Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie







télécharger 366.27 Kb.
titreLe temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie
page3/13
date de publication15.12.2016
taille366.27 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > littérature > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

Poésie de circonstance : poésie engagée et religieuse


Les larmes de saint Pierre : poésie religieuse : composé durant les guerres de religions.

Tonalité baroque par la multiplication des images, par l’excès des sen

Le soleil qui dédaigne une telle carrière,11

Puisqu’il faut qu’il déloge, éloigne sa barrière,

Mais comme un criminel qui chemine au trépas,

Montrant que dans le cœur ce voyage le fâche,

Il marche lentement, et désire qu’on sache

Que si ce n’était force12 il ne le ferait pas.

Poésie conative : poésie de circonstance : message clair pour destinataire

Consolation à M. du Périer : poésie lyrique

Mais elle était du monde, où les plus belles choses

Ont pire destin ;

Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,

L’espace d’un matin.
THEOPHILE DE VIAU : poète épris de liberté, désireux de vivre comme il l’entend et d’écrire selon sa fantaisie, poussé par son tempérament et non corseté par les règles.

Poésie référentielle : la poésie descriptive se référant au monde.

Les Œuvres poétiques : Le sentiment de la nature est au centre des Œuvres poétiques . Viau est sensible l’éphémère, aux changements qui apparaissent dans un paysage parce que ça le rend unique, inoubliable. Ouvert à toutes les impressions, les sens en alerte, éprouve du bonheur et le retranscrit dans toutes ses œuvres qu’elles soient lyrique ou humoristique.

Le Matin in Œuvres poétiques : poème qui évoque ce moment de la journée où le jour succède à la nuit, où s’opère la lente transformation qui, progressivement, vient modifier paysages, bêtes et gens, tandis que jaillit la lumière du soleil naissant.

La lune fuit devant nos yeux,

La nuit a retiré ses voiles

Peu à peu le front des étoiles

S’unit à la couleur des cieux.
DU BAROQUE AU CLASSICISME :1630-1661°:A LA CONQUETE DE LA RAISON.
Contrastes du baroques et du classicisme :

1630-1661 : période de transition c'est-à-dire période où une tendance laisse progressivement place à une autre, où tout se mêle, où la richesse naît de l’addition des contraires : le baroque recule mais demeure présent tandis que le classicisme s’installe.

  • Maintient des tendance baroques :

Charme de cette période : la diversité. Baroque est encore présent dans les courants précieux illustré par Saint-Amant, Vincent Voiture et Madeleine de Scudéry (roman). Il marque le burlesque pratiqué par Scarron et Cyrano de Bergerac (théâtre). Il imprègne la pensée libertine, sensible au relatif et au hasard pour mieux saisir le monde.

  • La recherche de vérité

Pascal et Descartes annoncent la pensée classique éprise de certitudes. Vérité conçue comme absolue. Cette vérité permet d’échapper au relatif et à l’incertain, de se dépasser : une telle conception est présente chez les héros du théâtre de Corneille.

  • La codifications de la création : les académies

Naissance des académies montre bien la volonté de se donner le repère d’une vérité. But des académies : déterminer ce que doit être la création artistique, d’en fixer les règles et obliger les écrivains à les respecter.

1635 : fondation de l’Académie française qui doit veiller à la langue et porter un jugement sur les œuvres littéraires.. Faire partie de l’Académie : consécration pour l’écrivain. : pouvoir de l’Etat sur la littérature.
LA PRECIOSITE ET SES CHATOIEMENTS : SAINT-AMANT, VOITURE, TRISTAN L’HERMITE.

  • Un idéale de raffinement

A son origine préciosité : constitue un idéal de raffinement auquel aspirent les femmes et les hommes à la mode, elle triomphe dans les salons mondains. Etre précieux c’est savoir parler d’amour, connaître toute la subtilité des sentiments, apprécier la beauté, c’est aussi pratiquer un langage choisi, capable de rendre compte de toutes les impressions ressenties.

  • Le grand jeu de l’amour

L’amour est le thème essentiel de la préciosité. Il est au centre de la poésie de voiture, l’Hermite et de Saint-Amant. L’amour précieux est une amour éthéré, spirituel : c’est une communion des esprit qui rejette l’exaltation des sens. La femme, comme dans les roman du moyen âge est un absolu et est en tant que telle inaccessible. La poésie précieuse ne cesse de développer ces 2 thème conjoints de la perfection et de l’inaccessibilité. Pour parvenir à ses fins, l’amant doit suivre un itinéraire symbolique.

  • Langage choisi :

Utilisation des ressources stylistiques du baroque : hyperbole, paradoxe pour créer la surprise, pointe qui clôt le poème sur une notation brillante, antithèse, la métaphore, la périphrase, la personnification.

Mais attention les précieux ne sont pas des baroques : baroques sont soucieux de saisir la complexité de l’existence, les précieux eux, font un tri et rejettent systématiquement tout ce qui leur paraît vulgaire (mots, etc.).

  • Le genre précieux :

La poésie est son domaine de prédestination ; la préciosité reste modérée chez Saint-Amant qui subit par ailleurs l’influence baroque de Théophile de Viau et celle du burlesque naissant, ou chez L’hermite. Par contre elle s’épanouit chez Voiture.

Les poètes précieux mettent le sonnet à leur service en accentuant la subtilité de la pointe. Ils ont aussi redonné vie au madrigal(petit poème amoureux), au blason (qui décrit en détail le corps féminin en le magnifiant), et surtout le rondeau(surtout Voiture) ( forme qui doit comporter une strophe de 4 ou 5 vers, une strophe de 2 ou 3 vers suivis du refrain et une strophe de 4 ou 5 vers terminée par le refrain.
SAINT-AMANT : ses poèmes suivent 4 inspirations :

  • fonction référentielle de la poésie : la poésie descriptive :

Poète baroque de la nature, il la décrit avec lyrisme

La Solitude :

Oh ! que j’aime la solitude !

Que ces lieux sacrés13 à la nuit

Eloignés du monde et du bruit,

Plaisent à mon inquiétude !

[…]

Jamais voyageur altéré

N’y fit servir sa main de tasse ;

Jamais chevreuil désespéré

N’y finit la vie à la chasse ;

Et jamais le traître hameçon

N’en fit sortir aucun poisson.

  • fonction conative et donc phatique de la poésie (destinée à la femme)

Poète de l’amour, il l’évoque avec subtilité

Madrigal in œuvres poétiques :développement de l’esprit précieux en élaborant un blason qui magnifie le corps féminin et en jouant sur le nom, de Roche, de la femme qu’il décrit :

Cette fière beauté que mon âme idolâtre

A les bras et les mains et la gorge d’albâtre ;

D’un cinabre14 vivant son teint embelli ;

Sa bouche est d’un corail où des perlent éclatent ;

Son visage et son corps, faits d’un marbre poli,

Le prix de la blancheur à la neige débattent ;

Et ses yeux si charmants

Aussi bien que son cœur, son de vrais diamants ;

Dois je donc m ‘étonner de la trouver si dure

Aux peines que j’endure,

Puisque, pour mon malheur, le ciel qui la forma

La fit toute de pierre, et Roche la nomma.

L’Automne des Canaries : évoque des paysages exotiques :

Voici les seuls coteaux, voici les seuls vallons

Où Bacchus et Pomone15 ont établi leur gloire

Jamais le riche honneur de ce beau territoire

Ne ressentit l’effort des rudes aquillons16.

  • Fonction poétique : la poésie burlesque

Le Paresseux :

Je hais tant le travail que , les yeux entrouverts

Une main hors des draps, cher Baudoin, à peine

Ai-je pu me résoudre à t’écrire ces vers.
FRANçOIS TRISTAN L’HERMITE : Ecrivain transgénérique. Œuvre poétique publiée entre 1633 et 1648. deux sources d’inspiration dominent.

  • Fonction référentielle de la poésie : poésie descriptive référant au monde mais aussi fonction émotive et lyrique (veine romantique)

Avant les romantiques, il évoque des paysages qui sont comme les reflets de ses états d’âme, riants , lorsqu’il est gai et sombres, lorsqu’il est plongé dans la tristesse. Il exprime aussi la sensualité, son désir de s’ouvrir à la richesse du monde. Mais il clame aussi son mal de vivre, l’angoisse qu’il éprouve devant la mort.

Le promenoir des deux amants : La beauté de ce paysage calme et solitaire et la beauté de la femme se conjuguent en une harmonie parfaite.

De crainte de cette aventure,

Ne commets pas17si librement

A cet infidèle élément

Tous les trésors de la nature.

  • Fonction conative de la poésie : la poésie amoureuse

Poète de l’amour précieux. Il dit sa passion, son attachement à la beauté de la femme, sa jalousie, sa souffrance face à la séparation momentanée ou la séparation définitive de la mort :

Le dépit corrigé : inquiétude éprouvée au départ de l’être aimé :

C’est trop longtemps combattre un orgueil invincible

Qui brave ma constance et ma fidélité ;

Ne nous obstinons plus dans la témérité

De vouloir aborder ce roc inaccessible.

Votre maîtresse a plus d’appas que vous in Vers héroïque :hymne à la beauté :

Beau objets, vous donnez de la merveille à tous :

Mais sans vous faire tort on peut dire une chose,

C’est que votre maîtresse à plus d’appas que vous.

VINCENT VOITURE :

Maître de la préciosité. Excelle à la démystification du sérieux ou alors à magnifier le quotidien le quotidien et l’insignifiant.

  • Poésie conative : la poésie amoureuse et précieuse.

Voiture n’avait pas le goût de l’amour grave, passionné. Pour lui, il s’agit d’un jeu de salon, d’un prétexte à un exercice de style : désir de briller à toute force ; il pousse l’exagération jusqu’à l’extrême. Il manie le paradoxe. Aime provoquer la surprise en introduisant dans ses poèmes la pointe c'est-à-dire le détail qui frappe.

Poésies, « tout le monde la prit pour la naissante aurore » : sonnet qui exalte la beauté de la femme aimée, qui surpasse le soleil, dans l’éblouissement de l’aurore :

Sous l’habit de fleurs, la Nymphe que j’adore

L’autre soir apparut si brillante en ces lieux,

Qu’à l’éclat de son teint et celui de ses yeux

Tout le monde la prit pour la naissante aurore.
La terre en la voyant fit mille fleur éclore

L’air fut partout rempli de chants mélodieux,

Et les feux de la nuit pâlirent dans les cieux,

Et crurent que le jour recommençait encore
Le soleil qui tombait dans le sein de Thétis,

Rallumant tout à coup ses rayons amortis,

Fit tourner ses chevaux pour aller après elle,
Et l’empire des flots ne l’eût su retenir ;

Mais la regardant mieux, et la voyant si belle,

Il se cacha sous l’onde et n’osa revenir.
LE BURLESQUE ET SES JEUX D’OPPOSITIONS : SCARRON ET (CYRANO DE BERGERAC : THEATRE)

PAUL SCARRON

  • Fonction référentielle de la poésie : la poésie épique et satirique.

Virgile travesti : long poème en 8 livres ; parodie écrite par plaisir mais aussi et surtout pour raisons financières (Quinet éditeur a promis 1000 livres par partie). Scarron transforme l’Enéide. Le héros sublime de cet épopée deviennent des bourgeois grotesques attachés aux choses matérielles. Il oppose ainsi style élevé et style bas. Il projette l’univers tragique dans un monde de la farce et démystifie l’emphase et l’enflure. Il fait naître un comique de l’excès et des contrastes. A souvent recours à l’anachronisme :

Quoique j’aie l’âme assez forte

Et que, dans le fer et le feu,

D’ordinaire je tremble peu,

Chargé de si chères personnes,18

Je fis cent actions poltronnes.

Pierre CORNEILLE :
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconFrançois Piron : Je commencerai en citant une précédente conversation...
«Ce qui me séduit chez Picabia est avant tout son scepticisme, son aversion envers l’uniformisation des goûts, son autodérision et...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconCe questionnaire est destiné à être traité devant l'œuvre. Elle est...
«L'œuvre d’art et l'État» : les œuvres, vecteurs d’unification et d’identification d’une nation (emblèmes, codes symboliques, hymnes,...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconSection à propos historique Un saut dans le temps…
«recueil d’œuvres de choix». Depuis sa fondation, en 1988, tous les artisans de la maison et Mario Labbé, son créateur et président,...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconManuel de résistance à l’art contemporain par Alain Paucard Contemporain...
«qui est du même temps que». Les défenseurs du prétendu art dit contemporain changent le sens en prétendant que cela signifie seulement...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconQue reste-t-il du cinéma ?
«embaume le temps». Un temps concret, pas la pure expérience de la durée dans contenu vécu de l’Empire de Warhol (1963), pas le temps...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconTome II le mouvement national-socialiste Chapitre premier
«programme d’un parti», puis comment, de temps en temps, celui-ci est fignolé et léché. On doit surtout regarder à la loupe les mobiles...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconLegacy Machine N°1 Xia Hang
«Mr. Up» est devenu «Mr. Down». Mais, avant que celui-ci ne décroche complètement, un afflux d’énergie vient relever sa tête, redresser...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconSurtout ‘’La condition humaine’’ qui est étudiée dans un dossier à part
«En 1914, on avait conduit les élèves de la classe aux champs de la Marne, quelques jours après la bataille. À midi, on nous distribua...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconProgramme de terminale dans le cadre de la question "Un artiste dans son temps"

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconManuel h martín
«Défendre le cinéma est une obligation parce que c’est l’art de notre temps» Jean Luc Godard







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com