Contexte : Milieu de xixème







télécharger 90.07 Kb.
titreContexte : Milieu de xixème
page2/3
date de publication20.10.2016
taille90.07 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > loi > Documentos
1   2   3
The Wood beyond the World (cf. Power Point), faite par Morris lui-même transpose bien son idéal de communion entre homme et nature. On y voit une femme marchant pieds nus dans de l’herbe qui s’infiltre entre ses orteils et entourent ses chevilles, non pour les lier mais pour les épouser. La robe de la femme est ceinte de branchages ainsi que sa tête. Derrière apparaissent les arbres d’une probable forêt. La dynamique verticale de l’image réunit la femme et les arbres, ainsi que les formes courbes qui les composent.

C’est donc très naturellement que Morris, introduit dans ses productions artistiques la nature. Les feuilles, les fleurs, sont un motif récurrent de ses papiers peints et de ses tapisseries.
Rêve d’une meilleure société:

Le Moyen-Âge des œuvres de William Morris n’est pas un Moyen-Âge réaliste, une peinture conforme de la vie en ces siècles, mais bien un temps idéalisé. S’il choisit de dépeindre ce monde légendaire, c’est bien pour offrir à ses lecteurs évasion et rêve, pour offrir à l’ouvrier victorien un espoir dans un monde devenu pragmatique et matérialiste.

Influence de Pugin et Ruskin :

Pugin :

Il est à l’origine, à la fois de la théorie du néogothique et de la résistance culturelle à la tyrannie de la machine, idées développées ensuite avec une grande ampleur par Ruskin et Morris.

John Ruskin:

Précocité anglaise en la personne de John Ruskin notamment qui a une influence considérable sur son temps. Il chercha à développer une réflexion sur les arts du Moyen-Age et sur les monuments du passé en général. Il voit dans l'artisanat un des plus actifs agents pour régénérer la société avilie par la production industrielle. L'objectif recherché est de combattre le luxe par la simplicité, le gaspillage par l'économie, la création industrielle contre la division du travail, la régénération contre le matérialisme. Morris s’inscrit dans la lignée de Ruskin car il associe l’art, l’architecture et les arts déco dans le but de créer des maisons agréables à vivre pour le plus grand nombre de gens. Ne se confirmera pas par la suite !

Le socialisme de Morris à travers la RH :

La RH renoue avec les valeurs de modestie, de franchise et d'humanité, c'est là que figure son sens esthétique selon Edward Hollamby, architecte du XXème qui croit fondamentalement en l'architecture publique.

La maison est entièrement crée de façon non industrielle, chaque produit, objet, meuble est unique et fait de façon artisanale.

Vivre dans la maison de Morris signifie être entouré de produits faits main d’une grande beauté et fonctionnalité. La RH comporte des peintures au plafond par Morris, tentures murales conçus par Morris et travaillées par lui et Jane, meubles peints par Morris et Rossetti, et des peintures murales et des vitraux et peints conçu par Burne-Jones => maison individualisée. Aucun produit industriel !

B) Idéaux de Morris en réaction à la société industrielle.

Morris face au travail industriel :

Pour Morris, la question du travail est réellement importante, car c’est par son travail que l’homme se définit, c’est grâce à lui qu’il se forge une identité. Mais par travail, Morris n’entend pas le travail des usines, mais bien une réalisation, une création, de l’homme pour lui-même et qui profitera à la communauté.

Il soutenait que la laideur des produits du premier âge de l’industrie n’était pas le résultat d’une volonté délibérée de laideur, mais « le reflet de la condition sordide et du dénuement qu’ils (les bourgeois) imposent aux pauvres ». Il est animé par une « haine de la civilisation moderne » ce qui lui fera trouver refuge dans le médiévalisme.

Morris rejetait la production de masse qui donnait selon lui des produits de mauvais-goût de mauvaise qualité… Il relança les vieux métiers et les traditions en se replongeant lui-même souvent dans des textes historiques ou en dénichant des artisans chez qui il pourrait apprendre des arts mourants (tissage, verres teinté, teinture broderie, travail du métal ou la typographie.

Le travail de Morris rendit floue la limite entre l’Art et les métiers/artisanat.

Il fut considéré comme le père du mouvement A&C.

William Morris quant à lui prône une réforme sociale par l'art.

Création du magasin :

En 1861, Morris lançait à Londres, à Red Lyon Square, l’idée du premier magasin d’ensembles mobiliers et d’accessoires de décorations, où tous les principaux préraphaélites se trouvaient réunis : les arts décoratifs firme de Morris, Marshall, Faulkner & Co. (décrit plus tard par Nicolas Pevsner comme le «début d'une ère nouvelle dans l'art occidental») fut donc fondée avec Morris, Rossetti, Burne-Jones, Ford Madox Brown et Philip Webb en tant que partenaires, en collaboration avec Charles Faulkner et Peter Paul Marshall => entreprise de décoration qui réunissaient aussi des artistes, en vue de rétablir la décoration, jusqu'aux plus petits de ses plus de détails, comme l'un des beaux-arts.

Le principe de l’entreprise était d’entreprendre la sculpture, le vitrail , le travail des métaux, papiers de tenture, chintz (tissus imprimés), et tapis . La décoration des églises a été dès le début un rôle important de l'entreprise.

Le travail fut présenté par la firme à l’Exposition internationale en 1862.

Difficultés rencontrées : Morris voulait que son art en réponse à l’industrialisation soit un art pour tous, même pour les plus pauvres (notion d’ « art social ») => mais n’a pas marché, c’est plus un art bourgeois car accessoires plus chers que ceux qui étaient industriels.

Cette dualité se retrouve dans la RH en ce sens que les meubles et autres tissus décoratifs qui par la suite seront commercialisés sont trop chers. L'arts & Crafts n'est un art pour tous qu'à un niveau théorique, concrètement il est un art pour les classes aisées et instruites.

Pour l'anecdote le paradoxe se retrouve dans l'expression utilisée par Morris lui-même et qui s'est ensuite transmise : « le palais de l'art » en référence au poème de Tennyson. Le terme de palais est significatif des difficultés rencontrées pour concilier théorie et application.

C) Balbutiement du fonctionnalisme.

Rupture avec le Classicisme :

Le plan de la maison est formé par une série de pièces connectées (ce qui n’avait jamais été fait avant dans une petite maison) entre elles par un long corridor et construit en forme de L créant une cour autour d’un puits.

Grande modernité : Le plan de la maison fut révolutionnaire: l’idée de Ruskin de l’architecture était que la fonction de chaque pièce devait être immédiatement visible de l’extérieur en contraste avec le Classicisme où les pièces sont arrangées afin de suivre les conventions établies de l’apparence externe.

Aucune symétrie de la maison du fait du fonctionnalisme : formes allongées ou carrées, enfoncement ou saillies, différentes sortes de fenêtres

Ruskin utilise le premier le fonctionnalisme mais erreur car ornementation, Morris rompt avec l’ornementation.

De ce fait la RH montre les balbutiements du fonctionnalisme.

Par son architecture organique : les pièces font la structure et non l'inverse où on fait la maison comme un cube et après on définit les pièces.

Formes architectoniques c'est-à-dire que l'on cherche un système de proportions, une ornementation en rapport avec la destination et qui ait une signification.

La preuve la plus probante est en ce qui concerne les fenêtres dont la forme et la disposition répondent aux besoins spécifiques de la pièce qu'elles doivent éclairer.

Au premier étage, le bureau de Morris : reçoit le soleil par 3 larges ouvertures dans le but d'éclairer au mieux sa pièce de travail. Fenêtres suivent l'arrangement des pièces ainsi que le besoin de lumière. « Ce fut une pièce des plus gaie, avec ses trois fenêtres donnant sur trois directions différentes et une ouverture horizontale au-dessus de la porte” écrivit Georgiana Burne-Jones.

III. Donc nouveau mouvement crée par RH = mouvement qui se généralise !

L’histoire de l’A & C

C’est un mouvement international de design qui a pris naissance en Angleterre et a prospéré entre 1880 et 1910, continue son influence jusqu'aux années 1930.

C’est un mouvement soudain, rapide et très bref et puissant.

Aux sources de l’A &C, il y eu donc l’intention concrète d’un art pratique et social ; il en résulta l’action simultanée de décorateurs et d’architectes attachés au décor de maisons.

C’est grâce à Morris que, dès l’origine, l’art nouveau eut l’ambition d’embrasser une totalité.

La Red House fut le premier bâtiment du mouvement Arts and Crafts.

En 1887, l' Arts and Crafts Exhibition Society fut créé par Walter Crane en tant que président, et tient sa première exposition à la New Gallery , à Londres, en Novembre 1888. Ce fut le premier spectacle de l'art décoratif contemporain à Londres depuis l’exposition d’hiver Grosvenor Gallery de 1881. Morris & Co. ont été bien représentés dans l'exposition de meubles, tissus, tapis et broderies.

B) Caractéristiques :

Portée sociale, utopie :

C’est un art total en ce sens qu’il occupe tout l’espace disponible pour mettre en place un univers personnel considéré comme favorable à l’épanouissement de l’homme moderne de ce début du XXème siècle !

La base du mouvement peut se trouver dans les écrits de John Ruskin, le critique majeur du siècle.

Une des idées de l’A&C était qu'on ne peut faire du bon travail, que si on vit et on travaille dans un environnement sain et agréable.

Ce qu’on y trouve:

Le programme de Morris était de réaliser des objets pratiques dont la forme était entièrement subordonnée à la destination, qui déterminait également le choix des matières à utiliser : le décor devait être lié à la structure.

Toute distinction était désormais abolie entre arts mineurs et majeurs, et le besoin de beauté devenait un impératif social autant qu’un signe de civilisation.

Rapidement, les artistes de ce mouvement sont les initiateurs de la fondation de nouvelles écoles, pour former les artisans, à la tapisserie, à la broderie, à l'impression à la planche (Procédé artisanal. Les motifs sont sculptés dans une planche qui est ensuite appliquée sur l’étoffe. ), à l'émaillage(L'émaillage est un procédé de fabrication consistant à déposer sur un métal, ou un autre support, une couche vitreuse, transparente ou colorée), à la dinanderie(consiste à mettre en forme les métaux en feuille comme le cuivre, le laiton, l'argent ou encore l'étain au moyen de différents outils dont principalement les marteaux.), à la poterie, aux teintures naturelles, aux textiles tissés avec les métiers à tisser traditionnels, à la marqueterie (La marqueterie est un décor réalisé avec des placages découpés suivant un dessin et collés sur un support (meuble, boiserie, ou tableau). Les images ainsi obtenues peuvent être géométriques (on parle alors de frisage), figuratives ou abstraites.

Les artistes-artisans mettent en avant le matériau, les meubles se font en bois massif, le martelage de l'argenterie et de la dinanderie se fait à la main. En réaction aux atmosphères surchargées de la bourgeoisie victorienne, ils mettent en avant la simplicité, voire le dépouillement, estimant qu'un beau mobilier se suffit à lui-même. Dans leurs œuvres surgissent les végétaux et les animaux, symboles de la nature, mais plus ou moins stylisés.

C) Diffusion

L'utopie qu'il a engendrée a essaimé dans le monde entier. Prenons quelques exemples de mouvements qui ont découlés du mouvement A&C, et en particulier de la Red House (!!!!!Tous les mouvements influencés par l’A&C ne sont pas forcément à rapprocher avec la Red House en particulier) :

En Europe, beaucoup de mouvements artistiques se sont inspirés de ses idées sur la relation entre les arts et les métiers, sur la simplicité et l'utilisation de matériaux naturels.

Art Nouveau :

Motifs organiques, courbes végétales, importance de la nature :

Exemple : L'hôtel Tassel construit par Victor Horta en 1893 à Bruxelles. Les motifs végétaux (exagérés) investissent ferronneries, mosaïques, fresques et vitraux et sont des éléments tant de structure que d’ornements. Horta conçoit un édifice inédit avec des meubles qui correspondent au rythme des murs et de l’architecture ; il dessine les motifs des tapis, conçoit les meubles : c'est la naissance d'un
1   2   3

similaire:

Contexte : Milieu de xixème iconMilieu animal et milieu humain
«Note sur la situation faite en France à la philosophie biologique» l’absence d’une réflexion philosophique sur la biologie, de même...

Contexte : Milieu de xixème icon2 assiettes faïence xixème siècle, décor floral

Contexte : Milieu de xixème iconImaginaire(s) linguistique(s) et contexte(s) culturel(s) plurilingue(s)

Contexte : Milieu de xixème iconEtude du contexte physique du projet d’architecture

Contexte : Milieu de xixème iconI la musique populaire et son contexte 1960-1970

Contexte : Milieu de xixème iconAdjug’art s. V. V – Agrément 2002/219
«pran garde au chat». Nivernais fin xviiième-début xixème (petites égrainures). Diam 24 cm

Contexte : Milieu de xixème iconCroissance économique, mondialisation et mutation des sociétés depuis...

Contexte : Milieu de xixème iconLes dates
«Je ne veux pas peindre la société contemporaine, mais une seule famille, en montrant le jeu de la race modifiée par le milieu»

Contexte : Milieu de xixème iconPartie 1 : analyse commerciale et structuree de l’unite commerciale dans son contexte local

Contexte : Milieu de xixème iconAmener l’élève à situer l’œuvre dans son contexte politique. Dégager...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com