I la musique populaire et son contexte 1960-1970







télécharger 117.5 Kb.
titreI la musique populaire et son contexte 1960-1970
page2/3
date de publication16.12.2016
taille117.5 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3

B - Les membres

* Les 5 membres de Pink Floyd sont : Syd Barrett (1946-2006, guitare, écarté du groupe en 1968 à cause de sa surconsommation de drogue), Roger Waters (basse, 1943) David Gilmour (guitare et chant, 1946), Nick Mason (batterie, 1944), Richard Wright (claviers, 1943-2008). Ils sont issus de bonnes familles et le noyau du groupe s'est rencontré en école d'architecture.

* Le nom du groupe : Pink + Floyd = Pink Floyd. Le choix de ce nom est dû à Syd Barrett qui eut l'idée de joindre les prénoms de deux bluesmen qu'il admirait : Pink Anderson (1901-1974) et Floyd Council (1911-1976).
* Nick Mason a résumé l'évolution du groupe avec humour: «À bord du Floyd, j'étais sous les ordres de capitaines exigeants et parfois intransigeants. Le premier fut le dingue capitaine Syd Barrett. Ses yeux brillants d'histoires de trésor et de visions étranges ont failli nous mener à la catastrophe, jusqu'à ce que la mutinerie nous pousse sous le commandement du cruel Roger Waters... Un peu plus tard, Roger allait s'infliger le supplice de la planche et se faire remplacer par le matelot deuxième classe David Gilmour. Je me suis maintenu au poste de cuisinier du navire»




Formation classique du groupe avec (de g à d)

Roger Waters, Richard Wright, Nick Mason et David Gilmour vers 1972



Richard Wright, David Gilmour, Nick Mason et Roger Waters. Début années 70



David Gilmour, Roger Waters, Nick Mason et Richard Wright lors d’une

apparition très remarquée et très rare (la dernière) à un concert de charité à Londres le 2 juillet2005




David Gilmour vers 1973 (gauche) et vers 2008 (droite) affublé de la célèbre poppy (coquelicot en papier qui se porte tous les ans aux alentours du 11 novembre, en signe de donation en faveur des soldats britanniques morts au combat)

B - Discographie et évolution de leur style









The piper at the gates of dawn (1967)


A saucerful of secrets (1968)


More (1969)








Ummagumma (1969)


Atom Heart Mother (1970)


Meddle (1971)








Obscured by clouds (1971)


Dark side of the moon (1973)

Wish you were here (1975)








Wish you were here (1975)


Animals (1977)


The Wall (1979)








The final cut (1983)

A momentary lapse of reason (1987)

The division bell (1994)


Le premier album, The piper at the gates of dawn (1967) contemporain de l’album Sergent Pepper’s lonely hearts club band des Beatles, est dominé par la personnalité de Syd Barrett qui compose quasiment tous les titres. Il voit déjà surgir deux morceaux aux accents progressifs: longs délires, teintés d’ambiances psychédéliques, très éloignés du format de la chanson traditionnelle: Astronomy Domine et surtout Interstellar overdrive sont de véritables moments de folie, leurs longues digressions improvisées signent le véritable avant-gardisme du groupe, tout en contraste avec les chansons courtes et humoristiques du style de Barrett (The gnome, Bike..)

Dans le 2e album, A saucerful of secrets (1968), Syd Barrett est définitivement écarté du groupe. on retrouve encore davantage de plages délirantes et planantes comme les excellents A saucerful of secrets et surtout Set the controls for the heart of the sun (promis à de nombreuses reprises dans les concerts futurs, et dans le Live à Pompei).
Atom Heart Mother sort en 1970, comme 5e album et constitue davantage une transition, une expérience provisoire pour un groupe qui se cherche encore. La période véritablement «classique» du groupe démarre en 1973 avec le succès planétaire de Dark side of the moon, jusqu’à The wall. Après ce dernier album, les tensions au sein du groupe et la fin de la vague progressive verront le groupe décliner.



The Australian Pink Floyd show (cover band) insiste sur la restauration

des effets de lumières tels qu’ils étaient à l’origine dans les concerts de Pink Floyd
IV - Atom Heart Mother: Présentation et analyse
* L’album Atom Heart Mother sort en 1970 entre l'héritage pop des Beatles et le sommet en mars 1973, avec l'album The Dark Side of the Moon qui est un des albums les plus vendus au monde. Il sort en pleine naissance du genre du rock progressif.
* Son titre provient de la lecture d’un article de journal où il était question de la première femme enceinte équipée d’un cœur à pile atomique.
* La première face du vinyle comporte le morceau portant le nom de l’album, la 2e face quelques chansons courtes très différentes: If, Summer 68, Fat old sun et l’expérimental et curieux Alan’s psychedelic breakfast constitué de collages divers de bruits de petit-déjeuner.
* La base du morceau a été faite par Roger Waters et Nick Mason et s’appelait à l’origine The amazing pudding, qui montre que, tel ce gâteau savoureux typiquement britannique constitué d’un mélange improbable de divers ingrédients, le morceau était constitué d’un tas d’éléments hétéroclites. «Cet album était un patchwork confus» dit David Gilmour. Une œuvre hybride, composée de parties de style très différent et sans véritable lien entre elles.
* Comme à son habitude le groupe fait d’abord tourner ce morceau en concert (notamment à Paris au Théâtre des Champs-Elysées le 23 janvier 1970) afin de le mûrir et l’enregistre après, en juin 1970 sous son véritable nom d’Atom Heart Mother
* Roger Waters fit appel au compositeur écossais Ron Gessin (1943), pour y apporter une orchestration originale: un ensemble de cuivres de 10 instruments (3 trompettes, 3 trombones, 3 cors, un tuba), un violoncelle solo, un dispositif électronique, trois solistes femmes et un chœur mixte de 20 chanteurs, en plus de l’orchestre rock traditionnel (guitare, basse, batterie, claviers). Ron Geesin travaille à partir d’une cassette du matériau de base. La séance d’enregistrement est dans un premier temps dirigée par Ron Geesin, mais dépassé par la tâche, dut laisser le chef de chœurs John Alldis terminer le travail.

Ron Geesin à une époque, et à une autre…




Trompette, Trombone, Cor et Tuba: les cuivres employés dans Atom Heart Mother

* L'œuvre est emblématique du rock progressif par sa durée (près de 25 minutes), sa composition en plusieurs parties, son orchestration recherchée et raffinée, ses différentes parties aux climats très variables.
* Des liens avec la musique savante classique:

- une orchestration très travaillée

- Un caractère proche d’un mouvement de symphonie romantique (héroïsme des thèmes avec cuivres dans le début d’Atom Heart Mother et du thème du dernier mouvement de la Symphonie n°9 dite «du nouveau monde» de Dvorak (1841-1904) en héritage des effets grandioses du romantisme

- Une structure complexe avec de nombreuses sous-parties et deux thèmes principaux
* Influence de la musique concrète (hennissements, galopades, explosions et démarrage de moto) ainsi que celle des collages sonores (notamment dans la partie «réminiscences diverses », voir tableau plus bas


Courbe de volume générale de toute la pièce

ATOM HEART MOTHER - structure générale (Source E.Michon)

EXPOSITION

SECTIONS CENTRALES

REEXPOSITION


Introduction


Thème A


Thème B


C


D


A’


E


Intro


Thème A


Thème B


Coda sur A


Father’s shout


Breast Milky


Mother fore


Funky Dung


Mind your throats please

Remergence:
Father’s shout, Brest milky et Coda



Orgue, cuivres et percussions


Cuivres et orchestre rock


Violoncelle solo et orgue, Guitare solo et orchestre rock


C1

Solistes femmes


C2

Solistes et choeurs


C3

Solistes, chœurs et orchestre rock


Orchestre rock


Cuivres et orchestre rock


Sons électroniques, bruits


Réminiscences

diverses



Cuivres et orchestre rock


Violoncelle solo et orgue, Guitare solo et orchestre rock


Tutti orchestral et final

Pas de tonalité définie

Mi mineur

Mi mineur (très modulant)

Mi mineur (la mineur)

Sol mineur

Mi mineur

Pas de tonalité définie

Mi mineur

Mi mineur (très modulant)

Mi mineur
I - FATHER’S SHOUT «Le cri du père»

* D’une introduction partant d’un son grave (un mi) émergent des cuivres aux motifs dissonants dans un climat confus.

* Puis vient le grand thème cuivré. Bâti sur une carrure de 4 mesures, il est tonal (mi mineur), majestueux, héroïque. Si la grille existait déjà dans la version Amazing pudding, c’est Ron Geesin qui composa le thème.

* Des bruitages divers (explosions, hennissements, moto), marquant l’influence de la musique concrète (Pierre Henry) sur fond de lignes de cors confus réintroduisent à nouveau le grand thème cuivré une 2e fois, plus richement contrepointé que la première fois. On entend ce motif chromatique à la trompette qui existait dans Amazing pudding, donné à l’origine en boucle au clavier.



II - BREAST MILKY «Sein laiteux»
* Tout comme le grand thème cuivré de Father’s shout, le thème de la partie Breast Milky est composé par Ron Geesin sur une grille d’accord préexistante, déjà composée par les Floyds. Dans un climat plus calme et plus intimiste que la partie précédente, bâti lui aussi sur une carrure de 8 mesures, il est entendu la première fois par le violoncelle solo, accompagné par des arpèges de clavier:





* La suite d’accord est très déroutante: si mi mineur est la tonalité de début et de fin, le passage central est très modulant, à des tonalités très éloignées (sol# mineur, mib majeur…). On retrouvera plus tard ce principe d’accords très modulants dans The great gig in the sky de l’album Dark side of the moon.
* Cette grille est répétée 5 fois avec une orchestration qui s’enrichit à chaque fois

1) Violoncelle solo et arpèges brisés du clavier

2) Violoncelle solo 2e fois avec batterie et arpèges continus et rapides du clavier

3) Solo guitare avec slides «hawaiens» (utilisation du bottleneck)

4) Solo guitare dans l’aigu, de plus en plus passionné sur fond de cuivres

5) Idem à 4) plus chœurs

* La guitare électrique utilise les techniques standard et éprouvées des solos de guitare de rock:

- Bends: Cela consiste à modifier la hauteur d’une note en tordant la corde vers le haut ou vers le bas par le doigt de la main du manche qui la pince. Plus la corde est tordue plus la hauteur de note change.

- Vibrato: Un petit levier équipe certaines guitares qui permet de tendre plus ou moins les cordes à la vitesse voulue créant un effet de vibrato ou trémolo

- Slides: (to slide: glisser) Effet de jeu visant à modifier la hauteur de la note obtenue en glissant le doigt, ici avec un bottleneck, image ci-contre) le long de la corde.

Bottleneck

1   2   3

similaire:

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconAmener l’élève à situer l’œuvre dans son contexte politique. Dégager...

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 icon1965 IL vient habiter à Moscou 1965-1970
«Expo 88» à Prague, Tchécoslovaquie. Sur la pochette IL fait apparaître son thème de l’Arc-en-ciel

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconClaire Fontaine est un collectif qui a été fondé en 2004 et vit à...

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 icon«La poésie au miroir de la musique»
«sauté le pas», imaginant avec un compositeur une œuvre aux frontières de la parole et du chant, du langage et du son, de la poésie...

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconPartie 1 : analyse commerciale et structuree de l’unite commerciale dans son contexte local

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 icon*Denotes teacher favorite
Originaire de Rio de Janeiro, la chanteuse Bïa a choisi de vivre à Montréal parce qu’elle juge que c’est l’endroit idéal pour élever...

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconLes ambitions du festival de wallonie la musique à la rencontre de son public
«Brundibar») et au Saxophone (2014 était l’année de célébration du bicentenaire de la naissance d’Adolphe Sax)…

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconNée le 30 novembre 1960 à Oxford (g-b)
«Zwischenprüfung» en philosophie et littérature comparée, Université Libre de Berlin

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconBorn in Chatam, Ontario in 1970. He works and lives in Quebec city

I la musique populaire et son contexte 1960-1970 iconI. Ontologie de la musique
«chant», pour désigner et répertorier certaines catégories de chants, mais le mot «musique» n’existe pas, pas plus que ceux de mélodie...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com