

mort et vie en duel

c’est encore la personne

des secondes et des jours des mois et des années

des siècles

l’éternité et la durée le temps sans la durée

de nombreux mois

attendent en rond trois par trois

de franchir la porte

de traverser le pont

l’impair et l’envers réunis

en un même clayon
un suc épure tout : le sang

qui fait jaillir la vie

une haleine palpite : le souffle

qui suscite l’être

il se détache de la terre: peau et os

enfin une personne

in i vistighi di l’ettaru s’ammenta

i cardini

i setti celi è i setti ghjorna

miraculi di rena

i desideri i vulè i parè

pulineghjani

si stà di a parti

in corpu
Ghjà, eternu di Cristu, ghjè in u cisimu

tuttu quantu
ghjè in a parsona
10 di nuvembri 1974

sur les traces de la sente elle se souvient

des points cardinaux

les sept cieux et les sept jours

miracles de sable

les désirs, les volontés, les idées

se déposent en poussière

on est du côté

du corps
Seigneur, Christ éternel, dans l’innombrable

se trouve tout cela
se trouve dans la personne
10 novembre 1974

li me ghjorna
sarani li me ghjorna

da cantatti

in parasia
ci sò lacrimi è doli

da turbammi

lu me cori
ci sò lamenti è gridi

da fritammi (frittami)

la me peddi
sarani li me ghjorna

da cantatti

in parasia
ci sò dulcezzi è sciali

da campammi

la me vita
ci sò aligrii è risi

da spannammi

la me vita
sarani li me ghjorna

da cantatti

in parasia
30 di nuvembri 1984
Nota : A parasia (da u grecu “parousia” : ritornu in gloria di u Cristu à a fin’ di u mondu) hè una parolla ghjisgiali chì significhighja l’aligria ch’è la ghjenti t’avarà à quandu Cristu vultarà in gloria da risuscità i morti. Dici l’autore : “Sta parola s’usava assai quand’e eru ziteddu in paesi da sprima una gioia smisurata in a purezza di i sintimi”.
mes jours
je passerai mes jours

à te chanter

en gloire
il y a des larmes des deuils

qui me troublent

mon cœur
il y a des plaintes des cris

qui pétrissent

ma peau
je passerai mes jours

à te chanter

en gloire
il y a des douceurs des plaisirs

qui réjouissent

ma vie
il y a des rires des joies

qui éclairent

ma vie
je passerai mes jours

à te chanter

en gloire
30 novembre 1984

Ghjacumu Thiers

(Bastia, 1945)
Professeur de langue et littérature corses à l’Université de Corti et directeur du Centre Culturel Universitaire, essayiste, il est principalement romancier et dramaturge, auteur de nombreuses pièces de théâtres, avec entre autres Baruffe in Mariana (Sammarcelli, 1998) en collaboration avec Marco Cini et Una passata di Minutu Grossu (Sammarcelli, 2000), et romancier avec A funtana d’Altea (dit, 1996), A barca di a Madonna (dit, 2000) et In corpu à Bastia (dit, 2003). Ses poèmes chantés, dont certains figurent dans l’anthologie D’oghje sì d’odiu nò, dit, coll. “E cunchiglie”, Ajaccio, 1996, est à paraître chez dit en édition bilingue sous le titre de Frolle, les autres poèmes dont est extrait le choix suivant sont rassemblés dans L’arretta blianca. En français on peut aussi lire ses deux romans Les Glycines d’Altea (dit, 1992) et La vierge à la barque (dit, 1997).

Arte puetica
Tuttognunu ti hà in casa issa cusarella di nunda ch’omu chjama un’infiltrazione. Un’incritta fine fine nantu à un muru o nantu à u celu. Quasi quasi ùn si vede. I nostri ghjorni sgranfignati una cria. Da tuppà subitu cù ghjessu è cazzola. Ma ùn ci si face casu : dumane farà ghjornu. Intantu l’affare si sparghje è si scava ma nunda spunta à l’infora. A cosa travaglia à l’indrentu, travaglia. Ùn ci si pensa micca senza piantà ma si sente sempre, da issa banda custì ch’ellu ci hè un risicu. O un altrò.

Saranu trenta anni ch’ella mi stuzzica, ma mai mi sò propiu resu contu ch’ella devia esse un pocu cusì, quella beata “scrittura in puesia”. Scrivendu à casu è à disgrazia ùn mi hè mai parsu utile nè assinnatu di accoglie issò ch’o avia scrittu è dì mi chì isse pagine allibrate una nantu à l’altra possinu esse puesia.

Dunque possu solu rimarcà ch’o l’aghju sempre praticata cusì, in modu permanente ma à stonde. Cù un tira è molla mai stanciatu trà duie manere chì cumandanu. Principia sempre cù duie parolle appaghjate linde o per cuntrastu. Dopu sonanu è imponenu u so ribombu. Mi ci tocca à dì le è mi si ficca à l’anima u garbu di a so musichetta roza. Ne sò venute spessu canzone per via di l’ambiente settantescu chì hà purtatu in pompisi u cantu corsu. L’altra pruspettiva chì mi vene imposta hè di circà, cù primura sempre più lucida, à rompe quella musichetta, un altru modu di fà sciancu u ritimu, mantenendu lu puru. Mi ci aiuta u statu di a lingua nustrale chì di solitu in literatura corre sempre à a rima è à a metrica regulare, cù spezializazione di un lessicu returicamente pueticu. Ci hè un piacè custindi, trà rispettu è sturcitura, chì ùn vi dicu ! Sò i mo sciali, sò. Mi vergognu una cria di campà mi à arradicà u mo scrive duv’ellu ci hè squilibriu è cuntradizzione.
27 di nuvembre 2003

Art poétique
Tout le monde a chez soi ce petit accident domestique qu’on appelle « une infiltration ». Une fine fêlure dans un mur ou un plafond. Presque imperceptible. Une griffure de rien dans notre quotidien. A reboucher le plus tôt possible. Mais on ne se méfie pas et on renvoie toujours à demain. Jour après jour ça s’étale et ça se creuse mais du dehors rien ne semble changé. C’est à l’intérieur que ça travaille. On n’y pense pas continûment, mais on sent toujours, de ce côté-là, la présence d’un risque. Ou d’un ailleurs

Il y a une trentaine d’années que l’écriture poétique travaille en moi de cette manière sans que j’aie jamais pu concevoir que ce pouvait être quelque chose comme cela. J’ai composé de manière occasionnelle et intermittente et n’ai jamais formé le projet de rassembler ces textes en un recueil. Du même coup, je ne me suis jamais senti poète à part entière.

Je ne peux donc que constater, après coup, la présence du phénomène persistant et discontinu. Contradictoire aussi parce que je compose de deux manières qui me sont également indispensables. Tout part d’une association ou d’une alliance de mots qui sonnent et résonnent et s’imposent en moi. Il me faut les dire et ils trouvent aussitôt une musique intérieure entêtante mais informe. Souvent la chose est devenue chanson à cause de la sollicitation de la vogue de la chanson corse depuis les années 1970. L’autre tendance-exigence, c’est la recherche, très consciente celle-là et de plus en plus pratiquée, d’une rupture. Une autre manière qui casse le rythme sans l’abolir tout à fait. Je suis conforté dans ma pratique par l’état où nous trouvons une langue qui, en littérature, tend d’ordinaire vers la rime et les mètres réguliers, et une rhétorique lexicale tenue pour poétique obligée. Je ne vous dis rien du charme que je trouve à l’entre-deux fait de respect et d’infraction au patrimoine. Un plaisir très intense, bien que je sois un peu confus d’établir ainsi mon écriture sur l’équilibre précaire des contraires.
27 novembre 2003
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDossier de presse
«L’empreinte carbone» traduit la marque laissée par les activités humaines dans l’atmosphère; l’arbre épongeant cette marque

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconManuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
«œuvre partagée» d’utilité publique comme une prédication conçue à l’origine pour être utilisée par les étudiants nigérians et non...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLa langue corse : un pari pour demain

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconMémoire présenté par Maxime legrand pour l’acquisition de

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconUne nouvelle de seize pages
«Porto-Vecchio» : Chef-lieu de canton, sur la côte orientale de la Corse. L’action se passe à trois heures de marche de la ville,...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconEcole de Girancourt
«l’enfance de Mammame» de danse contemporaine présenté par Scènes Vosges à la Rotonde de Thaon les Vosges. Projet faisant suite à...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDissertation sur l’inspiration poétique
«vates», un porte voix inspiré d’Apollon (Poebus). Le poète recueille, traduit, transmet

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLohann Bonfils est un jeune photographe amateur montpelliérain âgé...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconAu Mondial de l’Automobile de Paris, en 2006, Rolls-Royce Motor Cars...
«La rr4 a un air plus informel que les modèles Phantom et met davantage l’accent sur la conduite. Sur le plan du design, ceci se...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDe l'Utilité de la Flagellation dans la médecine et les plaisirs...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com