Veille media







télécharger 451.88 Kb.
titreVeille media
page7/20
date de publication19.10.2016
taille451.88 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   20

BELGIQUE



Une délégation d’Assyriens rencontre des parlementaires européens

mercredi 20 juin 2007, Stéphane/armenews

La conférence sur le génocide assyrien qui s’est tenue le 26 mars 2007 au parlement européen commence à avoir des répercussions positives.

Le 14 juin une délégation du centre de Seyfo, qui étudie le génocide des Assyriens par les Turcs durant la première guerre mondiale aussi bien que d’autres génocides, est revenue à Bruxelles pour y rencontrer divers parlementaires afin de discuter de la question assyrienne en Irak et de la façon de faire avancer la question de Seyfo (le génocide assyrien de 1915) au Parlement européen. La délégation a rencontré le Président de la CSU au Parlement, M. Markus Ferber et Eva-Britt Svensson, GUE/INGL.

Mme. Svensson et M. Ferber ont suggéré la formation d’une commission d’historiens afin de compiler toutes les informations sur le génocide de 1915. La résolution de l’Union Européenne au sujet du Génocide arménien ne mentionne aucune autre minorité ethnique, comme les Grecs et des Assyriens. Le centre de Seyfo a indiquer qu’il continuera à faire pression sur le Parlement européen afin qu’il inclut les Assyriens et les Grecs dans toutes les futures résolutions concernant le Génocide de 1915.

http://armenews.com/article.php3?id_article=32756

-----------------------------------------------------------

Pression turque sur un eurodéputé

Gérald Papy.

Mis en ligne le 30/03/2007
- - - - - - - - - - -

Markus Ferber a été invité par l'ambassadeur turc auprès de l'UE à ne pas participer à une conférence sur le génocide assyrien.


Les autorités turques tentent de vanter, à Ankara ou à Van, leur ouverture présumée à l'égard des minorités religieuses. Mais elles n'en continuent pas moins, à Bruxelles ou ailleurs, à essayer de brider la liberté d'expression sur le passé de l'Empire ottoman. Le lundi 26 mars, "Seyfo", une organisation qui lutte pour la reconnaissance du génocide des Assyriens en Turquie, a organisé une conférence de presse au Parlement européen, en collaboration avec l'eurodéputée suédoise Eva-Britt Svensson, membre du Groupe confédéral de la Gauche unitaire - Gauche verte nordique (GUE/NGL). Les Assyriens constituent une autre communauté chrétienne que les Arméniens, dont des membres ont également été la cible des massacres de 1914.

Etait également convié à cette conférence Markus Ferber, eurodéputé allemand de la CSU et membre du groupe du Parti populaire européen. Le 22 mars, celui-ci a reçu une lettre de l'ambassadeur turc auprès de l'Union européenne, Volkan Bozkir, dans laquelle il déclare espérer que, "soucieux de votre position objective au Parlement, [...] vous (Markus Ferber) ne permettrez pas que cette conférence se déroule avec des visées aussi mal intentionnées et avec autant de préjugés". Et l'ambassadeur de décréter que "le Parlement européen n'est pas une cour pour juger l'histoire et ne devrait pas être une tribune pour déformer les réalités".

http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=83&art_id=340414

ARMENIE / AZERBAIDJAN


Discorde des rabbins : le rabbin d’Arménie fustige le rabbin d’Azerbaïdjan

Info Collectif VAN - www.collectifvan.org - Le Collectif VAN vous soumet la traduction de l'éditorial de Harut Sassounian paru en anglais dans The California Courier du 21 juin 2007.

De : Harut Sassounian
The California Courier
21 juin 2007

À la demande du gouvernement turc, le Grand Rabbin de Turquie et les leaders juifs d’Istanbul font périodiquement des déclarations publiques s’opposant à la reconnaissance du génocide arménien par la communauté internationale. Similairement, lors de leurs fréquentes visites aux États-Unis, les officiels turcs demandent que les organisations américano-juives fassent également des déclarations anti arméniennes.
Les dirigeants de l’Azerbaïdjan, qui miment aveuglément la position turque sur de très nombreuses questions, s’opposent de façon routinière à la reconnaissance internationale du génocide arménien, bien que personne n’accuse les Azéris d’avoir joué un rôle dans ce crime. Tout en déclarant par cette supposition raciste que “Les juifs contrôlent le monde,” les officiels Azéris, tout comme leurs homologues turcs, se donnent un mal fou pour se gagner “le lobby juif” dans l’espoir d’utiliser les juifs pour contrecarrer les revendications arméniennes.

Ces dernières années, Meir Bruk, le Grand Rabbin de la communauté Ashkénaze d’Azerbaïdjan, marchant sur les pas du Grand Rabbin d’Istanbul, a fait plusieurs déclarations anti-arméniennes, la dernière en date ayant été largement mise en évidence dans le journal Azéri Zerkalo, le 12 juin.
Le journal a cité le Rabbin Bruk qui a dit que “L’Arménie est spirituellement et économiquement faible, parce qu’elle manque de tolérance.” Il a loué Heydar Aliyev, l’ancien Président despotique de l’Azerbaïdjan, comme “un modèle de tolérance”. Le rabbin a prétendu qu’il ne restait que 200 juifs en Arménie, en raison de l’intolérance arménienne envers les juifs. Il a exhorté les Arméniens à rendre le Karabakh à l’Azerbaïdjan et il a fait cette promesse grotesque, que la diaspora juive “qui est aux commandes de manettes importantes tant politiques qu’économiques dans le monde,” viendrait en aide à l’Azerbaïdjan. Il a de plus déclaré que les intérêts du “lobby juif” et ceux de l’Azerbaïdjan coïncidaient.

De façon intéressante, la première objection à ces remarques anti-arméniennes est venue des leaders juifs d’Arménie. Le 16 juin, Gersh-Meir Burshtein, Grand Rabbin d’Arménie, Rimma Varzhapetian, Directrice de la Communauté Juive d’Arménie, et Willy Weiner, Président du Centre Culturel Menorah, ont fait paraître une lettre ouverte critiquant en des termes des plus virulents la déclaration du Rabbin d’Azerbaïdjan.
Les leaders juifs d’Arménie ont accusé le Rabbin Bruk d’avoir une connaissance limitée des sujets dont il parlait, y compris sur la situation des juifs en Arménie. Ils se sont aussi demandés si le Grand Rabbin d’Azerbaïdjan avait été soudoyé par les autorités azéries pour faire de telles déclarations.
Ils ont blâmé le Rabbin Bruk d’ignorer que Heydar Aliyev, le soi-disant "modèle de tolérance," avait fait tout ce qu’il était possible de faire pour obliger les minorités d’Azerbaïdjan, y compris les juifs à un moindre degré, soit à s’assimiler soit à quitter le pays. Ils ont pressé le Rabbin Bruk à comparer le nombre de juifs vivant actuellement en Azerbaïdjan et le nombre de ceux qui y vivaient il y a un siècle. En outre, ils ont contesté le chiffre fourni par le Rabbin Bruk, de 200 juifs qui vivraient en Arménie actuellement, en lui faisant remarquer qu’il existe quatre centres, religieux, communautaire et culturel juif et une synagogue en activité, ce que le Rabbin d’Azerbaïdjan aurait dû savoir.
Les leaders juifs d’Arménie ont également remis en cause le jugement du Rabbin Bruk appelant à la restitution du Karabakh (Artsakh) à l’Azerbaïdjan, qui mènerait à l’élimination de sa population arménienne, comme cela s’est passé au Nakhitchevan.

Le Rabbin Burshtein, Mme Varzhapetian et M. Weiner ont également accusé Ilham Aliyev, l’actuel Président de l’Azerbaïdjan, de poursuivre la politique d’intolérance de son père, qui s’est illustrée par le meurtre vicieux d’un lieutenant arménien, meurtre commis par un officier azéri lors d’un entraînement conjoint en Hongrie. Le tueur a été acclamé comme un héros national en Azerbaïdjan.

Les leaders juifs d’Arménie ont de plus affirmé que même lors de la plus dure période soviétique, il n’y avait pratiquement pas d’antisémitisme en Arménie, contrairement à l’Azerbaïdjan. Ils ont également conseillé au Rabbin Bruk de ne pas exacerber des relations déjà suffisamment compliquées entre les deux Etats voisins et “de ne pas être une marionnette aux mains de certains leaders politiques et financiers.”

Les leaders juifs ont conclu leur lettre en exprimant leur indignation face aux déclarations du Rabbin Bruk, et ils ont déclaré que ses mots ne pouvaient que provoquer davantage d’hostilité entre les deux nations. Ils ont exprimé l’espoir que les déclarations du Rabbin Bruk “recevraient une condamnation et un jugement appropriés.”

Il existe une différence notoire entre les déclarations des rabbins d’Arménie et d’Azerbaïdjan. Si le Grand Rabbin de Bakou semble vouloir délibérément s’attirer les bonnes grâces du régime oligarchique de l’Azerbaïdjan, les leaders juifs d’Érevan ne subissent aucune pression et ne reçoivent aucun ordre des autorités arméniennes. Le fait que le Rabbin Burshtein et ses compatriotes les leaders juifs aient émis une déclaration dans les quatre jours qui ont suivi la parution du discours de Rabbin Bruk dans les journaux azéris, montre bien que les officiels arméniens n’ont eu ni le temps ni le désir d’orchestrer une telle déclaration.

Alors que cet article allait être imprimé, j’ai reçu un appel du Rabbin Avraham Berkowitz, Directeur exécutif de la Fédération des Communautés Juives de la CEI (ex Républiques Soviétiques) qui était de passage à New York, en provenance de son quartier général de Moscou. Lorsque le Rabbin Berkowitz a eu pris connaissance du sujet de cet article, il a fait la déclaration suivante :

“Ce sont des sujets très sensibles et j’apprécie que vous les soumettiez à mon attention. Je suis conscient de la situation en Arménie et en Azerbaïdjan. Je parlerai aux rabbins de ces deux pays et je verrai ce que je peux faire pour assurer qu’il n’y ait pas de dissensions entre eux. Les rabbins devraient se concentrer sur les besoins des communautés juives de leurs propres pays. La paix devrait régner entre les rabbins et entre les nations. Le mois dernier, accompagné de plusieurs officiels d’Israël, et de beaucoup d’autres pays, j’ai rencontré le Président Aliyev à Bakou. Il n’a pas demandé notre aide pour entreprendre quoi que ce soit contre l’Arménie. Juifs et Arméniens ont bien des choses en commun. Tout comme les juifs furent persécutés, les Arméniens le furent également. Il serait faux de dire que les juifs ont quitté l’Arménie en raison de l’intolérance. Nous entretenons d’excellentes relations avec les officiels arméniens, ainsi qu’avec ceux d’Azerbaïdjan.”

©Traduction C. Gardon pour le Collectif VAN 19 juin 2007 - 11:37 - www.collectifvan.org

Lire l’article original dans la rubrique Anglais
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   20

similaire:

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media

Veille media iconVeille media
«procès qui n’est pas sans rappeler ceux menés par la junte militaire turque au début des années 80» selon cinq associations françaises...

Veille media iconDéfinition "intelligence économique"/"veille"

Veille media iconMuseum communication and social media : the connected museum

Veille media iconMuseum communication and social media : the connected museum

Veille media iconAnvers & Bruxelles 18 & 19 janvier 2011 cv1 Print et Multi-Média Anvers et Bruxelles







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com