RÉsumé Haut du formulaire







télécharger 178.33 Kb.
titreRÉsumé Haut du formulaire
page1/2
date de publication21.02.2017
taille178.33 Kb.
typeRésumé
a.21-bal.com > loi > Résumé
  1   2




www.comptoirlitteraire.com
présente
''Иванов''
(1887)
Ivanov

drame en quatre actes d'Anton TCHÉKHOV

pour lequel on trouve un résumé

puis successivement l’examen de :
l’intérêt de l’action (page 3)
l’intérêt documentaire (page 4)
l’intérêt psychologique (page 5)
l’intérêt philosophique (page 12)
la destinée de l’œuvre (page 13)


Bonne lecture !
RÉSUMÉ
Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Haut du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

Bas du formulaire

La pièce se passe dans un district de la Russie centrale.

Le premier acte s’ouvre dans le jardin de la propriété de Nikolaï Alexéevitch Ivanov. Âgé de trente-cinq ans, poitrinaire, déjà usé, cet aristocrate, d'une part, propriétaire terrien incapable de gérer son domaine, d'autre part, diplômé de l'université de Moscou mais instituteur incapable d’enseigner, est devenu un fonctionnaire en charge de la gestion des terres du «zemtsvo» (administration locale). Mais, du fait de ses vaines spéculations humanitaires, il n’a que des dettes, ne peut plus payer les ouvriers, voit partir à vau-l'eau son domaine, dont il se désintéresse et qui périclite.

Cinq ans auparavant, il s'est marié à Sarah Abramson, une jeune fille juive peut-être par devoir, peut-être pour la dot que, pourtant, ses parents, fanatiquement religieux, refusèrent finalement de lui donner quand elle se convertit à l'orthodoxie, devenant Anna Petrovna. Il a alors vécu une grande passion amoureuse avec elle. Mais, maintenant, iI ne veut plus se retrouver seul, le soir, avec elle, parce qu’il constate qu’il ne l’aime plus, qu'il ne comprend comment il en est arrivé à ne plus l'aimer, qu'il se demande même s'il l’a déjà aimée ; il ne ressent plus «ni amour, ni pitié, mais une sorte de vide, de fatigue». La vie lui apparaît d'une écœurante banalité : «Plus le fond sera gris et terne, mieux cela vaudra !»

Le soir, refusant qu'elle l’accompagne, il se rend chez le président du «zemstvo», Lébédev, dont la femme, Zinaïda, lui prête de l’argent (sans qu'il puisse payer les intérêts), dont la fille, Sacha, qui est âgée de vingt ans, s’est éprise de lui, parce qu’il sait bien parler de ses idéaux et de ses aspirations, et que, bonne et tendre âme poétique, elle veut le sauver de sa tristesse en l’aimant. Touché par cette candeur, il se laisse adorer par elle, et soupire, tout en se méfiant de lui-même.

Un soir, Anna, se rend en cachette chez les Lébédev, et surprend Ivanov et Sacha en grande discussion, au moment même où il ne peut s’empêcher de la prendre dans ses bras, et où ils échangent un baiser. Pour elle, tout est clair : il la trompe avec Sacha.

Or l’état de santé d’Anna, qui est tuberculeuse, se dégrade. Evguéni Constantinovitch Lvov, le jeune médecin du «zemstvo» qui la soigne, révèle la gravité de son mal à Ivanov, lui fait de virulents reproches, tentant de lui imputer la responsabilité de sa maladie (ou du moins de son aggravation). Il veut qu’il prenne soin d’elle, et fasse attention à la manière dont il se comporte avec elle, sous peine, dans le cas contraire, de la détruire : «Votre conduite la tue.» (I, 3). En fait, il cherche à la détacher de son époux, car il éprouve pour elle une passion secrète.

Alors qu'elle se vide de ses forces, que le couple se déchire, qu'il est conscient de lui faire du mal, Ivanov ne peut se dominer, et lui assène : «Tais-toi, sale Juive !» Comme elle poursuit ses attaques, il lui révèle qu’elle est condamnée : «Eh bien ! sache que... tu vas bientôt mourir... Le docteur m’a dit que tu vas bientôt mourir.» (III, 9). Il s'accuse auprès de Lvov, mais continue cependant à faire ses visites quotidiennes chez les Lébédev. Dans un grand monologue de l'acte III, discutant en tête-à-tête avec le public, il se confesse devant lui, et en vient même à pleurer.
Entre le troisième et le quatrième actes, une année s’est écoulée. Anna est morte. Ivanov, veuf aux tempes grises, doit épouser la toute fraîche Sacha. La rumeur enfle qui prétend qu'il est un intrigant, que lui, qui n’a pas pu obtenir la dot lors de son premier mariage, se précipite pour obtenir celle de Sacha. Or il ne veut pas de ce mariage, comprenant qu'en fait cedlle-ci ne l’aime pas, qu'elle s’est seulement fixé le but de le ramener à la vie, «d’accomplir un acte héroïque». Cependant, le mariage a lieu. Mais c'est l'occasion pour Lvov d’insulter en public Ivanov, de le traiter de «salaud». Le médecin est pris à partie par Sacha qui l'accuse d'avoir répandu des bruits injurieux sur Ivanov, qui, finalement, à l'insu de tous, meurt, n'ayant pu «supporter l'affront qu'il a subi».

Dans la seconde version qu'écrivit Tchékhov, le personnage, le jour même de son mariage, après un long monologue explicatif, crie : «Sacha, je te remercie !», et se tue d'un coup de revolver.
ANALYSE
Intérêt de l'action
En septembre1887, Tchékhov raconta à P. Serguïenko : «Un jour, j’étais au théâtre de Korch. On donnait une nouvelle pièce. Alambiquée. Détestable. Pas de style, tu comprends. Pas d’idée. Moi, je me suis mis, ce qui s’appelle, à la démolir. Et Korch, en ricanant, qui me dit : ''Et si, au lieu de critiquer cette pièce, vous en écriviez une vous-même?'' Je lui répondis : ''D’accord, je vous l’écris.''» Il fit part aussi de cette demande dans une lettre à M. Krisselieva datée du même mois

Et, en dix jours, extrême rapidité qui frappa tous ses amis, à l'âge de vingt-sept ans, il la composa, non sans éprouver certaines inquiétudes, comme en fait foi cette lettre du 10 ou du 12 octobre 1887 à son frère, Alexandre : «Je suis malade et je broie du noir. La plume me tombe des mains, et je ne travaille absolument pas. La banqueroute me guette dans un avenir proche. Si la pièce ne me sauve pas, je succombe dans la fleur de l’âge.» Mais, selon lui, Korch n'y trouva «aucune erreur ou faute contre l'art dramatique».

Dans la même lettre, il prétendit : «C’est la première fois que j’écris une pièce», passant donc sous silence ''Platonov'' dont il reprenait pourtant les thèmes, dont il faisait même une sorte de réactualisation. Mais cette omission lui permettait de déclarer que, dans une première pièce, «les erreurs sont obligatoires». Et il ajouta : «Le sujet est complexe et pas bête
Il qualifia sa pièce de «comédie en quatre actes». Et c’est en effet une comédie rude, brutale, cruelle, insolente et grave, une sombre farce qui présente de grands pans comiques et de grands pans tragiques. C'est qu'ayant des idées révolutionnaires sur le théâtre, Tchékhov, qui était, dans ses nouvelles par exemple, à la fois comique et tragique, humanitaire et ironique, compatissant et vitriolique, trouvait floue la notion de genre, refusait une distinction entre comédie et drame qui, selon la tradition du théâtre classique, ne résiderait que dans le dénouement heureux ou malheureux ; jetait constamment des ponts entre le comique et le tragique ; employait efficacement le rire pour exprimer la mélancolie, les remords et le désespoir ; donnait au désespoir et à l'exaltation le même poids. Ainsi, dans la pièce, Ivanov est entouré de personnages secondaires qui sont des figures plus ou moins grotesques, et, plus sa situation paraît désespérée, plus ses malheurs nous font sourire.

Comme le reconnut Tchékhov dans sa lettre, la pièce «est d’une brièveté suspecte.» Elle est en effet un peu trop vite expédiée, inégale et heurtée, mal fichue, mal cousue, sinon déconstruite.

Il révéla encore dans sa lettre la technique qu'il avait adoptée : «Je termine chaque acte comme je le fais pour mes nouvelles : je laisse les choses aller tranquillement, et, à la fin, pan ! dans la gueule du spectateur ! J’ai mis toute mon énergie dans quelques pages qui me paraissent d’une grande intensité ; en revanche, les scènes qui les relient sont insignifiantes et d’une extrême banalité. Mais je suis content car, même si la pièce est mauvaise, j’ai créé un nouveau genre

Il considéra aussi que sa pièce n'est «pas scénique», et, en effet, le traitement est minimaliste. On a l'impression d'un grand sac, d'un fourre-tout, d'un «patchwork» aux couleurs contradictoires, où le jeune auteur jeta des personnages impuissants à vivre, de nombreuses scènes les montrant qui, dans des monologues ou des dialogues simples (chacun dit ce qu'il pense dans un style d'une crudité étonnante), pour se désennuyer, passent le temps en propos décousus, expriment tour à tour, avec une gravité comique, leur insatisfaction devant la vie, leurs préoccupations et leurs récriminations triviales (l'argent, un jeu de cartes, la nourriture...). Si l'intrigue est réduite, elle est cependant celle d'un vrai drame, sinon d'une tragédie, à la progression dramatique inéluctable, Ivanov, qui est envahi par «les pressentiments», se disant : «Il va se passer quelque chose… Les nuages s’amoncellent, je le sens…» (IV, 5). Et la pièce monte jusqu'à l’apothéose presque insoutenable qu'est la noce finale, et le suicide, qui demeure quelque peu énigmatique, car peu d’explication psychologique est donnée ; il paraît même un acte inconscient.
Ainsi, ''Ivanov'' est à la fois un drame d'un romantisme noir, et une bouffonnerie tragique où le rire se fait de plus en plus grinçant jusqu’au pied de nez final de la mort, l'oeuvre d'un auteur libre, qui, avec sa voix bien à lui, nous dit des choses qui le concernaient, qui le tarabustaient, qui le blessaient.

Intérêt documentaire
La pièce, qui est un tableau de la vie de province, présente, en particulier à travers des personnages secondaires qui font sourire, une satire aiguë, très drôle, à la limite de la caricature féroce, d'une société nouvelle dans la Russie de la fin du XIXe siècle, qui différait de la vieille Russie paysanne, une société de petits aristocrates et bourgeois, qui reste en stagnation, sinon va vers la décadence, vers le gouffre, sans s'en rendre compte car elle est bête, méchante, hypocrite, roublarde, antisémite et avide d’argent, de plaisirs et de ragots pour nourrir sa vacuité. Tout y est bien huilé, chacun sachant quel rôle il a à y jouer, sous la couche du vernis social, dans un jeu dominé par le respect des conventions, le souci du paraître, de la façade et des marges que chacun se ménage.

Ivanov est séparé d'elle, parce qu'il appartient à une génération d'intellectuels en plein désarroi devant la politique rigide et répressive du gouvernement, et la dégradation de la situation sociale du pays, qui ne pouvaient que s'enliser en province, et y cultiver leur ressentiment.
  1   2

similaire:

RÉsumé Haut du formulaire iconPour lequel on trouve ici un résumé
«le vautre» qui, doué de «sagesse, d'amour et de vertu», apportera de nouveau aux humains la justice et la paix. IL lui propose de...

RÉsumé Haut du formulaire iconFormulaire d’inscription

RÉsumé Haut du formulaire iconFormulaire d’application // Art Souterrain 2016

RÉsumé Haut du formulaire iconVu d'en haut

RÉsumé Haut du formulaire iconAngers, haut anjou, basses vallees angevines

RÉsumé Haut du formulaire icon2 Marcel gromaire (1892-1971) Nu, 1956. Encre de chine sur papier....

RÉsumé Haut du formulaire iconLes gestionnaires du haut lieu du tourisme religieux catholique en...

RÉsumé Haut du formulaire iconParcours culturel cycle 3 Arblade-le-Haut 2011-2012/2012-2013/2013-2014

RÉsumé Haut du formulaire iconAvant la Normandie (Préhistoire Antiquité, Haut Moyen Âge)
«À nos voisins d’en face» : Témoins archéologiques des échanges à travers la Manche, Antiquité-Moyen Âge

RÉsumé Haut du formulaire iconRésumé de l’œuvre qui vous semble fiable et complet. Justifiez votre...
«A qui sait bien aimer IL n’est rien d’impossible» Jason se donne la mort «Et punis-toi, Jason, de ne la punir pas» pour fuir la...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com