Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices







télécharger 0.75 Mb.
titreHistoire des missions en Chine des Auxiliatrices
page7/21
date de publication21.02.2017
taille0.75 Mb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   21
Association de la Garde d'Honneur. Cette association, dont le but est de consoler le Coeur blessé de Notre Seigneur, par l'amour et la réparation, compte aussi de fidèles zélatrices. Les élèves de la Garde d'Honneur ont le privilège d'avoir une adoration spéciale devant le Saint Sacrement le premier vendredi du mois, et l'honneur de suivre de près le Saint Sacrement le jour de la procession ; en portant 33 bannières sur lesquelles sont brodées les invocations des Litanies du Sacré Coeur.
Croisade Eucharistique. La Croisade Eucharistique compte de ferventes apôtres parmi les croisées et cadettes. Plusieurs font déjà partie de la croisade du ciel, et l'une d'elles trouvait dans sa devise de croisée, la force et le courage pour la lutte, en même temps qu'une volonté généreuse dans l'effort pour arriver à se corriger de ses défauts, et à devenir meilleure. Marguerite L. partait pour le ciel, âgée de 14 ans, après 4 mois de maladie, pendant lesquels elle souffrit avec patience, voulant pratiquer jusqu'au bout sa devise : "Sacrifie-toi". La principale occupation de son coeur était de ressembler à la Très Sainte Vierge, devant laquelle elle avait prié si souvent, dans la cour du pensionnat, et reçu aussi, semble-t-il, beaucoup de grâces.
C'est surtout parmi les congrégations que se développe le sens de l'apostolat, et que l'on prépare des membres zélés et dévoués de l'Action Catholique.
----- Rayonnement.
Présentandines. Après avoir parlé de la vie à l'intérieur du pensionnat du Sen-mou-yeu, parlons maintenant de son rayonnement à l'extérieur. Ce rayonnement va grandissant chaque jour par la charité et la lumière de la vérité, qui, grâce aux enseignements reçus et à la formation sérieuse donnée à toutes les élèves, se répand dans la vie de l'Eglise par l'apostolat.
Nommons d'abord l'apostolat qu'exercent les Vierges Présentandines, dans les postes assignés à leur dévouement. Chargées des écoles, des dispensaires, de l'instruction des catéchumènes et des neophytes, du soin des églises, les Présentandines apportent aux âmes vie et lumière. Elles sont l'Avant-garde de l'armée missionnaire, car leur apostolat s'étend à des milliers d'âmes et d'immenses régions. Elles aident puissamment les Pères dans le travail d'évangélisation, et vont à leurs postes tout simplement, bien que souvent le travail y soit dur et hérissé de difficultés, ce qui a fait dire à quelqu'un : "le mot d'héroïsme se trouve là pleinement justifié."
Les Présentandines se souviennent de la formation reçue au pensionnat, et dans leurs écoles, elles suivent, avec une légitime fierté, les méthodes employées pour l'enseignement, et prennent les mêmes moyens pour donner à leurs élèves une bonne et sérieuse éducation. Dans leur désir de procurer plus de gloire à Dieu, elles préparent les futures vocations, et ainsi le rayonnement continue par d'autres âmes et va se multipliant partout.
De 1868 à 1938 : 586 Présentandines dans 181 postes.
A la séparation des Vicariats : Kiangsou 119

Wuhu 23

Nganking 24

Pengou 14

Actuellement : 206 Présentandines

32 Novices

11 Aspirantes
----- Maîtresses d'Ecoles. Un second rayonnement part encore du pensionnat pour éclairer bon nombre d'âmes par le dévouement caché et bien méritoire des maîtresses de classe, qui, du Sen-mou-yeu, s'en vont où il n'y a pas de Présentandines, et secondent admirablement les missionnaires.

Leur influence chrétienne rayonne au milieu des petits enfants, et met dans ces âmes simples les principes de la vie divine ; tout en leur donnant l'instruction nécessaire à leur âge, elles leur apprennent à connaître Notre Seigneur, la Sainte Vierge, leur inculquant, avec l'esprit de sacrifice, ces habitudes chrétiennes qui feront d'eux de vrais enfants de Dieu.

Par leur patience et leur abnégation, les maîtresses de classe les catéchistes sont apôtres. Par la lumière reçue au pensionnat, elles rayonnent et travaillent à l'épanouissement de la vie du Christ, mais l'honneur rejaillit sur le premier projecteur.
----- Mères de famille. Un rayonnement non moins profond, non moins fécond, est celui qu'ont exercé et qu'exercent toutes les mères de famille qui, au cours de ces 70 ans, ont reçu au pensionnat cette éducation à base de tradition et d'habitudes chrétiennes, qu'elles transmettent à leurs enfants.
Car c'est là qu'ayant commencé à prendre conscience de leurs responsabilités, elles ont pris la résolution de ne pas gaspiller leur vie dans l'égoïsme stérile ou les vains plaisirs. Et alors, plus tard, sachant qu'elles ne sont, en fondant une famille, que des instruments de Dieu pour le salut de leurs maris et de leurs enfants, elles ont compris que la vraie grandeur de la femme était dans le dévouement, et elles se sont appliquées à mettre leur bonheur dans le bonheur des autres.
Là encore, elles ont appris la vraie manière d'élever les enfants, non en faisant tous leurs caprices, mais au contraire en formant leur caractère par l'esprit de soumission et de sacrifice. Là enfin, elles ont appris à former leur conscience de chrétiennes, en apprenant à distinguer le bien du mal, en se pénétrant peu à peu de cette idée que la vie présente n'est pas tout, et que, ce qui importe avant tout, c'est d'éviter le mal pour sauver son âme et aller au ciel.
Et comme ce qu'il est le plus urgent de former en Chine, disait le Père P'é, il y a 30 ans, ce sont les vraies mères chrétiennes, la vie de l'Eglise dépend d'elles...Vraiment on peut dire qu'il a bien mérité de l'Eglise, ce pensionnat où tant de mères chrétiennes ont appris, non seulement à former les chrétiens, mais à offrir généreusement à Dieu leurs enfants pour le service de l'Eglise, de la Chine et de la société.

----- Action Catholique. Mais il y a plus : ayant aussi compris au pensionnat qu'une vraie chrétienne ne pouvait aller seule au ciel, qu'il lui fallait y entraîner les autres en leur faisant partager les bienfaits reçus, plusieurs se sont déjà inscrites dans les rangs de l'Action Catholique féminine, pour être les auxiliaires des Missionnaires, en les secondant dans les différentes œuvres, surtout en donnant le bon exemple. Et il faut le louer encore de ce rayonnement apostolique.
----- Vocations. Aucun rayonnement toutefois, n'est plus intense, semble-t-il, que celui qui s'exerce par les vocations religieuses, qui deviennent à leur tour de puissants radiateurs de vie chrétienne et apostolique, des foyers intenses de vérité et de charité.
Un pays, en effet, n'est vraiment chrétien que lorsqu'il peut offrir au christianisme les prémices de sa jeunesse et de ses espoirs, en lui livrant des âmes n'ayant qu'un seul désir : étendre le règne du Christ en travaillant au salut des âmes.
Or le pensionnat du Sen-mou-yeu peut revendiquer cette fierté d'avoir fourni à l'Eglise toute une armée d'auxiliaires aux vocations diverses, dans plusieurs Vicariats de Chine. On en compte 352 de ces religieuses apôtres, qui ne cessent, chacune au poste assigné par la Providence, de rayonner en aimant et en faisant aimer le Christ.
Qu'elles soient en effet Auxiliatrices du Purgatoire, Filles de la Charité, Carmélites, Petites Soeurs des Pauvres, Franciscaines Missionnaires de Marie, Canossiennes, Religieuses du Coeur de Jésus, de Notre Dame de la Merci, Ursulines, Soeurs du Bon Pasteur..., toutes sont des âmes choisies et privilégiées... Toutes ont passé par le Pensionnat ; travaillé et prié sous le regard de la Très Sainte Vierge, et toutes maintenant, rayonnent le pur esprit chrétien qu'elles y ont puisé.
"En avant toujours mieux"
Il nous reste en terminant, à souligner le sens profond de notre jubilé et les fruits à en retirer. Un jubilé est avant tout, une constatation et une action de grâces pour le passé, un stimulant pour l'avenir. Un jubilé doit être aussi l'occasion d'un renouvellement vers l'idéal à atteindre : Etendre le règne du Christ, donner le Christ à la Chine.
Elargissons nos vues, et en voyant ce que la Sainte Eglise attend de nous, répondons généreusement à son attente. En avant pour le progrès, pour les choses qui durent. En avant dans la science du vrai, du beau, pour que le rendement soit toujours mieux, toujours plus !...
===================
CHAPITRE 2
CONGREGATION DE LA PRESENTATION
DE LA SAINTE VIERGE

===================
Dans l'histoire des débuts de la Société des Auxiliatrices, le premier but apostolique de leur appel en mission, a été indiqué et leur application à réaliser ce but dès l'arrivée, a été décrite... Depuis les premiers pas, les premiers essais de formation religieuse, complétant le travail des RR Pères, et la pensée du zélé Père Sicca qui, dès 1855, encouragé par les supérieurs, avait eu l'idée d'une Congrégation de Vierges indigènes pour aider à l'apostolat.
Un noviciat sérieux fut formé et s'ouvrit le 8 Septembre 1869.
Des extraits d'un rapport ou vue d'ensemble, fait en 1933, résumeront le genre de vie et les œuvres de cette Association de la Présentation de la Sainte Vierge, placée sous l'autorité du Vicaire Apostolique, et du Supérieur de la Mission.
La Révérende Mère des Auxiliatrices nomme une Directrice et une Maîtresse des novices qui sont chacune aidée par une Mère chinoise : d'autres Mères prêtent leur concours pour diverses occupations : soins des malades, chants, etc...

Un Père est Directeur spécial.

But
Nous le connaissons : former une association de Vierges qui consacrent leur vie au service de la mission et vont en divers postes, pour aider les missionnaires à l'évangélisation, surtout des femmes et des enfants.

Noviciat
Avant de parler du noviciat, un mot sera redit sur l'école apostolique de la Nativité de la Sainte Vierge, fondée en 1913, pour donner une formation plus spéciale et plus adaptée, aux jeunes filles manifestant des désirs d'entrer à la Présentation

C'est une sorte d'école apostolique où les élèves suivent les cours d'études du pensionnat chrétien, mais en sont complètement séparées pour le dortoir, le réfectoire, les heures d'études.
De courtes méditations, examens, conférences, jettent les premiers jalons qui préparent la formation du noviciat.
Depuis 1913, les derniers mois passés à l'école de la Nativité tenaient lieu de postulat. En 1936, Son Excellence Monseigneur Haouisée décide que les élèves ayant donné des preuves de vocation et acquis une instruction suffisante, seraient reçues d'abord à titre de postulantes, complètement séparées du noviciat et de la communauté, assistant seulement aux exercices de piété et à la conférence hebdomadaire du Père spirituel.

Un enseignement spécial leur est donné, au point de vue spirituel et pratique.
Lorsqu'elles sont admises à entrer, elles font un noviciat d 3 ans : 2 ans à l'intérieur et un an dans les postes de l'extérieur.
Durant les deux premières années, les novices sont formées ; non seulement aux vertus religieuses, mais par divers expériments aux emplois et oeuvres qu'elles auront à faire dans les districts.
L'explication des Règles, ainsi que la manière dont elles doivent employer le temps des exercices spirituels et faire leurs différents emplois et œuvres, est l'objet d'une série de conférences que complètent les exercices pratiques.
Les deux premières années terminées, les novices partent après la retraite annuelle, faire une année d'expériment au district.
Ce n'est qu'à leur retour, si elles sont bien entrées dans la vie de prière et d'abnégation sérieuse que l'association demande à ses membres qu'elles prononcent leurs promesses de chasteté, pauvreté, et obéissance, et qu'elles reçoivent une médaille d'argent suspendue à une chaîne. Elles font alors partie de la Congrégation.
Cette médaille est leur signe extérieur, car pour faciliter l'apostolat, les Présentandines gardent le costume chinois, mais de couleur noir.
L'Apostolat, les œuvres
"Or, Jésus commença à les envoyer deux à deux"
Les Présentandines observent à la lettre cette parole de l'Evangile. Dans la majorité des districts, elles sont deux dans chaque poste, dans les endroits plus importants, elles sont plus nombreuses, selon la nécessité.

Dans chaque poste, il y a une Directrice. Les œuvres sont multiples et doivent s'adapter aux usages du pays.

Les Présentandines doivent être les aides des missionnaires. A elles d'abord le soin et l'entretien de la sacristie. Partout, leur première œuvre est l'école de prière : là tous les enfants de familles chrétiennes doivent venir apprendre, avec le catéchisme, les nombreuses prières que les chrétiens doivent pouvoir réciter de mémoire. On y joint quelques travaux à l'aiguille. La vie est toute simple et familiale dans ces écoles de prières. Peu à peu les petites filles se disciplinent, deviennent polies, modestes, vraies chrétiennes.

Les pêcheurs
Dans certains postes, placés près de l'embouchure des canaux et des lacs, l'école de prière prend un caractère bien spécial : c'est l'œuvre des pêcheurs. Divisées en congrégations, chacune d'elles, sous le vocable d'un saint a un jour fixe pour venir à l'église, et la veille, on voit les petites barques arriver comme une bande de mouettes et s'aligner sur la berge. Au son de la cloche, toute la troupe se rend à l'église pour l'instruction qui prépare la confession.
Le lendemain, appel avant la messe, puis chemin de Croix, chapelet, exhortation, salut du Saint Sacrement, se succèdent.
Le soir, au coucher du soleil, d'une barque à l'autre, on se répondra les prières du soir, le chapelet.
Entre les exercices à l'église, les femmes viennent à l'école consulter les Présentandines, parler des enfants... Ceux qui sont en âge de se préparer à la première communion sont laissés à l'école le temps nécessaire. Tout se fait en simplicité, mais grands préparatifs l'enfant est amené avec les habits qu'il porte : les plus aisés ont une couverture qu'on étendra le soir sur le plancher ou sur un petit lit de bois à plusieurs étages.
Tout ce qui manque (et c'est ordinairement beaucoup) doit être suppléé par le dévouement ingénieux de la Présentandine.
Au début, il faut discipliner ces petits qui, contents d'être sur la terre ferme, ne restent pas un instant en place... Il faut tout leur apprendre : outre le catéchisme et les prières. C'est l'œuvre de patience par excellence, de dévouement humble et caché : mais quel apostolat, et quelle consolation, de voir, les jours de grandes fêtes, l'église trop petite pour contenir cette chrétienté si fervente et si pure.

Ecoles et Pensionnats
Dans les postes les plus importants, notamment dans les centres de section, une école d'études primaires est ajoutée à l'école de prières. On y suit le programme des études du Zi-ka-wei, et plusieurs enfants sont pensionnaires.
Ces écoles tendent à se multiplier de plus en plus, et deviennent de vraies pépinières de vocations, alors le cours des études se termine à la Nativité.
Dans quelques endroits, on a ouvert avec succès des écoles externes pour les païennes, autre moyen de jeter la bonne semence qui sera récoltée par qui et à l'heure que le Bon Dieu voudra
Retraites
Tous les ans, au début de l'année scolaire, dans les écoles où le nombre et surtout l'âge le permet, les élèves ont une retraite prêchée par un Père ; mais les Présentandines n'y sont pas oisives : répétitions des instructions, lectures, etc...
Dans les grands postes, avant l'ouverture des classes, il y a retraite fermée pour les chrétiennes. Comme pour les élèves, les Présentandines n'ont pas seulement la charge du matériel et du bon ordre, mais elles prennent une part active aux exercices de piété, lectures etc...
Catéchuménats
Les catéchuménats, la grande œuvre qui revêt une physionomie spéciale suivant les différents points de la mission :
Au sud, le catéchuménat prend la forme d'une école de prière pour adultes, où la jeune fille, la jeune femme berçant son bébé, sont assises près de la bonne grand'mère dont la mémoire rebelle ne peut retenir le nom des Trois Personnes de la Sainte Trinité... ni tracer, de sa main tremblante, le signe de la Croix.
Souvent, après la classe, les petites élèves viendront aider les Présentandines. Elles feront répéter mot par mot l'Ave Maria, et de toutes leurs force, serrant dans leurs mains mignonnes la vieille main ridée, elles feront tracer le signe de la Croix.
Le Catéchuménat est l'école de la
1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   ...   21

similaire:

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconRésumé Cette communication poursuit l’ambition de construire en concept...
«Etre à la hauteur des circonstances est difficile quand elles sont au plus bas. Or, elles ne sont jamais à la hauteur.»

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconL’art sous la dynastie des Yuan 1271-1368
«Livre des merveilles du monde» est à l'origine de la fascination que la Chine exerce sur les Européens

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconCours d’histoire de l’art (Anne Muller) Programme 2015 2016 Brioude...

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconRésumé Dans cette publication, nous résumerons tout d’abord rapidement...

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconProblématique de l’histoire Africaine: sources et procédés d’investigation...
«le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires...

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconSynopsis concept IL s’agit de concevoir un site web destiné à la...
«une approche textuelle» qui présente un objet phare de l’histoire du design et qui permet approfondir ses connaissances au moyen...

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconAdaptation des programmes pour l’Histoire des arts : exemples de ressources

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconHistoire des Arts et grandes périodes historiques : tableau non exhaustif...

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices icon2013 Qualification aux fonctions de Maître de conférences par le...
«Matières à transfaire. Espace-temps d’une globalisation (post-)ottomane» (2013-2016) coordonné par Marc Aymes (cnrs). Partenaires...

Histoire des missions en Chine des Auxiliatrices iconEnseignement de l’Histoire des Arts au cycle III références documentaires...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com