Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo







télécharger 454.05 Kb.
titreTraduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo
page5/8
date de publication21.10.2016
taille454.05 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Panetempu



è chì gestu inforna

in a bara di u pane

gesti ed altri gesti

à sciuppittapenseri

chì custì a vita si arricheta ?

Penciuleghja lu ghjornu

à rombu di e stonde

colte in punta di pala

è aspetta u levitu.

À strinte di mandile

vennari ci vinarà.

Pain-et-temps



Quel geste enfourne

dans la tombe du pain

tant et tant d’autres gestes

où la pensée crépite

si, là, la vie s’arrête ?

Le jour somnole

à force de secondes

recueillies du bout de la pelle

et attend le levain.

Tant de mouchoirs serrés

nous rendront vendredi.

Cordu



È mi ne stò cusì

cuntinente

tiratu è sticchitu

mutu chì ùn si pò dì

à l’arice di tè

alloch’è tù apri l’ochji

sopra à e mo distese

ferme cum’è un pensà

Tendu



Je reste ainsi,

continent

étendu, raide

muet autant qu’on puisse l’être,

au bord de toi,

jusqu’à ce que tu ouvres les yeux

sur mes plaines

fixes comme une idée.

Merezi



St’ora hè di sciloccu

e persiane sgrignate

indiscretamente

brusgia l’umule di u saccone

sempre un po’sticchitu

e lesine si infilzanu

à cosge brame mute

e to labre sò viaghji

è i sguardi marosuli

quandu pigliemu l’altu

è franchemu i merezi

La halte méridienne



C’est l’heure du sirocco,

des persiennes mi-closes

indiscrètement.

Le mou de la paillasse brûle,

toujours un peu raide,

dans les peaux s’enfilent des aiguilles

qui cousent les désirs muets,

tes lèvres sont des voyages

et tes regards des vagues

quand nous prenons le large

et franchissons la halte méridienne.

Pasquale Ottavi


(Ajaccio, 1956)
Professeur à l’IUFM de Corse, il est engagé dans la recherche en pédagogie, comme en littérature. Après avoir publié des poèmes et des nouvelles dans diverses revues d’expression corse, Rigiru, A pian d’Avretu et Bonanova et collaboré à des recueils collectifs de nouvelles Misteri da impennà (1989), Avviate (1996), Scunfini (1999), avant de les rassembler dans Un ghjornu ch’ellu vultarà (dit /CCU, 2003). Il a publié Rime à dirrimera (dit /CCU, 2001) récompensé en 2003 par le Prix du livre corse, un recueil composite dans lequel il essaie différentes tonalités qui vont de la comptine à la poésie lyrique.

Arte Puetica
A puesia, sigondu i Grechi, hè u fattu di fà, l’azzione, poiesis. U pueta ùn istà à cuntimplà chì s’ellu si lascia empie da i splindori è da e miserie di u mondu ch’ellu campa, tuttu què li ghjova da sprime cumu ellu u varca in lu pocu durà di vita cuscente chì li vene cuncessu. È u fà tene in issu fiatu di a penna, chì li scappa più cà ch’ellu li cresce. A puesia traduce dunque un raportu di l’omu à e cose, à a ghjente, à l’universu è à locu ind’ellu campa iss’universu. Quellu chì spuiteghja manieghja u stacciu : ci face falà u so vissutu è u so raportu à u spaziu tempu finamente à ottene u fiore più schiettu, in tutti i casi quellu ch’ellu vede più schiettu. Po dopu, da u impastà à u infurnà, sottu à i cantelli fumaticosi di a cultura vechja, à lume d’un pidicone di deda, si dà a tacca incerta di a criazione.

Parchè allora scrive in puesia ? Parchè chì ùn pò esse altrimente, chì u mezianu trà l’essare è u mondu hè u linguaghju è nantu à a tavula panaghja pastacciuli ùn si ne ghjetta chì Diu ne guardi à chì frumbula a pasta ! È u pueta mena a pasta di e parolle, e concia, e pesta, e spiana è po e volta po, manu à manu, da e so mane, virsiatu esce u puema : in lu pastone ùn ci hà sminticatu quelli pizzatelli cappiati nantu à a tavula, l’hà accolti tutti cù a conzula. Scrive in puesia mi pare à mè ch’ella sia campà stu momentu chì a polpa di e cose si mischia cun quella di u dì è di u scrive : cunnosce, risigundà issa spirienza diventa un bisognu, è s’aspetta in bocca di fornu, quantu à esse quelli zitelli liccataghji appressu à e fraghjature chì cucianu attempu à u pane, à posta par elli.

Parchè scrive puesia in corsu è micca in francese ? Soca hè cusì, una razza di bisognu carnale : di sente u muscu di a petra calda, quellu di a pasta savurita chì lampa e so sbuffulate muscante, po di ricurdassi a frizione di e mamme è di e minnanne. Poiesis : fà, è fà da corsu, ùn sarà in fatta fine, fà da cristianu, fà da omu ? È di pudè fà da omu, à mè ùn mi pare pussibbule senza falla da corsu. Saria allora chì a cursitù fussi una qualità soprana ? Innò, mancu appena, mi sentu cum’è l’altri, è da a banalità di a me cundizione parsunale di cristianu qualunque à a spirienza unica di u spuità, in qualvoglia sia u locu, eiu ci mettu a me lingua, cum’è d’altri ci mittaranu è ci anu messu a soia. È quessa à mè i pare più cà lecita, è par elli, è par mè.

29 di nuvembre 2003

Art Poétique
Selon les Grecs, la poésie est le faire, l’action, poiesis. Le poète ne s’adonne à la contemplation que pour mieux se laisser pénétrer par les splendeurs et les misères du monde dans lequel il vit, et tout cela lui sert à dire sa manière de traverser le peu de vie qui lui est accordé. Le faire tient dans ce souffle de la plume, qui lui échappe davantage qu’il ne monte en elle. La poésie traduit donc un rapport de l’homme aux choses, aux êtres, à l’univers et au lieu où s’enracine cet univers. Celui qui écrit de la poésie a dans les mains un tamis : il y fait tomber son vécu et son rapport à l’espace-temps jusqu’à obtenir la farine la plus pure, du moins celle qui lui paraît la plus pure. Ensuite, entre le moment où il pétrit et celui où il l’enfourne, sous les poutres enfumées d’une culture ancienne, il s’adonne, à la lumière d’une torche, à la tâche incertaine de la création.

Pourquoi alors écrire de la poésie ? Parce qu’il ne peut en être autrement, car le point de jonction entre l’être et le monde est le langage, et, sur la table à pain, on ne gaspille pas de restes de pâte – Dieu garde celui qui la jette –Et le poète frappe la pâte des mots, ils les pétrit, les écrase, les étale, les retourne, puis soudain, de ses mains, sort le poème : dans la boule il n’a pas oublié ces petits morceaux laissés sur la table, il les a tous ramassés avec la raclette. Ecrire de la poésie me semble vivre ce moment où la chair des choses se mêle à celle du dire et de l’écrire : connaître, risquer cette expérience devient un besoin, et l’on attend dans la bouche du four, comme ces enfants gourmands qui guettent les friandises qui cuisent en même temps que le pain, exprès pour eux.

Pourquoi écrire de la poésie en corse et pas en français ? Peut-être s’agit-il d’une sorte de besoin charnel, le besoin de respirer le parfum de la pierre chaude, celui de la délicieuse pâte qui envoie ses bouffées odorantes, besoin aussi de se souvenir de l’affection des mères et des grands-mères. Poiesis : faire, et faire en corse, ne serait-ce pas finalement faire en être humain, faire en homme ? Et pouvoir faire en homme me semble personnellement impossible si je ne le fais pas en corse. Cela voudrait-il dire que la corsitude fût une qualité supérieure ? Non, pas du tout, je me sens comme les autres, mais entre la banalité de ma condition personnelle d’être humain et l’expérience unique de la poésie, moi, quelque soit le lieu où je me trouve, je mets ma langue, comme d’autres y mettront et y ont mis la leur. Et cela me semble plus que licite, et pour eux, et pour moi. 29 novembre 2003

Ritruspechju
In u ritruspechju

In tagliu di strada

Pasce una mula

Un omu accantu

Placidu

Fideghja

A mula chì pasce

In tagliu di strada

In u ritruspechju

S’alluntananu

In u ritruspechju

A meza strada

Una vittura

A corpu in sù

Arretta...

Si và à vede

Un omu

À corpu in ghjò

Vita scassata

Torna è si parte

À meza strada

In u ritruspechju

Ad orlu di strada

In tinuta

Un omu

A matarellu

In manu

Mena

À murtalina

Un giuvanottu

Sanguineghja

Ad orlu di strada

In u ritruspechju

S’alluntananu

In u ritruspechju

A latu à a strada

Passa una vita

Più in là un omu

Svilitu

Fideghja

A vita chì scansa

À latu à a strada

In u ritruspechju

S’alluntananu...

Rétroviseur
Dans le rétroviseur

Sur le bord de la route

Broute une mule

Tout près un homme

Tranquille

Regarde

Paître la mule

Sur le bord de la route

Dans le rétroviseur

Ils s’éloignent

Dans le rétroviseur

Au milieu de la route

Une voiture

Renversée

Arrêt…

Pour voir

Un homme

A plat ventre

Une vie défoncée

Et l’on repart

Au milieu de la route

Dans le rétroviseur

Au bord de la route

En uniforme

Un homme

A coups

De matraque

Frappe

À mort

Un jeune homme

Saigne

Au bord de la route

Dans le rétroviseur

Ils s’éloignent

Dans le rétroviseur

Au bord de la route

Passe une vie

Plus loin un conducteur

Effrayé

La regarde

Qui s’écarte

Sur le bord de la route

Dans le rétroviseur

Ils s’éloignent…

L’orti
I mei l’orti

A filari sò posti

I so solchi

Innacquati à inchjostru

Ci crescenu i detti

Cum’è una selva

È lu ventu a sera

Azzeca a so fantasia.

In i mei l’orti

Ci si n’asconde ghjente

Quant’è e vittulelle,

Guasgi, di l’alba:

Dicenu ciò ch’elle anu in mente

È po caccianu

Fiori è frutti

Chì coglie

I pudete tutti...

Les jardins
Mes jardins

Plantés en lignes

Ses sillons

Arrosés d’encre

Les dits y poussent

Comme une forêt

Et le soir le vent

Berce leur fantaisie.

Dans mes jardins

Se cachent des gens

Comme les brindilles,

Ou presque, de l’aube :

Ils disent ce qu’ils ont dans la tête

Alors éclosent

Des fleurs des fruits,

Que tous

Vous pouvez cueillir…

A furianata
1.
In l’anima

Una crepa

Ci cola

A pena

À gocce pagne

Pianarellu

U so sgottu...

Da u sangue

À l’inchjostru

Si viota

La vena

È a penna

Corre

Prima ch’ellu caghji

U dulore
2.
Furiani

Trà noi

Culpiti è vaculi

U strascinu

Farrignu

Di u ricordu
3.
Furiani

Lasciaste ogni spiranza voi chì intriste

La furianade
1.
Dans l’âme

Une fissure

Tout doucement

A gouttes épaisses

La douleur

Filtre

Son écoulement…

Du sang

Dans l’encre

Se vide

La veine

Et la plume

Court

Avant que ne caille

La douleur
2.
Furiani

Entre nous

Frappés et vides

Le sillage

Ferrugineux

Du souvenir
3.
Furiani

Vous avez perdu tout espoir en entrant
Note : Le 5 mai 1992, l’effondrement des tribunes du stade de Furiani (Bastia), fit 17 morts et plus de 2340 blessés, venus pour assister à un match de football.

Lantivy
Tù, lu viale

Tuttu à palme,

Arrimbatu

À e tittelle mosse

(Culà

A Marin’ di i Sgisgi)

Di Tarraniu

Anticoriu

Un ghjornu

Quellu pittore

Ci caccede

U sicretu

Di a so arte

Stu rossu

Rincaldu

Di l’anima

Ma ùn cunnoscu

U to nome

Nustrale

Avà chì viaghju

In lu me attimpà

Ma ùn vole dì

È ti vacu addossu

Pianarellu

À via

Di quelli cipressi

Culà

Ver di quellu tramontu

Purpurinu

Lantivy
Toi, le boulevard

Bordé de palmiers

Adossé

A ces ardoises mouvantes

(Au loin

La Plage Saint-François

De la Méditerranée

Sans âge

Un jour

Ce peintre

Nous a volé

Le secret

De son art

Ce rouge

Qui réconforte

L’âme

Mais j’ignore

Ton nom

Dans notre langue

Au déclin de ma vie

Mais ça ne fait rien

Tu me portes

Sans hâte

Entre

Les cyprès

Là-bas

Vers le couchant

Pourpre.

Francescu-Micheli Durazzo

(Paris, 1956)
De fréquents voyages en Corse rythment l’enfance et l’adolescence jusqu’à la rupture qui le tient éloigné de l’île durant près de trente ans. Dans l’exil, l’écriture lui tient lieu de terre, tandis que parallèlement il se consacre à la traduction littéraire de langues romanes (catalan, corse, espagnol, français, galicien, italien, portugais … ).

Professeur de Première Supérieure à Angoulême, il est l’auteur de Finitarri (Albiana, 2002) dont la traduction française est Finisterres (La librairie bleue / Le Noroît, 1998).

Arti puetica
Certi cosi ci sò chè l’arti sola mi pari di pudè piddà si à coddu, è chì toccani à a rilazioni di corpu incù l’Altru sanu sanu, rilazioni à tempu intima è, macaru à drumbasciu, univarsali. Quisti quì i cosi , minacciati da u scorra sfaccindonu di u tempu, u scriva in puisia ci parmetti di annudà li in drintu à a lingua chì, quant’è u campà ch’idda dici, hè di tutti è di unu solu : iddi ci ghjunghjini da a zitiddina, ch’idda sii l’incrinatura abissali di u nascia induva t’ani da insità si i suffrimenta di l’ità, sii inveci sta parasia di i stundi d’itarnità, daziu bundaziosu di a zitiddina. Nienti altru chè univarsali assà, in fatta fini, ma capita chì, ind’è una aghja limitata, ogni ziteddu corsu veni inguantatu à tempu da dui starminati : u spaziu par u mari chì li volta l’ochja versu l’urizonti o a sarra chì i zinni si ni staccani in u celi lindu è puru, è u tempu chì lia u cristianu cun a storia, mai francata si in tuttu da u mitu. Chì ùn semu soli à goda issu incrociu, ni pudariani dà a prova parichji ghjenti di u Tarraniu, com’idda a moscia a puisia greca.

Inciuffatu, sbiduzzatu, scunvoltu in è da u scioppu di una lingua chì mi paria famiddara è frustera, frazuleghja, scaghja è minacciata, ma sgherbina sempri, aghju imparatu dopu, in a bacirula di a luntananza, spatriatu, ch’e ùn eru immurtali, è mi hè vinutu l’intima di scriva contru à a morti calchì puisia, senza primurà mi di fà opara. Ma u campà in puisia ùn hè micca par forza di fà opara di soia è dà una avvirsata à u vissutu, hè ancu è masimu u sparta. Parciò faciu u traduttori da un pezzu ind’è u spaziu miditarraniu, in varii lingui, da è in francesu, ma ancu contru à u francesu, vali à dì da cuntribuiscia à inturchjà lu, à apra lu ad altri versa, altri ritimi, altri embia à i volti stranieri assà.
30 di nuvembri 2003
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDossier de presse
«L’empreinte carbone» traduit la marque laissée par les activités humaines dans l’atmosphère; l’arbre épongeant cette marque

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconManuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
«œuvre partagée» d’utilité publique comme une prédication conçue à l’origine pour être utilisée par les étudiants nigérians et non...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLa langue corse : un pari pour demain

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconMémoire présenté par Maxime legrand pour l’acquisition de

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconUne nouvelle de seize pages
«Porto-Vecchio» : Chef-lieu de canton, sur la côte orientale de la Corse. L’action se passe à trois heures de marche de la ville,...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconEcole de Girancourt
«l’enfance de Mammame» de danse contemporaine présenté par Scènes Vosges à la Rotonde de Thaon les Vosges. Projet faisant suite à...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDissertation sur l’inspiration poétique
«vates», un porte voix inspiré d’Apollon (Poebus). Le poète recueille, traduit, transmet

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLohann Bonfils est un jeune photographe amateur montpelliérain âgé...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconAu Mondial de l’Automobile de Paris, en 2006, Rolls-Royce Motor Cars...
«La rr4 a un air plus informel que les modèles Phantom et met davantage l’accent sur la conduite. Sur le plan du design, ceci se...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDe l'Utilité de la Flagellation dans la médecine et les plaisirs...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com