Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo







télécharger 454.05 Kb.
titreTraduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo
page8/8
date de publication21.10.2016
taille454.05 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8

Barcelone
Aéroport de Barcelone…

J’étais en transit

Avec une barbe de trois jours

Et le cœur lourd.
Je n’ai pas vu les Ramblas,

Je n’en avais même pas envie.

J’étais assis et j’attendais

Des heures entières un avion en retard.
Il y eut cette femme belle et brune

Elle avait un manteau

A la main un chapeau

S’assit à côté de moi

Et me sourit.
Dans les aéroports j’ai toujours

Cette gueule de désespéré

Ces souliers aux pieds,

Et mon sac de cuir.

Une allure qui me ferait passer

– aux yeux d’une ignorante –

Pour un aventurier.
Je plais aux femmes

Dans les aéroports.
Etait-elle italienne ? Espagnole ?

Une latine en partance

Pour Vienne et l’Europe centrale.

En partance comme toutes ces femmes

Croisées entre deux avions

Toujours en partance.
Quelques mots, quelques sourires,

Pas le temps de savoir

Autre chose que le désir

Violent et fugitif

Qui devait passer

Une seconde intense

Dans ses yeux noirs

Et les miens sans couleur.
Sa bouche fut un appel.

Dans le film de cinq minutes

Qui se déroula dans nos têtes,

Mon corps dans le sien.
L’oubli de tout,

Nos vies entre parenthèse,

Le temps de recueillir

Cette histoire interdite.

A verità sìmplicia

Pà u pocu tempu à sparta

Pà l’eternità à vena

Senza pudella sprima.
S’arrizzeti è partisti

I so anchi lighjeri

Troscia è si sintia :

Un ùltimu surisu

Unu sguardu finali

Fù tutti i donni à tempu

Innanzi di spariscia

Trà un addiu è l’altru.

Le désir mis à nu

La simple vérité,

Rien qu’un instant à partager

L’éternité à venir

Sans pouvoir l’exprimer.
Elle se leva et je partis,

Ses jambes étaient légères,

On la sentait humide

Un ultime sourire,

Un dernier regard,

Et elle fut toutes les femmes en une

Avant de disparaître

Entre deux adieux.

I versi di u zòtticu
U zòtticu
Di u me tempu in darru à ricircà

A me piazza trà èssari sìmuli

Ritirgu paragona dubbitosi

È ira ammutulita
Di ‘ssi silenzii d’uratori ch’ùn nascisti mai

Mi ferma u bughju d’una loghja vechja

Dund’e’ pusaiu par inturcammi

Trà cumpagni da parlaccià
I matinati di i mossi sulenni

I fiari chì ci picciaiani a menti

I donni chì ci daiani vodda

U gherbu chì ci cridiamu

Ssa forza chì no vuliamu

Oghji mi sò pochi suspiri

Inalfanati di fatalità
T’aghju pocu sensu à codda in i stretti

Chì portani i me passi è impettu

Dumani sarà ciò ch’iddu sarà

E impettu in i ràdichi è chì pò fà ?
Eramu lioni oghji semu becca

Tirati da funi è lingua di fora

E zòtticu in tuttu di virsificà

À tutti i tempi u solu verbu essa

Pensu à l’andani antichi à circà

In darru una piazza trà quici è culà

Les vers de l’abruti
L’abruti
Du temps vainement passé à chercher

Ma place entre des êtres pareils à moi

Je retire des comparaisons douteuses

Et une colère muette
De ces silences d’orateur mort-né

Il me reste l’obscurité d’une vieille voûte

Où je m’asseyais pour me saouler

Avec des copains et dire n’importe quoi
Les matinées des départs solennels

Les flammes qui embrasaient l’esprit

Les femmes qui nous donnaient envie

La classe que nous croyions avoir

Cette force que nous voulions

Aujourd’hui se répandent en soupirs

Rageurs de fatalité
J’ai peu de sens à recueillir dans les rues

Qui portent mes pas et je trébuche

Peut importe de quoi sera fait demain

Je trébuche dans les racines et qu’est-ce que ça peut faire ?
De lions nous sommes devenus des boucs

Tirés par une corde tirant la langue

Et complètement abruti de faire rimer

A tous les temps le seul verbe être

Je pense aux anciennes errances à chercher

Vainement une place ici où là.

Dipindenza
Detimi unu Statu com’è una droga

Ch’e’ sia suttu à dipindenza

Sinu à ditistallu

Sinu à rocia di mè stessu
Detimi unu Statu com’è una sciringa

Ch’iddu mi sichi parfusioni

Chì ghje’ circhi di libarammi

Senza spiranza di sortani
Unu Statu da udià

Senza pudemmini passà.

Dépendance
Donnez-moi un Etat comme une drogue

Pour que je sois sous dépendance

Jusqu’à le détester

Jusqu’à vomir de moi-même
Donnez-moi un Etat comme une seringue

Qui soit pour moi une perfusion

Pour que je cherche à m’en libérer

Sans espoir d’en sortir
Un Etat à haïr

Sans pouvoir m’en passer.
Inchiesta ? mancu à pinsalla

T’aghju troppu ditrattori !

Avà poni calcicà

L’insembu di i me libra

I libra letti o cummissi

Ch’iddi sparini cinqui volti

Annantu à tutti sti libri !

M’aghju da penta sì ghje’ morgu ?

Nemancu, ùn credu micca…
Muraraghju pà un nienti

Ma nienti hè ghjà libartà

Innò ch’ùn sarà Granata

Ma sarà un bon principiu

Saraghju leccu quissa sì

Ma leccu è parturitu.
Ma nò, ùn sarà Granata

Sarà a fini, ancu assà

In un paesu senza nomu

Una fini senza gloria

Di un martiru di nienti

Ripinsaraghju forsa sì

A tanti notti d’amori

A notti di tradimenta

Po à i ghjochi di nanzi

Ghjucati ghjà cù i mani

Gudaraghju ghjustu un suffiu

Ed eccu saraghju mortu

A tencia contr’à u tighjatu

E, culmu di l’irunia

Mi mittarani cruci in pettu.
Nò ùn hè Fuente Vaqueros

E mai sarà Granata

A me lutta hè un nienti

E zòtticu più chè mai

U me sonniu compiu quì

E rientru in a granìtula.

L’enquête ? N’y pensez pas

J’ai trop de détracteurs

Maintenant ils peuvent piétiner

L’ensemble de mes livres

Les livres lus et commis

Qu’ils tirent cinq fois

Sur tous ces livres

M’en repentirai-je si je meurs ?

Non, je ne le crois même pas…
Je mourrai pour un rien

Mais rien c’est déjà être libre

Non ce ne sera pas Grenade

Mais ce sera un bon début

Je serai foutu, ça oui

Mais foutu et mis au monde.
Non, ce ne sera pas Grenade

Ce sera la fin, heureusement

Dans un pays sans nom

La fin sans gloire

D’un martyr de rien

Je repenserai peut-être, ça oui,

A toutes ces nuits d’amour

Aux nuits de trahisons

Et aux jeux d’autrefois

joués déjà avec les mains

Je jouirai juste d’un souffle

Et voilà, je serai mort

La gueule contre le trottoir

Et, comble de l’ironie

On me mettra une croix sur le ventre
Non, ce n’est pas Fuente Vaqueros

Ce ne sera jamais Grenade

Ma lutte est un rien

Et plus abruti que jamais

J’achève ainsi mon rêve

Et rentre dans la procession.

Bibliographie
On consultera pour les œuvres publiées entre 1835 et 1975, la section de la bibliographie de François Flori consacrée aux textes en langue corse chez Alain Piazzola, Ajaccio.
Ghjuvan-Francescu, Versi d’insù, n° de pages? éditeur? ville? année ? A bestemmia di Chjarasgiola, n° de pages? éditeur? ville? année ? Frisgettu n° de pages? éditeur? ville? année ?

 

ap. 1969

Marcu Ceccarelli, Scossi, 36 p., chez l’auteur.


1974

Catalina Lanfranchi-Beretti, L’alba Chiara, n° 1, 55 p., Impr. OCEP Coutances.


1975

Ghjuvan Ghjacumu Albertini, Rinforzu, 46 fol. n.c., Stamparia di u Palazzu Naziunale, Corte.

Roccu Multedo, Di fole in canzone, n° de pages? éditeur? ville?

Norbert Paganelli, A strada, a vulpi è u banditu (bilingue), 25 p. Maison Rhodanienne de Poésie, Ste-Geneviève-des Bois.

Ghjuvanteramu Rocchi, Stendu à sente i vostri cori, Scioglilingua è puesie, 21 p., ADECEC, Cervione.

Natale Rochiccioli, Favule scelte, 50 p., chez l’auteur, Ajaccio.


1976

Anghjulu Salducci, Ceppu d’albitru è baghi maturi, 100 p. Presses des éditions du dauphin, s. I.

1977

Paul Filippi, Canzone n° de pages? éditeur? ville?


1978

Saveriu Valentini, Corsica nazione hè (bilingue), 16 p., Cyrnos et Méditerranée, Ajaccio.


1979

Marcellu V. Acquaviva, Populu è rime, L'acqualogia, 280 p, M. Acquaviva editore, Lozzi.

Marcu Ceccarelli, Attrachjata, 60 p. chez Cyrnos, Nice.


1980

François Guarnieri, Storia Sartinesi ! (Borgu e Sant’Anna in’verra -Tempu Zitiddinu -L’arcu di Pampalona), 73 p., Imprimerie de la Somivac, Bastia.

Ghjuvanteramu Rocchi, U spannamente, 71 p., Accademia d’i vagabondi, Corbara.

Lucia Santucci, Sogni di dissegni, 8 poèmes accompagnés de 7 encres de chine de l’auteur, 16 p., Le Petit Bastiais, Bastia.


1981

Norbert Paganelli, A Petra ferta (bilingue), 37 p. Maison Rhodanienne de Poésie, Ste-Geneviève-des Bois.

Flavia Mazelin, I detti di Flavia, 37 p., chez l’auteur.


1982

Ghjacumu Biancarelli, Initiaux-Iniziali, 223 p., bilingue, La Marge, Ajaccio.

Amatu Leoni, Trè fogli di puisia, 16 p., sans éditeur, sans indication de la ville.

Petru Ghjuvanni Milanini, Contra focu, canti di pace, 64 p. La Marge, Ajaccio.

Collectif: Ghjuvanni petru Ristori, Ghjaseppu Quastana, Paulu Raffini : Poesie d’oghje

Ghjuvan Filippu Ristorcelli, Estru Muntagnolu, 39 pages, rééd. 1988, 1991, Edition St. Germain, Paris.


1983

Taviu Multedo, Pochi rimi, 84 p., La Marge, Ajaccio.


1985

Antone Celli, Versi sciolti, 20 p., éd. di u soli, Ajaccio.

Rinatu Coti, Par Viaghju, 140 p., Cismonte è pumonti, Nucariu.

Collectif : Ghjuvanni Petru Ristori, Ghjaseppu Quastana, Paulu Raffini : À rima rima.

Collectif : Cismonte, 1983-1985. n° de pages? éditeur? ville?

Anghjulu Salducci, U Spechju di u tempu (illustré par Armelle Mélin)

87 p. Le petit Bastiais, Bastia, 1985.

1986

Petru Vachet-Natali, Mi rallegru, ed. Benelli, Paris.

Collectif : revue Isule, Sittembre '84- N° 0, Sittembre '85 N° 1, Maghju '86, N° 2.


1987

Ghjacumu Fusina, E Sette Chjappelle, 205 p., poèmes et proses, Albiana, Ajaccio.


1988

Rinatu Coti, U Labirintu, 82 p., Cismonte é Pumonti, Nucariu.

Petrina Folco-Pasqualini, In Corsica : u passatu è u presente, 62 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Ghjuvan Petru Orliac, Fronde è pampana n° de pages? éditeur? ville?


1989

Ghjacumu Biancarelli, A tempara lli ghjorna è altri tituli, 230 p., La Marge, Ajaccio.

Marcu Ceccarelli, A veghja, istatini sminticati, 63 p., La Marge, Ajaccio.

Rinatu Coti, Aligria, 92 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Michele Federici, Fiori di San Petrone, 86 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Petrina Folco-Pasqualini, Ricordi, 65 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Ghjacumu Fusina, Cuntrapuntu, 111 p., illustrations de Peter Berger, La Marge, Ajaccio.

Petru Vachet-Natali, Sfiacculate (poèmes et proses) 78 p., Edition Sylphidia, Bastia.


1990

Ghjuliu Bernardini, Caru di mamma : dettu U Paghjellaiu Tavanincu, 70 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Saveriu Lucani, Pastone di Lacrime, di sangue è d’amore, 303 p., La Marge, Ajaccio. Collectif : C. Lanfranchi, M. Paoli, G.L. Rancelli, 62 p., Parulle d’oghje, La Marge, Ajaccio.

James Stuart, A mo sterpa, n° de pages? éditeur? ville?

Collectif de 42 poètes connus et inconnus, n°26 de la revue Rigiru : “Dì tù, o puè”.


1991

Ghjuvan Carlu (Honoré Catoni), Una cullana di sunnetti, 66 p., Corte.

Ghjuvan Stefanu Marchioni, Da Cateraghju a u monte d’Oru, 161 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Collectif : Scrittrice è poetesse, 66 p, Adecec, Cervioni.

Antone Celli, Puemi è imaghjini(voir poèmes et images) 102 p. Edition du soleil, Bocagnano.


1992

Anton Francescu Filippini, Flumen dei, (avec traduction en italien), 87 p., éd. Jean-Patrice Marzocchi, Bastia.

Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi, Forme è primure di a poesia d’oghje (anthologie à vocation didactique), 181 p., CRDP de Corse, Ajaccio.

Petru Leca, Vistighe, proses et poésies, 176 p., éd. Méditorial, Ajaccio, (Epuisé).

Norbert Paganelli, A fiara (bilingue) 33 p., Association Les amis du Sartenais, Paris.


1993

Anghjulu Orati, E strade di l’altore, 48 p., éd. Jean-Patrice Marzocchi, Bastia.

Collectif : Parulle di donne, 119 p., CCU, Corti.

Collectifs : Paulu Zarzelli, Maria Antoni Salini, Domenica Foata : Volta è gira in poesia,134 p, CRDP Corsica, Ajaccio.


1994

Dumenicu Tognotti, In paradisu (bilingue), sur des tableaux de Toni Casalonga, 42 p., Albiana, Levie, 1994.

Collectif : Associu Fistivali di u Valincu, 1994, Ceccè Lanfranchi, Ghjuvan' Palleddu Codaccioni, Stefanu Codaccioni, Francescu Ferrera, Da l’immersu à l’eternu (Puesie è ritratti) 140 p., Pondicherry.

Natale Rochiccioli, Favule, 65 p., éd. Cyrnos et Méditerranée, Ajaccio.


1995

Collectif : P. Gattaceca, L. Santucci, G. Biancarelli, A. di Meglio, G.G. Franchi, G. Fusina, G.T. Rocchi, G. Thiers, D’oghje sì d’odiu nò, 103 p., coll. “E cunchiglie”, Albiana, Ajaccio.

Collectif, n° 19 de la revue A pian d’Avretu, Literatura d’oghji, 40 p., Porto-Vecchio.


1996

Ghjacumu Fusina, Versu cantarecciu, 129 p., coll. “E cunchiglie”, Albiana, Ajaccio.

Patrizia Gattaceca, L’arcubalenu, 57 p., coll. “E cunchiglie”, Albiana, Ajaccio.

James Stuart, L’estru naturale, édité à Bastia, par l'association des auteurs autoédités.


1997

Rinatu Coltelloni, Sumeri nuttambuli in Bastia !, 14 proses et 26 poésies, 140 p., chez l’auteur, Oletta.

Ghjuvan Ghjaseppiu Franchi, Canzone di ciò chì passa (33 poèmes commentés avec traduction littérale), 168 p., CRDP de Corse, Ajaccio.

Anghjulu Orati, A passi di muvra, 48 p., éd. Jean-Patrice Marzocchi, Bastia.


1998

Petru Leca, Primure (recueil multilingue, corse, français, italien), 128 p., éd., Mediterranea, Borgo.

Collectif : A messagera, 64 p., Albiana, Ajaccio


1999

Marcu Biancarelli, Viaghju in Vivaldia, 175 p., Le Signet, Corte.

Anghjulu Orati, Isula madre, 64 p., éd. Jean-Patrice Marzocchi, Bastia.

Ghjacumu Thiers, dossier et choix de poèmes bilingues d’A. di Meglio, G. Fusina, G. Thiers, P. Gattaceca et F. Carlotti : La poésie Corse, “Une poésie entre oral et écrit”, pp. 106 à 116, in Poésie 99, n°78 / juin, Paris.

Collectif (dir. et préfacé par Ghj. Thiers), Da un'isula à l'altra, puesie di l'Isule Baleare, di Corsica è di Sardegna, 175 p., CCU-BU, Corte.


2000

Patrizia Gattaceca, A paglia è u focu / La paille et le feu, 93 p., bilingue : trad. Francis Lalanne, coll. Architecture du verbe, Les Belles lettres, Paris.

Anghjulu Francescu Simeoni, Passione meie, 60 p., chez l’auteur.


2001

Ceccé Lanfranchi, A via d’ochji, 82 p., coll. “Veranu di i pueti”, Albiana / CCU, Ajaccio.

Pasquale Ottavi, Rime à dirrimera, 92 p., coll. “Veranu di i pueti”, Albiana / CCU, Ajaccio.


2002

Marcu Biancarelli, Parichji dimonia, 118 p., coll. “E cunchiglie”, Albiana, Ajaccio.

Francescu Micheli Durazzo, Finitarri, 54 p., coll. “E cunchiglie”, Albiana, Ajaccio.

Sonia Moretti, Discrittura, 112 p., coll. “Veranu di i pueti”, Albiana / CCU, Ajaccio.

Lisandru Muzy, I Sonnia Agaresi, p. Matina Latina edizioni / Le Journal de la Corse, Ajaccio.

Iviu Pasquali, Paghjelle è puesie di Castagniccia, 137 p., Cismonte è Pumonti, Nucariu.

Collectif : P. Gattaceca, G. Begnini, M. Casanova, M. Ventura, D. Foata, S. Pergola, S. Moretti, A. di Meglio, Aliti, scontri puetichi, 95 p., coll. “Veranu di i pueti”, Albiana / CCU, Ajaccio.


2003

Marcellu V. Acquaviva, Lune, 175 p., Sammarcelli, Biguglia.

Stefanu Cesari, Mimoria di a notti, 87 p., coll. “E cunchiglie”, Albiana, Ajaccio.

Ghjuvan Petru Ristori, Da a ripa ventosa, 357 p., Sammarcelli, Biguglia.


2004

Ghjacumu Biancarelli, Pustiati – Scritti paiani, siguitatu da Ancia notturni, 102 p., Albiana, Ajaccio.

Alanu di Meglio, Migraturi, 102 p., Albiana, Ajaccio.

Petru Vachet-Natali, Fuletti (Opere da 1981 à 2004), pr. di Roccu Multedo, Sylphidia, Bastia.


à paraître

Ghjacumu Thiers, L’arretta bianca.

Ghjacumu Thiers, Frolle.

 
Sur la poésie corse :

 

Ghjacumu Fusina, “La poésie corse”, dossier bilingue, in Traces, 40 p., Le Pallet, 1980.

Ghjacumu Fusina, “Quelques réflexions sur l’évolution des rapports entre chanson et poésie : problématique générale appliquée au domaine corse”, in Terre corse, p. 106-107, Ajaccio, 1981.

Ghjacumu Thiers (dir.), “Ghjurnate di a poesia”, atti di a ghjurnata fatta u 29 di aprile in Corti à u Palazzu Naziunale, 61 p., Le Petit Bastiais, Bastia, 1983.

Ghjacumu Fusina, “E primure di a spressione oghjinca in puesia corsa”, in Cuntrasti n°7, p. 105-147, La Marge, Ajaccio, 1987.

Ghjacumu Fusina, “Les nouveaux engagements de la poésie et de la chanson corses : l’ouverture à l’autre” in Cuntrasti, n°8, pp. 105-114, La Marge, Ajaccio, 1989.

Antoine Ottavi, “La poesia corsa oggi”, suivi de Antologia della poesia corsa, poesie di G. Biancarelli, G.G. Franchi, G. Fusina, D.A. Geronimi, P. Ottavi, G.T. Rocchi, L. Santucci, G. Thiers in Resine, quaderni liguri di cultura, n° 45, pp.7-48, 1990, Savona (Italie).

Ghjacumu Fusina, “La poesia corsa”, Erbafoglio, n°16, pp.40-54, Cagliari,1995

Ghjacumu Fusina, “Peuples et poésie-La poésie corse” in A Messagera, pp. 29-34, Albiana, Ajaccio, 1998.

Ghjacumu Fusina, “Une poétique de l’identitaire”, in Le Mémorial des Corses, pp. 403-414, Albiana, Ajaccio, 1999.

Ghjacumu Thiers, “La poésie Corse, Une poésie entre oral et écrit”, pp. 106-109, in Poésie 99, n°78 / juin, Paris, 1999.

1 Le clivage nord-sud se trouve reflété par les poètes représentés dans cette anthologie, sans qu’à aucun moment, le choix des poèmes n’ait été guidé par le souci de représenter de manière équilibrée les différentes variétés du corse, aux dépens de la qualité. Pour le nord et le centre, Fusina, Gattaceca, Santucci et Thiers représentent la variété du nord-est de l’île (Cismonte), Franchi, Geronimi et Ottavi la variété du centre-ouest (Pumonte), tandis que les Biancarelli (ruchisgianu), Coti (talavesi), Di Meglio (bunifazincu) et Durazzo (sartinesi) représentent les différentes variétés du sud (Pumonti). L’orthographe adoptée par l’ensemble des auteurs est, à quelques nuances près, celle d’Intricciate è Cambiarine (1971) de P. Marchetti et D. Geronimi.

2 La traduction du titre constitue une véritable difficulté : même si dès le premier paragraphe, rigiru prend son sens etymologique de “retour”, il faut aussi entendre par rigiru : le caractère, la manière d’être et les ressources propres à l’être, c’est-à-dire la tournure d’esprit en même temps que le tournemain, sans exclure toute la dimension métaphysique que suggèrent la notion de cercle et l’idée de circularité connotées par l’étymologie de ce terme.
1   2   3   4   5   6   7   8

similaire:

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDossier de presse
«L’empreinte carbone» traduit la marque laissée par les activités humaines dans l’atmosphère; l’arbre épongeant cette marque

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconManuel traduit et mis gratuitement à disposition du public par l’auteur sur le site
«œuvre partagée» d’utilité publique comme une prédication conçue à l’origine pour être utilisée par les étudiants nigérians et non...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLa langue corse : un pari pour demain

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconMémoire présenté par Maxime legrand pour l’acquisition de

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconUne nouvelle de seize pages
«Porto-Vecchio» : Chef-lieu de canton, sur la côte orientale de la Corse. L’action se passe à trois heures de marche de la ville,...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconEcole de Girancourt
«l’enfance de Mammame» de danse contemporaine présenté par Scènes Vosges à la Rotonde de Thaon les Vosges. Projet faisant suite à...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDissertation sur l’inspiration poétique
«vates», un porte voix inspiré d’Apollon (Poebus). Le poète recueille, traduit, transmet

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconLohann Bonfils est un jeune photographe amateur montpelliérain âgé...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconAu Mondial de l’Automobile de Paris, en 2006, Rolls-Royce Motor Cars...
«La rr4 a un air plus informel que les modèles Phantom et met davantage l’accent sur la conduite. Sur le plan du design, ceci se...

Traduit du corse et présenté par Francescu-Micheli Durazzo iconDe l'Utilité de la Flagellation dans la médecine et les plaisirs...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com