Travail sur Minimum Monument







télécharger 18.51 Kb.
titreTravail sur Minimum Monument
date de publication16.12.2016
taille18.51 Kb.
typeDocumentos
a.21-bal.com > droit > Documentos
HDA 2015

Travail sur Minimum Monument

tumblr_n9ooa0z1zt1s7ai3ao1_1280.png

Sur l’artiste :

Née en 1951 à Santos Dumont dans le Minas Gerais, Nele AZEVEDO vit et travaille à Sao Paulo. Artiste confirmée, elle appartient au collectif “LINHA IMAGINARIA”, créé en 1998 à l’initiative d’un noyau d’artistes brésiliens avec lequel elle participe à de nombreuses expositions au Brésil et à l’étranger. 
Ce collectif compte aujourd’hui 500 artistes brésiliens. 
Depuis 1996, Néle AZEVEDO diplômée de l’institut des arts visuels UNESP de São Paulo organise également des expositions individuelles. 

Sur le monument :

Le projet « Minimo Monumento » est une proposition d’action urbaine qui date de la fin 2001.

L’installation qui nous intéresse est à été organisée à la demande des responsables de L’Hippodrome de la ville de Birmingham. En l’occurrence par son directeur créatif : Paul Kaynes

Depuis de nombreuses villes ont été parcourues. La ville qui nous intéresse est l’installation faite dans la ville Anglaise de Birmingham, qui commémore le centenaire de la 1GM.

Il s’agit d’un projet d’intervention urbaine considéré comme une étude critique du monument dans les villes contemporaines.

Il finit par constituer une espèce “d’anti-monument” en proposant non seulement de nouvelles formes et matériaux mais aussi un nouvel objet de célébration de la mémoire.

A la place de l’éternité de la pierre, la nature éphémère de la glace.

A la place d’un site permanent les divers points de l’espace urbain.

A la place du héros, l’homme ordinaire.

A la place de l’immobilité, le changement.

A la place d’un seul homme, un collectif.

La ville est prise en tant que lieu de la condition humaine.

Dans ce lieu, dans un corps menu (environ 20 cm) vite périssable est introduit un corps moulé en glace. Pour les réalisés, des moules spéciaux ont été fabriqués, puis retouchés par 20 volontaires.

Le monument n’est plus permanent, ni monumental, mais anonyme.

Il transpire. Il disparaît.

Ainsi, le travail consiste à modeler les corps, les mouler en glace, parcourir la ville afin de délimiter un champ d’action et, finalement, installer les sculptures dans des lieux publics.

Ici à la place de Chamberlain le 2 août 2014.

Elles sont par la suite installées par un groupe plus nombreux de volontaires présent à l’inauguration. ( des passants- spéctaurs)

Pendant vingt-cinq minutes, ou 30, le temps de fonte, les sculptures sont visibles.

Elles attirent l’attention du passant qui se surprend par la nature éphémère de la glace, transparente métaphore de la finitude humaine.

L’évènement est enregistré.

L’idée et la mémoire sont inscrites sur l’image photographique.

L’installation comporte une série de 10 à 15 photos (20cmx30cm et 15cmx21cm) par ville visitée et une œuvre vidéo, soulignant quelques moments de ce parcours à travers les différentes villes. 

Au total l’installation comporte 5000 figurines de glace.

Il s’agit de la plus grande installation de l’artiste.

Elle peut s’accompagner d’arrangements musicaux. Ceci faite de l’œuvre d’art pratiquement une œuvre d’art TOTAL. Elle mobilise, le regard, l’ouïe et l’âme-les sentiments.

Interprétation- concept de l’œuvre :

Il s’agit originellement d’un monument qui veut honorer les Victimes- civiles et militaires- de la 1GM. Il s’agit d’honorer non seulement les morts par le conflit, mais aussi tous ceux ( familles) qui on fait des sacrifices durant la guerre.

Cependant le monument renvoie à une intemporalité, le monument peut rappeler cette guerre, ces victimes mais aussi d’autres guerres et d’autres victimes.

  • Il y a une réflexion à faire sur la quantité des figurines =Beaucoup, pourquoi ?

  • Une réflexion à faire sur la figure de glace, elle est petite, fragile (rappel de la fragilité et la vulnérabilité des êtres humains). Les figures n’ont pas de vrai visages, elles sont anonymes, elles peuvent représenter les oubliés, et aussi permet à n’importe qui de s’identifier. Elle permet aussi de montrer que la guerre ne discrimine pas.

L’anonymat et l’égalité entre les figurines (au début elles sont toutes identiques) nous montre que nous sommes tous égaux, que nous pouvons aussi tous être des victimes.

Les figures sont dans des positions pensives, souvent absentes, voir tristes ??!!

Leur petite taille au-delà d’évoquer leur fragilité, nous montre également leur insignifiance – c'est-à-dire que nous les avons oublié, qu’elles ne sont rien pour nous.

Au fur et à mesures qu’elles fondent, les figurines s’individualisent, cela évoque l’expérience personnelle de la mort, de la disparition ou de la souffrance.

Le spectateur voudrait que les figures restent, qu’elles ne partent pas.

- Il y a une réflexion à faire aussi évidement sur la mort

- Il y a une réflexion à faire aussi sur la Transformation de la glace et sur le reflet de la glace, sur sa transformation en eau et sa disparition. Evoquer, l’eau qui renvoie aux larmes, les figures qui en fondant ce transforment en rivière et donc même si séparées et individuelles au début, ce rejoignent à la fin. Cette eau s’évapore, va monter peut-être au ciel et pourra se transformer en pluie. On voit ici le cycle de la transformation et on constate que la mort et la disparition n’est pas obligatoirement la fin.

- Il y a une réflexion à faire aussi sur la mémoire, les souvenirs.

- Il y a une réflexion à faire aussi sur l’impression d’âmes de figures fantomatiques.

Des âmes qui reviennent dans le monde des vivants pour leur rappeler des choses.

Il y a une réflexion à faire sur la possibilité pour le spectateur de s’identifier et y voir un être cher qui a disparu.

- Il y a une réflexion à faire le sentiment de pitié et d’impuissance que la fonte de ses figures peut provoquer.

L’ensemble de la composition est donc aussi une réflexion sur la mort, la souffrance, l’impuissance et le souvenir. L’installation évoque également les sentiments et la mélancolie et l’impuissance d’une manière très poétique, dans une expérience collective ou les habitants de la ville se voient impliqués.

L’expérience alors doit faire réfléchir et doit être une expérience unificatrice de la société. En même temps l’installation renvoie et se veut aussi une véritable expérience personnelle et solitaire, comme les figurines elles mêmes.

Azévedo explique : « Le monument prends en compte l’histoire des vaincus, des anonymes, pour éclairer justement notre condition de mortels.

Je l’ai également pensé comme une occupation et appropriation d’un espace public »

Comparaisons :

Il existe d’autres interprétations de Minimum Monument réalisées par d’autres villes.

Par exemple :

  • Le réchauffement planétaire : Berlin Gendarmenmarkt Square 2009

  • La mémoire des victimes du Titanic : Irlande, Belfast, 2012

similaire:

Travail sur Minimum Monument icon2 mois minimum temps plein ou partiel Rémunération 30 Smic

Travail sur Minimum Monument iconSynthèse du programme de la renovation du musée de picardie à amiens
«Monument Historique» du clos et couvert et des structures bois, indépendamment des fonctionnalités

Travail sur Minimum Monument iconFormations
«sciences du travail et de la société», mention analyse du travail et de la société

Travail sur Minimum Monument iconLa galerie Marie Demange présente pour la première fois une série...
«artisanale» de son oeuvre la rend d’autant plus précieuse qu’il est devenu rare aujourd’hui qu’un artiste contemporain manie avec...

Travail sur Minimum Monument iconSynthèse de documents. Travail de mise en page (texte + image)
«El Remos» (Aragon, Espagne). Accompagnement et organisation du travail des usagers handicapés. Coordination des chantiers de jeunes...

Travail sur Minimum Monument iconI les grandes ecoles
«Achats internationaux», «International business», «Négociation d'affaires» et «Marketing et communication» que les étudiants rejoignent...

Travail sur Minimum Monument iconCours8 sur la Culture
«culture» en tant que produit de l'humanité et des civilisations successives; culture qui, nous le verrons tout au long de l'histoire,...

Travail sur Minimum Monument iconProphète Muhammad, le Prophète d'Allah
Muhammad: sa vie basée sur les documents les plus anciens par MartinLings a perdu son statut d'être acclamé dans le monde entier...

Travail sur Minimum Monument iconCours du sociologue Jean Viard, tapé par Adrien Roux et Camille Déhu, janvier-Mars 2008
«congés payés et du temps à soi». Enfin, «De la révolution industrielle à l’économie de la connaissance», (l’économie de la connaissance...

Travail sur Minimum Monument iconGaetane Lamarche-Vadel, philosophe, critique d’art. A enseigné à...
«poulailler» au sein d’une cité hlm à Caen. Son travail s’inscrit dans l’espace public où ses œuvres en phase avec les transformations...







Tous droits réservés. Copyright © 2016
contacts
a.21-bal.com