Le questionnaire qg 1500







télécharger 114.24 Kb.
titreLe questionnaire qg 1500
page5/7
date de publication21.02.2017
taille114.24 Kb.
typeQuestionnaire
a.21-bal.com > loi > Questionnaire
1   2   3   4   5   6   7

3.4. Réaction des locuteurs face à la traduction



L’aisance dont font preuve les locuteurs interrogés pour traduire les phrases qui leur sont soumises peut varier considérablement. Il est évident qu’il est contre-productif de s’entêter à faire traduire le questionnaire à un locuteur auquel l’exercice pose de véritables difficultés.

D’une manière générale, nous avons observé que le degré de compétence de l’informateur en breton était le premier critère déterminant quant à la qualité des traductions proposées.

La capacité des enquêtés à bien comprendre le français présent dans les questions peut également entrer en compte, lorsqu’il s’agit par exemple de traduire un temps verbal particulier.
Certains éléments sont également susceptibles de poser des problèmes de traduction. Il s’agit en particulier de la traduction correcte des pronoms ou personnes verbales demandées dans la phrase française.

Une phrase supposant la traduction du pronom personnel tu pourra ainsi se voir traduite par une réponse dans laquelle l’informateur aura tendance à utiliser le pronom personnel je, en comprenant, à tort, que c’est de lui dont il est question dans la phrase soumise :


    1. a. Tu n’es pas là tous les jours (QG, 985)

b. Réponse : moi je ne suis pas là tous les jours
De telles réponses sont systématiques chez certains locuteurs. Il est parfois préférable de laisser telle ou telle phrase de côté, pour revenir dessus plus tard, de sorte à ne pas trop ralentir le rythme des traductions.

Il est possible également d’utiliser plusieurs artifices, en contextualisant au maximum chaque énoncé. On pourra ainsi demander à un locuteur, en difficulté pour traduire une phrase comportant le pronom personnel vous, de s’imaginer qu’il se trouve dans un contexte particulier – champ de foire par exemple – et doit, lui, s’adresser à un groupe de personnes. Si d’autres personnes assistent à l’enquête, il est possible également de contextualiser un énoncé donné mettant en jeu ces personnes extérieures.

3.5. Suggestions



La suggestion d’une réponse est parfois nécessaire. Cette suggestion peut porter sur divers éléments :


  • suggestion d’un mot, souvent connu du locuteur mais parfois oublié momentanément par ce dernier

  • suggestion d’une structure phrastique entendue dans un autre parler, ou parfois lue à l’écrit

  • suggestion d’une structure idiomatique


Afin de ne pas fausser la validité des réponses obtenues, ces suggestions doivent apparaître dans la transcription. Il convient toutefois d’observer que, dans bien des cas, une réponse obtenue de façon suggestive ne rend pas invalides les données obtenues.

Il est rare en effet qu’un locuteur accepte une structure proposée lorsque cette dernière est inconnue ou impossible, linguistiquement, dans son parler. Dans certains cas toutefois, un locuteur peut avoir tendance à répondre affirmativement, de manière systématique, aux suggestions qui lui sont faites. Seul un travail de recoupement permet alors de trancher. Ce dernier peut être effectué en confrontant les réponses obtenues avec celles d’autres idiolectes représentatifs du parler étudié, ou encore avec les données présentes dans un corpus de conversations.

3.6. De la génération de questions supplémentaires à partir du questionnaire



Une fois cette première traduction fidèle obtenue, il peut être envisagé de créer des phrases supplémentaires, voire de demander des commentaires métalinguistiques en breton sur la base des items de la colonne droite du QG :




5

(1312)

Autrefois on travaillait comme ça.

gwechall

kased

evel-se


Cette approche, basée davantage sur les items à obtenir, que sur la traduction de phrases identiques, permet souvent d’obtenir quantité d’informations supplémentaires très importantes. On peut ainsi mener ici une enquête sur l’emploi des impersonnels dans le dialecte étudié, en s’interrogeant sur la possibilité d’obtention de laboured ‘on travaillait’ ou de formes apparentées14, et en approfondissant la question sur divers plans : possibilité d’emploi de formes de l’impersonnel pour certains verbes uniquement ; distribution et/ou valeur sémantique de ces formes par rapport à l’emploi du passif en « veze ‘était d’habitude’ + participe passé » ou de l’actif avec une construction SVO, etc.

1   2   3   4   5   6   7

similaire:

Le questionnaire qg 1500 icon4 rue du Maréchal Foch – 59100 roubaix
Les inventeurs du Temps Trésors de la Haute Epoque horlogère 1500-1700 a remporté un large succès

Le questionnaire qg 1500 iconQuestionnaire établissement

Le questionnaire qg 1500 iconQuestionnaire Vide

Le questionnaire qg 1500 iconQuestionnaire rédigé par

Le questionnaire qg 1500 iconVente de cartes postales – affiches – photographies
«CÉLÉbrités contemporaines» 3 albums oblongs incomplets (environ 800 images sur 1500 au total, certaines non collées) 1ère collection...

Le questionnaire qg 1500 iconQuestionnaire rédigé par
«Red» Auerbach, quelle équipe de la nba a remportée 8 championnats d’affilé entre 1958 et 1966?

Le questionnaire qg 1500 iconQuestionnaire à l’attention des acteurs culturels
«projet culturel de territoire» qui valorise les ressources existantes et impulse de nouvelles dynamiques de création et de coopération....

Le questionnaire qg 1500 iconCe questionnaire est une proposition, une base de travail et l’on...
«Arts, mémoires, témoignages, engagements» (L'art et la commémoration; L'art et la violence)

Le questionnaire qg 1500 iconLe questionnaire IL doit comporter
«zéro» élaborés pour l’épreuve ponctuelle doivent donc être des références pour construire les deux situations de contrôle en cours...

Le questionnaire qg 1500 iconCorrection du questionnaire sur les artistes et la shoah
«le génocide des Juifs et des Tziganes est perpétré en Europe» et avec la démarche d’étudier les différentes modalités de l’extermination...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com