Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie







télécharger 366.27 Kb.
titreLe temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie
page6/13
date de publication15.12.2016
taille366.27 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > littérature > Documentos
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

L’ESPRIT ROMANTIQUE





  • Romantiques sous la Restauration

Affirment leur contestation du monde moderne et bourgeois par nostalgie de la France des Troubadours et des chevaliers.

  • Romantiques de la monarchie de Juillet :

Rêvent d’une révolution qui engloberait à la fois l’art et la politique.

  • Trois éléments principaux de l’esprit romantique :

    • Exigence de bonheur, de vérité, de liberté et de plénitude qui répond chez l’individu au sentiment de sa propre valeur et qui se manifeste par une énergie passionnée.

    • Conscience désenchantée de tout ce qui dans la société freine l’épanouissement moral, tyrannie, fuite du temps, incertitude de l’avenir, insatisfaction des désir et vanité de l’action.

    • Volonté de dépasser l’échec par la méditation poétique, le voyage, le rêve, l’exaltation de la nature, mais aussi la révolte le défi lancé au monde.

L’ESSENTIEL : contradiction vécue de la réalité et du rêve, de l’ambition et de la désillusion, du présent et du passé du présent et de l’avenir.
UNE INTERROGATION DE L’HISTOIRE ET DE L’ART
Le romantisme : une interrogation du présent d’un état social et moral récusé parce qu’il stérilise l’ambition et sclérose l’imagination. Contestation politique aboutit en littérature à un rejet des formes et des contraintes qui s’imposent au créateur depuis 2 siècles.

  • D’abord dans un cercle d’écrivains libéraux rassemblés autour de Stendhal et de Mérimée : critiques contre les Anciens est la plus violente.

  • A partir de 1825 : s’ajoutent Hugo, Dumas, Balzac, Gautier, Lamartine, Nodier : pro-Modernes VS « Anciens » de l’Académie.

  • Formation du « Cénacle » autour de Hugo : poètes refusent les règles classiques qui ont entravées l’expression poétique. Pour : la démesure, la part du rêve, l’excès de la passion, la beauté sous l’apparence monstrueuse, l’âme révoltée.

  • Elargissement du MOI au monde ; apparition d’une nouvelle forme de lyrisme.


MAJESTE DE LA SOUFFRANCE, PUISSANCE DU RÊVE
Poésie personnelle : domaine d’élection des poètes de 1820-1850.

« La poésie est le réel absolu. Plus une chose est poétique, pus elle est vraie » (Novalis)

Le poète est un mage interprète de la vie profonde et secrète de l’univers qu’il lit comme dans un livre ouvert.

Puissance d’évocation, pouvoir du rêve qui s’ouvre des domaine inexplorés et donne naissance à une littérature de la surnaturalité et du fantastique.

Le rêve chez les romantique : un voyage vers l’ailleurs : exotisme, permet l’exploration des profondeurs de l’être et du temps. Donne au poète un pouvoir prophétique : celui d’annoncer dans l’ombre la venue de « l’ange de la liberté » et du géant Lumière » (Stella, Hugo).

A partir de là, l’écriture change de sens et d’enjeu : le lyrisme peut devenir politique quand la destinée individuelle s’ouvre à l’histoire des autres, dans un mouvement d’humanité solidaire qui permet d’échapper à la déchirure intime, au mal du siècle. recherche Elégiaque ou satirique, la création romantique témoigne d’une insatisfaction qui est une perpétuelle
L’EXPLOSION LYRIQUE : LAMARTINE, MUSSET, VIGNY
Ecroulement des espoirs nés avec la révolution, puis avec l’Empire crée un malaise profond qui s’expriment sous diverses formes parfois contradictoires : exaltation enthousiaste de l’âme, replis douloureux sur soi, alternance de pessimisme ou d’espoir : dans tous les cas primauté accordée à l’individu, au MOI et à son analyse : le tout dans une forme lyrique.

MOI, qui cherche un équilibre dans société en mutation ne se sépare pas toujours du reste de l’humanité : la sensibilité exacerbée se tourne aussi vers les autres. Donc cette littérature du cœur est caractérisée par une double inspiration : celle du MOI et celle des autres tant il est difficile de dissocier l’individu du destin de l’humanité :

Le lyrisme personnel prend pour source d’inspiration tout ce qui entoure le poète ; thèmes traités de manière obsessionnelle :

L’homme et le temps : conscience de la fragilité de la vie, nostalgie du passé…

L’homme t la nature : refuge face à ce monde inadapté

L’homme et l’amour :femme aimée= la muse

Le lyrisme humanitaire :« Quand je vous parle de moi, je vous parle de vous. » HUGO

Intérêt pour l’enfance et l’adolescence

Vision d’une humanité en marche

Inspiration politique et sociale

L’histoire rappelle les poètes à la réalité (1830 : les 3 Glorieuses) : douloureuse prise de conscience du romantisme qui passe de l’adolescence à la maturité.
ALPHONSE DE LAMARTINE.

Chez lui la poésie naît de l’ennuie et de la douleur.

Les Méditations poétiques : (1820)

Préface de l’œuvre :

Je suis le premier qui ai fait descendre la poésie du Parnasse et qui ai donné à ce qu’on nommait la Muse, au lieu d’une lyre à sept cordes de convention, les fibres mêmes du cœur de l’homme, touchées et émues par les innombrables frissons de l’âmes et de la nature ».

Toucher l’homme en laissant parler le cœur, ce faisant parvient à un mélange d’évocations personnelles et de formules oratoires portées par la musique des vers.

Le Lac :

Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heurs propices,

Suspendez votre cours !

Laissez-nous savourez les rapides délices

Des plus beaux de nos jours !

Le lyrisme lamartinien : un MOI agrandi aux dimensions du monde

ALFRED DE MUSSET

Préface des Premières poésies, « Au lecteur » :

Mes premiers vers sont ceux d’un enfant,

Les seconds d’un adolescent

Les derniers à peine d’un homme.

  • Fonction référentielle de la poésie : poésie descriptive ( ?)

Contes d’Espagne et d’Italie (1829) : atroces récits de crimes passionnels sur fond de couleurs locales ; insolence dans le traitement de la versification ; partout désinvolture, aisance effrontée, trouvailles impertinentes.

L’Andalouse : chantée partout en France (entre 1830-1840)

La ballade de la lune : crée scandale : les classique crient devant l’impertinence de la forme rythmique, les romantiques applaudissent mais certains d’entre eux se demandent s’il ne s’agit pas là d’une raillerie : ils chantent souvent la lune !

C’était, dans la nuit brune,

Sur le clocher jauni

La lune,

Comme un point sur un i20

  • Fonction émotive de la poésie : la poésie romantique

Les Nuits : sont 4 : nuits de Mai, d’Août et d’Octobre : dialogue du poète avec la Muse, dialogue du poète avec la solitude dans la nuit de Décembre. Les NUITS tracent l’itinéraire d’un poète qui s’interroge sur les rapports entre les misères et l’existence et la création artistique. Un douleur trop excessive et immédiate empêche d‘écrire : sujet de la Nuit de mai.

Tristesse : (1840) au moment où Musse allait le plus mal : déchéance + maladie :

J’ai perdu ma force et ma vie,

Et mes amis et ma gaîté ;

J’ai perdu jusqu’à ma fierté

Qui faisait croire à mon génie
ALFRED DE VIGNY :

  • Fonction métalinguitique de la poésie : sorte d’art poétique

Le Journal d’un poète : journal tenu par Vigny ; y consigne les réflexions sur la société de son époque ses projets de travail et sa conception de la poésie :

La perpétuelle lutte du Poète est celle qu’il lutte à son idée. Si l’idée triomphe du poète et ne le passionne trop, il est sa dupe et tombe dans la mise en action de cette idée et s’y perd. Si le Poète est plus fort que l’idée, il la pétrit, la forme, la met en œuvre. Elle devient ce qu’il a voulu : un monument.

La poésie doit être la synthèse de tout, la prose, l’analyse de tout. L’une le sommaire, l’autre le détail de la pensée.

  • Fonctions référentielle et émotive de la poésie

Les Destinées : c’est de la condition humaine qu’il s’agit

Recueil se découpe en plusieurs poèmes :

les Destinée : très pessimiste

La maison du berger opposition entre le monde civilisé et calme serein des « bois et des champs »

Les oracles : méditation des événements de 1830 et 1848.

Le sauvage : célèbre les bienfaits de la colonisation

La colère de Samson :contemporain de la rupture de Vigny avec marie Dorval (actrice) : souffrance inhérente à la fin d’un amour.

La flûte et la bouteille à la mer : décrivent les principales faiblesses de la condition humaine que sont l’ignorance et le doute.

  • Fonction référentielle de la poésie : la poésie descriptive, référant à un objet :

La maison du berger description apocalyptique d’une locomotive
LE COURANT SURNATURALISTE


  • Fonction émotive et lyrique de la poésie

Second courant souvent convergent avec le romantisme. Ses représentants : Nodier, Bertrand, Nerval en qui les symbolistes reconnaîtrons les précurseurs ; leur recherches porteront sur le rêve et l’imaginaire. Ils ouvrent la voie vers l’exploration du monde complexe qui échappe au conscient : mouvement aussi appelé : symbolisme romantique.

En commun avec le romantisme : l’insatisfaction du monde, le goût de l’évasion, l’importance de la subjectivité.

Sensibilité : instrument privilégié de la connaissance du monde. Appréhension de l’environnement se fait par les perceptions (surtout ouïe et la vue).

Démarche différente des romantiques : tentative de pénétrer dans un monde incertain des force irrationnelles de l’âme ; tandis que le romantisme cherche à transcrire les émotions, les surnaturalistes veulent dépasser les émotions pour explorer les domaines mystérieux où elle a pris naissance. Chant d’investigation : la vie intérieure.

D’où importance du rêve, des fièvres et des hallucinations.

Le langage : doit transcrire ce qui relève du flou, de l’incertain : Bertrand laisse du blanc entre ses strophes riche de tout un monde suggéré ; Nerval dans les Chimères laisse une grande marge d’imagination grâce aux nombreuses interprétations possibles : images symboles, métaphores créent des analogies difficiles à interpréter. Que dire de : « le prince d’Aquitaine à la tour abolie » ?

Le monde révélé : monde idéal dont le monde réel ne serait que le reflet. Monde magique dans lequel se dissolvent les angoisses de l’incompréhension.

Monde dans lequel se réalise l’impossible :

NERVAL, Fantaisie in Odelettes rythmiques et lyriques :

[…] Je crois voir s’étendre

Un coteau vert, que le couchant jaunit,

Puis un château de brique à coin de pierre

« c’était au temps où je ronsardisais » : réf. à Ronsard est une réf. au passé, à une forme passée qu’il affectionne : la chanson folklorique.

Déliée, épurée la poésie dans Odelette… recherche la simplicité du chant et de la plénitude rythmique des instants heureux.

Les Chimères :une question essentielle : QUI SUIS-JE ? à laquelle le fou qu’est devenu Nerval va tenté de répondre :

El Desdichado :

Je suis le ténébreux, - le veuf, - l’inconsolé,

Le prince d’Aquitaine à la tout abolie

Monde peuplé d’esprits auquel le poète ne peut accéder que grâce à l’intercession d’une fée : Ondine chez Bertrand

BERTRAND, Ondine in Gaspard de la nuit, Fantaisie à la manière de Rembrandt et de Jacques Callot : petits tableaux qui constituent les poèmes en prose retranscrivent par les mots la fantaisie d’une scène ou la magie de perceptions visuelles ou auditives.

L’œuvre : galerie de pantins de roman noir mais aussi symbolise les forces mystérieuses du monde, celles qui se manifestent hors de nous, celles qui sont en nous, comme les créations fantaisistes du rêve ou du cauchemar.

-« Ecoute ! –Ecoute !- C’est moi, c’est Ondine qui frôle de ces gouttes d’eau les losanges sonores de la fenêtre(…).

Nostalgie de l’homme face à ce monde d’apparence inaccessible ? nostalgie est différente de celle des romantiques puisqu’ils attendent la révélation. Ce sont les poètes symbolistes et surréalistes qui permettront la redécouvertes des surnaturalistes.
Poème en prose : voir fiche manuscrite dans classeur.

LE VISIONNAIRE :VICTOR HUGO
« Je suis de ce siècle », en effet en exprime toutes les tendances. En même temps que, par la diversité de son œuvre et sa popularité, il contribue grandement à construire ce siècle, il le forme à son image. En ce sens, le XIX siècle a été appelé le « siècle de Victor Hugo ».

Sur son lit de mort, dernier alexandrin : « c’est ici le combat du jour et de la nuit. »
FONCTION REFERENTIELLE DE LA POESIE

  • Poésie de circonstance

Odes et Ballades (1828) : ceci est valable surtout concernant les Odes ; pièces assez conventionnelles, voir par exemple : le rétablissement de la statue de Henry IV. Ecrit pour Charles X.

Avec les Ballades , il se montre plus novateur. Ce genre capricieux proche de la chanson, inspiré d’un Moyen-Âge de fantaisie ou d’un Orient imaginaire, lui permet d’essayer de nouvelle forme :

La chasse du Brugrave : 44 strophes bâties sur ce schéma :

Il part, et madame Isabelle,

Belle,

Dit gaiement du haut des remparts :

Pars !

Les Contemplations  (paru en 1856) :recueil qui se compose en 2 tome :Autrefois (1830-1843) et Aujourd’hu1 ( 1843-1855). Le 1er tome comprend 3 parties : Aurore, l’Âme en fleur, les Luttes et les rêves. Le 2ème en comprend 3 aussi : Paucae meae ( = « quelques vers pour ma fille », ou « le peu qui me reste de ma fille » ; En marche ; Au bord de l’infini.

Au centre de ce diptyque : le 4 septembre 1843 : la mort de Léopoldine. Le recueil entier est construit autour de cet événement. Les pièces avant 1843 ou écrites plus tard et antidatées sont dans le 1er tome ; toutes les autres qui s’inspirent du deuil, du souvenir, de la solitude dans Aujourd’hui. « Autrefois, Aujourd’hui. Un abîme les sépare, le tombeau. »

Dans les Contemplations Hugo nous parle d’outre tombe, ce sont les « mémoires d’une âme » (in La préface) ; livre qui l’histoire de tous : « Ah ! insensé qui croit que je ne suis pas toi »

  • Poésie épique :

La légende des siècles (1859-1877-1883) : réécrit l’histoire de l’humanité et lui donne un sens :  « j’eux un rêve : le mur des siècle m’apparut ». le poète est plus que jamais le voyant dont le regard embrasse la totalité du temps et de l’espace. Le projet à l’origine : rassembler un certain nombre de poèmes qui témoigneraient des principales étapes de l’histoire humaine. Mais déviance de Hugo qui finalement défini l’histoire de l’humanité comme étant la lutte de l’homme contre tout ce qui l’opprime et son ascension vers la lumière grâce aux progrès matériel et spirituel. Pour retranscrire de combat : le registre de l’épopée qui se caractérise par l’amplification de la réalité, par la transformation des êtres, des objets et des faits en symboles et en mythes porteurs de valeurs morales exemplaires.

Les pauvres gens : l’épopée des humbles :

Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment,

Il s’en va dans l’abîme et s’en va dans la nuit.

Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit.

(…)

Lui songe à sa Jeannie au sein des mers glacées,

Et Jeannie, en pleurant l’appelle ; et leur pensées

Se croisent dans la nuit, divins oiseaux du cœur.

  • la poésie descriptive : poésie se référant au monde

Les Orientales (1829) : exotisme en vogue à l’époque. « que le poète donc aille où il le veut, en faisant ce qui lui plaît. » Poèmes colorés comme des tableaux.

  • Poésie de circonstance : la poésie engagée et la poésie satirique:

Les Châtiments : texte qui va à l’encontre du coup d’état de décembre 1851 par Napoléon III (Hugo : républicain). Vers de dénonciations et de révolte. Chaque texte : pamphlet politique c'est-à-dire une critique féroce du régime qui s’est imposé par la force. Le livre est en outre satirique Hugo discrédite et tourne en dérisoire le pouvoir en place : celui de monsieur Bonaparte qui se fera appeler Napoléon III :

Prince qu’aucun qu’aucun de ceux qui lui donnent leur voix

Ne voudrait rencontrer le soir au coin d’un bois.

Chaque livre dont est composé le recueil a pour titre un des principes sur lesquels ce régime s’est établi :

« la société est sauvée »

« l’ordre est rétabli »

« la stabilité est assurée »

antiphrases ironiques.

Mais raillerie accompagné d’un sentiment d’indignation. Hugo raconte les souffrances endurées par les victimes du coup d’Etat, rappelle le sacrifice des soldats de l’an II qui ont fait triomphé la Révolution. La composition du recueil vient donner un sens historique, politique et presque religieux à toutes ces épreuves : le premier poème : NOX le dernier LUX c'est-à-dire la destinée de l’Homme le mène des Ténèbres à la clarté ; l’injustice ne triomphera pas ; le mal qui a triomphé à partir du 2 décembre trouvera son châtiment :

Souvenir de la nuit du 4 :

Monsieur, il était bon et doux comme un Jésus.

Moi je suis vieille, il est tout simple que je parte ;

Cela n’aurait rien fait à monsieur Bonaparte

De me tuer au lieu de tuer mon enfant !

(…)

Vous ne compreniez pas, mère, la politique.

Monsieur Napoléon, c’est son nom authentique,

Est pauvre, et même prince ; il aime les palais ;

Il lui convient d’avoir des chevaux, des valets,

De l’argent pour son jeu, sa table, son alcôve,

Ses chasses ; par la même occasion il sauve

La famille, l’église et la société ;

(…)

C’est pour cela qu’il faut que les vieilles grand’mères,

De leur pauvres doigts gris que fait trembler le temps,

Cousent dans le linceul des enfants de sept ans.

Ultima verba :

Si l’on est plus que 1000, eh bien, j’en sui ! si même

Ils ne sont plus que 100, je brave encor Sylla ;

S’il n’en demeure 10, je serai le dixième ;

Et s’il n’en reste qu’un je serai celui-là
FONCTIONS CONATIVE ET PHATIQUE DE LA POESIE
1   2   3   4   5   6   7   8   9   ...   13

similaire:

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconFrançois Piron : Je commencerai en citant une précédente conversation...
«Ce qui me séduit chez Picabia est avant tout son scepticisme, son aversion envers l’uniformisation des goûts, son autodérision et...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconCe questionnaire est destiné à être traité devant l'œuvre. Elle est...
«L'œuvre d’art et l'État» : les œuvres, vecteurs d’unification et d’identification d’une nation (emblèmes, codes symboliques, hymnes,...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconSection à propos historique Un saut dans le temps…
«recueil d’œuvres de choix». Depuis sa fondation, en 1988, tous les artisans de la maison et Mario Labbé, son créateur et président,...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconManuel de résistance à l’art contemporain par Alain Paucard Contemporain...
«qui est du même temps que». Les défenseurs du prétendu art dit contemporain changent le sens en prétendant que cela signifie seulement...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconQue reste-t-il du cinéma ?
«embaume le temps». Un temps concret, pas la pure expérience de la durée dans contenu vécu de l’Empire de Warhol (1963), pas le temps...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconTome II le mouvement national-socialiste Chapitre premier
«programme d’un parti», puis comment, de temps en temps, celui-ci est fignolé et léché. On doit surtout regarder à la loupe les mobiles...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconLegacy Machine N°1 Xia Hang
«Mr. Up» est devenu «Mr. Down». Mais, avant que celui-ci ne décroche complètement, un afflux d’énergie vient relever sa tête, redresser...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconSurtout ‘’La condition humaine’’ qui est étudiée dans un dossier à part
«En 1914, on avait conduit les élèves de la classe aux champs de la Marne, quelques jours après la bataille. À midi, on nous distribua...

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconProgramme de terminale dans le cadre de la question "Un artiste dans son temps"

Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye Et s’est vestu de de brouderie iconManuel h martín
«Défendre le cinéma est une obligation parce que c’est l’art de notre temps» Jean Luc Godard







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com